Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 novembre 2022 à 23:38:47
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]

Auteur Sujet: Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]  (Lu 350 fois)

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 282
Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« le: 29 août 2022 à 00:13:41 »
J'ai dépassé le temps, mais je voulais finir. 1h15 donc. Bonne lecture, âmes sensibles s'abstenir ^^




Le rat tourne en rond, renifle en hochant de la tête et pose une patte sur le grillage de sa cage. Dans les cages voisines, ses congénères s’agitent. Trois jours qu’ils n’ont rien eu à manger. Tout autour, un mur de plexiglas. Au-dessus, la lumière aveuglante d’un néon blafard. Le petit animal se dresse sur son séant et observe son reflet. Qu’est-ce donc que cette tâche floue qui remue en même temps que lui ?
Un déclic aigu. Le rat regarde vers le haut. Un trou rond, dans lequel il pourrait glisser sa patte s’il n’y avait pas le grillage. C’est de là qu’est venu ce bruit. Maintenant, il entend un sifflement, comme un chuintement, comme un soupir continu, celui d’une bête aux poumons immenses, capable d’expirer pendant une interminable minute. Son haleine sulfureuse remplit les narines du rongeur. Et l’air se trouble, tout devient jaune. Et les battements de son cœur s’accélèrent. Et ses muscles se contractent, de façon désordonnée ; il ne contrôle plus son corps et sent son ventre se serrer, ses épaules qui frissonnent, ses cuisses qui palpitent, sa queue qui bat contre le sol poisseux de sa prison. Le rat s’écroule. Allongé sur le côté, il convulse.
Enfin, sa respiration s’apaise. Le paysage autour de lui a changé : tout est plus brillant, plus pointu, plus net et agressif. Le rat se remet sur ses pattes. La faim l’envahit. Une envie frénétique de se nourrir, une vague immensément puissante qui le submerge de l’intérieur, grondant depuis son estomac, à travers sa colonne vertébrale qui se raidit. L’odeur du sang pénètre ses narines, épaisse et suave, gourmande. Dans la cage d’à côté, son voisin a planté ses dents au creux de sa cuisse et se délecte du liquide chaud et parfumé. Son museau s’enfonce, il fouille sa propre chair et se délecte. Voilà ce qu’il faut faire. Le rat regarde sa queue, l’attrape entre ses pattes et commence à la dévorer.
— Encore raté. Mais ça progresse.
L’homme qui a prononcé ces mots reste penché au-dessus des cages et contemple encore quelques instants le groupe des huit spécimens qui n’en ont plus pour très longtemps. Sa chevelure épaisse tombe sur ses joues, son front. Il se redresse et plaque sa tignasse sur son crâne d’un geste désabusé.
— Je vais y arriver. Je dois y arriver.
Il bombe le torse, regarde vers le plafond. Ses yeux écarquillés ne voient pas la surface blanche zébrée de fissures. Ils la voient, elle. Qui l’observe. Toujours. Depuis toujours. Sa bouche se tord. L’écume aux lèvres, il articule les mots qu’il répète depuis des années, seul dans son sous-sol.
— Ne me juge pas si sévèrement. Je fais de mon mieux.

*

Sa grande carcasse posée sur une chaise branlante, il n’a pas enlevé sa blouse blanche pour manger ses céréales. Le bruit de sa mastication emplit sa tête, il aime ça. Il déglutit, reprend une cuillère pleine de lait où flotte un copeau de chocolat. Lorsque le bol est presque fini, il le porte à ses lèvres et avale les dernières gouttes avant de lâcher un soupir de satisfaction. Regard vers le haut, à se casser la nuque :
— Tu vois, j’ai tout fini.
Il emmène le bol, la bouteille de lait et le paquet de céréales jusqu’au plan de travail. Cliquetis de la petite cuillère qui rejoint les autres dans le lave-vaisselle. Couinement de la porte du Frigo, la bouteille de lait rangée à côté des autres. Le placard s’ouvre sans un bruit, il dépose la boîte de céréale avec son lion rugissant contre les trois boîtes identiques.
— Je vais revoir la formule mais avant je veux tester un autre dosage : je n’ai même pas eu le temps d’ouvrir les portes des cages.
Un grand sourire se dessine sur le visage aux yeux fixes. L’homme se frappe le front du plat de la main.
— Je sais ! Je vais les mettre ensemble juste avant d’injecter le gaz ! Mais d’abord, un peu de repos.
La chambre à coucher est meublée d’un bureau d’enfant, d’une armoire bon marché décorée d’autocollants de héros de dessins animés et d’un petit lit, contre le mur, sous les posters. Son préféré et celui avec les dauphins qui bondissent hors de l’eau. Bien sûr, les hippocampes sont mignons, le colibri aussi. Un orang-outang suspendu à sa branche semble le regarder se glisser sous sa couette Batman.
— Je retourne travailler juste après, murmure-t-il. Je vais sauver tous les animaux.
Il se retourne et s’enroule sans sa couette.
— Des rats, il y en a plein. Et puis, c’est pour la bonne cause.
Il tourne les yeux vers le plafond, sourit gentiment et s’endors.

