Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

02 février 2023 à 08:18:10
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » Cadavre Exquis (2ème saison)

Auteur Sujet: Cadavre Exquis (2ème saison)  (Lu 14095 fois)

Hors ligne Kei

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 659
  • Où est mon arc?
Citation de: Ambre', Canine, Kei, Leïa, Lo' et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.  

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[a]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[k] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?
Good, better, best. Never let it rest.
'Til your good is better and your better is best.

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #31 le: 15 juin 2008 à 20:48:46 »
Citation de: Ambre', Canine, Kei, Leïa, Lo' et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.  

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.


*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #32 le: 15 juin 2008 à 21:41:43 »
Citation de: Ambre, Kei, Leia, Canine, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort. 

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.


*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, repris la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous regardions, l'homme avait disparu.
Perdu

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #33 le: 16 juin 2008 à 07:09:13 »
Citation de: Ambre, Canine, Kei, Leia, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort. 

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.   
« Modifié: 16 juin 2008 à 07:14:01 par Ambrena »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #34 le: 16 juin 2008 à 12:03:08 »
Citation de: Ambre, Kei, Leia, Canine, Loredan, Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.   


[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir rater son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-cœur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres. 

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui même tous les mondes un à un.
« Modifié: 16 juin 2008 à 12:55:17 par Rain »
Perdu

Hors ligne Kei

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 659
  • Où est mon arc?
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #35 le: 16 juin 2008 à 17:28:50 »
Citation de: Ambre, Kei, Leia, Canine, Loredan, Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus. 

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir rater son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-cœur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres. 

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui même tous les mondes un à un.


[k] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparu.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."


* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!
Good, better, best. Never let it rest.
'Til your good is better and your better is best.

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #36 le: 16 juin 2008 à 23:01:32 »
Citation de: Canine, Ambrena, Kei, Leia, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir rater son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-cœur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparu.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."


* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-cœurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tous le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des cœurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces cœurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.


*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.
Perdu

Hors ligne Kei

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 659
  • Où est mon arc?
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #37 le: 17 juin 2008 à 02:03:27 »
Citation de: Canine, Ambrena, Kei, Leia, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir rater son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-cœur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparu.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."


* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[r]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-cœurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tous le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des cœurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

Je regardais le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'mprobable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonerre, qui raisonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.
Good, better, best. Never let it rest.
'Til your good is better and your better is best.

Hors ligne Leia Tortoise

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 453
    • Mon blog
Re : Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #38 le: 17 juin 2008 à 14:58:32 »
Citer
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s' appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n' était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d' édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – -c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] C'était par un matin froid que Minerva avait découvert le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé ! »***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peux se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouvera le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour disctuer avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passent soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loins d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappellez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parlé des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir rater son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-cœur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparu.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."


* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[r]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-cœurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tous le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des cœurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

Je regardais le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'mprobable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonerre, qui raisonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.

McGonagall contempla avec consternation l'espace qu'avait occupé un instant plus tôt le démon qu'elle avait invoqué à des fins de sauver le monde. Il venait de se faire proprement aspirer par le siphon céleste comme un bout de savon ramolli dans un fond de baignoire. Et le Calmar Géant du lac de Poudlard commençait à léviter en dégoulinant telle une vieille éponge.
Il n'y avait plus qu'une bande de clampins lambineurs et une clé fabuleuse dans les mains d'un crétin pour vaincre l'invincible.
A ce compte-là, elle aurait pu aussi bien s'attaquer aux sans-coeur avec un tournevis sonique.
Cela dit, maintenant qu'elle y pensait, le rateau ensorcelé d'Ulric le Follingue traînait toujours dans un coin de la salle des trophées... C'était le moment ou jamais de découvrir les mystérieux pouvoirs dont il semblait être dotés, à part celui de faire tourner le monde en bourrique. Elle se précipita aussitôt à l'intérieur du château, et ne ramassa qu'un nombre raisonnable de toiles d'araignées avant de retrouver le fameux rateau. Ou Rateau Fumeux, comme ses collègues l'appellaient en catimini. De nombreuses années d'études n'avaient jamais abouti plus loin qu'à la transcription des petits caractères biscornus qui s'enroulaient autour du manche vermoulu: un "c" dans un cercle, et "Bougre de Sagoin Jeanson".
Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?
- Dumbledore -
*
Books ! Best weapons in the world.
- Doctor Who -

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #39 le: 18 juin 2008 à 11:16:06 »
Citation de: Lo', Canine, Ambre', Rain, Kei, Leia
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s'appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n'était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d'édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigeantes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonnants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**

*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.

* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cet endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] Ce fut par un matin froid que Minerva découvrit le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé !»***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peut se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouveras le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour discuter avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passe soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loin d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappelez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parler des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir raté son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-coeur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui-même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparut.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."

* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[R]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-coeurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tout le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des coeurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

[K] Je regardai le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'improbable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonnerre, qui résonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.

[LT] McGonagall contempla avec consternation l'espace qu'avait occupé un instant plus tôt le démon qu'elle avait invoqué à des fins de sauver le monde. Il venait de se faire proprement aspirer par le siphon céleste comme un bout de savon ramolli dans un fond de baignoire. Et le Calmar Géant du lac de Poudlard commençait à léviter en dégoulinant telle une vieille éponge.
Il n'y avait plus qu'une bande de clampins lambineurs et une clé fabuleuse dans les mains d'un crétin pour vaincre l'invincible.
A ce compte-là, elle aurait pu aussi bien s'attaquer aux Sans-coeur avec un tournevis sonique.
Cela dit, maintenant qu'elle y pensait, le râteau ensorcelé d'Ulric le Follingue traînait toujours dans un coin de la salle des trophées... C'était le moment ou jamais de découvrir les mystérieux pouvoirs dont il semblait être doté, à part celui de faire tourner le monde en bourrique. Elle se précipita aussitôt à l'intérieur du château, et ne ramassa qu'un nombre raisonnable de toiles d'araignées avant de retrouver le fameux râteau. Ou Râteau Fumeux, comme ses collègues l'appelaient en catimini. De nombreuses années d'études n'avaient jamais abouti plus loin qu'à la transcription des petits caractères biscornus qui s'enroulaient autour du manche vermoulu: un "c" dans un cercle, et "Bougre de Sagoin Jeanson".

[A] C'est alors que l'improbable artefact s'illumina, embellit un brin, et se mit soudain à filer en direction des tours. Plus précisément, vers la tour des Gryffondors. McGonagall faillit en tomber à la renverse de stupeur.
"Une Keyblade", ne put-elle s'empêcher de penser. Contre toute attente, c'était là une autre Keyblade, et elle cherchait manifestement l'Elu de ce monde-ci avant qu'il ne soit détruit.
Et, étant donné la direction prise par le râteau...euh, la clef, il ne pouvait sans nul doute s'agir que d'Harry Potter, bien évidemment.
En dépit de son grand âge, elle s'efforça de gravir les marches et d'alerter tout le monde du danger, au-dehors. Peu à peu, le château s'éveilla et des silhouettes se mirent à déambuler dans les couloirs, élèves et professeurs.
Puis elle rejoignit l'escalier des Rouge et Or afin d'apporter son soutien à Harry.
Seulement, ce n'était pas celui-ci qui tenait la Clef entre ses mains, absolument ébahi et sans trop comprendre ce qui venait d'arriver. Il s'agissait de... Neville Londubat.
« Modifié: 18 juin 2008 à 11:47:13 par Ambrena »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Leia Tortoise

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 453
    • Mon blog
Re : Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #40 le: 18 juin 2008 à 12:07:45 »
Citation de: Lo', Canine, Ambre', Rain, Kei, Leia, Ambrena
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s'appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n'était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d'édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigeantes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonnants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**

*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.

* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cet endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] Ce fut par un matin froid que Minerva découvrit le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé !»***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peut se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte une double dose de travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouveras le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour discuter avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passe soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loin d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappelez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parler des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir raté son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-coeur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui-même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparut.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."

* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[R]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-coeurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tout le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des coeurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

[K] Je regardai le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'improbable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonnerre, qui résonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.

