Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

08 mai 2021 à 21:02:14
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Agora : vie collective » Projets collectifs » Erakis » [Erakis] Conflits aux frontières

Auteur Sujet: [Erakis] Conflits aux frontières  (Lu 1515 fois)

En ligne Bapt90

  • Calliopéen
  • Messages: 442
  • Baryum Platine
[Erakis] Conflits aux frontières
« le: 17 juillet 2020 à 10:07:29 »
Hello there ! Voici ma contribution pour l'Univers Collectif d'Erakis. Je le situerai en parallèle de La bataille de Nargaronne (de Krapoutchniek). Cependant il n'est pas nécessaire d'avoir lu un autre texte pour lire celui-ci  ^^ J'espère que vous l'apprécierai, autant que les autres, et qu'il s'inclue bien dans l'univers. Bonne lecture !

Voici les liens utiles sur l'univers :

EDIT 09/01/2021 : Texte corrigé pour assurer la cohérence avec le prologue





Conflits aux frontières

   Dans la ville d'Ardhi-Kwanza, le chef de la tribu des crinières dorées, Inrikhu se diriga vers le Refuge, le bâtiment où se tenaient les réunions entre les dirigeants et conseillers de chaque tribu des Liontáris. Il portait souvent fièrement son plastron en métal, en plus d’une épée à sa ceinture, comme s’il était prêt à prendre part à une bataille d’un moment à un autre. Son fils aîné, Unrithi, allait d’ailleurs prendre part à ce genre de réunions pour la première fois. Le chef de la tribu fut salué par quelques gardes avant d’entrer dans le bâtiment. La première salle était directement celle avec une grande table ronde et de nombreuses chaises dotées de dossiers eux aussi bien dimensionnés.

—  Votre Altesse, déclara un des conseillers.
—  Content de vous voir, dit un autre.

   Inrikhu s’assit et croisa le regard de son fils, assis en face de lui depuis un moment.

—  Commençons donc, déclara le chef. Quelles sont les nouvelles ?

   Les conseillers se regardèrent entre eux. Les nouvelles allaient déplaire au chef, bien qu’il soit d’ordinaire un liontári droit et compréhensif. Une éclaireuse, qui n’avait pas droit à un siège, s’avança et prit la parole.

—  Les Hommes d’Alvarenn ont repoussé leur frontière. Ils ont agrandi leur territoire en s’appropriant une partie des terres neutres.
—  Quoi ? cria le chef.
—  Ils ont imposé un peloton et implanté leur drapeau rouge.

   Des murmures se répandirent dans la salle, notamment entre les conseillers de la tribu des crinières dorées et des représentants des crinières noires. Quant au seul membre des crinières blanches présent, il restait assis, bien enfoncé dans son siège avec une main posée sous le menton. Il était vêtu d’une robe blanche, habituelle pour les membres de sa tribu. Certains liontáris blancs étaient des sorciers, tout comme les noirs étaient réputés être des forgerons et des menuisiers, armes et engins étaient leur spécialité. Leur chef, du nom de Mavros, présent à la réunion, portait une tunique marron avec des bracelets épais.

— Il doit y avoir erreur, déclara Mavros.
— Ils ont violé les terres neutres et notre pacte, s’exclama Inrikhu.
— Les Hommes ont du mal avec nos coutumes, lança un conseiller.

   Le pacte entre Alvarenn et Ardhi stipulait qu'il devait y avoir des terres qui resteraient neutres tout comme entre chacun des territoires respectifs de chaque tribu. La discussion devint désordonnée pendant un instant, les uns donnant leur avis aux autres et vice-versa. Certains se levaient même de leur siège en faisant de grands gestes. L'éclaireuse reprit la parole tant bien que mal.

— Il y a au moins dix soldats et quelques chevaux. Pour le moment ils ont juste monté quelques tentes. Il n'y a pas de bâtiments.
— Pour le moment ! cria un autre.

   Le chef des crinières dorées reprit la parole pour faire taire le brouhaha.

— Je pars donc de ce pas pour régler cette faute.
— Faut-il se préparer à se battre ? demanda un dirigeant crinière noire.
— Bien sûr que non. Il est important de préserver la paix avec Alvarenn, répondit un conseiller d'Inrikhu.
— Je ne vais que observer ce qu'il en est, expliqua le chef des crinières dorées. Je vais essayer de résoudre ce problème avec les Hommes sans les offenser.

   Inrikhu se releva et s’en alla accompagné par deux soldats. Unrithi, qui n’avait pas dit un mot jusque-là, se leva lui aussi pour rattraper son père. Il bouscula involontairement des représentants des crinières noires qui le suivirent alors du regard. Le fils était désormais un liontári mature. Il était physiquement le portrait craché de son père en plus jeune. Cependant, concernant son esprit, il n’avait pas encore acquis suffisamment de sagesse pour hériter des rênes de la tribu et du peuple. C’est pour cela qu'Inrikhu l’avait convié à cette réunion, il espérait le former petit à petit pour qu’il prenne la relève. Unrithi sortit du Refuge et courut derrière son paternel.

— Père, que faites-vous ? Vous allez vraiment rendre visite aux Hommes ?
— Oui mon fils.
— Et si cela se passe mal ?
— Je ne l’espère pas. Ils n'ont aucun intérêt à nous attaquer à vrai dire.

   Inrikhu s’arrêta et se retourna vers Unrithi. Ils avaient tous deux les yeux jaunes, très communs chez les Liontáris.

— Tu sais, aujourd’hui cela fait quatorze ans que ta mère nous a quittés, déclara le chef. J’espérais que ce serait un jour paisible, mais je vais devoir réparer les fissures provoquées par l’ego de certains individus.
— Je comprends. Puis-je vous accompagner ?
— Non mon fils, reste là. Au cas où c’est un piège, il doit y avoir quelqu’un pour protéger tes deux sœurs.
— D’accord, j’agirai selon votre volonté.

   Inrikhu colla son front à celui de son fils pour le saluer puis partit en courant à quatre pattes pour rejoindre des soldats. Il décida de partir avec son ami Marien, un autre wazimus et quelques fantassins ainsi que l'éclaireuse présente à la réunion. Les wazimus étaient les liontáris les plus costauds qui passaient, lors des batailles, en première ligne. Ils avaient l’habitude de se battre à mains nues et rarement avec des armes. Marien en était un et il était aussi un des plus vieux amis du chef. Tous deux s’étaient connus avant qu’il prenne la relève de son père. Il leur était souvent arrivé de s’entraîner ensemble, à tel point qu’ils étaient presque comme des frères, autant au sein de la tribu que sur les champs de bataille.

   Inrikhu avait trois enfants : Unrithi et Anpacha, qui étaient faux jumeaux, et Chana née peu de temps avant le décès de sa femme. "La cheffe de la tribu", comme surnommée autrefois, avait perdu la vie lors d'une bataille, sous ses yeux. L'un des seuls souvenirs que ses enfants avaient d'elle était une gravure de toute la famille, concervée dans la demeure familiale. Le père veillait toujours sur ses enfants, bien qu'il était parfois occupé par les réunions et les entraînements.

   Le groupe du chef traversa une grande plaine. Des oruphas broutaient tout en surveillant dans le coin du regard les liontáris qui passaient près d'eux. Il s'agissait de ruminants à cornes droites, dotés d'une trompe avec laquelle ils arrachaient les quelques brins d'herbes présents. Le vent caressait les joues des soldats et les poils des animaux environnants. Marien entama la discussion en retirant Inrikhu de ses pensées :
 
— Alors les pouilleux ont rompu le pacte ? demanda Marien.
— Selon un de nos éclaireurs oui, dit le chef. Mais j’espère que ce n’est qu’un malentendu.
— On va leur mettre une raclée si ce n’est pas le cas.
— Oh, ne met pas en péril mes talents de diplomate, déclara Inrikhu sur un ton blagueur.
— On arrive, Votre Altesse ! annonça l'éclaireuse présente à la réunion.

   Tous les liontáris se turent. Ils virent effectivement un drapeau d’Alvarenn et une vingtaine de soldats en armure. Le chef de la tribu avait son épée, tout comme les fantassins. Les éclaireurs avaient quant à eux un arc ou un grand lance-pierre. Marien possédait une hache mais pouvait, sans hésiter, se jeter de tout son corps sur les ennemis sans faire usage de son arme.

— Hommes ! s’écria Inrikhu.
— Liontáris ! répondit le capitaine alvarennien après s’être retourné en direction du groupe.
— Que faites-vous ici avec un campement ?

   Le capitaine moustachu attendit que tous les liontáris soient devant lui pour répondre à la question. Ses soldats avaient leurs mains sur leurs épées au cas où les intrus attaqueraient. Personne ne savait comment cette confrontation allait se passer.

