Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 novembre 2022 à 00:24:01
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » Émilie [Tic-tac 25/08/2022]

Auteur Sujet: Émilie [Tic-tac 25/08/2022]  (Lu 295 fois)

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 282
Émilie [Tic-tac 25/08/2022]
« le: 25 août 2022 à 22:15:04 »
Ça ressemble plus au premier chapitre d'un roman qu'à une nouvelle. Mais bon, ça dérouille les doigts et les méninges ^^
Bonne lecture !




Les vagues se brisent sur les blocs de pierre de la jetée. L’écume forme des tourbillons à la surface de la mer, les embruns parfument l’atmosphère, Émilie sourit. Ses talons claquent sur les planches de bois, bruits mats accompagnés du clapotis de l’eau. Tout au bout, le phare se dresse vers le ciel. La jeune femme avance tranquillement, sa chevelure rousse ondule dans le vent. Plongée dans ses pensées, elle regarde les nervures du bois : dessins de destins tracés. Chaque ligne serpente, tourne autour d’un nœud, hésite avant de s’élancer jusqu’à la planche suivante. Soudain, elle redresse la tête, se tourne et s’appuie contre la rambarde. À quelques pas d’elle, un phoque sort sa tête de l’eau et la regarde. Il cligne des yeux. Sa bouche s’ouvre lentement, comme s’il s’apprêtait à… aboyer ? parler ? pousser un cri ? Émilie ressent la joie qui émane de l’animal. La connexion est forte. Le phoque sort la moitié de son corps hors de l’eau, se propulse et plonge en projetant une gerbe d’eau vers le ciel. Puis, il ressort sa grosse tête noire et ses moustaches frémissent. Émilie sourit et lui fait un petit signe de la main. Le phoque bat des nageoires et disparaît dans les ondes vertes.

Les pavés de la vieille ville luisent. Les talons d’Émilie chantent de menus sons pointus qui résonnent d’une façade de pierre à l’autre. La ruelle grimpe mais la jeune femme a le pied léger. Son sourire ne l’a pas quitté. Les trottoirs étroits, encombrés de gravats, de déchets et d’objets rebutés ne sont guère praticables. Émilie marche au milieu de la chaussée. Une voiture à deux chevaux approche ; pas encore visible, elle est plus haut et vient de prendre la rue du cabanon. Émilie se dit que l’un des deux canassons a perdu un fer et que le cocher ferait mieux de s’en occuper plutôt que de brailler sur son équipage. Elle s’appuie contre une porte cochère. La voiture déboule dans la pente, à toute vitesse et passe devant les bottines d’Émilie dans un fracas de tonnerre. Soupir, haussement d’épaule et puis un petit rire. Sa mansarde n’est plus qu’à quelques pas.

Bien sûr, il faut escalader les cinq étages avant d’y parvenir. Évidemment, on y gèle en hiver et on y cuit en été. Mais pour rien au monde Émilie ne quitterait sa mansarde, avec ses lézardes, sur le firmament. Elle attache sa chevelure rouge avec un ruban de coton et se penche sur l’âtre. Bientôt, les braises rougeoient. Émilie ajoute trois morceaux de charbon et accroche la bouilloire à la crémaillère. Elle s’assied sur le fauteuil élimé et commence à méditer. Faut-il se rendre à la réunion prévue ce soir ? Se rassembler pour trouver les moyens de se rendre moins visible, est-ce que cela fait sens ? Elle en est là de ses réflexions, lorsqu’elle entend la deuxième marche qui grince, au deuxième étage. Elle tend l’oreille. Froissement d’une robe, la bague qui frotte contre la rambarde. Voilà Esmée.

