Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

03 décembre 2021 à 05:15:12
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes mi-longs » L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V4 [fantasy]

Auteur Sujet: L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V4 [fantasy]  (Lu 1727 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 521
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Bonjour,


Voici un texte qui a été publié pour la première fois le 12 août 2020.

Il fait partie d'un univers plus large à partir duquel je crée une série de récits se transformant peu à peu en une épopée d'heroic fantasy. Vous pouvez consulter mon carnet de bord pour trouver d'autres publications autour de ce projet enthousiasmant.


Le présent texte est en chantier, il ne faut donc pas compter sur la version finale avant encore au moins un an car il y aura beaucoup de nouveautés à intégrer au texte avant son aboutissement. Si vous souhaitez découvrir la plus récente version du texte (qui est la quatrième en l'état), présente ci-dessous, vos commentaires devraient m'aider à avancer dans ce gros ouvrage qu'il me reste à faire grâce à une aide bienveillante.

Impressions, idées nouvelles, doutes, propositions sont tout ce qui donne vie à mes étapes d'écriture.

De nombreuses zones d'ombre demeurent cependant dans le texte : elles ne feront l'objet de nouveaux apports et précisions que lorsque l'ensemble des récits épiques auront été créés pour remettre du lien entre chaque récit un à un.

Si l'un de vous souhaitait faire une comparaison entre les anciennes versions et la nouvelle, cf. première version du texte ou bien seconde version du texte, voire enfin la troisième version du texte qui étaient alors des ébauches (l'une date du 12 août, l'autre du 18 août, la dernière du 19 septembre 2020).

La version du présent post est ci-dessous proposée en date du 20 octobre 2021.


Je reste disponible pour l'occasion s'il y avait des remarques, commentaires, suggestions, questions ; merci à l'avance pour vos retours et avis à la suite de votre découverte du texte. ^^


