Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

09 décembre 2021 à 05:08:25
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » L'Atelier » Implicite et discernement

Auteur Sujet: Implicite et discernement  (Lu 3902 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 533
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Implicite et discernement
« le: 02 juin 2019 à 21:54:39 »
Bonjour tout le monde,

Beaucoup de récits bénéficient d'une part d'implicite (soit pour maintenir un certain mystère, soit pour alimenter la curiosité).

Avez-vous des méthodes pour faire la part des choses entre ce qui pourrait s'apparenter à une incohérence et ce qui est plutôt de l'ordre du sous-entendu ou du non dit ?

Comment encourager lectrice & lecteur à faire le discernement entre ce qui est voulu avec subtilité et ce qui est de l'ordre de l'erreur ou de la maladresse ?

Est-ce que ça vous arrive parfois d'avoir des difficultés à faire passer un message à caractère implicite dans un récit ? Dans ce cas avez-vous des méthodes pour surmonter l'obstacle et faire passer le message par détours ?

Merci à l'avance à celles & ceux que le sujet intéresseraient. ^^
« Modifié: 02 juin 2019 à 23:38:38 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Marcel Dorcel

  • Calliopéen
  • Messages: 435
Re : Implicite et discernement
« Réponse #1 le: 03 juin 2019 à 05:28:00 »
Bonjour ! :)

En fait, supprimer totalement le verbe Être de toutes les phrases me semble une bonne piste. :mrgreen:

Trêve de plaisanterie, le plus souvent quand j'écris, je ne cherche ni à suggérer ni à expliciter. L'écriture (mon écriture) n'a pas un but précis, comme de laisser le lecteur dans l'attente, lui faire peur, l'exaspérer...que sais-je encore, les exemples ne manquent pas. J'essaie au mieux quand cela fonctionne d'expliquer ce qui se passe dans ma tête et le monde autour tel que je l'aperçois, le considère. S'il y a un but, alors il serait uniquement d'un point de vue formel dans le sens où je suis quelqu'un de naïf, de primaire, de pervers.

La recherche constante d'une pureté immatérielle, esthétique ou morale, je ne saurais le dire, me pousse à dire que le langage prime sur toute chose.

Autant le reconnaître et l'admettre, un auteur comme Balzac me laisse totalement à l'extérieur. "Impliciter ", expliciter, sont des termes qui ne conviennent pas dans le sens ou au final, malgré mes efforts permanents à contraindre la langue, c'est elle qui prend le dessus et m'impose ses contraintes.

Donc voilà globalement une réponse qui ne risque pas beaucoup de faire avancer ce débat... ;D
 
Un imbécile ne s'ennuie jamais il se contemple
De Gourmont

Tout dire ou se taire
J Green

 Croyez-vous que je me sois donné la peine de me lever tous les jours de ma vie à quatre heures du matin pour penser comme tout le monde 
J Hardouin

Tout ce qui est atteint est détruit
Montherlant

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 533
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Implicite et discernement
« Réponse #2 le: 03 juin 2019 à 11:40:12 »
Bonjour Marcel Dorcel,

Merci pour ton gentil passage, j'espère que tu trouves de quoi prendre plaisir à échanger avec les membres par ici, et que tu trouves de quoi t'apaiser dans les discussions, c'est important.

En ce qui concerne les méthodes relatives à l'implicite dans un texte, comment faire en sorte que ça n'ait pas l'air d'une maladresse ? je suis toujours intéressé par le sujet, techniques ou moyens du sous-entendu m'intéressent, à développer si le sujet vous intéresse également.
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 087
  • 💡
    • frreee
Re : Implicite et discernement
« Réponse #3 le: 03 juin 2019 à 11:54:05 »
Salut Alan !

Excuse, je sors à peine d'une réflexion sur le second degré, que tu peux d'ailleurs retrouver sur le fofo... et je vois qu'on a eu comme un éclair de synchronicité autour des limites du langage !

Sans parler méthode ou technique, un terme dont la définition peut se révéler en elle-même assez indicatrice pour d'éventuelles réponses à ton questionnement :

Circonlocution !
Sais-tu ce dont il s'agit là ?

Au plaisir, et en espérant d'inspirer !
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 533
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Implicite et discernement
« Réponse #4 le: 03 juin 2019 à 12:31:07 »
Bonjour Dot Quote,

Je suis allé voir dans mon dictionnaire ce que signifiait ce mot, je ne l'avais jamais lu auparavant (ou alors j'ai oublié... mais si c'est cela, ma mémoire me joue des tours !).

définition Circonlocution : Détours de langage qui, en évitant les termes précis, visent à masquer la pensée ou à adoucir ce que l'on veut dire.


J'ai l'impression que nous discutons tellement que nous en finissons par chercher dans les mêmes idées les mêmes sujets. :D

Alors, ça m'invite à évoquer un élément du discernement que je m'étais fait à moi-même : une distinction entre l'ambiguïté et l'implicite. Pour moi, le caractère du message ambigu n'est pas assumé, il est sous-entendu dans le sens qui ne serait pas assumé, tandis que l'implicite serait plutôt le caractère de « ce qui va de soi » qui est assumé et considéré comme quelque chose de naturel.

Si je voulais faire la distinction entre les deux, je dirais que l'ambiguïté serait d'essayer de soulever un sujet supposé, d'en laisser soupçonner l'existence, tandis que l'implicite ferait partie des choses qui seraient dores et déjà intuitivement reconnues et qui n'ont pas besoin d'être rappelées (la frontière est mince).

