Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 novembre 2022 à 00:54:37
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » Chevreuse - Modiano - 2021

Auteur Sujet: Chevreuse - Modiano - 2021  (Lu 1016 fois)

Hors ligne RomainD

  • Troubadour
  • Messages: 290
Chevreuse - Modiano - 2021
« le: 31 octobre 2021 à 11:10:56 »
Chevreuse de Modiano, Gallimard, 2021

Un mot objectif pour qualifier ce livre : néant
Un mot subjectif pour qualifier ce livre : effarement

Oui, la lecture m'a effaré, je ne saurais pas le dire autrement. Il n'y avait absolu rien dans ce livre. Un pur déploiement de néant, de ronronnement qui n'en finissait jamais.

En fait c'est comme si c'était une caricature poussée à l'extrême de Modiano - prenez juste les motifs signatures mais n'y insufflez aucun souffle, aucune vigueur littéraire, aucun vertige, aucune construction subtile, aucun suspens.

Dès les premières pages j'ai senti comme un malaise, les phrases me semblaient trop explicites pour du Modiano, on me donnait déjà trop d'informations, comme par une paresse d'écriture assumée. Ou une absence de volonté d'avoir une construction élaborée pour qui déploierait stratégiquement des motifs au fur et à mesure, qui viendraient créer une sensation surabondante, qui viendrait élever le tout.

En clair j'ai vraiment eu la sensation de lire un Papy Modiano, assis confortablement dans son transat l'été à une plage, et qui s'amuserait à écrire une petite histoire gentille, une historiette, sans aucune exigence littéraire, aucun souffle ; certes les phrases sont impeccables, la lecture est fluide, mais est-ce que ce n'est pas le minimum syndical ? et il n'y a rien d'autre dans ce livre : donc Mr.Modiano, bien allègre, se contente du minimum.

Ce qui me fait d'autant plus mal que j'adore personnellement ses premières oeuvres, notamment La place de l'étoile, dont j'ai écrit ma propre version (dire à quel point le livre m'obsédait) - or ici je n'y ai aucunement senti le souffle de ces livres-là, j'ai eu l'impression d'ouvrir une coquille vide.

Certes, si Mr.Modiano veut se complaire dans cette écriture, cela est son droit, surtout à un âge avancé qui est le sien je comprendrais qu'il n'ait plus la vigueur nécessaire pour entreprendre des oeuvres à souffle littéraire, néanmoins ce qui me met hors de moi, c'est que derrière le livre soit EN-CEN-SÉ dans les pages du Magazine Lire, avec Mr.Busnel qui le qualifie de "chef d'oeuvre", donc moi je me dis que soit Mr.Busnel se fout de notre gueule, soit ce mot n'a plus de valeur et l'on peut l'employer aussi spontanément que nous prendrait une envie de pisser.

Bref, voilà mon avis sur Chevreuse, selon moi c'est une lecture inintéressante au possible mais si vous voulez tuer le temps vous pouvez toujours acheter le livre car encore une fois Mr.Modiano sait écrire, simplement ça tourne à vide.

 
« Modifié: 31 octobre 2021 à 11:12:46 par RomainD »

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Chevreuse - Modiano - 2021
« Réponse #1 le: 31 octobre 2021 à 14:16:57 »
salut romain!

[ c'est comme si c'était une caricature poussée à l'extrême de Modiano

tu as déjà lu du modiano?

bon perso j'aime pas modiano (et j'aime bien qu'on s'autorise, si on le sent, à dire qu'on n'aime pas des vaches sacrées, fussent elles beethoven, truffaut, gabriel garcia marquez, ou picasso)

merci pour ta note de lecture - qui illustre quand même à quel point il est + difficile de parler de ce qu'il n'y a pas (pas de plaisir de lecture en l'occurence) que de ce qu'il y a (d'où le fait que perso - peut-être par lâcheté - je dis rarement quand je n'ai pas aimé un livre)

mais ouais merci pour ta note de lecture

eric chevillard aussi par exemple https://www.liberation.fr/livres/2014/10/22/dissipation-de-la-buee_1127260/ n'aime pas modiano (et donc forcément des journalistes paresseux soupçonnent que ce soit forcément par envie ou aigreur ils prennent leur cas pour une généralité et s'imaginent que quand quelqu'un critique, c'est pour des raisons extralittéraires bref)

moi le modiano que j'avais lu et pas aimé, c'était un de ses premiers. je ne sais pas par exemple si sa facture a évolué (j'imagine - et j'espère - que non : avoir toujours le même style, ça veut dire qu'on l'a trouvé, et je suppose (et j'espère) quand même qu'il y a une continuité dans l'oeuvre de modiano)