— La tribu..., commença le capitaine avant de réfléchir, des crinières blanches, nous a autorisés à annexer cette portion de terrain.
— Les crinières blanches ? répéta Inrikhu. Il doit y avoir erreur.
— Et ce n’est pas à eux de prendre une telle décision, ajouta Marien.
— Hélas, je ne peux rien pour vous, déclara le capitaine. Un accord est un accord. Désormais partez ou je demande à mes soldats de vous renvoyer chez vous.

   Inrikhu releva la tête pour observer le capitaine et ses soldats. Ils étaient clairement en supériorité numérique. Il se retourna vers ses propres troupes pour leur faire signe qu’il était temps de repartir.

— Quand j’aurais réglé le problème, je peux vous assurer que vous repartirez chez vous alvarenniens.

   Inrikhu, Marien et les autres liontáris quittèrent le lieu rapidement. Le chef des crinières dorées comptait se rendre dans le territoire des blancs pour avoir des explications. Il n’avait aucune idée de la raison pour laquelle ses confrères auraient fait cela, il se serait même plutôt attendu à une trahison de la tribu noire que celle-ci. Les liontáris blancs étaient, du fait de leur fonction, souvent plus sages que les liontáris noirs. Le groupe retraversa des herbes mi-hautes pendant près de dix minutes avant de retrouver réellement Ardhi.

   Inrikhu découvrit deux rangées de soldats. Arben, l’un de ses conseillers se tenait devant les guerriers et s’avança lorsqu’il vit le chef. Il était à peine plus petit que le chef de la tribu et possédait des yeux bleus. Le conseiller était aussi légèrement plus âgé qu’Inrikhu.

— J’ai levé un groupe de soldats au cas où vous auriez engagé le combat avec les Hommes.
— Ce n’est pas nécessaire. Du moins pour le moment.
— A vos ordres.
— Je vais me rendre chez les crinières blanches avec Marien et deux autres liontáris, annonça Inrikhu.
— Que se passe-t-il ?
— Apparemment ils auraient fait un pacte avec les alvarenniens pour échanger des terres ou quelque chose de la sorte.
— Ça ne présage rien de bon Monseigneur. Je sens que la paix va être fragilisée.
— Vous savez, je pense que la paix a toujours été fragile. Si ce n’est ni les Hommes ni une autre tribu qui nous attaque, cela sera un autre peuple.
— Bonne chance.
— Je vais juste leur rendre visite, tout va bien se passer, termina Inrikhu.

   Arben hocha la tête puis laissa le chef partir accompagné du wazimus, d’un fantassin et d’un éclaireur. Pressés de résoudre le problème, ils partirent en courant.

   Unrithi apprit que son père était reparti par Arben. Le conseiller lui promit de le mettre au courant. Le jeune liontári décida d’aller s’entraîner à l’épée pour attendre le retour de son père.

   En un quart d'heure, Inrikhu et ses compagnons arrivèrent dans le territoire des crinières blanches. Les bâtiments étaient pour la plupart en forme de cônes blancs, avec parfois des motifs de couleur. Ce n’était pas la première fois que le chef venait, chaque année un festival était organisé en l’honneur de la paix, du peuple mais aussi du Grand Esprit. Il faisait aussi des visites amicales aux autres dirigeants de temps en temps. Jamais Inrikhu n’aurait cru venir pour une telle affaire. Il fut directement accueilli par un fantassin blanc qui s'inclina un instant avant de relever la tête.

— Que nous vaut cette visite, Votre Altesse ?
— Je tiens à avoir une entrevue avec les dirigeants de la tribu.
— Cela était prévu ?
— Non, mais c’est une affaire urgente, déclara Inrikhu.
— Je vois.

   Les liontáris dorés avaient l'impression que le garde ne voulait pas les aider. Ils étaient pourtant obligés d’attendre pour éviter d’aggraver les problèmes. Vint alors Asporo, justement l’un des chefs de la tribu. Le garde s'écarta.

— Asporo, content de vous voir, dit Inrikhu.
— De même mon cher, répondit le liontári blanc. Que vaut cette visite ?
— Je voudrais te parler, avec les autres dirigeants si possible.
— Je crains d’être le seul à pouvoir vous écouter, mais suivez-moi.

   Inrikhu adressa un regard soulagé à Marien. Le problème allait enfin être réglé selon lui. Le chef des crinières blanches guida le groupe jusqu’à un grand cône, le siège des chefs de la tribu. Il s’assit sur une grande chaise aussi blanche que les murs.

— Alors, je vous écoute Inrikhu, dit Asporo.
— Eh bien je me suis rendu dans les terres neutres, entre mon territoire et Alvarenn, commença Inrikhu.
— Et ?
— Et les Hommes ont posé un camp ici.
— Dans les terres neutres ?
— Oui. Je leur ai dit qu’ils n’avaient pas le droit.
— Et ils ne vous ont pas écouté, c’est bien cela ?
— Oui tout à fait. Et ils m’ont dit...

   Inrikhu s’arrêta quelques secondes, le temps de réfléchir à sa formulation et à la réaction qu’aura Asporo.

— Ils m’ont dit que c’est vous, les crinières blanches qui avez autorisé cela.

   Asporo passa une main dans ses vibrisses avant de se redresser.

— Tout cela est dérangeant, n’est ce pas ? dit le liontári blanc.
— Oui énormément.
— Mais c’est donc bien vous ? lança Marien.
— Bien sûr, avoua Asporo.

   Inrikhu fut surpris par cette révélation et se raidit. Marien quant à lui, fit un pas en avant pour se retrouver à côté de son ami.

— Comment ? Pourquoi ?
— Inrikhu, ne me dites pas que personne ne convoite le pouvoir et la richesse. Vous devriez le savoir. Votre père lui-même a pris la place de chef au sein de votre tribu alors que votre grand-père n’était pas dirigeant auparavant.
— Je ne vois pas le rapport Asporo. Vous avez non seulement interféré dans la gestion du territoire de la tribu mais aussi rompu l’équilibre. Le Grand Esprit ne saura vous le pardonner.
— Ne me parlez pas de l’Arché-Liont. Votre tribu s’attribue tout la gloire de notre peuple. Mais il est temps que ça change Inrikhu.
— Non Asporo. Vous ne pouvez pas détruire la paix que tous nos ancêtres ont bâtie.
— Au revoir Inrikhu.

   Asporo bondit en arrière juste avant qu’une explosion ait lieu dans la salle. Le plafond s’effondra et une partie des murs s’écroula aussi. Inrikhu fut touché et n’entendit plus rien d’autre que des acouphènes. Les trois autres liontáris allaient à peu près bien même s’ils étaient secoués par l’explosion et aussi surpris par la trahison des crinières blanches. Marien aida le chef à se relever. Ils virent tous deux d’autres liontáris s’approcher avec des bâtons de magie et des arcs.

— Il faut vous exfiltrer ! cria Marien en comprenant qu’Inrikhu était désorienté.
— Non... non, répondit le chef.
— Repartez, je vais vous protéger.
— Tu ne peux pas.
— C’est ici que nous nous séparons. On se retrouva un jour, dit-il juste avant de se prendre une flèche dans le dos.

   Marien rugit puis se retourna pour écraser un ennemi avec sa hache. Les deux autres soldats des crinières dorées prirent Inrikhu par-dessous les bras puis s’éloignèrent du tas de pierres qui composait l’ancien siège des chefs de la tribu blanche. Inrikhu, ayant retrouvé un peu ses esprits, se retourna pour observer Marien une dernière fois, peu de temps avant qu’il ne perde la vie sous les flèches et sorts des magiciens liontáris. Il tomba à genoux puis, yeux fermés, complètement sur le ventre en remuant la poussière de l’effondrement.

   Les trois liontáris progressèrent sans embûches jusqu’à ce que des flèches, ratant leurs cibles, tombent à leurs pieds. Le fantassin sortit son épée et l’éclaireur arma une flèche qu’il décocha rapidement.

— Continuez Votre Altesse, je vais les ralentir, déclara le fantassin.
— Non, vous devez revenir à mes côtés jusqu’au territoire, répondit Inrikhu.
— Désolé, ce n’est pas une question. Maintenant partez.

   Le fantassin se mit en avant, épée à la main, prêt à recevoir les poursuivants. Inrikhu n’eut pas d’autres choix que de continuer à courir avec l’éclaireur, en espérant que les ennemis ne les rattraperaient pas. Après une centaine de mètres, le chef décida de rugir deux fois de suite pour appeler des renforts.

   Après de très longues minutes, trente soldats envoyés par Arben retrouvèrent Inrikhu et l’éclaireur encore en vie. Avant même que le chef n’explique la situation, les soldats avec des grands boucliers constituèrent une ligne de défense pour protéger Inrikhu.

— Votre Altesse, vous êtes blessé ? demanda une des renforts.
— Non tout va bien sergente. Mais Marien et un autre liontári ont perdu la vie en combattant avec bravoure.
— Il faut se replier pour prévenir le reste de l’armée, répondit la sergente.
— Je vous suis alors, dit Inrikhu.

