Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

14 mai 2021 à 02:09:31
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Ben.G, Claudius) » l'i-ENA

Auteur Sujet: l'i-ENA  (Lu 84 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 781
  • 💡
    • mordelang
l'i-ENA
« le: 12 avril 2021 à 17:26:19 »
l'i-ENA
#noone #smiled #why #fol
il me fol un fi
t sur la filoe s
ans quoi je risq
ue de partir un p
eu en pholi...


ahahr
rah
rrheu
argl
bleul
bleu le lys, l'hélice enlace, les lacère hélas, les lace en serre, un sarouel pas dans tes pattes, t'épates la pelle, tueuse d'appel, d'happe elle ou il sur l'île de l'El, dis-là la moi, l'âme oie des pattes en œil, je tourne de deuil, je comate sur le seuil, à peine sorti d'chez moi, à peine parti de là, d'ici, comique je suis, pas trop pas là, pas pour autant, dans le vent, du levant de devant, du levé des lovés, ils voulaient que j'sois lié, que j'sois leur fou ali, baba au rhum dévolu à la chaîne, des monstres des gros durs, qui la tête se prennent, entre es mains de tondus, des freins en disque traînent, il n'y a pas de risque, je prends ce qu'ils comprennent, ces mordus du frisquet, du froid de la montagne, la montagne d'olive, que tu t'insères sous l'pagne, la hargne tu la connais, elle fuse dans tes entrailles, tu la tailles en sommet, comme le cône de ta maille, de cote pour t'protéger, des anneaux de poiscaille, oui là tu cliquotais, comme si t'étais en braille, écrit pour sourd-muet, à gueuler comme un bonzaï, tailler comme un sonnet, sonner comme la marmaille, que t'as abandonné, donné cette marmaille, donner les chapelets, les appelés chamaillent, entre cuisses de poulet, ils voulaient, que j'sois lié, comme des poings, trop maniés, reddition joint, ci-si et seulement si, se cure dans un coin, la salle des sages de bain, les bouts de l'un dans l'un des jets, l'hégémonie des saints, c'est un peu trop follet, trop feu-folie pas sain, passé sous frivolie, les terres de la frivole, les frôlent ces antivols, contre ailes déployées se cachent les camisoles, car d'effet trop effronté elles ne peuvent survivre à l'envol, du chien on a édenté, du cheval des cris nieraient, des crinières à l'achèvement, dévalement de pente que lentement, je remonte pour un sol, un peu trop ascendant, quand pointent les bémols, de mes questionnements, mes gros coups de soleil, de sommeil, de sordide, d'oseille, d'ordis et de tisanes pour popeyes, qui se poissent, qui se caillent, se décarcassent quoi que pinaillent... les orfèvres
vrrrhh
oorrrhh
hgrrmm
reuh

Cher téléspectateurs, bonsoir
En tant que concitoyens, nous avons le plaisir ce soir de recevoir sur le platea...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 18 requêtes.