Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

21 avril 2024 à 10:22:32
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » Chasse nocturne (parties 1, 2 et 3)

Auteur Sujet: Chasse nocturne (parties 1, 2 et 3)  (Lu 276 fois)

Hors ligne marrailla

  • Tabellion
  • Messages: 44
Chasse nocturne (parties 1, 2 et 3)
« le: 20 février 2024 à 10:26:40 »
Cela fait très longtemps que je n'ai pas écrit et encore plus longtemps que je n'ai pas publié sur ce site. J'espère que ce texte, en trois parties, vous plaira. Les parties 2 et 3 seront publiées prochainement. Bonne lecture.

Partie 1 : Le chasseur

La lune et les étoiles, hautes et brillantes, éclairaient d’une douce lumière la scène sanglante et macabre en contrebas. De loin, l’aire de jeux pour enfants semblait calme et paisible. Les enfants étaient depuis longtemps rentrés chez eux, les balançoires s’étaient immobilisées, les rires et les cris s’étaient tu. Mais en s’approchant de plus près, on pouvait voir une masse informe, étendue entre le toboggan et le tourniquet, en se rapprochant encore, on pouvait voir un liquide sombre recouvrir le sol et les jeux pour enfants, et en s’approchant suffisamment près, une forte odeur de rouille vous emplissait les narines jusqu’à la nausée.

 L’homme témoin de cette scène ne tressaillit pas quand il comprit ce qui s’était déroulé ici quelques minutes seulement avant son arrivée. Il ne détourna pas le regard de la joggeuse, dont le corps sanglant, reposait sur le sol dans un angle humainement impossible. Les odeurs du sang et de la mort, l’enveloppèrent sans provoquer un soupçon de recul ou de dégoût. Il s’agenouilla auprès de la pauvre femme, imaginant la mort de celle-ci, la peur, la douleur…

Soudain, son regard s’attarda sur une empreinte ensanglantée. Un rictus étira ses lèvres et ses yeux se firent plus brillants. Sans un regard en arrière, il se précipita dans les bois bordant l’aire de jeux, suivant la piste toute fraîche. A mesure qu’il avançait, il ne pouvait plus s’empêcher de sourire. Le monstre qu’il pourchassait, celui qui venait encore une fois d’ôter une vie était sur le point de rendre son dernier soupir.

La créature dans sa précipitation avait été bien négligente. Les traces de son passage étaient nombreuses et faciles à suivre pour un chasseur aguerri. Celui-ci était si impatient, qu’il en oubliait les branches qui lui meurtrissaient le visage, l’instabilité du sol qui, plusieurs fois, menaça de le faire chuter. Il ne pensait qu’à une chose, verser le sang. Il voulait infliger des souffrances similaires à celles que la jeune femme dont le corps encore chaud reposait parmi les balançoires avait éprouvé.

Une immense masse sombre surgit soudainement de derrière un arbre. Le monstre avait la surprise pour lui. Mais le chasseur réussit habilement à esquiver le coup de griffes acérées et tranchantes que la créature essaya de lui asséner. Une fois, sa stabilité retrouvée, il s’élança, armé de son seul poignard en argent, hurlant comme un damné. Le monstre, pour la première fois, n’était plus prédateur mais proie. Le chasseur mit toutes ses forces dans le coup qu’il porta et il transperça le flanc gauche de la créature. Celle-ci n’avait même pas cherché à l’éviter. Le chasseur admira sa lame recouverte de sang en grognant de satisfaction. Il allait porter un second coup, qu’il espérait mortel quand le monstre sembla reprendre ses esprits. Il recula de plusieurs pas, palpa sa blessure, son monstrueux visage tordu dans une grimace de douleur. Puis, il disparut.


