Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 novembre 2022 à 07:01:49
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » [Auteur] Marcel Proust

Auteur Sujet: [Auteur] Marcel Proust  (Lu 15020 fois)

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
[Auteur] Marcel Proust
« le: 28 février 2009 à 21:55:33 »
Chose promise, chose dûe ! Depuis le temps que je me délecte d'A la Recherche du Temps Perdu et autres Contre Sainte-Beuve et que je sais ne pas être la seule sur le forum, le moment est venu de bâtir la cathédrale MdEienne qui chantera leurs louanges -ou réveillera leurs détracteurs! 

Marcel Proust (1922-1971) est l'un des auteurs les plus marquants de la charnière littéraire effectuée entre les XIXe et XXe siècles. Son oeuvre paraît surtout en début de XXe siècle, mais se place -entre autres- sous le signe d'une observation critique de l'ère passée. Mais elle est loin de se réduire à cette dimension. A moins, comme le dit Wikipédia, de verser dans la caricature (excellente, au demeurant) des Monty Python, il est assez difficile de résumer la Recherche.
Citation de: Wikipédia
Le narrateur, jeune homme hypersensible né dans une famille bourgeoise parisienne vers la fin du XIXe siècle, veut devenir écrivain. Cependant, la tentation mondaine le détourne longtemps de son objectif premier. Attiré par le mirage de l'aristocratie ou des lieux de villégiature à la mode (comme Balbec, ville de la côte normande dont Cabourg est le modèle), il grandit en même temps qu'il découvre le monde, l'amour, l'existence de l'homosexualité. La maladie et la guerre, qui le couperont du monde, lui feront prendre conscience de l'extrême vanité de la tentation mondaine et de son aptitude à devenir finalement écrivain pour fixer le temps perdu.
La Recherche, c'est bien plus que ce simple résume, succinct s'il en est. En effet, il s'agit surtout d'une entreprise immense de questionnement sur l'amour, de l'art, la mémoire, les sens et surtout, l'écriture elle-même. Ce roman, ou plutôt cette série de romans, fait voyager le lecteur dans l'espace et dans le temps, lors d'une prise de conscience de la vie dans son essence ou du moins, dans la tentative constante de cette prise de conscience.
C'est aussi la rencontre avec des personnages tantôt satires vivantes, tantôt portraits psychologiques, tantôt instances subjectives -et parfois, tout cela à la fois. Ainsi, on peut reconnaître en Albertine une critique de la jeune fille parvenue, mais aussi une transposition romanesque d'Alfred Agostinelli, amant principal de l'auteur, ou encore une incarnation de l'Amour sous sa forme la plus tyrannique, la plus absolue mais aussi la plus vulnérable aux ravages de l'oubli. D'autres figures, tels que le baron de Charlus, homosexuel notoire, constituent tant bien une critique sociale que des éléments du milieu mondain, dont la peinture traverse l'oeuvre. Ce tableau distancié provoque souvent (si si, je vous assure!) le rire du lecteur, car la plume proustienne est loin d'être dénuée d'ironie envers le Narrateur ou le monde dans lequel ce dernier évolue.

A la Recherche du Temps Perdu se compose de:
1- Du côté de chez Swann (dont Un Amour de Swann constitue la 2e partie)
2- A l'Ombre des Jeunes Filles en Fleur
3- Le Côté de Guermantes
4- Sodome et Gomorrhe
5- La Prisonnière
6- La Fugitive (Albertine Disparue)
7- Le Temps Retrouvé

Autres ouvrages:
Contre Sainte-Beuve, un essai de critique littéraire
Pastiches et mélanges, des pastiches d'autres écrivains aisément (c'est vite dit) reconnaissables
Jean Santeuil, un roman inachevé

Et vous? Avez-vous été intéressés, captivés, dégoûtés? De mon côté, je suis fan! :coeur:

« Modifié: 08 septembre 2015 à 20:00:21 par Zacharielle »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 010
  • Championne de fautes de frappe
Re : Marcel Proust
« Réponse #1 le: 30 mars 2009 à 16:36:10 »
Ah lala, Marcel, Marcel, tu as hanté mon hypo et ma première khâgne...
La première année, on a lu Du côté de chez Swann, et la deuxième, Albertine disparue. Y a un gouffre entre les deux.
 
