Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

08 décembre 2021 à 11:36:44
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » L'Atelier » Cuisiner la langue : ustensiles et méthodes » Le syndrôme de l'éponge

Auteur Sujet: Le syndrôme de l'éponge  (Lu 5357 fois)

Hors ligne Ocubrea

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 258
    • Pour plus d'informations
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #15 le: 23 octobre 2021 à 13:21:39 »
Oh, c'est rigolo, c'est une pensée qui m'a déjà traversé l'esprit et sur laquelle je ne me suis jamais vraiment arrêtée...

Je crois que je ne suis pas encore assez avancée en écriture pour avoir un"style" particulier, mais j'ai effectivement déjà remarqué que ma manière d'écrire pouvait être fortement influencée par l'auteur que je lis en parallèle. Le problème, en ce qui me concerne, c'est que sans m'en rendre compte, les idées qui me viennent pour l'intrigue et les personnages s'en inspirent aussi ! :-¬? J'absorbe donc à la fois le fond et la forme, et ça ressort à ma sauce. Pour le fond, j'essaye de le combattre quand c'est trop évident, parce que bon, l'idée n'est pas de recopier le roman de quelqu'un d'autre.

Pour la forme par contre, j'avoue que je me laisse faire. Comme ça a déjà été dit, mais d'une autre manière peut-être, ça me permet d'explorer. Je crois qu'une des clefs dans l'écriture est de parvenir à trouver quelque chose d'harmonieux. Si on ne fait que des phrases longues, ça finit par en devenir lourd (sauf si on est un génie et que notre nom de famille commence avec "P" :mrgreen:). Et à l'inverse, des phrases trop courtes et cinglantes peuvent vite s'essouffler. Un style châtié mal maîtrisé peut devenir ridicule, mais un style trop simple n'a pas beaucoup d'intérêt. Donc je trouve que varier les styles en fonction de ce qu'on lit nous permet de tester différentes choses, de découvrir en pratiquant différentes manières de faire, et au final, je crois qu'on en retient ce qui nous plaît. Et je crois que c'est aussi comme ça qu'on finit par écrire de manière harmonieuse, tout en développant son propre style.

(Mais ce sujet me déprime aussi un peu parce que je me rends compte de tout le chemin qu'il me reste à parcourir !).
"Il est plus facile de jouer au mikado avec des spaghettis crus qu'avec des spaghettis cuits.” - Philippe Geluck.

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 764
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #16 le: 23 octobre 2021 à 19:26:09 »
intéressant sujet que tu as lancé il y a quinze ans Milla !

oui moi aussi j'ai eu ce problème - j'espère l'avoir moins mais je l'ai encore un peu. il m'arrive de faire du quasi-beckett sans trop m'en apercevoir, et évidemment c'est sinon presque ridicule, du moins une mauvaise piste.

je crois quand même qu'on peut en sortir, au moins deux méthodes (mais c'est vrai que ça peut être un peu long ocubrea mais je crois que c'est possible)

y a une méthode qui consiste à faire consciemment et consciencieusement des pastiches d'auteurs qu'on aime. c'est un excellent moyen d'éviter de pasticher sans s'en apercevoir (puisque là ça craint)

et puis sinon écrire écrire écrire, et essayer de trouver un relâc hument (y compris physique - en écrivant dans des postures physiques inhabituelles, qui amènent à "baisser la garde", à se lâcher, à se débrider, à "dérailler" de ses tics et de certaines manies ; en écrivant à des moments où on est particulièrement relâché - par exemple juste après avoir trop mangé :--))

c'est beaucoup un problème de relâchement je crois

mais c'est vrai que c'est très important tout ça ! (ça en est où d'ailleurs Milla depuis 2007 haha :--)?°)

Hors ligne Ocubrea

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 258
    • Pour plus d'informations
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #17 le: 23 octobre 2021 à 22:21:04 »
Hahaha je ne crois pas avoir un jour essayé d'écrire "dans des positions bizarres" pour me relâcher !

Sinon je viens de penser à quelque chose, c'est que malgré le fait que je lise beaucoup pour le moment, je n'ai pas noté d'influence entre ce que je lisais et ce que j'écrivais dernièrement, et la raison en est toute simple : je lis en anglais ! :D Du coup, c'est beaucoup plus difficile de capter le style de l'auteur et surtout, de le transposer en français. Du coup, mon style actuel est quasi libre d'influence externe (je crois :\?).

