Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

18 avril 2021 à 01:39:21
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » Delirium tremens

Auteur Sujet: Delirium tremens  (Lu 114 fois)

Hors ligne Arture_Nikita

  • Tabellion
  • Messages: 56
Delirium tremens
« le: 14 janvier 2021 à 20:51:16 »
Cette odeur ! Ce goût, il commence a oublier que tout cela n a rien de normal et pense que tout est comme il devrait être.

Peut être qu’il devais pleurer et que c’est la raison pour laquelle tout le monde autour de lui le faisait et qu il avais loupé quelque chose, quelque part. Sans raison.
"Cour !" entendait il par moment sans raison...sans raison.
Pourquoi écouter les choses qui ne nous atteigne pas ?

Rien ne nous atteins. Rien...

Tout est dilué, il ne comprend pas le sens propre de la réalité de la raison ou bien sa vie est digne du plus effroyable des film d'horreur.
La vérité qu'il pouvait rejoindre et vivre pleinement c'est qu'il avais une personnalité ou plutôt une existence détestable.
Il était a vomir et a foutre dans un sac poubelle pour l'envoyer sur une île déserte et le flanquer la loin de tout le monde.
Bien.

Personne ne pleurais vraiment...
Toute choses considéré il avais tout d'un paria.
Et par conséquent il fallait le prendre en charge ou l’éloigner d'ici, oui loin, très loin d'ici, par procuration ou avec l'aide d'une ou plusieurs personne proche de lui par l’avènement d'évènement passé et celé sous vide dans un vague nuage de fog sentimentalement corrompu.

Oui, il était loin dans l'esprit et donc dans la matière on voulais que les choses colle !
Ha c'était TERRIBLE vraiment...
Oui terrible, ça l'était, comme l'imagerie mentale d'une dysfonction panoramique de la surface, quelque chose d'impossible a concevoir donc inacceptable à laisser entrevoir.
-Vous comprenez on a tout essayé !
-Tout ?
- Oui enfin, tout ce qui est concevable, n'allons pas nous ridiculiser.
-Bien ! Poursuivez.
Tout avais un air de semblants et de factice.
comme si ce que tout le monde savais était devenue un secret.
Même les flèches avaient changé de sens et le rouge était devenue vert et vice versa.
il y avais déjà des garde insidieux pour faire faux semblants.
Après tout il n'avais jamais vraiment compris si la fatalité avais un visage mais il souhaitai virulemment le découvrir.

Les soupire et les chuchotements le menaient en bateaux, sans jamais lui laissait voir le bout de ses pensées. Comme un séjour a la cave, il redoutai les lien qui le retenais.
Surveillé de près, partout, il était cerné, aucune issus a priori. Son visage serait oublié, ses espoirs, ses idées, incinéré.

Sans trop avoir le temps, il décidait de maudire celles et ceux qui le découperais et qu'il posséderais l'organisme ou on le remboîterais. Sans trop d'informations sur son sort, c'est tout ce qu'il pouvais faire, et c'était déjà bien assez. Peut être que le schéma final était bien plus élaboré. Peut être qu'on allais faire de lui un réceptacle pour personne âgé souhaitant atteindre l'immortalité...

Tout cela semblais bien péremptoire, la certitude résidait dans le fait que personne ne l'aimais ou plutôt, tout le monde le méprisais et le maudissais dans son dot.
"bande de lâche" pensait il, tout bas.
"Y en a marre de lui" , "quel con !" , "qu'es-ce qu'il est chiant" , "il écoute pas les gens, on dirais qu'il répond sur commande" , "il est insupportable". C'est ce qu'il entendais souvent, en sortant d'une pièce, ou en traversant un couloir; pensaient ils vraiment tout çà de lui ? "Arture Nikita" son nom résonnait dans tout les square et les horreur qu'il traversais encombrais un recoin des souvenir d'un entourage auparavant si chaleureux.

Qu'est ce qui avais changé ? Lui ? Les autres ? Il n'était plus sur de rien, jusqu'à sa liberté future de rédiger son histoire présente. Les voix se faisais de plus en plus fantomatique de plus en plus effacées, presque absentes, inexistantes. Elles se nouaient au vent et flirtaient avec l'inexistant. Oui et encore, comme toujours, rien ne semblais marqué par le seaux de la réalité et pourtant, c'était en fin de compte, la sienne.




Voila un texte qui n'est pas un message précipité et qui me tient a cœur.
Maintenant je ne posterais plus rien ici, mais je tient a vous remercié de votre compréhension pour les déniè post (ridicules).
Je retourne lire et écrire dans mon coin, ça me réussit bien mieux =)

Modération : messages regroupés, éviter les doublons merci.
« Modifié: 14 janvier 2021 à 21:43:32 par Claudius »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.059 secondes avec 19 requêtes.