Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

04 août 2021 à 08:26:20
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » Aventures au long cours » Carnets de bord » Hypertrophie des Orchidées

Auteur Sujet: Hypertrophie des Orchidées  (Lu 57678 fois)

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 026
  • Homme incertain.
Re : h2o
« Réponse #450 le: 31 mai 2021 à 21:47:14 »
D'abord, mon tempérament me pousse vraiment rarement à m'énerver.

Ensuite, je ne choisis aucun camp. Tu as tort d'essayer de me pousser dans l'un.

Je comprends bien ce que tu évoques, et je reconnais qu'il reste beaucoup à faire paradoxalement pour parvenir à une égalité entre papas et mamans pour les droits de garde des enfants.

Mais ce qui me gênait, c'est qu'à la base tu partes d'un postulat biaisé pour introduire ton propos.
« Modifié: 31 mai 2021 à 21:49:23 par gage »
L'été, je te ferai de l'ombre, on boira du silence...

Jacques Brel

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
Re : h2o
« Réponse #451 le: 31 mai 2021 à 21:58:22 »
Heu... Dac ?
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
glone
« Réponse #452 le: 01 juin 2021 à 09:03:58 »
GLONE : terme-valise utilisé en plusieurs contextes étymologiques incidents, sous forme de pluridistinction conceptuelle par rassemblement d'axiologies déterminées

1. Enfant de Lyon avec ou non distinction de genre.
"Gone" est le terme, le jeu de mot est l'introduction à ce qui se questionne h2o en termes d'achèvement biologique temporel...
expl : "Azouz Begag leur en dresserait un portrait titre qui détermine que cette phrase sorte de son utilité et ne cite le mot qu'elle est censée citer, au profit d'une référence tacite qui, elle, le fait..."
synonymme approximatifs : gamin, marmot, marmaille, etc

2. Fruit de la reproduction non à l'identique de deux individus.
"Clone" est le terme, du C mécanique ou chimique, on passe au G organique, gonadique, pour faire un individu
expl : "mon partenaire de glone et moi-même l'amenions à l'école, lorsque l'univers frémit"
synonymes approximatifs : enfant, fils ou fille, descendance, famille, etc

3. Solitaire e-cônique, ce qui reste de soi dans chaque couple.
"Alone" et le terme, tout seul, il n'est pas la solitude, il l'a ; et on en est tous un petit peu, tant qu'on ne s'aliène pas auprès d'autrui
expl : "plus le glone est grand, plus je suis moi sans, c'est-à-dire auprès de toi"
synonymes approximatifs : mon jardin perso, intimité individuelle, personnalité, singularité, etc

4. Sujet de la glose des h2o en large et vaste.
"Glose" est le terme, l'échange de propos, alors, la glone est tout naturellement ce sujet qu'on sait pas trop, 'fin moi en tout cas, pas trop du tout, ce que c'est...
expl : "glonons légèrement, voulez-vous ? je me sens d'humeur à aborder la question"
synonymes approximatifs : parler de, sexe, cul, genre, bio, etc



yo heu alors gage, j'ai pas su comment réagir parce que quand même je savais plus où j'en étais, alors là avec le recul j'espère tu me pardonneras mon vide substanciel d'hier, que je ne sais toujours pas trop comment remplir à nouveau à vrai dire, car je me sens un peu comme si j'avais écrit 30 pages sans me fouler trop c'est vrai mais avec un effort de maintien des directions qui nécessite et me demande de l'implication... et toi t'arrives là juste sur un moment de désaccointance temporelle (qu'on peut m'imputer c'est vrai, mais franchement c'est si symbolique que ça qu'on s'offusque pour ça ? de la responsabilité d'avoir eu un propos nuancé sur la parenté le jour où elle n'est pas si unitaire que ça, bon) t'arrives et tu me dis quoi ? que mon postulat est biaisé pour introduire mon propos... hmm blupill, tu me dis pas en quoi, juste tu viens et gratuitement hop, 'j'suis pas d'accord mais t'avanceras pas car je te dis rien"... bon, je cherche lexicalement le "postulat" h2o, alors, déjà, merci de m'avoir suivi si tu es sincère, c'est gentil car c'était qmm pas clair à suivre, il est sur le sujet de référence à ce fil, le fil bibliothéqué ici, et n'est même pas de 'moi', donc je prends ta mesure étrangement en me demandant qmm si tu m'associes aussi noblement à ces formules, ou si tu te fous de ma gueule en postulant sur un postulat que tu hallucines depuis tes propres conceptions personnelles, bref donc, le le colle ici :

Citer
"On l'aura compris, le postulat retenu est la variation culturelle des formes de vie amoureuse. Loin de chercher comme maints auteurs s'y sont essayés au cours de l'histoire, de définir le vrai amour, ou l'amour pur, nous proposons au lecteur de cheminer patiemment au travers des constructions sociales successives de l'amour, afin de repérer les influences sur les façons contemporaines d'aimer."

