Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 novembre 2022 à 22:21:00
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Ecriture en langage soutenu

Auteur Sujet: Ecriture en langage soutenu  (Lu 1339 fois)

Hors ligne flag

  • Prophète
  • Messages: 646
  • Le navet ne se pèse pas au kilo mais à la tonne
Ecriture en langage soutenu
« le: 13 juillet 2022 à 18:45:46 »
Bonjour,
ma bêta-lectrice vient de m’apprendre après la lecture du premier chapitre de mon manuscrit que j’avais « une écriture soutenue » ?
Il est vrai que je progresse notamment grâce au Forum, mais aussi par-ce-que je mets de l’ordre dans ma tête. J’effectue un défrag dans les compartiments de ma mémoire. J’accumule des données au fil de l’eau, qui induisent mes souvenirs enfouis. Pour l’instant tout se passe bien, c’est moteur et mon écriture me plaît de plus en plus. :) 
Dieu et la nature vont bien ensemble, ça va de paire, c'est Dieu le père.

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #1 le: 27 juillet 2022 à 13:27:19 »

ma bêta-lectrice vient de m’apprendre après la lecture du premier chapitre de mon manuscrit que j’avais « une écriture soutenue » ?


salut flag

c'était un compliment ou un reproche de la part de ta bêta-lectrice ? (moi quand j'entends "soutenu" je pense "précieux, compliqué, alambiqué", et quand je veux complimenter quelqu'un je lui dis que son écriture est simple, précise, juste)

Hors ligne Miléna

  • Calliopéen
  • Messages: 524
    • Page Perso
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #2 le: 27 juillet 2022 à 13:29:38 »
En sois "soutenu" c'est un registre de langue, c'est ni positif ni négatif, ça dépend l'effet qu'on souhaite obtenir ou le publique auquel on destine son texte

Hors ligne cyamme

  • Admin
  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 178
  • marmotte insomniaque
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #3 le: 27 juillet 2022 à 15:30:27 »
Et du coup, ta question c'est si on pense qu'effectivement tu rédiges dans ce registre, flag ?

Ou bien tu veux qu'on t'apporte du soutien face à cette révélation sur ton écriture  ;)?

Je participerai bien à la conversation mais j'avoue que j'ai pas trop saisi quel était le sujet et l'enjeu.

Ou alors c'était plus en mode "brève de défloodoir" pour indiquer que t'es satisfait de l'évolution de ton style ? Si oui, tant mieux pour toi!

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 051
Re : Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #4 le: 27 juillet 2022 à 23:29:42 »
En sois "soutenu" c'est un registre de langue, c'est ni positif ni négatif, ça dépend l'effet qu'on souhaite obtenir ou le publique auquel on destine son texte

oui enfin ça dépend de ce qu'on aime quoi.

soutenu, y a un côté recherché, quoi. on n'est pas du côté de la simplicité et de la spontanéité. mais peut-être qu'il y a des gens qui aiment le style soutenu.

mais ceci dit je n'ai pas d'exemples en tête de livres connus et reconnus dont on peut dire ou dont on a pu dire que le style est "soutenu". depuis homère jusqu'à Cécile coulon, il me semble que les livres qui trouvent un lectorat ne sont pas des livres au style "soutenu" 
« Modifié: 27 juillet 2022 à 23:32:42 par Meilhac »

En ligne Ariane

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 431
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #5 le: 28 juillet 2022 à 00:03:29 »
Citer
oui enfin ça dépend de ce qu'on aime quoi.

soutenu, y a un côté recherché, quoi. on n'est pas du côté de la simplicité et de la spontanéité. mais peut-être qu'il y a des gens qui aiment le style soutenu.
C'est exactement ce qu'a dit Miléna, je crois ? '-'

Comme cyamme, je ne comprends pas bien ce que tu souhaites demander à travers ce fil. Tu peux préciser ta question ? (s'il y en a une).

Je rejoins l'avis de Miléna : écrire en langage soutenu ce n'est ni bon ni mauvais, c'est un choix, selon l'auteur, le public, selon l'oeuvre ou le narrateur choisi.