Partie 2 : La proie

Le monstre courait aussi vite que cela lui était possible, malgré la peur qui lui serrait le cœur et le sang qu’il perdait abondamment. Jamais il n’avait vu un homme animé d’une telle fureur. L’image de son regard, revenait sans cesse, hantant chacun de ses pas, chacune de ses respirations. Il n’aurait su dire de quelle couleur était ses yeux, tout ce qu’il avait pu distinguer était la rage et la haine. La douleur, croissante, ne faisait que le ralentir. Il pouvait entendre derrière lui son poursuivant se rapprocher. Il pouvait entendre le bruit de ses pas, son souffle rendu court à cause de la course, le sang s’écoulant dans ses veines. LE SANG. Il n’en était jamais rassasié. Le sang humain avait une odeur, un goût… Il lui était impossible de s’en passer et ce malgré tous ses efforts.

Soudain, un cri résonna derrière lui et le fit sursauter. Le chasseur hurlait, jurait, maudissait mais avec l’écho de la nuit tout ceci ne ressemblait qu’au grognement féroce d’un animal. Il était de plus en plus près et bientôt malgré ses efforts il le rattraperait. Et alors rien ne l’empêcherait de le tuer.

Alors qu’un nouveau hurlement, plus proche encore se fit entendre, la créature chuta lourdement sur le sol. Un gémissement de douleur quitta ses lèvres. Il resta plusieurs secondes ainsi, étendu sur le sol, trop faible pour se relever. Une nouvelle odeur vient chatouiller ses narines. Une odeur qu’il connaissait bien. L’odeur de la mort. Mais cette fois-ci, c’était l’odeur de sa mort prochaine qu’il sentait. Cette réalisation lui donna juste suffisamment de force pour se relever. Il tremblait et des larmes amères coulaient en coin de ses yeux rouges. Il souffrait tant. S’il n’avait pas eu aussi peur de mourir, peut-être aurait-il accepté son sort et cesser de lutter. Mais il avait vu et causé tant de fois la mort, qu’il ne pouvait l’attendre sereinement, fut-elle une délivrance.

Il n’eut pas besoin de se retourner. Il était là, il le savait. Le moment était venu, l’affrontement était désormais inévitable.


Partie 3 : L'affrontement

Le chasseur se délecta de l’aspect misérable de la créature. Couvert de sang, de boue et tremblant, il n’avait plus rien d’effrayant. Il fit mine plusieurs fois de l’attaquer. Le monstre ne bougea pas mais souffla comme un chat. Sa blessure était sérieuse. Il s’en réjouit. Mais il n’était plus l’heure de jouer, il voulait en finir. Il repensa pour la première fois au corps de la jeune femme de ce soir, puis aux autres corps de ces dernières semaines. Comme il avait envie de faire souffrir ce monstre. Ses yeux brillaient d’excitation, ses lèvres se retroussèrent sur ses dents, il chargea.

L’homme se jeta sur lui mais le manqua de peu. La créature eut tout juste le temps d’esquiver et de rouler sur le côté. Le poignard le frôla mais n’entama pas la chair. Il entendit un grognement de frustration et se remit debout aussi vite que possible. Mais il ne fut pas assez rapide et il sentit la lame s’enfoncer dans son omoplate. Il hurla de douleur. D’un geste de la main, il envoya son assaillant voler à plusieurs mètres. Le poignard était toujours planté dans son dos et aucun de ses gestes désespérés ne permit de le retirer. 

Bientôt, le chasseur revint à la charge. Il le percuta de plein fouet et le fit tomber à la renverse, tombant avec lui. Leur chute ne fit qu’enfoncer davantage la lame dans la chaire. La douleur était insoutenable et des larmes coulaient abondamment sur son visage monstrueux. L’homme qui était tombé sur lui, appuyait de tout son poids. Leurs visages n’étaient qu’à quelques centimètres, l’un de l’autre. Ils se dévisagèrent un instant, quelques secondes suspendues dans le temps. Juste assez pour permettre à la créature d’asséner un violent coup de griffes au visage qui lui faisait face. La réaction fut immédiate. Le chasseur tomba en arrière, portant ses mains à son visage dont du sang s’écoulait abondamment. Il gémissait comme un animal blessé. Quand il retira ses mains, le monstre vit pourquoi.