donc c'est bien çui-ci que t'es pas d'accord ?
si t'as le gout de développer, je serai ravi, sinon moi je le garde pour moi du coup



voilà, pis sinon c'était pour le rien, ce mot de début en valise, j'avais envie de faire du dédrama ici et j'ai pondu ça, pis après je me suis souvenu de que comment ça se laissait vivoter, donc j'ai brodé...

voilou pour la note du carnet h2o
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
le truc
« Réponse #453 le: 03 juin 2021 à 18:06:04 »

le truc
#en gros #philomorphie #tentative de formule #sur les incidences du trucs

du corps à la psyché sociale

bin tiens, ça me semble presque clair d'approximation foireuse, face au monumentesque truc, vais essayer :

en tant que satisfaction physique, l'accomplissement du sexe se voit déterminé par les reponsables de son advention, les singularités individuelles, et en ce est à la fois la manifestation et sa mécanique, du mouvement de partage d'un élément qui n'est ni bien ni service, pas produit, mais qui relève pourtant d'une causalité incidente en matière de société ; en ce, l'accomplissement du sexe se révèle en tant que régulateur de la donnée sexuale, nommons ainsi ce qui se demande, s'offre et s'échange en matière de sexuation, qu'il s'agisse d'un acte reproducteur en soi, l'échelle prise par son bout primaire car généalogique,  ou sur l'autre bout, l'avenir conceptuel de la psychologie de nos rapprorts ; en effet, j'imagine ici que du plus infime flirt asexuel et platonique, à l'éjac faciale la plus orgiaque du monde, ce qui s'échange, s'échange et n'est pas rien, donc, c'est quantifiable probablement, existe donc, par effet, et surtout, met en place une symbolique des effets en découlant, certains rapports humains qui se voient par ailleurs mais ce n'est pas rien non plus, extrêmement envahis par cette dite donnée, qui de mon sens, ne s'avoue pas en tant que phénomène social... oui

là où je veux en venir avec un problème ? eh bien le sexe est "illégal" à mon sens métaphysique, et c'est un gros problème que les dérives qui découlent de cette non-science de la sexuation, car alors les réseaux d'influence sur ce secteur ne sont pas normés par la prescription rationnelle, mais alors uniquement par ce qui peut se faire sur le plan descriptif qui justement n'est pas régulé dans sa statistique informative ; en gros ? on sait pas ce qu'on fait, à part ptetr nos pires conneries parce que y'en a qui gueulent ; sinon c'est potin chut chut pas freud !

une solution ? pas vraiment... j'avoue que là où je rejoins Milora probablement qui se révulsait à l'idée d'une doubles, certes, institution, une double institution je trouvais ça bien mais c'est l'institution qui peut faire peur, car oui, si on se retrouve dans un gattaca de délire, là on peut dire au revoir à pas mal de trucs cools et c'est pas optimum ; j'ai fait un texte, bon, pour une pseudo-solution, ou une manière de penser le truc, bon je le retrouve pas mais c'était un peu lui ou presque, avec du double argent, mais ça vaut ce que ça vaut comme idée, un chiffrage dichotomique...

bon pis l'idée, c'était je crois d'insister sur le fait que ça me semble balbutiant tout ce léviathan, mais que y'a moyen qu'il grandisse bien j'pense, l'être social sexual terrien, si on le réveille un peu gentiment...



post-edit :

note 1 : je pars de la certitude "physique"* sur la sexualité : à tous les romantiques qui arriveraient avec leur lacet genre 'ouais mais c'est pas que ça !' oui... j'essaye de faire les liens de l'un à l'autre de la dichotomie, c'est déjà assez compelxe commme ça y'a pas besoin de mauvaise foi ou d'aveuglitude !

note 2 : le mot du texte "satisfaction"* renvoie à la poursuite active de résolution de ce qui s'appelle le désir, sans jamais trop etre questionné ailleurs que... je sais pas ; bref, satisfaction, c'est la donnée psychique de réalisation de l'objectif, quel qu'il soit, c'est pas rien pour l'âme...

note 3 : je pars donc de la certitude physique, pour aller jusqu'à la certitude métaphysique, ou du moins son déploiement : tout ce qui se fait d'impalpable part du constat phéno qu'on palpe un truc, qmm, et donc, en tant que l'esprit s'articule par léviathan, la société d'individus manifestant leurs singularités entre elless... bref

note 4 : l'idée que j'ai aps tant bien formulé que ça, je retente, c'était de réguler la justice, bien évidemment ; et je croiss qu'en ce sens, je luttais pour un truc qui m'apparait un peu nouvellement dans la nécessité dudit être social dont on verra bien assez tôt le bout du nez, eh bien, c'est oui, cette émancipation vis-à-vis du doing gender, en ce qui concerne la sexuation ; et ce, se fait par conscience partagée, comme nous commençons doucement depuis des millénaires, face à la complexité du truc !

