Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

19 mai 2024 à 11:09:09
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Agora : vie collective » Projets collectifs » Stratagèmes

Auteur Sujet: Stratagèmes  (Lu 622 fois)

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 200
Stratagèmes
« le: 05 avril 2024 à 16:57:26 »
Bonjour,

En partant d'un livre du commerce, intitulé *Chevaucher son tigre* de Giorgio Nardone, je voudrais trouver des histoires. Chaque chapitre de ce livre expose, explique, un stratagème pour avoir le dessus en cas de conflit ou pour convaincre sans recourir à la violence. Il y a des exemples qui sont autant de fictions... et j'aimerais travailler cet aspect, inventer d'autres exemples fictionnels, en tirer des nouvelles.

Connaissez-vous des nouvelles, sur notre site, qui illustrent un stratagème, où la stratégie rôle un rôle central ?

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 993
  • ?
Re : Stratagèmes
« Réponse #1 le: 05 avril 2024 à 21:43:33 »
yoyo, c'est intéressant ce point de ralliement que tu tentes ici, je sais pas trop sur quoi m'orienter à partir de ce que tu proposes, mais j'contribuerais volontiers à la réflexion :

en tant que tu sembles interroger le mot 'stratagème' en l'illustrant avec "pour avoir le dessus en cas de conflit ou pour convaincre sans recourir à la violence." voici un peu ce que ça m'a évoqué :

- gandhi et ce qu'il a pas mal porté, symbolisé l'idéologie de la communication en tant que force contre la violence physique... mais j'connais pas assez pis j'crois le personnage historique peut avoir des failles entre cette déontologie et ce qu'on sait ptetr un peu moins de sombre du personnage... du coup j'ai pas trop traîné sur cette première idée

- l'art de la guerre de sun tzu, j'ai pas lu mais il me semble que en contradiction avec le titre, intuitivement, ce livre parle bcp plus de fédération (d'une armée) humaine que de conflit pur, je crois on y trouve des méthodes adaptées aux techniques de guerre de l'époque, mais que surtout pour viser la victoire, l'important sujet est justement comment rassembler solidement des individus pour les confronter à une cause, efficacement ; il y a du coup je pense, bcp d'idées sur comment éviter les conflits à l'intérieure d'une même armée, comment souder les gens, etc...

- j'ai pensé au prince de machiavel mais au delà de prendre et garder le pouvoir, je suis pas sûr d'y retrouver les mécanismes idemement 'pacifiques' qui ne fonctionne que ainsi en démocratie, son pouvoir princier n'est sûrement pas de l'ordre de l'absence de conflit et d'une considération du peuple et des gens en général, mais j'avais en tête le parallèle où justement ajd hors principautés, dans les pays démocratique le pouvoir politique est fort grâce à la fédération des citoyens ensemble (même si c'est les uns partis contre les autres), la définition de la démocratie de ricoeur pose je crois, la bonne utilisation des méthodes de communication plutôt que de lutte physique ou matérielle, donc ptetr y'a une généalogie dépassée à aller chercher dans ce livre, mais c'est pas forcément la bonne piste... je note qmm alors que lui non plus, j'ai pas lu !

