Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

15 juillet 2024 à 07:17:28
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Agora : vie collective » Projets collectifs » Mammouth Éclairé » Mout s'amuse » Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues

Auteur Sujet: Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues  (Lu 3514 fois)

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 10 304
Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« le: 27 juillet 2023 à 22:47:43 »
Jeu du Mammouth Éclairé - Racines tordues

Vous le savez, le thème de l'appel à textes pour la revue du Mammouth Éclairé est "Racines du ciel".
Voici un jeu tout simple : il s'agit d'imaginer des origines farfelues à des mots ou des expressions.

Exemple avec : Avoir du plomb dans la cervelle :
En 1818, le chimiste Milou Redos découvre le numéro atomique du plomb. Tout content, il en parle à son amie Cécoule Padefuite, spécialiste en tuyauterie. Le dialogue suivant nous est resté :
— C'est cool, t'as un Pb en moins !
— Oui, je suis tellement fer !
— Tu veux dire fier ?
— Oui, aussi !
— Y a pas à dire, y en a là dedans ! dit la plombière en tapotant le crâne du scientifique.
— Qu'est-ce que tu veux, j'ai du plomb dans la cervelle !
La légende dit qu'il allèrent s'en jeter un petit au zinc du coin.


Bon, à vous de faire mieux et surtout plus drôle  :mrgreen:
Idéalement, votre proposition ne devra pas dépasser les 150 mots.
Les meilleures participations prendront place dans la revue du mammouth Éclairé !
À vos plumes !

Vos propositions sont à faire directement sous ce fil ^^
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 057
  • ?
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #1 le: 28 juillet 2023 à 13:32:21 »
huhu, t'as Sebastian Marx qui propose une origine pas insensée pour les items du lexique français : ce serait des artistes de l'expressionnisme abstrait qui voulaient juste gagner au scrabble

sur yt :
"je prends un E, un A, et un U... et je le prononce : O..."
[...]
*tirant une bouffée pas que de tabac*

j'ai rien à l'inspi pour l'instant, mais ça risque de mijoter jusqu'à ce que je will be back
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 10 304
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #2 le: 28 juillet 2023 à 15:11:42 »
@Dot Quote
Je viens de regarder l'extrait, c'est trop drôle !
Mijote l'ami, mijote et revient faire une proposition ^^

Y a un truc qui m'a tourné dans la tête :


Émilie et Jeanne discutent à la terrasse d'un café. Sur la place de l'église, en face, deux types ont l'air de faire un pari, l'un d'eux tend la main et l'autre tape dessus. Un bruit très étrange s'élève alors et bebondit jusqu'au clocher. Émilie demande à sa copine :
— Ça a fait "Pif !", "Boum !", "Pan !", "Chtak !" et "Bam !" en même temps !
— Ben oui... un homme a topé !
— L'onomatopée ?
— Voilà, c'est le mot.

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Cendres

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 140
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #3 le: 28 juillet 2023 à 18:46:35 »
C'est plutôt une blague, mais elle est sur le ton de celle de Rémi.

Ce midi j'ai fait glissé mon verre de la table. Je le rattrape en vol, mais je glisse de ma chaise, et le lâche mon verre.
Malgré tout j'arrive a ne pas tomber et a rattraper de nouveau mon verre.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



Voici une seconde, sur le genre de Dot Quote

C'est quoi un Duche?
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
« Modifié: 28 juillet 2023 à 18:48:40 par Cendres »

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 10 304
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #4 le: 28 juillet 2023 à 19:12:29 »
Marrant la duche  ^^
Bon, l'idée du jeu, c'est de trouver une fausse étymologie à un mot ou expression, mais
C'est plutôt une blague,
donc oui, plutôt une blague.

Alors, qui sera inspiré pour reprendre le flambeau (et d'où vient l'expression ?).
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 057
  • ?
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #5 le: 28 juillet 2023 à 19:53:52 »
(en parallèle thématique à ce fil pour une question que je trouve moins piquante qu'il ne m'apparait et qui peut unir les écriveurs...)