L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney

           « Mon cher ami,
         
           « Comme vous vous en doutiez, deux siècles n'ont pas suffi à conformer les puïons à la vie des hauteurs. Notre tentative pour trouver un accord à l'Hôtel de la propriété s'est conclue par une fin de non recevoir. Le roi Puïo III renforcera bel et bien les taxes foncières sur ses terres... mais uniquement celles destinées aux communautés étrangères, une façon de donner aux colons tous les privilèges de leurs conquêtes.
           « À Faremport, les relations entre les Nains et les Elfes sont de plus en plus tendues : ceux-ci colonisent progressivement les grottes qui étaient initialement destinées à ceux-là, et ce en rachetant des nurseries troglodytes pour les convertir en entrepôts à algues séchées, algues qui forment la première alimentation des Elfes de la côte contrairement aux Nains qui pratiquent plutôt la pêche sur la mer Closedindie. Aux Purnombles, près de Brisebarrière, ce sont trois cents Graouriattes qui se sont faits exproprier d'un bois avant de découvrir leurs arbres abattus par les bûcherons brisebarrons sous prétexte qu'ils ne faisaient pas partie de la « liste des bois sacrés à ne pas détruire ». Dans la Curveurière, vallée limitrophe à la Jungle cuivrée, c'est un village entier d'ours qui a été incendié au profit de l'installation d'une plantation agricole homodéférée aux feux follets.
           « La fameuse « Réforme » du roi, s'annonçant au début comme un geste diplomatique en faveur des besoins des communautés étrangères, se transforme actuellement en une nouvelle conquête monarchique repoussant toujours plus loin les frontières des Elfes.
           « Face à ce constat d'échec, l'inauguration de notre Hôtel d'observation traduit un espoir de la dernière chance, une occasion unique dont nous devons saisir l'intérêt pour les prochaines années, un enjeu déterminant en matière de pacification des relations inter-communautaires.
           « Faites-moi part de votre avis sur la question au plus vite... En attendant votre sentiment à ce sujet, je vous souhaite bonne chance pour la grande journée qui vous attend.
           « Signé votre secret ami depuis Tressybourg. »
          À la lecture de ces mots d'amitié, Highseamentor eut un pincement au cœur à l'idée que les inégalités se creusant entre les Elfes et les autres peuples rendaient l'équilibre inter-communautaire impossible.
          L'observateur Highseamentor se trouvait à cette époque à Dwarfiney, la cité du piémont, le grand carrefour des mondes : entre les montagnes qui s'étendaient à l'arrière et les vallées ouvrant l'horizon à l'avant, Dwarfiney la ville des Nains jouait depuis des siècles le rôle de rendez-vous des communautés diversifiées.
          Nul ne pouvait parler d'une supposée « architecture dwarfinaude » : à Dwarfiney, les rues étaient surdimensionnées ou sous-dimensionnées (au choix...) ; les habitations (tantôt en marbre, tantôt en chaux, tantôt en silex, tantôt en ébène, tantôt en briques, tantôt en chêne) ne laissaient envisager aucune hiérarchie ; les propriétés elles-mêmes changeaient sans raison, si bien que certaines bicoques recevaient de nouveaux occupants chaque année sans que personne ne sût précisément qui habitait où, ni pourquoi. Malgré ses longues années derrière elle, la collectivité naine n'était parvenue jusque-là à faire naître qu'un unique Hôtel maraîcher, une sorte de grand magasin ne s'adressant quasiment qu'à des particulières & particuliers à la recherche d'une hybridation pour leur jardin privé. Avec ce nouvel Hôtel d'observation, l'image de la ville allait être bouleversée.
          Dans un geste d'ouverture, les observatrices & observateurs qui avaient initié la construction de ce nouvel Hôtel s'étaient entendus sur l'idée de faire construire le bâtiment par les Elfes, ce dans l'espoir de favoriser les échanges de bons procédés, de donner une nouvelle forme à la cohabitation souhaitée par les Nains. Pourtant, des voix dissidentes s'étaient élevées contre les architectes elfiques, des syndicats de Nains en colère s'étaient formés dans les montagnes avant de déferler sur Dwarfiney dans une contestation anarchique.
          Il s'en fallut de peu que le projet d'Hôtel ne fusse abandonné !
          Pourtant, Highseamentor et ses amis parvinrent finalement à négocier un accord acceptable pour tous les partis : d'un côté les Elfes durent superviser les structures et fondations de l'ouvrage pour un certain prix, tandis que de l'autre côté les Nains furent embauchés à moindre prix afin de réaliser le gros œuvre ; autrement dit, une entente fragile parvint à faire cohabiter les deux communautés le temps du projet. Une accalmie provisoire qui ne prévoyait pas de durer éternellement...
          Puis vint le jour de l'inauguration : la présidence de l'Hôtel d'observation fut confiée à Eaglebeard tandis que les disciples de la prophétie devaient assurer la promotion d'une Assemblée d'inauguration pour le premier lancement des activités laborantines (classification des espèces, classes et mnémophylums, études sociales des phénomènes culturels spécifiques, histoire des sciences de l'observation et disciplines connexes, etc.).
          Highseamentor relut une dernière fois la lettre que lui avait envoyée son ami pour se donner du courage en se recentrant sur ses objectifs essentiels, puis il quitta sa demeure avant de se rendre à l'Hôtel où devait se dérouler l'inauguration.



