Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

02 février 2023 à 09:12:30
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Le petit salon » Crise éternisante dans le milieu ?

Auteur Sujet: Crise éternisante dans le milieu ?  (Lu 20465 fois)

Hors ligne Dieter

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 814
  • Orthographe réformée = Histoire déformée
    • Dieter
Re : Re : Crise éternisante dans le milieu ?
« Réponse #75 le: 21 mai 2021 à 11:53:36 »


bon, heu moi à part le fait que le pain démocratique de l'info est dégueulasse, j'avais rien à dire, mais voilà...
Le problème du pain démocratique de l'info, c'est qu'il perd vite la mémoire au profit du sensationnalisme. Parce que mine de rien, même s'il faut se méfier de Wikipédia, d'où j'ai tiré ceci, ça reste une vérité contrôlée :

Citer
Jeanne Calment attribuait sa longévité et son apparence relativement jeune à l'huile d'olive qu'elle utilisait pour se nourrir et dont elle s'enduisait la peau, une « sacrée volonté » ainsi qu'à un verre de porto par jour et à un kilogramme de chocolat par semaine. Elle mettait toujours de l'ail dans les viandes et poissons et du sucre dans ses boissons, et a fumé le cigarillo jusqu'à l'âge de cent quinze ans.
On n'a rien inventé de mieux que la bêtise pour se croire intelligent.
Amélie Nothomb

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 456
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Crise éternisante dans le milieu ?
« Réponse #76 le: 21 mai 2021 à 12:33:15 »
salut Dieter, c'est cool de passer par là, heu... puis-je me permettre deux remarques méthodologiques dans ce qui se fait pour la réflexion commune ? d'un point de vue phéno, j'ai pas saisi où tu voulais en venir, j'ai l'impression tu fais juste réagir par un autre scandale tout comme justement j'incriminais la bien-pensance générale de trop faire sans jamais se questionner de pourquoi elle dit un truc, si ça fait avancer le schmilblick, vers qui étout... d'où que j'arrive à la deuxième remarque, je la tourne de façon sarcastique ça va ? heu... t'es comme le reste de mon environnement m'apparait, tu aimes amener 'le problème' pis jamais 'la solution' ? voilà pour ma petite douleur perso à la lecture de ton intervention à laquelle je vais tenter d'amener ma brique suivante, puisque, oui, qmm, merci de répondre, c'est cool d'interagir impudiquement ici, j'pense c'est pas de courage qu'on peut qualifier ça dans notre ambition au partage de mots, mais un truc genre la dignité lexicale qu'on aime à valoriser par nous-même, et je t'ai souvent rencontré sur ce chemin d'où que j'aime bien

voilà, donc :
- à propos des articles wikipédia : bin faut trier, parce qu'on se permet pas les mêmes trucs selon la discipline relative au savoir renseigné
- à propos de ta remarque pertinente sur un certain sensationnalisme : c'est ce que j'incrimine aussi à la société de masse, et je rejoins même une citation de Arendt sur le propos crois-je, mais oui, très juste : c'est encore pire pour ce que j'estime personnellement, le free, le gratuit, le responsable, qui en fait n'est pas assez bien léviathanisé pour qu'on puisse en etre de fiers représentants puissants et valeureux à la tache
- re à propos de wiki : en fait faut savoir déjà la qualité qu'on cherche ; sans parler de niveaux de réalité ou de hiérarchie des problèmes de savoir, on va dire qu'aller sur l'article de Lisle-sur-Sorgue, c'pas le même délire que l'article sur l'a priori kantien, c'pas non plus le même que celui sur le développement personnel, etc... j'ai pas nuancé toutes les axiologies de l'information qu'on trouve sur wiki, mais y'a de l'universel référençable assez bien géré je trouve, même s'il y a beaucoup de fiches inutiles voir pas scientifiques du tout, mais après c'est de l'encyclopédie, donc j'imagine tout témoignage libre est bon à prendre pour l'instant, pis comme c'est contribuable, d'ici vingt ou trente ans les articles sur Lisle-sur-la-Sorgue seront mis à jour, les articles sur Kant réinterprété en cumulé de compréhension, pis ceux qui sont paumés dans leur vie auront de nouveaux moyen de se développer personnellement grâce à... ahem je m'arrête...