note 5 : où veux-je en venir avec le terme "illégal" ? métaphysique... l'évitement freudien est dépassable pour moi, une 'psychosexologue' me l'a révelé avec assez de lucidité et de pincettes pour mon égo négateur, pas plus tard que ce matin ce qui n'est ptetr pas étranger à toute cette histoire ; d'un point de vue pratique, c'est le genre de trucs qui fait que y'a pas de dérives aveugles type 'bah j'avais pas vu que je la harcellais elle aurait pu crier plus fort quand je lui ai mis mon opinel'... dsl c'est cru mais heu...

note 6 : oui l'un des points que je soutiens ici avec un peu vous qui lisez du créative commons, du libre et public, du total par moi, c'est que avec de la transparence, on voit souvent par empathie notamment, des problèmes que le silence ne solutionne pas car perdant la compréhension ; et la formulation des choses difficiles n'est qu'un muscle que nos individus méritent que le léviathan le muscle un peu...

y'a des trucs
« Modifié: 03 juin 2021 à 18:32:54 par Dot Quote »
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
me touche pas
« Réponse #454 le: 13 juin 2021 à 18:15:40 »

me touche pas
#heu un peu la honte #témoiréflexion #sentiment étrange #non-consentement

.1
y'a un truc qui visiblement est étrange de tous les côtés en ce qui concerne le non-consentement... lorsqu'on te pose la question, presque outré, révolté, te repprochant : 'mais pourquoi tu l'as pas dit plus tôt' ; alors je vais faire court, c'est probabement ce qu'on appelle la pudeur, en lien avec une dignité corporelle, en lien avec une douleur du plaisir, en lien avec la confiance qu'on perd envers autrui, en lien avec... tout un tas de trucs ; le gens te dit ça normal, bin ouais, tu te fais voler ta carte d'identité tu vas à la police, on te pète ton ordi tu portes plaintes, demandes un remboursement, mais par exemple... on te file une gauche dans l'arcade peut-être que t'as plus de mal à aller te plaindre, quoi, de peur d'un truc ? les représailles ? bin en tout cas pour le fait de croire que tu vas crever, le fait de te sentir totalement démuni face à ce qui avouons-le pose un sérieux problème social quoi qu'on se satisfasse de nos petits orgasmes peu sérieux, le fait de perdre toute notion de partage confiant en ce qui se fait d'humainement partagé par biologie de l'extase, j'crois les victimes de désaccointances sexuelles ne peuvent pas se sentir bien quand on les incrimine d'avoir gardé le silence... déjà une femme, ce doit être difficile, même avec tout l'antécédent historique de féminisme, de se voir repprocher d'être traumatisé, car en gros c'est ça hein, pour ceux qui sont encore à espérer se faire violer, regardez juste votre autonomie socio-sexuelle, vous verrez que y'a un truc qui va pas... mais alors par dédouanement miroir, le fait que même en France il ait fallu 2018 pour que les hommes victimes puissent appeler un numéro non pas pour résoudre les injustices, mais au moins pour se sentir écouté, ça me montre, moi, que y'a un truc qu'on a pas pigé, et en vrai j'crois on est tous dans le même bateau, en différent...

.2
je veux pas passer pour un homophobe et encore moins pour un misandre, mais en tant que je remarque à peine quand on a une approche intentionnée auprès de moi, my zkz bad, je remarque d'après expérience personnelle que en tant qu'homme je me suis permis des trucs qui, maintenant que je les remarque un peu depuis d'autres hommes, que y'a un truc étrange avec la zone personnelle, une sorte d'aura, comme qui dirait, notre espace vital ? sexuel ? eh bien que de manière général, les hommes se permettent, donc, des trucs qu'ils ne se rendent pas compte que ça peut être extrêmement oppressant ; peu de femmes avoueront et c'est normal, que même une main sur une épaule, même quelques centimètres de proximité lors d'un échange, peuvent se révéler terriblement anxiogène en ce qui concerne le confort personnel en présentiel d'autrui ; combien de fois ai-je approché ne serait-ce qu'un avant-bras, effleuré tout émoustillé un bout de peau... alors que lorsqu'en face ce n'est pas un désir réciproque, c'est franchement pire que désagréable !
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
gestuelles h2o
« Réponse #455 le: 28 juin 2021 à 23:05:52 »

gestuelles h2o
#positif #racontard #cinématiques #plasticité
bon heu j'ai laissé un peu tomber l'h2o ces temps, j'crois c'plus trop un combat pour moi : trop complexe... ce serait donc d'après rangement, un petit carnet, comme quoi j'ai laissé une trace, et surtout, comme quoi j'ai développé une réflexion qui vaut ce qu'elle vaut, mais voilà...