          L'Hôtel d'observation correspondait en tout point à l'idéal elfique : une mesure au point, une sobriété froide, un caractère imposant, une seule apparence quel que fût l'angle de vue. En bâtisseurs d'excellence, les Elfes avaient nivelé le sol pour stabiliser l'édifice en forme de losange aux côtés incurvés. En chimistes de renom, ils avaient fait appel à des matériaux de leur invention pour en pérenniser la longévité. Un revêtement grillagé en bois allait permettre de dissimuler l'austérité du lieu, car les glycines plantées au pied des murs croissaient bien vite grâce aux engrais dont eux seuls avaient le secret. Les tuiles de la toiture, d'une couleur écarlate, provenaient de Clairièrebourg, rougissant l'horizon d'un air délicat.
          L'inauguration de l'Hôtel allait commencer, les visiteuses & visiteurs se pressaient à l'intérieur du hall bien-nommé Antre pyramidette conformément à la très originale apposition naine qualifiant les rares lieux officiels présents dans leur cité. Environ trois cents personnes pouvaient s'y tenir, observer les immenses colonnes aux larges fûts quadrangulaires surplombés d'un chapiteau sculpté revêtant la forme d'un visage de batracien. Eaglebeard, doyenne nouvellement proclamée de ce laboratoire d'études prophétiques, en qualité de Figure présidentielle de l'Hôtel d'observation, avait confié la réalisation de cet ouvrage aux architectes elfiques de Faremport dont l'utilisation intensive d'un bétonnage expert rendait la structure à la fois austèrement grise et monumentale.
           « Venez, approchez-vous et prenez place, notre première Assemblée va commencer, » déclara Highseamentor  qui, voyant le monde affluer pour l'inauguration, tentait de retrouver quelques observateurs parmi la foule.
          Au bout de l'Antre pyramidet, une grande porte donnait sur la salle principale du bâtiment : pouvant accueillir près de six cents personnes, on la dénomma Amphithéâtre cæatæéen, ses lustres au plafond résultaient d'une imitation du style reptile dit « figéen » (rubans de minerais tissé, dorures sur céramique, bougies de cire, etc.). La surprise des invités fut des plus grandes lorsqu'ils découvrirent dans cette grande salle de conférence les objets exotiques exposés aux murs : flèches et carquois peinturés, serpents à ventilation empaillés, magnifiques meubles monarchiques venus d'un lointain ailleurs, instruments de musique fraîchement arrivés de la très éloignée ville de Cæatæée.
           « Eaglebeard ! Hey hi hé ho, Eaglebird, dis-moi, où est passé notre invité surprise ? s'écria théâtralement Highseamentor par-dessus le tumulte de la foule se pressant dans l'Amphithéâtre.
          — Hey hu hu, Highseamentor, notre prestigieux maître de cérémonie prépare son discours de remerciements. Il sera prêt d'ici quelques instants, » lui répondit la doyenne, signifiant son excitation par un salut gesticulé.
          L'excitation gagnait les uns et les autres avant de découvrir qui était cet « invité surprise » dont tout le monde parlait tant. L'inconnu n'était autre qu'un observateur de la communauté des Francs-Tireurs – un humble disciple de la prophétie ayant longtemps voyagé. L'expédition de l'équipe naine en l'aire maquiristique avait fait des envieux, et plusieurs se mourraient d'impatience de voir comment se présentait cet étranger. Certains avaient même amené des cadeaux typiques du peuple des Monts venteux (pioches, minerais d'or huilé, branche de noyer) pour qu'ils fussent emportés par le Franc-Tireur lors de son retour auprès des siens.
          Des gradins se trouvaient alignés dans la salle, tournés vers un pupitre où devaient se produire les intervenants. Des observateurs issus des communautés proches de celle de Nains eurent les premières places à l'avant, tandis que bourgeois, badauds et inconnus se disputaient les dernières places inoccupées, contraints parfois de rester debout tant l'affluence était grande.
          Le maître de cérémonie entra enfin en scène, apparaissant sous les traits d'un fier humanoïde aux écailles lisses paré d'une robe chaude à froufrous pourpres.
           « Nous allons démarrer l'Assemblée ! clama haut et fort Highseamentor. Veuillez faire place au représentant du peuple des Francs-Tireurs, un observateur dont nous entendrons la parole avec attention.
          — En mon nom de Figure présidentielle de l'Hôtel d'observation, ajouta par-dessus Eaglebeard, je vous prie de faire silence, de tendre l'oreille vers la prestigieuse participation de notre invité surprise...
          — Mesdames les observatrices et Messieurs les observateurs, introduisit d'une voix fluette le Franc-Tireur, je suis venu de loin, fort loin en un merveilleux voyage. Quel plaisir d'avoir maintenant le privilège d'accéder humblement à l'Hôtel d'observation de Dwarfiney. Et vous ici ? Me faisant l'honneur de m'accorder la première parole de l'Assemblée d'inauguration, je dois vous remercier pour votre chaleureux accueil, pour le titre d'observateur invité que vous m'accordez aujourd'hui, vous remercier pour la dignité  que vous apportez à notre peuple en donnant à votre grande salle d'observation le nom de notre collectivité toute nouvelle : Cæatæée vous en remercie elle aussi.
          « Enfin, veuillez excuser le trémolo d'émotion dans ma voix... souligna le Franc-Tireur d'un ton larmoyant. J'apporte avec moi le message d'un émissaire de la paix, un mot de bienveillance venu depuis le royaume dont je suis personnellement issu. Un transit d'une civilisation à l'autre.  Aujourd'hui, le thème de l'Assemblée sera la cohabitation entre les peuples, l'équilibre de tous, le soin accordé à nos liens d'intérêt commun, je laisse maintenant la parole à la présidente Eaglebeard, » conclut-il d'une voix grave.
          La Naine reçut fort bien les éloges de son invité. L'observatrice Eaglebeard aimait présider ce lieu, son étude de la prophétie lui plaisait également. Physiquement, son teint était rose pâle, tirant légèrement sur l'argenté, et son sourire chaleureux pouvait faire fondre un iceberg.
