Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

11 avril 2021 à 18:19:30
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)

Auteur Sujet: 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)  (Lu 8174 fois)

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 472
100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« le: 07 janvier 2016 à 18:08:38 »
100 Raisons d'Adorer et de Haïr Jeanne Berto






0. Jeanne Berto.

1. Avait seize ans.

2. Était poisson.

3. Blonde comme Bardot, le cheveu parfilé d'or et gaufré quelquefois.

4. Palpitante comme un soleil levant, poignante comme un soleil couchant.

5. Adorait Huysmans, Sibelius, Peer Gynt, les mini-jupes léopard, boire des petits crèmes aux Halles, communiquer, échanger, rire, rencontrer des gens, des foules de gens.

6. Le front perlé de sueur, faisait du stop à Pigalle, au sortir d'une boite de lesbiennes, à trois heures du matin, était splendide de désinvolture, de gaieté, de folie douce.

7. S’est accoudée à la vitre ouverte de ma voiture, m'a souri, laissant apparaître entre ses lèvres vermeilles deux rangées de dents étincelantes, dont l'une était joliment ébréchée, m’a parlé tout de go comme si nous étions de vieilles connaissances du cosmos.

8. Ne comptait pas dormir, voulait éterniser l’ivresse, filer droit dans la nuit, m'a raccompagné chez moi, à Fontenay-sous-Bois, en me tenant la main sur le levier de vitesses.

9. M'a retourné d’un coup, m’a embrassé divinement bien, suavement, longuement, sur le seuil de mon studio.

10. A fait glisser sa robe courte rouge rubis sur les dalles froides de mon studio.

11. N'a pas eu besoin d'enlever une culotte.

12. N'a pas eu besoin d'ôter un soutien-gorge.

13. A frotté ses seins fiers et lourds contre ma poitrine malingre, a glissé jusqu’à mes pieds dans un majestueux ralenti.

14. A fait grossir mon sexe dans sa bouche qui était inouïe de tiédeur et de tendresse.

15. M'a chevauché telle une Amazone, m’a fait oublié le Temps, l’Espace, a foré dans mon cœur une source, de celle qui fait reverdir les merveilles d’un printemps miraculeux, a ensoleillé ma nuit jusqu'à l'aube.

16. M'a appris qu'elle était d'Amiens, qu'elle avait quitté à quinze ans ses parents, son chat Bébert, baptisé de la sorte en hommage au chat de Céline, et sa sœur qu'elle adorait.

17. M'a révélé qu'elle était venue à Paris pour devenir comédienne ou cinéaste ou liseuse de beaux livres chez les vieux rupins.

18. M'a confié qu'elle ne tombait amoureuse que de mecs brillants, qu'elle m'aimait déjà, parce que j'étais doux, drôle, intelligent et qu’elle me sentait généreux.

19. M'a demandé si elle pouvait rester avec moi, quelque temps.

20. A ramené un sac en cuir fauve de je ne sais où, a rangé ses affaires dans ma petite armoire, ses rares culottes, ses mini-jupes, ses livres Folio jaunis, écornés, annotés, lus et relus, m'a préparé un ragoût qui a cramé parce que nous faisions l'amour dans le feu.

21. A commencé à prendre des cours au T.E.M (Théâtre École de Montreuil) qui avaient lieu dans une vaste école désaffectée.

22. M'a dit au bout de trois mois que Bertold Brecht commençait à lui ouvrir sa conscience politique, que Tchekhov lui laissait entrevoir son âme russe, mais que Molière la faisait sombrement chier, parce qu’il avait plagié plein d’auteurs espagnols et italiens, m'a convaincu un soir de l'accompagner à une représentation de « Lorenzaccio », juste pour voir.

23. M'a fait découvrir au fil du temps Aristophane, Goldoni, Feydeau, Labiche, Garcia Lorca, Brecht, Beckett, Ionesco, Pinter, Camus, me déclamait « Antigone » depuis la lunette des chiottes, rêvait de jouer Claire dans « Les bonnes » à l’Odéon, m'a demandé un jour de lui écrire une pièce dans laquelle elle tiendrait le rôle d'une égérie du genre humain, ou d’une vampire qui inocule aux gens l’amour fou.