J'ai bien aimé Du côté de chez Swann, c'est un rythme, il faut se laisser prendre. Quand j'y repense, je pense à un jardin au soleil, je sais pas pourquoi. (sauf la partie "Un amour de Swann" qui était assez exaspérante aprce que bien écrite, donc on ressentait vraiment la jalousie du personnage, et du coup ça en devient désagréable à lire, je trouve XD). Cela dit c'était assez bizarre : le seul livre que j'ai arrêté plusieurs mois puis repris, comme si de rien était : pas de frustration de ne pas avoir la suite, et pas non plus de dépaysement en le reprenant. Bref, un livre marquant.

Par contre, Albertine disparue...  >< Non. Non, lui il est pas bien passé du tout. Un narrateur qui passe sa vie à s'imaginer les perversions de sa petite amie décédée... Décidément, non. Après, c'est toujours aussi bien écrit, toujours aussi juste mais... J'ai vraiment pas accroché. J'ai même trouvé la lecture douloureuse, lol.

Du coup j'ai pas lu les autres tomes ^^ En fait, je crois que ce que j'ai aimé dans Du côté de chez Swann, c'était juste le parfum d'enfance, très bien rendu. Mais j'aime pas du tout l'histoire (la non histoire lol) d'ALRDTP.

N'empêche, Albertine, je te dois bien quelque chose : j'ai jamais eu une aussi bonne note en dissert de lettres ! XD
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Marcel Proust
« Réponse #2 le: 30 mars 2009 à 22:21:59 »
Arf, je dois moi-même avouer que des sept tomes - que j'ai maintenant fini de lire, mais pas de relire, hyuu! - c'est celui-ci, Albertine Disparue, que j'aime le moins. C'est une réécriture d'Un Amour de Swann, certes, mais je préfère Albertine vivante (que c'est cynique, dit comme ça) ou encore le Narrateur pleinement créateur, comme dans le sept. J'ai beau adorer Proust, cet élément de la saga m'a moins touchée que les autres, je ne sais pas pourquoi.

En revanche, ce volume s'avère fondateur pour la suite. Et puis Saint-Loup s'y révèle, ce qui ne m'a pas trop surprise à cause des notes spoilantes, mais qui m'a en revanche pas mal intéressée. Du coup, mes tomes préférés de la Cathédrale sont finalement le premier, Du Côté de chez Swann, le dernier, Le Temps Retrouvé, et puis le quatrième, Sodome et Gomorrhe, au milieu.

Je suis d'accord pour l'idée de "non-histoire", ce qui est capital chez cet auteur, c'est son style. D'ailleurs, au risque de passer pour une vilaine fangirl, j'ai du mal à trouver un romancier qui écrive aussi bien que lui -à part peut-être Gracq et quelques autres. Au fond, dans ALRDTP, l'histoire, c'est celle du style et de sa trouvaille par un Narrateur qui devient de plus en plus écrivain, en nous appelant, nous, simples lecteurs, à le devenir aussi.

Un de ces jours, j'irai mettre des fleurs sur sa tombe, au Père-Lachaise... :coeur:
« Modifié: 30 mars 2009 à 22:25:36 par Ambrena »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Verasoie

  • Invité
Re : Marcel Proust
« Réponse #3 le: 18 juin 2011 à 12:08:49 »
Y'a un truc qu'il faut que vous m'expliquiez, parce que j'en ai marre de me sentir débile : le narrateur de la Recherche, c'est Proust, oui ou non ? :mrgreen:

(Tes dates m'ont induite en erreur Ambre, c'est 1871 - 1922 ^ ^)

Cela mis à part, j'ai dévoré les deux premiers tomes en moins d'un mois, et je vais sûrement bientôt craquer et acheter la suite. C'est incroyablement raconté : j'aurais jamais cru que tant de détails puissent me paraître nécessaires. Contrairement à Balzac et Hugo, il n'y a rien dedans qui m'ait paru superflu (alors que c'est encore plus long et avec une intrigue encore plus lente que Hugo !). Même le moindre détail est justifié, a sa raison d'être là parce qu'il a influencé le narrateur, etc. C'est gigantesque.