Bref, j'ai trouvé ce détail rigolo, alors je voulais le partager !
"Il est plus facile de jouer au mikado avec des spaghettis crus qu'avec des spaghettis cuits.” - Philippe Geluck.

En ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 950
Re : Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #18 le: 24 octobre 2021 à 13:40:33 »
intéressant sujet que tu as lancé il y a quinze ans Milla !

oui moi aussi j'ai eu ce problème - j'espère l'avoir moins mais je l'ai encore un peu. il m'arrive de faire du quasi-beckett sans trop m'en apercevoir, et évidemment c'est sinon presque ridicule, du moins une mauvaise piste.

je crois quand même qu'on peut en sortir, au moins deux méthodes (mais c'est vrai que ça peut être un peu long ocubrea mais je crois que c'est possible)

y a une méthode qui consiste à faire consciemment et consciencieusement des pastiches d'auteurs qu'on aime. c'est un excellent moyen d'éviter de pasticher sans s'en apercevoir (puisque là ça craint)

et puis sinon écrire écrire écrire, et essayer de trouver un relâc hument (y compris physique - en écrivant dans des postures physiques inhabituelles, qui amènent à "baisser la garde", à se lâcher, à se débrider, à "dérailler" de ses tics et de certaines manies ; en écrivant à des moments où on est particulièrement relâché - par exemple juste après avoir trop mangé :--))

c'est beaucoup un problème de relâchement je crois

mais c'est vrai que c'est très important tout ça ! (ça en est où d'ailleurs Milla depuis 2007 haha :--)?°)
C'est pas moi !!! C'est Milora !  :coeur:
(j'étais même pas née au monde (de l'écriture) en 2007  :D :D )

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 764
Re : Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #19 le: 24 octobre 2021 à 20:04:41 »
Hahaha je ne crois pas avoir un jour essayé d'écrire "dans des positions bizarres" pour me relâcher !

Sinon je viens de penser à quelque chose, c'est que malgré le fait que je lise beaucoup pour le moment, je n'ai pas noté d'influence entre ce que je lisais et ce que j'écrivais dernièrement, et la raison en est toute simple : je lis en anglais ! :D Du coup, c'est beaucoup plus difficile de capter le style de l'auteur et surtout, de le transposer en français. Du coup, mon style actuel est quasi libre d'influence externe (je crois :\?).

Bref, j'ai trouvé ce détail rigolo, alors je voulais le partager !

oui c'est intéressant ! ! e /mais by the way pourquoi lis tu en anglais?

Hors ligne RomainD

  • Calligraphe
  • Messages: 131
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #20 le: 24 octobre 2021 à 20:18:37 »
Je me suis reconnu dans ce syndrome car j'ai l'impression d'être un petit singe de Modiano.

Ce qui ne me fait pas du tout plaisir.
Mon site où sont publiés mes textes : https://romaindardel.fr/home/ - bonne lecture !

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 764
Re : Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #21 le: 24 octobre 2021 à 23:53:49 »
Je me suis reconnu dans ce syndrome car j'ai l'impression d'être un petit singe de Modiano.

Ce qui ne me fait pas du tout plaisir.

si tu t'en aperçois c'est que le plus dur est fait !

le problème c'est quand on ne se rend pas compte qu'on singe un auteur !
toi ça me fait penser à ce que disent les médecins : "une maladie diagnostiquée, c'est une maladie à moitié guérie !"

Hors ligne Ocubrea

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 258
    • Pour plus d'informations
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #22 le: 25 octobre 2021 à 00:08:40 »
Hahaha je ne crois pas avoir un jour essayé d'écrire "dans des positions bizarres" pour me relâcher !

Sinon je viens de penser à quelque chose, c'est que malgré le fait que je lise beaucoup pour le moment, je n'ai pas noté d'influence entre ce que je lisais et ce que j'écrivais dernièrement, et la raison en est toute simple : je lis en anglais ! :D Du coup, c'est beaucoup plus difficile de capter le style de l'auteur et surtout, de le transposer en français. Du coup, mon style actuel est quasi libre d'influence externe (je crois :\?).

