Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

02 février 2023 à 08:35:51
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Le petit salon » Expressions, où, quand, comment, qui ?

Auteur Sujet: Expressions, où, quand, comment, qui ?  (Lu 3171 fois)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 763
  • Miss green Mamie grenouille
Expressions, où, quand, comment, qui ?
« le: 03 mars 2019 à 15:24:28 »
Voilà une idée qui vient de germer, suite à une discussion sur Discord concernant les significations de certaines expressions, leur origine, parfois méconnue, et leur région d'origine aussi. Parfois certaines manières de marier les mots ne s'emploient pas partout.

Hier soir je disais que j'allais faire un nœud à mon mouchoir pour ne pas oublier. Question posée : ça veut dire quoi faire un nœud à son mouchoir ?

Dans ma petite tête, je me souvenais de ce moyen mnémotechnique pour ne pas oublier quelque chose. Par exemple de passer chercher le pain en sortant de l'école et pour ne pas oublier de faire un nœud à son mouchoir. Autrement dit, en mettant la main à la poche, en découvrant l'excroissance inhabituelle, la mémoire réagissait. Il me semblait avoir lu ça dans "la sœur de Gribouille" mais je n'en étais pas sûre, je suis donc passée faire un tour sur la toile.

Il semblerait (j'ai des doutes) que cela vienne de la Genèse.

- "l'arc-en-ciel est comme un nœud que ferait Dieu à son mouchoir pour se rappeler de cette promesse qu'il fait de ne jamais utiliser la violence." Dans ce cas là, le nœud existait déjà puisqu'on y fait référence.

- Ensuite il y a ça : (dixit un professeur de français en correction d'un devoir d'enfants de 10 ans  :o)
 "nœud au mouchoir" vient de ce que Dieu avait demandé à ses armées de faire un nœud aux franges de leurs vêtements afin que les combattants n'oublient pas pour qui ils se battaient ...

- il y a aussi la relation avec la monnaie dans la poche pour ne pas la perdre, on la mettait dans un mouchoir et on faisait un nœud.
approche du fait de ne pas perdre (oublier).

- une origine de la Thorah parle également de nœuds aux vêtements.

- dans les temps reculés, ou encore aujourd'hui dans certaines peuplades, une toile nouée servait de mètre ruban. On faisait un nœud à la bonne dimension... d'autres pour se retrouver à une date précise, nouaient un mouchoir et défaisant les nœuds à chaque lune, se retrouvaient à l'endroit prévu quand il n'y avait plus de nœud.

Bref, j'ai trouvé d'autres sources, mais impossible de savoir vraiment (même sur Wiki) d'où ça vient.



En conclusion je dirai : le nœud au mouchoir est un pense-bête... mais, d'où vient cette expression "pense-bête" ?

 :D :D




Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Ma page perso si vous êtes curieux

Hors ligne B.Didault

  • Prophète
  • Messages: 680
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : Expressions, où, quand, comment, qui ?
« Réponse #1 le: 05 mars 2019 à 16:47:28 »
Sujet très intéressant, je pense (suis-je bête pour autant ? S'il-vous-plaît, pas de réponse).
Je suis certain d'avoir toutes tes explications.
Je vais faire court :

     Il fut un temps où les zoothérapeutes ne supportaient plus ce titre compliqué à prononcer pour le commun des mortels. Certes, cela faisait très savant, mais limitait beaucoup la clientèle. Ils ont donc simplement changer de titre et se sont fait appeler panses-bêtes. Le bon côté de ce nom est qu'il n'y a même pas à en expliquer l'étymologie.
    Plus tard l'histoire nous indique que la clientèle devint si importante qu'il fallut prendre des rendez-vous, souvent plusieurs mois à l'avance, pour consulter un panse-bêtes (ce qui n'arriverait pas de nos jours). Les clients, très mécontents, mais bien obligés d'en passer par là, cherchèrent un moyen de s'en souvenir. Il faut se rappeler que l'almanach des postes n'existait pas encore.
     Donc, au XVIe siècle un de ces clients, Arnault de Saint-Preuil, trouva un moyen judicieux : Il prit un torchon, sur lequel il avait inscrit la date avec les moyens du bord, ensuite le plaçant au cou de son animal en attente du panse-bêtes, il fit un nœud. Bien entendu cette bonne idée fit tâche d'huile et se répandit rapidement dans la population. Avec le temps, comme ce chiffon était là pour évoquer ce rendez-vous, pour y penser, le nom devint pense-bêtes. Puis comme il s'agissait à chaque fois d'une seule bête le "s" se perdit naturellement.
     Maintenant pourquoi le mouchoir. C'est tout simple, à partir du XVIIe siècle (1600), les poches jusqu'alors extérieures aux vêtements furent cousues sur ceux-ci (ça c'est vrai !). Donc il fut plus aisé aux propriétaires d'animaux en attente de rendez-vous, non-plus de les obliger à avoir un torchon au cou : Ils utilisèrent un tissus carré, déjà appeler mouchoir, et conservèrent l'habitude du nœud.