   Des flèches commencèrent à voler mais furent stoppées par les boucliers des dorés. La ligne recula lentement tandis que les autres partirent en courant pour retrouver Arben et d’autres gardes. La bataille n'était plus qu’à quelques pas du territoire d’Inrikhu.

— L’heure est grave Arben, annonça le chef.
— Comment cela est-il possible ?
— Les crinières blanches ont fait une sorte de pacte avec Alvarenn.
— Un pacte ?
— Ils font alliance pour prendre nos terres et les partager entre eux.
— Comment peuvent-ils nous trahir ? Nous sommes alliés depuis des générations.
— Je ne sais pas Arben, mais là il faut préparer nos troupes, fait sonner l’alerte.
— Et les crinières noires ?
— Ils n'ont pas l'air d'être impliqués, dit Inrikhu en partant vers sa demeure.

   Des fantassins avec des grands boucliers refirent une grande ligne du côté du territoire des crinières blanches. Derrière eux, des wazimus et des éclaireurs s’apprêtaient aussi à se battre. Arben retourna au Refuge pour prévenir les autres conseillers et enfiler son armure. Les autres liontáris inaptes à la guerre, enfants, mères ou vieillards, se réfugièrent chez eux. Arben n'avait pas l'habitude de se battre. Il préfèrait la réflexion à l'action, mais aujoud'hui il savait que le combat serait décisif.

   Inrikhu ouvrit la porte de chez lui puis Chana alla vers lui directement. Le chef des crinières dorées prit sa fille dans ses bras.

— Papa !
— Je suis de retour.

   Unrithi et Anpacha, contrairement à leur petite sœur, se doutaient que cela allait être éphémère. Ayant entendu leur père puis des soldats partir, ils s'étaient préparé à combattre en enfilant leurs tenues. Unrithi avait suivi une formation de fantassin et était donc un épéiste assez doué bien qu’il n’ait jamais pris part à une vraie bataille. Anpacha avait suivi, comme la plupart des femelles, un entraînement d’éclaireuse et manipulait un arc à la perfection. Les deux jumeaux se complétaient donc plutôt bien. Le père de famille était revenu pour prévenir ses enfants ainsi que récupérer son bouclier et sa couronne de chef.

— Je suis désolé Chana, si je ne suis pas toujours présent, avoua Inrikhu avec sa voix grave.
— C’est pas grave. Ce qui compte c’est que tu m’aimes n’est-ce pas ?
— Oui, je t’aime, toi, ta sœur et ton frère.

   Les trois enfants embrassèrent leur père pendant un instant jusqu’à ce que le cor de la ville retentisse. Inrikhu prit alors sa couronne qu’il mit sur son front. Il saisit ensuite son bouclier rectangulaire orné de deux dents à l’avant et à l’arrière afin de s’en servir comme une seconde arme. Il était forgé avec le même métal que son épée et son armure. Unrithi sortit son épée de son fourreau et mit son casque, prêt à suivre son père.

— C’est bien mon fils. Tu es prêt.

   Unrithi rougit légèrement, touché par la confiance que son père lui accordait.

— Est-ce possible qu’on perde père ? demanda le jeune liontári.
— Ce n’est pas que la victoire qui compte mon fils. Il y a aussi le courage.
— Oui mais...
— Tu sais, quand j’étais petit, pour moi le liontári le plus courageux c’était mon père. Aujourd’hui, selon moi, le plus courageux de la tribu c’est toi. Mais ce n’est pas le seul point commun que tu as avec ton grand-père, vous partagez tous deux le même prénom.

   Unrithi était déjà au courant de cela, qu’il avait le même prénom que son grand-père, mais cela lui donnait toujours des frissons quand il y pensait. Inrikhu avait bien évidemment donné ce nom pour honorer son grand-père, mais aussi dans l’espoir et la volonté que son fils lui succède un jour à la place de chef.

— Je ne resterais pas les bras croisés, père, déclara Anpacha.
— Anpacha, je sais que tu as envie de te joindre à ton frère, mais je te demanderai de rester ici pour veiller sur ta sœur. Si Unrithi et moi devions mourir, toi et ta sœur seriez les derniers membres de la famille Ann-Rhi.
— Je comprends, dit Anpacha en baissant les yeux.

   Inrikhu fit un signe de tête puis s’en alla avec son fils. En sortant, ils découvrirent que la quasi totalité de l’armée de la tribu des crinières dorées était déployée. Arben était aussi là, entouré par les soldats gradés. En voyant le chef et son fils, le conseiller et les soldats sortirent les griffes de leur main gauche et posèrent celle-ci sur leur poitrine pour saluer Inrikhu. Ce signe symbolisait le fait que les griffes sont tournées vers le guerrier lui-même et donc qu’il suivrait jusqu’à la mort le chef de la tribu. Inrikhu fit le signe inverse, il pointa sa patte avec ses griffes dévoilées en direction de ses soldats tout en montrant ses dents pointues. Tout le monde rabaissa son bras puis le chef rugit pour préparer son armée à la guerre. C’était une ancienne tradition de faire ceci et cela faisait des années qu’Inrikhu n’avait pas rugi pour prévenir que la bataille était imminente.

— Mes frères, liontáris dorés. Aujourd’hui nous défendons notre terre. Aujourd’hui nous allons repousser les envahisseurs, les Hommes et les traîtres de la tribu des crinières blanches. Le Grand Esprit sera avec nous, et nous vaincrons !

   Les rangs se resserrèrent. La stratégie de combat était d’attendre que les ennemis fussent à portée pour que les wazimus passassent ensuite entre la première ligne défensive afin de massacrer les lignes ennemies au corps-à-corps. Les fantassins affronteraient ensuite les ennemis blessés avec les éclaireurs qui les couvriraient à distance.

   Inrikhu allait rester en troisième ligne avec des fantassins tandis que son fils avait reçu ordre de rester dans la ligne qui précédait. Le stress monta petit à petit dans l’esprit de chacun, surtout que la pluie commençait à tomber.

   Au bout de plusieurs longues minutes, les premiers hommes d’Alvarenn se montrèrent. Ils avaient choisi judicieusement la composition de leur armée : des cavaliers passaient en premiers suivis de près par des soldats lourdement armés. A vrai dire, il s’agissait de la seule manière pour repousser les wazimus correctement. Une grande ligne d’archers couvrait aussi les autres soldats en tirant une première salve de flèches qui distraya la ligne de défense. Les premiers cavaliers arrivèrent alors et enfoncèrent la ligne en plusieurs endroits. Certains chevaux furent ensuite stoppés par des wazimus qui tuèrent leurs cavaliers. Ceux qui étaient encore en vie avec leur monture perçaient les rangées des liontáris pendant plusieurs secondes.

   Le combat entre les fantassins des deux armées débuta ensuite. Les archers des deux camps continuaient à provoquer des averses de flèches mortelles. Le sang se mélangeait aux flaques d’eau tandis que le bruit strident des armes qui s’entrechoquaient résonnait. Inrikhu s’élança et attaqua un premier ennemi qu’il tua sans difficultés. Après plusieurs victimes, il releva la tête pour contempler les alentours. La plupart des wazimus étaient morts, une vingtaine de fantassins aussi. D’autres furent gravement blessés. Il avait l’impression que du côté d’Alvarenn, les soldats étaient très peu touchés hormis les cavaliers qui étaient tous morts. Avant même que le chef puisse prendre une décision, des boules de feu venues de l’est apparurent. Inrikhu comprit qu’il s’agissait des sorciers liontáris et donc que l’armée des crinières blanches arrivait. Avec un grand mouvement de bras, il fit signe à quelques soldats de le suivre puis fonça en direction des premiers épéistes blancs. Son bouclier, tendu vers l’avant, le protégeait des boules de feu et des coups d’épée et, sans aucune pitié, le chef des dorés ôta la vie à ses ennemis. Mais après que les liontáris à crinière dorée aient tué une dizaine d’ennemis, ils découvrirent une légion complète et surent qu’ils ne pourraient pas plus avancer.

— Monseigneur, nous devons repartir, déclara un soldat avec un œil en moins, remplacé par une cicatrice.

   Inrikhu, toujours déterminé, leva son épée en l’air et la fit tourner sur elle-même avant de la pointer en direction de la légion ennemie. Arben vit le signe de loin et ordonna aux archers d’envoyer une salve sur les liontáris blancs. La plupart des flèches furent cependant stoppées par des sorts défensifs et en réponse, les sorciers envoyèrent de nouveau des boules de feu. Soit elles touchaient un soldat, soit elles tombaient puis roulaient sur le sol jusqu’à être stoppées par un obstacle.

   Cette fois, Inrikhu se décida enfin à reculer en esquivant les cadavres de ses frères d’armes. Au contraire, pour les corps inanimés des ennemis, il n’hésitait pas à leur marcher dessus voire même à abréger les souffrances de ceux qui bougeaient encore légèrement. Quelques soldats derrière le chef moururent en étant stoppés dans leur course.