[LT] McGonagall contempla avec consternation l'espace qu'avait occupé un instant plus tôt le démon qu'elle avait invoqué à des fins de sauver le monde. Il venait de se faire proprement aspirer par le siphon céleste comme un bout de savon ramolli dans un fond de baignoire. Et le Calmar Géant du lac de Poudlard commençait à léviter en dégoulinant telle une vieille éponge.
Il n'y avait plus qu'une bande de clampins lambineurs et une clé fabuleuse dans les mains d'un crétin pour vaincre l'invincible.
A ce compte-là, elle aurait pu aussi bien s'attaquer aux Sans-coeur avec un tournevis sonique.
Cela dit, maintenant qu'elle y pensait, le râteau ensorcelé d'Ulric le Follingue traînait toujours dans un coin de la salle des trophées... C'était le moment ou jamais de découvrir les mystérieux pouvoirs dont il semblait être doté, à part celui de faire tourner le monde en bourrique. Elle se précipita aussitôt à l'intérieur du château, et ne ramassa qu'un nombre raisonnable de toiles d'araignées avant de retrouver le fameux râteau. Ou Râteau Fumeux, comme ses collègues l'appelaient en catimini. De nombreuses années d'études n'avaient jamais abouti plus loin qu'à la transcription des petits caractères biscornus qui s'enroulaient autour du manche vermoulu: un "c" dans un cercle, et "Bougre de Sagoin Jeanson".

[A] C'est alors que l'improbable artefact s'illumina, embellit un brin, et se mit soudain à filer en direction des tours. Plus précisément, vers la tour des Gryffondors. McGonagall faillit en tomber à la renverse de stupeur.
"Une Keyblade", ne put-elle s'empêcher de penser. Contre toute attente, c'était là une autre Keyblade, et elle cherchait manifestement l'Elu de ce monde-ci avant qu'il ne soit détruit.
Et, étant donné la direction prise par le râteau...euh, la clef, il ne pouvait sans nul doute s'agir que d'Harry Potter, bien évidemment.
En dépit de son grand âge, elle s'efforça de gravir les marches et d'alerter tout le monde du danger, au-dehors. Peu à peu, le château s'éveilla et des silhouettes se mirent à déambuler dans les couloirs, élèves et professeurs.
Puis elle rejoignit l'escalier des Rouge et Or afin d'apporter son soutien à Harry.
Seulement, ce n'était pas celui-ci qui tenait la Clef entre ses mains, absolument ébahi et sans trop comprendre ce qui venait d'arriver. Il s'agissait de... Neville Londubat.

La directrice au tartan lui expliqua rapidement de quoi il retournait, du moins dans la mesure du possible avec cet âne bâté de Londubat. Lequel jetait des regards perdus et cherchait désespérément de l'aide et du soutien du côté de son impossible plante, le Minibus Templesonia, là. Minerva se résigna à le traîner illico dans le parc sans chercher à lui faire comprendre quoique ce soit, la chose semblant perdue d'avance.
Là, elle jeta un regard navré sur King Arthur et sa clique qui continuaient à se tailler une bavette dans ces circonstances extrêmes, et préféra reporter son attention sur le botaniste en herbe sensé représenter une dernière chance.
"Allons, Londubat, bougez! Faites quelque chose, je ne sais pas moi..."
Le presque-cracmol lui retourna un regard hébété d'un vide intersidéral, puis agita mollement le rateau dans les airs comme s'il s'agissait d'un hochet.


(je ferais juste remarquer que j'avais pensé insinuer qu'on se trouve après la fin de Voldy, et que Harry and co ne se trouvent donc plus au château, quand McGo dit"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte de se remettre au travail"...
Cela dit, je peux aller corriger ça pour les besoins du texte ^^ - voilà qui est fait! Et qui qu'a changé le titre? C'est trop classe, l'épopée équivoque!)
« Modifié: 18 juin 2008 à 12:15:11 par Leia Tortoise »
Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?
- Dumbledore -
*
Books ! Best weapons in the world.
- Doctor Who -

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #41 le: 18 juin 2008 à 12:39:25 »
Citation de: Canine, Ambrena, Kei, Leia, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s'appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n'était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d'édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigeantes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonnants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**

*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.

* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cet endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] Ce fut par un matin froid que Minerva découvrit le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé !»***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peut se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte une double dose de travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouveras le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour discuter avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passe soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loin d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappelez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parler des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir raté son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-coeur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui-même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparut.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."

* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[R]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-coeurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tout le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des coeurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

[K] Je regardai le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'improbable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonnerre, qui résonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.

[LT] McGonagall contempla avec consternation l'espace qu'avait occupé un instant plus tôt le démon qu'elle avait invoqué à des fins de sauver le monde. Il venait de se faire proprement aspirer par le siphon céleste comme un bout de savon ramolli dans un fond de baignoire. Et le Calmar Géant du lac de Poudlard commençait à léviter en dégoulinant telle une vieille éponge.
Il n'y avait plus qu'une bande de clampins lambineurs et une clé fabuleuse dans les mains d'un crétin pour vaincre l'invincible.
A ce compte-là, elle aurait pu aussi bien s'attaquer aux Sans-coeur avec un tournevis sonique.
Cela dit, maintenant qu'elle y pensait, le râteau ensorcelé d'Ulric le Follingue traînait toujours dans un coin de la salle des trophées... C'était le moment ou jamais de découvrir les mystérieux pouvoirs dont il semblait être doté, à part celui de faire tourner le monde en bourrique. Elle se précipita aussitôt à l'intérieur du château, et ne ramassa qu'un nombre raisonnable de toiles d'araignées avant de retrouver le fameux râteau. Ou Râteau Fumeux, comme ses collègues l'appelaient en catimini. De nombreuses années d'études n'avaient jamais abouti plus loin qu'à la transcription des petits caractères biscornus qui s'enroulaient autour du manche vermoulu: un "c" dans un cercle, et "Bougre de Sagoin Jeanson".

[A] C'est alors que l'improbable artefact s'illumina, embellit un brin, et se mit soudain à filer en direction des tours. Plus précisément, vers la tour des Gryffondors. McGonagall faillit en tomber à la renverse de stupeur.
"Une Keyblade", ne put-elle s'empêcher de penser. Contre toute attente, c'était là une autre Keyblade, et elle cherchait manifestement l'Elu de ce monde-ci avant qu'il ne soit détruit.
Et, étant donné la direction prise par le râteau...euh, la clef, il ne pouvait sans nul doute s'agir que d'Harry Potter, bien évidemment.
En dépit de son grand âge, elle s'efforça de gravir les marches et d'alerter tout le monde du danger, au-dehors. Peu à peu, le château s'éveilla et des silhouettes se mirent à déambuler dans les couloirs, élèves et professeurs.
Puis elle rejoignit l'escalier des Rouge et Or afin d'apporter son soutien à Harry.
Seulement, ce n'était pas celui-ci qui tenait la Clef entre ses mains, absolument ébahi et sans trop comprendre ce qui venait d'arriver. Il s'agissait de... Neville Londubat.


[LT]La directrice au tartan lui expliqua rapidement de quoi il retournait, du moins dans la mesure du possible avec cet âne bâté de Londubat. Lequel jetait des regards perdus et cherchait désespérément de l'aide et du soutien du côté de son impossible plante, le Minibus Templesonia, là. Minerva se résigna à le traîner illico dans le parc sans chercher à lui faire comprendre quoique ce soit, la chose semblant perdue d'avance.
Là, elle jeta un regard navré sur King Arthur et sa clique qui continuaient à se tailler une bavette dans ces circonstances extrêmes, et préféra reporter son attention sur le botaniste en herbe sensé représenter une dernière chance.
"Allons, Londubat, bougez! Faites quelque chose, je ne sais pas moi..."
Le presque-cracmol lui retourna un regard hébété d'un vide intersidéral, puis agita mollement le rateau dans les airs comme s'il s'agissait d'un hochet.

[R]A l'extérieur, la porte des ténèbres pris de l'ampleur, si bien qu'au dessus de leurs têtes, les élèves de Gryffondor virent un morceau de la tour s'envoler. Le froid s'engouffra, et tous purent voir de visu la situation. Ce fut dès lors la panique. Tous le monde se mit à courir dans tous les sens. Quelques élèves commencèrent eux aussi à s'envoler, et pour ne rien arranger, divers Sans-coeurs apparurent dans la pièce. Personne n'y fit attention, et personne ne pensa à les renvoyer d'où il venaient. Jetant un regard à l'extérieur, Minerva put voir que les chevaliers avaient disparus. Sans doute happés par la porte.
Alors qu'elle tentait de réfléchir, elle se décolla elle même du sol. Elle s'accrocha de toutes ses forces à Neville... Qui s'envola. Elle leva les yeux, et contempla ce qui allait causer la fin de son monde.
Perdu

Hors ligne Kei

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 659
  • Où est mon arc?
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #42 le: 25 juin 2008 à 03:24:37 »
Citation de: Canine, Ambrena, Kei, Leia, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s'appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n'était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d'édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigeantes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonnants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**

*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.

* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cet endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] Ce fut par un matin froid que Minerva découvrit le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé !»***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matronne se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peut se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ca tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte une double dose de travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouveras le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour discuter avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passe soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loin d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappelez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parler des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir raté son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-coeur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui-même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparut.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."

* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[R]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-coeurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tout le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des coeurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

[K] Je regardai le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'improbable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonnerre, qui résonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.

[LT] McGonagall contempla avec consternation l'espace qu'avait occupé un instant plus tôt le démon qu'elle avait invoqué à des fins de sauver le monde. Il venait de se faire proprement aspirer par le siphon céleste comme un bout de savon ramolli dans un fond de baignoire. Et le Calmar Géant du lac de Poudlard commençait à léviter en dégoulinant telle une vieille éponge.
Il n'y avait plus qu'une bande de clampins lambineurs et une clé fabuleuse dans les mains d'un crétin pour vaincre l'invincible.
A ce compte-là, elle aurait pu aussi bien s'attaquer aux Sans-coeur avec un tournevis sonique.
Cela dit, maintenant qu'elle y pensait, le râteau ensorcelé d'Ulric le Follingue traînait toujours dans un coin de la salle des trophées... C'était le moment ou jamais de découvrir les mystérieux pouvoirs dont il semblait être doté, à part celui de faire tourner le monde en bourrique. Elle se précipita aussitôt à l'intérieur du château, et ne ramassa qu'un nombre raisonnable de toiles d'araignées avant de retrouver le fameux râteau. Ou Râteau Fumeux, comme ses collègues l'appelaient en catimini. De nombreuses années d'études n'avaient jamais abouti plus loin qu'à la transcription des petits caractères biscornus qui s'enroulaient autour du manche vermoulu: un "c" dans un cercle, et "Bougre de Sagoin Jeanson".

[A] C'est alors que l'improbable artefact s'illumina, embellit un brin, et se mit soudain à filer en direction des tours. Plus précisément, vers la tour des Gryffondors. McGonagall faillit en tomber à la renverse de stupeur.
"Une Keyblade", ne put-elle s'empêcher de penser. Contre toute attente, c'était là une autre Keyblade, et elle cherchait manifestement l'Elu de ce monde-ci avant qu'il ne soit détruit.
Et, étant donné la direction prise par le râteau...euh, la clef, il ne pouvait sans nul doute s'agir que d'Harry Potter, bien évidemment.
En dépit de son grand âge, elle s'efforça de gravir les marches et d'alerter tout le monde du danger, au-dehors. Peu à peu, le château s'éveilla et des silhouettes se mirent à déambuler dans les couloirs, élèves et professeurs.
Puis elle rejoignit l'escalier des Rouge et Or afin d'apporter son soutien à Harry.
Seulement, ce n'était pas celui-ci qui tenait la Clef entre ses mains, absolument ébahi et sans trop comprendre ce qui venait d'arriver. Il s'agissait de... Neville Londubat.


[LT]La directrice au tartan lui expliqua rapidement de quoi il retournait, du moins dans la mesure du possible avec cet âne bâté de Londubat. Lequel jetait des regards perdus et cherchait désespérément de l'aide et du soutien du côté de son impossible plante, le Minibus Templesonia, là. Minerva se résigna à le traîner illico dans le parc sans chercher à lui faire comprendre quoique ce soit, la chose semblant perdue d'avance.
Là, elle jeta un regard navré sur King Arthur et sa clique qui continuaient à se tailler une bavette dans ces circonstances extrêmes, et préféra reporter son attention sur le botaniste en herbe sensé représenter une dernière chance.
"Allons, Londubat, bougez! Faites quelque chose, je ne sais pas moi..."
Le presque-cracmol lui retourna un regard hébété d'un vide intersidéral, puis agita mollement le rateau dans les airs comme s'il s'agissait d'un hochet.

[R]A l'extérieur, la porte des ténèbres pris de l'ampleur, si bien qu'au dessus de leurs têtes, les élèves de Gryffondor virent un morceau de la tour s'envoler. Le froid s'engouffra, et tous purent voir de visu la situation. Ce fut dès lors la panique. Tous le monde se mit à courir dans tous les sens. Quelques élèves commencèrent eux aussi à s'envoler, et pour ne rien arranger, divers Sans-coeurs apparurent dans la pièce. Personne n'y fit attention, et personne ne pensa à les renvoyer d'où il venaient. Jetant un regard à l'extérieur, Minerva put voir que les chevaliers avaient disparus. Sans doute happés par la porte.
Alors qu'elle tentait de réfléchir, elle se décolla elle même du sol. Elle s'accrocha de toutes ses forces à Neville... Qui s'envola. Elle leva les yeux, et contempla ce qui allait causer la fin de son monde.

Restés seuls dans la tourmente, Arthur et ses braves s'accrochaient plus ou moins dignement aux fondements solides ce qui était - mais plus pour très longtemps - l'un des plus résistants édifices de cette dimension.
"Sire, je tenais à vous dire que j'ai été grandement honoré de servir sous vos ordres et que mes sentiments à votre égard ont toujours été habités du plus prof...
- Oh vous, Bohort, vous y mettez pas! Merlin, vous ne pouvez vraiment rien faire? Non, c'est bon, ne répondez pas, je vois à votre air de marcassin ahuri que... Merlin!
- J'dirais pas que c'est les meilleurs qui partent les premiers, hurla Léodagant au-dessus des vents cosmiques - parfois ça aide de gueuler souvent - tandis que le magicien disparaissait de leur vue, mais même ce vieux fou ne méritait pas ça!
- Et le machin brillant, là, j'en fais quoi?
- Bonne question. Bon, la fée, vous pouvez pas nous aider? Eh! Faites pas la sourde dans un moment pareil! Mais qu'est-ce qui m'a fichu une p...
- Pyuu! fit soudain Mokona depuis la capuce de Perceval. Mokona Modoki a assez attendu! En route pour notre grand voyage!"
Et avant qu'aucun des chevaliers ne puisse réagir, la créature ouvrit la bouche et créa un appel d'air si puissant que leurs doigts musclés aux arts militaires ne purent y résister.
Good, better, best. Never let it rest.
'Til your good is better and your better is best.

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #43 le: 27 juin 2008 à 03:31:17 »
Citation de: Canine, Ambrena, Kei, Leia, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s'appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n'était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d'édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigeantes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] "Starlight" résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurrence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonnants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**

*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.

* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cet endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] Ce fut par un matin froid que Minerva découvrit le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé !»***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarrasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matrone se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peut se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ça tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte une double dose de travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouveras le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour discuter avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passe soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loin d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappelez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parler des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir raté son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-coeur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui-même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparut.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."

* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[R]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-coeurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tout le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des coeurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

[K] Je regardai le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'improbable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonnerre, qui résonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.

[LT] McGonagall contempla avec consternation l'espace qu'avait occupé un instant plus tôt le démon qu'elle avait invoqué à des fins de sauver le monde. Il venait de se faire proprement aspirer par le siphon céleste comme un bout de savon ramolli dans un fond de baignoire. Et le Calmar Géant du lac de Poudlard commençait à léviter en dégoulinant telle une vieille éponge.
Il n'y avait plus qu'une bande de clampins lambineurs et une clé fabuleuse dans les mains d'un crétin pour vaincre l'invincible.
A ce compte-là, elle aurait pu aussi bien s'attaquer aux Sans-coeur avec un tournevis sonique.
Cela dit, maintenant qu'elle y pensait, le râteau ensorcelé d'Ulric le Follingue traînait toujours dans un coin de la salle des trophées... C'était le moment ou jamais de découvrir les mystérieux pouvoirs dont il semblait être doté, à part celui de faire tourner le monde en bourrique. Elle se précipita aussitôt à l'intérieur du château, et ne ramassa qu'un nombre raisonnable de toiles d'araignées avant de retrouver le fameux râteau. Ou Râteau Fumeux, comme ses collègues l'appelaient en catimini. De nombreuses années d'études n'avaient jamais abouti plus loin qu'à la transcription des petits caractères biscornus qui s'enroulaient autour du manche vermoulu: un "c" dans un cercle, et "Bougre de Sagoin Jeanson".

[A] C'est alors que l'improbable artefact s'illumina, embellit un brin, et se mit soudain à filer en direction des tours. Plus précisément, vers la tour des Gryffondors. McGonagall faillit en tomber à la renverse de stupeur.
"Une Keyblade", ne put-elle s'empêcher de penser. Contre toute attente, c'était là une autre Keyblade, et elle cherchait manifestement l'Elu de ce monde-ci avant qu'il ne soit détruit.
Et, étant donné la direction prise par le râteau...euh, la clef, il ne pouvait sans nul doute s'agir que d'Harry Potter, bien évidemment.
En dépit de son grand âge, elle s'efforça de gravir les marches et d'alerter tout le monde du danger, au-dehors. Peu à peu, le château s'éveilla et des silhouettes se mirent à déambuler dans les couloirs, élèves et professeurs.
Puis elle rejoignit l'escalier des Rouge et Or afin d'apporter son soutien à Harry.
Seulement, ce n'était pas celui-ci qui tenait la Clef entre ses mains, absolument ébahi et sans trop comprendre ce qui venait d'arriver. Il s'agissait de... Neville Londubat.