           « Un grand merci à vous, Franc-Tireur, vous n'oublierez pas de partager auprès des vôtres, les Francs-Tireurs, nos messages de bienveillance, de sentiments réciproques : nous tenions à faire montre de la plus grande curiosité pour les cultures étrangères à nos propres mœurs en écoutant votre parole à la voix aux multiples tonalités. C'est dit ! Vous pouvez applaudir notre invité surprise...
           « En ce qui me concerne, poursuivit-elle après les applaudissements, je souhaite ouvrir cette présente Assemblée en félicitant les Elfes pour leur altruisme et leurs excellentes constructions : même si nous n'avons aujourd'hui que l'observateur Thomasconçût et l'observatrice Dianeforgeât pour représenter les intérêts elfiques auprès de nous autres, malheureusement ; nous avons en revanche la chance de bénéficier des services des collectivités elfiques de Tressybourg pour l'architecture du bâtiment, et de Faremport pour les matériaux de construction, et cela heureusement. Sans oublier la localité de Clairièrebourg qui a fait voyager des tuiles rouges jusqu'aux hauts-plateaux de Dwarfiney. Cela mérite encore des applaudissements...
           « Il y a quelques Elfes qui se trouvent dans la foule aujourd'hui, mais ils ne sont pas tellement des disciples de la prophétie, enfin ! Ils sont quand même les bienvenus à l'inauguration, après tout. Nous espérons que les Nains comprendront notre choix de solliciter des artisans elfiques et n'y verront en rien un bâtiment extra-airestre – autrement dit : un lieu sorti de son contexte d'origine –, nous avons voulu nous fier à la communauté elfique pour construire ce bâtiment car...
          —Oui... Sauf que... Si je puis me permettre... fut-elle coupée par Highseamentor qui exprima ses réticences ainsi : Non que je veuille critiquer les Elfes pour leur longueurs et nombreux retards à la finition de l'ouvrage ! Mais je me permets de remarquer le manque de générosité dont font preuve leurs architectes : les travaux nous ont coûté trop cher, pas besoin de s'étendre en politesses sur ce point. Les Dwarifnauds, eux, ne sont jamais en retard : nous payerons la somme que nous leur avons promise, les minerais négociés durement par eux leur seront livrés en temps et en heure, et ça suffira à les contenter. Ne faisons pas fuir les observateurs présents dans la salle en nous attardant sur de basses vulgarités indignes de nos scientifiques. »
          Cette déclaration fracassante de Highseamentor ne manqua pas de jeter le trouble au sein de l'Amphithéâtre, car en coupant ainsi la parole à la présidente de l'Hôtel en pleine inauguration, la hiérarchie des priorités se trouva bousculée pour de bon. Les disciples en présence n'éprouvèrent pas toutes & tous de la même façon la parole inattendue du Nain : les Trobaulèzes étaient choqués ; les Graouriattes s'en amusaient ; les Menomyniques s'en étonnaient ; tandis que les deux Elfes Thomasconçût et Dianeforgeât demeuraient fermement impassibles. Pourtant les Nains ne voyaient pas dans la parole de Highseamentor un manque de respect envers la présidente : pour eux, au contraire, la parole se devait d'être libre quelles qu'en soient les circonvolutions provoquées au cours de la discussion...
          « Moi, je pense qu'on a quand même un problème avec les Elfes, ajouta un laborantin depuis les gradins, même si la bière elfique est bonne, leur humeur est changeante...
          — Ce n'est pas à moi de parler en connaisseur, surenchérit un observateur nain qui entrait sur scène, mais la dernière fois que je suis allé à l'Hôtel de construction à Brisebarrière, les Elfes m'en ont refusé l'accès sous prétexte que j'étais ivre – à leurs yeux.
          — En ce qui me concerne, j'ai des doutes quant à la métallurgie de Faremport, la structure exubérante de cet Hôtel d'observation va nous tomber sur la tête une jour ou l'autre ! insista un dernier un peu grincheux. Je veux dire : Pourquoi pensez-vous que cela nous ait coûté si peu cher ? Il y a anguille sous roche... Et pourquoi les Elfes devraient-ils avoir le privilège d'être considérés comme de meilleurs artisans que les Nains ? Ça n'a aucun sens ! »
          À ces mots humiliants, l'observateur Thomasconçût aux oreilles plumeuses quitta la salle sans attendre. Quant à l'observatrice Dianeforgeât aux oreilles dardées, ni grimace ni protestation : elle attendait impassiblement que cette Assemblée anarchique comme toutes celles de Dwarfiney se calmât, se rappelât à l'ordre.
          L'Elfe Dianeforgeât était âgée maintenant, elle savait combien l'observation reposait sur une constante capacité à orienter la concentration vers le cœur du problème pour y trouver des causes fondamentales. Elle ne bougea pas d'un pouce, attendant l'instant précis de l'Assemblée où elle allait saisir l'attention des auditeurs afin de rappeler la nécessité de maintenir une certaine cohabitation entre les peuples.
           « Voilà ce qui arrive quand on se fie aux Elfes : plus personne ne s'écoute et ça se termine à grands coups de hache sur le crâne ! » hurla Highseamentor dans le tumulte ambiant, quittant lui aussi les lieux.
          Puisqu'il ne parvenait plus à attirer l'attention de ses camarades, Highseamentor décida de sortir de la grande salle pour prendre un peu l'air. Il fut surpris de voir le nombre gigantesque de personnes de toute origine qui fourmillait dans l'Antre pyramidet : tant de curieux attirés par la parole des disciples de la prophétie. Il fallut alors à Highseamentor pousser deux ou trois personnes pour que celles-ci se rendissent compte qu'il était là à essayer de s'échapper du lieu, et qu'elles le laissassent enfin passer vers la sortie. Le succès torrentiel de ce nouvel édifice n'allait pas tarir de sitôt, et le Nain se dit alors en lui-même que, si la première Assemblée devait rester un échec, rien ne l’empêchait personnellement d'en organiser une nouvelle le lendemain pour essayer de faire enfin avancer les choses.