bref : le pain populaire de l'info ? je sais même pas ce que t'en pense en fait, mais merci de ton intervention que, voilà, j'ai paranoïaquement ou pas l'impression que c'est juste du troll

une solution à ton problème selon moi ? la responsabilisation des masses... le nouveau problème et sa solution thématiques alors ? la démographie incidente sur la psychologie des populations

mais c'est dans mes présupposés, aussi : la population a des problèmes ? c'est des problèmes de population, ça tombe sous le sens, et moi je crois le problème, c'est le dégoulinant effort à faire de la merde avec nos marmots, mais de là à expliquer le lien de causalité effectif qui démontrerait que tout groupe de personne a un QI équivalent au QI du plus faible QI du groupe, lui-même divisé par le nombre de personnes du groupes... ouais, comme on dit les gens sont cons, plus y'a de fous plus on rit, bref, je suis du genre à penser comme Descartes, que le bon-sens est la chose la mieux partagée car tout le monde pense en être suffisamment pourvu, mais aussi à me dire que le savoir cumulé, c'est bien, donc, aussi, quelque chose de quantifiable, et donc, bin de partageable ça converge, et donc, de répartitionnable en segments individuels que oui, plus t'as d'individus, plus ils sont cons... mais c'est mon intuition seulement

et n'a rien à voir avec le problème que j'essaye de traduire ici et qui m'a été soulevé qmm par l'axe des cours de L1 2017 en philo et qui se poursuivait au M2 de la même année... : la crise des sciences, de la pensée, de ce qu'on veut comme on l'appelle : et qui se traduit, bah tiens j'ai fait un dessin qui le synthétise y'a pas longtemps, je le mets là pour terminer :

"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne cyamme

  • Admin
  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 204
  • marmotte insomniaque
Re : Crise éternisante dans le milieu ?
« Réponse #77 le: 21 mai 2021 à 12:41:55 »
Je ne peux que te recommander la lecture de cette BD, Dot :



Pour le reste, bah je souscris toujours pas au mépris que je vois dans ton propos.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 456
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Crise éternisante dans le milieu ?
« Réponse #78 le: 21 mai 2021 à 12:58:58 »
bin tu vois, je pensais que tu me connaissais assez pour que mon trauma psychique relativement handicapant par phobie existentielle à propos de la culture, t'empêche à la fois de me trollmatiser avec ce que j'irai pas voir sauf si tu me orange mécanique les yeux et le cerveau face à mon angoisse, et de me faire encore une fois passer pour un con pour les mêmes raisons... faut que je le dise en quelle langue ? j'ai pas peur des araignées moi, ce qui me fait partir en vrille de 'mépris', c'est quand vous croyez que un lien internet c'est aussi innocent que comment moi je considère une araignée, mais j'en balance pas sur les phobiques pour autant, et j'ai pigé quand on me le dit, donc je le repisse dans un violon une trouze millième fois : ce que je considère comme manquant à la méthode de Dieter n'a rien de méprisant sauf si tu es un peu trop égocentrique de l'esprit critique pour lui accorder ce que mes mots sont au moins sincère pour moi, et par ailleurs le fait que oui, une personne phobique des araignées tu lui mets une araignée sous le nez elle te sera toute aussi agréable que moi quand y'a un manquement à ce que je vois de philosophique dans les directions de l'esprit à quelqu'un, ce que je n'ai pas l'outrecuidant égo de lui reprocher moralement, je suis pas aveugle sur les déterminismes, mais dont je soulève les problèmes et solutions afin qu'on puisse avancer, ce que, tu vas me trouver méprisant, je ne te vois pas trop effectuer de manière générale si tu en es encore à être là avec tes liens qui me font flipper, surtout sur un lieu web où on se targue de maîtriser les mots ; tu n'as pas de propos ? bin va pas dans discussion, vas dans les MEME ou je sais pas, enfin merde, y'a pas moyen d'être sérieux ici ? 'fin j'sais pas, c'est moi qui te trouve terriblement désobligeante là, franchement, c'est du troll et là je paranoise pas, tu sais : estimer la raison, ça se fait par des concessions sur notre capacité à la trouver, et en ce tu m'as avoué que j'avais ptetr des choses à t'apprendre en philo en échange de savoirs sur ta profession, bin voilà, si tu trouves ça méprisant je vais pas me retourner mille fois hein...