[LT]La directrice au tartan lui expliqua rapidement de quoi il retournait, du moins dans la mesure du possible avec cet âne bâté de Londubat. Lequel jetait des regards perdus et cherchait désespérément de l'aide et du soutien du côté de son impossible plante, le Minibus Templesonia, là. Minerva se résigna à le traîner illico dans le parc sans chercher à lui faire comprendre quoique ce soit, la chose semblant perdue d'avance.
Là, elle jeta un regard navré sur King Arthur et sa clique qui continuaient à se tailler une bavette dans ces circonstances extrêmes, et préféra reporter son attention sur le botaniste en herbe sensé représenter une dernière chance.
"Allons, Londubat, bougez! Faites quelque chose, je ne sais pas moi..."
Le presque-cracmol lui retourna un regard hébété d'un vide intersidéral, puis agita mollement le rateau dans les airs comme s'il s'agissait d'un hochet.

[R] A l'extérieur, la porte des ténèbres prit de l'ampleur, si bien qu'au dessus de leurs têtes, les élèves de Gryffondor virent un morceau de la tour s'envoler. Le froid s'engouffra, et tous purent considérer de visu la situation. Ce fut dès lors la panique. Tous le monde se mit à courir dans tous les sens. Quelques élèves commencèrent eux aussi à s'envoler, et pour ne rien arranger, divers Sans-coeurs apparurent dans la pièce. Personne n'y fit attention, et personne ne pensa à les renvoyer d'où il venaient. Jetant un regard de là où elle se trouvait, Minerva put voir que les chevaliers avaient disparus. Sans doute happés par la porte.
Alors qu'elle tentait de réfléchir, elle se décolla elle même du sol. Elle s'accrocha de toutes ses forces à Neville... Qui s'envola. Elle leva les yeux, et contempla ce qui allait causer la fin de son monde.

[K] Restés seuls dans la tourmente, Arthur et ses braves s'accrochaient plus ou moins dignement aux fondements solides ce qui était - mais plus pour très longtemps - l'un des plus résistants édifices de cette dimension.
"Sire, je tenais à vous dire que j'ai été grandement honoré de servir sous vos ordres et que mes sentiments à votre égard ont toujours été habités du plus prof...
- Oh vous, Bohort, vous y mettez pas! Merlin, vous ne pouvez vraiment rien faire? Non, c'est bon, ne répondez pas, je vois à votre air de marcassin ahuri que... Merlin!
- J'dirais pas que c'est les meilleurs qui partent les premiers, hurla Léodagant au-dessus des vents cosmiques - parfois ça aide de gueuler souvent - tandis que le magicien disparaissait de leur vue, mais même ce vieux fou ne méritait pas ça!
- Et le machin brillant, là, j'en fais quoi?
- Bonne question. Bon, la fée, vous pouvez pas nous aider? Eh! Faites pas la sourde dans un moment pareil! Mais qu'est-ce qui m'a fichu une p...
- Pyuu! fit soudain Mokona depuis la capuce de Perceval. Mokona Modoki a assez attendu! En route pour notre grand voyage!"
Et avant qu'aucun des chevaliers ne puisse réagir, la créature ouvrit la bouche et créa un appel d'air si puissant que leurs doigts musclés aux arts militaires ne purent y résister.


[A] Une tornade. Bien qu'il n'en ai jamais vu, ce fut ce à quoi Arthur pensa en premier, lorsque l'étrange créature les aspira. Avant de partir, tout ce qu'il put voir fut Léodagant et Bohort qui s'éloignaient de manière incompréhensible de Perceval et lui, ainsi que des fragments de pierres, d'arbres et de tuiles volant en tous sens. Les ténèbres. Le chaos absolu.

Sans le vouloir, il hurla.
Alors, des mots qu'il avait jadis enfouis dans les tréfonds de sa mémoire lui revinrent en tête, comme une lame de fond.

"Siècle des larmes, hurlements
Panique, ruines, fin d’un monde..."


Et puis, brusquement, tout ceci disparut, et ils se retrouvèrent... ailleurs.

Une grande femme aux cheveux sombres et aux yeux d'une couleur indéfinissable -carmins, peut-être?- leur faisait face, vêtue d'une robe noire et blanche.

"Ainsi, vous voici..."
« Modifié: 27 juin 2008 à 03:37:25 par Ambrena »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Kei

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 659
  • Où est mon arc?
Re : [Jeu] Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok ou l'épopée équivoque
« Réponse #44 le: 28 juin 2008 à 01:56:06 »
Citation de: Canine, Ambrena, Kei, Leia, Loredan et Rain
[Lo] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s'appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n'était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d'édifier d' imposantes "demeures de boue". Le rêve de Chalasmarok, c'était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigeantes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[Lo] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[Lo] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[Lo] "Starlight" résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurrence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonnants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[Lo] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**

*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[Lo] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.

* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cet endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.


[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.

[K] Minerva McGonagall avait grandi, comme l'on peut s'en douter au vu de son patronyme, dans un château d’Ecosse entouré de brumes, non loin d'un loch dont les eaux troubles renfermaient, disait-on, une créature séculaire et  tentaculaire. Cadette d'une fratrie de six enfants, la jeune Minerva avait passé le plus clair de sa petite enfance dans la bibliothèque familiale et à sept ans, avait lu tous les volumes à sa portée – c'est-a-dire tous ceux placés à moins de un mètre trente au dessus du sol.
Il n'y a donc rien d'étonnant dans le fait qu'elle fut la première humaine  à prendre conscience de la menace et  à tenter de l'enrayer.

[R] Ce fut par un matin froid que Minerva découvrit le premier Heartless. C'était lors de sa promenade matinale qu'elle découvrit près du Loch un corps étendu, que la vie avait visiblement quitté. Et ce n'était pas l'oeuvre, comme on aurait pu s'y attendre, d'un céphalopode géant. Elle s'approcha et fut soudain attaquée par une petite ombre, qui était moitié moins grande qu'elle. Minerva ne dut la survie qu'à ses excellents réflexes. Un coup de baguette magique, preste et sûr, et la créature partit en fumée.

C'est plus tard, en rentrant chez elle, qu'elle traça au sol un pentacle et invoqua un djinn.

[A] Un tourbillon cuivré s'éleva au coeur du cercle magique, puis un magnifique lion* y fit son apparition.
"Je suis Bartiméus! Bartiméus d'Uruk et d'Al-Arish, Rekhyt d'Alexandrie, Necho de Jerusalem! Je suis Sakhr Al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant,  le Serpent à Plumes, le Wakonda Algonquin!** J'ai parlé avec Salomon, bâti les murailles de Karnak, veillé sur l'ancien royaume du Zimbabwe! Nul ne m'invoque en vain..."
Je tiens à préciser ce détail, parce que si c'est encore un gamin stupide qui m'invoque, je vous assure que... Ah non, en fait, pas de danger. Pour le coup, c'est à une vieille rombière que j'ai été attaché. Bon.

*Oui, oui, un lion. Comme vous pouvez l'observer, les mésaventures de ce cher Roi Lion m'ont pas mal marquées, au fond. Et puis le fait qu'il s'agisse d'une créature majestueuse, tout à fait adaptée à ma grâce naturelle, et honorée dans de nombreux cultes anciens ne gâte évidemment rien.
** Ah, ça, il y en a, de nouveaux noms, dans la liste. C'est que je n'ai pas mal bourlingué, en cinq mille ans...

[K] Je considérais un instant ma nouvelle « maîtresse »*.  Le cheveux brun déjà strié de gris, sans doute à force de se frayer un chemin entre les poussiéreuses étagères de quelque bibliothèque, l'oeil vif** mais lourdement cerné, et le visage parcouru de ridules, elle avait tout du vieux professeur devant lesquels les jeunes magiciens tremblent d'un respect mêlé d'effroi.
« Bien sûr qu'on ne t'invoque pas en vain ! On ne fait pas venir un Djinn pour boire le thé !»***

*Pas dans ce sens-là voyons ! Qu'allez-vous donc imaginer, humains pervers que vous êtes ?
** Bon, vif, vif… je parle d'une humaine. Mais bon, les humains intelligents -selon vos critères,  j'entends- cela existe. Et c'est même plutôt embêtant.
*** C'est faux, j'ai déjà été invoqué pour ingurgiter de l'eau chaude aromatisée. Le magicien était jeune, roux et s'interrogeait sur son rôle dans la société. Rien de pire que ces adolescents qui parce qu'ils ont trois poils au menton se lancent dans de grands projets « pour le plus grand bien» de tous !