           « Maître observateur, ne partez pas si vite ! clama un Trobaulèze à l'entrée de l'Hôtel.
          — Tiens donc, un journaliste du Lynx ! » répliqua Highseamentor à la vue du félin.
          C'était en effet un quadrupède de la Jungle cuivrée qui venait à sa rencontre : l'individu était grand, même à quatre pattes, il lui arrivait quasiment à hauteur d'épaule. Les deux lettrés partirent ensemble vers les jardins libertaires de Dwarfiney aux conifères de toute sorte et aux potagers de pommes de terre plantées n'importe comment. Le journaliste s'assit par terre en sortant un carnet de sa sacoche, car les lynx ne savaient pas écrire debout, interviewaient donc leurs invités en position assise.
           « Monsieur l'observateur, une déclaration pour le journal du Lynx ? Que pouvez-vous nous dire de cette inauguration ?
          — Voyez par vous-mêmes, répondit Highseamentor plein de malice, appréciez la beauté de cet ouvrage féerique : les murs recouverts de végétation, la consolidation en béton faremporton d'une stabilité inimitable, les finitions coulées dans des moules sur mesure, le toit tuilé au gré de la sueur des serfs de Clairièrebourg. Que c'est magistral ! Dans la forme quadrangulaire de cette architecture, j'entrevois le symbole du carrefour entre les peuples, la première rencontre entre les étrangers, le socle d'une invitation inter-espèce, voire même la croisée des chemins magnifiques. Quelle fougue, mais quelle fougue !
          — Comptez-vous accueillir des étrangers au sein de votre établissement ? le questionna le Trobaulèze.
          — La véritable question, la seule qui puisse faire honneur à notre discipline, n'est pas tant de savoir si nous accueillerons des observatrices & observateurs issus des lointaines peuplades, mais plutôt de savoir comment nous parviendrons à répondre à leurs besoins, à les attirer, à les pousser à rester chez nous. Graouriattes, Astréens, Féminardais, et surtout nos amis rhizocuivrés... Nous prévoyons de faire de cet établissement le lieu d'étude et d'interprétation de la prophétie sous toutes ses formes, y compris lorsqu'elle touche des collectivités étrangères à notre société.
          — Avez-vous reçu l'invitation du conseil d'Urnauhout ? Allez-vous la décliner ?
          — J'ai bien reçu l'invitation des autorités trobaulèzes, confirma le Nain. Et je compte bien y répondre dans les semaines qui viennent. Je remercie chaleureusement le conseil théocratique d'Urnauhout, avec tout le respect que je dois aux doyens de la canopée. »
          Il s'agenouilla un instant, décrochant une serpe de sa ceinture, approcha sa lame d'une tige et cueillit une tomate jaunâtre qu'il coupa en deux. Il l'observa, la serra dans sa paume de ses doigts velus en laissant s'échapper le jus au sol.
           « Voyez-vous cette minuscule tomate, peu goûteuse, peu sucrée, peu élégante. Elle est le piteux résultat des bouturages et cultures réalisés par nos meilleurs botanistes. Nous qui avons des serres communes gigantesques où tout le monde peut entrer, sortir comme bon lui semble, nous ne sommes même pas capables de produire une tomate digne de ce nom. En tant qu'observateur, je veux relever le défi de descendre jusqu'à la Jungle cuivrée afin de trouver de nouveaux échantillons ; je les rapporterai ici pour relancer nos recherches. En passant par les bois, j'en profiterai pour faire un coucou à vos amis, » conclut Highseamentor impertinent.
          Le journaliste fit une mine sombre, interloqué par l'apparente liberté de ton du Nain. Il fit un geste sacré en levant la patte trois fois au ciel, et deux fois vers l'horizon, comme pour conjurer le mauvais sort en effaçant les jurons prononcés qui allaient à l'encontre de sa religion. Enfin, il prit de nouvelles notes sur son carnet en demandant une dernière chose :
           « Monsieur l'observateur, vous êtes un disciple de la prophétie, votre connaissance des arcanes passionne nos lecteurs, ceux-ci seront curieux de connaître votre avis sur la récente disparition de la magie égérante.
          — Vos lecteurs ? Ah ! Mais oui. Bien sûr, j'avais oublié pourquoi nous étions là, vous et moi... En ma qualité de professeur en prophéties transhumantes, je me suis tout particulièrement intéressé à ce phénomène qui a touché votre peuple récemment. Transmettez à vos lecteurs mes vœux de compassion face à la crise de l'identité qui s'annonce. Des transformations vous attendent, celles-ci seront observées par notre Hôtel ; elles bénéficieront prochainement d'une publication rassemblant les conclusions de nos experts avec une introduction documentée écrite par le docteur Godsendgreen. En attendant sa sortie, n'hésitez pas à nous envoyer vos remarques sur les phénomènes magiques se produisant remarquablement çà et là. Courriers à adresser à notre nouvelle boîte postale à Dwarfiney. Salut ! »
          Le reporter nota bien vite sur son carnet d'écriture les précieuses réponses qu'Highseamentor venaient de lui soumettre... Nul doute que ces mots allaient traverser l'aire forestorique dès la prochaine parution du journal du Lynx.