Pour ce qui est des auteurs qui ont trouvé un lectorat, il me semble que pas mal d'auteurs classiques écrivent dans un registre soutenu, non ? Yourcenar, Proust ? ...
~ Ariane ~

Hors ligne flag

  • Prophète
  • Messages: 646
  • Le navet ne se pèse pas au kilo mais à la tonne
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #6 le: 28 juillet 2022 à 01:20:18 »
Bonsoir,  :potichat:  ^^

Bon j'attaque. WARNING  :bouquine: : je préviens les insomniaques, c'est en langage soutenu.
  Apparemment le langage soutenu, c’est une écriture de style qui s’éloigne du familier. Je ne le savais pas.   :o J’écris actuellement une autobiographie. Je suis en pleine psychothérapie et je me pose la question si ça n’a pas une relation de cause à effet ?  :o
 Je pense que nous refermons tous et toutes des portes de notre mémoire durant notre parcours de vie.  Ce sont des trous noirs où sont enfouis les souvenirs que nous ne voulons pas, mais pas tout bien heureusement.  Nous refoulons consciemment et la plupart du temps inconsciemment des informations qui sont difficilement quantifiables et ce sont pour la plupart des blessures émotionnelles.  L’écrivain à la faculté de mettre à jour ces images délavées ou pire les révéler et les écrire . Généralement, le monde des rêves sert d’exutoire et aussi de soupape à notre psyché et mets en lumière durant notre sommeil, ces souvenirs enfouis. Il m’arrive après un sommeil prolongé d’avoir la désagréable impression d’un déjà vécu sans réussir à mettre le doigt dessus ? Généralement ce mal être me conditionne pour la journée. J’ai écrit une chanson dont les paroles du refrain sont sorties de ma tête soufflée dans mon oreille par mon inspiration. Dont voici le texte :

 Je me souviens d’un mauvais rêve que je vois quand je me lève, un rêve étrange qui me dérange et qui me met mal à l’aise.
 Il faut pour oublier ce rêve que je transforme ce mauvais rêve. En rêve qui me met à mon aise et qui me sort de ce malaise.
:-¬?

soir, Meilhac

Citer
c'était un compliment ou un reproche de la part de ta bêta-lectrice ? (moi quand j'entends "soutenu" je pense "précieux, compliqué, alambiqué", et quand je veux complimenter quelqu'un je lui dis que son écriture est simple, précise, juste)
Soir,
 je ne sais pas ? Il est difficile de juger sa propre écriture, alors j’espère que la mienne reste simple et qu’elle le restera. Je ne pense pas qu’écrire en langage soutenu soit le reflet, d’une personnalité prétentieuse. Ce n’est pas dans mon tempérament et ça n’évoluera pas, j’y veille.  :) 
  D’ailleurs est ce qu’un écrivain peut garantir que son écriture ne progressera pas à son insu avec le temps ? En bon ou moins bon ?  :/

Citer
En sois "soutenu" c'est un registre de langue, c'est ni positif ni négatif, ça dépend l'effet qu'on souhaite obtenir ou le publique auquel on destine son texte

En ce qui me concerne je ne sais pas changer mon style d'écriture. Mon écriture actuelle n'est pas si éloigné de celle de mon adolescence ( hormis des fautes de français énormissimes).  Je suis le même
et l'avantage c'est quand j'écris aujourd'hui on me comprends. ( enfin j'espère).


Citer
En sois « soutenu » c’est un registre de langue, c’est ni positif ni négatif, ça dépend l’effet qu’on souhaite obtenir ou le public auquel on destine son texte.

 J’ai une écriture que j’arrive à comprendre, donc je pense accessible par la moyenne des gens. Les langages familiers, soutenus, et autres...sont la palette de l’écrivain afin d’être compris par un grand nombre de lecteurs. J’évite par exemple les termes alambiqués qui laissent perplexe. Moi, généralement si je tombe sur un mot qui gravite dans la constellation d’Orion, donc que je ne pige pas ? je suis éjecté direct de l’histoire. J’évite de faire pareil en écrivant.  :noange:

Citer
Et du coup, ta question c’est si on pense qu’effectivement tu rédiges dans ce registre, flag ?
Ou bien tu veux qu’on t’apporte du soutien face à cette révélation sur ton écriture  ?

Pour ça il faut m’avoir lu , j’ai une nouvelle et aussi un pavé sur histoire longue.  :ned:
Non, le soutien, ça peut aller, je m’en sors. Par contre il est vrai que même si ça paraît illusoire qu’on puisse de réussir qu’on peut progresser en creusant dans les souvenirs enfouis de sa mémoire. En tout cas ça ne vient pas de l’influence de mes profs, je n’ai quasiment jamais été à l’école.  Par contre à l’âge de sept ans je découvrais en photos les œuvres de l’école italienne art baroque et florentin et à dix ans la musique classique et en même temps les Jeux olympiques parcours atypique, je ne savais pas écrire avec les mains, mais je savais peindre avec ma tête. 