Je suis certain que cette explication éclaire ton falot, pardon ta lanterne.
Pour ma part je ne suis pas partisan des nœuds au mouchoir. En effet, je suis tête-en-l'air (allons bon elle vient d'où celle-là ?) j'ai donc toujours plusieurs choses à me souvenir, j'aurais donc plusieurs nœuds.

Problèmes :
  • J'aurais une énorme boule dans une poche !
  • Si j'attrape une rhinite, je ne te dis pas les soucis pour tout dénouer et me moucher
Dernier argument... fais donc plusieurs nœuds aux mouchoirs en papier !

J'espère que mon expertise t'a aidée.
Merci pour ce partage.
« Modifié: 05 mars 2019 à 16:50:17 par B.Didault »
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 763
  • Miss green Mamie grenouille
Re : Expressions, où, quand, comment, qui ?
« Réponse #2 le: 05 mars 2019 à 17:04:03 »
 :D :D :D :D

Je ne sais si je dois croire toute ton argumentation mais c'est très intéressant ton histoire.

Donc, tête en l'air... humm je vais y réfléchir, quand j'aurai récupéré mon cerveau parti voyager je ne sais où emporté par le vent. Il a suivi une linotte, ou un étourneau sûrement. Et du coup j'ai oublié pourquoi je suis là. J'ai plus ma tête sur mes épaules, je l'ai dans le cul (bah oui,) Bon bref.

Tout ça pour dire que je n'ai rien trouvé sur l'origine de tête de l'air.

À vous les studios...  :mrgreen: :mrgreen:





Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Ma page perso si vous êtes curieux

Hors ligne B.Didault

  • Prophète
  • Messages: 680
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : Expressions, où, quand, comment, qui ?
« Réponse #3 le: 05 mars 2019 à 17:51:49 »
Seule la couture des poches sort de mes encyclopédies.
Tout le reste est ce que j'appellerais une vérité illusoire construite sur le moment, appeler encore "inspiration".

Ton idée est excellente, en continuant ainsi nous pourrions construire une encyclopédie des "fausses vérités".

Modification :
J'ajoute aujourd'hui, mercredi 06 mars, ma contribution un peu plus élaborée :
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Je prépare un chapitre sur la Tête dans le C.. !
Un jeu pourrait consister à séparer le vrai du faux (Le vrai Dufau ayant été un PDG d'un grand groupe informatique  :D ... Il se prénommait Bernard)
« Modifié: 06 mars 2019 à 09:22:27 par B.Didault »
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

En ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 456
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Expressions, où, quand, comment, qui ?
« Réponse #4 le: 19 mai 2022 à 21:31:36 »
waw cool ces réflexions sur le 'pense-bête', ça me parle même si moi mon problème qui ptetr participe de ma pathologie puisqu'il m'indique qu'il faut pour que le 'pense-bête' fonctionne, certaines 'capacités' normales que je n'ai pas : moi un mouchoir noué dans ma poche ne me permettra jamais de ne serait-ce que réaliser qu'il faut que je pense à un truc, l'association d'éléments psychiques va pas jusque là, alors ensuite pour savoir qu'est-ce que je dois pas oublier, laisse tomber... ça a flingué ma vie ça continue tous les jours

pis je venais parce que au sujet des 'locutions', 'expressions' et autres boites de conserve linguistiques, ça me gave en général pour les biais d'esprit que ça occasionne sans que je puisse justifier mon sentiment dans les conversations lambdas, mais que là j'ai un exemple : ok, chaque lieu sa culture, mais entre un ancien et un nouveau chez moi, j'ai méga-galéré à me faire à cette histoire de débilités pasteurisées hermétiquement protégées, et le paradoxe qui fait qu'une expression est sensée amener un sens convenu, normalisé, consensuel, et que ces accords ne sont pas tant respectés, libres à eux, mais ça génère des incompréhensions, qui à la longue sont reloues  : "il fait lourd", l'expression météo, ne désigne pas la même selon ici ou là... bon, bin au bout d'un moment faut choisir non ? on surfe sur le préjugé lexical, ou alors au contraire on exprime une singularité ! mais la confusion d'usage entre les deux... rien pigé, faudrait m'expliquer... des avis ? sur l'universel volontairement invoqué par la locution mais rarement trop conçu pour que ce soit clair...

ptetr un peu trop radicalement sclérosé suis-je, mais je m'électrise très douloureusement de ces trucs '_'
« Modifié: 19 mai 2022 à 21:43:07 par Dot Quote »
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 19 requêtes.