Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

13 juin 2024 à 00:45:32
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » En attendant Bojangles (Olivier Bourdeaut)

Auteur Sujet: En attendant Bojangles (Olivier Bourdeaut)  (Lu 862 fois)

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 674
  • Ex-dragonne
    • Page perso
En attendant Bojangles (Olivier Bourdeaut)
« le: 13 juillet 2023 à 16:22:50 »


Un extrait :
"D'elle, mon père disait qu'elle tutoyait les étoiles, ce qui me semblait étrange car elle vouvoyait tout le monde, y compris moi. Ma mère vouvoyait également la demoiselle de Numidie, cet oiseau élégant et étonnant qui vivait dans notre appartement, et promenait en ondulant son long cou noir, ses houppettes blanches et ses yeux rouge violent, depuis que mes parents l'avaient ramenée d'un voyage je ne sais où, de leur vie d'avant. Nous l'appelions "Mademoiselle Superfétatoire" car elle ne servait à rien sauf à crier très fort sans raison, faire des pyramides rondes sur le parquet, ou à venir me réveiller la nuit en tapant à la porte de ma chambre de son bec  orange et vert olive. Mademoiselle était comme les histoires de mon père, elle dormait debout, avec la tête cachée sous son aile".

J'ai découvert cette histoire lors de la sortie du film au cinéma avec Romain Duris et Virginie Efira. J'ai adoré ce film plein de malice, de folie qui est à la fois drôle et triste.
Du coup, lorsque j'ai appris que ce film était tiré d'un livre, j'ai voulu lire le roman original.

Etant dans une phase compliquée de lecture depuis l'agrégation, ce roman est resté sur la table basse du salon pendant un an et demi.  :mrgreen:
J'ai finalement décidé de l'emmener en vacances et je viens de le finir. En le lisant, j'avais des images du film qui me revenaient en tête, c'était sympa.

Ce roman met en scène trois personnages principaux : le fils, le père Georges et la mère qui change de prénom tous les jours. Tous trois ne cessent de s'inventer des univers et des mensonges et toute leur vie est construite autour d'un déni de la réalité. Les parents n'ouvrent jamais leur courrier et passent leur temps à boire, à danser et à inviter des gens pour des soirées. Malgré les impôts et l'école qui râle car le gamin n'y met que rarement les pieds, tout ce petit monde s'accommode de cette vie à part. Jusqu'à ce que la réalité les rattrape...

J'ai beaucoup aimé les personnages et l'ambiance créée, admirablement rendue en film grâce à des acteurs géniaux. Le roman en lui-même me semble plus fade à côté. Disons qu'il est moins "coloré" et dynamique que le film. Je n'ai pas trop non plus accroché au style. L'auteur cherche souvent à faire des effets de rimes dans ses phrases et au bout d'un moment je trouve ça un peu gonflant, perso.
Un exemple pour que vous puissiez voir de quoi je parle :"Après l'incendie, je ne pouvais plus jouer la comédie, le feu, la fumée, les pompiers, le plastique brûlé sur les épaules de ma bien-aimée, toute cette tristesse cachée derrière son euphorie ne pouvaient plus être le fruit d'une plaisanterie".
Je ne suis pas non plus complètement convaincue par le changement de "narrateur" qui oscille entre le fils et le père.

Du coup, je vous conseille davantage le film que le livre.  :D

Est-ce que quelqu'un l'a lu avant de voir le film ? Ca m'intéresse !


"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Michael Sherwood

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 013
Re : En attendant Bojangles (Olivier Bourdeaut)
« Réponse #1 le: 04 décembre 2023 à 10:19:48 »
Merci ernya,

D'avoir écrit sur ce livre et ce film !
Voilà une rencontre peu banale, comme un clin d'œil du destin : je fréquente rarement cette section, pour ainsi dire jamais. Et pourtant, hier matin, voyant que l’activité dans les autres sections était pauvre, je lisais par hasard ton commentaire. Et le soir même le film "En attendant Bojangles" passait sur France 2 !

Autant dire que ce film m'a scotché de bout en bout. C'est la rencontre de deux êtres fantasques, hors normes, désespérés : la solitude de Georges au milieu de l'évènement mondain sur la côte d’azur auquel il s’est invité à l’ouverture du film fait mal à voir, il tente de se raccrocher à tous les groupes, jusqu’à ce que l’un d’entre eux finisse par s’intéresser à lui. Il leur joue un numéro de cabotin.
Et puis c’est la rencontre fulgurante avec Camille, leur escapade, ce serment solennel entre eux deux où ils se jurent fidélité dans une chapelle isolée en pleine nature, où ils font l’amour sur l’autel et passent la nuit.

On les retrouve 9 mois plus tard dans un grand appartement Parisien. Un petit garçon naît. Le couple donne des fêtes, ignore les factures qui s’entassent, les contingences du monde, vit dans un monde de rêves. Georges quitte son travail. Mais le réel finit par les rattraper. La folie de Camille devient de plus en plus évidente, on finit par l’interner en hôpital psychiatrique.

La suite est une évasion, une fuite en avant éperdue façon Pierrot le Fou, on les retrouve dans un immense château en Espagne. Enfin c’est la tragédie, le dénouement auquel les différentes scènes du film nous ont peu à peu mentalement préparés.

Un film unique, magnifique, au rythme soutenu, sans doute parmi les plus grands.
Je n’ai pas lu le livre. J’hésite à le commander, par peur d’être déçu  8) !
It's not because you're paranoid that they aren't after you.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 19 requêtes.