   Mavros des crinières noires arriva avec sa garde rapprochée. Ils avaient tous soit une épée, soit une arbalète et étaient vêtus d’armure légères ainsi que de coutures marron. Ils se dirigèrent vers Unrithi. L’héritier reconnut l’ami de son père et le salua.

— Unrithi.
— Monsieur.
— Que se passe-t-il ? Où est ton père ?
— Il est là-bas, dit Unrithi en pointant du doigt la direction.

   Mavros remercia le jeune liontári puis partit avec ses soldats. Inrikhu vit arriver les liontáris noirs et s’éloigna des combats pour le saluer.

— Inrikhu, que se passe-t-il ?
— Mavros. Vous vous joignez à nous ?
— Qu’est-ce qu’il se passe ? redemanda le liontári à crinière noire.
— C’est Alvarenn et la tribu blanche. Ils combattent pour morceler mes terres.

   Le chef de la tribu noire fit un pas en arrière et posa une main sous le menton comme pour réfléchir un instant. Inrikhu, pendant ce temps, stoppa un ennemi qui venait vers lui, avant de se reconcentrer vers son interlocuteur.

— Les blancs ont donc agi ainsi, chuchota Mavros.

   Inrikhu plissa les yeux et se pencha vers son ami.

— Les discordes d’un jour sont les alliances d’un autre, ajouta le liontári noir.

   Il sortit son épée et fonça sur Inrikhu. Le chef doré esquiva de peu puis se retourna pour enfoncer sa propre épée dans le dos de son ami. Il retint sa chute en ayant sa main derrière la tête du liontári noir.

— Mon ami, dit Inrikhu avant de soupirer. Pourquoi ?

   Le chef doré ferma les yeux du chef noir qui avait rejoint l’autre monde. Les gardes de la tribu noire découvrirent Inrikhu avec le cadavre de Mavros.

— Notre chef !
— Tuons-les ! exclama un autre.

   Une vague de carreaux partit avant qu’Inrikhu ne puisse prendre son bouclier pour se protéger. Des fantassins s’occupèrent des nouveaux traîtres, permettant ainsi au chef de se relever et de s’éloigner de là. Cependant, il s’arrêta rapidement, lorsqu’il découvrit Asporo avec son bâton de magie. Les deux liontáris avaient quelque chose à régler. Ils savaient que tuer l’autre donnerait quasiment la victoire à sa tribu.

   Inrikhu resserra sa prise sur son épée et son bouclier puis fonça en direction de son rival. Celui-ci envoya des boules de feu mais Inrikhu les bloqua avec son bouclier. Asporo, surpris par la détermination de son adversaire, s’arrêta alors. Inrikhu, à portée de l’ennemi, brandit son épée, prêt à ne pas l’épargner. Là, Asporo se décala au dernier moment puis pris un poignard pour porter un coup à Inrikhu. Il lui sectionna l’extrémité de la queue. Sous la douleur et l’esquive d’Asporo, Inrikhu chuta au sol. Le chef blanc s’avança vers son adversaire pour s’apprêter à l’exécuter.

— Prépare-toi à quitter ce monde, déclara Asporo.

   Inrikhu fixa son opposant mais n’avais plus la force de se relever. Asporo tendit son bâton vers le liontári doré pour s’apprêter à lui jeter un sort mortel. De nulle part, une flèche vint se loger entre les côtes du sorcier qui tomba à genoux. Une tache de sang s’étendit petit à petit sur les habits blancs d’Asporo. C’était Anpacha qui venait sauver son père avec Unrithi et Arben. Ces derniers aidèrent le chef à se relever et à marcher.

— Nous devons nous enfuir ! cria Arben.
— Non... non... la tribu a besoin de moi, dit Inrikhu.
— Votre Altesse, la moitié de l’armée a déjà péri. Les autres armées n’ont pas l’air en mauvaise posture.
— Il faut donc s’en aller père, ajouta Unrithi.

   Inrikhu balaya le paysage du regard et ne vit que des cadavres et des flaques de sang avec des armes abandonnées. Certains arbres étaient en feu ainsi que des cadavres. Le chef se résolut donc à être porté par son fils et le conseiller pour quitter la terre de sa tribu et Ardhi. Après s’être éloignés discrètement, le groupe retrouva deux éclaireuses qui protégèrent le chef et ceux qui l’accompagnaient.  Arben s’arrêta pour émettre un long rugissement signifiant de battre en retraite. La plupart des soldats obéirent alors et tentèrent de rejoindre les autres survivants. Des habitants innocents sortirent de leurs cachettes et rejoignirent aussi le cortège. Arben compta les soldats qui arrivaient, car la plupart étaient arrêtés en chemin par des alvarenniens ou des crinières blanches.  Des éclaireurs et éclaireuses, un peu moins de fantassins et une wazimu femelle furent les seuls soldats qui purent suivre le chef de la tribu. Ce dernier repensa au sauvetage d’Anpacha.

— Au fait, commença Inrikhu. Où est Chana ?

   Anpacha haussa les sourcils. Elle espéra pendant quelques secondes qu’elle avait pu se joindre à l’attroupement.

— Avant de sortir, je... je lui avais dit de se mettre en lieu sûr.

   Le visage du chef se crispa. La peur de perdre un des enfants se mit à le hanter. Les autres liontáris se mirent à chercher, se regarder entre eux, demander s’ils n’avaient pas vu la deuxième fille du roi. Malheureusement, elle ne semblait pas être parmi les rescapés.



   Loin de là, Asporo était toujours debout, entouré de soldats avec lesquels il cherchait des survivants ou interrogeait des prisonniers.

— Retrouvez des dirigeants de la tribu dorée, ordonna Asporo. On doit faire signer la reddition.
— Désolé mais je pense qu’ils ont dû périr lorsque l’on a éliminé des fuyards.
— Ou bien ils sont faits prisonniers.

   Asporo n’était pas satisfait par une telle situation. Il craignait qu’Inrikhu ou d’autres liontáris puissants se rendent dans une ville ou un royaume secrètement allié afin de considérer l’attaque comme illégitime.

— Monseigneur ! cria un soldat blanc. Nous avons trouvé une fille.
— Oui ? réagit Asporo.
— Il s’agirait de la benjamine d’Inrikhu.

   Le soldat tira la jeune liontári par le bras pour la présenter. Il s’agissait bien de Chana, capturée par les ennemis de son père et désormais loin de celui-ci. L’alliance Hommes-Liontáris blancs comptait exploiter son statut de membre de la famille Ann-Rhi pour s’approprier définitivement le territoire qu’ils avaient fraîchement conquis.



Brèves annexes et anecdotes :
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Si quelqu'un souhaite traiter des Liontáris, qu'il me prévienne, pour éviter que j'écrive un texte en parallèle pour rien  :huhu:
« Modifié: 09 janvier 2021 à 13:47:08 par Bapt90 »
All it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are. -Robin Williams

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 846
  • Jetzt Erst Recht
Re : [Erakis] Conflits aux frontières
« Réponse #1 le: 19 juillet 2020 à 12:35:29 »
Salut Bapt,

Du coup je profite de ton anniversaire pour venir commenter ce texte. Hop. C'est parti. N'aie pas peur, tout va bien se passer.

Citer
   Légèrement dans le sud d’Erakis, se trouvait Ardhi, les terres appartenant aux Liontáris. Ces derniers étaient des créatures sentientes à la silhouette relativement humanoïde, d’une taille pouvant dépasser les deux mètres. Les mâles avaient notamment une crinière plus ou moins grande qui les distinguait des femelles, et les rendait assez imposants. Ce n’était pas le seul trait typique à leur espèce : pelage, queue, pattes griffues et muscles assez développés ainsi que vibrisses sur la face faisaient d’eux des êtres facilement reconnaissables. Il n’était pas faux non plus de dire qu’ils étaient taillés pour le combat car en plus de posséder des armes variées, ils avaient l’aptitude de pouvoir se déplacer autant sur les pattes arrière que leurs quatre pattes à la fois afin de foncer sur leurs ennemis.

Sur ce début tu as plusieurs mots qui viennent "flouter" ce que tu décrits (assez x2 sur la même ligne, relativement, etc.). Je pense pas que ça ait trop d'intérêt.
Dans ta dernière phrase, tu peux dire "il n'est pas faux de dire qu'ils étaient"

Citer
   A l’heure actuelle, les Liontáris traversaient une période de paix depuis déjà, au moins, un demi-siècle.

Que c'est complexe pour dire une idée simple. En plus tu as "à l'heure actuelle" avec du passé, ce qui est quelque peu contradictoire.