Ah oui et effectivement pour le style, j'ai l'impression de lire l'essence de la langue française (je ris toute seule quand il se moque des domestiques qui utilisent "rentrer" pour "entrer" et d'Albertine : "parfaitement" pour "tout à fait". S'il nous entendait parler dans la rue.. xD). Blague à part, c'est une sacrée claque littéraire.

Sinon dans l'histoire, j'ai beaucoup aimé Combray (ça évoque tellement de souvenirs, même à un siècle d'écart), l'humour dans Un amour de Swann (Cottard, ah, ce cher docteur, mdr), la relation (tellement unilatérale) du narrateur avec Gilberte, puis Albertine. J'ai pas (là tout de suite maintenant) le temps de me plonger dans la suite, mais à la rentrée je compte bien finir x)

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 010
  • Championne de fautes de frappe
Re : Marcel Proust
« Réponse #4 le: 18 juin 2011 à 12:11:00 »
Citer
narrateur de la Recherche, c'est Proust, oui ou non ?

Oui et non... Techniquement, non. C'est pas une autobiographie. Mais il s'est beauuuuucoup servi de sa propre vie pour son roman (et d'ailleurs il me semble que la seule fois où on nous dit le nom du narrateur, c'est Marcel)
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Verasoie

  • Invité
Re : Marcel Proust
« Réponse #5 le: 18 juin 2011 à 12:16:38 »
Ok, c'est bien ce que je me disais (de toute façon on peut pas appeler ça une autobiographie, si ça donne autant d'importance à l'histoire d'un perso se passant avant même la naissance de l'auteur  :mrgreen:). Merci d'avoir confirmé o/

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Marcel Proust
« Réponse #6 le: 18 juin 2011 à 17:07:14 »
Je sors ma science, mais c'est ce qu'on appelle un roman autobiographique : certes, le Narrateur n'est pas Proust, mais il lui ressemble beaucoup. Ne serait-ce que parce qu'il s'appelle... Marcel.
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Marcel Proust
« Réponse #7 le: 02 novembre 2011 à 00:24:12 »
Au fond, dans ALRDTP, l'histoire, c'est celle du style et de sa trouvaille par un Narrateur qui devient de plus en plus écrivain, en nous appelant, nous, simples lecteurs, à le devenir aussi.
Je suis assez d'accord avec cette manière de voir les choses. En tout cas,ce qui est troublant, c'est que les quelques autres écrits de proust ne comportent pas les longues phrases qui font la spécificité de la recherche du t p. autrement dit, y a un lien entre ce que raconte le livre et le style, davantage peut-être que chez beaucoup d'auteurs.

moi je suis ultra-fan c'est clair, mon idole absolue, pendant une longue période de deux ans environ, je ne pouvais pas lire quoi que ce soit d'autre

fabuleuse entreprise de spéléologie interne : tout se passe entre les deux oreilles du narrateur, et on ne s'ennuie pas une seconde. dommage qu'il n'ait pas eu le temps de faire quelques milliers de pages supplémentaires.

dommage aussi qu'il n'ait pas eu le temps de relire la fin, le dernier tome est un peu moins léché, le style un peu moins chiadé.

est-ce que quelqu'un sait si y a moyen quelque part à paris de voir des manuscrits de proust ? dans un musée ou un truc comme ça?
« Modifié: 26 janvier 2013 à 15:48:32 par Meilhac »

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 010
  • Championne de fautes de frappe
Re : Marcel Proust
« Réponse #8 le: 02 novembre 2011 à 09:54:49 »
Il existe le Musée des Lettres et des Manuscrits, à Paris (bd St-Germain) ; j'y ai été deux fois mais je ne me rappelle plus s'il y a des pièces de Proust... (En tous cas c'est très sympa : on voit les manuscrits de pas mal d'auteurs et quelques autres curiosités).