*

Les cadavres ont rejoint la poubelle. L’homme à la tignasse noire ferme les soupiraux et enlève son masque relié aux bouteilles d’air comprimé. Dans la petite pièce au fond du sous-sol, il allume la lumière et prélève huit cages qu’il dispose sur la grande table métallique, sous le néon. À côté, une cage plus grande.
— Il ne faut pas vous battre, hein !
Il sourit en hochant la tête.
— Pas tout de suite !
Il pose une bonbonne de verre sur un trépied, au-dessus d’un bec benzène. Sur le goulot, un bouchon de silicone traversé par un tuyau souple et transparent. Une part une, il ouvre les petites cages au-dessus de la plus grande et les rats se retrouvent tous ensemble. Rapidement, il place la cloche de plexiglas et la relie au tuyau.
— Vous êtes sages, hein !
Les rats affamés se tournent autour, mais ne semblent pas décidés à se battre. L’homme se dépêche d’allumer la flamme sous la bonbonne de verre. Le liquide jaunâtre commence rapidement à s’agiter, à frémir et enfin bout à gros bouillons. Les vapeurs grimpent dans le tuyau et se répandent dans l’enceinte hermétique. L’homme se penche pour observer l’effet de la substance sur le groupe. Des cheveux plein les yeux, il marmonne :
— Mangez-vous ! Mangez-vous !
Les rats se mettent en mouvement, se jettent contre le grillage avant de s’immobiliser et de convulser. L’homme tourne la pince pour fermer l’arrivée du gaz.
— Mangez-vous les uns les autres !
Les petites bêtes sortent de leur transe.
— Mangez-vous les uns les autres et l’humanité à son tour s’autodévorera !
Dans la grande cage, le premier rat pleinement réveillé tourne la tête à droite, puis à gauche avant de planter ses dents dans son propre ventre.
— Non !
Les autres rats commencent à leur tour à sucer leur propre sang, à arracher des morceaux de leur propre chair. Autour de chaque corps, une flaque se répand et les pauvres bêtes lapent leur propre sang.
— Non ! Non ! Ce n’est pas ce qui est prévu ! Vous devez dévorer vos voisins ! Vos voisins ! Pas vous même !
Dans la grande cage, plus rien ne bouge. L’homme tombe à genoux en poussant un long cri d’agonie. Il plante ses mains dans sa chevelure et tire de toutes ses forces. Des touffes de cheveux s’éparpillent autour de lui. L’homme hurle, maintenant, et se frappe le visage de ses poings fermés.
— Je réussirai ! Je te le promets !
Toujours à genoux, il se cambre et rejette sa tête en arrière. Ses yeux pleins de larme implorent le ciel ; ses mains se joignent devant sa poitrine.
— Tous les humains ! Tous les humains !
Il se roule en boule et cogne sur le sol de béton. Hoquetant, il se relève. De sa gorge sort un long cri. Ses lèvres s’écartent en un rictus simiesque découvrant toutes ses dents. Il contemple les huit cadavres de rat et frappe sur la table métallique. De toutes ses forces. Encore et encore, il défonce la surface d’inox et ses phalanges ruissèlent de sang, il frappe comme pour faire sortir sa rage ou se punir. Il cogne plus fort et regardant vers le ciel.
Et la bonbonne de verre, sur une dernière secousse de la table, bascule de son trépied, rebondit sur la table avant d’éclater sur le béton. Immédiatement, le sous-sol se remplit d’une vapeur sulfureuse. Elle pénètre les narines de l’homme à la tignasse noire qui s’écroule sur le sol et commence à convulser.
« Modifié: 29 août 2022 à 21:17:02 par Rémi »
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Cendres

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 994
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #1 le: 29 août 2022 à 09:00:13 »
Pauvre petit rat...En plus tu t'appelles Rémi comme le rat dans Ratatouille:(

Ton texte est descriptif, mais je n'ai pas compris pourquoi le héros fait tout cela. Il veut se venger de quoi ?

