Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

13 juin 2024 à 00:27:04
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » [Défi Tic-Tac 16.02.23]

Auteur Sujet: [Défi Tic-Tac 16.02.23]  (Lu 641 fois)

Hors ligne Luna Psylle

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 712
  • Luna, fille de Psylle
    • Page perso du Monde de l'Ecriture
[Défi Tic-Tac 16.02.23]
« le: 16 février 2023 à 22:17:34 »
Salut !

Les défis Tic-Tac, c'est quoi ? Un sujet aléatoire est donné et on a une heure pour écrire un texte. Hésitez pas à fouiller le sujet éponyme épinglé en haut de section pour plus de détails, ou même poser vos questions ;)
Pour ce Tic-Tac, ça donne quoi ? le sujet est une couverture aléatoire, donnée par BeeHa :) merci BeeHa ^^




Bon bah, c'est gagné, je pleure maintenant :-[... mais je vous aime de m'aider à écrire là-dessus aussi avec ces petits défis.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Une bonne soirée à tous et une bonne lecture !

18.02.23 : Ce texte n'aura pas de réécriture. Peut-être une ou deux retouches un jour, mais je n'y crois pas. Il est comme il est, il avait besoin de sortir comme ça, et il le restera.


   Hélène introduit la clé dans la serrure, empressée comme à son habitude. Le verrou lui résiste et elle grommelle contre les vieilleries et la rouille. Sans plus de respect, elle insiste. La vieille porte n’entend rien. Au-dessus de nos têtes, le ciel se couvre. Les nuages s’épaississent. De la neige est prévue dans la soirée.
   — Foutue porte !
   Je sursaute à ce hurlement d’Hélène. Sa main tremble. Ses jointures blanches se contractent autour du trousseau.
   — Je peux essayer ?
   Elle se tourne vers moi. Ses yeux reflètent tout. De la colère, de la fatigue, un peu de désarroi. Ce jour, on l’a attendu, on l’a redouté. Quand il est arrivé, il nous a balayées sur son passage.
   Grand-père est mort.
   Elle lâche l’objet. Il s’accroche à son manteau ; tombe. On le regarde, écrasé sur les dalles noires du perron. Je me baisse et prends ce petit bout de Grand-Père. Je le réchauffe entre mes deux paumes, comme un oisillon frêle.
   — Mettre la clef, la reculer, un tout petit peu, juste assez ; et tourner.
   Les mots de Grand-Père me reviennent, petite incantation entre nous quand lui et Grand-Mère me gardaient pendant les longs mois d’été. La porte s’ouvre et l’obscurité nous tend ses bras. Hélène s’engouffre à l’intérieur, comme la tornade qu’elle est. À peine je pose le pied dans ce havre doux, rempli de souvenirs, qu’elle fouille dans toutes les pièces, à la recherche de je-ne-sais-quoi.
   Son manteau lâchement abandonné sur le sofa de l’entrée traîne à moitié par terre. Je le remets bien sur le dossier et retire mon écharpe avec un regard attentif sur le décor. Même si je sais que mes souvenirs finiront par m’échapper, je tente de tout garder.
   Un tiroir dans mon esprit s’entrouvre. Je me revois, petite fille, courir à travers les pièces étroites et sombres. Courir, rire, jouer, danser, chanter, regarder des dessins animés. Tout semble si loin, et pourtant si près.
   Les tapisseries à grosses fleurs, d’abord colorées, puis ternies par le défilé des saisons, le secrétaire en bois sombre verni. Je dépasse l’entrée et me retrouve dans le premier salon. Pas de baies vitrées, juste deux lucarnes au plafond. Un énorme secrétaire contre le mur, une porte dissimulée derrière. Je dois me faufiler entre la table et les canapés pour l’atteindre.
   Ma chambre me laisse un frisson. Grand-Père m’a raconté que je n’aimais pas y dormir. J’avais peur des fantômes. Alors, j’ai toujours dormi avec Grand-Mère. Et Grand-Père dormait ici toutes mes vacances. Je me dis que ces fantômes doivent toujours être là, dans cette pièce d’à peine six mètres carré. Étroite, étriquée, ses murs se referment sur la petite fille qui hurle de peur au fond de mon cœur.
   Je ressors et continue mon exploration, le souffle soudain court. Le second salon est plus grand, plus aéré. Cette pièce-là me donne vraiment une impression de vie à cette maison. Sur l’un des murs intérieurs, une fenêtre. Vestige d’avant, quand elle donnait encore sur le jardin, elle reste là, condamnée entre deux pièces.
   Les poupées de Grand-Mère s’alignent avec élégance devant, sorte de jardinière intérieure figée. Je pose le genou sur une banquette et ouvre grand l’épais rideau de velours. À travers les barreaux, le jardin ressemble à un petit monde féerique. Les mauvaises herbes imitent une savane miniature. De l’autre côté d’un chemin de pavés noirs, une mare. Pas la meilleure des amies l’été venu, elle participe malgré tout à l’ambiance globale. Maître des lieux, le bouleau pleureur se penche sur ce petit coin de paradis. Fidèle à son nom, il pleure ses maîtres et amis.
   Grand-Mère est partie la première. Grand-Père l’a pleurée. Quelques mois plus tard, c’était fini.
   Je pose ma main sur la vitre.
   — Pourquoi tu mets des barreaux aux fenêtres, Grand-Père ? On est en prison ?
   Je me souviens de cette question toute bête, posée par une petite fille ignorante. Grand-Père a ri. Il riait toujours à mes questions. Il riait et répondait. Hélène revient vers moi, plusieurs classeurs dans les bras.
   — J’ai tout.
   — D’accord.
   Ma mère et moi ne nous parlons jamais vraiment. Je ne sais même plus quand, ni pourquoi on en est arrivé à cette entente cordiale, sans chaleur. Hélène. L’appeler par son prénom est plus facile.
   Mais aujourd’hui, c’est différent : Grand-Mère est morte, Grand-Père est mort. Je ne sais même pas s’ils m’ont entendue leur dire « je t’aime », assise à leur chevet, à l’un puis à l’autre. Et si un jour, ma mère part aussi, comme ça, sur un lit d’hôpital, loin de sa maison...
   Elle lit ses papiers, des papiers si importants aujourd’hui, si futiles demain. Je la regarde, les mots coincés en moi. Elle ne me regarde pas, concentrée sur ses documents, sur sa montre, sur son téléphone.
   — On devrait partir, il va neiger ce soir. J’aimerais rentrer avant la nuit.
   Je dois lui dire.
   — Maman ?
   Elle lève la tête vers moi, étonnée par un mot qu’elle n’a plus entendu depuis une éternité. Elle aussi veut dire quelque chose, quelque chose qui reste coincé ici, au fond de sa gorge, au fond de cette maison où elle a grandi, où j’ai un peu grandi aussi, entre ses murs qui ont partagé nos bonheurs, nos chagrins, nos jeux, nos petits bobos.
   — Maman ? Ils me manquent.
   Un sanglot m’échappe.
   — Ils me manquent. Est-ce qu’ils m’ont entendue quand je leur ai dit que je les aimais ?
   Elle pose les dossiers sur une table et me prend dans ses bras.
   — Oui ma chérie. Ils savent, tu sais. Même quand on ne leur dit pas, même quand on leur crie dessus, même quand la colère prend le pas : ils savent. Les parents savent toujours.
   — Maman ? Je t’aime…
   Elle m’étreint plus fort :
   — Je t’aime aussi.
« Modifié: 18 février 2023 à 14:06:12 par Luna Psylle »
If the day comes that we are reborn once again,
It'd be nice to play with you, so I'll wait for you 'til then

