Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 octobre 2021 à 15:35:57
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Fan Friction » [FF9] La haute colombe

Auteur Sujet: [FF9] La haute colombe  (Lu 6838 fois)

Hors ligne Nexwall

  • Prophète
  • Messages: 912
  • Hëlskaner le Lâche
[FF9] La haute colombe
« le: 22 juillet 2017 à 10:19:38 »
Dumbledore agitait sa longue barbe, aucun nœud ne venait troubler cette épaisse cascade qui s’écoulait de ses joues. Il faisait face à Harry Potter, jeune élève et célébrité de son école qui, immobile et craintif, faisait face au corps inanimé d’un de ses camarades au sol. Tous les professeurs venaient d’arriver, comme appelés par le destin au mauvais moment. Le jeune sorcier avait rangé sa baguette pour se rapprocher du directeur de Poudlard et chercher sa protection. Dumbledore était plus inquiet que d’ordinaire, pourtant ce n’était pas la première fois que son protégé se trouvait dans une situation délicate.
- Harry, tu es sûr, tu n’as rien fait ? s’inquiétait-il.
 Les craintes du directeur étaient partagées par l’ensemble du corps professoral, le maître des potions, Rogue, se permettait même un froncement de ses sourcils si souvent imperturbables.
McGonagall, la référente de la maison d’Harry, Gryffondor, avait sorti sa baguette et commençait, à l’aide de grands gestes dans les airs, à dresser un cordon pour empêcher tout passage. Rapidement, les autres trouvèrent aussi diverses occupations pour répondre à ce nouveau meurtre dans les couloirs de l’école. Harry se balançait d’un pied à l’autre, mais la confiance était revenue sur son visage et il n’affichait aucune culpabilité.
- C’est un malentendu ! Je viens d’arriver et n’ai rien vu, Sam était déjà au sol. J’ai accouru pour l’aider, mais il n’y avait plus rien à faire.
- Et votre présence si troublante à cette heure si tardive, alors même que le couvre-feu est instauré ? Rétorqua Rogue, retors, en se rapprochant. Ne devriez-vous pas être dans les communs de Gryffondor depuis déjà deux heures ?
Le garçon se pinça les lèvres, tentative évidente de masquer une vérité. Il finit par savoir quoi répondre et, plein d’impertinence, répliqua.
- Il y a une menace dans le château, Hermione était encore à la bibliothèque et j’étais sans nouvelle. Je suis parti à sa recherche.

Le jeune Potter était sûr de sa réponse. Une fois de plus, son alibi était mûrement planifié et personne n’avait de raisons pour le remettre en cause. Une nouvelle fois, Harry était persuadé qu’aucune sanction ne le frapperait et que Dumbledore le couvrirait, car il n’était pas coupable. C’était sans compter une voix légèrement nasillarde et pleine de force qui surgit de derrière un couloir.
- Messieurs, mesdames, bonsoir. Lieutenant Columbo ! Je passais dans le coin, voyez, ma femme voulait un justificatif de la mairie, et ma voiture est tombé en panne à deux pâté de forêt. Vous me voyez bien désolé de vous déranger, je dois dire …
Il cessa ses excuses et, d’un haussement de sourcil savamment travaillé, remarqua la scène autour de lui. L’homme n’était pas grand, un long manteau brunâtre couvrait ses épaules, ses cheveux noirs en bataille ruisselaient de l’eau sur son front, mais cela ne le dérangeait pas, et une mince cravate se laissait deviner à son col. Avec une expression de surprise, il s’approcha du corps.
- Mais qu’avons-nous là ? Cet enfant ne va pas bien du tout.
Il se pencha en avant pour inspecter le cadavre et prit un air pensif.
- Je suis désolé de vous l’apprendre, mais cet enfant est mort. Quelle horrible nouvelle ! Dire que ma voiture est en panne sous la pluie, en plus, les circonstances sont vraiment malheureuses ! Dire que je vais devoir vous imposer ma présence en ces temps si difficile. Par temps, je ne parle pas de celui de dehors, mais bien de ce contexte, de ce cadavre à mes pieds. Les coïncidences, ‘savez, sont parfois si étranges, dire que c’était pour de simples papiers de recensement.
Il se tourna vers Dumbledore, conscient qu’il était l’âme dirigeante de l’endroit.
- Vous traversez une période difficile, cher monsieur, je promets de ne pas trop vous incommoder.
Puis, le lieutenant se releva et sortit un cigare, il chercha alors un briquet dans ses épaisses poches. Il finit par hausser les épaules, incapable de mettre la main dessus.
- Mes chers amis, aucun d’entre vous n’aurait un briquet, par hasard ? Ou une allumette ? Une bête allumette me conviendrait tout à fait, voyez, ma femme ne veux pas que je fume et parfois s’empare de mes briquets. Personne ? Je trouverai de quoi me débrouiller, ne vous embêtez pas.