- ensuite j'ai pensé à un opposé possible parmis ceux du concept de fédération, j'y trouvais toujours dans les clous, et pour continuer à répondre en références, j'avais 'le millionnaire' dont j'suis même pas sûr d'avoir lu celui signé mark fisher (je viens de découvrir ce pseudo en essayant de retrouver trace de ce souvenir vieux et flou), où j'avais retenu vaguement une notion d'authenticité nécessaire à la réussite, un espèce de challenge sauce développement personnel, où il fallait risquer sans craindre l'échec, et surtout ne pas se limiter à ses peurs, ses prudences, ses risques ; tout ceci résonnant avec 'siddhartha' de hermann hesse où le bouddah est présenté comme un être dont la conclusion spirituelle est que la sagesse s'apprend par soi-même et ne peut totalement s'enseigner, l'émancipation du double personnage romancé étant ptetr la principale leçon pour viser ce qui m'attire dans ce tien sujet de question depuis le bouddhisme : ne pas s'enfermer dans la doctrine d'un autre pour s'accomplir soi... en tant que le bouddhisme met un point d'orgue à 'respecter tout être vivant', je pense qu'ils peuvent être intéressants à questionner pour là où je reviens enfin auprès de toi arsinor : gérer au mieux les bonnes manières (et là je pars sur des notions kantiennes sur les bienfaits de l'authenticité, ramenant la question du conflit à un échange dont la sophistication intellectuelle serait liée à la capacité à parler des problèmes personnels le mieux possible pour viser l'harmonie sociale)... un peu complexe cette part de gravitation autour du truc, c'est la dimension 'individuelle' d'un rapport à l'universel le plus positif possible, et qui donc nécessite des moyens tels que tu sembles les chercher (en gros, suivre le respect de soi à travers les autres, et ainsi obtenir de meilleurs relations...), mais j'vois que ma pensée était pas si claire à écrire que ça, dsl du flou

- je perds un peu de vue l'idée de ta formulation "avoir le dessus", mais qui qmm participe je trouve de ce que je pourrais répondre à ton message avec les ambivalences que peut amener le concept de nash (je déforme un peu la théorie, mais j'ai pas mieux pour signifier ce point psychosocial) : à partir du moment où la stratégie est plus intéressante si elle sort du schéma du bénéfice personnel ; là où donc 'avoir le dessus' peut être un but qui s'effrite, perd son sens et son intérêt, mais ce qui suit bien la notion de privilégier la communication plutôt que le conflit, et de tenter des solutions qui ainsi apportent paix ou bénéfice mutuels, grâce à ces méthodes non violentes mais sans forcément qu'on puisse dire "qui a le dessus"... j'suis ptetr encore un peu loin du sujet pardon, mais voilà...

pis je me suis arrêté là à essayer de me rappeler ce qui me cultive à propos de "stratagème" dans l'idée directionnelle "sans violence"

en tous cas oui, si je te lis bien avoir envie de créer plusss d'inspirations de ce genre de comportements, ça me donne envie moi aussi j'suis curieux de si jamais y'a d'autres apports

malheuresement pour l'instant mes refs ne sont pas selon ta demande, mais je réfléchirais à ce qui se trouve déjà ici meud !

en attendant, expectation !
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 200
Re : Stratagèmes
« Réponse #2 le: 16 avril 2024 à 01:00:45 »
Bonjour,

Je n'ai pas pensé à ouvrir d'autres sources, car le livre de Nardone me paraît très fourni. Mais les autres sources sont évidemment intéressantes.

Pour commenter ta dernière réflexion, le livre dont je parle se termine par la stratégie d'entre toutes, qui consiste à ne pas essayer de tromper ni de dominer, mais d'être soi-même. Le problème d'être soi-même, qui incarne une sagesse personnelle dans ce monde complexe qui est le nôtre, et qui est peut-être le seul moyen de vivre tranquille, est, dans le monde fictionnel, qu'il est soit ennuyeux, soit thème majeur à traiter par un génie absolu. Pour les écrivains comme nous, il sera probablement plus facile de chercher le croustillant que le métaphysique.

Je reviendrai.