24. Était infiniment folâtre lorsque nous jouions aux clowns, mimions Guignol et Madelon, ou revêtions des masques de comedia dell'arte.

25. A commencé à mettre des sparadraps sur son ennui, à me demander un peu d’argent pour aller boire des bocks aux Halles l'après-midi, alors que je n'étais pas bien riche, me donnait un baiser langoureux ou me montrait sa radieuse petite chatte rose pour les quelques cinq francs que je lui laissais chaque matin avant d'aller travailler comme coursier.

26. A commencé à vouloir de nouveau sortir en boite, à tutoyer la nuit pour voir les gens sous leur vrai jour, à reprendre sa collection de numéros de téléphone, de voluptés et de vertiges.

27. Chaloupait comme une diablesse sur les pistes de danse, offrait aux sunlights sa liberté, son impudicité, valsait de la tignasse, du derrière et des hanches, excitait les puceaux et les hommes maqués, allumait tous les types, avait un franc succès.

28. S'est égarée une nuit lors d'une fête dans une vaste maison, a commencé à me faire perdre la raison, à me faire japper comme un petit chien battu puis abandonné, à me faire découvrir le sens du mot « jalousie ».

29. A été retrouvée nue comme Ève sur un type à califourchon, au premier étage, dans la chambre qui servait de vestiaire, écrasé par la honte m'a forcé à m'enfuir, sonné, titubant, et à rouler sur l'autoroute avec un œil fermé, manquant plusieurs fois de percuter la glissière, au son de « The forest » des Cure : « I hear her voice calling my name. The sound is deep in the dark. I hear her voice, and start to run into the trees, into the trees ».

30. Contre toute attente, est venue frapper à ma porte au petit matin, chavirée de larmes, de folles excuses, de contrition, et lorsque je lui ai ouvert m’est tombée dans les bras.

31. A imploré mon pardon, échevelée, tragiquement belle, puis s'est dévêtue d'un trait, m'a fait l'amour en y mettant tout son cœur sur le Lacrimosa  du Requiem de Mozart, où les cordes débutent piano sur un rythme de bercement entrecoupé de soupirs, et où le chœur tout-puissant s’achève sur Amen.

32. Ivre d’orgasmes, m'a dit à la nuit tombée : « Attends, je vais t'apprendre un truc », s'est alors assise sur mon sexe pour me lécher les globes oculaires, m'a enseigné que c'était de l'oculolinctus, un jeu érotique très prisé des Japonais, m'a dit que si je suivais tous les caprices de sa libido, nous pourrions devenir les plus fabuleux amants du monde.

33. A lavé de rares fois la vaisselle, a préparé de rares fois à manger, balayait rarement les dalles froides de mon studio, préférait se peindre méticuleusement les ongles de pieds, roter après boisson gazeuse, rire pour un rien, se moquer de tout, faisait des mots fléchés entre deux siestes, passait du temps aux toilettes, tirait rarement la chasse d’eau.

34. M'a fait l'amour dans la forêt de Fontainebleau, dans les catacombes, dans une casse de voitures, dans les toilettes de l'hôtel « George V », m'a branlé une nuit sous la Tour Eiffel, a embrassé devant moi Michel Polnareff au « Privilège », a avoué au restaurant des « Bains Douches » devant moult fêtards qu'elle avait déjà mis un doigt dans le cul de Richard Anconina et qu'il avait adoré ça.

35. Lors d'une énième fête, s'est retrouvée nue dans une baignoire à remous avec une superbe femme mariée d'environ trente ans, dominait le sujet, initiait son aînée, la bouleversait, m'a demandé de refermer poliment la porte, par respect pour son intimité, avec en fond sonore « Message in the bottle » du groupe Police.

36. M'a prié de la prendre en photo de nuit au fond des impasses, sur les quais de Seine, et encore dans le bois de Vincennes, ne portait alors que des escarpins rouges et parfois une fleur dans les cheveux.

