Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 novembre 2022 à 06:57:15
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » [Auteur] Marcel Proust

Auteur Sujet: [Auteur] Marcel Proust  (Lu 15020 fois)

pehache

  • Invité
Re : Marcel Proust
« Réponse #30 le: 15 janvier 2012 à 14:33:12 »
A part les deux citations introductives, il n'y a que mon analyse et le texte de Proust, toujours entre guillemets et avec références.
(J'ai mis en gras les noms des deux auteurs cités, et des titres, voilà.)

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 668
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Marcel Proust
« Réponse #31 le: 15 janvier 2012 à 14:41:23 »
Oki, cool (les guillemets se fondent un peu dans le reste mais bon tant pis).

Je réagis juste par rapport à "épiphanie des mouettes", tu aurais des trucs ou des ouvrages à me conseiller en ce qui concernerait "l'épiphanie mémorielle" chez Proust, par hasard ?  :mrgreen:
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Verasoie

  • Invité
Re : Marcel Proust
« Réponse #32 le: 24 juillet 2012 à 19:01:53 »
Je viens (il y a une dizaine de jours) de finir Sodome et Gomorrhe.

OMG  :coeur:



(Par contre MERCI Gallimard pour ses petites notes du style "allusion à la relation entre X et Y dans le tome suivant ?" - "allusion à la mort de Z dans deux tomes ?" --')

Pour l'instant c'est sûrement le tome que j'ai préféré (avec Combray). Il a tout, les passages à se plier de rire et ceux à béer d'affliction, les expressions qu'on hallucine de voir dans Proust ("en carton" pour dire nul, voire même "c'est caca !", lol quoi), les passages trop beaux, la mer, les culpabilités du narrateur, Saint-Loup, Albertine, et les 15 dernières pages m'ont tuée sur place. 

 :aah:

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Marcel Proust
« Réponse #33 le: 25 juillet 2012 à 00:47:00 »
les expressions qu'on hallucine de voir dans Proust ("en carton" pour dire nul, voire même "c'est caca !", lol quoi)
lol de mémoire c'est des expressions qu'il met dans la bouche de personnages, je ne crois pas que le narrateur dise ça himself, si?

(oui méfiance avec les notes (heureusement chez gallimard elles sont regroupées à la fin du bouquin je crois, donc faciles à ignorer (parce que c'est clair qu'il faut les ignorer, dans proust y a du suspense, quand on a la chance de lire ça pour la première fois, autant éviter effectivemetn les spoilers :--))

Verasoie

  • Invité
Re : Marcel Proust
« Réponse #34 le: 25 juillet 2012 à 10:15:29 »
Caca c'est Charlus, en carton c'est le narrateur, il me semble !

Elles ont beau être à la fin du bouquin, j'ai toujours la curiosité insatiable quand je vois une petite note :mrgreen: surtout après un passage sympa. Déjà que c'est difficile de sauvegarder sa naïveté avec les classiques, ils pourraient faire un effort xD

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Marcel Proust
« Réponse #35 le: 25 juillet 2012 à 10:49:38 »
Elles ont beau être à la fin du bouquin, j'ai toujours la curiosité insatiable quand je vois une petite note :mrgreen: surtout après un passage sympa. Déjà que c'est difficile de sauvegarder sa naïveté avec les classiques, ils pourraient faire un effort xD
lol on va essayer de te dégoter une édition sans notes (je sais pas si ça existe tellement :--))

"en carton" je me souviens pas où c'est, tu te souviens à quel propos il utilise cette expression ?  ;)

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Marcel Proust
« Réponse #36 le: 25 juillet 2012 à 12:59:59 »
Pas du tout ! (C'est dommage, j'aurais dû noter x)). Désolée : )
M. de Charlus savait bien que les tonnerres qu'il brandissait contre ceux qui ne se pliait pas à ses ordres, ou qu'il avait pris en haine, commençaient à passer selon beaucoup de gens, toute la rage qu'il y mît, pour des tonnerres en carton, qui n'avaient plus la force de chasser n'importe qui de n'importe où.

