Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

14 mai 2021 à 03:01:49
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Ben.G, Claudius) » A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée

Auteur Sujet: A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée  (Lu 332 fois)

Hors ligne Exil

  • Tabellion
  • Messages: 58
A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée
« le: 14 avril 2021 à 00:19:17 »

À l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée, c'est l'aube qui s'étirera et c'est moi qui lèverai, avec mes yeux en bataille mes cheveux à demi ouverts ou mes jambes enrouées, ou ma voix engourdie ou mon âme esseulée ou mon cœur ou ma force égale à trois petits roseaux et demi contre le vent ou presque, c'est moi qui lèverai et c'est moi qui acculerai le petit rideau de bruine à mon endroit, pour commencer. Je lèverai et acculerai le petit rideau de bruine à mon endroit pour commencer là d'où il vient, contre l'éther qui s'allonge; et sentirai son poids s'écraser tout contre moi tout contre moi, moi dans le milieu mouillé de mousse.
Poursuivie par l’horloge invisible suintant la crainte et le trépas, je me heurte à un phare brusque dressé à mon endroit et qui n’est pas la bruine. Ce phare remonte un corps à l'orée du souvenir qui l'accueille avec une moue lézardée de vieille façade. Il remonte un corps de sa grue musculaire innocentée là par des marins pressés. Le phare remonte un corps anchor ancré dans l'encore offert dans un écrin de soc ponctué de marées. C'était un corps comme nous tous sauf qu'éteint. Me rappelant ce chien rebelle décoré d'holocauste déguisé en aryen d'après les arquebuses qui quand même ont tu son souffle, je vis dans l'encore de son corps écharné l'éternité du souffle qui nous anime et le sang qui afflue qui afflue toutes les secondes et puis les vagues aussi…

Et tous les imaginaires et toutes les folies il faut fouler du pied comme on dévale la lande; apprécier en silence le palpable en dilution dans l'eau sacrée de ta conscience ~ car il n'existe et n'a de sens que par cela. L'apprécier sans te sentir mort de n'avoir donné suite au fracas contre ta rétine-porte est, en fin de compte, tout ce qui importe...
« Modifié: 28 avril 2021 à 10:39:29 par Exil »

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 057
Re : A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée
« Réponse #1 le: 16 avril 2021 à 22:52:37 »
Salut Exil ! j'ai pu apprécier l'évolution du texte du vers jusqu'à la prose ! petite préférence pour la prose qui pour moi sied mieux à la richesse lexicale du texte. Comme un torrent, en quelques sortes. J'aime assez le début avec cet aspect incantatoire "je lèverai et acculerai". Peut-être élaguer un peu l'ensemble ? Mon avis est éminemment subjectif et je le donne en ayant bien conscience que j'apprécie en ce moment les formes très épurées, donc voilà, je ne me vexerai pas du tout si tu suivais ton idée sans tenir compte de mes remarques. Le texte est également assez hermétique, difficile pour le lecteur de saisir des prises pour s'y accrocher ! Ici je pense que tu pourrais, non pas prendre le lecteur par la main (qui suis-je pour dire ça), mais distiller subtilement quelques éléments ou séries d'éléments bien concrets qui serviront à recapter le voyageur perdu qui arpenterait tes lignes. Je me réjouis de la richesse lexicale que tu sembles affectionner, et que j'affectionne aussi, même si, comme je l'ai déjà dit, je cherche maintenant à simplifier le plus possible le vers.  :)

C'est en forgeant qu'on devient forgeron ! Une verve prometteuse qu'il ne reste plus qu'à tailler, canaliser.  :)

A bientôt et au plaisir !