37. A commencé à rentrer de plus en plus tard, 22 heures, 23 heures, minuit, au-delà de minuit, à plus d'heure, a commencé à me mentir, gentils mensonges et grands mensonges à ne plus savoir que croire elle-même, puis a fini par me dire la vérité lorsque je ne la croyais plus.

38. M'a confessé un jour qu'en dehors de moi, elle voyait un mec génial qui vouait un culte au livre « À rebours » de Huysmans et au livre « Oblomov » de l'écrivain russe Gontcharov, que ce type génial cultivait comme un bien précieux son penchant à la paresse, à l'hédonisme, à la décadence, tout en faisant de nombreux allers-retours dans un hôpital psychiatrique, m’a déclaré tout de go que l’amour sans folie ne valait pas une sardine, enfin, citant Marlon Brando dans la scène finale d’Apocalypse Now, me proféra un soir le mot « horreur » en boucle, me soutenant que rien au monde n’était plus horrible que d’aimer sans se sentir libre.

39. M'a étranglé subitement le cou une nuit alors que nous faisions l'amour comme des séraphins, devant ma stupeur a tenté de m’amadouer en me disant que l'asphyxie érotique n'était absolument pas dangereuse, qu'elle pouvait amplifier la jouissance des partenaires s'ils restaient assez lucides de la conséquence de leur acte, m'a alors appris à éjaculer au bon moment lorsque j’étais à deux doigts de perdre connaissance.

40. M'a révélé juste après que c'était le mec génial de l'HP qui lui apprenait ce genre de trucs et que cela l'envoyait directement au ciel, qu'elle ne trouvait plus aucun attrait aux bourgeoises levrettes et positions du missionnaire, a enquêté sur mes fantasmes, les a trouvés médiocres, m’a parlé d’un appartement grand standing dans le 16ème où la haute s'encanaillait et partouzait à toute heure.

41. M’a supplié une autre nuit de l’étrangler en lui disant « Je t’aime », et de serrer son cou plus fort, encore plus fort, et encore plus fort.

42. M'a exhorté un autre jour à me mettre debout dans la baignoire, désirait que je lui pisse sur les seins, le ventre et dans la bouche, voulait faire l’amaroli avec mon élixir doré, m’a certifié qu’il n’y avait rien de sale à ça, que le Dieu indien Shiva nommait la pisse « nectar de l’immortalité », que ses effets étaient salutaires pour prévenir le cancer, que les fœtus eux-mêmes se développaient dans leur propre urine et qu’aucune mère n’en savait rien.

43. Un autre jour, a tendu une toile cirée sur le sol, m'a exhorté le plus sérieusement du monde à mirer son trou de balle tandis qu'elle me chierait dessus, argumenta que je devais tout goûter d'elle, soie et pourriture, devant mon effarement m'a dit que j'étais vieux jeu, coincé, pimbêche, que je ne savais pas jouir des surprises de la vie, que je n'aimais d'elle que sa part noble, alors que les porcs mangeaient tout.

44. M’a demandé si j’avais déjà pensé au suicide, m’a mentionné Jules Renard, le grand aphoriste : « Suicide : monter au ciel par une corde de pendu », puis m’a cité Épicure qu’elle découvrait, Épicure qui louait la mort comme un complément de sa morale, qui disait que la seule fin de l’homme étant le bonheur ou l’espérance du bonheur, pour qui souffrait et souffrait sans espoir la mort devenait un bien, et que se la donner volontairement était un dernier acte de bon sens, m’a demandé si je voyais où elle voulait en venir au cas où elle ne trouverait pas sur terre l’amour absolu.

45. A commencé à rentrer à l'aube.

46. A commencé à disparaître durant deux jours, trois jours, quatre interminables jours, invoquait sa fatigue festive, l’impérieuse nécessité d’aller respirer la mer, prétextait des ennuis en Bretagne, de graves ennuis dont elle ne pouvait pas parler, s’inventait une vieille tante malade qui lui promettait un legs de bijoux.

47. M'a ramené un soir un jeune type azimuté dans mon lit, cheveux longs noir corbeau, pâle comme linge, que ma présence ne semblait pas déranger outre mesure, au matin s'est laissée prendre par le corbeau en me regardant effrontément dans les yeux.