L’assemblée ne savait pas quoi répondre, paralysée et stupéfaite. Dumbledore rangeait distraitement sa baguette et ses yeux, derrière ses lunettes en demi-lune, se perdaient en réflexion. Les autres professeurs avaient tôt fait de s’esquiver de droite à gauche, incapable de se concerter sur la décision à prendre concernant ce curieux personnage.

Aussi, en l’absence de décision, le Lieutenant Columbo s’installa de son propre chef dans les entrailles du château et la vie de l’école reprit son cours, parée de l’inquiétante angoisse de meurtres dans ses coursives.




Harry n’était pas très attentif aux instructions de madame Trelawney, assise en tailleur un peu plus loin devant une petite table et professeure de divination, qu’ils jugeaient fantaisistes et puériles. Ses deux meilleurs amis ne l’aidaient pas à passer le temps, Hermione n’assistait plus au cours et Ron était plongé avec passion dans l’analyse d’une tasse de thé. Alors, Harry échangeait plutôt des regards avec Luna Lovegood qui se laissait aussi distraire. Tous deux désintéressés, c’est sans surprise que, quand un épais manteau brunâtre émergea de la trappe pour accéder à la salle, leurs attentions se focalisèrent sur l’arrivant. Ce dernier, paré d’un cigare au milieu de son sourire affable, grimpa en entier avant de s’approcher de la professeure. Penché sur son bureau ovale, il se présenta.
- Lieutenant Columbo ! Mes hommages madame, vous me voyez désolé d’interrompre votre cours si passionnant. La divination, c’est quelque chose vers lequel j’ai toujours eu du mal, ma femme, à l’opposé, aime beaucoup ça, elle en lit des livres à la pelle. C’est du tarot divinatoire que vous faites ? C’est vraiment intéressant. Quelle est cette carte ?
Il ne laissait jamais ses interlocuteurs lui répondre.
- Un cavalier, c’est ça ? Le cheval est drôlement bien fait, sa crinière au vent, c’est très admirable. On dirait presque un vrai.
Il se pencha un peu plus en avant.
- Mais il n’est pas vrai, n’est-ce pas ?
Quelques-uns voulurent forcer un rire de circonstance, sans succès. Le lieutenant ne s’intéressait pas aux réactions de l’assistance.
- Vous savez qu’il y a eu un meurtre ? demandait-il à madame Trelawney. Horrible ce qui se passe par ici, horrible !
- Monsieur, répondit d’une voix aigüe la professeure, vous brisez ma concentration, la divination est un art ! Une essence ! Tout le monde ne peut pas venir ici comme il le souhaite, il faut être ouvert et imprégné !
Ses grandes lunettes rondes ne couvraient pas son indignation d’être ainsi dérangé, son index s’était vu pointer le ciel pour marquer sa colère. Pourtant, le petit lieutenant avait réponse à tout.
- Vous avez mes excuses, madame, toutes mes excuses ! Vous voyez, je ne faisais que passer dans le couloir quand j’ai vu cette échelle et ma femme, bénie soit-elle, me dit toujours que j’ai besoin d’exercice. Cette échelle, c’était l’occasion de perdre quelques calories, savez. Maintenant, vous me voyez curieux, ma femme, elle dit aussi que le futur est tracé, vous n’auriez pas pu anticiper la mort de ce jeune homme, par exemple ?
- Le futur ne montre que ce qu’il souhaite, ce n’est pas à nous de lui dicter ses règles ! Cependant, il m’a bien montré quelque chose, oui.
La professeure se voyait ravie d’avoir de l’attention, ainsi, la crédibilité que le lieutenant lui donnait était une reconnaissance inattendue. Peu à peu, la contrariété s’effaçait pour une grimace de satisfaction alors qu’elle se mettait à raconter.
- Le destin, s’il est capricieux, m’a dit que le verre était miroir du crime, qu’une plume s’était posé pour la renaissance qui n’interviendrait jamais. Le destin est rarement explicite, il se pare de sensibilité et de …
Le lieutenant en avait eu assez, il leva les mains jointes pour remercier Trelawney.
- Vous m’avez-là, madame, donné plus que nécessaire. Je le dirai à ma femme, combien c’est impressionnant. Vous m’avez convaincu, il n’y a rien à dire. Je m’excuse encore de vous avoir dérangé, je m’éclipse aussitôt !
Ce qu’il fit sans tarder.