Citer
Je participerai bien à la conversation, mais j’avoue que je n’ai pas trop saisi quel était le sujet et l’enjeu.

Le sujet c’est le langage soutenu que je n’ai pas vu aborder dans le forum. Mais bon je ne suis présent sur le Mde que depuis peu  :-[  . Alors, l’enjeu que dire ? Eh bien j’en sais rien ! Je dirais que c’est un  H.S.  :prout:

Citer
Ou alors c’était plus en mode « brève de défloodoir » pour indiquer que t’es satisfait de l’évolution de ton style ? Si oui, tant mieux pour toi!

Alors « défloodoir », mon traitement texte, il n’aime pas. Ce n’est même pas pas anglais, je suis sûr que ça ne vaut rien au scrabble. L’évolution, ça me plaît mieux  :  c’est un terme qui sent le terroir, c’est Darwin et dans le même temps on est projeté vers la constellation d’Orion.  :\?




Citer
Comme cyamme, je ne comprends pas bien ce que tu souhaites demander à travers ce fil. Tu peux préciser ta question ? (s'il y en a une).

  Comment se fait-il qu’une écriture familière évolue-t-elle au fil du temps en langage soutenu ?

Citer
Je rejoins l'avis de Miléna : écrire en langage soutenu ce n'est ni bon ni mauvais, c'est un choix, selon l'auteur, le public, selon l'oeuvre ou le narrateur choisi.

 Je n’ai pas choisi, je ne le savais même pas,  :/ je suis comme monsieur Jourdin et si Molière en parle, c’est pas pour rien. C’est peut-être les influences de la musique, mais aussi du graphisme. J’ai tendance à ne garder que le strict nécessaire.  Dans une phrase longue ou pas j’étaye le plus possible. 

 :)

« Modifié: 28 juillet 2022 à 03:55:50 par flag »
Dieu et la nature vont bien ensemble, ça va de paire, c'est Dieu le père.

Hors ligne flag

  • Prophète
  • Messages: 646
  • Le navet ne se pèse pas au kilo mais à la tonne
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #7 le: 03 août 2022 à 19:21:38 »
Citer
C'est exactement ce qu'a dit Miléna, je crois ? '-'

Comme cyamme, je ne comprends pas bien ce que tu souhaites demander à travers ce fil. Tu peux préciser ta question ? (s'il y en a une).

Je rejoins l'avis de Miléna : écrire en langage soutenu ce n'est ni bon ni mauvais, c'est un choix, selon l'auteur, le public, selon l'oeuvre ou le narrateur choisi.

Pour ce qui est des auteurs qui ont trouvé un lectorat, il me semble que pas mal d'auteurs classiques écrivent dans un registre soutenu, non ? Yourcenar, Proust ? ...


Je retiens tes propos Ariane, il s’approche au plus près de mon questionnement. Voilà, je m’interroge depuis quelque temps sur mon écriture. J’aimerais comprendre pourquoi elle dérive vers un langage soutenu à mon insu ?  Est-ce que d’autres personnes ont connu aussi ce genre de dérivation de leur style d’écriture au fil du temps ?
Dieu et la nature vont bien ensemble, ça va de paire, c'est Dieu le père.

Hors ligne Miléna

  • Calliopéen
  • Messages: 524
    • Page Perso
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #8 le: 03 août 2022 à 23:42:12 »
Le terme "soutenu" veut a la fois tout et rien dire en fait.

Si on parle linguistique, le terme de "langue soutenu" peut renvoyer un plusieurs réalité. Il peut renvoyer à une variation diastratique de la langue : les classes sociales s'expriment avec des habitudes différentes, le langage soutenu va alors renvoyer une la langue des classe dominantes, bourgeoise ou aristocrate.

Ça peut renvoyer à une variation diachronique (différence des habitudes linguistique en fonction des époques), un langage soutenu est alors une langue avec des habitudes de language plus ancienne.

Ça peut aussi être une variation diaphasique (une modulation de ses habitude linguistique en fonction du locuteur) ici tu adopterait des habitudes linguistiques particulière du fait que tu produit un texte littéraire.