Hors ligne BeeHa

  • Prophète
  • Messages: 817
Re : [Défi Tic-Tac 16.02.23]
« Réponse #1 le: 17 février 2023 à 10:01:11 »
Salut Luna,

Pfiuouuuu...
Beaucoup d'émotions à la lecture de ce texte. Ça a frappé juste chez moi...
Les petits détails de vie, le rien qui semble sans importance et qui s'en emplit plus tard, en nous pressant de toute ce dont on s'est chargé au cours de ces moments.

Merci, vraiment, pour ça, cette délicatesse.

Et voilà un mouchoir pour toi, en te souhaitant une bonne journée. ~



Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
“A faint clap of thunder;
Clouded skies;
Perhaps rain comes – if so, will you stay here with me?”

“A faint clap of thunder;
Even if rain comes not;
I’ll stay here, together with you…”

Hors ligne Aponiwa

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 811
Re : [Défi Tic-Tac 16.02.23]
« Réponse #2 le: 17 février 2023 à 12:51:30 »
Hello Luna,

Pas de titre pour ce tic-tac?

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


J'ai beaucoup aimé ton texte.
Les descriptions d'abord, qui nous plongent dans l'appartement du grand-père avec tant de précision qu'on le voit apparaitre devant nos yeux. L'émotion, pudique mais palpable. La surprise : je pensais qu'Hélène était la soeur de la narratrice. Et la fin qui m'a serré la gorge.
J'aime la façon que tu as de personnifier les objets pour éviter de tout le temps utiliser la personne comme sujet : "Le verrou lui résiste", "Ma chambre me laisse un frisson.", ... j'essaie d'en prendre de la graine!
Pas fait attention aux coquilles, je me suis laissée emportée par l'émotion du texte. Comme pour BeeHa, ça a résonné en moi.
Merci pour ce joli tic-tac, j'espère que ça t'as quand même fait du bien d'écrire ça!  :calin:

Autre chose : ce texte m'oriente sur un autre choix pour le BT. Cette leçon sur les description, est-ce que par hasard...  :chut:

 
« Noone will know my name until it's on a stone » Eels, Lucky day in hell

Hors ligne Beglous

  • Calliopéen
  • Messages: 428
Re : [Défi Tic-Tac 16.02.23]
« Réponse #3 le: 17 février 2023 à 15:50:40 »
Bonjour Luna Psylle,

Je comprends qu'il y a du vécu dans ton texte et je sens bien que pour moi, c'est difficile d'aborder le texte dans son exercice et dans le cadre du jeu tout en faisant avec l'émotion prégnante et touchante que tu partages.
J'apprécie et rejoins ce qu'observe Aponiwa, à savoir ta façon de personnifier les objets, de donner en quelque sorte au lieu sa raison d'être. Il me semble que le lieu est un personnage à part entière dans ton récit. C'est lui qui fait remonter à la surface des souvenirs et c'est peut-être lui qui permet ce rapprochement final.
Je suis par ailleurs impressionnée par ta faculté à donner, en si peu de temps, une telle forme narrative à cette charge affective. Le fond ne vient pas noyer la forme.