Harry était prêt à s’envoler, bâton entre les jambes, ravi de pouvoir faire son exercice de Quidditch. La compétition reprendrait bientôt et il serait encore attrapeur pour les Gryffondor cette année, comme son père défunt avant lui.
Prêt à s’élancer avec son équipe, le pied droit replié dans l’attente de la poussée, une voix caractéristique vint interrompre tout le processus.
- Lieutenant Columbo ! Excusez-moi jeunes gens, je passais dans le coin, je cherchais des fleurs pour ma femme, des violettes, pour excuser mon retard, vous comprendrez quand vous serez mariés. 
Il adressa à tous un clin d’œil complice.
- Je disais, je passais dans le coin et n’ai pas pu m’empêcher de voir ces étranges choses. Ce sont des balais, c’est bien ça ?
Le capitaine de l’équipe, Olivier Dubois, était ravi de l’attention de l’étranger.
- Oui, ce sont des Nimbus ! Notre équipe n’a peut-être pas les meilleurs, mais nous visons la victoire par nos capacités plus que par nos équipements. Oh, et nous avons Potter avec un éclair de feu, c’est notre attrapeur.
Le lieutenant s’approcha du sorcier à la cicatrice pour inspecter le matériel. Il hocha un de ses sourcils en sortant un cigare.
- Impressionnant, très impressionnant ! Où l’avez-vous eu, Harry ? C’est une belle pièce que vous avez-là.
Harry prit le balai entre les mains pour le montrer au lieutenant qui, ravi, ne se fit pas prier pour le contempler.
- Une finition vraiment admirable, vous devez semer les dragons sur cet engin ! Ma femme a peur des dragons, je devrais lui en trouver un pour la rassurer, peut-être. Vous me conseilleriez quel échoppe pour en trouver un ? Il est vraiment magnifique.
Harry n’eut pas le temps de répondre, qu’Olivier prenait à nouveau la parole, alors que le lieutenant sortait un briquet de ses poches sans fond.
- Sam avait acheté le sien dans une boutique à Pré-au-lard, il devait rejoindre l’équipe avant … l’accident.
- Oh, Sam était un joueur de Quidditch ! Voilà qui est fort regrettable, il avait tout l’air d’un charmant garçon. Vraiment terrible, terrible, ce qui lui est arrivé ! Enfin, je ne vous dérange pas plus, je vous en prie.
Le lieutenant alluma son cigare dont il tira une épaisse bouffée, puis disparut dans les coursives de l’école.



Le banquet du soir avait commencé et la grande salle résonnait du plaisir des estomacs et des conversations. Les professeurs, à leur table personnelle, se voyaient accueillir le lieutenant Columbo qui leur donnait des nouvelles de sa femme. A la surprise générale, il se leva alors au milieu d’une phrase et plongea la pièce dans le silence.
- C’est un vrai plaisir d’être avec vous, annonçait-il de sa voix forte, surtout en pareilles circonstances ! Comme vous le savez, les choses sont parfois difficiles. Comme ma femme disait toujours, même les jaloux cachent leur plaisir lors du deuil. Parfois, je ne sais pas ce qu’elle veut dire, elle peut être d’un compliqué !
Harry voulut se lever de table, mais Ron le bloqua par l’épaule pour se saisir du jus de citrouille. Le lieutenant continuait son annonce avec indifférence, s’avançant entre les tables de Gryffondor et Serpentard.
- Pour autant, quelque chose me tracasse. Voyez-vous, un meurtre en pleine nuit, un seul témoin qui déclare n’avoir rien vu, quelque chose me dérange.
Il se trouvait maintenant à deux pas du groupe d’Harry, Ron et Hermione, qui s’étaient retournés pour le regarder.
- Hermione, vous qui passez tant de temps à la bibliothèque, peut-être savez-vous pourquoi les livres y sentent le mauvais cuir ? Il doit y avoir un problème d’humidité, j’y suis passé tout à l’heure et j’ai eu le problème chez moi. Le parchemin moisit parfois, c’est ma femme qui m’a reproché de ne pas prendre soin des ouvrages. Elle n’a pas tort, vous savez. Hermione, vous ne sauriez pas comment entretenir ma bibliothèque, par hasard ?
- Ceux de Poudlard sont en parfait état ! rétorqua l’intéressée. J’y étais l’autre jour avec Harry, il est parti avant moi. Il pourra vous le confirmer.
- Ah, Harry, vous y étiez l’autre jour ? Quel jour était-ce ? J’y suis allé aujourd’hui, peut-être le problème n’était pas présent à ce moment-là. Un problème de ce genre, dans une école, c’est à prendre au sérieux.
Harry commençait à transpirer. Par réflexe, sa main s’était posée sur sa baguette et il récapitulait les sorts à sa connaissance.
- C’était jeudi, je crois.
Hermione le contredisit aussitôt.
- Vendredi, le jour du meurtre ! C’est vrai qu’il y avait une odeur étrange. Vous pensez que les livres seront récupérables ?
Mais ce n’était pas ce qui préoccupait Harry.
 - Les livres se rachèteront, je ne vois pas le problème. » Ses lunettes rondes glissaient son nez alors que ses doigts se cramponnait à sa baguette, la plume de phénix à l’intérieur s’agitait. « C’est un repas en souvenir de Sam, nous ne devrions pas nous préoccuper de ce genre de choses.
- C’est vrai, concéda le lieutenant, vous avez tout à fait raison Harry.
Il se retourna et Harry poussa un soupir de soulagement. Alors, le lieutenant cessa son geste.
- Toutefois, quelque chose me chagrine, reprit-il. Ce pauvre Sam, justement, à qui tout réussissait. Saviez-vous qu’il devait rejoindre l’équipe de Quidditch, monsieur Potter ? Oui, vous deviez le savoir, un nouveau coéquipier est une chose importante. Ma femme me disait toujours …
Le lieutenant n’eut pas le temps de finir. Harry avait sorti sa baguette et, tremblant, commençait à la brandir en prononçant son sortilège.
- Adava keda…
Mais ce n’était plus une baguette qu’il tenait entre ses doigts, c’était un cigare. Le lieutenant leva les deux mains en l’air.
- Peut-être vouliez-vous du feu, monsieur Potter ? » Puis, plus gentiment. « Ou perdre la place d’attrapeur était inconcevable pour vous ? La chose dont vous saviez votre père fier au-delà de la mort. »