48. M'a ramené un autre soir un nouveau mec beau comme un Dieu et sa nana aux joues grêlées, gentille n'a qu'un œil, hardie, narquoise, les cheveux rouges tels ceux de Nina Hagen.

49. M'a appris une semaine après qu'entre le mec beau comme un Dieu et Nina Hagen, c'était fini.

50. Est parvenue je ne sais comment à me faire coucher par terre sur un petit matelas pour pouvoir boulotter la chatte de Nina Hagen en toute quiétude et en travers du lit.

51. M'a fait coucher par terre durant deux mois, sur ce stupide matelas, parce que Nina Hagen supportait de moins en moins l'odeur des mecs.

52. A fait pleurer mon âme durant un mois, m'a réduit insidieusement à l'état de carpette, a osé me demander pourquoi je supportais tout cela en silence.

53. A ri de nombreuses fois avec Nina Hagen de ma pitoyable indolence, m'a invité à les rejoindre un soir si je leur filais 100 balles à chacune.

54. A rangé un matin ses affaires dans son sac couleur fauve et a refermé doucement la porte, pensant que je dormais encore.

55. M'a appelé quinze jours plus tard de Bretagne pour me demander de venir la récupérer le lendemain à la gare Montparnasse.

56. Est revenue de Saint-Malo avec le creux de l'avant-bras tout bleui où affleuraient encore de minuscules trous violets, m'a juré que c'était la première et la dernière fois qu'elle se piquousait.

57. M’a avoué qu’elle avait dû coucher une fois, juste une fois, pour s’offrir ses doses, avec un black boiteux mais très intelligent.

58. M'a confessé que la vie l'ennuyait jusqu'au martyre, qu'elle ne faisait que chercher Dieu et l'Amour pur, mais que Dieu ne résidait malheureusement pas dans les culs-de-sac.

59. M'a juré alors sans vergogne qu'elle n'avait jamais aimé que moi, rien que moi, que tous les autres n'étaient que des ombres fugitives, des glands sans queue ni tête, de ridicules bonbons Krema.

60. M'a juré qu'elle allait prendre désormais de bonnes résolutions, me concocter de bons petits plats, lessiver les dalles froides de mon studio, ne plus porter de mini-jupes, ne plus s’envoyer en l’air avec le premier venu et préparer le concours d'entrée à l'IDHEC (l'Institut des Hautes Études Cinématographiques).

61. M'a demandé de lui offrir mon premier court-métrage en 8 millimètres afin de le présenter à l'IDHEC, d'y ajouter un générique où elle passerait pour la réalisatrice.

62. L'été venu, est partie en vacances en Corse avec deux comédiens de la troupe du T.E.M,  l'un assez beau, l'autre assez laid, deux amis auxquels je tenais énormément, m'a dit qu'ils avaient passé des heures entières à se pisser dessus dans le sable fin, à l'abri des dunes et des broussailles.

63. A disparu de ma vie du jour au lendemain, sans un mot d'explication.

64. Est réapparue dans ma vie trois mois plus tard, complètement par hasard, faisant la manche à la gare Montparnasse avec des lunettes noires, des bas noirs, et une robe noire toute simple comme celle de Piaf.

65. Ne tenait pas bien sur ses jambes, a retiré alors lentement ses lunettes pour me dévoiler deux yeux blancs, pathétiquement révulsés.

66. M'a présenté ses trois amis Bretons somnambules qui penchaient eux aussi comme la Tour de Pise, lesquels m’apprit-elle dépouillaient parfois les gens, lorsque la manche ne marchait pas.

67. M'a demandé d'avoir pitié d'elle, de lui laisser une dernière chance, une toute dernière chance.

68. M'a informé que le mec génial de l'HP, qui adorait « À Rebours », avait fini par se supprimer, qu’au dernier instant elle avait refusé de le suivre dans sa lâcheté, a renié ses tendances suicidaires, m’a dit qu’elle était faite en définitive pour se repaître de jouissances avec des peaux d’hommes et de femmes, rompre, repartir en chasse, et en baver jusqu’à l’écœurement, m’a demandé si je voulais bien l’accompagner à  l’enterrement de son ami rimbaldien, et devant mon refus n’a pas insisté.