Bref, j'ai trouvé ce détail rigolo, alors je voulais le partager !

oui c'est intéressant ! ! e /mais by the way pourquoi lis tu en anglais?
Simplement parce que les auteurs que je lis pour le moment sont anglophones et parce que je veux pratiquer un peu, j'en ai marre de lire des traductions (puis pour les livres plus récents, certains ne sont même pas encore traduits donc pas le choix ^^).
"Il est plus facile de jouer au mikado avec des spaghettis crus qu'avec des spaghettis cuits.” - Philippe Geluck.

Hors ligne RomainD

  • Calligraphe
  • Messages: 131
Re : Re : Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #23 le: 25 octobre 2021 à 19:20:41 »
Je me suis reconnu dans ce syndrome car j'ai l'impression d'être un petit singe de Modiano.

Ce qui ne me fait pas du tout plaisir.

si tu t'en aperçois c'est que le plus dur est fait !

le problème c'est quand on ne se rend pas compte qu'on singe un auteur !
toi ça me fait penser à ce que disent les médecins : "une maladie diagnostiquée, c'est une maladie à moitié guérie !"

J'apprécie ton optimisme Meilhac.

Néanmoins me vient une question conne : que faire quand on devient un singe de soi-même ?!
J'ai l'impression que récemment mon écriture ronronne, comme si j'étais devenu une propre parodie de mes textes !! Au secours quoi !
Peut-être est-ce cela que l'on appelle une "crise d'inspiration" ??

Je ne sais pas.

Néanmoins merci pour ton soutien !
Mon site où sont publiés mes textes : https://romaindardel.fr/home/ - bonne lecture !

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 764
Re : Re : Re : Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #24 le: 25 octobre 2021 à 22:07:39 »
Je me suis reconnu dans ce syndrome car j'ai l'impression d'être un petit singe de Modiano.

Ce qui ne me fait pas du tout plaisir.

si tu t'en aperçois c'est que le plus dur est fait !

le problème c'est quand on ne se rend pas compte qu'on singe un auteur !
toi ça me fait penser à ce que disent les médecins : "une maladie diagnostiquée, c'est une maladie à moitié guérie !"

J'apprécie ton optimisme Meilhac.

Néanmoins me vient une question conne : que faire quand on devient un singe de soi-même ?!
J'ai l'impression que récemment mon écriture ronronne, comme si j'étais devenu une propre parodie de mes textes !! Au secours quoi !
Peut-être est-ce cela que l'on appelle une "crise d'inspiration" ??

Je ne sais pas.

Néanmoins merci pour ton soutien !

si tu écris toujours pareil c'est peut-être que tu as trouvé ton style !!!

moi c'est l'inverse: ça m'arrive - de moins en moins, mais encore - d'écrire différemment selon ce que je viens de lire - et ça m'amène à me dire, flûte, je ne me suis peut-être pas encore complètement débarrassé de tout ce qui n'est pas moi.

Hors ligne RomainD

  • Calligraphe
  • Messages: 131
Re : Re : Re : Re : Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #25 le: 25 octobre 2021 à 22:23:52 »
Je me suis reconnu dans ce syndrome car j'ai l'impression d'être un petit singe de Modiano.

Ce qui ne me fait pas du tout plaisir.

si tu t'en aperçois c'est que le plus dur est fait !

le problème c'est quand on ne se rend pas compte qu'on singe un auteur !
toi ça me fait penser à ce que disent les médecins : "une maladie diagnostiquée, c'est une maladie à moitié guérie !"

J'apprécie ton optimisme Meilhac.

Néanmoins me vient une question conne : que faire quand on devient un singe de soi-même ?!
J'ai l'impression que récemment mon écriture ronronne, comme si j'étais devenu une propre parodie de mes textes !! Au secours quoi !
Peut-être est-ce cela que l'on appelle une "crise d'inspiration" ??

Je ne sais pas.

Néanmoins merci pour ton soutien !

si tu écris toujours pareil c'est peut-être que tu as trouvé ton style !!!

moi c'est l'inverse: ça m'arrive - de moins en moins, mais encore - d'écrire différemment selon ce que je viens de lire - et ça m'amène à me dire, flûte, je ne me suis peut-être pas encore complètement débarrassé de tout ce qui n'est pas moi.