Hors ligne RomainD

  • Troubadour
  • Messages: 290
Re : Re : Chevreuse - Modiano - 2021
« Réponse #2 le: 31 octobre 2021 à 14:36:59 »
salut romain!

[ c'est comme si c'était une caricature poussée à l'extrême de Modiano

tu as déjà lu du modiano?

bon perso j'aime pas modiano (et j'aime bien qu'on s'autorise, si on le sent, à dire qu'on n'aime pas des vaches sacrées, fussent elles beethoven, truffaut, gabriel garcia marquez, ou picasso)

merci pour ta note de lecture - qui illustre quand même à quel point il est + difficile de parler de ce qu'il n'y a pas (pas de plaisir de lecture en l'occurence) que de ce qu'il y a (d'où le fait que perso - peut-être par lâcheté - je dis rarement quand je n'ai pas aimé un livre)

mais ouais merci pour ta note de lecture

eric chevillard aussi par exemple https://www.liberation.fr/livres/2014/10/22/dissipation-de-la-buee_1127260/ n'aime pas modiano (et donc forcément des journalistes paresseux soupçonnent que ce soit forcément par envie ou aigreur ils prennent leur cas pour une généralité et s'imaginent que quand quelqu'un critique, c'est pour des raisons extralittéraires bref)

moi le modiano que j'avais lu et pas aimé, c'était un de ses premiers. je ne sais pas par exemple si sa facture a évolué (j'imagine - et j'espère - que non : avoir toujours le même style, ça veut dire qu'on l'a trouvé, et je suppose (et j'espère) quand même qu'il y a une continuité dans l'oeuvre de modiano)

Salut Meilhac !

Oui j'ai lu Modiano mais tout son cycle de jeunesse (que j'ai adoré, mes deux préférés étant la place de l'étoile et les boulevards de ceinture) et pas ses oeuvres récentes ; or de là est né toute ma déception à la lecture de ce dernier ouvrage car étant très admiratif de ce que je connaissais de lui je suis tombé des nues en découvrant ce Chevreuse, qui était à des années lumières de la force de ses premiers écrits.

Je veux dire, dans la place de l'étoile il y a une idée littéraire par phrase, ça fuse dans tous les sens, c'est absolument incroyable ; alors que dans Chevreuse il n'y a RIEN. En fait il y a tous les "éléments" modianesques s'il en sont mais aucunement la sève, la force, le souffle, dirais-je. Il n'y a pas de rage, il n'y a pas de vigueur littéraire : c'est dé-sin-car-né.

En fait ça m'a fait l'effet d'un auteur qui continue alors qu'il n'a plus rien à dire ; et à-vrai-dire cela m'a empli d'une profonde tristesse.

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Re : Chevreuse - Modiano - 2021
« Réponse #3 le: 31 octobre 2021 à 14:44:44 »
Oui j'ai lu Modiano mais tout son cycle de jeunesse (que j'ai adoré, mes deux préférés étant la place de l'étoile et les boulevards de ceinture) et pas ses oeuvres récentes ; or de là est né toute ma déception à la lecture de ce dernier ouvrage car étant très admiratif de ce que je connaissais de lui je suis tombé des nues en découvrant ce Chevreuse, qui était à des années lumières de la force de ses premiers écrits.