69. De retour du cimetière, m'a préparé un ragoût délicieux, nue comme Ève, docile comme Cosette, a lessivé les dalles froides de mon studio, a remplacé mes rideaux pisseux par de jolis rideaux à fleurs, a ramassé les crottes de mes deux rats blancs, Titi et Toto, que j'avais achetés pour les faire jouer dans mon premier court-métrage.

70. M'a lavé ensuite chaque partie du corps dans la baignoire, religieusement, comme si j'étais Jésus et elle Marie de Magdala, m’a essuyé avec tendresse, puis m'a léché les orteils jusqu’au vertige avec sa langue tiède.

71. Un week-end, m'a emmené à Amiens, m'a présenté à ses parents, profs de français, et à sa sœur, noble vénusté, qui était l'antithèse de sa cadette, plus calme, plus studieuse, plus pondérée, ayant la tête sur les épaules, et un fiancé des plus charmants.

72. M'a appris la semaine suivante qu'elle avait été recalée au concours d'entrée de l'IDHEC, que mon court-métrage, pourtant visionné et apprécié par Éric Rohmer, avait été jugé trop amateur.

73. M'a appris également qu'elle n'allait plus boire de petits crèmes aux Halles, mais qu'elle lisait dorénavant « À Rebours » et « Là-bas » à une vieille bourgeoise aveugle habitant à Passy.

74. Puis m'a fait croire durant quelques jours que le bonheur était à portée de ma main.

75. Mais m'a bientôt déchiré la moitié du cœur sur l'oreiller en me murmurant qu'après elle, je rencontrerais sûrement la femme de ma vie, parce que mes pas me mèneraient naturellement vers l'exact contraire de sa personnalité dérangée, et m'a déchiré l'autre moitié du cœur en sanglotant qu'elle cherchait l'Amour du matin au soir parce qu'elle ne savait pas aimer, que depuis toute petite elle apprenait douloureusement à aimer.

76. Est rentrée un soir toute ébouriffée, le rimmel en vrac, m'a avoué qu'elle venait de « peut-être » se faire violer par deux ou trois types, qu'elle ne se souvenait plus trop si elle avait été oui ou non consentante, m'a dit encore que ce n'était pas si grave, qu'un jour ou l'autre cela devait bien arriver, en allumant machinalement sa clope au bout rougeoyant de ma clope.

77. M'a giflé alors soudain, m'a tabassé, puis m'a demandé de la cogner en retour, de la punir de toutes mes forces, m'a provoqué parce que je ne réagissais pas, m'a dit que j'étais une loque humaine et qu'elle s'était souvent demandé ce qu'elle avait bien pu foutre avec un pauvre type comme moi, aimer en moi, et pour finir m'a hurlé que je n'étais qu'une merde de l'Amour.

78. Puis a pleuré jusqu'à l'aube dans mes bras, fortement, incoerciblement, et de plus en plus faiblement, toutes les larmes de son corps, de son magnifique corps de velours et d'albâtre qui était à présent devenu une triste pâte avilie par les griffures, les morsures et les bleus.

79. M'a enfin donné 200 francs au matin, toutes ses économies, qu'elle a tiré de son petit sac à main rouge, et m'a dit qu'une vie entière ne lui suffirait pas pour me remercier de ma générosité.

80. A disparu de mes tendres regards du jour au lendemain.

81. Me téléphonait de temps à autre d'une cabine lointaine en bord de mer, pilonnée par la pluie ou secouée par les vents.

82. M'a appelé moins souvent.

83. Ne m'a plus appelé du tout.

84. M'a envoyé une lettre trois mois plus tard avec juste ces mots tracés à l'encre violette : « Pardonne-moi », sur lesquels semblaient être tombées quelques larmes sincères.

85. M'a envoyé une seconde lettre une semaine après avec juste ces mots : pardonne-moi, je suis impardonnable !

86. Puis m'oublia.

87. M'oublia, peut-être.

88. M'oublia, sans doute.

89. M'oublia, sûrement.

90. Mais non, n'avait pu m'oublier.

91. Alors que je l'avais presque totalement oubliée sans pouvoir l'oublier, frappa à ma porte six mois plus tard, à trois heures du matin.