[LT] « Quoique, reprend la mégère pas commode, si ton efficacité me satisfait, tu auras droit à une petite tasse de Ceylan Scotland, et peut-être un sablé au gingembre si tu es bien sage. »
Sans me laisser le temps d'exprimer mon ébahissement, elle enchaîne directement sur un interrogatoire méticuleux au sujet de certains phénomènes qu'elle a récemment remarqués, et ses questions précises finissent par m'amener sur un terrain, disons, peut-être pas prérilleux, mais assez délicat...

[Lo] C'est ainsi que la petite bonne femme me demanda ce que je savais des Sans-Coeurs. Avant que j'aie pu discuter, négocier, faire chanter, ironiser, vaincre, elle me rappela qu'elle avait fini son thé et que la théière était vide, au cas où mon effronterie naturelle reviendrait à la charge. Aïe. C'était prévisible : elle avait jeté un coup d'oeil à ma bio. Hors de question qu'on m'enferme encore une fois ; d'autant qu'être emprisonné dans ce genre d'objets dérivant dans les abysses d'un loch, c'est encore plus traumatisant que la première fois. La Tamise, ça pouvait aller.
Bref, je dus lui vomir mon savoir ô combien supérieur.

[R] "Les Sans-Coeurs... Ce sont des bestioles affreuses* ! Ils sont l'essence même des ténèbres qui habitent le cœur de tout être vivant, même le meilleur des bons samaritains**. Ils se nourrissent des coeurs des gens, et à long terme de ceux des mondes eux-mêmes. Ils les détruisent. Ils voyagent entre les mondes au moyen de Couloirs des Ténèbres, des passages qui corrompraient la moindre des âmes vivantes. Ils sont mus par l'instinct, et n'obéissent qu'à ceux qui sont plus forts qu'eux. Ils naissent dans l'Autre Lieu ; nul ne sait quand ils y sont apparus***.  Et ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est la Clé. La Keyblade."

* Dans tous les sens du terme. Je n'ai jamais rien vu d'aussi laid et difforme qu'un Sans-Coeur. Enfin, ça dépend desquels, mais en général,  même Frank Ribery passe pour un dieu à côté de ces trucs.
** Faut toujours se méfier de ceux-là. Ils sont souvent bien pires que les alcooliques qui traînent tous les soirs dans les bars du quartier. La dernière fois qu'un samaritain m'a invoqué, il a passé toute la journée à me faire la morale parce que j'avais parlé de sa fille de manière assez désobligeante, mettant en scène des trottoirs et des vêtements un peu trop courts pour elle. Ce fut l'une des journées les plus éprouvantes de ces mille dernières années.
*** Vous ne croyiez quand même pas que j'allais lui dire que c'est de ma faute, si ?

[K] J'eus un sourire de satisfaction en voyant que ma révélation avait eu son petit effet. Le visage de la vieille sorcière* exprimait l'ébahissement complet et l'horreur la plus profonde. Bon, je pouvais pas lui donner tort. Dur dur d'apprendre d'un coup que votre seule chance de vous débarrasser de la menace qui pèse sur l'humanité** est la création la plus complexe, la plus puissante et la plus mystérieuse de Clow Read***.
Maintenant que sa curiosité était satisfaite et son esprit plongé dans les affres du doute et du désarroi, j'allais pouvoir en profiter pour me retirer subrepticement. L'essence me démangeait déjà.

* Et ici, ce n'est même pas une insulte!
** En dehors de nous autres, bien sûr.
*** Ce type a fait une fixation sur les clés. Il en a fait de toutes les tailles et de toutes les couleurs - en passant par le rose bonbon et le jaune canari. Plutôt brillant, mais totalement obsédé. Tiens, ça me rappelle l'histoire des Mokonas qui jouent au Majhong avec un... mais je m'égare.

[LT]Mais la matrone se reprend remarquablement vite pour son âge, et me propose une goutte de Ceylan en agitant la théière d'un air fourbe et narquois... Cette vieille rombière* ne perd pas le nord ! Je ricane un coup, mais je n'insiste pas**. Son chignon tiré à quatre épingles semble se redresser encore et ses yeux s'étrécissent jusqu'à ne faire plus que deux fentes, les pupilles brillant d'un éclat félin qui ferait presque peur pendant qu'elle se concentre dans une intense réflexion... Elle inspire brièvement avant de proférer:
«Alors c'est pire que des Détraqueurs. Et tu dis qu'il n'y a qu'un objet, une Relique, pour les vaincre?»

* Tiens, cela me rappelle une des nombreuses fois où j'ai dû me farcir des heures et des heures dans un théâtre avec un magicien français... Ca faisait "mais, vieille rombière, pour ta mise en bière, préfère-tu qu'on creuse, à la pelle [ou] à la pelleteuse?"
**On ne sait jamais, hein.

[R] «C'est bien ça.», je réponds. La sorcière se met à sourire. Un sourire carnassier.
«Tu vas m'aider à la trouver, alors, n'est ce pas ?» Elle brandit la théière sous ma truffe. N'ayant guère le choix*, j'accepte. «Bien, alors tu peux commencer tout de suite. Je vais chercher de mon côté, aussi.» Evidemment. Ca pouvait pas tomber sur un autre. Toute les missions quasi-impossibles sont pour moi**. Mes quelques protestations n'y changeront rien, mais je tente quand même le coup.
«Mais elle peut se trouver dans n'importe quel monde ! Il n'est même pas sûr qu'elle soit ici ! Et puis il ne sert à rien de chercher la Clé en elle même, puisque seul un élu peut l'utiliser... Il n'y a qu'une chance sur un million qu'elle soit dans ce monde !»

* Techniquement, si, j'ai le choix. Mais l'alternative n'est pas très attirante.
** Je les comprends, finalement. Qui d'autre que le grand Bartiméus pourrait s'en charger ?

[LT]"Ça tombe bien, un Elu, on en a un qui est encore disponible, même s'il faudra le pousser un peu pour qu'il accepte une double dose de travail, mais je pense pouvoir m'en charger. Pour la Clé, tu trouveras le Miroir des Mondes quelque part dans l'armoire du fond, pas loin du Miroir du Risèd. Fais attention à ne pas faire tomber la pensine."

Après ces instructions lapidaires, elle se détourne pour discuter avec un tableau*. Il ne me reste plus qu'à obéir... Et me voilà parti à fouiller précautionneusement dans un tel bric à brac que j'en viens à me demander si tout ça n'était pas plutôt un prétexte pour se débarrasser du nettoyage de printemps**. Mais je finis par trouver une psyché ovale. Le long de son cadre courent des runes multiverselles savamment calligraphiées.

*Elle fait ce qu'elle veut, après tout. Mais avouez que ça en dit long sur sa santé mentale, non?
**Combien de fois on se fait bêtement invoquer pour ce genre de vulgaires tâches ménagères... Dans le temps, il y a une fille qui avait fait très fort, une certaine Cendrillon... Et dire qu'elle avait accompli l'invocation sans même le savoir!

[R]Les signes s'illuminent alors, et je me recule d'un bond*. Le miroir noircit lentement et un homme aux cheveux blancs passe soudain au travers. Il s'arrête et me dévisage, puis il se retourne vers le miroir. "Heu... Sire, j'ai un problème !
- Quel genre ? dit une voix de l'autre coté**. Vous pouvez plus revenir ?
- C'est pas ça... Y'a un typhon devant moi...
- Un typhon ?
- Ouais... Un gros chat avec une crinière.
- Un lion ? Bougez pas, j'arrive, Perceval !
- Sire..., fait une troisième personne. Ce n'est pas prudent... Allez chercher du renfort !
- Allez-y, vous !"
Un deuxième homme arrive, cheveux courts, qui porte une épée flamboyante dans les mains. Il lève l'arme et l'abat sur moi***. J'esquive comme je peux. Ces gens des autres mondes sont fous. "Minute, je dis. On pourrait discuter, avant, non ?" Pour faciliter les choses, je décide de prendre la forme de Ptolémée.

*Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de machin, et la plupart du temps, ils apportent des ennuis.
**La plupart des miroirs ne laissent pas filtrer le son. Soit il est défectueux, soit la vieille n'en a pas pris soin.
***Qu'est ce que j'avais dit ?