obligé de répondre par du flood, ça me soule, je peux pas rebondir sur la réflexion de mon fil, voilà pourquoi j'suis ptetr amer, mais t'imagines pas le respect que je mobilise pour contenir ce qui m'exaspère...

c'est là, neutre



edit :

c'est vraiment étrange la douleur ambivalente que je peux ressentir, Cyamme, philosophiquement parlant hein, ouioui, parce que tu vois justement, on parle ici là de pain populaire et... 'fin on a discuté, c'est vrai qu'on sait tous les deux et pas que nous, que les mots sont un effort, que la réflexion se découvre souvent d'elle-même si elle veut se dépasser, mais justement, tout comme j'ai admis m'emporter pour des trucs que seules mes phobies sortent d'une normalité normalement pas douloureuse pour autrui, comme tu as admis avoir balancé ce lien pour le partage au moins autant que pas que en réponse à moi, bin de fait je me permets qmm, on se l'est dit aussi, c'est par respect qu'on s'adresse des mots, donc toujours dans cette ambition, je ne peux donc, me retenir, de rejoindre cet étrange moment réflexif : ta bédé a l'air d'avoir un titre fort, forcément philosophique par ses deux termes, et si moi je me suis figuré l'esprit ou la critique en cours de philo, je comprends que c'pas le délire de tout le monde de suivre cette formation, cette discipline, qu'est l'exercice sans objet prédéfini, de la capacité à se questionner et à répondre... de fait je veux pas encore paraître méprisant, mais qmm, je suppose qu'on retrouve dans cette bédé ce qui se fait de lexical et pas trop populaire certes, mais qu'on ne fait que répéter dans ce genre de produits bédé ou autre, et ce depuis descartes, kant et tous les philosophes qui ont écrit des mots avérés et validés en ce qui concerne tout ceci, comme l'illustre cette def wiki :

Citer
Construire une pensée critique implique une posture intellectuelle nécessitant curiosité, distanciation face au monde qui nous entoure. ... Faire preuve d'esprit critique repose sur l'acquisition de compétences transversales visant à développer la capacité à argumenter et à débattre.

j'en profiterais ptetr bien pour avancer mes arguments contre la volonté souvent revendiquée ici, de formuler des 'avvis', des 'opinions', ce qui est anti-philosophique incontestablement malgré phénomènologie, et ce qui est pas critique du tout du tout dans l'esprit, en fait, mais heu mince je le dis pour la philo, pour la raison, partagée, commune, libre, non pour enfoncer ceux que j'incrimine de pas savoir réfléchir aussi efficacement que ce qu'on m'a enseigné jusqu'à ce que je n'en puisse plus vraiment, d'où que je comprends et cautionne la non-ridigité non-académique, mais qu'il faut qmm tendre un peu des fois si on veut pas se ratatiner le cerveau...

heu en gros, ce petit edit part d'un sentiment de culpabilité autant que d'une volonté de légitime défense ; ui...
« Modifié: 21 mai 2021 à 21:46:49 par Dot Quote »
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 456
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
hémicubes
« Réponse #79 le: 25 mai 2021 à 07:59:49 »
heu... je sais pas du tout comment je ressors ces trucs qui n'engagent encore une fois que ma propension à ne pas être tout à fait sûr de ce que portent ces manifestations lexicales, mais heu... bin ça se voit pas sur ce fil ni trop sur le fofo, parce que y'a eu du débordement hors liberté de la plateforme, mais entre communauté privée du didi notamment... bref, tout ça pour dire que je dois cette réflexion à Cyamme, je l'en remercie très chaleureusement car sa vision, avouons-le sans dévalorisation, assez désintéressée en ce qui concerne ce qui moi me fixe dans la philo, m'a permis de trouver des axes de réflexion traduits ici pour ce sujet que je crois un peu incompris dans son caractère alarmant de dramatisme : oui, la cohésion de l'esprit d'équipe, c'est ici sur ce fil, que je formule comment je crains qu'il ne se délite, autant que c'est ici sur ce fil, que par cette formulation, j'entends essayer de laisser agglomérer ce qui doit être partagé...
hémicubes
#entendement #pseudo-philomorphie #intellect #psyché

la conscience partagée en tant qu'état d'urgence de l'intelligence ?