Ça peut aussi être dut à une variation diacritique (je crois que c'est le bon terme mais j'ai un doute) quand on emploit un vocabulaire plus spécialisé pour décrire quelque chose.

Il faudrait analyser beaucoup plus en détail les éléments de ton écriture que tu qualifie de soutenu. Il faudrait alors voir pourquoi tu le fait. Si c'est pour imiter les habitudes linguistique d'une classe dominente, pour reprendre leur code et ainsi obtenir un prestige supplémentaire pour moi ça peut être quelque chose de néfaste. Car la langue utiliser comme élément de distinction sociale est très clivante.

Si c'est pour une recherche de plus de précision poétique (utiliser le mot juste dans la circonstance juste quitte à s'écarter du français courant) pour moi c'est plutôt positif et ça ne devrait pas t'inquiéter.

Personnellement dans mes textes j'aime utiliser un français assez riche, justement pour avoir le mot exacte qui correspond à l'effet que je cherche. Je ne suis pas adepte d'une écriture uniquement en français courant, je trouve que ça amoindri la poésie.

En ligne Ariane

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 431
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #9 le: 04 août 2022 à 00:06:46 »
Citer
J’aimerais comprendre pourquoi elle dérive vers un langage soutenu à mon insu ?  Est-ce que d’autres personnes ont connu aussi ce genre de dérivation de leur style d’écriture au fil du temps ?
Comme principale sources susceptibles d'influencer nos écrits, je pense à nos lectures et aux gens qui nous entourent.
Je pense qu'on est tous influencés en permanence sans s'en rendre compte. Si je lis un roman que j'adore avec beaucoup de phrases très courtes, inconsciemment je vais en mettre davantage dans mes écrits. D'autres facteurs jouent sûrement, peut-être + difficiles à cerner, comme notre humeur, les effets qui ont marché sur certains paragraphes qu'on va alors reproduire consciemment ou non, etc.
Par contre, personnellement, je pense que + on "mûrit" en écriture, + on est capable d'identifier nos mécanismes intuitifs, et une fois identifiés, les contrôler : se demander quel est le résultat, comment ça peut être perçu par le lecteur et comment ça influence notre projet initial ; garder / travailler / renforcer ce qu'on aime ; tempérer ce qui commence à être un peu trop marqué ; utiliser tel style ou telle technique pour telle situation ou tel narrateur, etc etc. Un peu comme dans tous les arts j'imagine ! Petit à petit on se crée une expérience de plus en plus riche et on choisit d'utiliser telle technique ou telle autre, selon le projet en cours ; même si on garder des préférences et une "patte" reconnaissable, les outils et les atmosphères sont de mieux en mieux maîtrisés.

A titre d'exemple : pour mon roman actuel, j'ai vraiment beaucoup, beaucoup travaillé le "ton" du narrateur, quitte à inventer de nouveaux mots d'argots (vu que ça se passe dans le futur), de nouvelles expressions, soigner à la fois le langage familier et la poésie, etc. Je sais que le résultat est très maîtrisé (on aime ou on aime pas, je ne dis pas que c'est réussi ; mais c'est choisi, à l'échelle de plein de petits détails ou choix esthétiques, et le ton est cohérent d'un bout à l'autre du récit) et correspond vraiment à ce que je voulais faire.
Par contre, je pense que je manque d'expériences autres que ce roman-ci... et ça va être toute une redécouverte d'écrire un autre texte long, pour lequel je devrai trouver un autre "ton", d'autres choix esthétiques ou sociaux, etc.
Mais quand j'aurai passé cette étape d'écrire autre chose que ce narrateur, je garderai les deux expériences et j'aurai + de souplesse encore pour la suite :) .
« Modifié: 04 août 2022 à 00:15:20 par Ariane »
~ Ariane ~

Hors ligne flag

  • Prophète
  • Messages: 646
  • Le navet ne se pèse pas au kilo mais à la tonne
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #10 le: 05 août 2022 à 17:48:12 »
Citer
Le terme "soutenu" veut a la fois tout et rien dire en fait.

Si on parle linguistique, le terme de "langue soutenu" peut renvoyer un plusieurs réalité. Il peut renvoyer à une variation diastratique de la langue : les classes sociales s'expriment avec des habitudes différentes, le langage soutenu va alors renvoyer une la langue des classe dominantes, bourgeoise ou aristocrate.