[A] "Oh! Il s'est transigé en aigrefin!*, s'exclame l'homme aux cheveux blancs.
-En Egyptien, Perceval. Il s'est transformé en Egyptien., rectifie l'autre homme dans un soupir blasé. Et puis c'est quoi ce bordel**? Z'étiez pas censé être un lion, vous?, remarque-t-il en se retournant vers moi.
-C'est-à-dire que...", fais-je. Ils n'ont pas l'air très au courant, niveau djinns et autres, les petits nouveaux***. J'hésite entre ne rien dire, ce qui semble assez hasardeux car je ne vois pas où ça peut nous mener, et leur révéler ma véritable nature, quitte à me prendre un coup d'épée magique dans l'essence****.
"Ah, mais c'est de la magie, ça, Sire. Et la magie, je ne me suis jamais senti très à l'aise avec...
-Bon, d'accord, je vois ce qui me reste à faire... Bohort!, crie-t-il à travers le miroir. Ramenez Merlin*****, on a besoin de renforts!"

*Quand je disais qu'ils étaient fous... Vous avez vu? On ne comprend vraiment rien à ce qu'ils disent!
**Et vulgaires, en plus! Ah, ils sont beaux, les visiteurs interdimensionnels! Ils ne valent pas mieux que l'équipe de bras cassés que j'avais croisée, là... Leur nom m'échappe... Toujours est-il qu'une espèce de magicienne rouquine m'avait invoqué par erreur, au beau milieu d'un donjon, et que je peux vous assurer qu'elle en a reçu, des noms d'oiseaux! En même temps, on ne peut pas dire qu'elle l'ait volé.
***Ce qui n'est pas plus mal, d'ailleurs. Ca veut dire qu'ils nous fichent la paix, et qu'ils ne doivent pas faire appel à nous dans leur monde. C'est pas grand-chose, mais  bon, il n'ya pas de petit profit.
****C'est qu'il ne l'a pas rengainée, le bougre! Et je dois vous avouer que c'est une option qui ne m'attire que très moyennement.
*****Attendez. Attendez un peu. On parle bien du même Merlin? Si c'est le cas, 1) ce monde nous connaît bel et bien, et n'est pas exempt de boulets pour provoquer des invocations accidentelles et 2), ce Merlin-là est un peu champion en la matière. Si c'est lui leur renfort, ils auraient aussi bien fait d'amener un assassin furet. Ou un corbeau mort.

[R] L'homme qui se fait appeler Sire sursaute soudain et se met à parler tout seul. Intrigué, je jette un oeil aux autres Niveaux, et je finis par apercevoir au quatrième niveau une femme rousse.
"Bonjour", je fais. Tous les regards se tourne alors vers moi.
"Bonjour, répond Perceval.
- Salut, ouais, me dit l'autre.
- Je parlais à la dame.
- La dame ? Où ça, une dame ?
- Non mais... vous la voyez ?
- Oui.
- Mais quelle dame ?
- Vous voyez la dame du lac ?
- Oui.
- Ah, ouais, elle ! Mais elle veut voir personne d'autre que le Roi. C'est pour ça qu'on la voit jamais.
- Non mais, Perceval, dit le type à l'air blasé, elle est ici. Mais y'a que moi qui peux la voir. Et lui aussi, apparemment."
Perceval fait une grimace d'incompréhension.
"Bah, si elle veut pas, on va pas la forcer.
- Bon, je laisse tomber. Vous pouvez vraiment la voir ?
- Ben, c'est normal qu'il puisse me voir, c'est un djinn, fait la dame.
- Un djinn ?
- Un démon, quoi."
Tous les yeux se posent à nouveau sur moi, sauf ceux de Perceval, qui contemple le miroir d'où on entend des bruits de pas.

[A]"Sire! Sire! On arrive à la secousse! On est là en confort!, hurle une voix de l'autre côté du miroir.
-Ça, c'est la voix de Karadoc, Sire, précise Perceval.
-C'est les expressions de Karadoc, surtout", constate ledit "Sire" * en levant les yeux au ciel. Il a l'air pas mal, lui, dans le genre souverain désagréable. "Bon, Karadoc!, crie-t-il à son tour. Y a qui, de votre côté? Surtout, attendez avant de traver..."
Trop tard. Quatre hommes traversent la surface polie, l'un d'eux brandissant une épée devant lui**. Trois d'entre eux sont bruns, et je remarque que les deux premiers sont loin d'incarner le parfait guerrier, avec leur surcharge pondérale***. L'un d'eux arbore une sorte de férocité orgueilleuse, supposée être intimidante****, et l'autre, un air craintif. Quant au dernier... c'est Merlin! Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, ce petit cambion*****... Enfin, demi-démon, si vous préférez.

*Oui, je précise "ledit". Parce que j'en ai vu, des usurpateurs. Ils ne payent pas de mine, mais en fait, ils ne sont pas censés être sur le trône. C'est comme ce roi maudit, là, ce nécromant honni... Comment il s'appelait, déjà?
**Encore! Mais c'est une mode, ou quoi?
***C'est tout le Moyen-Age, ça. A absorber l'équivalent de son propre poids en viande à chaque repas, ça ne m'étonne même pas que l'espérance de vie soit si faible. Ah! Au moins, à l'Antiquité, côté santé, ils en connaissaient un rayon, eux.
****Je me permets de dire ça, parce qu'à vrai dire, il ne m'impressionne pas beaucoup...
*****Petit, oui, petit. Ben quoi? Selon notre calendrier (enfin, l'une des tentatives pour établir un calendrier démonique), il a 7 cycles seulement... A moins que vous ne comptiez en années humaines? Laissez-moi rire! 884 ans, ça? Il ne sait même pas faire tenir un chaudron debout!

[K] J'étais sur le point de saluer cette vieille connaissance de la manière qu'elle le méritait - autrement dit, par un bon nuage de souffre puant - quand la porte de la cave s'ouvrit à la volée.
"Je croyais t'avoir dit de partir imméd... Qui sont ces individus?"
Tout content de pouvoir étaler ma science, je m'avançais et annonçait d'un ton de troubadour* :
"Je vous présente les sieurs Perceval et Caradoc, ainsi que deux de leurs éminents collègues, qu'accompagnent Merlin, fils de Satan, et... c'est quoi votre petit nom, sire?
- Mon petit... je pourrais relever mais je préfère pas... C'est Arthur.
- Arthur bien sûr! Et ça c'est Excalibur? Je la voyais plus étincelante...
- Oui bon, ça va, intervint la Dame du Lac, c'est tout ce que j'ai pu faire avec mon budget..."
Sa défense fut interrompu par un raclement de gorge**.
"Et je peux savoir ce que vous faîtes ici? Chez moi?
- Vous me rappelez ma mère, fit le souverain. En plus sympathique, je vous rassure."

* Pour rester dans l'ambiance vous savez, bien que ça ait dû paraitre un peu bizarre venant d'un jeune égyptien.
** Jamais entendu parler des pastilles pour la toux?

[A] Durant cette aimable conversation (on est ironique ou on ne l'est pas), une sphère sombre apparut en suspension dans l'air, juste derrière mon actuelle maîtresse*. J'avais un mauvais pressentiment au sujet de cette boule...

Et de fait, une forme s'y matérialisa brusquement.

"Un portail des ténèbres!", chuchotai-je involontairement.

Soudain, un être encapuchonné, vêtu d'un manteau noir, se tint devant nous. La vieille sorcière eut un sursaut et se rapprocha du reste du groupe.

"Magnifique..., murmura le nouvel arrivant d'une voix grave, à la fois terrifiante et sarcastique.
-Oh! La Réponse!", s'exclama la Dame du Lac. Elle semblait avoir perdu le peu d'assurance dont elle avait fait preuve jusqu'ici. Désormais, ses yeux d'un vert d'eau ne reflétaient plus que la terreur**.

*Non, non, toujours pas dans ce sens-là. Mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer?
**Oui, oui, c'est un peu grandiloquent, je l'admets. Pourtant, c'est vraiment ça. Elle tremble de tout son corps, la pauvrette.


[R]"Oh, mais c'est cette chère Viviane... Magnifique."
Il partit d'un rire dément à glacer l'essence. Tout le monde se mit instinctivement sur la défensive.
"Que... Qu'est-ce que vous faites là ? demande la dame.
- Je suis venu voir la porte de ce monde.
- Quoi ?"
L'incompréhension se lisait sur tous les visages. L'homme montra une petite porte en bois, un peu vieille, qui ressemblait à n'importe quelle autre porte.
"Ce monde a été connecté, reprit la Réponse. Relié aux ténèbres. Il sera bientôt anéanti."
Tous frissonnèrent, puis l'un des nouveaux arrivants partit d'un gros rire.
"Non mais vous déconnez, là ! Vous comptez faire croire ça à qui ? A part à cette femmelette de Bohort...
- Seigneur Léodagant... On devrait peut être l'écouter, et revenir d'où l'on vient...
- Et puis d'où est-ce que vous venez, vous ?"
Le silence s'attarda. La tension monta d'un cran.
"Vous ignorez encore ce qu'il y a derrière cette porte... Il y a tellement à apprendre... Et vous ne comprenez rien."
Machinalement, tous les yeux se tournèrent vers la petite porte de bois. Le temps que nous la regardions, l'homme avait disparu.