à l'époque où on inventait la sédentarité, par exemple, il n'y a pas les preuves incarnées mais je suppose, que chacun se targuait de tester soi-même le nouveau contexte technologique responsable des modalités de l'existence ; oui, y'avait eu un type il a inventé le concept de maison, en trouvant une brique de terre sèche ou un caillou parallélépipédique, ou juste une grotte, osef, pour l'expérience de pensée juste, je suppose donc que tout le monde libre a testé à sa manière pas forcément impliquée, pas forcémement égale pour tous, mais qmm, de construire sa maison lui-même, parce que c'était la mode

c'est un peu comme le feu, au début t'as un glandu qui comprend que le silex percuté reproduit l'embrasement que provoque par exemple la foudre où le volcan, bim, contexte technologique responsable, majeur de changement de responsabilités et d'incidences, donc, l'espèce suit, pis tout le monde teste au moins une fois le silex

bon... c'qui est cool avec l'humain, mais qui est son vice aussi, en tort, en faille même, c'est qu'il se divise les occupations ; il ne peut pas gérer, dans une seule vie, l'acquisition de tout le savoir dont il a besoin pour cette vie, même si c'est alors sa force de pouvoir profiter de savoir qui le dépassent lui ; c'est à ça que sert l'éducation, et probablement le pourquoi d'une néoténie grandissante je suppose : le fait qu'un individu opérationnel humain, c'est-à-dire un adulte, bin ça prend du temps à le former, notamment intellectuellement, ça prend du temps à ce qu'il soit, oui, opérationnel, c'est-à-dire viable par responsabilité autonome, et ce parce qu'il a besoin d'intégrer tout un tas de truc, par la psyché c'est son propre je déplie pas

pis justement, l'intellect, c'est un peu un contexte technologique étrange, car il n'est pas considéré comme tel ou si peu ; on a bien la distinction entre oral et écrit pour l'axiologie des mots de la pensée, qui fait donc le découpage entre Préhistoire et Histoire, mais c'tellemment encore plus vaste et flou qu'on est encore à brasser dedans alors que des théories plus ou moins juste interrogatives, à propos de l'esprit, on s'en figure chacun depuis au moins le feu... pourquoi donc ? pourquoi la philo n'est pas usée comme de l'outil qu'elle est ? parce que la méta ne répond pas totalement au truc, et ce matin j'ai eu la petite idée que oui, c'est étrange ce contexte d'advention des modalités du réel, et la responsabilité de cet outil entre autres ontologies, qu'est la pensée

je me dis ouais, on a tous besoin d'un briquet au moins une fois dans sa vie, et on est content que les allumettes furent inventées après, même, des fois ; tout comme la brique, c'est sympa deux secondes de se faire des cabanes quand on est gamin, mais au bout d'un moment la mousse expansée on peut pas la faire soi-même si on veut isoler un bout de quatre-murs ; bin la raison en tant que fixation utile de l'expérience, c'est ce truc, la philo prétend gérer depuis trois mille ans, mais je me disais donc, ce matin là juste là, que en fait c'est toutes les sciences humaines qui font de l'impalpable direction de nos réflexions actuelles, ce qu'il y a de test dans l'humanité ; ui ? genre la psycho en tant que théorie de l'esprit, la religion en tant que théorie de l'âme, les neuro-sciences théories du corps cérébral, la linguistique théorie de l'entendement lexical, les théories de l'art, de l'expression, la sociologie en tant que théorie des groupements intra-humain, l'anthropologie en tant que théorie des groupements inter-humains, et on peut poursuivre, l'éthologie presque, étude de l'animal donc compris l'humain, puis cercle plus large la biologie presque aussi, étude de la vie donc compris l'humain, pis bin pourquoi pas alors l'anatomie, étude des corps géométriques, et donc, de la géométrie, en tant qu'étude des formes de l'incarnation cohérente, et donc, des mathématiques en tant que l'une des premières sciences de l'être cohérent...