Il ne réussit pas que les rats se dévorent entre eux, mais ce mangent eux même. Mais si il veut tuer les humains, ca revient aux même non?
Ca me fait penser aux films de zombies ou les humains veulent manger les autres humains.

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 282
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #2 le: 29 août 2022 à 09:27:39 »
Citer
Il ne réussit pas que les rats se dévorent entre eux, mais ce mangent eux même. Mais si il veut tuer les humains, ca revient aux même non?
c'est très vrai !  :'(

Citer
Ca me fait penser aux films de zombies ou les humains veulent manger les autres humains.
oui, clairement ! Mais c'est beaucoup plus "Science de l'apocalypse"  :mrgreen:

Citer
Ton texte est descriptif, mais je n'ai pas compris pourquoi le héros fait tout cela. Il veut se venger de quoi ?
C'est effectivement assez sous-entendu dans le texte ; je te fais un MP sur le sujet ;)

Merci d'être passée Cendres !
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne ZagZag

  • Ex Zagreos
  • Chaton Messager
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 309
  • Octogorneau à gros cheveux
    • Ma page perso
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #3 le: 29 août 2022 à 11:17:33 »
Yo Rémi !

Et ses muscles se contractent, de façon désordonnée
Pas fan de "de façon désordonnée"

Ses yeux écarquillés ne voient pas la surface blanche zébrée de fissures. Ils la voient, elle. Qui l’observe. Toujours. Depuis toujours.
Je comprends pas ce qu'est la surface blanche zébrée de fissure, ni qui désigne ce "ils".
(après 3e relecture en fait je comprends, mais j'ai eu du mal)

je veux teste un autre dosage
tester

Sur le boulot, un bouchon de silicone traversé par un tuyau souple et transparent.
goulot je crois

il ouvre les petites cages au-dessus de la plus grande et les rats se retrouvent tous ensemble.
il ouvres les petites cages et les rats se retrouvent tous ensemble dans la plus grande ?

Grmbl je prenais mon petit déjeuner moi à la base... Bon c'est bien glaçant, ça fonctionne. On s'attend un peu à la fin, mais ce n'est pas grave ! Le titre est pris au pied de la lettre, c'est assez cool aha.
Bien vu !
aucun : les artichauts n'ont aucun rapport avec le Père Noël. Ce ne sont pas des cadeaux et on ne peut pas faire de Père Noël en artichaut.

Hors ligne Cendres

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 994
Re : Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #4 le: 29 août 2022 à 18:35:32 »


Citer
Ton texte est descriptif, mais je n'ai pas compris pourquoi le héros fait tout cela. Il veut se venger de quoi ?
C'est effectivement assez sous-entendu dans le texte ; je te fais un MP sur le sujet ;)

Merci d'être passée Cendres !

Merci pour ton explication, je n'avais pas vraiment compris ;)

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 022
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #5 le: 29 août 2022 à 20:43:55 »
Bonsoir Rémi,

Hop, je m'y mets :

Citer
L’odeur du sang pénètre ses narines, épaisse et suave, gourmande
J'aime bien :coeur: :potichat:

Citer
Ils la voient, elle. Qui l’observe. Toujours. Depuis toujours.
arf, trop cool, l'inception des observateurs

Citer
Le bruit de sa mastication emplit sa tête, il aime ça
je déteste ce bruit  |-|

Citer
du Frigo
pourquoi la majuscule ?

Citer
— Je retourne travailler juste après, murmure-t-il. Je vais sauver tous les animaux.
Il se retourne et s’enroule sans sa couette.
— Des rats, il y en a plein. Et puis, c’est pour la bonne cause.
::)

Citer
— Non ! Non ! Ce n’est pas ce qui est prévu ! Vous devez dévorer vos voisins ! Vos voisins ! Pas vous même !
ah, bah, la différence était-elle si grande?

haha bien vu la fin. Surtout la fin qui n'est pas écrite.