"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne Exil

  • Tabellion
  • Messages: 58
Re : Re : A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée
« Réponse #2 le: 16 avril 2021 à 23:25:55 »
C'est un texte qui point (dans les deux sens du terme) d'un ressenti très personnel en vérité. J'évoque la mort et l'holocauste car ce sont des thèmes qui m'ont fortement marqué plus jeune et qui reviennent... le début n'est qu'un lointain que je ne fais qu'effleurer de façon idéelle, étant hors d'atteinte. Un retour escompté à une nature frêle et calme, malléable à l'envie que j'oppose à la question de l'autre, du social, du progrès, de la guerre, de la mémoire et de la conscience sociale qui me colle et qui broie et étouffe (de mon point de vue) à force. Je souhaitais rendre ce ressenti accessible en l'injectant de métaphores que j'espérais parlantes mais peut-être ai-je la main lourde avec ces choses. :(

Citer
C'est en forgeant qu'on devient forgeron ! :)
Absolument ! :D

Citer
Une verve prometteuse qu'il ne reste plus qu'à tailler, canaliser.
Merci beaucoup !  :) (venant de toi en plus...)

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 057
Re : A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée
« Réponse #3 le: 16 avril 2021 à 23:47:12 »
Citer
C'est un texte qui point (dans les deux sens du terme) d'un ressenti très personnel en vérité. J'évoque la mort et l'holocauste car ce sont des thèmes qui m'ont fortement marqué plus jeune et qui reviennent...
D'accord, c'est intéressant de voir avec quelles intentions tu l'as écrit !

Citer
Un retour escompté à une nature frêle et calme, malléable à l'envie que j'oppose à la question de l'autre, du social, du progrès, de la guerre, de la mémoire et de la conscience sociale qui me colle et qui broie et étouffe (de mon point de vue) à force
je pense que tu veux trop en dire !  :D ce sont des thèmes très riches et pas faciles non plus à appréhender, peut-être pourrais-tu restreindre le nombre d'idées centrales ? Encore une fois, si ça ne te parle pas, oublie !  ;D

Merci pour ces éclaircissements en tous cas, je crois qu'il faut chercher le juste équilibre (facile à dire, je le sais) entre la thèse, l'envie de faire passer un message, et le style, de manière à ce que l'un ne prenne pas trop le pas sur l'autre, au risque soit d'affadir le texte et le rendre ennuyant, ou inversement d'éclipser la thèse par un style trop bruyant. Très dur !  :D

"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne Fried

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 891
Re : A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée
« Réponse #4 le: 21 avril 2021 à 07:45:46 »
Hello ton poème est fluide à lire et effectivement hermétique et intriguant, c'est assez abstrait, heureusement tu as donné des précisions sur ce que tu exprimes. Merci pour ce partage.
Le mot arquebuse me replace à une autre époque même si ça reste une arme. Pourquoi ce mot ?

Hors ligne Aizenmajnag

  • ex Shapery
  • Troubadour
  • Messages: 271
  • La Vie Vivante Vit
Re : A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée
« Réponse #5 le: 21 avril 2021 à 10:25:20 »
Un poème merveilleusement écrit, mais je n'ai pas compris vraiment disons que je me laisse emporté
Amour Paix Bonheur
////////////////////
Le langage, l'alphabet, la culture, beauté mystique spirituelle
enseigné par les animaux, les forêts, la Nature

Hors ligne Cyr

  • Prophète
  • Messages: 623
Re : A l'ombre d'un grand arbre que caresse la rosée
« Réponse #6 le: 21 avril 2021 à 18:10:51 »
En commençant la lecture, j'ai pensé à un poème comme une méditation sur un lieu particulier, puis les "objets" ont commencés à n'être plus lié à un lieu... Je me suis perdue. C'était de l'imaginaire, la conclusion a donné du sens à "l'essai".
J'aurais tronconée, réduit sévèrement le texte pour en faciliter ma lecture.
Mais je dois reconnaître que l'écriture est fluide aussi et que ta conclusion a beaucoup attirée mon attention.

Au plaisir,
"Il y a deux sortes de poètes : les bons, qui brûlent leurs poèmes à l'âge de dix-huit ans, et les mauvais, qui continuent à écrire de la poésie jusqu'à la fin de leurs jours." Umberto Eco

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.058 secondes avec 18 requêtes.