ouais donc bon, je profite un peu d'une accalmie pour dédramatiser le truc ; j'ai passé sept ans d'adolescence cloîtré si je puis dire, en institutions quasi non-mixtes, bon, j'ai pas croisé de filles, du coup je me dis que c'qmm tout un univers différent des garçons ; et puis vaÿ, on a tous nos cicatrices sur la question en vrai, donc au lieu de me plaindre que je trouve pas ou quoi, je vais suivre la voix de l'eau, et essayer de valoriser un peu le touti d'après tout le positif que je peux tirer de ces ontologies pratiques...



on a tous nos petits gestes, n'est-il ?

alors oui, y'a manson qui a un déhanché de femme ; oui il y a keny arkana qui parle comme un homme ; oui il y a des trucs on se demande vraiment ce que c'est comme truc inspiré par l'entre-jambe... mais au final ? bin moi j'admire une mèche rabattue en arrière d'un coup de tête, tout bonnement parce que mon léviathan terrien m'a inculqué que c'était par vécu, plus souvent des jolies blondes ou brunes qui effectuaient la motricité associé à cet effet de corps ; oui j'ai eu les cheveux longs comme une fille, mais j'avais pas le même panache charmeur, et même si d'autres jalousaient un peu la tenue de ma crinière, elles n'en étaient pas moins un brin plus féminines avec la leur que moi avec la mienne et pourtant... je n'avais pas de barbe !

d'ailleurs, mais donc : par exemple ce geste de se caresser soi-même les deux joues d'un revers main, de poing, de phalanges... c'est un truc masculin j'crois, typiquement et moins chez les imberbes ; non ? genre pour la pronation et la supination du coude, c'est pas du tout le même dèl, morphologiquement, d'un point de vue géométrie anatomique, que se prendre les machoires dans les paumes en faisant un bisou scandalisé au dédrama... mais j'ai déjà parlé du bisou !

alors un autre geste, ou pas ; la psychiatre à qui j'ai parlé de ma ratatine et de ma restructuration somatique associée en contre, m'a confié un couple de terme que je me dois d'aller retrouver ! àtoutsuit' ! heu bin en fait je retrouve pas, c'était ptetr une locution plutôt qu'un terme, une association de termes qui décrivait, donc, depuis mon souvenir, les processus sexués d'accumulation des graisses qui donnent, des formes aux catégories référentes qui les concernent ; un couple de termes incidents et proches : andromorphe et gynomorphe... alors oui, tout ceci reste humain en tant que représentant homme femme du masculin féminin, ce qui est réducteur et pourtant pas encore assez pris en compte je crois...

car d'histoire nous nous construisons, et justement c'est ainsi que le léviathan nous emporte...
ma petite théorie, pendant qu'on y est ? j'y reviens oui, un phénomène qui a joué à la défaveur d'une balance d'équilibre entre les orchidées : la station verticale ! se tenir debout, ça nous déséquilibre car :
- l'érection masculine trop visible ; désir imparable source de psycho-effets indésirables en situation de face-à-face un peu larsen avec...
- la chaleur féminine trop cachéee ; une stigmate du passé où l'on lorgnait les culs, ou plutôt la texture de ce qu'il y avait en dessous à l'époque, plus que...
- l'outil maternel comme dérive psycho-sexuelle ; les seins, c'est sensible à la reproduction oui ; mais on en a fait un truc qui dépassse le stade maternateur, pour en faire quelque chose de génital ; et en vrai selon moi c'est typiquement incestueux, même si j'adore les seins...

ouala une source du problème léviathanesque lié à la sexuation... j'pense

sinon, j'en reviens à une narration de ce qui m'émeut chez certains hommes et certaines femmes, en bien en mal, en eux en nous...

heu...

bin en fait non, c'tout ; je sors de la douche, je me suis caressé les joues et je m'étais dit, comme j'y faisais un peu en ce moment par je ne sais quel ressort d'automatisme, que du coup comme c'était devant le miroir en toute recherche de ma barbitude, que c'était un truc que les femmes faisaient moins, d'où que j'ai trouvé le proche opposé mais bien distinct par rotation du poignet en position externe ou interne, ce qui change tout en fait dans les muscles du bras, qui remonte jusqu'à l'épaule, et impacte donc les clavicules et omoplates, et là on est foutus ça attaque direct la lordose, la courbure du dos oui, et j'entre pas dans les détails de mes hallucinatoires perceptions du corps d'autrui, sinon en revenant sur le couple de termes qui définit la forme anatomique distincte entre homme et femme ; j'ai entendu un racontard, comme quoi les hommes ont un gros bide et les femmes un gros cul ; je suis sûr qu'on pourrait y associer des idées de répartitions des masses et des énergies en fonction de l'équilibre statique de chacun des concernés ; mais chuuuut



nan en vrai ouais, h2o en fait c'pas une lutte, un combat ou quoi ; comme stipulé presque dès le début, c't'une action... je glose du sujet, parce que j'aime gloser, que j'aime le sujet, que je me sens concerné impliqué toussa... pis bin voilà, c'est lancé

h2o
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
Denis Mukwege
« Réponse #456 le: 02 juillet 2021 à 16:30:51 »