[A] "Ah ben elle est pas mal, celle-là, maugréa Arthur en constatant la disparition de l'homme en noir.
-Hein? Il s'est barré?, fit tout haut Léodagant d'un air surpris. Remarque, hé, bon débarras!
-J'ai un peu les miquettes, là, murmura Perceval en lançant des regards peu rassurés autour de lui. C'est de la magie, ça, et la magie, j'vous l'ai déjà dit, j'ai jamais été très à l'aise avec*.
-Il a raison, Sire! Dépêchons-nous de partir, tant que le passage est toujours ouvert! Cette dimension est dangereuse!
-Mais ça craint rien!, s'écria le roi, agaçé.
-Ça craint rien?, s'indigna Bohort. Un être mystérieux vient de nous annoncer que cet univers est condamné à être englouti par les ténèbres sous peu, mais 'ça ne craint rien'? Oui, remarquez, vous avez raison, tout va très bien, aucun problème, c'est juste la fin du monde...
-Mais fermez-la, Bohort, j'essaye de réfléchir!, s'énerva l'irascible souverain. Et puis pour commencer, vérifiez que la porte dimensionnelle est toujours là, tiens, ça nous fera des vacances.
-C'est un miroir, le passage!, précisa la sorcière d'un ton sec. Alors a priori -à moins qu'elle ne se soit soudainement mise à crapahuter dans les landes - oui, la porte est toujours là. Moi, ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que vous fabriquez tous, autant que vous êtes, à l'intérieur de ce châtea...
-C'est ma faute, l'interrompit la Dame du Lac, un peu contrite. C'est moi qui les ai envoyés. J'ai des ordres, vous comprenez..."
En face, Arthur resta une fois de plus stupéfait.
"Vous aussi, vous la voyez?
-Ben oui, c'est une sorcière, répondit Viviane. Elle a des lunettes spéciales, je pense.
-Une sorcière? Ma parole, mais il y a des promos! Alors on commence par tomber sur l'autre démon, là, et elle, c'est une sorcière? Z'auriez pas pu me le dire un peu plus tôt, non?"

*Il n'est pas le seul. De toute évidence, Merlin ne s'est jamais senti très à l'aise avec la magie, lui non plus.

[R]Après un instant de réflexion, il reprit :
"Mais Merlin ne vous a jamais vu, lui.
- Oui mais moi c'est différent, répondit le druide.
- Comment ça ? Vous la voyez ou pas ?
- Ben, heu... J'la voyais avant qu'elle commence à vous apparaître, mais depuis j'ai paumé mes lunettes, et... Hé mais j'te connais, toi !"
Il me pointa du doigt.
"En effet, tu es le seul druide à avoir raté son invocation que j'ai décidé d'épargner*.
- Peut être, mais tu as ravagé mon bureau et détruit ma potion d'invincibilité !
- Vous avez fait une potion d'invincibilité ? demandèrent tous les autres en coeur.
- Hé ben, c'est la journée ! Entre l'autre con qui arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, et l'annonce de la fin du monde... commença Léodagant.
- Mais heu... Vous pourriez la refaire ?
- Ben, en fait, sire, j'm'étais gouré en faisant une potion pour la toux pour Dame Mévanwie... Donc, heu... Non**."
Lassé de la conversation, je sortis de la pièce. Aussitôt je remarquai les lourds nuages, noirs comme une nuit sans lune, qui se dirigeaient vers nous. Un Sans-coeur apparut soudain devant moi et me fonça dessus. Je le renvoyai dans l'Autre Lieu à coup de Détonation*** et rentrai vite fait.
"On a un problème !"
Et un gros, en effet. Derrière les autres, deux créatures sortirent des ombres, attrapèrent le miroir et repartirent avec lui par une porte des ténèbres.

*Il est tellement pitoyable... J'ai eu pitié de lui.
**J'me disais aussi... Il ne sait même pas faire bouillir de l'eau sans que ça explose !
***Malheureusement, celui-ci va réapparaître ailleurs, puisque seul la Clé peut les détruire. Même le plus puissant des Marids n'y pourrait rien. Ou peut être que si, en détruisant lui-même tous les mondes un à un.


[K] "Ils ont pris la porte! s'exclama Perceval. Mince alors!
- Il est toujours comme ça?
- Oui, répondirent d'un même ton las Léodagant et son beau-fils."
Il y eut soudain un scintillement au milieu de la pièce, et un objet aux formes biscornues apparut.*
"Mais, c'est... une Keyblade! murmura McGonagall.
- Vous faites un concours d'évidence avec l'autre attardé ou quoi? marmonnai-je. Bon, ça veut au moins dire qu'il y a un élu parmi n...
- Pyuuuuu!"
Une espèce de boule de poil blanche était soudainement apparu. Elle agita ses longues oreilles de lapin** et se tourna vers le petit groupe de chevaliers.
"Konichipuuu! Mokona est venu chercher l'élu!
- Sire, sire, cette créature parle!
- Merci, Bohort, j'avais remarqué.
- Alors, Yuuko m'a dit de choisir quelqu'un de déterminé et courageux***, c'est pourquoi Mokona va donner la clé à..."
Sous les regards incrédules de l'assemblée, la clé fila vers Perceval.
"Heu, je suis censé faire quoi avec ça moi?
- Sauver le moooonde! pépia Mokona.
- On est mal barré..."

* C'est toujours pareil. Le jour où les magiciens fabriqueront des artefacts dotés d'une apparence banale...
** Je jure d'avoir entendu la sorcière soupirer "Adorable!"
*** Ouf, ça m'élimine d'office!


[R]Un bruit de tonnerre, violent, interrompit la conversation. Tout le monde se précipita vers la porte...
"Oh merde ! dit Arthur.
- Nous allons tous mourir ! hurla Bohort.
- Ah, vous c'est pas l'moment ! fit Léodagant. La situation est assez merdique comme ça, pas la peine d'en rajouter !
- Oui, vous avez raison, nous allons simplement mourir dans d'atroces souffrances, ce n'est pas la peine de nous en faire !
- Ah, c'est bon, les sarcasmes, hein ? Vous là, vous êtes censés sauver le monde, non ?
- Heu, ouais, mais j'fais comment ? Avec une clé, j'vois pas ce que j'peux faire..."
Un groupe de Sans-coeurs se matérialisa devant nous. Ni une, ni deux, tout le monde fonça dans le tas. Les Détonations volaient, les coups de baguette magique, une boule de feu de Merlin*, des coups d'épées magique ou non pleuvaient. Lorsque nous eûmes terminé, nous remarquâmes que des victimes de Perceval s'échappaient des coeurs.
"Il est le seul à les avoir vraiment détruits, dis-je. Les autres sont simplement retournés dans l'Autre Lieu. Ils pourraient même revenir. Ces coeurs... Ce sont sans doute ceux des victimes de ces bestioles.
- On parlera de ça plus tard, on a un problème un peu plus urgent !"
Le roi désignait le ciel. En effet, outre les nuages, on apercevait une immense porte des ténèbres qui attirait tout ce qui se trouvait en dessous d'elle.

*J'exagère. Ce n'était pas plus gros qu'une petite flammèche. Et encore.

[K] Je regardai le maelstrom gris acier avec un léger pincement au coeur*. A travers les plans, je pouvais voir certaines entités se faire entraîner par le courant puissant généré par le tourbillon de force. C'était un spectacle absolument fantastique. Dans tous les sens du terme.
"Ne me dites que mon boulot, ça va être de reboucher c'te gros trou?! Parce qu'il me faudrait une pelle plutôt qu'une...
- Faites le taire, avant que je m'en charge...
- Ah, y a pas à dire, intervint Merlin, mais c'est très réussi.
- Réussi? C'est la fin du monde et tout ce que vous trouvez à dire c'est que c'est réussi?
-D-Démon, il n'y a rien que nous puissions faire?"
Je regardais la vieille femme dans les yeux. Ils reflétaient une terreur absolue. Son monde, tout ce qu'elle avait bâti, défendu, protégé, tout allait disparaitre dans le néant. Et j'étais l'improbable bouée de sauvetage à laquelle elle tentait de s'accrocher.**
Il y eut un grand bruit, semblable à coup de tonnerre, qui résonna à travers toute mon essence. Une intense douleur me parcourut. Puis, plus rien.