Et j'aime beaucoup ton expression de "spéléologie interne" ^^
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 668
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Marcel Proust
« Réponse #9 le: 02 novembre 2011 à 10:15:48 »
Huhu, les manuscrits de Prout ça doit être trop cool ! Je crois que y a les grands centres d'archives style BNF, tu devrais regarder sur leurs bases de donnée ! Après, c'est sûrement plus accessible au musée des Manuscrits mais y aura moins de choses que sur Proust.
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Marcel Proust
« Réponse #10 le: 02 novembre 2011 à 17:54:08 »
Contre Sainte-Beuve, un essai de critique littéraire
A propos de ce truc, ce qui fabuleux, c'est que A la recherche du t p est partie de là. proust avait plus ou moins renoncé à l'idée qu'il ne ferait sans doute jamais de vrai roman, il voulait faire un truc de critique littéraire sur la conception de la littérature de sainte-beuve. donc au départ il s'agissait de faire un essai littéraire. après quelques dizaines de pages, il s'est dit "je vais donner corps à ma théorie, en montrant par un exemple ce qu'est ma conception de la littérature et en quoi elle s'oppose à celle de sainte-beuve", et résultat, son exemple a pris un peu d'ampleur, puis beaucoup, et est devenu... la recherche du t p  :D c'est énormissime, à la fois  :D:o, et :coeur:

dans un autre genre ça me fait penser à http://www.youtube.com/watch?v=jk-kXwjASEE&feature=fvsr ça : maradona a dit dans une interview qu'il n'avait pas du tout l'intention de marquer le but du siècle. "j'avais un ou deux anglais aux basques aux alentours du rond central, j'ai juste voulu les empêcher de me prendre le ballon, et pi bon ça a pris un peu d'ampleur en cours de route"  :D

les petits ruisseaux, les grandes rivières... seulement le premier pas qui coûte... les plus longues marches commencent par  un pas (c'est un proverbe chinois ça? ça pourrait en tout cas  :D). etc.

à part ça merci beaucoup pour vos conseils, je vais creuser un peu la question des manuscrits de proust. ça doit être d'autant + trippant de les voir que quand il relisait, il faisait doubler de volume son texte, y en avait autant dans les marges que dans le texte, et si les marges étaient trop petites il faisait des espèces de collages foireux (les fameuses "paperolles" de proust :D) pour faire tout tenir ; son éditeur s'en arrachait parfois les cheveux, pour proust, relire était l'occasion d'ajouter dix mille trucs.

c'est parce qu'il n'a pas eu le temps de faire ça pour le temps retrouvé que le temps retrouvé est parfois un peu "sec", un peu moins génial que les autres tomes. la recherche du t p est une oeuvre un peu inachevée, comme le requiem de mozart, le capital de marx... sauf que proust avait été bien prévoyant  ^^: il avait écrit la conclusion de son bouquin longtemps à l'avance, donc si il était mort deux-trois ans avant, le bouquin aurait existé aussi, il aurait juste été un peu moins long.

je vous tiens au courant de ce que je trouve pour les manuscrits

rahlàlà marcel forever
« Modifié: 26 janvier 2013 à 15:49:31 par Meilhac »

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Marcel Proust
« Réponse #11 le: 10 janvier 2012 à 00:08:41 »
je suis en train de lire la correspondance gallimard/proust. pas mal du tout. mille fois bouleversant évident que la lecture  de l'oeuvre de proust, mais émouvant et drôle quand même.
on voit apparaître différents traits de caractère de proust : sa combativité, sa pugnacité, quand il s'agissait de défendre son oeuvre. il ne vivait plus que pour son oeuvre, il avait consacré sa vie à ça, il y fait allusion dans ses lettres, et surtout ça se sent à l'attention qu'il porte à la manière dont les différents tomes sont édités.
y a des allusions au fait qu'il faisait enrager les imprimeurs, puisqu'il faisait imprimer une première fois ses manuscrits, puis il y ajoutait des tas de trucs, il renvoyait à l'imprimeur, et il modifiait de nouveau, etc. il ajoutait plein de trucs au fur et à mesure (sauf pour la fin).