bref ; intellectualiser des trucs, c'est pas seulement les intérioriser, c'est même pour l'humain encore plus que pour tout autre du règne, les extérioriser... si le gens au silex, à la brique, au stylo, était resté tout seul dans son coin et n'avait pas scandalisé l'ordre quiet de la stabilité acquise de ses contemporains, on serait pas là québlos dans nos maisons à écrire que c'est bien de se chauffer au coin de la cheminée

tuot ça pour dire ? bin ouais, que notre époque, j'pense, pas ces dix dernières années quoique si pas mal aussi, pas ces cent dernières années quoique si pas mal aussi, pas ces mille dernières années quoique si pas mal aussi, pas ces dix mille dernières années quoiqu... 'fin ouais, y'a un truc d'universel à la recherche de formulation de l'universel, quand j'étais en philo j'avais pas les mots pour demander en quoi 'le réel se diffracte en lui-même', ce truc qui fait qu'on dessine tous un bout d'univers par quelconque réflexion s'y comprenant... mentaliser un truc, à l'intérieur ou à l'extérieur, émotionnellement ou rationnelllemennt, c'est se faire une représentation de quelque chose, qui existe, comme on y pense, et l'humain qui parle, qui rit, qui pleure, c'est ce truc qui cherche vraiment loin et précisément la 'diffraction du réel en lui-même', puisque lorsqu'il parle, c'est pour décrire ou agir le réel, lorsqu'il rit c'est qu'il y trouve quelque chose, lorsqu'il pleure c'est qu'il y perd, et que tout ceci existe bel et bien, et n'est ni transparent ni inutile...

en gros, je me dis juste qu'on est à l'époque où t'en as un qui assemble deux bouts de bois dans le sol et qui met une peau de tente pour dormir dessous tandis que t'en as un qui a trouvé une pépite et qui gueule sur cent personnes pour qu'ils taillent des pierres en forme de lui-même pour un chateau ; mais l'objet de la liberté à être libre, aujourd'hui qu'on est tous aliéné dans la sédentarité après choix du léviathan, l'objet de notre contexte responsable donc, c'est, entre autres hein mais qmm plus que le feu poncé et la brique absorbée, c'est donc, oui, le psychisme, le monde de l'esprit et de l'âme conjoints, la logique et l'irrationnel puisqu'on en est là pour certains, et voilà, c'pareil : t'as ceux qui se contentent de vivre à la naturel, et ceux qui vont développer l'artificiel du truc ; moi je pose pas de jugement de dévalorisation comparative, mais je peux pas m'empêcher de comparer qmm, neutralement donc ou plutôt autant que je peux, pis lit qui lit quoi de ce que j'écris, bref, entre le type qui applique les conseils et celui qui les donne, y'a cette dichotomie de l'entendement à propos de l'esprit que l'esprit se penche un peu dessus par mode de cette époque indéfinie, dix, cent, mille dix mille ? on aime tous dire qu'on aime la philosophie même si parfois on comprend rien ; on aime tous dire qu'on est un peu psychologue sur les bords, ne serait-ce que pour comprendre son gosse ; on aime tous à faire nos petites généralités sur 'les humains' pour les misanthropes et philes, sur 'les gens' pour les agoraphobes anti-conformistes, sur 'les autres' pour les non-concerncés par ignorance et indifférence face à l'altérité, sur 'des petits détails' quand on ne s'intéresse pas au gros de ce qui nous concerne ; on aime tous, oui, se dire qu'on est un peu réfléchi, qmm, qu'on fait pas les choses inutilement, sans raison, même si on aime aussi faire les choses 'comme ça'...

donc voilà, à savoir, pendant que y'a ceux qui tâtonnent de la vie pratique, y'a ceux qui tâtonnent la vie théorique, on est tous un peu les deux hein, oubliez pas dichotomies à dépsasser, toussa ; et autant la grand-mère qui t'apprend à cueillir de l'ortie sans trop heurter ta circulation sanguine par poison nerveux, elle est dans la transmission, dans la théorie, autant celui qui teste il est dans la réalisation, mais par rapport aux choses de l'entendement et de ce 'reflet diffracté du réel' que constitue la psyché, on a donc, la philo depuis trois mille ans, et les sciences humaines depuis cent... là je reste béat

et j'attends la suite
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 19 requêtes.