Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

04 août 2021 à 09:10:27
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » art du vrai

Auteur Sujet: art du vrai  (Lu 842 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
art du vrai
« le: 23 janvier 2021 à 11:28:57 »
mince, je pensais vraiment que y'aurait un sujet là dessus tellement ça me semble fondamental, mais non, ou alors j'ai pas trouvé encore une fois...

y'a bien un peu ce fil : https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=6637.0
et puis un peu celui-là qui lui ressemble un peu : https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=979.0
et puis celui-là qui s'en rapproche un peu : https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=10969.0

si jamais mon sujet est trop hs pour un fil entier, s'il vaut mieux le scinder à une autre discussion, je suis pas contre, mais... heu bon j'ai un peu arrêté d'espérer qu'on abonde en réponses à mes sujets, donc je suis parti sur un propos qui questionne un peu moins autrui et part pluss dans l'affirmation de ce qui peut être affirmé, tout seul dans mon coin mais voilà ^^

c'est à propos de la
REPRESENTATION en ART !


art du vrai
#être ou ne pas être #méta #onto-phéno ? #philo

bonbonbon, y'a une question assez parlante en art, pour ce qui est du thème relativement important de la représentation, et il s'agirait selon termes choisis, selon qui ou quoi, du concept qui se retrouve avec donc, ces termes comme le "réalisme", la "cohérence", ou tout ce qui relève du fait qu'on aime bien, en art, se retrouver dans un monde qui tient quand même à peu près debout dans la construction du produit qui nous touche, preuve en est ou presque, le fait que plus l'art est conceptuel plus il divise, oui, pas tout le monde comprend ou aime picasso, pollock, ou wharol, alors qu'un de vinci est plus unanime, et un art préhistorique encore plus, bien qu'à l'inverse la passion soit plus forte lorsqu'il y a le goût dû aux accointances de conceptions du monde représenté par l'oeuvre, partagé depuis l'artiste auprès de son public...

mais sans m'étaler, je dirais que la question n'est pas de trop prétendre et viser, ici pour la littérature mais en art en général, qu'on va faire un truc bien ficelé et tout parfaitement logique et rationnel ce qui suscitera à l'optimale performance, l'ambition de traduire et communiquer un ressenti émotionnel auprès du public... non, bien que !

du coup là j'ai qmm envie d'évoquer, trèèès rapidement, la cohérence telle que conçue par Nietzsche, car à mon sens c'est cette vision qui prend en compte le fait que la contradiction est inévitable, mais que son utilisation mesurée est la clé de la cohérence en tant qu'elle reste une illusion... pour rester dans la philo, je dirais que même Kant a ses failles dans la cohérence de son propos, et que les contradictions qui l'animent, aussi minimes soient-elles, seront un jour largement plus comprises qu'aujourd'hui où il demeure un peu the master of the complex thinking ! mais un jour, comme l'exemple peint, qui m'amène ici pour illustrer mon ambition, eh bien un jour on verra ses grossières erreurs, à force d'avoir poncé le sujet !

donc... pour le roman je crois, mais en art en général !

eh bien la représentation est une forme de réalisme qui demande de la cohérence, certes, mais je crois que parfois on est trop perfectionnistes à chercher la perfection dans l'absence d'imperfections, et bon, je vous avoue que ici parfois je vous prends un peu pour trop zêlés du scénario qui vous doit d'apparaitre sensé, alors que bon, dès qu'il s'agit de partager un peu d'autres valeurs entre amateurs de littérature, on ne comprend plus rien à l'intentionnalité du texte et de sa com, et alors la contradiction ne se retrouve pas aux mêmes endroits, ce qui joue carrément sur l'ego de l'écrivain qui ne sait plus trop où se remettre en question, si ce n'est auprès de ceux avec qui il est déjà d'accord ou pas loin, sur les questions de pertinence de son récit et d'accrochage émotif de son lecteur...

bref, eh merde je m'étale, juste je voulais un peu floutement m'exprimer à la fois sur la philosophie en général, le propos datant de bientôt un siècle, à propos des paradoxes de l'esprit, résonnant encore dans une faible minorité élitiste pendant que le reste cherche la rationnalité cartésienne ; et à la fois sur l'art qui découle de tout ceci, qu'on aurait tendance parfois à faire des fixations qui ne serviront bientôt plus à rien

bon je colle l'url de mon image plutôt que mettre des mots, l'exemple je l'ai déjà évoqué >> ici << et il est plutôt parlant pour la question, la question donc, de la représentation, et du réalisme, de la cohérence, etc...



z'en pensez quoi ?
Яr

Hors ligne Edamame

  • Calligraphe
  • Messages: 115
Re : art du vrai
« Réponse #1 le: 10 février 2021 à 16:42:33 »
Bonjour Dot Quote,

Ta discussion m'interpelle, sûrement car elle fait appel à l'un de mes mots-clés obsessionnels : le réalisme.