Après si ça t'arrive uniquement lorsque tu lis ça veut donc dire qu'autrement tu as un style bien défini, non ? et je trouverais étrange que l'on soit complètement hermétique à notre lecture actuelle ; pour moi elle nous influence sûrement même sur des détails dont on ne se rend pas compte. Enfin, peut-être que je me trompe, peut-être que certains arrivent à faire complètement vase clos entre l'écriture et la lecture !

Ah si ce que je prenais pour du ronronnement est en fait une solidification de mon style je m'en réjouis !
Mon site où sont publiés mes textes : https://romaindardel.fr/home/ - bonne lecture !

Hors ligne Opercule

  • Modo
  • Prophète
  • Messages: 764
  • Nécroposteur aux mains froides
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #26 le: 25 octobre 2021 à 23:31:39 »
en plus du style, c’est aussi possible qu’on se mette à copier des situations, des scènes, des scénarios ? Et là, je parle au-delà des tropes ou bien de l’épopée du héros en X étapes, juste… un genre de pastiche, toujours, de ce qu’on vient de lire…

Hors ligne Ocubrea

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 258
    • Pour plus d'informations
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #27 le: 26 octobre 2021 à 11:53:30 »
Oui, comme j'ai dit plus haut moi ça m'arrive souvent. Je vais tout à coup me dire, "Eh, j'ai une super idée ! Et si tout à coup tel personnage faisait telle chose et disait tel truc à tel autre ?" ou "Ah, mais j'ai trouvé sa backstory dramatique, en fait blablablablabla" et puis en y réfléchissant, je me rends compte que ces idées sont généralement tirées de ce que je suis en train de lire, mais complètement déformées, réarrangées et méconnaissables, à ma sauce. Parfois, c'est tellement éloigné du récit dont je m'inspire et ça correspond tellement à mon intrigue que je le garde, mais quand ça s'en rapproche trop je jette.

Donc à la base c'est un processus complètement inconscient, ce n'est que quand j'y réfléchis et que j'analyse les choses que je le réalise...
"Il est plus facile de jouer au mikado avec des spaghettis crus qu'avec des spaghettis cuits.” - Philippe Geluck.

Hors ligne Opercule

  • Modo
  • Prophète
  • Messages: 764
  • Nécroposteur aux mains froides
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #28 le: 26 octobre 2021 à 11:57:54 »
est-ce qu’on devrait être plus conscient pour les éviter ou bien pour les faire de façon plus consciente ?

Hors ligne Ocubrea

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 258
    • Pour plus d'informations
Re : Le syndrôme de l'éponge
« Réponse #29 le: 26 octobre 2021 à 12:19:43 »
Pour moi, de nouveau, ça dépend de la part de "toi" et de la part de "l'autre" dans chaque cas particulier :)

Je crois qu'il est absolument impossible d'écrire en se détachant de toute forme d'influence extérieure : ce qu'on lit, ce qu'on voit, ce qu'on entend nous marque et, en fonction de ce qu'on a aimé ou pas, on va toujours l'absorber puis s'en inspirer d'une manière ou d'une autre dans nos propres récits. Quand il s'agit d'un livre dans lequel on est plongé au même moment que l'on écrit, ça me semble normal que cette influence se fasse plus sentir.

Cependant, ces "morceaux" que l'on reprend sont rarement repris tels quels, ils vont toujours être "mélangés" avec notre propre imaginaire... et c'est là pour moi qu'il est important de déterminer à quel point. En prenant un personnage par exemple, si tu as l'impression que la grosse majorité de son développement vient de toi, mais que ta lecture t'a donné de l'inspiration pour un détail qui, remis à ta sauce, va juste lui apporter un peu plus de profondeur, une petite singularité, quelque chose qui le fait encore plus correspondre à ton récit : pour moi ça vaut la peine de garder. Mais à l'inverse, si tu as un personnage qui apparaît subitement dans ton imagination et que, après réflexion, tu te rends compte qu'il s'agit juste d'une version déformée du personnage de base, alors il faut soit le jeter, soit travailler dessus à fond, jusqu'à être sûr qu'au final, la majorité de ce qui le constitue vient de toi.

Donc pour répondre à ta question : il faut en être conscient pour pouvoir faire un choix ! ^^
"Il est plus facile de jouer au mikado avec des spaghettis crus qu'avec des spaghettis cuits.” - Philippe Geluck.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.02 secondes avec 18 requêtes.