Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 juin 2021 à 20:22:23
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Essais, documents » L'Adversaire (Emmanuel Carrère)

Auteur Sujet: L'Adversaire (Emmanuel Carrère)  (Lu 519 fois)

Hors ligne Mascha

  • Scribe
  • Messages: 90
    • Mon site pro de révision linguistique
L'Adversaire (Emmanuel Carrère)
« le: 01 mai 2021 à 22:34:24 »
La présentation Wikipédia du livre (c'est une fiche assez complète) : https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Adversaire_(r%C3%A9cit)
La page de l'auteur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Carr%C3%A8re

Mon avis
La littérature postmoderne se distingue des autres courants par une tendance à mélanger différents genres, un style d’écriture enchevêtré et des personnages à l’identité fragmentée. L’Adversaire (2000) d’Emmanuel Carrère, un récit consacré à l’Affaire Romand, réussit l'exploit de présenter toutes ces caractéristiques au sein d’un même texte. Ainsi, l'auteur prend le parti de raconter un récit hétérogène en mélangeant les genres (le récit journalistique, le roman, la biographie, l’autobiographie, et l’épistolaire) aussi bien que les registres (tragédie, pathétisme...), les temporalités aussi bien que les points de vue, la vérité aussi bien que la fiction. Une forme particulière qui correspond bien à son propos : le mensonge, la monstruosité, le travail d'écriture, l'identité...

Il faut dire que j'ai lu ce livre attentivement, en prenant des notes en marges des pages, relevant ses particularités, tant le contenu est riche, beaucoup plus que ce qu'il semble de prime abord. C'est un récit à lire le crayon à la main.

L’Adversaire a marqué un tournant dans la littérature de l’Hexagone, ouvrant la voie aux récits postmodernes de non-fiction à la française, jusqu’alors peu présents dans ce pays, en en posant les bases : un récit de fait divers qui oscille entre le subjectif et l'objectif, entre le réel et la fiction, entre les réflexion de l'écrivain sur son processus d'écriture et les interrogations sur la société. Le paysage médiatique français s’est aujourd’hui ouvert à d’autres auteurs œuvrant dans ce genre, et ce, grâce à ce livre.

Un petit extrait que j'aime bien :
« Il me fallait un point de vue. [...] C'est pourquoi la suggestion que vous me faites dans votre dernière lettre, plaisantant à demi, d'adopter celui de vos chiens successifs, m'a à la fois amusé et convaincu que vous étiez conscient de cette difficulté. Difficulté qui est la vôtre évidemment bien plus que la mienne, et qui est l'enjeu du travail psychique et spirituel dans lequel vous êtes engagé : ce défaut d'accès à vous-même, ce blanc qui n'a cessé de grandir à la place de celui qui en vous doit dire « je ». Ce n'est évidemment pas moi qui vais dire « je » pour votre compte, mais alors il me reste, à propos de vous, à dire « je » pour moi-même. À dire, en mon nom propre et sans me réfugier derrière un témoin plus ou moins imaginaire ou un patchwork d'informations se voulant objectives, ce qui dans votre histoire me parle et résonne dans la mienne. Or je ne peux pas. Les phrases se dérobent, le « je » sonne faux » (p. 155-156).

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 18 requêtes.