ça doit être celle-ci :--)

et effectiment caca c'est charlus (et d'autres peut-être aussi, mais en tout cas charlus) "sarah bernhardt dans l'aiglon, qu'est-ce que c'est ? du caca" "que vous alliez faire pipi chez la comtesse Caca ou caca chez la baronne Pipi, c'est la même chose" (avis aux non-habitué.e.s : rien de représentatif là-dedans, peu de passages scato dans proust :--)))
« Modifié: 25 juillet 2012 à 13:13:50 par Meilhac »

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 792
    • au bord du littéral
Re : Marcel Proust
« Réponse #37 le: 20 novembre 2012 à 11:04:50 »
Pour les amateurs, sachez que des textes inédits de Proust, écrits dans sa jeunesse, viennent d'être publiés chez Des Busclats . Plus d'infos : http://www.actualitte.com/les-maisons/des-busclats-publie-onze-textes-retrouves-de-proust-38272.htm !

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Marcel Proust
« Réponse #38 le: 21 novembre 2012 à 18:49:10 »
http://www.franceculture.fr/emission-fictions-theatre-et-cie-le-scenario-proust-de-harold-pinter-1ere-partie-2012-11-11

je sais pas ce que ça vaut. si j'écoute je vous raconterai

EDIT : j'y ai jeté une oreille, j'ai trouvé ça bof bof bof, mille fois moins que le bouquin a priori (faut dire que la barre est haute)
« Modifié: 22 novembre 2012 à 20:29:17 par Meilhac »

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Marcel Proust
« Réponse #39 le: 22 novembre 2012 à 20:35:30 »
Pour les amateurs, sachez que des textes inédits de Proust, écrits dans sa jeunesse, viennent d'être publiés chez Des Busclats . Plus d'infos : http://www.actualitte.com/les-maisons/des-busclats-publie-onze-textes-retrouves-de-proust-38272.htm !
Alerte, spécial info flash : je viens de feuilleter la chose à la librairie : les textes ne sont pas inédits, ils figurent là-dedans http://www.amazon.fr/Ecrits-sur-lart-Marcel-Proust/dp/2080710532 (écrits sur l'art), et c'est moins cher, et y a beaucoup + de choses (des pastiches pas piqués des vers notamment). bref c'est de l'enfumage ce foin autour de ces pseudo-inédits.

Mais ils sont jolis, ils sont pas mal.pas du grand proust, mais élégant, smart, subtil, raffiné. de la bonne came, qui n'a pas du tout la puissance de la recherche du t p, mais a déjà une belle délicatesse.  ^^