— Pile à l’heure pour le thé !
— Tu m’as entendu sortir de chez moi ?
— Esmée... tu exagères toujours un petit peu. Non, mais je me doutais que tu viendrais me relancer cet après-midi.
— Pour la réunion de ce soir ?
Émilie sourit. Son amie a une capacité à jouer les innocentes assez extraordinaire. Amusant, lorsqu’elles sont toutes les deux. Un vrai don, lorsqu’il s’agit de rester anonyme.
— Esmée, tu ne me parles que de cette réunion depuis un mois. Et, ces derniers jours, plus la date approche et plus tu évoques le sujet fréquemment.
— Je ne t’en ai pas parlé une seule fois.
— Je ne dis pas le contraire. Tu évoques, tu évoques…
Maintenant, c’est Esmée qui rit. Son visage resplendit, encadré par ses boucles blondes. Elle sera toujours démasquée par Émilie, quoi qu’elle veuille dissimuler.
— Tu parlais d’un thé ?
Émilie se saisit de la bouilloire, y jette une poignée de feuilles odorantes et se dirige vers son vaisselier. Elle pose deux tasses sur un plateau, le sucrier et quelques gâteaux secs.
— Le thé ne sert qu’à ramollir tes gâteaux de pierre, hein ?
— Moque-toi ! Tu les adores, mes biscuits.
Esmée pousse un gros livre encombrant la table basse. Elle attrape une brochure au papier jauni et commence à la feuilleter tandis qu’Émilie verse le thé. D’un geste brusque, Esmée veut jeter la brochure sur le livre, mais elle heurte le bras de son amie et le thé brûlant se déverse sur son poignet. Elle pousse un gémissement aigu. Immédiatement, Émilie pose la théière sur la table, attrape le bras d’Esmée, y plaque son front en psalmodiant quelques mots à voix basse. Au bout de quelques secondes, elle se redresse et souffle sur le bras qui ne garde à peine qu’une légère trace rouge.
— Merci ! Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Je suis si maladroite !
— Tu n’es pas maladroite, tu es inattentive, ma chère Esmée.
Esmée fait la moue. Et puis, elle demande :
— Bon, cette réunion ? On y va ? Tu sais comme c’est important !
— Je ne suis pas sûre. Je ne sais pas si c’est si nécessaire…
— Pour toi, non, forcément… tu passes ta vie à éviter les humains et à échanger avec les animaux. Bien sûr que tu ne risques pas d’être démasquée. Du moins, tant que tu n’emploies pas tes talents de guérisseuse de façon trop visible.
— C’est toi qui exagères. Nous ne craignons pas grand-chose dans notre petit village au bord de l’océan.
— Viens avec moi jusqu’à la jetée. Si en arrivant là-bas, tu ne veux pas me suivre, j’irai seule.
La rouquine dodeline de la tête et avale une gorgée de thé. Elle croque dans un biscuit et se lève. Arrivée à la fenêtre de toit, elle regarde le ciel.
— Bon, d’accord. Je t’accompagne jusqu’au port. Je pense qu’on va avoir un beau coucher de soleil.
Esmée pose sa tasse et se lève à son tour.

Alors qu’elles ont descendu la moitié de la rue, Émilie entend la poignée d’une fenêtre qui grince, trois étages au-dessus de leur tête. Elle pousse son amie pour l’éloigner.
— Attention, là, au-dessus !
Esmée fait deux pas de côté et redresse la tête. La fenêtre vient de s’ouvrir et une large bassine de zinc en sort, projetant vingt litres d’eau souillée directement sur les deux femmes. Esmée lève les bras, prononce quelques mots à voix basse. La gerbe d’eau s’arrête au milieu de la rue. En lévitation. Esmée écarte les mains et l’eau se sépare en deux flux qui tombent à bonne distance.
— Merci !
Émilie pose sa main sur l’épaule d’Esmée. Là-haut, un cri retentit :
— Des sorcières ! Des sorcières, là, en bas, dans la rue !
Les deux femmes s’élancent vers le port tandis que derrière elles des portes s’ouvrent, des sabots claquent sur le pavé, des cris retentissent. Un grand drap sèche, pendu à la fenêtre d’une maison plus cossue. Voilà qu’il se met en mouvement, descend vers la chaussée et forme un rideau en travers de la ruelle. Masquées par cet obstacle, Émilie et Esmée échappent à leurs poursuivants et arrivent au port.

La jetée file tout droit jusqu’à son phare, les vagues se brisent contre les rochers. Émilie prend le bras de son amie.
— D’accord Esmée. Rejoignons nos amies. Il est temps de rédiger notre manifeste.
« Modifié: 29 août 2022 à 21:45:30 par Rémi »
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne ZagZag

  • Ex Zagreos
  • Chaton Messager
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 309
  • Octogorneau à gros cheveux
    • Ma page perso
Re : Émilie [Tic-tac 25/08/2022]
« Réponse #1 le: 25 août 2022 à 23:14:25 »
Plongée dans ses pensées, elle regarde les nervures du bois : dessins de destins tracés.
:coeur:

Les talons d’Émilie chantent de menus sons pointus
:coeur: :coeur:

— Le thé ne sert qu’a réussir à ramollir tes gâteaux de pierre, hein ?
pas fan

Des sorcières, là, en bas, dans la rue.
manque un point d'exclamation !