Denis Mukwege
#sexe #article #monde #violence
pas de  philomorphie trpo profonde, juste un petit témoignage presque journalistique...


en 2018, saviez-vous qui a chopppé le prix nobel de la paix ? un gynécologue, ouioui...

moi je fais ce post parce que j'imaginais pas que y'avait des trucs encore plus horribles en vrai que ce qu'on peut s'imaginer quand on nous raconte ce qui est déjà vrai ; nan en matière d'h2o, je sais bien que mes petits problèmes pourraient se comparer à d'autres bien pires ; et ouais, du coup je vais un peu parler de ce que je viens de tomber sur face book à propos de

Denis Mukwege
https://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Mukwege

il est donc prix nobel de la paix 2018 pour ses efforts pour mettre fin à l'emploi des violences sexuelles en tant qu'arme de guerre... mais il est pas que ça, donc bin parce que c't'un gynéco, il a du empathiser quelques corps j'imagine, un médecin au plusieurs titres, mais également : chevalier de la légion d'honneur, plus haute distinction française, mais aussi le prix des droits de l'homme des nations unies, et pas mal de reconnaissances mondiales ou nationales ou d'autres juridictions, qui font que ce bonhomme a qmm de l'énergie à revendre pour la situation, alors voilà pourquoi il figure ici

bravo
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
réticences
« Réponse #457 le: 12 juillet 2021 à 19:40:29 »

réticences
#humour-amer #h2o #inversions en tous genres #non
à propos de machins de choses
une tite narration hêlant quelque..
je sais pas trop quoi de lold


nan mais t'façons les rôles sexuelles conventionnels, je vous l'ai dit c'est du bullshit, y'a pas de domination sexuale tirée de la sexuation c'est un non-sens d'y associer la sexualité et ses effets psychosocioanthropo-je-sais-pas-quoi, non, y'a des connards et c'est tout, on est pas des victimes c'est juste eux les bourreaux, on est pas des soumises c'est des cons de dominants qui ont rien compris à l'ego, non, on est pas des faibles c'est eux qui ont un pouvoir illégitime et puis c'est marre !

quoi ? je dépense son fric et je lui gueule dessus de l'avoir créé de toute pièce pour foutre la merde ? bin et alors, j'ai quoi comme choix moi ? il achète les autres mecs et au final moi si je lui dis que madame refuse sa masculoproutprout, bin il a tous ses copains achetés qui disent alors que c'est moi qu'ils veulent acheter ; et ils trouvent ça normal, qu'un homme désir une femme au point qu'il aille détruire l'univers parce que nous on est tout-de-même un peu plus sensibles, et leurs coustougnettes qui n'existent pas, ne valent aucun effort de compréhension comparé à notre cher clitovulve, non, car nous on se fait violer, par des déficients qui surpeuplent, et qui sont gonflés inexplicablement ce qui leur fait perdre toute raison morale ! hein ?

bin ouais, nous les femmes on sait se tenir ; on désire un truc ? non non non, pas moyen de le dire, pas moyen de le décider, on laisse béton, pis après ils viennent dire qu'on est frigides alors que c'est des gros lourdeaux qu'ont aucune sensibilité

vas te faire violer, sale macho, tu verras ce que c'est que la dignité, le combat millénaire pour des us que l'on renverse un peu trop rarement à l'équitable, bin oui on veut que t'arrêtes et parmis nous y'en a certaines qui ont pas compris qu'on se sert de référenciel l'un l'autre, et que tant que c'est les mecs qui violent, c'est que c'est les femmes qui violent pas ; ahah, 'sont mals les pauvres mâles, si rares, ceux qui se font détruire le sombral par une femme ; bin ouais nous on se venge sur les gosses, d'habitude, parce que on a l'espoir que si on leur tape assez dessus avec un amour légitime forcément par maternité, ils changeront ce monde... bin ouais

mais quoi ? l'autre connard que t'as tué à coup de POT, il ira pas se plaindre il est tout seul face à sa virilité défoncée, celle que tous les jours ont vient lui asséner sur la gueule, à l'inverse, il est violeur en droit, violé en fait, le pauvre mâle t'en as pas beaucoup mais je me dis depuis des millénaires, ça a dû laisser une trace dans le léviathan...