En ce moment, dans mes écrits, j'essaie beaucoup de trouver des mots auxquels on associe une grande quantité de traits et de particularités pour ne pas avoir à répéter cinquante fois quelque chose d'intuitif qui serait naturellement reconnu comme lié au mot que j'emploie ; mais en fait, l'implicite ne fonctionne pas toujours, et il arrive que le sens naturel que j'accorde à un mot ne soit pas reconnu comme ayant tel ou tel caractère.

Bref, tout ça pour dire que je m'intéresse aux moyens de faire en sorte que l'implicite n'ait pas l'air d'une maladresse et qu'il soit assimilé à la structure de mon récit.

En voici beaucoup, déjà, dans un premier temps ! ^^
« Modifié: 03 juin 2019 à 12:35:38 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 087
  • 💡
    • frreee
Re : Implicite et discernement
« Réponse #5 le: 13 mars 2020 à 13:58:26 »
Alan, je te prie de m'excuser pour mon abandon totalement amnésique de cette portion de raison incarnée que je m'étais proposé de t'aider à construire...

j'y reviens par un ressort inattendu, et j'ai envie de relancer, peut-être avec un regard plus reculé ?

pour reprendre juste les mots bien choisis de ton titre de ce que je me figure d'une problématique, eh bien je crois dans l'instant que, articulant volonté à involontaire, conscient ou inconscient, le tout compris dans la formulation floue 'faire exprès' ; en tant qu'artiste du langage, le propos de l'implicite et du discernement m'apparait comme cette bougie de Descartes : jusqu'où est-ce de la cire fondue, une mèche, une flamme, lorsque le touti a trop trainé au chaud ? retient-on une idée ou son objet, dans le cas du langage c'est délicat...
je dirais personnellement que j'essaye de dire des choses, que les gens en interprètent, et que des deux ce qui se rejoint est nommé l'explicite... est-on d'accord ?
par opposé, l'implicite serait soit ce que je n'ai pas voulu dire, soit ce que je n'ai pas pensé à dire, toujours dans ces directions que sont la volonté et la conscience, je crois dirigeant principalement la liberté artistique telle que je me la conçois, ce qui vaut donc pour témoignage pluss que comme affirmation universelle...
et de l'autre côté du miroir, le discernement du lecteur, est-il touchant une erreur ou une justesse, de quel part du contenu des propos de l'écrivain ?
le fait est qu'il y a un flux certain axiologique (porteur de sens), entre écrit et lu, et que volonté et conscience ne visent qu'à défaut de pouvoir effectuer le 100%-accuracy, à s'en approcher...

ensuite, pour essayer de te répondre :
je lis dans ton propos la distinction que moi je formulerais, en ces termes : la dose de crédibilité autorisée de ton propos... en gros tu questionnes j'ai l'impression, le côté normé d'un discours, dans ce qu'il aurait de lien avec sa fluidité de compréhension,et j'avoue que je pense du coup, comme c'est toi qui en parle, que tu as déjà répondu un peu mieux que moi à ces questions que pourtant j'ai l'impression de rejoindre...

d'où qu'une tienne précision m'intrigue, comme souvent !

bien à toi, et encore désolé pour le retard !
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 087
  • 💡
    • frreee
Re : Implicite et discernement
« Réponse #6 le: 04 avril 2021 à 17:16:52 »
wow désolé j'ai eu une idée j'ai pensé à ce fil, et du coup ça va double-nécro-post ! attention j'suis limite guillotinable c'est tant outrageant !

huhu, nan j'réflexionnais et j'crois comme d'hab on est dans une des nombreuses dichotomies de l'univers... en philo ils nous ont dit y'a pas de recette mieux dans l'une que dans l'autre : la thèse explicite au début, ou pas ? bin là ouais t'as deux écoles, comme pour tout problème dichotomique donc : oui ou non...

pis c'est là qu'on devient non-binaire, quand on commence à piger que c'pas l'ontologie du tuc qui doit être pensée au delà des chiffres, mais bien tout le reste !

- expliciter sa thèse au début, c'est le risque entre autres, de décourage le pas-d'accord ; tu poses ton truc y'a pas encore les arguments, si c'est un bon stéréotype qui reste dans ses apriori, il va pas plus loin ; par contre l'avantage c'est que tu convaincs celui qui est déjà à moitié convaincu : il te lit, ça résonne à son intuition et t'as juste à rajouter ta raison par l'argumentaire

- à l'inverse, la jouer poli et correct, ça laisse sur le tard tous les fumeux de la réflexion qui voient pas où tu veux en venir, mais tu happes ceux qui vont suivre les étapes de ton raisonnement

chacun sa stratégie, pis après on peut articuler d'autres binarités
- thèse explicite ou pas, en fin ou en début ?
- compter sur l'intelligence d'autrui, est-ce dénigrer la valeur du travail de formulation ou y a-t-il double sens ?

pis après ça c'est que pour la philo et le travail de raison
mais pour ce qui est de l'émotion, effectivement tout le travail de suggestion est une binarité qu'il faut savoir préhender... que dire que ne pas dire ? moi à cette question je crois que je travaille l'évidence : quand c'est trop gros faut pas le dire, quand c'est banal faut le rendre explicitement jouli... c'est là tout le confort des pincettes de notre boite de pandore : on aime ni le vrai trop brut, ni l'hypocrite trop mesuré

bon heu j'ai l'impression d'apporter une réflexion neutre, comme toujours, mais je paranoïse toujours aussi, de plus en plus, sur ce qui est perçu de mes manifestations...

si c'est du flood va falloir m'expliquer en quoi je raconte rien, parce que pour moi y'a du contenu axiologique...
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.022 secondes avec 19 requêtes.