Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 novembre 2022 à 00:05:56
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » La Symphonie pastorale (André Gide)

Auteur Sujet: La Symphonie pastorale (André Gide)  (Lu 1344 fois)

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 259
    • la galerie du petit prince
La Symphonie pastorale (André Gide)
« le: 22 février 2017 à 21:28:02 »


Petit roman écrit par André Gide en 1919. L'adjectif "Pastorale", ça vient de pasteur, le berger, le mec qui commande ses moutons dans la montagne. Par extension, plus précisément par parabole biblique, le pasteur désigne aussi celui qui guide ses fidèles : #Jésus.

Enfin, le substantif "pastorale", c'est un type d'oeuvre littéraire ou musicale "qui relate la vie, les amours des bergers et des bergères dans le cadre conventionnel de la douceur champêtre."

En définitive, c'est un terme polysémique que je trouve intéressant de définir pour introduire ce roman.

Je ne vais pas faire de résumé, vous pouvez en trouver partout sur le net. Par contre, je vais essayer d'exprimer ce que ça a provoqué en moi. C'est un tableau bucolique qui m'a rappelé, par moments, la poésie grondante et simple de Steinbeck dans Des Souris et des hommes. Il y a des passages tout rouges même si Gertrude la pauvre enfant elle est aveugle. Elle demande au pasteur qui l'a recueillie de lui décrire le monde, sa couleur. Oui, ce roman ressemble au temps qu'il fait juste avant un orage. Il y a beaucoup de nuit aussi, fatalement, et de l'amour en débord. Celui qui ne demande rien. Puis derrière les paupières une idée de péché qui déteint, qu'on tait, par respect pour ce qui est pur. Il y a le blond de ses cheveux, et la cécité du bonheur. Il y a ceux qui voient mais qui ne voient rien.

"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : La Symphonie pastorale (André Gide)
« Réponse #1 le: 24 février 2017 à 17:49:17 »
yep, merci Eveil  :)
j'avais lu et bien aimé ce roman
ce dont je me souviens surtout c'est que je croyais lire du giono (pastorale...) et ce n'est qu'une fois le livre fini que j'avais compris que c'était du gide  :D :D :D.
très bon souvenir. mille fois mieux en tout cas je trouve que Les faux monnayeurs, un peu compliqué-alambiqué-prétentieux.
La porte étroite j'aime beaucoup aussi.
bon après globalement le problème de Gide c'est que c'est vraiment du sous-Proust en général je trouve ; je veux dire tout ce qu'il y a dans Gide c'est dans Proust en mieux (on sent à fond que c'est la même époque, le même genre de style) ; c'est un peu le syndrome andy murray en tennis : joueur brillantissime mais manque de bol, il aura fait la quasi totalité de sa carrière en même temps que federer et nadal :--).
mais vraiment chouette cette symphonie pastorale en tout cas. :)
« Modifié: 07 mars 2022 à 14:45:16 par Meilhac »

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 792
  • Prout
Re : La Symphonie pastorale (André Gide)
« Réponse #2 le: 24 février 2017 à 18:43:25 »
Je l'avais lu en prépa et j'avais bien aimé aussi. Beaucoup d'émotions. C'est le bouquin qui m'a vraiment fait aimer Gide.
(Et ça se lit quand même vachement plus facilement que Proust :P)
"We think you're dumb and we hate you too"
Alestorm

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : La Symphonie pastorale (André Gide)
« Réponse #3 le: 07 mars 2022 à 14:44:30 »
Je viens de le relire, c'est vraiment de la très très bonne came.

beau style, le Gide. :)

quelques  formulations un peu désuètes mais charmantes dont je ne me souvenais pas ("Devant que de lui parler" pour dire "au moment de devoir lui parler" en gros, par exemple)

et une belle parabole, au fond, sur le fait que des fois on voit mieux avec le coeur qu'avec les yeux etc, ou qu'en tout cas c'est peut-être plus facile de vivre les yeux fermés "living is easy with eyes closed/misunderstanding all you see" chantait lennon

et un narrateur sincère et fautif, mignon et troublant

un livre sur le mensonge et la vérité, sur l'essentiel et le superflu, sur les choix et la fatalité

et le tout qui tient dans un livre qui se lit en une heure ou deux

très, très bon livre, c'est clair  :)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.018 secondes avec 19 requêtes.