* Quoi, on a bien le droit d'avoir le mal du pays, non?
** Ah, j'adore ce genre de scène dramatique... Les humains se souviennent alors de la puissance des démons. Mais bon, ce n'est toujours suffisant.

[LT] McGonagall contempla avec consternation l'espace qu'avait occupé un instant plus tôt le démon qu'elle avait invoqué à des fins de sauver le monde. Il venait de se faire proprement aspirer par le siphon céleste comme un bout de savon ramolli dans un fond de baignoire. Et le Calmar Géant du lac de Poudlard commençait à léviter en dégoulinant telle une vieille éponge.
Il n'y avait plus qu'une bande de clampins lambineurs et une clé fabuleuse dans les mains d'un crétin pour vaincre l'invincible.
A ce compte-là, elle aurait pu aussi bien s'attaquer aux Sans-coeur avec un tournevis sonique.
Cela dit, maintenant qu'elle y pensait, le râteau ensorcelé d'Ulric le Follingue traînait toujours dans un coin de la salle des trophées... C'était le moment ou jamais de découvrir les mystérieux pouvoirs dont il semblait être doté, à part celui de faire tourner le monde en bourrique. Elle se précipita aussitôt à l'intérieur du château, et ne ramassa qu'un nombre raisonnable de toiles d'araignées avant de retrouver le fameux râteau. Ou Râteau Fumeux, comme ses collègues l'appelaient en catimini. De nombreuses années d'études n'avaient jamais abouti plus loin qu'à la transcription des petits caractères biscornus qui s'enroulaient autour du manche vermoulu: un "c" dans un cercle, et "Bougre de Sagoin Jeanson".

[A] C'est alors que l'improbable artefact s'illumina, embellit un brin, et se mit soudain à filer en direction des tours. Plus précisément, vers la tour des Gryffondors. McGonagall faillit en tomber à la renverse de stupeur.
"Une Keyblade", ne put-elle s'empêcher de penser. Contre toute attente, c'était là une autre Keyblade, et elle cherchait manifestement l'Elu de ce monde-ci avant qu'il ne soit détruit.
Et, étant donné la direction prise par le râteau...euh, la clef, il ne pouvait sans nul doute s'agir que d'Harry Potter, bien évidemment.
En dépit de son grand âge, elle s'efforça de gravir les marches et d'alerter tout le monde du danger, au-dehors. Peu à peu, le château s'éveilla et des silhouettes se mirent à déambuler dans les couloirs, élèves et professeurs.
Puis elle rejoignit l'escalier des Rouge et Or afin d'apporter son soutien à Harry.
Seulement, ce n'était pas celui-ci qui tenait la Clef entre ses mains, absolument ébahi et sans trop comprendre ce qui venait d'arriver. Il s'agissait de... Neville Londubat.


[LT]La directrice au tartan lui expliqua rapidement de quoi il retournait, du moins dans la mesure du possible avec cet âne bâté de Londubat. Lequel jetait des regards perdus et cherchait désespérément de l'aide et du soutien du côté de son impossible plante, le Minibus Templesonia, là. Minerva se résigna à le traîner illico dans le parc sans chercher à lui faire comprendre quoique ce soit, la chose semblant perdue d'avance.
Là, elle jeta un regard navré sur King Arthur et sa clique qui continuaient à se tailler une bavette dans ces circonstances extrêmes, et préféra reporter son attention sur le botaniste en herbe sensé représenter une dernière chance.
"Allons, Londubat, bougez! Faites quelque chose, je ne sais pas moi..."
Le presque-cracmol lui retourna un regard hébété d'un vide intersidéral, puis agita mollement le rateau dans les airs comme s'il s'agissait d'un hochet.

[R] A l'extérieur, la porte des ténèbres prit de l'ampleur, si bien qu'au dessus de leurs têtes, les élèves de Gryffondor virent un morceau de la tour s'envoler. Le froid s'engouffra, et tous purent considérer de visu la situation. Ce fut dès lors la panique. Tous le monde se mit à courir dans tous les sens. Quelques élèves commencèrent eux aussi à s'envoler, et pour ne rien arranger, divers Sans-coeurs apparurent dans la pièce. Personne n'y fit attention, et personne ne pensa à les renvoyer d'où il venaient. Jetant un regard de là où elle se trouvait, Minerva put voir que les chevaliers avaient disparus. Sans doute happés par la porte.
Alors qu'elle tentait de réfléchir, elle se décolla elle même du sol. Elle s'accrocha de toutes ses forces à Neville... Qui s'envola. Elle leva les yeux, et contempla ce qui allait causer la fin de son monde.

[K] Restés seuls dans la tourmente, Arthur et ses braves s'accrochaient plus ou moins dignement aux fondements solides ce qui était - mais plus pour très longtemps - l'un des plus résistants édifices de cette dimension.
"Sire, je tenais à vous dire que j'ai été grandement honoré de servir sous vos ordres et que mes sentiments à votre égard ont toujours été habités du plus prof...
- Oh vous, Bohort, vous y mettez pas! Merlin, vous ne pouvez vraiment rien faire? Non, c'est bon, ne répondez pas, je vois à votre air de marcassin ahuri que... Merlin!
- J'dirais pas que c'est les meilleurs qui partent les premiers, hurla Léodagant au-dessus des vents cosmiques - parfois ça aide de gueuler souvent - tandis que le magicien disparaissait de leur vue, mais même ce vieux fou ne méritait pas ça!
- Et le machin brillant, là, j'en fais quoi?
- Bonne question. Bon, la fée, vous pouvez pas nous aider? Eh! Faites pas la sourde dans un moment pareil! Mais qu'est-ce qui m'a fichu une p...
- Pyuu! fit soudain Mokona depuis la capuce de Perceval. Mokona Modoki a assez attendu! En route pour notre grand voyage!"
Et avant qu'aucun des chevaliers ne puisse réagir, la créature ouvrit la bouche et créa un appel d'air si puissant que leurs doigts musclés aux arts militaires ne purent y résister.

[A] Une tornade. Bien qu'il n'en ai jamais vu, ce fut ce à quoi Arthur pensa en premier, lorsque l'étrange créature les aspira. Avant de partir, tout ce qu'il put voir fut Léodagant et Bohort qui s'éloignaient de manière incompréhensible de Perceval et lui, ainsi que des fragments de pierres, d'arbres et de tuiles volant en tous sens. Les ténèbres. Le chaos absolu.
Sans le vouloir, il hurla.
Alors, des mots qu'il avait jadis enfouis dans les tréfonds de sa mémoire lui revinrent en tête, comme une lame de fond.

"Siècle des larmes, hurlements
Panique, ruines, fin d’un monde..."


Et puis, brusquement, tout ceci disparut, et ils se retrouvèrent... ailleurs.
Une grande femme aux cheveux sombres et aux yeux d'une couleur indéfinissable -carmins, peut-être?- leur faisait face, vêtue d'une robe noire et blanche.
"Ainsi, vous voici..."


[k] Arthur regarda autour de lui. Partout, de hautes tours de verres s'élevaient vers un ciel grisâtre, et il y avait une drôle d'odeur dans l'air. Un peu comme quand Merlin enfumait la tour Ouest avec ses dédoctions. De toute évidence, ils venaient de débarquer dans un nouveau monde, encore plus tordu que le précédent.
"S-sire...
- Quoi, Bohort?
- Cette femme... des yeux de cette couleur... ce n'est p-pas normal du t-tout!
- Mais qu'est-ce que la norme? intervint l'intéressée. Ce que...
- Oh non, Yuuko-san, vous n'allez pas commencer! l'interrompit le jeune homme qui se tenait jusque là derrière elle.Vous exaucer leurs voeux, ils rentrent chez eux, et nous on continue notre repas! Y a pas idée de débarquer à l'heure du dîner!"
C'est à ce moment là que grondèrent les estomacs de Perceval et Caradoc. Une veine apparut sur le front du garçon. Elle n'allait quand même pas l'obliger à...
"Watanuki, va préparer une collation pour ces messieurs! Ce n'est pas parce que les univers s'écroulent les uns après les autres que nous devrions renoncer à partager un bon repas, et ça rendra les explications plus faciles à... digérer! Ah et Watanuki, n'oublie pas...
- Le saké, je sais, soupira le jeune homme sur un ton résigné.
- A nous, messieurs! Je suis certaine que vous avez de nombreuses questions!"
Good, better, best. Never let it rest.
'Til your good is better and your better is best.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.03 secondes avec 18 requêtes.