(la langue des oiseaux c'est un tampon qui imbibe tout babel, en francophonie on a un petit snobisme à y qualifier de calembours et autres holorimes, moi-même j'ai du arrêter les trop easy parce que bin wè, c'est à la fois (j'ai l'impression ici à en lire...) une phase facile et attrayante pour qui aime les mots et veut se lancer, et à la fois un exercice qui peut aller très loin pour 'trouver/construire' du sens par-delà le sens, le son y est primordial et un certain freudisme à expliquer par association de ces sons, ce qui approfondit un lexique, et donc ça inspire autant les coiffeurs pour leur enseigne en tif ou (h)air, que des franc-maçons illuminés de l'esprit où l'âme agit, opère...)


l'incontournable mot qui peut nous unir ici, le François Perusse le met bien en scène dans l'un de ses nombreux sketchs, ça ferait une belle légende pour crédules et une bonne blague pour incrédules, expliquant les livres les lettres les mots :
"tu lis tes ratures..."
x,)

dsl, ça mijote tjrs, j'en suis à la phase brassage d'inspiration, la pluzoumoins nécessaire étape qui permet la création... il faudra que je be back again, mais fallait que je partage ceçuici
^.^'

(pas mal la duche, on y pensera au moment où même la soif sera un risque mortel sur notre belle planète bleue toute gâchée snif)

ow ah, heu, le flambe-eau ? un truc au sodium ? deux éléments trop incompatibles qui ont titillés l'ego de l'humain à braver l'impossible...? il fallait de l'expérience cumulée pour le savoir cumulé car seul, nul n'y pouvait, d'où que ça se passe comme un témoin de relai d'athlétisme de torche olympique...?
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Samarcande

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 268
  • Bla Bla Bla
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #6 le: 28 juillet 2023 à 22:09:38 »
Joli mot l'hyperbole.   :coeur:
J'aime bien aussi flambe-eau.
Sait-on jamais, nos chemins pourraient se croiser ! (Amin Maalouf )

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 057
  • ?
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #7 le: 28 juillet 2023 à 22:49:01 »
un fact qui me fascine et que ce serait lol d'y expliquer sous l'angle de la causalité et sur ce fact, c'est le mot 'oiseau', un mot français dont aucune lettre n'est prononcée telle quelle... origine imagée depuis l'inatteignable ? pourquoi pas wazo ? icarisme impossible de l'humain qui veut voler de ses propres lettres ? si c'était la vraie explication sémantique, le type qui y a inventé devait franchement vivre dans une métaphore profondément cheloue pour se faire ces ailes... dans un ciel du paradoxe à que les mots ne suffisent pas à traduire la complexe totalité de l'exprimable...

(un poil lourd comme idée fictivement spéculative, pis faudrait encore que je back again si je veux vraiment ne pas avoir l'impression de répéter autrui...)

encore pour nourrir avec du incontournable mais déjà bloqué de plagiesque, en rebond avec ce qu'on piaffe des trucs qui s'essoufflent en nous laissant sur notre soif que sans o faut pas de n si on veut pas snif, un faux débat sur l'origine du mot 'avion' :
- dérivé du latin 'avis', oiseau ?
- acronyme de Appareil Volant Imitant l'Oiseau Naturel ?
...

rah bouh je m'enlise à chercher, mais j'crois ça va devenir compliqué avec le temps et les générations, d'être inventif sur ce jeu (je déprime à l'idée...), quoique ! où baies refleurissent chaque printemps, renouveler la langue peut réarroser la plante-question-jeu d'ici (j'ai pas vraiment fait exprès de calembouriser le mot hype que vous avez ptetr vu passer, celui qui qmm, pose la quintessence de l'absurdité du langage, ce mot sans définition, presque sans sens, juste, l'expression pure dénuée de contenu) ; il nous faut une armée de néologismes pour garder de la source d'inspi ?!

heu...
j'ai le tourni, pardon s'il est contagieux



edit :
j'viens de voir passer un avion (justement tiens...), il fait nuit, et j'ai cherché un moyen mnémotechnique pour expliquer pourquoi tel choix protocolaire de couleurs pour identifier le sens de sa direction de vol... pour les bateaux c'facile droite et gauche, babord tribord, c'est le mot batterie, mais entre vert et rouge du bout de chaque aile et savoir s'il te fonce dessus ou si tu le suis, comme plein de trucs binaires faut pas confondre, j'ai trouvé, c'pas tant une origine mince j'réponds tjrs pas au sujet avec sérieux, mais now je peux retrouver, des deux côtés y'a deux lettres communes d'avec leurs couleurs respectives :
droite vert ; gauche rouge
(là si vous me suivez, on se fonce donc dessus...lul)
« Modifié: 28 juillet 2023 à 23:22:00 par Dot Quote »
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

En ligne Basic

  • Modo
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 057
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #8 le: 29 juillet 2023 à 08:46:13 »
Bonjour

une autre expression :

Il pleut des cordes

Cyrano avait essayé moult artifices pour s’élever vers l’astre des nuits. Flacons emplis de rosée matinale, vols de cygnes… Un jour, alors qu’il avait très mal à la tête des suites d’une longue soirée à la taverne de Nesles
aie ! Nesles, ma tête est traversée de cordes
qui montent comme les rayons de ta lampe,
leur voyage crisse et ondule sous mes tempes,
jusqu’a la lune, elles tractent le désordre.