J'ai tendance à me mettre un ton en dessous des personnes en face de moi. Je ne pense pas  que ça vienne de là.  ::)


Citer
Ça peut renvoyer à une variation diachronique (différence des habitudes linguistique en fonction des époques), un langage soutenu est alors une langue avec des habitudes de langage plus ancienne.

Ma façon d'écrire et de parler a évolué, elle progresse encore sans me demander la permission, mais elle à fait un saut important en très peu de temps. Que se passe-t-il, je ne sais pas ?
 Notre façon d'écrire et donc de parler peut-elle être influencée par ses origines. Il faudra que je lise Platon, il en parle. J'ai très peu connu mon milieu familial, donc je ne pense pas que cela soit induit.

Citer
Ça peut aussi être une variation diaphasique (une modulation de ses habitude linguistique en fonction du locuteur) ici tu adopterait des habitudes linguistiques particulière du fait que tu produit un texte littéraire.


J'adhère totalement Milena,  mon écriture influence ma façon de parler. Comme tout le monde, je pense. Et ma façon de parler s'adapte au locuteur.  ^^

Je ne pense pas qu'on puisse évoluer vers une forme diaphasique du langage. Il est à mon avis conditionné par notre milieu social et familial. Par contre que sa façon de s'exprimer soit influencée au point d'en être bouleversée (comme moi par exemple) par une période spécifique le « Romantisme »  c'est probable. Je ne sais pas.  :/



Citer
Ça peut aussi être dut à une variation diacritique (je crois que c'est le bon terme mais j'ai un doute) quand on emploi un vocabulaire plus spécialisé pour décrire quelque chose.

Je ne pense pas avoir une écriture symbolique.



Citer
Personnellement dans mes textes j'aime utiliser un français assez riche, justement pour avoir le mot exact qui correspond à l'effet que je cherche. Je ne suis pas adepte d'une écriture uniquement en français courant, je trouve que ça amoindrit la poésie.
En ce qui me concerne, je suis plus à l'écoute de la tonalité et sensible à la couleur des mots.  :)


Citer
Comme principale sources susceptibles d'influencer nos écrits, je pense à nos lectures et aux gens qui nous entourent.
Je pense qu'on est tous influencés en permanence sans s'en rendre compte. Si je lis un roman que j'adore avec beaucoup de phrases très courtes, inconsciemment je vais en mettre davantage dans mes écrits. D'autres facteurs jouent sûrement, peut-être + difficiles à cerner, comme notre humeur, les effets qui ont marché sur certains paragraphes qu'on va alors reproduire consciemment ou non, etc.
Par contre, personnellement, je pense que + on "mûrit" en écriture, + on est capable d'identifier nos mécanismes intuitifs, et une fois identifiés, les contrôler : se demander quel est le résultat, comment ça peut être perçu par le lecteur et comment ça influence notre projet initial ; garder / travailler / renforcer ce qu'on aime ; tempérer ce qui commence à être un peu trop marqué ; utiliser tel style ou telle technique pour telle situation ou tel narrateur, etc etc. Un peu comme dans tous les arts j'imagine ! Petit à petit on se crée une expérience de plus en plus riche et on choisit d'utiliser telle technique ou telle autre, selon le projet en cours ; même si on garder des préférences et une "patte" reconnaissable, les outils et les atmosphères sont de mieux en mieux maîtrisés.

A titre d'exemple : pour mon roman actuel, j'ai vraiment beaucoup, beaucoup travaillé le "ton" du narrateur, quitte à inventer de nouveaux mots d'argots (vu que ça se passe dans le futur), de nouvelles expressions, soigner à la fois le langage familier et la poésie, etc. Je sais que le résultat est très maîtrisé (on aime ou on aime pas, je ne dis pas que c'est réussi ; mais c'est choisi, à l'échelle de plein de petits détails ou choix esthétiques, et le ton est cohérent d'un bout à l'autre du récit) et correspond vraiment à ce que je voulais faire.
Par contre, je pense que je manque d'expériences autres que ce roman-ci... et ça va être toute une redécouverte d'écrire un autre texte long, pour lequel je devrai trouver un autre "ton", d'autres choix esthétiques ou sociaux, etc.
Mais quand j'aurai passé cette étape d'écrire autre chose que ce narrateur, je garderai les deux expériences et j'aurai + de souplesse encore pour la suite.