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 401
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Ne lisez jamais Proust! (Marcel Proust)
« Réponse #40 le: 15 août 2014 à 17:33:25 »
En matière d’art, j'ai un principe qui est de considérer que, si tant de gens aiment des œuvres que je n'apprécie pas, c'est qu’il y a probablement plus de chances pour qu’ils aient raison et moi tort que l’inverse. Tant de personnes ne pouvant être tous des snobs ou tous des idiots, mon premier mouvement est de penser que c’est moi qui dois être un béotien.
De ce principe découle naturellement la volonté de tenter quelques raisonnables efforts  pour aimer et, pourquoi pas, comprendre (mais on peut aimer sans comprendre, une œuvre d'art, une femme, ...) ce qui, jusqu’à présent, m'ennuyait ou même me faisait ricaner.
La croyance en ce principe n’est pas une preuve particulière de modestie et, beaucoup de mes amis vous le diront, cette qualité n’est pas plus développée chez moi que chez le premier imbécile venu. De plus, toute modestie mise à part, je crois pouvoir situer assez précisément et sans illusion mes limites intellectuelles.
Je me dois également de préciser que je n’applique pas  ce principe de généreuse ouverture à tous les arts ni à tous les artistes.
En premier lieu, j’ai exclu du champ de mon possible la musique, la danse,  la poésie et le théâtre. Non pas que je n’aime pas la musique, la danse, la poésie ou le théâtre, mais, dans ces domaines, mon choix est fait depuis longtemps, et trop d’expériences aventureuses se sont soldées par d’inoubliables soirées d’ennui. Pour le moment, et dans ces domaines culturels, je resterai encore un temps d’un conservatisme prudent en appliquant cet autre principe selon lequel « what you don’t know won’t hurt you », ce qui est une façon chic de dire que « ce que tu n'iras pas voir (ou entendre) ne te fera pas ch.... » .
Reste donc la littérature et la peinture, mais bien sûr, pas toute la littérature ni toute la peinture. En effet, et tout comme l’imbécile déjà cité, j'ai une idée personnelle et quasi définitive de ce qu'est le mauvais goût, et je ne souhaite pas évoluer sur ce sujet.
Ces préliminaires expliquent sans doute pourquoi je n'ai jusqu'à présent tenté réellement ces raisonnables efforts que sur un nombre restreint de sujets. Et là, j'ai connu quelques échecs. Parmi eux, par exemple, Montaigne et Saint Augustin, James Joyce et Umberto Eco, Francis Bacon et Andy Warhol.
Juste un mot sur Montaigne : la forme déjà me rebute, je n'arrive littéralement pas à saisir le sens de la phrase et je trouve que la ponctuation ne fait qu'ajouter à la confusion. Quand le sens apparait,  soit qu'on me l'ait expliqué soit que j'ai accompli quelque effort personnel, je ne vois la plupart du temps qu'angélisme et banalité, égoïsme et autosatisfaction. Je sais que je suis dans l'erreur, que c'est choquant, indéfendable. Mais pour moi, c'est comme la cuisine japonaise: j'ai goûté et ça va comme ça.
Par contre, j'ai eu quelques réussites, dont Homère, Shakespeare, Flaubert, Virgile, Yourcenar, et, surtout, ma dernière découverte, Proust.
Ah! La Recherche! Tout le monde a lu ses trente premières pages, mais si peu les deux mille neuf cents dernières.
La Recherche, roman intense et distendu, habité de portraits cruels, drôles ou attendris de personnages à jamais disparus depuis cent ans, mais que l'on peut retrouver par surprise au croisement d'un diner pas trop intime et d'une humeur d'ethnologue.
Qui n'a pas rencontré de Cottard, de Basin, de Norpois, de Grand-Mère, de Françoise ? Qui n'a pas aimé puis détesté une Oriane de Guermantes ? Qui n'aurait pas voulu avoir pour ami un Swann ou un Saint Loup ? Qui n’a pas frôlé une Albertine ?
La Recherche, étude pointilliste d’une société extraordinairement inégalitaire mais totalement assumée et acceptée par les personnages mis en scène, quelles que soient leurs places sociales dans le roman.
Comment, aujourd’hui, ne pas être surpris, amusé et parfois choqué par les incommensurables fossés qui séparaient alors le grand monde de la bourgeoisie et la bourgeoisie du peuple, Charlus de Cottard, et Cottard d’André…
La Recherche, exposition de peintures de scènes immobiles ou animées, si romantiques, si fleuries et pourtant si précises et si réelles que l’on peut en entendre le fond sonore ou en sentir le parfum, si parfaites que l'on se demande pourquoi on n’a jamais rien lu de tel.
Comment mieux faire apparaitre le jeu d’un rayon du soleil sur le fer forgé d’un balcon ou les gerbes d’une fontaine au loin dans un jardin ?
La Recherche possède également une caractéristique rarement appréciée de notre temps où règnent les twitts, les texto et les mails. C’est celle d’avoir du  temps, d’être interminable. Ce qui chez d’autres auteurs serait un grave défaut, est, chez le petit Marcel, une qualité majeure. Quand on est bien dans un roman, qu’y a-t-il de plus confortable et de plus rassurant que de ne pas en voir le bout : Chouette ! Encore mille deux cent cinquante-trois pages !
La Recherche présente pourtant un défaut : lorsque vous en sortirez, tout ébloui, vous mettrez beaucoup de temps à ré-accommoder votre vue sur le reste de la littérature.

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 668
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Ne lisez jamais Proust! (Marcel Proust)
« Réponse #41 le: 15 août 2014 à 17:51:58 »
Coucou, y a déjà un sujet sur Proust en fait !
ici : http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,1881.0.html

je déplace ton message là-bas ? ^^
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Ne lisez jamais Proust! (Marcel Proust)
« Réponse #42 le: 15 août 2014 à 18:04:48 »
salut
Coucou, y a déjà un sujet sur Proust en fait !
ici : http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,1881.0.html

je déplace ton message là-bas ? ^^
bé oui, autant les fondre à mon très humble avis  ;)
bienvenue au club des fans champdefaye (petit détail en passant : n'hésite pas la prochaine fois à éviter de faire vingt lignes d'intro sur ton rapport à la lecture avant d'aller à l'os  :D   ;) )
y a un tome ou un passage que tu préfères dans proust ? tu as lu le proust hors-recherche ?