J'aime bien l'ambiance maritime, ça apporte de la fraîcheur. Et les petits tours (soigner les brûlures, lire dans les biscuits secs, séparer l'eau noire en deux, faire virevolter les draps) c'est très chouette !
Nan il est cool à lire ce texte, Rémi ! :) (et c'est pas très grave que ça aille pas plus loin, on devine... mais oui ça fait très début un peu speed de roman c'est rigolo)
aucun : les artichauts n'ont aucun rapport avec le Père Noël. Ce ne sont pas des cadeaux et on ne peut pas faire de Père Noël en artichaut.

Hors ligne SkyMatter

  • Tabellion
  • Messages: 25
    • Mes dessins sur Instagram
Re : Émilie [Tic-tac 25/08/2022]
« Réponse #2 le: 25 août 2022 à 23:45:27 »
Très chouettte ce petit texte.
Tout comme ZagZag, j'ai beaucoup aimé les deux phrases qu'il a relevé.
Je me suis vite attaché aux deux personnages.
Les évènements sont un peu rapides mais présentent l'univers, les pouvoirs etc.
Une introduction condensée très sympa.
Merci pour cette petite histoire :)
Manieur de mots, aussi agile qu'un ours, une plume à la main.

Hors ligne Basic

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 196
    • Dits de l 'aube.
Re : Émilie [Tic-tac 25/08/2022]
« Réponse #3 le: 26 août 2022 à 07:38:16 »
Bonjour Remi,

alors, bien aimé ce texte à la" fantasy" tranquille, un petit côté steampunk très léger, un peu mer du nord comme je l'imagine ( c'est à dire : pas trop)
. Bon les sorcières sont à la mode.
dans le fil du texte j'ai fait une remarque sur le fait qu'on n'a pas le temps de faire attention aux détails qui sortent les personnages de la normalité... c'est la question principale et je ne sais pas quoi y répondre... trop, et pas assez ?

B

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Dits de l'aube. Textes dits. Hellian - Basic et d'autres.

https://www.youtube.com/channel/UCtSh7Ir1_tg0rf8WhZBunLQ

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

Hors ligne Cendres

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 994
Re : Émilie [Tic-tac 25/08/2022]
« Réponse #4 le: 28 août 2022 à 10:12:30 »
Ton texte est compose de trois parties.
Une première descriptive, la seconde un dialogue et la dernière le début de l'aventure, composé aussi de dialogue.

J'ai bien aimé le pouvoir de comprendre les animaux pour ton héroïne. Ca aurait put être plus développé et faire des situations rigolotes.

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 282
Re : Émilie [Tic-tac 25/08/2022]
« Réponse #5 le: 29 août 2022 à 21:38:05 »
Salut !

@Zag :
Citer
Citer
— Le thé ne sert qu’a réussir à ramollir tes gâteaux de pierre, hein ?
pas fan
devient : — Le thé ne sert qu’à ramollir tes gâteaux de pierre, hein ?

Citer
mais oui ça fait très début un peu speed de roman c'est rigolo
mouais, faudrait équilibrer un peu, c'est vrai
Mais je crois que ce texte restera sans suite.

merci Zag !

@SkyMatter
Merci pour ton commentaire, ça fait plaisir même si je ne suis pas fan de ce texte :)

@Basic
Citer
dans le fil du texte j'ai fait une remarque sur le fait qu'on n'a pas le temps de faire attention aux détails qui sortent les personnages de la normalité... c'est la question principale et je ne sais pas quoi y répondre... trop, et pas assez ?
oui, ça va très vite. Pour un début de roman, ça peut être sympa, ça intrigue et on a le temps de laisser le lecteur découvrir les personnages et leurs facultés au fur et à mesure. Pour un texte court, ça tient pas trop la route.

Citer
c’est très très près
oui, les trottoirs sont étroits  :D

Citer
( bon, du bord de mer à la rue, l’ellipse est peut être un peu forte)
c'est vrai

Coquilles corrigées et répétition de "côté" supprimée.

Merci pour le retour détaillé !

@Cendres
Oui, clairement, il y a matière à développer. Vers le rigolo, pourquoi pas !
Merci de ton passage :)


Édit : personne n'a vu la petite citation de Brassens ?
« Modifié: 29 août 2022 à 21:41:14 par Rémi »
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.024 secondes avec 18 requêtes.