alors mesdames ? restez passives encore un peu, juste assez de moins en moins, et messieurs ? pfff en fait j'ai pas de conseils à vous donner, on est à l'ère de la liberté

juste, je me dis, y'a un truc avec le plaisir oui, le consentement oui, le genre toussa oui, mais... est-ce qu'on étudie assez le phénomène de réticence ? hein ? pourquoi les meufs comme moi déjà on arrive pas à choper nos fantasmes, mais en plus ils sont extrêmement rares ? pourquoi un mec est sexy en des sphères étranges ? nous les meufs, on sera que des objets sexuels tant qu'on ne sera pas des sujets, on est d'accord mesdames ? c'est dans cette liberté qu'au final les violeurs se cantonnent eux-mêmes, ils essaiment l'hypertrophie du désir masculin qui amenuit à l'atrophie le désir féminin, comment ? bin t'en connais beaucoup toi des femmes qui fantasment sur le fait que leur vie est au milieu de brutaux musqués qui sont tout injectés par leur testostérone ? hein ? tu vois de la place pour le désir de madame à se faire démotter l'aspireuse ? c'est imparable et pourtant invisible, il faut moi, la moche, vous dire ce qu'est la répulsion...

un mec qui me désire, c'est rare, et pourtant c'est tous des chiens, et du coup je me tape que des désespérés ; par contre ce que je vois, c'est le phénomène, rarissime du coup, d'un homme qui s'adresse à une femme sans arrière-pensée d'éventualité accointante derrière ! ouais... bin heu... tu veux savoir ? c'est eux que j'aime violer, moi, parce que le consentement, ils ont beau l'outre-passer sans conscience, bin quand c'est eux de l'autre côté, ils sont encore plus cons à la détente qu'une semi-féministe ; ouais

donc bin j'ai pigé, moi la go qui ressemble à un camion un peu masculin de bon-vivant ; je me rase pas tous les jours, je me coiffe à la wanagain, je me maquille pas, je fais de la muscu quand ça me chante, je change de slip quand y'en a un plus propre, je matte sans gêne parce que je m'en bats les reins de savoir s'il est gêné ou pas par mon envie de lui pécho le tube, voilà, j'suis un mec, mais en meuf, et je vois bien, j'suis coincée dans ce putain de léviathan, et j'dois dire...

c'est pas si mal

j'suis moi
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
s'en déçut dessous
« Réponse #458 le: 19 juillet 2021 à 16:55:41 »

s'en déçut en dessous
#deep #melting-quote #sombrals #déterminés...


1 : faïence brisée
ah bah voilà, c'cool parfois d'être dans notre époque, parce que l'intuition se valide vite par les chemins déjà empruntés par la science, en ce qui concerne ce qu'il y a à prouver de certitude...
à tous ceux que ça concerne, RIP, je m'adresse à votre sombral : 'salut ! bien ?'
Citer
Les études sur le cerveau des enfants sont pourtant parfaitement claires : ils ne sont pas en mesure de comprendre ce qui leur arrive dans le domaine sexuel. Si un enfant est envahi par le sexe trop jeune, il est prouvé que cela l’empêche de développer le contrôle de soi et la maturité.
source : source



2 : je sais que je ne sais rien...
en ptite note sur un truc qui m'apparait logique et pourtant invissible dans les discours surassurés qui m'entourent... oui l'époque a déjà changée depuis, mais qmm !
Citer
En préparant ce cours, Kinsey se rend compte de l'inexistence totale des recherches sur la sexualité. Les croyances courantes reposent sur des connaissances largement dépassées, qui n'ont aucune base scientifique. Dès lors, comment répondre à ses étudiants qui le harcèlent continuellement avec des questions comme: «Suis-je normal/e… de pratiquer les caresses orales, d'avoir des pensées homosexuelles, etc.?» J'ai constaté avec intérêt que près de soixante ans plus tard, ces mêmes questions sont celles que l'on me pose le plus souvent!
source : ssourcec



3 : des chiffres inutiles face à la psyché
un indicateur mesurable de 'satisfaction sexuelle'*, la fréquence des rapport est incidente, sans être absolue, et surtout comme est clairement dit ici, est une notion qui se réfléchit par le sujet, en tant qu'il s'identifie et se compare à autrui afin de positioner les objectifs qu'il se fixe pour le système de récompense sexuelle qui nous anime tous pour les désirs que nous leurs connaissons, ce fonctionnement que, nous avons de la chance d'y savoir, la science a déjà un peu théorisé...
Citer
En réalité, la question est de savoir s’il existe une fréquence idéale. Une équipe de chercheurs a décidé d’enquêter sur le sujet en déterminant dans quelle mesure la fréquence des rapports sexuels influençait le bien-être3. Ils sont parvenus à montrer que plus les rapports sexuels étaient fréquents, plus le bonheur rapporté était élevé. Mais ils ont également découverts que pour être vraiment satisfait de sa vie sexuelle, il faut avoir un peu plus de rapports que la moyenne.
source : source



