Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

01 février 2023 à 01:09:45
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Méritologie de la morale publique

Auteur Sujet: Méritologie de la morale publique  (Lu 2235 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Méritologie de la morale publique
« le: 16 octobre 2017 à 14:58:04 »
De la morale publique

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Faut-il qu'un homme* ait un comportement moral pour être accueilli au sein de la communauté des auteurs ?

La réponse est oui.

Pour qu'un homme puisse mériter le titre d'auteur, il doit nécessairement avoir un comportement emphatiquement moral : pleurer quand y'a des méchants, rire à gorge déployée quand y'a un lynchage public, savoir compter deux par deux et lasser ses chaussures.

Cette loi entraîne naturellement toute une série de tests pour s'assurer que, quand l'auteur agit au quotidien, il reste attentif à l'immensité inévitable qu'incombe la morale publique des braves gens.

Les tests doivent naturellement dépasser toute forme d'humanité, c'est-à-dire s'offrir le droit de détacher l'une des parties de l'auteur à savoir : Est-ce qu'il dit merci à papa quand on lui fait manger des asticots ? Est-ce qu'il sait écrire sur les bienfaits de la natation pour le corps lorsqu'on lui plonge trois fois par jour la tête dans la bassine d'eau brûlante ? Accepte-t-il qu'on lui coupe un doigt pour son bien suprême ? Est-il prêt à tout pour mériter le titre très honorable de la grande communauté des lettres ?

Tout bon méritologue résumerait la situation ainsi : « Auteurs, cessez de nous partager l'infâme résidu d'existence dont est faite votre piteuse vie ! Épargnez-nous vos comportements immoraux pour de bon. Révisez les cent dix lois de la méritologie pour en faire l'idole de vos nuits. »

Écrire, c'est mener le lecteur vers une vie méritante, et rigolote, et dynamique, et poussive, et cul-cul, et bizarre.

Admirez, adorez, consultez, dérivez, déraisonnez, c'est la force toute puissante de la morale publique !



* Sachant que pour une femme c'est nécessairement plus difficile d'avoir un comportement moral, il vaut mieux faire preuve d'une plus grande intolérance.
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 455
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #1 le: 27 mai 2020 à 17:44:03 »
wuw, Alan !

wutzeduldul ! bon je tombe là dessus trois ans après, tu as du changer d'opinion et de méthodes et de perspectives, mais tu touches un point sensible...

pourrai-je revenir si plus mure réflexion jaillissait de mes intériorités ?

bien à toi
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #2 le: 27 mai 2020 à 18:13:05 »
Bonjour Dot Quote,


Heureux si cette question satirique t'a semblé rigolote. :)

Peut-être te souviens-tu que la section Salle de débats n'existait pas au moment de l'ouverture de ce sujet : il aurait probablement plus sa place dans la section des Discussions où l'ambiance se prête plus facilement à l'humour...

Après tout, un « faux-débat » pourrait être animé sur la question du mérite en littérature, mais cela risquerait effectivement de déboucher sur peu de choses, et encore moins sur une « méthode » méritologique.


Souvent, la satire permet de prendre ses distances avec certaines pratiques, encore faut-il savoir y mettre les formes. Au plaisir de te voir réagir avec humour. ^^
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 455
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #3 le: 27 mai 2020 à 18:23:53 »
owi tu le dis bien, cette préhension par l'humour (mais qu'est-ce que l'humour ?) de choses sérieuses pour que la pilule passe ! mais après tout justement, n'est-ce pas de discussions morales dont nous avons plus besoin que de débats ? quant au débats ne seraient-il pas mieux avec un peu plus de liberté de jeu ?

dans tous les cas ici où tout se confond un peu, effectivement il se pourrait que les penchants satyriques et sérieux mélangés, soient difficiles à distinguer ! mais au final, ne poursuivons-nous pas, tous, ce qui est le mieux pour soi et ou pour autrui, dans l'affirmation du milieu créatif, créateur de valeurs, qui si elles sont pluss qu'esthétiques et sans but, sont alors de l'ordre d'une finalité que certains raccrocheraient, par la liberté de penser le monde de manière artistique, à la notion de morale non pas en tant que dogme de l'écrasement comme l'on se le figure parfois, mais comme incitation à suivre ce qui nous parait juste ?

en effet : l'artiste se bat souvent entre hypocrisie et honnêteté, et ce pour la lutte de ses motivations... et pourtant il est bon lorsqu'il reste lucide avec lui-même, et que cela joue bien avec autrui ; là tout le rôle d'une bonne morale selon moi, qui garde la cohésion et son caractère intraçable...

rien à voir, c'est sûr, avec le "je me dois tu me dois par la barbichette" et autre quantités de whiskey à doser de lichettes jusqu'à encore-soif de vengeance !

mais alors...

pourquoi rester cohérents entre nous, à l'heure de la liberté individuelle, et du allez-tous-vous-faire-cuire-un-oeuf-c'est-ma-life ! ?

(je n'oserais pas pointer du doigt le phénomène qui nous lie tous les deux dans ce genre de sujets arctiques, mais je profite que tu saches faire des moellons de glace pour construire un igloo, et le fruit de ta pêche ira surement bien sur mon feu, tout comme le vent qui traversait même nos ancêtres, rendra hommage à leur technique de fabrication de manteaux qui nous réchauffent les âmes dans ce froid d'été... bien à toi monsieur)
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #4 le: 27 mai 2020 à 18:55:38 »
Beaucoup de choses très différentes les unes des autres...