92. Était, mon Dieu, les Anges, déguisée en bauta, cape noire, tricorne noir, masque de céruse blanc en carton bouilli, ongles noirs, lèvres peintes rouge garance, telle une princesse altière du Carnaval de Venise, était un rêve de Perrault, une apparition féerique, le carrousel à un pas de l'enfant émerveillé.

93. Derrière son loup, m’a demandé :  qui suis-je ?

94. Puis, bouche entrouverte, a laissé tomber sa soierie sur le sol, est venue enfouir son corps brûlant au creux de mes bras, avait des paillettes d'or sur le visage et sur les seins.

95. M'a fait l'amour, s'est abandonnée à l'amour, m'a donné l'amour, était enfin l'Amour, m'a offert son âme, mon Dieu, les Anges.

96. M'a demandé de ne pas parler, de juste la respirer, de juste m'enivrer de l'instant.

97. M'a susurré dès l’aube venue que je resterais pour la vie son plus grand, son plus noble, son plus bel amour.

98. Mais qu'elle devait quitter Paris le jour même, à tout jamais.

99. Pour aller se marier avec un gentil maçon dans les Cévennes, et vivre dans une baraque perchée au sommet d'une colline, sans eau, sans électricité.

100. M'a consolé en me laissant entendre qu'elle entretiendrait la mémoire de notre amour, m'a dit que je resterais dans ses veines, que les véritables adieux n'existaient pas, que personne ne quittait personne, et que, du haut de sa colline, elle guetterait dans le ciel l’arrivée d'un nuage vaporeux dont les traits éphémères lui rappelleraient les miens.
« Modifié: 11 février 2020 à 10:40:45 par kokox »

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 045
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Anne Madic (Explicite)
« Réponse #1 le: 07 janvier 2016 à 20:41:05 »
J'ai bien aimé, c'était cool ! L'idée de cette (fausse) liste qui se lit comme une longue phrase, une longue phrase qui sent fort.
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne JigoKu Kokoro

  • Prophète
  • Messages: 692
  • Quiche fourréé aux flood
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #2 le: 08 janvier 2016 à 00:03:28 »
L'idée est géniale !  :D

L'histoire très jolie et très triste. Le principe de la femme superbe incapable d'aimer et qui passe sa vie à faire des aller retour et une chose que je déjà lu et vu ailleurs. Mais tu as bien su t'approprier le concept et cela marche bien. J'ai de la compassion pour ces deux handicapés de l'amour  ^^

Pas plus de 100 (trop) pas moins (surement pas assez de place ^^ ) c'était le bon nombre.  :)
Ningen soto, bakemono naka...."Irrécupérablement vôtre"
"L'amour et la haine sont les deux faces d'une même pièce qu'il est bien trop aisé de retourner..." - JK

Aube

  • Invité
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #3 le: 08 janvier 2016 à 00:16:34 »
Toi tu me rends très jaloux. ça m'a retourné. Mp moi si tu publies j'achète.

Hors ligne Vivi

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 648
  • Pouponnière de Posts
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #4 le: 08 janvier 2016 à 02:35:50 »
Tout pareil comme les autres, original, maitrisé de bout en bout, fait sourire, rire, pleurer... La vie quoi :coeur:
Je suis capable du pire comme du meilleur, mais c'est dans le pire que je suis le meilleur (^.^)v