  Je suis d'accord, c’est notre vécu qui nous permet de mettre un pied devant l’autre, mais il n’y a pas que les contacts humains.
On peut jouer un rôle et même en interpréter plusieurs en restant le narrateur neutre d’une histoire et cela tout en restant crédible. On devient tous comédiens et notre capacité à doter chaque personnage de notre histoire d’une personnalité forte qui lui est propre et proportionnelle à notre imaginaire.  ::)
Par expérience artistique, je sais qu’on à beau se donner un genre, faire semblant on est à un moment donné tous rattraper par notre style. On a tous, une allure distincte.  :)
Dieu et la nature vont bien ensemble, ça va de paire, c'est Dieu le père.

Hors ligne Miléna

  • Calliopéen
  • Messages: 524
    • Page Perso
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #11 le: 05 août 2022 à 18:54:43 »
Je ne parlais pas des mécaniques à l'œuvre dans ton écriture, je parlais de phénomène linguistique établi et prouvé par l'étude de la langue. Tu dis parler en langage soutenu mais tu ne semble pas vouloir comprend le sens de ce mot.

Bonne continuation

Hors ligne flag

  • Prophète
  • Messages: 646
  • Le navet ne se pèse pas au kilo mais à la tonne
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #12 le: 05 août 2022 à 19:39:46 »

Bonjour,
 je ne demande qu'à apprendre, il y a encore un mois, je ne savais même pas ce qu'était une écriture soutenue .  J'ai extrait du chapitre d'une nouvelle en préparation ces quelques phrases. Est ce en écriture soutenue ?   :/

J’ai eu très peu d’amis dans mon existence et mes amis, les vrais, je m’en souviens. Ils ont jalonné les périodes de ma vie, ils sont dénombrables. Je peux les compter sur les doigts d’une main. Avoir un véritable ami est souvent le fruit du hasard et même si au fil du temps on le perd de vue. On peut généralement le retrouver grâce au marque-page du grand livre des souvenirs de sa mémoire. On peut édulcorer les périodes mélancoliques jalonnant sa vie si on a la faculté de les compenser par des moments heureux vécus en amitié. Les ami(es) sont présents consciemment et inconsciemment tout au fond de notre ego. Ils nous soignent de nos blessures, nous soutiennent, et nous accompagnent durant toute notre existence. Chacun d’entre nous dans le choix de nos ami(es) établit des critères de sélection qui déterminent l’ami parfait. Est exclu celui qui ne correspond au profil type de notre ressenti, mais parfois les hasards viennent se mêler de ce précalcule. Et l’on embarque un passager clandestin que l’on accepte de laisser monter dans sa barque de l’amitié.   
  Si je dois révéler les traits de caractère d’un potentiel ami. Ils devront posséder des similarités avec ma propre personnalité. L’idéal serait de découvrir dans l’autre mon frère jumeau, ma copie conforme, un même modèle génétique sans aucune singularité hormis la mienne. Le reflet du miroir de mes propres sentiments.
Dieu et la nature vont bien ensemble, ça va de paire, c'est Dieu le père.

En ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 286
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #13 le: 05 août 2022 à 20:25:08 »
Miléna l'a déjà dit, "écriture soutenue", ça veut pas dire grand-chose. Pourquoi se prendre le tête une cette expression ?

Dans ton texte, tu utilises des termes qui ne sont pas du langage courant : jalonner (x2 d'ailleurs ^^) / dénombrable / édulcorer / précalcul / singularité...
Dans ce sens, on pourrait dire "soutenu", mais ça reste du vocabulaire accessible.
Tu utilises aussi des images (la barque par ex). Là encore, ça va du côté du "soutenu".
(avec répétition de embarquer / barque).
Mais je ne pense pas que beaucoup de lecteurs se disent : "j'aimerai lire un livre en langage soutenu" ; le style de l'auteur nous plait ou ne nous plait pas, c'est ça qui importe.

Bref, éclate-toi dans ce que tu écris, fais-toi plaisir, c'est ça qui compte ;)
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Earth son

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 696
    • Ma page perso
Re : Ecriture en langage soutenu
« Réponse #14 le: 05 août 2022 à 20:43:43 »
Personnellement, je me demande pourquoi tu te prends la tête avec ça.
Tu écris comme tu veux, comme tu le sens, comme ça te plaît, comme ça sort de ta tête et point barre.
C’est du langage flag.
« Modifié: 05 août 2022 à 20:45:30 par Earth son »
Ce que tu penses, tu le de­viens. Ce que tu res­sens, tu l’at­tires. Ce que tu ima­gines, tu le crées

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 17 requêtes.