Citer
le bâtiment où se tenait les réunions entre lui, ses conseillers et les autres dirigeants des autres tribus.

se tenaient
Je trouve ça un peu lourd aussi

Problème sur tes deux premiers paragraphes : comme tu es tout le temps sur le même ton et dans le même temps, on n'a aucune rupture entre le moment où t'es très loin, tu racontes l'histoire globale du monde et du peuple ( de l'espèce ?), et celle où tu arrives sur ton histoire à toi, avec le fils qui va prendre part à une réunion.

Citer
- Ils ont imposé un peloton et implanter leur drapeau rouge. »

implanté
Je comprends pas imposé un peloton

J'ai du mal à comprendre l'idée de terres neutres, aussi

Citer
Il était vêtu d’une robe blanche, habituelle pour les membres de sa tribu. Certains liontáris blancs étaient des sorciers, tout comme les noirs étaient réputés être des forgerons et des menuisiers, armes et engins étaient leur spécialité. Leur chef, du nom de Mavros, présent à la réunion, portait une tunique marron avec des bracelets épais. Son pelage était légèrement plus foncé que celui d’Inrikhu.

tout cela est-il bien utile ?

Citer
Ce dernier stipulait qu’entre Alvarenn et nos plaines, il devait y avoir des terres qui resteraient neutres tout comme entre chacun de nos territoires.

J'imagine que les persos autour de la table sont au courant, du coup ça fait un peu lourd comme explication

Citer
- Les Hommes ont du mal avec nos coutumes » lança un conseiller.

C'est pas une coutume si c'est un traité

Citer
   La discussion devint désordonnée pendant un instant, les uns donnant leur avis aux autres et vice-versa. Le chef des crinières dorées reprit la parole pour faire taire le brouhaha.

Tu as sans doute moyen de nous montrer ça sans l'expliquer.
La prise de parole des Crinières Dorées mériterait d'être plus forte. Qu'on voie comment il impose le silence, ce qui n'est pas si simple. Qu'"on sache comment il parle, aussi

Citer
   Inrikhu se releva et s’en alla accompagné par deux soldats. Unrithi, qui n’avait pas dit un mot jusque-là, se leva lui aussi pour rattraper son père. Il bouscula involontairement des représentants des crinières noires qui le suivirent alors du regard. Le fils était désormais un liontári mature. Il était physiquement le portrait craché de son père en plus jeune. Cependant, concernant son esprit, il n’avait pas encore acquis suffisamment de sagesse pour hériter des rênes de la tribu et du peuple. C’est pour cela qu'Inrikhu l’avait convié à cette réunion, il espérait le former petit à petit pour qu’il prenne la relève. Unrithi sortit du Refuge et courut derrière son paternel.

Pareil, a-t-on besoin de toutes ces infos ?
Le mec quitte la réunion comme ça sans rien expliquer à ses alliés ?
D'ailleurs pour un truc qui implique potentiellement tout le peuple, c'est assez rushé.

Citer
- Non mon fils, reste là. Au cas où c’est un piège, il doit y avoir quelqu’un pour protéger tes deux sœurs.
- D’accord, j’agirai selon votre volonté. »

C'est voulu la différence tutoiement/vouvoiement ?

Citer
et composée de matériaux foncés.

Si tu ne sais pas décrire plus précisément, peut-être n'est-ce pas une information nécessaire :)

Citer
La première était devenue, depuis quelques temps, une guerrière tandis que la seconde était encore en train d’étudier le combat et les cultures des autres peuples.

Du coup si c'est uneguerrière, elle a sans doute pas besoin de lui pour se protéger :p
Tu peux sans doute nous dire/montrer ça mieux

Citer
L’un des deux qui l’accompagnaient était d’ailleurs un de ses plus vieux amis, Marien.

Je pense que c'est l'info principale et qu'elle doit être mise avant le passage sur les soldats. Il ne part pas avec deux wazimuts : il part avec son pote et un wazimut

Citer
« Alors les pouilleux ont rompu le pacte ? demanda Marien.
- Selon un de nos éclaireurs oui, dit le chef. Mais j’espère que ce n’est qu’un malentendu.

Je reviens là-dessus parce que ça m'avait déjà questionné pendant la réunion : le rapport de l'éclaireuse est vraiment hyper succin. Or il y a plein d'infos hyper importante à donner avant qu'il se jette tête baissée dedans. Qui, combien, comment, quoi, etc. Et encore une fois l'absence de discussion du conseil sur le sujet me fait dire qu'il est quelque peu inutile.

Citer
- On arrive Votre Altesse ! » annonça la même éclaireuse présente à la réunion.

Ah, elle était là ?

Le territoire est si tout petit que ça, pour que ça aille si vite les déplacements ? D'ailleurs il n'y a guère de notion du temps dans ton texte.

Citer
   Tous les liontáris se turent. Ils virent effectivement un drapeau d’Alvarenn et une vingtaine de soldats en armure.

Ca aurit été une info hyper importante à savoir, comme je disais plus haut.

Citer
« J’ai levé un groupe de soldats au cas où vous aviez engagé le combat avec les Hommes.

au cas où vous auriez
Tout est trop rapiiiiiiide

Citer
   Arben hocha la tête puis laissa le chef partir accompagné du wazimus, d’un fantassin et d’un éclaireur. Pressés de résoudre le problème, ils partirent en courant.

Il n'a pas peur...

Citer
   Unrithi apprit la nouvelle de la part d’Arben, que son père était reparti.

Ptit souci de syntaxe

Citer
Le conseiller lui promit de le mettre au courant. Le jeune liontári décida d’aller s’entraîner à l’épée pour attendre le retour de son père.

ça va, se sent pas trop impliqué u_u

Citer
   En à peine cinq minutes, Inrikhu et ses compagnons arrivèrent dans le territoire des crinières blanches.

Je veux bien qu'ils courent vite, mais cinq minutes, really ?

Citer
. Ce n’était pas la première fois que le chef venait, chaque année un festival était organisé en l’honneur de la paix, du peuple mais aussi du Grand Esprit. Jamais Inrikhu n’aurait cru venir pour une telle affaire. Il fut directement accueilli par un fantassin blanc.

Ils habitent à cinq minutes mais il n'y va qu'une fois l'an ?

Citer
Il fut directement accueilli par un fantassin blanc.

« Que nous vaut cette visite Votre Altesse ?
- Je tiens à avoir une entrevue avec les dirigeants de la tribu.
- Cela était prévu ?
- Non, mais c’est une affaire urgente, déclara Inrikhu.
- Je vois. »

Hum, je vois difficilement un troufion de base arrêter le chef/roi et faire le chambellan. Normalement il s'incline et le laisse passer quoi.

Citer
   Les liontáris dorés n’étaient pas convaincus par les paroles du garde. Ils étaient pourtant obligés d’attendre pour éviter d’aggraver les problèmes. Vint alors Asporo, justement l’un des chefs de la tribu.

Quelles paroles ?
Le garde quitte son poste du coup ?

Citer
« Asporo, content de vous voir, dit Inrikhu.
- De même mon cher, répondit le liontári blanc. Que vaut cette visite ?
- Je voudrais te parler, avec les autres dirigeants si possible.
- Je crains de n’être le seul à pouvoir vous écouter, mais suivez-moi. »

Y en avait pas un à la réunion, tantôt ?

Citer
le tmeps de réfléchir à sa formulation et à la réaction qu’aura Asporo.

coquille

Citer
« Ils m’ont dit que c’est vous, les crinières blanches qui ont autorisé cela. »

qui avez

Citer
- Inrikhu, ne me dites pas que personne ne convoite le pouvoir et la richesse. Vous devriez le savoir. Votre père lui-même a pris la place de chef au sein de votre tribu alors que votre grand-père n’était pas dirigeant auparavant.
- Je ne vois pas le rapport Asporo. Tu as non seulement interférer dans la gestion du territoire de la tribu et rompu l’équilibre. Le Grand Esprit ne saura te le pardonner.

interféré

Là aussi tu as un souci de vouvoiement/tutoiement

Citer
Inrikhu fut touché aux oreilles et n’entendit plus rien d’autre que des acouphènes.

C'est trop explicatif '-'

Citer
   Le fantassin se mit en avant, épée à la main, prêt à recevoir les poursuivants. Inrikhu n’eut pas d’autres choix que de continuer à courir avec l’éclaireur, en espérant que les ennemis ne les rattraperaient pas. Après une centaine de mètres, le chef décida de rugir deux fois de suite pour appeler des renforts.

Si je peux me permettre, si les ennemis ont des arcs, il sert un peu à rien

Citer
- Non on y va pas, dit son frère jumeau.

on n'y

Citer
Anpacha avait suivi, comme la plupart des femelles, un entraînement d’éclaireuse et manipulait un arc à la perfection.

Tu aurais difficilement faire plus cliché '-'

Citer
La bataille était plus qu’à quelques pas du territoire d’Inrikhu.

n'était plus

Citer
- Et les crinières noires ?
- Plus tard » dit Inrikhu en partant vers sa demeure.