Comme d'hab, bien écrit, fluide, bien rythmé, captivant  :D

Bien joué !
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 282
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #6 le: 29 août 2022 à 21:24:25 »
Citer
ah, bah, la différence était-elle si grande?
effectivement, ça change pas grand-chose... sauf pour ma fin qui fonctionne mieux  :mrgreen:
Et puis, le cinglé avec ses gros cheveux, il est peut-être assez maboul pour préférer que les humains se bouffent entre eux, va savoir !

Frigo, c'est une marque à la base, alors j'ai eu le réflexe de mettre la majuscule, mais y a pas besoin, en fait.

Citer
Comme d'hab, bien écrit, fluide, bien rythmé, captivant  :D
t'as pas lu mon tic-tac sur les sorcières !  |-| un peu pourri, je trouve.
Mais ouaip, celui-là est sorti plus facilement, il est pas mal. J'en ferai peut-être quelque chose.

Pour la fin qui n'est pas racontée, j'ai failli m'arrêter à la bonbonne qui éclate par terre et au gaz qui envahit le sous-sol. Mais j'ai préféré montrer le type qui convulse sur le sol, quand même.


Merci pour vos commentaires, ça fait plaiz'
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 022
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #7 le: 29 août 2022 à 21:33:18 »
Citer
Et puis, le cinglé avec ses gros cheveux, il est peut-être assez maboul pour préférer que les humains se bouffent entre eux, va savoir !
oui oui, d'un côté ça marche aussi qu'il préfère que les humains se dévorent entre eux. C'est peut-être moins rapide, parce qu'ils mourraient pas tous directement puisque les plus malins ou les plus forts survivraient un moment en se gavant des corps des autres, mais c'est plus cruel d'un côté.

Citer
t'as pas lu mon tic-tac sur les sorcières !  |-| un peu pourri, je trouve.
haha je suis curieuse maintenant. Suis pas sûre d'avoir jamais lu un texte de toi pourri.
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 282
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #8 le: 29 août 2022 à 21:48:00 »
Citer
oui oui, d'un côté ça marche aussi qu'il préfère que les humains se dévorent entre eux. C'est peut-être moins rapide, parce qu'ils mourraient pas tous directement puisque les plus malins ou les plus forts survivraient un moment en se gavant des corps des autres, mais c'est plus cruel d'un côté.
oui, plus cruel, miam miam !
Faudrait que j'exploite ça, que ce soit la volonté de ce fou à gros cheveux  :-¬?
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne ZagZag

  • Ex Zagreos
  • Chaton Messager
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 309
  • Octogorneau à gros cheveux
    • Ma page perso
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #9 le: 29 août 2022 à 21:51:42 »
Bon est-ce qu'on peut arrêter d'utiliser le terme "gros cheveux", ça me met mal à l'aise  :huhu:
ZagZag, Ex Za'gros Cheveux
aucun : les artichauts n'ont aucun rapport avec le Père Noël. Ce ne sont pas des cadeaux et on ne peut pas faire de Père Noël en artichaut.

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 022
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #10 le: 29 août 2022 à 21:53:05 »
Bon est-ce qu'on peut arrêter d'utiliser le terme "gros cheveux", ça me met mal à l'aise  :huhu:
ZagZag, Ex Za'gros Cheveux
:D
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 667
  • Miss green Mamie grenouille
Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #11 le: 29 août 2022 à 22:16:29 »


Euh; bon ; Comme toujours tu t'en sors parfaitement, l'histoire se tient... mais j'avoue que beurkkkkkk ! Pas vraiment mon truc les histoires aussi cruelles ! On ne touche pas aux animaux ! même aux rats, ou tout au moins pas de cette manière.

Non sérieux, tu me surprends toujours avec cette imagination débordante qui te caractérise. Que dire, avec mon petit texte tiré de faits réels, sans vraiment de piquant, je me sens toute petite !



 :D :D :D
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Ma page perso si vous êtes curieux

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 282
Re : Re : Dévoré [Tic-tac 28 08 2022] [Explicite : violence]
« Réponse #12 le: 29 août 2022 à 22:22:33 »
Bon est-ce qu'on peut arrêter d'utiliser le terme "gros cheveux", ça me met mal à l'aise  :huhu:
ZagZag, Ex Za'gros Cheveux
Qui ? Hein ? Quoi ?  :D
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Merci Claudius d'être passée ! Je file lire ton texte :)
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.018 secondes avec 18 requêtes.