          Un brouhaha immense retentit depuis l'Hôtel d'observation de Dwarfiney : une dispute éclatait à propos de l'architecture du lieu pendant l'Assemblée.
           « Vous avez été tellement obsédés par l'ambition des Elfes que vous avez fait fabriquer une immense salle d'exposition pour le spectacle qui limite déraisonnablement le nombre de salles de cours attribuées à l'enseignement ! s’exclama un Nain parmi les observateurs.
          — Voyons, Messieurs, calmons-nous un peu, proposa poliment Eaglebeard.
          — Depuis que les colons elfiques sont arrivés en ville, ils exigent de nous l'établissement d'un jardin d'enfants pour leur progéniture, cela ne correspond pas à l'état d'esprit de notre cité à nous, ça non !
          —Si je puis me permettre... s'interposa le maître de cérémonie Franc-Tireur d'une voix grésillante. Chez nous, près de nos terres s'est installée une jeune colonie des Elfes, ils appellent cela un « consulat ». Notre roi a décrété la stricte répartition des terres en fonction des origines de chacun... mais les Elfes n'ont respecté aucune de nos lois. »
          Cette remarque sur l'observation des colonies elfiques à l'étranger renforça encore l'inquiétude des Nains à l'égard de leurs voisins au royaume à l'appétit gargantuesque. Sentant le vent de blâmes s'abattre sur ses projets pour son établissement, la Figure présidentielle de l'Hôtel d'observation fit un geste d'autorité en posant la main gauche sur sa hanche, et la main droite sur son cœur.
           « Mes amis, collègues et camarades d'observation, déclara-t-elle en se hissant au centre des attentions. Il est temps d'inviter à notre réunion l'observatrice Dianeforgeât venue de Tressybourg où elle a fait ses preuves à la cour du roi Puïo. Je vous prie d'écouter et d'entendre cette scientifique de renom dont la parole nous apporte maints éclaircissements.
          — Ce n'est pas sans peine que je me présente à vous, avoua l'Elfe Dianeforgeât en faisant face à l'Assemblée courroucée. Vous faites erreurs lorsque vous prétendez que les nôtres sont tous les mêmes, car nos cultures sont très différentes selon les endroits. Il faut que les observateurs se tournent vers les seigneuries locale pour s'entendre avec chaque représentant de la noblesse afin de ne ne plus subir les revers de la foule sauvage des rustres et des commerçants...
          — Et vous croyez qu'on a le temps d'aller voir chaque nobliau un à un ? La plupart des nôtres se perdent en chemin et reviennent bredouilles, nous sommes bien loin de pouvoir assurer une telle mission diplomatique ! morigéna un inconnu dans la salle.
          — Et si nous organisions un enseignement ici même dans une salle de cour pour encourager ce genre de pratique ? tenta courageusement Dianeforgeât.
          — Et si au contraire c'était à vous, Elfe, d'apprendre à respecter nos institutions locales plutôt que d'imposer vos lois partout et vos réformes colonisatrices tout le temps ? » lança sentencieusement un Trobaulèze aux yeux d'opale du nom de Julius depuis les gradins des observateurs.
          Le tumulte reprit alors de plus belle, et l'Assemblée tourna à une forme de confusion que les Nains menèrent avec aisance. Mettant fin à la rencontre, Eaglebeard réclama alors l'aide du professeur Godsendgreen à la moustache tombant sur ses genoux.
          Des observatrices & observateurs furent invités à s'inscrire au cours du professeur Godsendgreen, un colloque sur les bienfaits de l'observation, de quoi pousser de futurs élèves à privilégier la théorie et l'analyse de la situation avant de parler et de dire des bêtises. S'il y avait bien une chose que les Nains avaient appris tout au long de leur longue vie dans les Monts venteux : c'est qu'il valait mieux méditer longtemps une décision avant d'en prendre la responsabilité.
          La patience s'imposait avant de trouver le moindre équilibre, c'était ainsi que s'annonçait la leçon prophétique du professeur Godsendgreen. Un juste enseignement qui devait marquer le succès de l'Hôtel d'observation à travers les nombreuses communautés de l'ère Tournesol.
« Modifié: 24 octobre 2021 à 13:45:47 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Acini Van Herst