Ses larmes n’y firent rien, Harry Potter prit la route d’Azkaban, vaincu par Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom-de-sa-femme.

« Modifié: 23 juillet 2017 à 13:24:09 par GameMaster »
"Le futur aussi. Le futur arrive sans cesse. Il est là sinueux, plein de possibilités et pourtant si limité ! Le présent le déstructure, le détruit petit à petit, puis il l’avale et le recrache en passé. "

N'hésitez pas !
https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=36823.msg584100#msg584100

Hors ligne Chouc

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 670
  • Funambule atrabilaire
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #1 le: 22 juillet 2017 à 14:33:38 »
Bonjour !

Colombo à l'école des sorciers  :D Ca va créer des mouvements de foule du côté d'Azkaban !
Bravo pour ce bel exercice de style. Des petites longueurs ici et là, quelques coquilles ici, notamment la bouchée de cigare qui me semble une bien mauvaise idée  :D mais c'est globalement réussi, et j'aime beaucoup la conclusion  ^^

Merci pour ta participation ! A bientôt.
Je n'ai plus la flamme, mais il me reste les braises.

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 492
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #2 le: 22 juillet 2017 à 16:07:39 »


« Peut-être vouliez-vous du feu, monsieur Potter ? »

 :D C'est super bien mené, on s'y croirait.
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 165
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #3 le: 22 juillet 2017 à 20:47:53 »
Salut !

Sympa d'envoyer Colombo à Poudlard :)

Y a de bons passages et notre cher inspecteur est fidèle à lui-même (peut-être insistes-tu un poil trop sur sa femme ^^), le mobile est bien là, par contre j'ai pas capté les preuves de Colombo et la raison pour laquelle Harry se trahit.

Merci pour la lecture,

Rémi
Oh oui youpi ! Dansons la Carioca !

Hors ligne Kanimp

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 952
  • mangeur de pop corn
    • page perso
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #4 le: 23 juillet 2017 à 09:14:29 »
Je n’ai pas l’intention de corriger le texte.
Mais il y a un bug dans cette phrase et c’est la première du texte. C’est dommage.

Citer
Dumbledore agitait sa longue barbe, aucun nœud ne venait troublait cette épaisse cascade qui s’écoulait de ses joues.

Moi j’ai bien aime le « dans les entrailles du château ».

J’ai bien reconnu le lieutenant Colombo. C’est juste dommage que je savais qu’Harry état le meurtrier car il a planifié son alibi. Mais comme Remi, je n’ai pas compris comment le Lieutenant l’a découvert.

Intéressé par Star Citizen. Utilisez le code STAR-6JJV-BSWP pour obtenir 5000 UEC.