4 : identité contre égalité, encore...
la naissance des qui proquos, des injustices, des misententes, provient des préjugés à la relation que chacun se figure, et là encore le léviathan existe, il y a des statistiques, ce qui ne veut pas dire qu'on est pas libres, juste que l'on est déterminés, et que c'est sympa de s'en rendre compte, d'en discuter, toussa...
Citer
Hommes et femmes continuent d’attribuer des significations différentes à la première expérience sexuelle. Les premiers voient plutôt l’initiation comme un apprentissage personnel et ne l’associent pas forcément à l’entrée dans une relation. Ils se déclarent plus rarement amoureux de leur première partenaire et une proportion élevée connaît son premier rapport sexuel avec une femme plus âgée. Les femmes, au contraire, l’envisagent comme le signe d’un engagement amoureux. Le premier partenaire est systématiquement plus âgé qu’elles, comme le sera le premier conjoint.
source : source
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
enquêtes (virgule)
« Réponse #459 le: 20 juillet 2021 à 17:40:01 »

enquêtes
#lost #virgule #sommes #enquêtes
un petit brouillon passé à la trappe
mais qui repope du coup


en 2008, après la première enquête nationale française, l'enquête Simon, et la deuxième, l'ASCF, une nouvelle étude scientifico-scientifique éclaire ce déterminisme qu'est le pays, pour tenter une vision de l'universel... Ce en la formule, vise explicitement et sans évitement, ce qui crêve les yeux sans percer l'abcès : y'a de l'h2o...

Citer
La question de l’asymétrie persistante en matière de sexualité entre femmes et hommes est un des thèmes centraux de l’ouvrage. Celle-ci est une des expressions des inégalités entre sexes qui prévalent dans le monde social (travail, famille, vie publique). Et l’opposition normative, sans cesse reformulée, entre une sexualité affective et un désir sexuel impérieux produit des exigences contradictoires qui rendent plus difficile l’adoption de pratiques préventives, notamment pour les femmes

source : source, ou source, ou source

voilà tout est dit, manque plus que les gens comprennent
amen
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
mon petit disjoncteur...
« Réponse #460 le: 22 juillet 2021 à 08:12:38 »
qui domine le silence ? qui ferme les portes de la com ? qui se tait, ignore, snobe, s'indiffère pour au final être responsable des maux ? les hommes bien sûr, comme d'hab ! ouioui messieurs regardez c'est dans le dur ici ; ràf du mal qu'on fait sans le voir, c'est qu'il existe pas hein ? notre dissimulation est sûrement illégitime ou tabou ? j'en sais rien, franchement, moi j'dis c'est pas grave, on trouvera bien le problème qui s'érige entre hommes et femmes un jour...

Citer
J’ai en face de moi, en thérapie de couple, des femmes très prolixes, en recherche de solutions à leurs problèmes conjugaux. Et je vois des hommes muets, avec un double mouvement, une sidération et une inhibition de la parole.
source : madame lefigaro

Citer
"Mais pourquoi parles-tu tout le temps?", demande Monsieur. "Parce que tu ne dis jamais rien !", répond Madame.
source : plus magazine



nice, touvab, j'ai juste à me plaindre de l'inconfort de ma situation miroir, moi l'hémorragique du langage qui m'identifie dans ce processus de possession de la parole, à l'inverse du schéma susdécrit comme majoritaire... ouais il s'agit d'inverser les rôles présentés ici pour se figurer ma situation, c'est juste pas grave, me répétera-t-on à moi alors que c'est un drame quand ça va dans le sens normal... les stérétotype jouent bien à la faveur de ceux qui savent en abuser

mais qmm c'est lol j'ai le vécu qu'à cette même situation de tyranie de la parole, bin c'toujours le coupable l'homme, quel que soit le sens du truc ; y'a du léviathan à rendre un peu moins 'patriarcal', je crois, l'effort d'équilibre à la conversation semble complexe



si seulement ça pouvait servir d'exemple à ceux qui aimeraient être juste un peu engagés dans le mouvement positif associé au vaste problème, tout autant qu'à ceux qui ont déjà réfléchi un peu à comment on inverse les rôles
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
f.u
« Réponse #461 le: 24 juillet 2021 à 21:45:55 »

f.u
#hypersexuation #caricature #satyriasis #mais quoi
on va pas se mentir plus je crois
un homme, on lui reproche souvent
son excédent de désir
je reformule :
il a un truc entre les jambes qui chatouille
et d'après consensus hautement phallique
c'en est trop




tout d'abord, des chiffres hautement irréférentiels...
à propos d'un concept un peu chaud à chopper :
le phénomène pathologique ou normal, d'addiction au comportement sexuel... car d'un besoin incoercible tant que sans sombral*, on peut partir sur un usage démesuré du comportement ; jusqu'où la norme est descriptive ? saine ? prescriptive ? hmm...