C’est ainsi qu’il fit un plan ingénieux pour confier à des cygnes, encore eux, le transport de cordes jusqu’aux nues. Les valeureuses bêtes le firent. S’en vient alors une averse de cordes. Les badauds rassemblés, s’en furent en disant «  Ah ! Il pleut des cordes. Peut être, une s’en pendra ce gredin de Cyrano ! » Mais comme chacun sait, c’est une Bûche qui le tua.
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Page perso ( sommaire des textes sur le forum) : https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=42205.0

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 057
  • ?
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #9 le: 29 juillet 2023 à 22:52:08 »
cyrano :3



j'suis tjrs pas dans les clous car j'imagine c'est la vraie origine :
se fourrer le doigt dans l'oeil...
y'a de la self-defense dans le délire, des moyens de torture aussi, mais j'crois c'est imagé très clairement : se fourvoyer, s'illusionner, bref, s'aveugler, la conscience transposée sur le corps comme souvent il est efficace de le faire...

mais si j'y veux partager, c'est à cause du capitaine Haddock qui la rend si drôle comme toutes ces beugleries, dsl je peux pas référencer plus précisément, mais j'crois bien c'est lui qui ajoute :
... jusqu'à l'omoplate !
x') pourquoi ?!
(à la fight club : 'pourquoi l'oreille ?!' x))
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 10 304
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #10 le: 30 juillet 2023 à 21:57:46 »
Pas mal Basic, c'est sympa d'avoir convoqué Cyrano ^^
Et le texte cadre bien avec le personnage, c'est chouette !

Citer
'avion' :
- dérivé du latin 'avis', oiseau ?
- acronyme de Appareil Volant Imitant l'Oiseau Naturel ?
Joli Dot !
(et c'est marrant de repenser à Haddock !)

Et oui, se fourrer le doigt dans l'oeil, ta définition doit être la bonne.

Allez, allez ! On imagine, on invente et on en profite pour écrire des petits textes rigolos, absurdes, qui prêtent à sourire ou réfléchir, truculents et délicieux !
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 057
  • ?
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #11 le: 31 juillet 2023 à 13:48:11 »
ayé j'ai trouvé une expression et l'ai décortiquée un peu ; pluss pour réparation de l'abus de langage, mais bien par remontage théorique de la causalité du truc
huhu pas sérieux voyons :

=)
il s'agit là je crois d'une erreur historique tout-à-fait inaperçue : c'est bien un doigt qui souffle une donnée, c'est bien le cinquième de sa catégorie qui le fait ; mais terminator m'a dit que la douleur est une information, et en vrai il me semble que le débat de l'utilité du dernier orteil reste avec cette conclusion : il ne sert qu'à se prendre des pieds de meubles, pour notre plus grand orgueil à savoir un truc, savoir qu'on abime un peu une partie de notre corps...
d'où que savoir un truc d'on ne sait où, peut s'expliquer avec cette excuse :
c'est mon petit doigt qui me l'a dit
inutile donc de mimer un téléphone entre le pouce et l'auriculaire de la main pour signifier qu'on s'adresse à l'autre bout du fil de notre intuition, voyez bien que ce ne peut être ceci puisque le geste fait plutôt signe que c'nous qui disons des trucs à notre petit doigt, et non l'inverse ; alors que le petit doigt de pied qui s'écrase contre une plinthe ou passe sous un bas de porte, on sent bien que c'lui qui s'adresse à nous
remettons les pendules à l'heure en clarifiant mieux ce qui pro quo ! à la base c'est bien le petit orteil qui me l'a dit
(et ce même s'il ne m'apparaitrait pas insensé que l'étymologie de son appellation résonne, ui, le dernier de la main, est celui qu'on usait pour se ramoner l'oreille avant l'invention du coton-tige, 'me semble (et flemme de vérifier)...)
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 10 304
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #12 le: 31 juillet 2023 à 15:20:27 »
 :D

ça m'a bien fait rire (la douleur fait rire, c'est affreux) !