Hors ligne Cendres

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 129
Re : [Défi Tic-Tac 16.02.23]
« Réponse #4 le: 17 février 2023 à 20:37:37 »
J'ai beaucoup aimé ton texte parlant de l'amour et le fait de ne pas savoir dire je t'aime a ses proches.
C'est un joli texte.


Sinon je suis pas d'accord avec cette phrase :
" Je ressors et continue mon exploration, le souffle soudain court. Le second salon est plus grand, plus aéré"
Normalement enfant on voit les choses plus grandes, donc elle doit soit le trouver plus petit. Je ne vois pas pourquoi elle a "le souffle soudain court". Je l'interprète comme ci qu'elle découvre sa grandeur.
Mais peut être c'est en opposition a sa chambre. Mais dans ce cas la, elle doit le savoir la grandeur de cette pièce et ne devrait pas être étonnée.

Hors ligne Luna Psylle

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 712
  • Luna, fille de Psylle
    • Page perso du Monde de l'Ecriture
Re : [Défi Tic-Tac 16.02.23]
« Réponse #5 le: 18 février 2023 à 14:05:17 »
Salut tout le monde !
__

Merci BeeHa pour ta lecture et ton commentaire !
Merci aussi pour le mouchoir :-[ j'ai corrigé la coquille et rajouté les points de suspension assez vite, même si je ne réponds que maintenant.
__

Merci Aponiwa pour ta lecture et ton commentaire !
Edit : et je l'ai pas dit plus tôt, mais merci aussi pour les câlins :calin:
Pas de titre, non. Quand j'ai posté, j'ai oublié et au final, je le trouve presque mieux sans. Je ne saurais pas trouver le titre parfait pour... ça.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

[/quote]
Au final, plus que mes thèmes, je retrouve ma vie dans tes mots. Le silence et peut-être un peu d'amour caché dessous. Et ils sont quelques-uns à me manquer. deux surtout, sur qui j'écris parfois et dont j'ai posté un ou deux textes.
Citer
Autre chose : ce texte m'oriente sur un autre choix pour le BT. Cette leçon sur les description, est-ce que par hasard...  :chut:
Je suis curieuse de voir ta prochaine proposition :)
__

Merci Beglous pour ta lecture et ton commentaire !
Je comprends cette difficulté d'aborder la forme sans prendre le fond en compte. Et je me dis que j'aurais moi-même du mal à retravailler ce texte sans predre cet équilibre précaire, donc je vais le laisser tel quel. Pour le lieu, à mes yeux, il était un personnage à part entière (la maison a été vendue depuis, j'essaye de garder les souvenirs, de ne pas penser à son maintenant). Il croulait presque sous le poids de son histoire.
__

Merci Cendres pour ta lecture et ton commentaire !

Citer
Sinon je suis pas d'accord avec cette phrase :
" Je ressors et continue mon exploration, le souffle soudain court. Le second salon est plus grand, plus aéré"
Normalement enfant on voit les choses plus grandes, donc elle doit soit le trouver plus petit. Je ne vois pas pourquoi elle a "le souffle soudain court". Je l'interprète comme ci qu'elle découvre sa grandeur.
Mais peut être c'est en opposition a sa chambre. Mais dans ce cas la, elle doit le savoir la grandeur de cette pièce et ne devrait pas être étonnée.
Le souffle court est en lien avec la pièce précédente : Je me dis que ces fantômes doivent toujours être là, dans cette pièce d’à peine six mètres carré. Étroite, étriquée, ses murs se referment sur la petite fille qui hurle de peur au fond de mon cœur. Elle ne découvre pas la taille des pièces, elle se sent étouffée par cette chambre, elle en ressort le souffle court. Je le comparerais plutôt à une crise de claustrophobie.
__

Ce texte n'aura pas de réécriture. Peut-être une ou deux retouches un jour, mais je n'y crois pas. Il est comme il est, il avait besoin de sortir comme ça, et il le restera.

Une bonne journée !
« Modifié: 19 février 2023 à 17:56:40 par Luna Psylle »
If the day comes that we are reborn once again,
It'd be nice to play with you, so I'll wait for you 'til then

Hors ligne Cendres

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 129
Re : Re : [Défi Tic-Tac 16.02.23]
« Réponse #6 le: 19 février 2023 à 09:23:21 »
(...)
Le souffle court est en lien avec la pièce précédente (...)

Je me cache. J'avais mal compris.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.029 secondes avec 23 requêtes.