Hors ligne SablOrOr

  • Calligraphe
  • Messages: 138
Re : Stratagèmes
« Réponse #3 le: 16 avril 2024 à 09:33:00 »
Bonjour à vous !
Arsinor, ta lecture me fait penser à la rhétorique de Schopenhauer dans L’Art d’avoir toujours raison. Toutefois ce n’est pas souvent dans un souci de paix et de non domination qu’il argumente, bien au contraire. Il a aussi dit parait-il :” La vie oscille, comme un pendule, de la souffrance à l’ennui”, ce qui ne justifie pas de la violence non plus, mais j’ai trouvé le propos assez fidèle à mon ressenti sur la vie, tant les moments heureux sont précieux.
Il y a aussi Rosenberg qui cherche davantage à régler les conflits….avec sa communication non violente…
Quant à Nardone, je ne connais pas et serais curieuse de découvrir (quand j’aurais fini les 11 ouvrages qui attendent sagement sur la table du salon…;-/
Quoi qu’il en soit, tu me fais réfléchir avec l’idée “d’être soi-même” dans la fiction de nos écritures.
Je vais en parler au génie de ma lampe d’Aladin, qui demeure cloitré dans un profond silence, refuse de m’inspirer, boudant mes injections à prêter un bout d’encre…le vilain !
Le croustillant ? Une  affaire de goût ?
Bonnes suites matinales…ou pas  :) :/
So
"Aimer quelqu'un c'est le lire". Christian Bobin.

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 200
Re : Re : Stratagèmes
« Réponse #4 le: 16 avril 2024 à 13:02:47 »
Bonjour à vous !
Arsinor, ta lecture me fait penser à la rhétorique de Schopenhauer dans L’Art d’avoir toujours raison. Toutefois ce n’est pas souvent dans un souci de paix et de non domination qu’il argumente, bien au contraire. Il a aussi dit parait-il :” La vie oscille, comme un pendule, de la souffrance à l’ennui”, ce qui ne justifie pas de la violence non plus, mais j’ai trouvé le propos assez fidèle à mon ressenti sur la vie, tant les moments heureux sont précieux.
Il y a aussi Rosenberg qui cherche davantage à régler les conflits….avec sa communication non violente…
Quant à Nardone, je ne connais pas et serais curieuse de découvrir (quand j’aurais fini les 11 ouvrages qui attendent sagement sur la table du salon…;-/
Quoi qu’il en soit, tu me fais réfléchir avec l’idée “d’être soi-même” dans la fiction de nos écritures.
Je vais en parler au génie de ma lampe d’Aladin, qui demeure cloitré dans un profond silence, refuse de m’inspirer, boudant mes injections à prêter un bout d’encre…le vilain !
Le croustillant ? Une  affaire de goût ?
Bonnes suites matinales…ou pas  :) :/
So
Oui, L'Art d'avoir toujours raison est, jusqu'au bout de son titre, un petit chef-d'oeuvre d'humour involontaire... ou volontaire, qui sait ?
Nardone est un intellectuel de l'école Palo Alto mais je crois qu'il n'est pas célèbre ; il a seulement fait un texte synthétique et pédagogique. Il représente aussi la thérapie stratégique et Wikipédia dit qu'il a 65 ans.

Quant à être soi-même en tant que thème littéraire, je le crois très difficile à développer, dans la mesure où pour pré-requis il faudrait connaître les autres peut-être mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes et connaître beaucoup de monde - ce qui est peut-être possible dans des métiers très relationnels (et encore, il y a de la manipulation chez les gens de pouvoir).

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 200
Re : Stratagèmes
« Réponse #5 le: 02 mai 2024 à 00:10:12 »
Je cherche un stratagème donné à un héros.
Le héros cherche à protéger son village et demande à un dragon comment s'y prendre.
Celui-ci trouve tout de suite la solution.

on connaît à peine le contexte de la lutte mais il faudrait que le héros défasse et mène en déroute les assaillants, plusieurs brigands.
Comment peut-il les arrêter à lui seul ?
Il faudrait un stratagème efficace, simple... quitte à toucher au contexte et à me faire refondre l'histoire.
La lutte ne sera pas décrite, l'histoire est fondée sur un dialogue entre le héros et le dragon.

mercurielle

  • Invité
Re : Stratagèmes
« Réponse #6 le: 02 mai 2024 à 12:40:47 »
Le dragon lui donne une cape d'invisibilité ?  :noange:

Zawshonyamigwen

  • Invité
Re : Stratagèmes
« Réponse #7 le: 07 mai 2024 à 22:20:49 »
Bonsoir Arsinor,
As-tu essayé de copier/coller ton dernier message dans ChatGPT ?
Je ne souhaite pas intervenir personnellement dans le scénario qui t'appartient.

