Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 janvier 2023 à 03:44:45
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Flaubert au travail

Auteur Sujet: Flaubert au travail  (Lu 1356 fois)

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 423
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Flaubert au travail
« le: 25 avril 2017 à 15:51:19 »
Voici les 5 versions de travail et la version définitive d’un très court extrait de Madame Bovary. Dans ce passage, Flaubert décrit le panorama de la ville de Rouen découvert par Emma Bovary lorsqu’elle se rend à Rouen pour y rejoindre son amant Léon Dupuis.
L’examen des six versions de ce qui n’est que l’un des paragraphes qui compose la description de ce paysage met en évidence l’ampleur du travail de réécriture, de dilatation puis de condensation  auquel se livrait le grand Gustave avant de se montrer satisfait. Quand vous aurez lu toutes ces étapes, vous ne pourrez pas manquer de réaliser que la dernière était la seule possible, en tout cas la meilleure.


1

Toute la ville apparaissait.

Descendant en amphithéâtre, noyée dans le brouillard… Entre deux lacs, le champ de Mars, lac blanc à gauche, et la prairie de Bapaume à droite, tandis que, du côté de Guivelly, les maisons allaient indéfiniment jusqu’au môle, à l’horizon qui remontait. La rivière pleine jusqu’au bord. Sa courbe. Les bateaux dessus. Forêt de mâts rayant le ciel gris dans hauteur de bord, aplatis, étant vus à vol d’oiseau et avec une immobilité d’estampe. Les îles sans feuilles comme de grands poissons noirs arrêtés….

 2

On longeait un grand mur, et la ville entière apparaissait.

Descendant tout en amphithéâtre jusqu’au fleuve et perdue dans le brouillard, elle semblait resserrée entre deux lacs, le champ de Mars à gauche qui était blanc, et la prairie de Bapaume à droite, qui était verte, tandis qu’elle s’étalait (s’élargissait) au-dessous et peu à peu s’éparpillait inégalement, elle se répandait en filets, comme de grandes rainures jusqu’à l’horizon, traversée par une barre d’un livide sombre : la forêt des sapins. Ainsi vue d’en haut et presque à vol d’oiseau (d’horizon), la Seine, pleine jusqu’au bord, arrondissant sa courbe, semblait ne pas couler. Les navires tassés contre les maisons avaient l’air aplatis sur l’eau, et leurs mâts, comme une forêt d’aiguilles, perçaient le ciel gris avec une immobilité d’estampe, et les longues îles sans feuilles semblaient çà et là sur la rivière de grands poissons noirs arrêtés.

3

Enfin, d’un seul coup d’œil, la ville apparaissait.

Descendant tout en amphithéâtre et noyée dans le brouillard, elle s’élargissait au-delà des ponts confusément, qui allaient en s’interrompant çà et là. La campagne prolongeait inégalement ses constructions blanches jusqu’au renflement de l’horizon (jusqu’à l’extrémité du paysage que terminait comme une longue barre verte la forêt des sapins). Ainsi vu d’en haut et presque à vol d’oiseau, le paysage tout entier avait l’air immobile comme une peinture. La Seine, pleine jusqu’aux bords arrondissait (allongeait) sa courbe au pied des coteaux verts. Les navires du port, tassés tous ensemble à l’ancre, aplatis sur l’eau, restaient avec une immobilité d’estampe. Les îles de forme ovale semblaient de grands poissons noirs arrêtés.

4

D’un seul coup d’œil, la ville apparaissait.

Descendant tout en amphithéâtre et noyée dans le brouillard, elle s’élargissait au-delà des ponts confusément ; puis elle rayait (les prairies) la pleine campagne, avec le prolongement multiplié de ses constructions plus blanches, qui s’arrêtaient à la fois inégalement éparpillées, et ensuite, une large surface verte, que coupait comme une barre sombre la forêt de sapins, montait toujours d’un mouvement égal et monotone jusqu’à toucher au loin la base indécise du ciel pâle. Ainsi vu d’en haut (et presque perpendiculairement) le paysage tout entier avait l’air immobile comme une peinture. Les navires du port, que l’on eût crus aplatis sur l’eau, se tassaient dans un coin, amarrés contre les maisons, avec leurs mâts plus serrés qu’un bataillon d’aiguilles. Le fleuve, plein jusqu’au bord, s’arrondissait largement au pied des coteaux, des collines vertes, et les îles de forme ovale semblaient de grands poissons noirs arrêtés.

 5

Elle longeait un mur et la ville entière apparaissait.

Descendant tout en amphithéâtre et noyée dans le brouillard, elle s’élargissait au-delà des ponts, confusément. La pleine campagne que traversait comme une ligne sombre la forêt des sapins, remontait ensuite d’un mouvement monotone, jusqu’à toucher au loin la ligne indécise du ciel pâle. Ainsi vu presque perpendiculairement, le paysage tout entier avait l’air immobile comme une peinture : les navires ancrés avec leurs mâts, tassaient leurs mâts comme une forêt d’aiguilles ; le fleuve plein jusqu’aux bords, s’arrondissait largement au pied des collines vertes et les îles, de forme oblongue, semblaient être sur l’eau, de grands poissons noirs arrêtés.

 

Version définitive

Puis, d’un seul coup d’œil, la ville apparaissait.

Descendant tout en amphithéâtre et noyée dans le brouillard, elle s’élargissait au-delà des ponts, confusément. La pleine campagne remontait ensuite d’un mouvement monotone, jusqu’à toucher au loin la base indécise du ciel pâle. Ainsi vu d’en haut, le paysage tout entier avait l’air immobile comme une peinture ; les navires à l’ancre se tassaient dans un coin ; le fleuve arrondissait sa courbe au pied des collines vertes, et les îles, de forme oblongue, semblaient sur l’eau de grands poissons noirs arrêtés.

N.B. J’ai perdu le nom de l’auteur qui a recueilli ces différentes versions. S’il a lu ces lignes, ce qui serait fort étonnant mais très épatant tout à la fois, qu’il veuille bien m’en excuser et se signaler ici pour que justice lui soit rendue.

Nocte

  • Invité
Re : Flaubert au travail
« Réponse #1 le: 25 avril 2017 à 17:37:30 »
Yup, c'est très chouette de voir l'évolution du paragraphe, la première version est comme une ébauche au crayon, puis ça se transforme en tableau, avec les parenthèses pour situer chaque élément du décor, je crois qu'elle est là sa touche personnelle.
Après l'exercice reste assez commun quand même, ceux qui prennent les descriptions au sérieux passent leur temps à faire et défaire comme Flaubert, on ne va pas le glorifier pour ça  :D

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 17 requêtes.