3 à 6 %
taux de sex-addicts

selon norme sans norme
car impossible à déterminer
et changeante
80 %
taux de masculinité
des sex-addicts

quelles causes à ce fait h2o ?
sex-ratio ?
néoténie différentielle ?
constructions et continuum sociaux ?
biologie ?

alors voilà, y'a un gros problème c'est que moi quand je me figure le léviathan à coups de jaugeage lexicalement perçu depuis société, les obsédés, j'ai pas l'impression qu'on les estime au juste nombre, moralement parlant ! 3 à 6% lol, moi quand j'entendais à l'époque où j'écoutais encore un peu les conversations lambdas, c'était plutôt ce qui restait de mecs normaux t'sais ; alors comme un con je me suis imaginé une société de pervers obnubilés sans relâche par un désir contenu, et puis que c'était ça le problème t'sais ? mais non ! nononon, ceux dont l'attention est perturbée en affectant le quotidien, jusqu'à parfois l'isolement quasi-total, ne forment que ce petit pourcentage ! ooooh, bah les pauvres on leur réserve quand même la même sentence : discipline socio-connectée ! ou plutôt thérapie de groupe... nan en vrai j'ai pas vu le film Shame qui parle de l'hypersexualité d'un michael fassbender limite satyriasis... mais rien que le titre veut tout dire, de pourquoi qmm, dans une société où on incrimine les hommes d'être des hommes, ceux-ci ont ptetr un peu de quoi se castrer la psyché tant qu'on aura pas pigé un peu le phénomène de sexuation plutôt que de l'idéaliser depuis histoire cicatricielle...

bref ; à l'assaut
ça rend f.u



edit : j'oubliais les refs
https://sante.lefigaro.fr/article/a-partir-de-quand-faut-il-considerer-que-l-on-est-addict-au-sexe-/
https://www.cabinetsanquer.com/addiction-sexuelle/
https://www.lareponsedupsy.info/AddictionSexe
https://www.public.fr/Dossiers/Sexo/Toutes-les-news-Sexo/Le-satyriasisme-Quelle-est-cette-maladie-qui-equivaut-a-la-nymphomanie-chez-les-hommes-1410371
https://www.hug.ch/addictologie/addiction-sexuelle
https://www.doctissimo.fr/html/sexualite/mag_2000/mag0908/se_2230_addictions_sex_niv2.htm
http://test-addicto.fr/tests/sans-produit/carnes.html
http://www.congresfrancaispsychiatrie.org/addictions-sexuelles-un-trouble-des-representations-des-relations-aux-autres/
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2722697-addiction-au-sexe-definition-hypersexualite-signes-nom-consequences-causes-couple-guerison/
https://www.cairn.info/revue-psychotropes-2016-3-page-11.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Addiction_sexuelle
« Modifié: 24 juillet 2021 à 22:31:12 par Dot Quote »
Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 998
  • 💡
    • frreee
proies ou dents
« Réponse #462 le: 24 juillet 2021 à 22:54:59 »

proies faciles ou dents voraces ?
#épée de damoclès #confession intime #sens du désir à l'excès #doing gender
'ttention hein, c'est de la confiance que je tire ce propos, j'en ai pas beaucoup mais on m'a fait ce cadeau, et je tiens à préciser que si ça parait mal-j'pas-quoi, c'est que vous savez pas me lire...


bon je vais pas m'étaler parce que c'est du intime qu'il faut faire valoir, il faut ui, de léviathan, changer un tout pitit truc de rien du tout, un tout pitit truc de rien du tout qui va jamais déborder si c'est pas moi qui le fait...

on m'a dit... ce que je soupçonnais évidemment, en pensant même être pas le seul à l'imaginer depuis l'autre bord, et du coup en me disant que y'a un truc étrange dans la conscience des concernés sur le truc qui pourtant est jamais vraiment explicite ni totalement compris ou pris en compte ou même, solutionné :

l'impression constante d'être prise en chasse

right ? mesdames ?

je distingue donc deux constructions sexuales distinctes en ce qui concerne la réalité majoritaire : ptetr pas toutes les femmes se sentent comme des proies... ptetr même que si tout de même eh bin parfois, elles kiffent leur pouvoir ; ptetr pas tous les mecs se sentent vite comme des chiens... ptetr même que si tout de même eh bin parfois, ils kiffent leur frustration lorsqu'enfin elle disparait ; mais je reviens avec ce truc des rôles sexuels conventionnels, on y cooupe pas, ici humains, toujours ce fait que y'en a un des deux qui en veut plus que l'autre, et que ça fout toujours la merde... parce que on m'a confié cette impression, et heu... ce serait pas mal que ces hallus cessent ou se régularisent, pas qu'elles sont justes ou fausses, ça osef avec le léviathan ptetr, mais juste qu'on puisse un peu piloter le truc sans garder l'image patriarcale de la fille objet qui sans appétit sert de repas semi-frigide, complémentaire du mec sujet en famine qui songe pas à alimenter par fixation personnelle...

en vrai ? j'a de la compassion et de l'empathie pour les deux : c'est horrible de crever la famine, c'est horrible d'être la cible d'affamés de misère...

mébon ! that's'x
Яr

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.026 secondes avec 19 requêtes.