Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

02 février 2023 à 10:21:24
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » Cadavre Exquis (2ème saison)

Auteur Sujet: Cadavre Exquis (2ème saison)  (Lu 14103 fois)

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 910
    • olig marcheur
Cadavre Exquis (2ème saison)
« le: 15 septembre 2007 à 18:10:58 »



Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.
« Modifié: 20 septembre 2008 à 19:00:57 par Loredan »
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Canine

  • Invité
Re : Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok, le fléau des phoques
« Réponse #1 le: 15 octobre 2007 à 19:36:32 »



Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.
Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!
 
« Modifié: 10 novembre 2008 à 19:44:53 par Loredan »

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 910
    • olig marcheur
Re : Re : Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok, le fléau des phoques
« Réponse #2 le: 30 avril 2008 à 18:19:30 »
Citation de: Canine et Lo'
Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Re : Re : Cadavre Exquis 2 - Chalasmarok, le fléau des phoques
« Réponse #3 le: 02 mai 2008 à 00:37:27 »
Citation de: Canine et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...
« Modifié: 02 mai 2008 à 12:50:52 par Ambrena »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 910
    • olig marcheur
Chalasmarok, le fléau des phoques
« Réponse #4 le: 02 mai 2008 à 00:46:12 »

Citation de: Canine, Ambre' et Lo'
Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : Chalasmarok, le fléau des phoques
« Réponse #5 le: 02 mai 2008 à 01:37:27 »
Citation de: Canine, Ambre' et Lo'
Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."


Edit : oups, autant pour moi, j'ai toujours eu du mal entre loutres et phoques... sorry ^^
« Modifié: 02 mai 2008 à 11:29:34 par Rain »
Perdu

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 910
    • olig marcheur
Chalasmarok, le fléau des phoques [CrossOver]
« Réponse #6 le: 02 mai 2008 à 01:46:43 »
Désolé si j'participe beaucoup, mais j'ai eu des idées :P

Citation de: Canine, Rain, Ambre' et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Une loutre. Que venait-elle faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la lave plus tard. "Va chercher mes généraux. Les loutres s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Elles commencent même à nous envahir. Elles veulent la guerre, elles l'auront."

Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Chalasmarok, le fléau des phoques [CrossOver]
« Réponse #7 le: 02 mai 2008 à 10:12:04 »
Citation de: Canine, Rain, Ambre' et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Une loutre. Que venait-elle faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la lave plus tard. "Va chercher mes généraux. Les loutres s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Elles commencent même à nous envahir. Elles veulent la guerre, elles l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Citation de: Canine, Rain, Ambre' et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R]Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A]Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...
« Modifié: 02 mai 2008 à 11:45:57 par Rain »
Perdu

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 910
    • olig marcheur
Chalasmarok, le fléau des phoques [CrossOver HP/Bartiméus]
« Réponse #9 le: 02 mai 2008 à 14:26:33 »
Citation de: Canine, Rain, Ambre' et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R]Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[L] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : Chalasmarok, le fléau des phoques [CrossOver HP/Bartiméus]
« Réponse #10 le: 02 mai 2008 à 23:13:58 »
Citation de: Canine, Rain, Ambre' et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R]Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[L] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R]Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahit mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"
Perdu

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 910
    • olig marcheur
Chalasmarok, le fléau des phoques [CrossOver HP/Bartiméus]
« Réponse #11 le: 02 mai 2008 à 23:30:05 »

Citation de: Canine, Rain, Ambre' et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[L] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[L] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Citation de: Canine, Rain, Ambre' et Lo'
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[L] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[L] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Citation de: Canine, Loredan, Ambrena et Rain
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[L] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[L] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eu des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Cœurs.
Perdu

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 658
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Citation de: Canine, Loredan, Ambrena et Rain
[L] Il était une fois, dans une contrée lointaine, une grosse larve qui se dandinait dans la boue. Cette larve s’appelait Chalasmarok. Elle avait un corps adipeux et verdâtre, des dents jaunies et usées par le temps, des yeux de biche et un joli chapeau de paille. Son rêve n’était pas, comme les autres larves, de creuser des tunnels souterrains ou d’édifier d’imposantes demeures de boue. Le rêve de Chalasmarok, c’était de conquérir le monde.

[C] Chalasmarok savait que le monde de ses condisciples ne suffirait pas. Car le monde des larves, aussi gluant est-il, ne sera jamais aussi superbement énorme et salé que celui des phoques. En ce temps, c'était ses plus grandes idoles. Nager dans l'océan, se rouler dans le sable... Seulement, les autres était soit trop bornées pour savoir qu'est-ce qu'une dirigeante, soit trop exigentes vis-à-vis de Chalasmarok. Roumeikh, sa mère la soutenait fortement... Mais, deux, face à des millions de larves et de phoques!