Je veux dire, dans la place de l'étoile il y a une idée littéraire par phrase, ça fuse dans tous les sens, c'est absolument incroyable ; alors que dans Chevreuse il n'y a RIEN. En fait il y a tous les "éléments" modianesques s'il en sont mais aucunement la sève, la force, le souffle, dirais-je. Il n'y a pas de rage, il n'y a pas de vigueur littéraire : c'est dé-sin-car-né.

En fait ça m'a fait l'effet d'un auteur qui continue alors qu'il n'a plus rien à dire ; et à-vrai-dire cela m'a empli d'une profonde tristesse.

ah bon? donc ça serait un cas de gigantesque régression? régresser un peu quand on est vieux c'est non seulement fréquent mais peut-être un peu inévitable, mais régresser à ce point ?

arf. ça fait flipper sur ce qu'on sera quand on serz vieux :--)

et/ou peut-être que toi tu as tellement été marqué par ta première lecture que tu as lu en (ne) cherchant (qu') à retrouver ce que tu avais trouvé, et que ça t'a gêné pour savourer  ce qu'il y'avait de bien?

bô.

en tout cas ça confirme (soit dit en passant) que c'est bien je trouve quand on regroupe dans le même fil les différents livres d'un même auteur (discuter du contenu d'un livre c'est chouette, mais discuter d'une oeuvre c'est encore + chouette souvent je trouve)



tu veux pas nous mettre un chti extrait romain stp :--) ? cinq ou six lignes de n'importe quel passage, juste pour qu'on se fasse une idée du ton ?

merci encore pour ta note de lecture!

Hors ligne RomainD

  • Troubadour
  • Messages: 290
Re : Chevreuse - Modiano - 2021
« Réponse #4 le: 31 octobre 2021 à 15:14:57 »
Pour moi c'est même plus une régression c'est encore un degré au dessus c'est-à-dire vraiment le néant quoi, pour moi il n'y a aucune tentative littéraire dans ce roman, aucune proposition, ce n'est ni plus ni moins qu'un produit sans aucune imagination, sans aucune prise de risque, sans aucune raison d'être autre que de passer le temps, mais cela pourrait avoir une validité s'il y avait une quelconque originalité, un quelque chose qui viendrait donner de l'intérêt, or pour moi il n'y a rien ; tout ce qui est dit a déjà été 100x mieux dit dans ses oeuvres précédentes. Je pense que l'image de mon Papy Modiano en train de siroter une limonade sur sa plage et de gribouiller ses lignes avec un petit sourire autosatisfait rend bien le ressenti du livre.

Je suis pas ultra partisan de mettre des citations hors contexte car pour moi une oeuvre est une mosaïque, elle est belle si on la contemple dans son ensemble mais il est difficile (voire impossible) de réellement saisir la grandeur d'une oeuvre si on ne l'analyse qu'avec une loupe qui viendrait isoler une partie.

Néanmoins, par curiosité, essayons de nous prêter à cet exercice pour voir ce que ça donne :

Prenons la première page de Chevreuse, car dès ici j'ai été gêné et j'ai pressenti que ça n'irait pas :

"Bosmans s'était souvenu qu'un mot , Chevreuse, revenait dans la conversation (...)
Il l'avait entendu dans le petit restaurant vietnamien désert, un soir qu'il était en compagnie de celle que l'on appelait Tête de mort
(...)
D'autres paroles, d'autres visages, et même des vers qu'il avait lus à cette époque, se bousculaient dans sa tête - des vers si nombreux qu'il ne pouvait pas tous les noter : (...)
Mais comment mettre en ordre tous ces signaux et ces appels en morse, venus d'une distance de plus de cinquante ans, et leur trouver un fil conducteur ?"

Regarde tout ce qu'on apprend déjà dès la première page, et dit de manière si explicite, enfin, où est le suspens, où est la sensation de brouillard, cette sensation de rêve éveillé modianesque ? Où est la tension ? Tout est déjà explicite, on dirait presque c'est pornographique quoi : à l'aide. Putain mais à l'aide LE PREMIER MOT du roman c'est le nom principal du narrateur quoi, où est le mystère ?