  • Invité
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney
« Réponse #1 le: 12 août 2020 à 16:27:40 »
Salut Alan,


Les trois lignes d’intro, manque pour moi de détails, je reste d’entrée sur ma faim, qui sont ces amis féeriques, et pourquoi ne répondent-ils pas ?

L’enchainement « amis féeriques, laborantin-nain » m’a perturbé en première lecture m’attendant à un listing des dits-amis après la virgule.


Citer
« ponctuel et pressé d’ouvrir son nouveau laboratoire prophétique »

Je n’ai pas fait le lien entre l’Hôtel et le labo directement. « ce nouveau » m’aurait permis de tilter.


Citer
Dwarfiney se trouvait au pied des Monts venteux, à demi-ceinturée par des massifs rocheux, seul centre urbain des hauts-plateaux, comme un oiseau perché aux creux des escarpements redoutables : la cité observait au loin la Jungle cuivrée, à sa gauche Faremport, à sa droite Tressybourg ;

Les « : » ne me semblent pas judicieux je ne perçois  pas une énumération en rapport réellement direct avec la phrase précédente, on passe du proche au lointain.


Citer
Plus d'une fois cependant une bâtisse avait émergé après la disposition d'un banc, si bien qu'il n'en demeurait qu'un simple siège pour le tout-venant dont la vue était obstruée par des murs fraîchement érigés.

Un siège me fait penser qu’une partie du banc a été absorbait par la bâtisse, j’aurais préféré une assise (ou autre) ne renvoyant pas à une place seule. (Pinaillage de ma part ?)


Citer
les propriétés elles-mêmes n'étaient pas bien définies, si bien que certaines bicoques changeaient d'occupant chaque année sans que personne ne sût précisément qui habitait où ni pourquoi.

Une virgule avant « ni pourquoi » me semblerait utile.


Citer
ne s'adressant quasiment qu'à des particulières & particuliers

il y a un côté galant, certes, mais je ne suis pas sûr que cette répétition servent ton texte.


Citer
Ce à quoi nous pouvons ajouter qu'aucune mauvaise herbe

L’on pouvait ?


Citer
La collectivité elle-même se voyait souvent renommée :

Rebaptisée éviterait une possible confusion avec la renommée de la collectivité, bon j’avoue pinailler à nouveau. Et dans ce paragraphe un peu trop de répétitions nommé, dénommé, nominativement…


Citer
Un comble pour la culture naine ! car les encyclopédistes-nains adoraient qualifier nominativement les choses…

Majuscule.


Citer
Par chance, l'observateur était parvenu à faire venir un architecte-elfe depuis le consulat de Faremport pour dessiner les plans de l'ouvrage, d'ajouter une arche à l'édifice dans la hâte, créer une voie d'accès, en échange de quoi les Nains envoyèrent un stock de minéraux réservé spécialement à la colonie elfique.