De manière générale, je suis entièrement d'accord avec toi, étant moi-même en croisade contre Aristote, je reconnais bien là cette frustration de l'écrivain.e que tu décris face à l'idée rigide de réalisme dans une oeuvre.  Comme tu le dis si bien, cette perfection scénaristique de la cohérence est impossible, et c'est bien souvent les écarts qui créent les plus belles oeuvres, tout du moins celles qui nous marquent le plus durablement, il n'y a qu'à voir le théâtre contemporain pour comprendre que bien souvent l'idée de réalisme n'est plus d'actualité dans ce milieu.
Pourtant, ça colle à la peau de certains médias comme la littérature, le cinéma et de plus en plus le jeu vidéo. On pourrait longuement chercher le coupable, mais je ne pense pas que ça servirait à grand chose.
Mais en général, il est difficile d'évoquer la question tant le terme est large. Le réalisme d'une oeuvre est pluriel, d'autant plus dans certains médias comme le cinéma, et la question se pose aujourd'hui : pourquoi un blockbuster trafiqué est-il plus ''réaliste'' qu'un film d'auteur filmé sur le tas ?
Je ne suis pas sûre d'avoir fait avancer le débat, j'ai même très probablement fini par exposer des foetus de réflexion à partir de ce que tu proposais, mais bon, je suis en manque de temps et d'espace pour offrir quelque chose de plus construit et moins ''sur le vif'', on m'excusera (peut être) d'avoir apporté mes propres obsessions à ce fil ^^'

Eda.

Hors ligne txuku

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 164
    • BEOCIEN
Re : art du vrai
« Réponse #2 le: 10 février 2021 à 18:51:21 »
Bonsoir

Ton texte m a fais penser a Bertrand Blier et a ses histoires abracadabrantes - j aime qu elles tiennent debout.

Et cette course d Epsom donne bien la sensation de mouvement malgres son incoherence actuelle.

J ai longtemps cru connaitre un peu l art par les reproductions de tableau mais lorsque j ai enfin vu du vrai Picasso - bien eclaire - j ai enfin su que c etait un maitre ! :)


J ai aussi un souvenir gave du Louvre - l eclairage n est pas toujours bon et il s y trouve trop de toiles.
 
Je ne crains pas d etre paranoiaque

"Le traducteur kleptomane : bijoux, candelabres et objets de valeur disparaissaient du texte qu il traduisait. " Jean Baudrillard

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
Re : art du vrai
« Réponse #3 le: 10 mars 2021 à 11:59:24 »
alors y'a un truc, je crois que ça pose problème :

LA RAISON

alors pour moi, c'est un truc qui ressemble à l'universel indubitable ; et la métaphysique dit qu'on ne peut pas toucher son objet, l'idéal, le noumène ; la raison, c'est une méthode cumulative de recherche de la vérité ; je l'oppose au mensonge, mais pas à la faute : falsifier l'information n'a rien à voir, dans l'intention comme dans les résultats, à la fatalité de l'imperfection de la méthode de raison jusqu'à lors ; car oui, si on parle en terme algorithmique logiciel, les résultats de la raison sur la vérité, se veulent accumulés pour reconstituer l'entendement par les représentations psychiques de ce qu'on s'en figure...
mais voilà : l'imperfection logicielle est inévitable : on n'a pas la méthode pour la raison... on en a plusieurs, historiquement développées par les philosophes ou d'autres... parmis celles-ci, la première théorisée à l'écrit, la maïeutique ; l'herméneutique plus récente... et mon propos inspirant pour aujourd'hui : la dialectique éristique
alors, Schoppenhaueur qui en fait la théorie, stipule bien comme tout bon philosophe, qu'il y a ceux qui ont raison et ceux qui ont tort, ça fait partie d'une base de la méthode pour définir la raison, évidemment sinon si on veut faire sans la raison, on est vite aveuglé...
mais à une autre époque où on opposait par exemple philosophe et sophiste, lui il dit simplement qu'on peut distinguer les phénomènes bien distincts d'avoir raison en droit, et en faits... dans son livre 'l'art d'avoir toujours raison', il doit donc surement prendre le parti comme quoi pour distinguer les deux, on va faire comme s'ils n'étaient jamais ensemble, et que toujorus avoir raison, si on s'en fait une fixation, c'est preuve d'un truc pas cool ; aussi, son éristique pose les base suivante dans l'art d'avoir toujours raison à ces torts :
- la malhonnêteté
- la vanité
- le fait de parler avant de réfléchir
- l'obstination dans l'erreur
bon moi j'ai pas lu, pis j'pense c'est un peu plus complexe que 'les opprimés de l'opinion autoritaire sont forcément dans la raison', parce que sinon on serait sur une pente relativement dangereuse, ce que je n'écarte pas mais bon...
le fait est que oui, il y a des méthodes pour obtenir la validation du système de jugement décideur, mais également que, pour autant que la vérité existe mais qu'on ne peut l'atteindre par garantie totale, il y a donc la possibilité de la faute, l'erreur, de raison, de logique, de savoir...