[L] Alors, Chalasmarok aux yeux de biche inventa un stratagème, une machine formidable capable de le phoquéfier. Dans les entrailles de sa contrée, il puisa maintes gemmes fabuleuses et maints matériaux antiques, et se façonna une enveloppe semblable en tous points aux autres phoques. Mais il y avait un problème : sa contrée était aride, et être un phoque en pleine savane n'est pas une aubaine.

[A] Mais qu'importe! Il serait le premier phoque à nager non pas dans l'eau glacée, mais dans les hautes herbes.
Fort de cette nouvelle résolution, Chalasmarok commença à évoluer au sein de la végétation roussie par le soleil qui l'entourait. Toujours loyale à son fier rejeton, sa mère Roumeikh ne tarda pas à adopter son déguisement subtil, et à l'accompagner lors de ses déambulations dans la plaine sèche. Leur but? Convaincre les autres larves de les imiter...

[L] Dans l'herbe haute, un phoque avançait. La savane mugissait, la terre craquelée fut brusquement au contact de cette chair étrangère, cette graisse d'ordinaire aquatique. La lionne chasseresse s'était arrêtée, circonspecte ; les antilopes graciles avaient tourné la tête ; les éléphants, imposants mammifères de la lointaine antiquité Naturelle, ne buvaient plus. Le vent retenait son souffle devant ce spectacle contre-nature. Bientôt, le murmure parcourut la savane, et parvint jusqu'au roi des animaux. "Seigneur Lion ! Un phoque ! un phoque dans la prairie !"

[R] Le Roi Lion ouvrit paresseusement un oeil, et observa l'animal devant lui. Une larve. Une grosse larve, juteuse. Il n'aimait pas être réveillé. Il mangerait la larve, plus tard. Il se devait de la punir. "Larve, sais-tu à quoi tu t'expose en me réveillant ?" La larve répondant au nom de Deskalmov déglutit et acquiesça. Il le savait mieux que quiconque, en tant qu'espion du Roi. "Qu'as-tu donc à me dire, larve ?" L'espion répéta. Le Roi Lion, l'air grave, se releva sur son séant. Il entreprit de laver chaque parcelle de son corps. Un phoque. Que venait-il faire ici ? Envahir son territoire ? Il mangerait la larve plus tard. "Va chercher mes généraux. Les phoques s'intéressent à la savane depuis trop longtemps. Ils commencent même à nous envahir. Ils veulent la guerre, ils l'auront."

[L] Starlight résonnait dans la savane. L'hymne des Lions. Le Roi Lion rugit, faisant frémir le sable et la brise. Ce boulet de Zeus, avec son habit de chiffons et sa paille dans la poigne, n'avait qu'à bien se tenir. La Nature régnait encore sur la savane, et elle ne permettrait pas qu'une larve se métamorphose en phoque (ou loutre ? peu importe) impunément. Mais le Roi Lion se devait de marquer le coup. Jamais telle offense n'avait été proférée ouvertement à la face de Dame Nature. Aussi, pour la première fois depuis la séparation des mondes, le seigneur des animaux, le visage enflammé par sa crinière d'or et de cuivre, invoqua, du haut du rocher primordial, un esprit de la savane. L'enfant de Dame Nature, le djinn Bartiméus, N'Gorso le Tout-Puissant.

[A] Car en ces temps lointains, les entités de l'Autre Lieu étaient invoquées par des êtres naturels, lors de graves bouleversement de l'ordre des choses. Or, en l'occurence, c'était bel et bien le cas. Un phoque, dans la savane africaine? Et pourquoi pas une crevette en chaussettes sur Mars? Ulcéré, le Roi Lion rugit son chant invocatoire, donnant ainsi un nom pour la première fois à la créature dont il demandait l'aide. Dans un nuage d'air et de feu tourbillonants, N'gorso apparut alors...

[R] Une ombre gigantesque recouvrit la savane. De puissants vents contraires la balayèrent. Le Roi contemplait la créature qu'il avait invoquée. Ou en tout cas, son oeil. Un oeil vermeil, luisant de cruauté et de malice, à la pupille en fente, et dans lequel le Roi lui même aurait pu se perdre. "Qui ose m'invoquer en ces lieux ? Qui requiert ma toute puissance ?" La voix était grave et puissante, tel le grondement du tonnerre. Son souffle était aussi chaud que du sable brûlant. Il écarta légèrement la tête, dévoila des dents plus pointues que celles d'un crocodile. Un dragon noir. N'gorso. "Alors ? J'attends la réponse !" Au loin, de lourds nuages noirs approchaient...