Prenons maintenant la première page Des boutiques obscures, écrite 49 ans auparavant :

"Je ne suis rien. Rien qu'une silhouette claire, ce soir-là à la terrasse d'un café. J'attendais que la pluie s'arrêtât, une averse qui avait commencé de tomber au moment où Hutte me quittait."

Merde est-ce que ça déjà ça pose pas bien mieux une ambiance, un décor, un ton, un mystère ? Rien que cette première phrase elle enterre tout Chevreuse à mes yeux.

Maintenant prenons la première page de la place de l'étoile, première oeuvre de Modiano écrite quand il a 23 ans :

"C'était le temps où je dissipais mon héritage vénézuélien. Certains ne parlaient plus que de ma belle jeunesse et de mes boucles noires, d'autres m'abreuvaient d'injures. (...)
Jusqu'à quand devrons-nous assister aux frasques de Raphaël Schlemilovitch ? Jusqu'à quand ce juif promènera-t-il impunément ses névroses et ses épilépsies, du Touquet au cap d'Antibes, de la Baule à Aix-les-Bains ? Je pose une dernière fois la question : jusqu'à quand les métèques de son espèce insulteront-ils les fils de France ? (...)"

Comme dans Chevreuse on apprend dès la première page l'identité du protagoniste mais merde, est-ce que c'est pas beaucoup plus drôle écrit de cette manière, est-ce que ça donne pas beaucoup plus le ton du bouquin, est-ce qu'on sent pas qu'il va se passer des choses dans ce livre ?

Enfin, voilà, je pense pas qu'avec ces citations j'ai vraiment réussi à rendre compte du gouffre qui séparent ces oeuvres, peut-être que ça donnera tout au plus une idée, mais il faudrait les lire pour vraiment comprendre.
« Modifié: 31 octobre 2021 à 15:17:20 par RomainD »

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Chevreuse - Modiano - 2021
« Réponse #5 le: 31 octobre 2021 à 18:15:17 »
Je suis pas ultra partisan de mettre des citations hors contexte car pour moi une oeuvre est une mosaïque

ah bah pour moi c'est exactement l'inverse. un texte c'est des phrases qui se suivent. et une ou deux ou trois phrases (moches, jolies, bizarres, banales, poussives, fulgurantes, stylées, reulou) permettent de voir si c'est top ou si c'est naze (si j'avais pas peur de faire pédant je m'appuierais sur des punchlines d'auteurs réputés (proust, flaubert, wilde) pour appuyer mon propos mais j'ai peur de faire pédant donc je me contente de le dire haut et fort : chacun sa came, mais les livres où y a besoin de les avoir lus en entier et d'en avoir compris la composition pour savoir si c'est top ou si c'est naze, non merci. on ne demande pas à un oenologue de s'enfiler toute la bouteille. seuls les mauvais oenologues prennent des postures genre "chai pas, faut voir, revenez me voir quand j'aurai bu toute la bouteille")

donc merci d'avoir posté qq phrases !! je vais les regarder ! :)



bon et à part ça cher.e.s camarades il faut vraiment qu'on arrête les https://monde-ecriture.com/forum/index.php?action=search2 (j'ai tapé "modiano" dans le lecteur recherche : les topos sur modiano sont dispatchés. dommage)  conneries là sur cette rubrique "salle de lecture" : soit c'est une rubrique qu'on s'en fout,  soit c'est une rubrique qu'on en a quelque chose à foutre. et si c'est une rubrique qu'on en a quelque chose à foutre il faut d'urgence qu'on rompe avec cette habitude débile d'ouvrir un nouveau fil par livre.
il faut faire des fils par auteur
apparemment il y a quelque chose d'intéressant autour de modiano
mais sauf que on a plein de fils modiano, un pour chacun de ses livres. on se prive collectivement de la possibilité de pénétrer l'univers d'un écrivain connu, que certains adorent, que certains n'aiment pas, et ça nous aiderait toustes à grandir si on regroupait ça dans un fil  :)

je propose qu'on ne fasse rien à part dire gentiment aux gens qui ouvrent un nouveau fil à propos d'un auteur déjà chroniqué de regrouper leur recension avec les précédentes.  :)

 

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 18 requêtes.