En revanche je veux bien rebondir sur ton autre message, celui où tu partages tes inquiétudes de voir la sagesse devenir un sujet ennuyeux ou très difficile à rendre intéressant. Tout d'abord, la sagesse, si elle se trouve chez le héros, peut être l'aboutissement d'une longue quête personnelle durant laquelle elle s'imposera progressivement à lui par nécessité : sa témérité excessive, par exemple, pourrait lui valoir des ennuis. Il apprendrait à mettre son ego de côté pour apprendre de ses erreurs, petit à petit, et finirait par accepter de prendre des décisions beaucoup plus sages à force de se casser les dents à vouloir s'accrocher à ce qui pour lui est la définition du courage (il serait convaincu au départ que le courage est synonyme de témérité et d'impulsivité, complètement aveugle au concept de force intérieure et de maîtrise de soi). De cette manière-là, tu as tout le champ libre pour exploiter l'imperfection de ton héros et les aventures rocambolesques qui vont avec.

Ensuite, pour ce qui est du rapport à la vie réelle : ton sujet m'évoque les arts martiaux. Mon homme pratique le taiji, le qigong et le kung fu. Je le vois s'entraîner quotidiennement, 10% physiquement et 90% mentalement. Je l'entends parfois écouter les podcasts et les leçons de ses maîtres, et l'une des choses que j'entends le plus souvent c'est la notion de relâchement face à la douleur, face aux émotions difficiles. Être capable de maintenir son cap, au sens figuré et au sens propre (de "cap" pour "tête"), en dépit de l'adversité, quelle que soit sa forme. Du plus confort : être capable de rester au millimètre près dans la même position pendant une méditation de 20 minutes, même si des douleurs se font sentir dans le dos ou ailleurs ; au plus complexe : rester soi-même face à quelqu'un d'agressif, sans lui vouloir du mal en retour, sans "réagir" mais en prenant le temps d'adoucir le regard et de trouver une réponse qui contient de l'amour, pour enrayer la haine.


Alors ça me donne envie de reprendre les mots de ton tout premier message : "avoir le dessus en cas de conflit ou pour convaincre sans recourir à la violence". Dans la suite logique des enseignements en arts martiaux, on ne peut pas gagner si cela veut dire que l'autre perd. On ne peut pas avoir le dessus, si cela veut dire que ça met l'autre en position inférieure. On ne peut pas convaincre, et donc forcer sa pensée sur l'autre, sans lui manquer de respect, sans nier les besoins, l'expérience et l'intellect de l'autre. Bien-sûr là je pars dans un concept un peu philosophique.

Je ne sais pas si je suis à côté de la plaque, ou si ce message t'apportera quelque chose dont tu avais besoin.

Belle soirée
Zaw

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 200
Re : Stratagèmes
« Réponse #8 le: 07 mai 2024 à 23:14:40 »
Ce serait pour ce texte

https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=43291.msg660712#msg660712

Dans la troisième partie, l'alchimiste demande un conseil de recommandation magique pour faire pousser des pommiers... le texte fonctionne ou est censé bien fonctionner comme ça. Mais l'alchimiste n'est autre que le héros. Ce serait plus congruent qu'il demande au dragon un conseil pour repousser une attaque ennemie. En effet, le héros apprend au contact du dragon et à mesure des aventures la nature de la violence.

Tout le texte est une réponse à ce que dit Jésus : soyez rusés comme le serpent. (Et non pas bien sûr soyez comme le serpent.) Or Jésus ne dit pratiquement rien je crois des ruses diaboliques.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.018 secondes avec 18 requêtes.