Mais... Non ! C'est super important à savoir s'ils sont alliés, ennemis ou neutres !

Citer
« Anpacha, je sais que tu as envie de te joindre à ton frère, mais je te demanderai de rester ici pour veiller sur ta sœur. Si Unrithi et moi devions mourir, toi et ta sœur seriez les derniers membres de la famille Ann-Rhi.

Oui enfin si elles restent là et qu'ils perdent, le résultat sera le même. Je comprends pas trop l'idée d'attendre : soient elles se battent, soient elles se barrent, mais rester là...

Citer
   Inrikhu allait rester en troisième ligne avec des fantassins tandis que son fils avait reçu ordre de rester dans la ligne postérieure. Le stress monta petit à petit dans l’esprit de chacun, surtout que la pluie commençait à tomber.

Je ne comprends pas ce qu'est la ligne postérieure.

Citer
Inrikhu s’élança et attaqua un premier ennemi qu’il tua sans difficultés. Après plusieurs victimes, il releva la tête pour contempler les alentours.

Wow, that escalated quickly

Citer
« Monseigneur, nous devons repartir » déclara un soldat avec un œil en moins remplacé, par une cicatrice.

Ce détail sur le soldat est-il important à ce moment de l'histoire ?

Tu utilisés beaucoup beaucoup "stopper"

Citer
   Entre-temps, Unrithi avait aussi pris part au combat, au côté d’Arben notamment. Les deux liontáris avaient déjà repoussé ensemble une dizaine d’hommes. Le conseiller du chef, veillait sur l’héritier. C’était peut-être même une des raisons pour lesquelles il prenait part au conflit. Arben était à peine plus petit que le chef de la tribu et possédait des yeux bleus. Ses poils au niveau du menton étaient ras, contrairement à d’autres liontáris qui possédaient parfois une grosse touffe de poils blancs à beige. Le conseiller était aussi légèrement plus âgé qu’Inrikhu.

Cette description est-elle utile à ce moment du texte ?

Citer
« Tu te bas comme ton père, lança Arben entre deux coups d’épée.
- Merci, mais je suis encore loin d’avoir la même maîtrise que lui, répondit le jeune Unrithi. »

   Toujours dans la demeure, Anpacha et Chana avaient entendu par plusieurs fois des soldats agoniser devant la maison. Elles n’avaient aucune idée de s’il s’agissait d’ennemis ou de membres de la tribu. La grande sœur en avait marre d’attendre sans rien faire et prit son arc et son carquois.

Euh...
Faut pas couper les scènes comme ça !
Et encore une fois, s'il y a des combats juste devant les maisons, je ne vois guère l'intérêt pour les filles de rester à l'intérieur.

Citer
- Non, toi tu dois te mettre en sécurité. Va chez ton amie et ne t’arrête pas en chemin. Compris ?

Mais, il y a des combats dehors O_o

Citer
   Les deux sœurs échangèrent une brève accolade avant de toutes les deux sortir pour découvrir de nombreux cadavres. Chana partit en courant tandis qu’Anpacha monta sur le toit pour avoir une vue sur le champ de bataille qu’était devenue la ville. Elle aperçut Mavros des crinières noires arriver avec sa garde rapprochée. Ils se dirigeaient vers Unrithi qui avait fini par être séparé d’Arben. L’héritier reconnut l’ami de son père et le salua.

N'eut-il pas été malin de le faire avant  ?
Et euh tu changes de scène en plein milieu d'un paragraphe, c'est assez chelou ^^

Citer
   Il sortit son épée et fonça sur Inrikhu. Le chef doré esquiva de peu puis se retourna pour enfoncer sa propre épée dans le dos de son ami. Il retint sa chute en ayant sa main derrière la tête du liontári noir.

« Mon ami, dit Inrikhu avant de soupirer. Pourquoi ? »

Et la garde rapprochée dans tout ça ?

Je me demande si le passage où les soldats blancs retrouve la petite est vraiment utile. A mon avis tu gagnerais à terminer sur la fuite des dorés, en restant avec eux et en nous disant de leur point de vue où ils vont. Ça permettrait d'avoir une vraie fin. Là ça se termine un peu en eau de boudin.

Dans l'ensemble, sur la forme, j'ai trouvé le texte assez maladroitement écrit, trop précipité, trop raconté et pas assez vécu. Tu gagnerais peut-être à poser ta focalisation sur un ou deux personnages plutôt qu'à la faire voler de scènes en scènes.
Sur le fond, je trouve que tous tes persos manquent de sens tactique et/ou d'intelligence, du coup j'ai beaucoup de mal à y croire. Trop d'évènements sont téléphonés, ils agissent sans réfléchir, mais sans que ça apparaisse comme une faiblesse de leur part, ça apparait plutôt comme des trous de scénario.
Là aussi, tout va trop vite d'ailleurs. Tu as sans doute trop de persos, sur un texte aussi court, même s'il est relativement long, il faut resserrer à mon avis pour ne pas perdre les lecteurs.
Tu as aussi tendance à décrire plein de choses sur les persos ou les lieux dès qu'on y arrive/les rencontre. Or non seulement ce n'est souvent pas nécessaire, mais surtout contreproductif quand on est en plein milieu d'une scène et/ou qu'on ne reverra pas le personnage après.

Bon courage avec ce texte.
"Our bed's a tiny island that can save us from the storm"
The Material - Life vest

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

En ligne Bapt90

  • Calliopéen
  • Messages: 442
  • Baryum Platine
Re : [Erakis] Conflits aux frontières
« Réponse #2 le: 19 juillet 2020 à 19:18:24 »
Re-Bonjour/soir Loïc  :)

Citer
Problème sur tes deux premiers paragraphes : comme tu es tout le temps sur le même ton et dans le même temps, on n'a aucune rupture entre le moment où t'es très loin, tu racontes l'histoire globale du monde et du peuple ( de l'espèce ?), et celle où tu arrives sur ton histoire à toi, avec le fils qui va prendre part à une réunion.

Effectivement :\? il faut que je réfléchisse à améliorer ça

Citer
Je comprends pas imposé un peloton

J'ai du mal à comprendre l'idée de terres neutres, aussi

Pour peloton, je ne voulais pas dire "escouade" car cela ferait trop peu de soldats, ni "régiment" car ça ferait trop  :-¬? peloton c'est entre les 2 si je ne me trompe pas. Si c'est pas ça que tu n'a pas compris, mais plutôt "imposé", c'était pour dire qu'ils ont pris le contrôle du lieu.

Les terres neutres, c'est juste qu'entre chaque territoire, il y a un espace vierge. En gros il n'y a pas une frontière où tu passes directement de la ville des Liontaris à celle des Hommes...

Citer
C'est pas une coutume si c'est un traité

Les Liontaris font ça entre eux sans avoir de traité, donc c'est un peu une coutume  :???:

Je reconnais que le récit va trop vite, je vais le poser un peu plus  :/

Citer
Tu aurais difficilement faire plus cliché '-'
:)

Citer
Je ne comprends pas ce qu'est la ligne postérieure
Je voulais dire la 4è mais ça faisait lourd

Citer
Je me demande si le passage où les soldats blancs retrouve la petite est vraiment utile. A mon avis tu gagnerais à terminer sur la fuite des dorés, en restant avec eux et en nous disant de leur point de vue où ils vont.
Je voulais garder une fin un peu ouverte, où quelqu'un d'autre pourra décider du sort de la fille.

Je vois, mais je m'y attendais un peu, qu'il faut reprendre beaucoup de passages. Je vais donc ralentir l'action pour mieux poser les persos, et mettre les descriptions aux bons endroits. Rendre ça plus vivant.

Merci pour ton passage  ;)
All it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are. -Robin Williams

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 298
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [Erakis] Conflits aux frontières (v.2)
« Réponse #3 le: 26 juillet 2020 à 15:01:38 »
Bonjour Bapt90,


Je viens de me plonger dans la V.2. de ton texte qui se passe dans l'univers d'Erakis, et il y a beaucoup de personnages : j'ai trouvé préférable que le texte soit principalement concentré sur Inrikhu, de cette façon cela permet de découvrir l'action à travers son propre regard et son cheminement progressif.

Inrikhu aurait donc différents aspects : celui de guerrier ; celui de chef de tribu ; et celui de père. J'ai des difficultés à savoir précisément qui il est, et toutes ses façons d'agir ou de parler ne traduisent pas toujours des traits de personnalité ou une singularité. Peut-être aurais-tu pu insister sur un trait caractéristique (quelque chose qui permette de le reconnaître tout de suite en tant que personnage) et qui ne soit pas sa lié à sa crinière. Parfois, tu peux également donner un objet symbolique à ton personnage (un sceptre ou une épée magique), un tatouage ou un collier sacré.