Hors ligne Elk

  • Chaton Messager
  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 193
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #5 le: 25 juillet 2017 à 18:54:54 »
Salut !
Il y a des éléments sympas dans cette visite de Poudlard vu par l’inspecteur Columbo, mais j’aurais bien aimé une chute plus surprenante ^^.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Autre chose, le rythme des phrases m’a souvent gênée dans la lecture : les phrases sont souvent longues avec un peu trop de virgules à mon goût, et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de Aussi/Alors/Puis/Une nouvelle fois/Pourtant/Peu à peu… en début de phrase qui alourdissent les tournures sans forcément apporter beaucoup d’informations :)

Merci pour la lecture !
Membre du comité de soutien pour la mutation de Zagreos en Za'gros Cheveux

En ligne Za'gros Cheveux

  • Ex Zagreos
  • Chaton Messager
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 833
  • Octogorneau à poil ras
    • Ma page perso
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #6 le: 29 juillet 2017 à 22:37:52 »
Salut !
Bon, je vais faire mon fanboy et te dire que les moldus ne peuvent pas voir Poudlard et que les différentes maisons n'ont pas cours ensemble généralement (et puis caser Luna était pas si nécessaire).
La fin est inattendue, mais c'est chouette que tu ai pris cette liberté ^^ Tu aurais peut-être faire des clins d'œil plus discrets à l'univers d'HP, et ça fait toujours bizarre de voir Poudlard se mouvoir hors de la plume de J.K Rowling.
Enfin le texte est marrant, merci pour cette lecture :)

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 848
  • Prout
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #7 le: 30 juillet 2017 à 23:03:01 »
Yo !

Citer

Harry était prêt à s’envoler, bâton entre les jambes, ravi de pouvoir faire son exercice de Quidditch. La compétition reprendrait bientôt et il serait encore attrapeur pour les Gryffondor cette année, comme son père défunt avant lui.

Je suis quasiment sûr que le père de Harry n'était pas attrapeur.

Citer
Ses larmes n’y firent rien, Harry Potter prit la route d’Azkaban, vaincu par Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom-de-sa-femme.

Mélol.
C'est bien mené j'ai trouvé ! L'entrée était peut-être un peu laborieuse, et on se doute du dénouement dès le début, mais la démarche et la façon de la raconter sont intéressantes.
Merci pour le texte.



Citer
Bon, je vais faire mon fanboy et te dire que les moldus ne peuvent pas voir Poudlard et que les différentes maisons n'ont pas cours ensemble généralement (et puis caser Luna était pas si nécessaire).

Et surtout, zont pas du tout le même âge donc iels peuvent pas être ensemble en cours.

"We think you're dumb and we hate you too"
Alestorm

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne JigoKu Kokoro

  • Prophète
  • Messages: 692
  • Quiche fourréé aux flood
Re : [FF9] La haute colombe
« Réponse #8 le: 03 août 2017 à 12:42:54 »
Ah ben encore mieux ! Voilà HP en meurtrier et Columbo qui s'incruste  :D

Décidément les croisements et idée farfelue sortent de tout bord  :D

Mettre HP en coupable, ce qui était un évidence car n'oublions pas qu'avec Columbo on connaît déjà le coupable avant  :huhu:, c'est une bonne idée. J'aime bien qu'on torde un peu le cou aux standard et ose des choses différentes.  Ça j'aime bien  ^^

Balancer Columbo au milieu de Poudlard c'était une chouette idée mais je dois admettre que j'ai eu parfois un peu de mal à retrouver Columbo. Il y a effectivement ces tonnes de questions, ses insistances à rappeler ses interlocuteurs au moment ils croient en être débarrassé mais le coté comique de certaines réplique sonne un peu faux. Je ne saurait dire pourquoi mais ce Columbo là il sonne moins bien.  :\? Il en va de même pour son entrée en lice dans l'histoire ou aucun professeur ne réagit vraiment à son arrivée ni son squattage. Il y a ça et là  un manque là aussi. Il y avait fort à faire avec le caractère des interlocuteurs pour réellement interagir avec l'homme à l'imperméable et je pense que c'est ça qu'il me manque.  :)

Après la lecture est agréable et l'histoire se lit tranquillement, je suis aller au bout sans problème  :)

Je plussoie Loic sur le "Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom-de-sa-femme" j'étais   :viviane:
Ningen soto, bakemono naka...."Irrécupérablement vôtre"
"L'amour et la haine sont les deux faces d'une même pièce qu'il est bien trop aisé de retourner..." - JK

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.064 secondes avec 19 requêtes.