on voit aussi le proust jaloux/paranoïaque/susceptible. il paraît qu'il était assez comme ça dans la vie (ce qui est somme toute assez logique, au sens où la richesse de son imaginaire l'amenait à envisager dix mille trucs dans ses relations avec les gens).

on voit aussi le proust coupeur de cheveux en quatre; y a des phrases assez tordantes, du genre "les choses dont j'ai à vous parler sont au nombre de deux. La deuxième est sans importance", là où n'importe qui d'autre aurait écrit "j'ai une chose à vous dire" :D

et y a quelque chose de drôle aussi dans le début et la fin des lettres, une espèce de comique de répétition : tous les débuts de lettre de proust, c'est "j'ai été très malade, je n'ai pas pu vous écrire plus tôt"; et toutes les fins de lettres "très affectueusement mon cher gaston", etc. (alors que proust n'avait pas vraiment d'amis; mais il était prêt à être un peu hypocrite ou obséquieux pour défendre son oeuvre, et puis d'une manière générale il était exquis avec les gens, tout en préférant la solitude).

et puis plus on approche de la fin, plus c'est émouvant : le corps-à-corps entre proust et son oeuvre, la course contre la montre, la course contre le temps, la course contre la mort, qui oblige proust à cravacher, cravacher, cravacher, pour que l'oeuvre de sa vie soit la plus aboutie possible. les dernières lettres sont plus courtes, il explique carrément qu'il tombe par terre dès qu'il essaie de faire trois pas. dans sa dernière lettre, il dit que le plus urgent c'est qu'il donne tout ce qu'il a à l'éditeur, il bâcle la ponctuation, il termine en disant "je m'arrête adieu cher gaston  - marcel proust" et ce drôle de post scriptum "Lettre suivra quand pourrai".

y a aussi des phrases qui, hors contexte, sonnent drôlement : "écrire me tue", des phrases comme ça.

il fait aussi un lapsus calami (le seul, en 600 pages) à un moment : il fait une lettre à gallimard pour lui dire qu'il aimerait être édité chez gallimard ; il propose pour cela de se désengager de chez grasset. "encore faut-il que vous le vouliez, et qu'une fois mon livre retiré de chez grasset, vous ne le preniez pas"  :D comme une sorte de gros lapsus qui aurait pu vouloir dire - si on veut faire de la psychanalyse de comptoir - "non, je veux viiiiivre pour moi, pas pour mon oeuvre :-)

bref, je recommande, les fans de proust, ça les émouvra; les pas-fan de proust, ça leur donnera peut-être envie de s'essayer à la recherche du t p.  ^^

pehache

  • Invité
Re : Marcel Proust
« Réponse #12 le: 13 janvier 2012 à 19:36:23 »
Un narrateur n'est jamais l'auteur, par définition.

On trouve, sur internet, une interview de Céline où il évoque Proust, c'est bref, mais intéressant.

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 668
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Marcel Proust
« Réponse #13 le: 14 janvier 2012 à 00:15:21 »
Je suis en train de réessayer, et ben c'est violent. J'accroche pas du tout à cette écriture à rallonge. C'est pas moralisateur comme chez Balzac mais je n'en trouve pas ça pour autant moins chiant.
Et puis il pouvait pas penser à son lecteur et faire un peu plus de paragraphes ? Visuellement parlant, c'est une gageure à lire. :mrgreen:

Heureusement que y a quelques passages sympa de temps à autres mais c'est vraiment pas un style que j'apprécie.

Sinon, vous saviez que ça avait été adapté en BD ? Je vais essayer d'en choper une à ma médiathèque pour voir ce que ça peut donner. :mrgreen:
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 917
    • olig marcheur
Re : Marcel Proust
« Réponse #14 le: 14 janvier 2012 à 00:38:30 »

C'est ce que Laura m'a offert à Noël :jubile: je te la filerai quand je l'aurai lue


Meilhac, ta présentation m'a donné super envie de lire ça ! mais faudrait peut-être que je reprenne les Jeunes filles en fleurs un jour...
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 18 requêtes.