[L] "Je suis Bartiméus ! je suis Sakhr-al-Djinn, N'Gorso le tout-puissant, tous ces noms m'ont été donnés par Mère Nature*, aussi ne me reconnais-je point de maître. Aussi je te somme à ton tour, chaton. Qui es-tu pour m'invoquer ?"
Impressionnant, non ? D'autant que c'est ma première fois.**
*Cette vieille mégère envahissante adore chapeauter les esprits de l'Autre Lieu, allez savoir pourquoi... "Mère Nature" ! ça détruit complètement l'effet de mon laïus ! c'est décidé, rhétorique ou pas, je couperai ce passage la prochaine fois.
**Ma première fois en vrai. J'ai beaucoup répété, dans mon nuage d'éther.

[R] Le Roi, s'il était impressionné, ne le montra pas. Il se contenta de fixer l'oeil face à lui. Enfin, il rugit. "Je suis le Roi de toutes les créatures de cette région ! N'gorso, ou Bartiméus, ou Sakhr-al-Djinn, ou quel que soit ton nom, cesse tes enfantillages ! On dirait un bébé djinn qui est invoqué pour la première fois ! Tu n'es certainement pas ma première créature invoquée, et tes tours de passe-passe ne me font ni chaud ni froid. Ecoute-moi bien ! Ton premier travail sera simple. Un phoque a envahi mon territoire. Je veux que tu le trouves, que tu reviennes ici me dire où il est, ce qu'il fait, s'il a des amis avec lui. Quand tu seras de retour j'aurais une nouvelle tâche à te confier. Va ! Et ne reviens pas avant d'avoir des résultats !"

[L] Mais, ce faisant, sa majesté subsaharienne avait battu le sol de sa patte, faisant s'élever la poussière primordiale. Le Roi toussa, brisant le Charme créé par le rugissement.* Alors, un chaud vent venu des steppes courut sur la plaine ; les herbes et les animaux frissonnèrent. L'oeil matérialisé devant le Roi des animaux grandit, sa pupille s'étrécit comme pour traduire un rictus invisible de la forme tapie dans l'ombre. Et Bartiméus acquit son premier titre.** Le Tombeur de Fauves. La carcasse du seigneur des lieux, blanchie par le temps, émiettée par les siècles, a désormais disparu, mêlée au sable et au vent ; ses sujets furent anéantis ; et bientôt, alors que l'astre ardent incendiait le crépuscule, seul, dans l'immensité africaine, subsista, pour longtemps solitaire, bien à l'abri dans sa carapace de phoque, une larve.
* Oui, depuis, les invocateurs ont inventé des pentacles. Plus casse-essence à faire, mais plus réglementaire et moins dangereux pour eux. Dommage, nous les djinns, on s'amusait bien plus en ce temps-là...
** Oui, cette fois-ci, je suis un narrateur effacé. Dans le prologue, tout au moins. J'ai huit mille ans et des poussières ; c'est l'heure du bilan.

[A] Libéré de sa toute première invocation, l'être qui portait les noms de N'gorso, Bartiméus ou encore Sakhr-al-Djinn, et qui allait en acquérir bien d'autres lors des millénaires à venir, ouvrit un passage afin de s'en retourner à l'Autre Lieu.

Et la larve, Chalasmarok? Que lui arriva-t-il? Eh bien, c'est assez incroyable mais dévorée d'ambition, parcourue de vélléités d'explorations et de pouvoir, elle le suivit à son insu.

Et c'est ici que tout commença, car un véritable fléau venait de naître...

[R] L'Autre Lieu... Les dimensions de la Basse-Fosse... Le monde des esprits... Bien d'autres noms furent donnés à ce lieux, dans les siècles passés et ceux encore à venir. Cette endroit, à la périphérie de l'univers, était particulier, et seuls les êtres éthérés pouvaient y survivre.

Chalasmarok fut donc la première créature de chair et de sang à pénétrer ce lieu. Et cela eut des conséquences inimaginables. Les forces régissant ce lieu luttèrent contre cette créature vivante, et il en résulta une aberration qui n'aurait jamais dû exister. Et la larve devint l'ombre d'elle même.

Chalasmarok fut le premier des Sans-Coeurs.

[A] Peu à peu, la larve -qui n'en était plus vraiment une- créa autour de lui d'autres forces alliées, tout aussi aberrantes que lui. Des êtres étranges, affamés, difformes. Dangereux, surtout.

Chalasmarok avait perverti l'Autre Lieu, et avait ainsi formé une armée terrifiante à la tête de laquelle il siégeait. Peu à peu, les Heartless s'infiltrèrent au sein de différents mondes et se mirent à les détruire.

C'est ainsi que dans l'un d'entre eux, une femme instruite et aux puissants pouvoirs finit par s'alerter des évènements qui avaient lieu dans sa propre dimension, au point de vouloir faire appel à de puissants génies afin de mieux comprendre ce qui se passait. Cette femme se nommait Minerva McGonagall.
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.02 secondes avec 17 requêtes.