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 472
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #5 le: 08 janvier 2016 à 02:53:31 »
Jigoku Kokoro,
Merci pour ton gentil commentaire !
Tu dis avoir de la compassion pour ces deux êtres handicapés de l'amour. Tu as donc de la compassion pour celui que j'ai été, car cette histoire, ce portrait de jeune femme est aussi vrai que sincère d'un bout à l'autre. J'avais 19 ans et Jeanne, 16, lorsque nous nous sommes rencontrés non loin du moulin Rouge. C'est un amour de jeunesse, comme on dit, mais qui a transporté mon coeur, mes tripes et mon âme, bien plus haut que je ne le pensais à l'époque. Elle m'aura appris à me guérir de la jalousie à tout jamais. Elle m'aura appris à aimer les gens comme ils étaient, libres, facétieux, tragiques, désinvoltes et profonds. Elle m'aura appris un peu, parfois, ce que pouvait être l'amour inconditionnel. N'était-elle pas également un peu pythonisse ? Sa prédiction se réalisa peu de temps après. J'ai rencontré la femme de ma vie qui était l'antithèse de Jeanne (et des trois autres gentilles garces que j'avais connu avant elle). Et nous sommes toujours amoureux l'un de l'autre au bout de 28 ans.
Toute vie est expérientielle. Certains passent leur vie a tomber dans même trou de la bouche d'égout. D'autres finissent un jour par comprendre qu'il faut simplement contourner la bouche d'égout, en faisant juste un pas de côté, en marchant sur la plaque.

Aube
Ah non, par pitié, je t'interdis d'être jaloux d'un pauvre gars à qui on a fait croire jusqu'au marasme que la jalousie était le piment de l'amour. Je t'invite plutôt à en rire, comme le rire sucre bien les larmes.  :)
« Modifié: 08 janvier 2016 à 03:08:21 par kokox »

Aube

  • Invité
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #6 le: 08 janvier 2016 à 03:08:07 »
Mec, du texte mec... mec.  :D JALOUX DU TEXTE
Jaloux parce que (je le dis souvent ces temps-ci...) t'as là-dedans une couleur que j'aimerais bien être capable de coucher sur le papier.

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 472
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #7 le: 08 janvier 2016 à 03:15:52 »
Aube
Je ne vois pas d'autre couleur que le vécu, mec ! Et en chier parfois des ronds de chapeau, en espérant garder le cap et passer entre les gouttes ! A moins que tu ne sois un saint et que tu n'aies rencontré que des ursulines, je suis convaincu qu'en regardant un peu dans ton rétro, tu devrais dégoter deux trois couleurs, teintes ou demi-teintes, du même acabit !  ;)

Aube

  • Invité
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #8 le: 08 janvier 2016 à 03:21:31 »
Héhé, tu as raison. Mais cet entonnoir entre le clavier (parce que le papier, en fait, c'était qu'une image romantique) et ma tête est noir et profond.
Je me remets doucement à écrire, ça me motive de passer ici et de lire des textes comme les tiens, à m'accrocher. On a des styles très différents pourtant :p

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 472
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #9 le: 08 janvier 2016 à 03:23:39 »
Viviane,
Ah non Viviane, pas toi aussi !
Je t'interdis de dire "La vie, quoi !".
Ca se voit que tu n'as pas reniflé les petites culottes et les aisselles de Nina Hagen qui, salopement, me reprochait mon hygiène, et les pinceaux fumants de l'ami gothique qui s'est un jour torché le cul avec mon torchon propre !
Si c'est ça que tu appelle "La vie, quoi !" alors je veux bien me réincarner en bouquet d'orties la fois prochaine.  :)



Aube
Vies différentes, styles différents, quoique !
Alors voilà ce que je te propose, vieux.
Je te passe commande d'un nouvelle plus ou moins longue relatant un amour de jeunesse éblouissant, ravageur, tragi-comique, étrange, passionné, dépassionné, cruel, hilarant, selon tes souvenirs.
Je te donne une semaine ou quinze jours, au choix, mais pas plus, sinon tu lâcheras l'affaire.
Fais-moi rire, fais-moi pleurer, mais par pitié ne me fais pas que pleurer.
Ecris tout d'abord les faits, rien que les faits, sans te faire chier avec la littérature. Et ensuite rajoute joliment deux ou trois roses pour enrober le paquet.
Je compte sur toi Aube ! Je compte sur toi !

Bien à toi !

Kokox
« Modifié: 11 février 2020 à 23:25:56 par Chapart »

Aube

  • Invité
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #10 le: 08 janvier 2016 à 03:42:19 »
Facile ! La semaine qui vient sera chargée alors je prends le forfait quinze jours. J'espère que ça te plaira, je la posterai dans cette section. Bonne nuit à toi, et merci pour cette lecture (et pour le défi ^^)


(t'ain je me fais défier dans la section Texte Courts, ce forum devient dangereux !)