Tout un côté de son visage n’était qu’une plaie béante et sanglante. Sa joue était en lambeaux. Sous la peau, la chair et le sang, on pouvait voir les os et les dents. La rage du chasseur se démultiplia et il se précipita sur le monstre, qui déjà prenait la fuite. Il le rattrapa sans mal et lui assena de violents coups de pied, de poings. Il ramassa une branche et avec celle-ci continua sa terrible et macabre besogne. Le monstre supplia, demanda pardon, implora pitié mais le chasseur explosa d’un rire sans joie, un rire terrifiant et porta un coup mortel. Le corps du monstre devint mou comme une poupée de chiffon.

« Modifié: 06 mars 2024 à 17:48:13 par marrailla »
«Il n’y a pas de réussite facile ni d’échec définitif.» Marcel Proust

Hors ligne jonathan

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 605
  • Rasta désabusé Calamité Supercaustique
Re : Chasse nocturne
« Réponse #1 le: 20 février 2024 à 10:51:35 »
Bonjour. Sans la précision de l'aire de jeux pour enfants et qu'il s'agit d'une joggeuse, la suite de ton texte, [la créature, poignard en argent, griffes acérées, etc.] pourrait faire penser à une aventure préhistorique... Texte sympa et j'attends la suite  ;)
Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur... [Pierre Augustin Caron de Beaumarchais]
Le silence est l'expression la plus parfaite du mépris... [G.B. Shaw]
-----------------------------------------------------------
Blog : http://keulchprod.eklablog.fr/

Hors ligne Cendres

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 089
Re : Chasse nocturne
« Réponse #2 le: 22 février 2024 à 17:38:36 »
Un texte court et plaisant a découvrir.

C'est sanglant et violent, mais ca donne une ambiance a ton récit.
Mais je m'attendais a un humain, et non a une créature, pour l'auteur du crime.

Hors ligne Béatrice M

  • Troubadour
  • Messages: 387
    • beatricepassionnementpoesies.
Re : Chasse nocturne
« Réponse #3 le: 22 février 2024 à 20:36:30 »
Un texte cour que j'ai aimé lire, le coté sanglant donne du pep et une créature plutôt étrange, cela fait pensé à un polar friction.
 marrailla belle écriture

Hors ligne marrailla

  • Tabellion
  • Messages: 44
Re : Chasse nocturne
« Réponse #4 le: 23 février 2024 à 10:31:26 »
Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire mon texte. Merci également pour vos retours.
La suite sera publiée très prochainement, j'espère qu'elle vous plaira.
«Il n’y a pas de réussite facile ni d’échec définitif.» Marcel Proust

Hors ligne LOF

  • Prophète
  • Messages: 801
  • Frappé par le vent
Re : Chasse nocturne
« Réponse #5 le: 23 février 2024 à 16:45:33 »
 Le style est cool, phrases peinardes, allongées, pour une histoire sanglante.
 Les phrases coulent comme un sang qui envahit le récit.
 Maintenant je me pose la question sur l'originalité du sujet.
 Mais la suite nous dira où tu veux nous conduire sans doute.   
Lof

Hors ligne marrailla

  • Tabellion
  • Messages: 44
Re : Chasse nocturne (parties 1 et 2)
« Réponse #6 le: 25 février 2024 à 09:27:14 »
Merci LOF d'avoir lu mon histoire et d'avoir pris le temps de commenter. 

La deuxième partie vient d'être rajoutée au texte, la troisième arrivera très prochainement. Bonne lecture.
«Il n’y a pas de réussite facile ni d’échec définitif.» Marcel Proust

Hors ligne Cendres

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 089
Re : Chasse nocturne (parties 1 et 2)
« Réponse #7 le: 29 février 2024 à 15:26:28 »
Ta seconde partie est plus courte que la première.
Tu utilises beaucoup de mot en rapport avec la peur et le danger.
Tu veux augmenter la tension et la peur dans ton texte.

Voila mon humble commentaire.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 19 requêtes.