Pour te répondre, je dirais que l'hypocrisie, c'est feinter le rire quand on est sérieux, ou feinter la sincérité quand on rigole juste.

L'honnêteté reviendrait à dire : « attention, je rigole, je ne suis pas sérieux, là... » quand on caricature grossièrement une pratique, un débat ou une personne.

Et si tu ne souhaites pas rire de la question du mérite, alors effectivement le ridicule n'est pas la meilleure réponse à un questionnement philosophique.


En fait, je résumerai le ridicule de cette façon : « Attention : mes propos ne méritent rien de plus que des rires, puisque mes propos sont ridicules, ils ne méritent pas d'être pris pour exemple. »


Si tu recherches une forme d'exemple de morale, le rire n'est pas le meilleur choix à faire, et ne mérite pas que tu y prêtes ton attention.
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 455
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #5 le: 27 mai 2020 à 19:05:53 »
hmm tu illustres bien les pratiques j'ai l'impression, ou du moins tu en fais un récit que j'arrive presque à comprendre, comparé à la plupart que je perçois d'autrui ! mais pour autant je pige quasiment rien quand même huhu excuse m'en, je suis ridiculeusement... amoral ! je ne veux pas savoir ce qui garde la cohésion sociale ! je m'en fous de tout être humain qui se revendiquerait tel, et usant de ses usages comme le langage et ses codes x,) donc cool

et pourtant... je suis pas si intelligent que l'humain prétend l'être, le rire me frappe parfois, je veux dire ! lorsque j'abandonne ma raison pour m'esclaffer devant les bassesses humaines, mon péché mignon et elles sont foison quand on sait regarder où va le mérite que l'on s'octroie à soi même et celui qu'on enlève à autrui pour s'élever au-dessus des gentils, eh bien à ce moment là oui, la caricature naturelle du passant de rue courant après son masque envolé par la fumée d'une locomotive, je trouve ça ridicule et surement à socio-réguler de morale appliquée...

hihi mais naaaan on en vient à du sarcastique tel que, alors que nous ou du moins moi, ne nous comprenons pas, eh bien nous sommes là pour malgré tout tenir un discours ! c'est de la voltige, et on se payerait des gaufres que rien n'enlèverait au panache que je t'observes tracer dans le ciel de tes sillons de mots !

la méritocratie ?
bin tu veux faire valoir ou pas ? exister, c'est pour ce qu'on fait, aussi, pas juste célébrer l'étant immobile et mort de lauriers imaginaires !
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #6 le: 27 mai 2020 à 19:20:18 »
Méritocratie ?


Ce présent sujet parle de littérature, la politique n'est pas assez noble à mes yeux, non... Pas de politique, je recherche quelque chose de plus noble comme les clowneries, les pitreries, les mauvaises blagues et les fous rires.

Quelque part, si nous ne devions résumer la littérature qu'à sa dimension morale, alors on parlerait de littérature du mérite ; or, bien des choses, et pas seulement le rire, font que la littérature dépasse naturellement les limites du mérite, et ne peut donc pas être résumée au mérite seul...

Ce ne sont pas les élites politiques qui décident de « qui écrit à propos de quoi » et les écrivains – satiristes ou non – ont d'autres préoccupations que celle du mérite (le mérite n'est pas la préoccupation centrale des écrivains).


J'ai essayé de dire tout cela avec beaucoup d'humour, mais c'est pas facile de faire le pitre, c'est trop dur de jouer le cancre, ô dot quote... aies pitié de ma pauvre personne !! :'(
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 455
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #7 le: 27 mai 2020 à 19:31:43 »
mais alors je crois qu'il te faut un sérieux sur qui rire !

azy, étymologiquement :
(mérite : gain, salaire (ce dont on est digne) ; cratie : pouvoir (dans le sens, organisateur) ; logos : discours, raison (dans le sens, science))
entre le discours scientifique et l'organisation du mérite, les deux ne peuvent s'ignorer l'un l'autre : la méritologie serait la science de la méritocratie qui serait la positivation organisée de ceux et ce qui ont l'assentiment convenu des valeurs à asseoir, on est d'accord ? genre "on pense que c'est bien, donc ça a du mérite, donc c'est important, donc on le valorise, donc on s'organise autour" ?

mais je suis d'accord, faudrait pas que y'ait une excessive compétition à l'art, ni même une course à l'idée, même si dans tout ça, le fait que nous soyons libres et différents, fait que certains vivent de leur art et que d'autres malheureusement en meurent...

je sais pas si je te réponds comme tu le souhaiterais ?
en tout cas mon humble personne admire la pauvreté de ta richesse
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #8 le: 27 mai 2020 à 19:37:20 »
 :'( Je meurs...

Si celui qui sait organise, alors le juge, qui sait qui a commis un crime, organise ce crime, car il sait... Tu as progressé dans l'absurde ou le ridicule sans aucun doute, mais je ne pourrais point te décerner ce mérite car il s'agit de bien petites choses.
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 455
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Méritologie de la morale publique
« Réponse #9 le: 27 mai 2020 à 19:42:24 »
pausons nous alors, il n'y a aucun mérite à vivre mort
le sujet reste là, nous en auront de nouveaux fruits chaque saison où fleurissent à foison les idées de nos branches de lunettes, et je ridicule un peu pour rire de mon crime, absurde, sans aucun doute !

bien à toi, tu es publiquement méritant du logos du logis, et la morale quelle qu'elle soit ou ne soit, reste à ta disposition je crois
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 18 requêtes.