Merci.

Hors ligne Vivi

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 648
  • Pouponnière de Posts
Re : Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #11 le: 08 janvier 2016 à 04:13:39 »
Un vrai tchat ce forum :D

Viviane,
Ah non Viviane, pas toi aussi !
Je t'interdis de dire "La vie, quoi !".
Ca se voit que tu n'as pas reniflé les petites culottes et les aisselles de Nina Hagen qui, salopement, me reprochait mon hygiène, et les pinceaux fumants de l'ami gothique qui s'est un jour torché le cul avec mon torchon propre !
Si c'est ça que tu appelle "La vie, quoi !" alors je veux bien me réincarner en bouquet d'orties la fois prochaine.  :)
Si, je persiste et signe. Le problème, c'est que je lis un texte d'auteur, pas un blog. En postant "ta vie" au lieu d'un personnage imaginaire, ca biaise tout commentaire. Tu vois juste ta douleur, alors que pour moi, le type est transparent (il est spectateur), c'est la fille qui est l'héroïne ; et sa vie dissolue que tu nous sers par épisode, c'est juste une allégorie de la vie : joie, deception, espoirs, attente, projets réussi ou non, les rapports humains toussa...
Donc, hors la nature maintenant révélée de cet "article de blog vie perso" ; je reste sur ma position quand a l'aspect littéraire d'une œuvre fictive postée sur un forum d'écriture :mrgreen: (non mais !). Si vous postez votre vie ici, dites-le avant ; car je préfère commenter des textes (c le but du fofo) plutôt que de juger la vie de son auteur :huhu:
« Modifié: 08 janvier 2016 à 04:18:05 par Viviane »
Je suis capable du pire comme du meilleur, mais c'est dans le pire que je suis le meilleur (^.^)v

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 472
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #12 le: 08 janvier 2016 à 11:52:46 »
Un peu dure ta rétorque chère Viviane, mon post n'était qu'un trait d'humour dénué d'ironie et rien de plus, absolument pas une remise en cause de ton sentiment. Quant à l'idée d'un "blog" sur ma vie, là aussi je trouve cela un peu intrusif et limite. Nous étions au coeur de la nuit, j'étais un poil schlass, Aube me relançait tempo, je n'ai fait que lui répondre tout de go gentiment, afin de soulager ses attentes de noctambule et de rasséréner ses questionnements  :) Rien de bien méchant en cela, allons, allons !  :)

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 820
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #13 le: 08 janvier 2016 à 12:42:08 »
Joli texte (j'ai flairé que ça sentait le vécu mais traité avec un détachement intéressant) qui fonctionne comme un engrenage : tu lis la première ligne puis impossible de s'arrêter avant la dernière. Un peu comme cette histoire dont tu n'as gardé que la chronologie chaotique. Jusqu'au bout on se demande si ça fini et/ou comment ça fini.

Et j'ajouterai quand même : c'est la vie...  :prout:


PS : rassures-moi : t'as pas oser mettre son vrai nom de famille ?
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 472
Re : 100 raisons d'adorer et de haïr Jeanne Berto (Explicite)
« Réponse #14 le: 08 janvier 2016 à 13:04:03 »
Merci à toi vinzWallbreaker, quel pseudo !  :)
Effectivement, sur le rythme, et les 100 raisons, je dois avouer que j'ai eu un peu de bol. Je l'ai écrit quasi d'une traite, sans brouillon, à l'instinct, puisant au pollen du souvenir. Il me manquait juste une petite dizaine de chiffres sur la fin, que je suis parvenu à combler avec la courte séquence des "M'oublia". Presque une chance en fait, car cela casse un peu l'énumération foisonnante, limite indigeste, des "vertes et des pas mûres" que m'a fait endurer la miss durant ces quelques mois.
Quant à la vie ! Bien évidemment que c'est la vie. Fort heureusement que c'est la vie. Je ne me sens pas assez sérieux ou morbide à ce point pour proclamer le contraire.

Bien à toi !

Kokox

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 18 requêtes.