Un personnage toutefois très intéressant à découvrir, très mobile et un peu impulsif. Tu aurais sûrement pu en révéler plus sur ses secrets, nous dire ce qu'il cache au fond de lui en nous donnant les moyens de comprendre qui est Inrikhu, quelles sont ses émotions, pourquoi il agit de cette façon et comment il perçoit son propre rôle de chef. Cela lui aurait également donné une personnalités digne de ce nom. ^^


Il y a un aspect du texte sur lequel j'aimerais revenir : à plusieurs reprises tu quittes le point de vue de ton personnage principal sans plus d'explications...

Citer
   Inrikhu colla son front à celui de son fils pour le saluer puis partit en courant à quatre pattes pour rejoindre des soldats. Unrithi quant à lui se dirigea vers la demeure familiale. C'était une maison ronde au toit plat. L’héritier de la tribu retrouva sa jumelle Anpacha, et son autre petite sœur Chana.

[...]

Ils avaient l’habitude de se battre à mains nues et rarement avec des armes. Marien en était un et il était aussi un des plus vieux amis du chef. Tous deux s’étaient connus avant qu’il prenne la relève de son père. Il leur était souvent arrivé de s’entraîner ensemble, à tel point qu’ils étaient presque comme des frères, autant au sein de la tribu que sur les champs de bataille.

Dans ce passage, je trouve que tu as tort de quitter le point de vue d'Inrikhu, car tu ajoutes des actions qui se passent en dehors de son point de vue ce qui risque d'égarer ton lecteur.

En laissant Inrikhu voir son fils partir et en expliquant quelles sont les émotions d'Inrikhu, ses souvenirs avec son fils, son attachement à son égard, tu permettrais de voir la scène depuis sa propre subjectivité. Que pense-t-il de son fils ? L'aime-t-il ? Ensuite tu pourrais raconter les paysages qu'il traverse plus en détail, si ce sont des plaines ou des collines, ce qu'il croise sur son chemin avant de rencontrer les hommes d'Alvarenn, etc.


Citer
   Encore dans le camp d’entraînement, Unrithi entendit les rugissements de son père et sortit pour prévenir la première personne apte à agir qu’il croiserait. Ce fut Arben qui était aussi en alerte.

— Monsieur, interpella Unrithi. Il s’agit des cris de mon père, je les reconnaîtrai entre mille.

[...]

— D’accord, mais s’il venait à y avoir des combats ici, sache que je ne resterais pas les bras croisés, déclara Anpacha.

   Unrithi avait suivi une formation de fantassin et était donc un épéiste assez doué bien qu’il n’ait jamais pris part à une vraie bataille. Anpacha avait suivi, comme la plupart des femelles, un entraînement d’éclaireuse et manipulait un arc à la perfection. Les deux jumeaux se complétaient donc plutôt bien.

Dans ce passage aussi, je trouve que tu n'as pas besoin de quitter le point de vue d'Inrikhu, tu pourrais tout à fait résumer cette longue action en une seule phrase :
« Père, nous avons entendu vos cris, nous avons emmené avec nous quelques soldats et sommes accourus vers vous armés. Nous voici donc pour vous épauler... » dit Unrithi en arrivant vers lui accompagné de ses liontáris dorés.


Citer
   Entre-temps, Unrithi avait aussi pris part au combat, au côté d’Arben notamment. Les deux liontáris avaient déjà repoussé ensemble une dizaine d’hommes. Le conseiller du chef, veillait sur l’héritier. C’était peut-être même une des raisons pour lesquelles il prenait part au conflit.

[...]

— Unrithi.
— Monsieur.
— Que se passe-t-il ? Où est ton père ?
— Il est là-bas, dit Unrithi en pointant du doigt la direction.

À ce moment précis, je n'ai pas compris pourquoi l'on quittait Inrikhu pour aller vers les sœurs et le frère.

En fait, en ce qui concerne le fils, il pourrait se battre aux côtés de son père ; et en ce qui concerne les sœurs, tu pourrais raconter après la bataille ce qu'elles ont fait pendant la bataille (surtout que l'une d'entre elles retrouve Inrikhu après la bataille).


Voici pour les points qui m'ont semblé irréguliers dans le texte : ce sont des aspects de la lecture qui ont rendu difficile ma compréhension de qui est vraiment Inrikhu ; ça pourrait être une bonne perspective pour recentrer l'action et éviter d'éparpiller trop de détails. Tu pourrais laisser plus de place aux émotions d'Inrikhu, de cette façon, il serait plus facile de savoir comment il pense, et puis ça t’entraînerait à décrire des pensées, des souvenirs ou à décrire les sentiments qui l'animent. Ça pourrait être un exercice d'écriture intéressant !


En espérant que mon commentaire te soit utile, je te remercie chaleureusement pour cette intrigante lecture, et un grand bravo à toi pour cette pierre en plus à l'édifice d'Erakis. :)
« Modifié: 26 juillet 2020 à 16:21:02 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

En ligne Bapt90

  • Calliopéen
  • Messages: 442
  • Baryum Platine
Re : [Erakis] Conflits aux frontières (v.2)
« Réponse #4 le: 27 juillet 2020 à 11:02:10 »
Bonjour Alan,

Alors oui effectivement, sur un tel texte je devrais peut-être centrer sur Inrikhu qui est le personnage "le plus principal" de l'histoire.

Citer
Dans ce passage, je trouve que tu as tort de quitter le point de vue d'Inrikhu, car tu ajoutes des actions qui se passent en dehors de son point de vue ce qui risque d'égarer ton lecteur.

En laissant Inrikhu voir son fils partir et en expliquant quelles sont les émotions d'Inrikhu, ses souvenirs avec son fils, son attachement à son égard, tu permettrais de voir la scène depuis sa propre subjectivité. Que pense-t-il de son fils ? L'aime-t-il ? Ensuite tu pourrais raconter les paysages qu'il traverse plus en détail, si ce sont des plaines ou des collines, ce qu'il croise sur son chemin avant de rencontrer les hommes d'Alvarenn, etc.

:\? Je vais essayer de faire une coupure plus douce. Je trouve quand même que ce passage permettait d'éclaircir un peu la situation de la famille.
Et oui, je vais essayer d'aborder plus le plan mental d'Inrikhu  ^^

Je vais de manière générale, raccourcir le texte en enlevant les séquences qui ne concernent pas Inrikhu ou en les rendant plus courtes. Et décrire la pensée du personnage principal.

Merci pour ton passage, je garde tes conseils dans un coin, le temps que je reprenne ce texte  :)
All it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are. -Robin Williams

Hors ligne Become

  • Troubadour
  • Messages: 397
Re : [Erakis] Conflits aux frontières (v.2)
« Réponse #5 le: 28 juillet 2020 à 17:57:56 »
Salut :)

Je n'avais pas pris le temps de me poser pour lire ton texte, du coup j'ai lu les 1ères lignes et je vois que tu t'es lancé dans un truc très riche !

Citer
Légèrement dans le sud d’Erakis, se trouvait Ardhi, les terres appartenant aux Liontáris. Ces derniers étaient des créatures sentientes à la silhouette relativement humanoïde, d’une taille pouvant dépasser les deux mètres. Les mâles avaient notamment une crinière plus ou moins grande qui les distinguait des femelles, et les rendait imposants. Ce n’était pas le seul trait typique à leur espèce : pelage, queue, pattes griffues et muscles développés ainsi que vibrisses sur la face faisaient d’eux des êtres facilement reconnaissables. Il n’était pas faux non plus de dire qu’ils étaient taillés pour le combat car en plus de posséder des armes variées, ils avaient l’aptitude d'employer autant la bipédie que la quadrupédie pour courir ou foncer sur leur ennemis.
Ça déchire les Liontaris ! après je sais pas si ça fait très texte court, incipit, extrait de roman cette façon là de procéder, peut-être on est plus sur du registre de brainstorming/création d'univers

Citer
Il se diriga vers le Refuge, le bâtiment où se tenaient les réunions entre les dirigeants et conseillers de chaque tribu.
j'ai eu un peu de mal avec la transition direct sur un ton narratif

Citer
Le chef de la tribu fut salué par quelques gardes avant d’entrer dans le bâtiment où la première salle était directement celle avec une grande table ronde et de nombreuses chaises dotées de dossiers eux aussi bien dimensionnés.
j'ai l'impression on a commencé pareil notre texte :D hum mais sinon je crois que la syntaxe de la 1ère partie de la phrase n'est pas correcte

Citer
Certains liontáris blancs étaient des sorciers, tout comme les noirs étaient réputés être des forgerons et des menuisiers, armes et engins étaient leur spécialité.
problème de syntaxe avec la 2ème partie de la phrase

Citer
Le pacte entre Alvarenn et Ardhi stipulait qu'il devait y avoir des terres qui resteraient neutres tout comme entre chacun des territoires respectifs de chaque tribu.
répétition de tout comme, et même là tu parles du respect de la neutralité de deux "pays", deux civilisations différentes, je ne mets pas ça sur le même plan que la neutralité entre des tribus d'une même civilisation, enfin la comparaison n'a pas lieu

