Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

17 mai 2021 à 00:26:07
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » éduction linguistique

Auteur Sujet: éduction linguistique  (Lu 302 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 797
  • 💡
    • frreee
éduction linguistique
« le: 06 avril 2021 à 08:21:19 »
bon heu c'pas over bien scientifique comme propos
disons que ma transduction habituelle est ainsi
ceux qui pigent rien j'vous en veux pas
x')


éducation linguistique
#enseignement #maîtrise #langue #français

sur ce forum et ailleurs, j'ai un peu l'impression on croit que les méthodes qu'on a eu à l'école, c'est bon pour des adultes... mais tout ce qui se fait dans le lieu de notre apprentissage des choses instituées, c'est, depuis qu'on prend conscience de la réalité, basé sur les travaux de Piaget en tant qu'il prouve à quel âge se forme quoi dans les esprits humains de nos marmots...

du coup, bien sûr que je sais pas jusqu'où les profs sont formés pour refléter consciemment ces données, mais s'il y a un truc donc je suis sûr maintenant que mon intuition est confirmée par deux personnes, c'est vrai que c'pas encore top mais je me base rarement sur un témoignage unique et là bon, ça concerne un truc que j'ai pas cherché bien loin mais qui m'est tombé dessus donc, deux fois alors que j'avais ces aveux en intuitions avant qu'ils me tombent dessus...

comment dire...

que les constructions psychiques se font avec nos constructions biologiques, et que y'en a plein à qui des pseudos-profs vont essayer d'apprendre la langue avec les hochets spécifiques aux 5-10 ans alors que les chaines causales de notre biologie n'en sont plus du tout à nécessiter ces processus, quoi qu'on puisse penser d'une rigidité ou d'une plasticité du cerveau...

combien sont les adultes qui vainement tentent de combler leurs lacunes en lisant tout de même, en consultant les bled et les bescherelles, mais sans résultat, tout simplement parce qu'ils ont confiance en ceux qui savent écrire ? ceux là croient que tout ce qu'ils ont fait est juste, de leur fait et en pleine conscience, mais je crois qu'il y a de la grosse illusion de gamin là dedans, et qu'à 7 ans on apprend ni la même chose ni de la même manière que les conseils qu'on pourrait avoir à donner vingt ans plus tard

mes questionnements donc :
- apprendre la langue est-ce comme du béton qu'on coule en jeune âge et qui doit prendre pour avoir une forme comme les os d'un bébé finissent par se solidifier ? jusqu'où peut-on remodeler le béton une fois qu'il est pris, et avec quels espoirs ? jusqu'où va l'importance de tout ceci ?
pis plus subsidiairement pour ceux qui me suivent :
- en partant de l'idée qu'en plus d'exaspérer les lexicalisés, le phénomène culpabilise les fauteurs, comment alléger la situation ?

ce sujet s'adresse évidemment, autant aux donneurs de leçons qu'aux receveurs
Яr

Hors ligne Keracyon

  • Buvard
  • Messages: 4
Re : éduction linguistique
« Réponse #1 le: 01 mai 2021 à 10:32:08 »
Bonjour,

Je crois infiniment en la plasticité du cerveau et donc qu'on peut apprendre n'importe quoi, à n'importe quel âge, à condition de se donner suffisamment de mal.
Le degré de difficulté évoluera donc avec le temps et avec les certitudes qui nous écrasent.

Je crois que le pire, c'est plus la certitude qu'ont un bon nombre d'adultes qu'à 30, 40 ou 50 ans, ils n'y arriveront pas. Je le vois quand, au travail, j'ai affaire à des illettrés : la plupart pourraient prendre des cours pour apprendre à lire et à écrire, d'autant qu'il existe un bon nombre d'associations, mais ils jettent l'éponge sans même essayer parce qu'ils sont convaincus que ce n'est pas pour eux.
Ils se sont convaincus tous seuls qu'ils sont trop bêtes pour apprendre, et le temps aidant, cette certitude s'ancre profondément dans leur esprit.
Alors que la plupart n'ont pas eu l'opportunité d'apprendre. Ce qui ne veut absolument pas dire qu'ils n'en ont pas les capacités.

Mais dans notre société, les connaissances (ce qu'on a appris) et l'intelligence (la capacité à apprendre) sont mélangées, ce qui est la pire des aberrations : ce n'est pas parce qu'on n'a jamais rien appris qu'on n'en est pas capable.
Il y a aussi cette apologie des études supérieures, vues comme une réussite, ce qui n'a aucun sens : on ne réussit pas mieux quand on a un doctorat en sociologie que quand on a un CAP en électricité. En tout cas, cela m'étonnerait que la marché du travail soit plus accueillant  :-¬?

Bref, tout ça fait un magnifique cercle vicieux : on pense qu'on n'apprend que dans l'enfance, donc on ne tente pas à l'âge adulte, donc les réussites sont rares, donc on pense qu'on n'apprend que dans l'enfance...
Objectif personnel : anéantir l'intermédiaire des doigts entre la pensée et l'écriture.

Roman en cours : Alex (titre provisoire)
Avancement : recherches

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 17 requêtes.