Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 octobre 2021 à 19:55:21
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateur: Claudius) » Phrases (version inachevée)

Auteur Sujet: Phrases (version inachevée)  (Lu 124 fois)

Hors ligne Versus1

  • Prophète
  • Messages: 724
Phrases (version inachevée)
« le: 25 septembre 2021 à 19:36:18 »
J’ai voulu réunir ici tous les fragments que j’ai écrit depuis une quinzaine de jours. L’on remarquera sans peine qu’il s’agit de poèmes plus ou moins brefs, sans vers et sans rimes. J’attire l’attention sur le fait qu’il n’existe pas de continuité de sens entre les différentes « phrases », ce qui ne signifie guère qu’on n’y trouvera aucune consanguinité.

                  * * *

C’est par un décret surgi du Chaos sacré que le monde, jour après jour, demeure un Tout. Depuis longtemps règnent les forces premières de la Nature, là même où les Dieux ont fondé leur séjour, tel un roc de vertu toujours en fête. Mais aux Mortels échoit un sentier périlleux : l’Être – et son destin – dans le déluge du temps.

                  * * *

Le sentiment du cosmos, celui d’être à la fois plus grand que lui et simple créature en exil, précède tout langage. Il entre ou il n’entre pas dans le vide du cœur. Il l’habite dans un abîme d’étoiles ou le recrache, sur la grève, comme un aveugle s’exaspère d’être rongé par le temps.

                  * * *

Mettre de la distance entre soi et l’obstacle, d’une âme égale, voilà ce qui porte secours. Sans quoi l’on se tourne vers l’Ennemi même, qui entre dans le cœur comme une grande ombre enflammée, et le dévore sans fin. Tel Atlas qui supporte le faix, le globe trompeur du monde.

                  * * *

Ni à la surface, ni au-dessus, nous vivons enterrés dans un globe tapissé d’images, une vaste caverne technologique où nul destin n’apparaît jamais pour personne. Car le monde a été trompeusement séparé entre Olympe et Enfers par les héros cruels qui en tiennent la bride, et que nous idolâtrons, faute d’une vision fraternelle de la haute justice.

                  * * *

Quand les preuves de Dieu s’effacent, le destin du monde dépêche ses héritiers à ne plus entrer en présence avec le Cosmos, ni avec la Nature. Quel est l’intérêt de regarder un ciel où les étoiles croulent sous les équations ? Et une terre qui brûle toute entière ? Sinon d’adosser aux frontières, par une science dévoyée, des cités qui ne s’ouvrent que sur elles-mêmes ?

                  * * *

Se détourner du bruit du monde. Approcher l’endroit où les oiseaux tranchent la pesanteur au fil de la grâce et s’opposent aux armées du vide, qui sont sans nombre. Et puis avancer, le souffle gagné et regagné, dans le grand cercle où tout a lieu, où tout repose et rayonne, où tout s’écoule, sur les cimes audacieuses du temps.

                  * * *

Je ne viens pas du présent, j’en reviens. Comme un gant de velours retourné par l’aurore.

                  * * *

Les mortels ne sont jamais si beaux et si tristes que lorsqu’ils élèvent la torche de l’être dans les orages du temps. Il suffit d’une étincelle pour éloigner le néant.

                  * * *

Le réel est ce qui appareille en tant qu’il émerge dans la prunelle d’un enfant.

                  * * *

Être ouvert dans l’ouvert, jouer comme au premier jour, vivre plein d’audace. Il n’y a pas, au monde, joie plus haute ni destin plus léger. Mais l’horizon, là-bas, mangé par la lumière, a l’odieux goût du fer, tandis que rétrécissent les chaînes de l’oubli. Ni ton nom, ma bien-aimée, ni le mien, ne seront gravés dans l’éternité. Juste une buée sur le bleu cavalier de nos yeux.
   
                  * * *

Infliger la vie, c’est faire sentir l’éternité à un être dont les jours sont comptés. Lorsque le ciel en ruine habille la terre de toutes les fleurs de la grâce et délivre chaque oiseau enfermé dans la cage du cœur, tout ce que l’on possède apparaît  comme dangereux et chargé de pouvoirs, dans la majesté d’un silence.      

                  * * *

Qu’est-ce qui éduque, maintenant, tes ténèbres, pour qu’un rapt t’élève jusqu’à la joie, dans les bras légers de l’illimité – là où le proche est un miracle dans lequel tu rayonnes, et où toute créature t’est familière ? C’est la lumière qui se penche tel qu’un dieu, peut-être, sur la douleur qui passe comme un souffle noir.

                  * * *

Les seigneurs de notre temps, au galop sur la monture du vide, ont brisé le sceau qui fermait les lourdes portes du Tartare. Au cri jeté à l’assaut des gratte-ciels répond un tohu-bohu de chiffres et d’images d’une violence inouïe. Qui peut se prévaloir d’apprivoiser la race des Titans ? Nul ne le peut. Pas même les anciens dieux sur leurs trônes en ruine. Voilà pourquoi les yeux du monde, déjà pleins d’épines et de serpents, tournent à la terreur – et c’est la première défaite.

                  * * *

Quand le Ciel n’est plus qu’un paquet de linge sale, il ne reste plus qu’à rudoyer la Terre pour qu’elle se livre toute entière, jusqu’à la dernière pierre précieuse.

                  * * *
« Modifié: 27 septembre 2021 à 21:28:47 par Versus1 »

Hors ligne Murex

  • Troubadour
  • Messages: 364
Re : Phrases (version inachevée)
« Réponse #1 le: 26 septembre 2021 à 10:59:39 »
  Dans ce monde avant tout matérialiste, entendre ta voix est réjouissant, rassurant dirais-je. Certes je ne suis pas sûr de  comprendre parfaitement tes "fragments", mais il y a une grande force dans tes mots, un grand élan poétique, et n'approche-t-on pas d'aussi près le secret des choses que par la poésie !
  Je ne relèverai qu'un seule seule phrase, la plus profonde à mes yeux : "Infliger la vie, c’est faire sentir l’éternité à un être dont les jours sont comptés."
    Un grand merci. Murex.

Hors ligne Versus1

  • Prophète
  • Messages: 724
Re : Phrases (version inachevée)
« Réponse #2 le: 27 septembre 2021 à 08:25:38 »
Salut Murex !  8)

Je te remercie pour cette lecture très enthousiaste ! J’essaie toujours de faire du mieux que je peux.  :) ;)


Amicalement 

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 17 requêtes.