Citer
Je vais essayer de résoudre se problème
ce problème

Citer
C'était une maison ronde au toit plat.
c'est une description très succincte, ce serait bien d'étoffer un peu

Citer
Inrikhu, déjà aux limites de son territoire, était parti avec son ami Marien, un autre wazimus et quelques fantassins et l'éclaireuse présente à la réunion. Les wazimus étaient les liontáris les plus costauds qui passaient, lors des batailles, en première ligne. Ils avaient l’habitude de se battre à mains nues et rarement avec des armes. Marien en était un et il était aussi un des plus vieux amis du chef. Tous deux s’étaient connus avant qu’il prenne la relève de son père. Il leur était souvent arrivé de s’entraîner ensemble, à tel point qu’ils étaient presque comme des frères, autant au sein de la tribu que sur les champs de bataille
là ici j'ai cru que tu parlais du passage où il avait voulu retrouver et tuer l'assassin de sa femme, j'étais perdue dans le temps

Citer
Désormais partez où je demande à mes soldats de vous renvoyer chez vous.
ou

Citer
Les liontáris blancs étaient, du fait de leur fonction,
quelle fonction ? ce sont des sorciers si j'ai bien compris, donc ça ne fait pas d'eux des êtres plus sages

Citer
— Vous savez, je pense que la paix a toujours été fragile. Si ce n’est ni les Hommes ni une autre tribu qui nous attaque, cela sera un autre peuple.
— Bonne chance.
— Je vais juste leur rendre visite, tout va bien se passer, termina Inrikhu.
hmm je trouve pas ce discours de chef très naturel ici, le "vous savez, la paix a toujours été fragile", ça fait conversation qu'on a dans un bar avec un verre à la main et qu'on commence à sombrer lentement dans les élucubrations philosophiques :D je voyais plus un truc je vais aller tirer cela au clair, et en attendant il donne des ordres à ses soldats/hommes/conseillers quoi

Citer
Que vaut cette visite ?
que nous vaut cette visite ?

Tu as eu beaucoup beaucoup d'idées pour cet Univers et c'est grave cool ! tant d'inspiration, par contre c'est vrai que tu as voulu développer tellement de trucs dans un texte court, que j'aurais développé au moins en plusieurs chapitres. Donc c'est compliqué de tout condenser sur un texte court je trouve, plein de détails, de descriptions, qui viennent interrompre les scènes d'action. les changements de points de vue m'ont grave perdu, on passe des dorés aux blans, de Inrikhu à Unrithi puis aux filles, surtout la fin où on passe aux blancs m'a pas mal perturbé, même si j'aime bien cette chute où ils finissent par la capture de la fille. Mais bon au pire le suggérer quand les dorés ne retrouvent vraiment pas la fille ?

Je pense je suis globalement d'accord avec Loic qu'il est peut-être préférable de se focaliser sur quelques persos, ça permettrait de recentrer le scénario et moins s'éparpiller.
Après je peux comprendre, j'ai fait pareil, j'ai écrit super vite mon texte avec la contrainte du temps, et dans l'idée que peut-être mon idée ne fonctionnerait plus si qqun publiait un texte "annulant" le mien.

Voilà, je pense c'est bien de se prévenir mutuellement si on décide d'écrire un texte et partir sur l'idée déjà lancée par qqun.

À bientôt !
Vivons d'humour et de crème fraîche

En ligne Bapt90

  • Calliopéen
  • Messages: 442
  • Baryum Platine
Re : [Erakis] Conflits aux frontières (v.2)
« Réponse #6 le: 30 juillet 2020 à 11:46:35 »
Bonjour Become.

Ha oui effectivement il y a des soucis de syntaxe en relisant "à froid".
Pour certaines de tes remarques, disons qu'Inrikhu a un peu une certaine naïveté : la paix dure depuis au moins 50 voire 100 ans, et il ne s'attendait pas à vivre une trahison aussi soudaine. Je vais recentrer le récit sur lui, en rapportant certains éléments différemment pour moins casser le rythme.
Je garde dans un coin tes conseils et corrections pour la réécriture.

A bientôt  :D
All it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are. -Robin Williams

Hors ligne Mélina Le Page

  • Troubadour
  • Messages: 344
  • Carpe diem
Re : [Erakis] Conflits aux frontières (v.2)
« Réponse #7 le: 30 juillet 2020 à 19:01:56 »
Salut Bapt,
Quelle imagination! Bravo!
J'aime beaucoup ton idée de Liontàris. C'est très original!

Dans l'ensemble, j'ai bien aimé ton texte même si je suis plutôt d'accord avec ce qui a été dit plus haut donc je n'y reviendrais pas.  ;)

Voici quelques corrections orthographiques ou syntaxiques que je te propose.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Merci beaucoup pour ton texte!
Bonne réécriture!


L'important dans la vie n'est pas le triomphe mais le combat (Coubertin).

L'Elfe Noir

En ligne Bapt90

  • Calliopéen
  • Messages: 442
  • Baryum Platine
Re : [Erakis] Conflits aux frontières
« Réponse #8 le: 05 août 2020 à 11:14:06 »
Bonjour, en ce 5 août j'ai mis à jour le texte notamment en centrant vraiment sur Inrikhu.

Je remercie donc @Loïc, @Alan Tréard, @Become et @Mélina Le Page pour leurs conseils et corrections.  :coeur:
All it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are. -Robin Williams

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 298
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [Erakis] Conflits aux frontières
« Réponse #9 le: 05 août 2020 à 14:15:02 »
Bonjour Bapt90,


Je vois que tu t'es offert une réécriture de la fin du récit qui me semble intéressante : puisqu'il s'agit de la toute fin, je comprends qu'on quitte le personnage principal pour s'intéresser à un autre, cela évoque une ouverture vers un autre récit et laisse envisager une suite. ^^

J'ai bien aimé également tes précisions lors du passage avec l'ami d'Inrikhu, Marien, cela permet de donner de la force à ton personnage en montrant qu'il s'entoure d'amis et de gens de confiance. Marien m'a fait penser à ces vieux compagnons d'arme auprès desquels le courage et la confiance ne se déshonorent jamais.


Bravo à toi pour cette réécriture, un exercice formateur : les intéressants ajouts que tu t'es offerts suite à nos retours me semblent déjà être une valorisante progression. Au plaisir de retrouver Inrikhu dans un futur récit. :)
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Opercule

  • Troubadour
  • Messages: 357
  • Nécroposteur aux mains froides
Re : [Erakis] Conflits aux frontières
« Réponse #10 le: 21 août 2020 à 21:15:50 »
Merci pour cette plongée rapide dans une nouvelle manière de vivre l’Érakis !
Première race anthropomorphe, même donnée dans ses grandes lignes, ça se fête.
Je n’ai lu que la V2, et il y a tout de même beaucoup d’informations qui tentent de s’infiltrer à chaque échange, geste, décision des protagonistes. 
J’ai trouvé plusieurs situations pas tellement réalistes (dans la limite où cet environnement peut l’être) dans le sens où ça me semble trop… scénario de film, dialogue hollywoodiens, manichéen, tropes poncifs, etc.
Je pense que tu gagnerais à moins voir ça comme un déroulement de film (avec tous les codes que tu connais) et tente de mettre plus de vie normale ? Genre, plus de temps pour l’ennui, les hésitations, le flottement ?

En ligne Bapt90

  • Calliopéen
  • Messages: 442
  • Baryum Platine
Re : Re : [Erakis] Conflits aux frontières
« Réponse #11 le: 22 août 2020 à 11:42:16 »
Merci pour cette plongée rapide dans une nouvelle manière de vivre l’Érakis !
Première race anthropomorphe, même donnée dans ses grandes lignes, ça se fête.
Je n’ai lu que la V2, et il y a tout de même beaucoup d’informations qui tentent de s’infiltrer à chaque échange, geste, décision des protagonistes. 
J’ai trouvé plusieurs situations pas tellement réalistes (dans la limite où cet environnement peut l’être) dans le sens où ça me semble trop… scénario de film, dialogue hollywoodiens, manichéen, tropes poncifs, etc.
Je pense que tu gagnerais à moins voir ça comme un déroulement de film (avec tous les codes que tu connais) et tente de mettre plus de vie normale ? Genre, plus de temps pour l’ennui, les hésitations, le flottement ?

Bonjour Opercule,
Merci pour ton passage. Il est vrai que j'ai beaucoup (trop) fondé ce texte d'une manière cinématographique :\? c'était compliqué de réunir "texte court" et "texte qui tient la route" tout en présentant une nouvelle espèce  ><
Je vais voir ce que je peux encore arranger  :)
All it takes is a beautiful fake smile to hide an injured soul and they will never notice how broken you really are. -Robin Williams

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 19 requêtes.