mais lorsqu'il s'agit d'émotion ?

lorsque, pour rester dans un propos qui nous concerne, dans l'art on se figure quelque chose en tant que public, et qu'on se forge une image du monde grâce à l'oeuvre ? jusqu'où se berne-t-on selon la volonté de l'artiste à faire valoir sa vision ?

en tout cas, l'art d'avoir raison, c'est à distinguer au dehors de soi : face à l'universel VS face au socio-convenu
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
agnotologie
« Réponse #4 le: 07 juillet 2021 à 12:04:50 »
agnotologie
#vérité #morceau de réflexion #infodémie #infox
à propos du marché de l'information
et de celui de l'ignorance...


Citation de: liberation
En France, le philosophe Mathias Girel s’intéresse, lui aussi, à l’agnotologie, soit la science de la production d’ignorance. On l’a vu lors de la crise du Covid, la première attaque entre scientifiques lorsqu’un débat apparaît, consiste, chez certains, à refuser à leur contradicteur le statut de scientifique sérieux.

Citation de: liberation
Ces débats aboutissent à la création de communautés de personnes toutes d’accord entre elles sur les réseaux sociaux, comme l’analyse le directeur de l’Institut des systèmes complexes, David Chavalarias

Mathias Girel - Youtube - de la pandémie à l'infodémie - Penser la pandémie BFC

là où la désinformation peut sortir du débat de la liberté d'expression ou l'y rejoindre, c'est lorsque des vies sont en jeu ; il est montré dans la vidéo, que la défiance (la non-confiance hein, rien à voir avec un défi) entre politiques de l'Etat, a divisé la population, au moment de l'ouragan Katrina, aveuglant par de fausses croyances, 100k habitants qui ne se soucièrent que trop peu de la dangerosité du phénomène

alors mettons-nous ptetr d'accord sur ce sur quoi sont déjà d'accord certains trucs, qmm : la science, c'est le domaine du savoir validé ; c'est pas une histoire unique de blouse et de tubes à essais, ni même de savants fous ou d'expériences forcément dangereuses ; non, c'est normalement, la science, juste la direction la plus sure au sujet justement, de la certitude avérée ; c'est le domaine de la connaissance, l'information vraie ou le plus possible ; et là il y a des déontologies bien pratiques étout, mais heu... bin faut du sérieux

descartes est fort pour commencer à faire de la science, un truc fiable ; car oui, il y a des choses, à savoir, qu'on ne peut changer, car leur nature est causale, et puis qu'on arrive à tirer l'universel du truc ; mon exemple de vérité absolue mais relative, c'est bien la théorie d'einstein, mais passons... car il ne s'agit pas de se prétendre scientifique pour que sa démarche le soit ; c'est même souvent le contraire, mais là c'est mon gogl qui...

en bref ?
on a hawkins stephen qui disait ce que j 'aime un peu répéter :
"le pire ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, mais l'illusion de la connaissance"

d'où que moi j'aime bien les vulcains et leur rectitude, quand je vois à quel point on peut ressembler au film idiocratie, uniquement à cause du marché de la vérité qui nous met dans des certitudes totalement contre-productives...
Яr

Hors ligne txuku

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 164
    • BEOCIEN
Re : art du vrai
« Réponse #5 le: 07 juillet 2021 à 12:38:35 »
Bonjour

Peut etre hors sujet ........
Tu me fais penser a la meteo que je consulte - pour en tenir compte :

Mon linge a secher sur le bacon - je regarde les vents prevus.........
Mon bac poubelle que je ne sors pas en cas de vent fort car vide cela represente un danger sur la rue.

En bref je choisis de croire ce qui m arrange !!! :)
Je ne crains pas d etre paranoiaque

"Le traducteur kleptomane : bijoux, candelabres et objets de valeur disparaissaient du texte qu il traduisait. " Jean Baudrillard

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 19 requêtes.