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 401
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Ne lisez jamais Proust! (Marcel Proust)
« Réponse #43 le: 16 août 2014 à 09:15:00 »
Bonjour Ernya,
Bien entendu d'accord pour que "Ne lisez jamais Proust" soit déplacé. En espérant qu'un jour vous trouviez Proust moins "chiant" et mieux écrit.(!!!!)
À mon avis, la bande dessinée n'est pas le bon moyen pour aborder ce monument.
Je signale qu'il existe un enregistrement complet de la Recherche. Il comporte une centaine de CD, soit une centaine d'heures. Le lecture est faite par Dussolier, Wilson, Galliene , Podalydes et Lonsdale. 

Bonjour Meilhac,
En écrivant ce texte, mon intention n'était pas de présenter la Recherche ou d'en faire imprudemment un résumé, mais d'expliciter le processus par lequel j'étais venu à Proust.
Un processus logique, en quelque sorte:
 1) Proust est considéré, et pas seulement en France, comme le plus grand écrivain occidental du 20ème siècle.
 2) Proust m'a découragé quand j'étais au lycée.
3) tous ces gens qui disent aimer Proust ne sont pas des menteurs ou des snobs (quelques uns, oui)
4) Je vais donc essayer de lire la Recherche.

Pour ceux qui ont peur de se lancer dans la Recherche. je donne habituellement deux conseils:
a) commencez par les 50 premières pages de Contre Sainte Beuve. Si vous aimez, vous aimerez la Recherche
b ) si la phrase longue de Proust vous paraît difficile, lisez le texte à mi-voix et le sens apparaîtra sans difficulté.
Donc, avec mon texte, je n'ai pas voulu écrire un article de catalogue sur Proust, il y en a déjà tellement, mais donner des raisons et des  impressions de lecture.
Peut être aurais-je dû le placer dans la rubrique Textes Courts.

En ce qui concerne la question de mon  volume préféré, c'est Sodome et Gomorrhe.
Quant aux bouquins sur Proust, j'ai bien aimé " le manteau de Proust" , "Monsieur Proust"  de Céleste Albaret, le dictionnaire des Einthoven père et fils, un livre de Samuel Beckett dont j'ai oublié le titre.
Les pastiches sont un plaisir,  mais je n'ai pas pu avancer dans  Jean Santeuil.
Il me reste à lire le Temps retrouvé.
« Modifié: 16 août 2014 à 09:42:15 par Champdefaye »

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 668
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Ne lisez jamais Proust! (Marcel Proust)
« Réponse #44 le: 16 août 2014 à 10:05:15 »
Je déplace donc ! ;)

Sinon, Champdefaye, j'ai pas relu le sujet en détail mais je crois pas avoir dit que Proust aurait dû mieux écrire. J'ai juste fait une remarque tintée d'une légère ironie sur ses paragraphes longs (clin d'oeil à mon sujet de mémoire sur le paragraphe flaubertien, private joke que tu ne pouvais pas saisir mais que d'autres membres oui ^^), c'est tout. J'ai beaucoup de mal avec Proust, c'est un fait. J'accroche mal à son humour - que je perçois mais de manière très superficielle à en croire mes anciens profs.
Aborder Proust par une lecture, très peu pour moi, j'accroche pas à un texte quand on me le lit, mais ça peut être une autre approche, en effet.
Le Contre Sainte-Beuve, j'aime bien la thèse essentielle sur le moi de l'artiste et le moi biographique mais dans l'ensemble, j'ai eu un peu de mal avec tout le début très très égocentrique.

Par contre, j'ai beaucoup aimé Proust de Beckett, il a une lecture très intéressante du rapport vis-à-vis du souvenir chez Proust (c'est à peu de choses près la même lecture que celle que fait Walter Benjamin). J'ai aussi beaucoup aimé un bouquin critique que j'ai lu sur Proust qui analysait la structure du processus de l'épiphanie au fil de l'oeuvre en montrant, si je me souviens bien, que Proust favorisait aussi les épiphanies pour le lecteur en parlant de choses déjà lues par le lecteur au fil de l'oeuvre.

Bref, en règle générale, je trouve que Proust est plutôt intéressant à partir du moment où je suis guidée par des critiques, à partir du moment où j'y entre par des entrées thématiques et non selon un processus de lecture solitaire et linéaire. Du coup, à lire par moi-même, juste pour le plaisir de la lecture, j'accroche très très peu, il me manque un souffle pour avancer.

Peut-être que ça viendra plus tard mais tout ça pour dire qu'"aborder Proust", j'ai déjà essayé, oui. Et pour la BD, c'était plus par curiosité qu'autre chose (et je ne suis pas allée très loin dans ma lecture de planches parce que j'étais pas très convaincue).  ^^
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 19 requêtes.