Alors, bon, donc...

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Dans le joli château de Prout-Prout-Les-Eaux, vivait la marquise Éventée, femme extraordinaire d'intelligence, de grâce et de douceur ainsi que le marquis - insignifiant. Leur fille ne quittait guère sa chambre au milieu de laquelle trônait son lit avec en son centre, son chat. Le dit chat ronronnait sans arrêt, tant que sa maîtresse restait calme.
Ce jour-là, la jeune femme recevait son fiancé et la vieille servante avait été chargée de surveiller le couple afin qu'il ne copulât point avant le mariage. Aussi, restait-elle assise sur une bergère à la porte de la chambre, à l'écoute. Se permettant régulièrement d'entrer sans frapper pour s'assurer de la non nudité des amoureux et de positions non équivoques.
Lorsque la marquise passait dans ce couloir, dix fois par jour, elle demandait :
— Alors ?
Et la vieille répondait :
— Tout va bien, le chat peut ronronner...
À force de répéter "chat peut ronronner", une syllabe fut mangée et il est resté "chaperonner". Répétez donc "chat peut ronronner", dix fois, à toute vitesse, et vous verrez !
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Samarcande

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 268
  • Bla Bla Bla
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #13 le: 02 août 2023 à 22:14:16 »
Laisser tomber
Originairement "laisser tombé" , verlan de "Laisser béton" : expression utilisée par les maçons au début du XXème siècle sur les chantiers, tout d'abord synonyme de "pause forcée" due au temps de séchage du béton, puis par extension abandon volontaire du travail.

L'expression devient très populaire dans les années suivant la deuxième guerre mondiale, lors de la reconstruction et gagne rapidement toutes les couches sociales.

Gaston du Borné en 1965 publie le très célèbre Laisse tomber les tombes du passé, vainqueur du prix Goncourt en 1966.
L'auteur s'est longtemps défendu d'avoir estropié l'orthographe de "tombé", accusant son éditeur d'une erreur typographique dans le titre, mais devant le succès du roman, l'expression "laisse tomber" prend le pas sur "laisse tombé".
Dans son autobiographie, Moi, Mon Oeuvre, Ma Vie, 1989, éditions des Furibarges, Gaston racontera comment il a inventé un des verbes les plus utilisés de la langue française.
L'Accadémie Française s'incline en 1982 et admet dans le dictionnaire le verbe "tomber" comme synonyme d'abandonner et, par extension, s'abandonner, choir.
« Modifié: 02 août 2023 à 22:40:06 par Samarcande »
Sait-on jamais, nos chemins pourraient se croiser ! (Amin Maalouf )

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 057
  • ?
Re : Mammouth n°13 - Premier jeu - Racines tordues
« Réponse #14 le: 04 août 2023 à 12:38:30 »
Samarcande bien ouéj pour la vraisemblance du sérieux de ta proposition, on sent que l'investigation historienne se base sur de solides recherches ahah j'imagine que c'est solidment lié à la bredouille de cette autre expression : ciment vais en enfer

Rémi c'est un poil capilotracté, mais crédible aussi

mwa j'étais en pleine activité favorite qui m'a inspirée ce qui suit !



en anthropologie, il est reconnu que la plus vieille expression du monde, que nous utilisons tous aujourd'hui pour désigner ceux qui planent un peu sans se fouler, n'est même pas d'origine humaine : il y a deux cent millions d'années, kunpengopterus antipollicatus fait partie de la famille des ptérosaures, les premiers vertébrés ayant volé, et il innove dans la branche biologique de l'anatomie, ce qui inspirera plus tard l'homo feignantus, qui copiera cette astuce de structure corporelle permettant de saisir des objets ; l'on oublie leur douloureux labeur étendu sur des générations afin de se faciliter la vie, car oui il en a fallu des efforts d'exercices gymnastiques pour faire du premier des doigts, celui qu'aujourd'hui nous nommons 'pouce' et qui possède la particularité de ne pas être orienté comme les autres ; poétique paradoxe donc, qui assoit plutôt l'inverse exprimé par l'usage de la locution : à l'époque ce n'était pas une mince affaire, que de 'se tourner les pouces' ; la déformation inversant ce sens originel, abus du langage passé, est pourtant pertinente puisque grâce à ce pouce opposable, nous sommes aujourd'hui en mesure de fournir bcp moins d'effort à de nombreuses taches, et donc d'avoir le temps loisir de profiter de l'optimisation de notre travail pour ne rien foutre...
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 19 requêtes.