J’aurais préféré que ce "dans la hâte" arrive avant.

Là j’ai l’impression qu’il était prévu de faire appel à un archi elfe et que dans la hâte on lui a fait changer les plans, alors que la phrase entière me laisse supposer qu’on a appelé l’archi elfe dans la hâte afin de solutionner le problème de l’arche (ah ! ça pinaille).



Bon voilà pour le premier bloc de §, j’ai tout de même fait une première lecture de l’ensemble, le premier bloc manque un peu de fluidité par endroit, beaucoup de noms nouveaux à apprivoiser, s’il est isolé dans des blocs plus fluides ce n’est vraiment pas un problème.

Un peu moins d’intrigue cette fois, sniff ! J’ai bien aimé le texte et comprend ton désir de retravailler l’intro qui effectivement, à mon gout, manque tout de même d'un peu de peps ou de détails (difficile à dire). Nul doute que tu vas nous arranger ça.  ;)


Au plaisir de revenir pour un autre bloc de §.

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 521
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #2 le: 13 août 2020 à 18:59:15 »
Bonjour Acini,


J'ai supprimé trois ou quatre paragraphes, beaucoup remanié l'introduction, ajouté des éléments en plus. Je me suis appuyé sur ton commentaire pour apporter des nouveautés or, vu les changements apportés, n'hésite pas à les relire rapidement pour prendre en compte les nouveautés (ça devrait beaucoup influencer la suite du chapitre...).

Après les modifications apportées au texte ci-dessus, je glisse une v1 de sauvegarde ci-dessous sous spoiler.

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Pour te répondre, il y a bien une intrigue dans ce chapitre, mais celle-ci est un peu plus discrète que dans l'autre récit (ce qui signifie qu'il faut savoir lire entre les lignes pour entrevoir la tension omniprésente dans l'introduction). Avec les nouveaux ajouts, je pense que l'enjeu que représente cette inauguration devrait apparaître un peu plus clairement.

Cependant, il est vrai que le présent récit a tendance à être pris sous un angle différent : c'est mon choix actuel de vouloir parvenir à proposer à la lecture un récit entier et unique avant d'aller vers l'écriture d'un roman qui lierait les récits entre eux. Ici, j'ai privilégié le style Nain qui demande certains virages de narration. J'aimerais parvenir à faire un récit qui tient debout tout seul, savoir en faire un récit isolé, avant de me plonger dans l'écriture d'un roman qui recréerait du lien entre les différents récits.


Sur les corrections elles-mêmes, j'ai repris une partie de tes propositions (la moitié, environ), les autre n'ont pas été modifiées, laissées tel quel dans le texte pour des questions de style. Je souhaite garder certains effets de style dans la narration pour préserver une certaine forme de singularité au texte, une sorte d'originalité qui laisse le plaisir d'apprécier des tournures élégantes.

Et voici pour une nouvelle version du texte, encore merci à toi pour ton commentaire qui m'a été très utile pour redynamiser l'introduction. :)
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Acini Van Herst

  • Invité
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #3 le: 14 août 2020 à 12:45:14 »
@Alan

Salut, s’il y a des trucs un peu confus désolé, j’ai fait ça tard, hier, sinon comme d’hab, ça te va tu gardes, c’est à côté de la plaque tu jettes.

Citer
je vous accorde le fait que Pilygreenhouse – la Merveille siliceuse – restera historiquement le plus bel ouvrage architectural qu'il nous ait été offert de bâtir, à nous autres féeries. Cependant, Pilygreenhouse est nichée dans les montagnes,

Je ne suis pas persuadé par la double interpellation des auditeurs créée par « Cependant, Pilygreenhouse » cependant peut sauter ou tu peux ne pas faire la redite. Perso, je miserais sur le retrait de la répétition, l’introduction de mots nouveaux peut-être perturbante au niveau fluidité de lecture, les doubler n’est pas, pour moi, un bon choix.

Citer
Aujourd'hui nous offrons aux étrangers le plaisir de découvrir la curiosité naine pour les beautés et cultures hybridées via une édification à la frontière entre les espèces, partagée entre l'extérieur et l'intérieur de la montagne, à mi-chemin entre le climat tempéré des steppes et le parfum des hautes fraîcheurs, tout ceci grâce à notre Hôtel que nous allons aujourd'hui inaugurer.

 « une édification à la frontière entre les espèces, partagée entre l'extérieur et l'intérieur de la montagne »
J’ai eu du mal à savoir immédiatement à quoi renvoyait ‘partagée’ une inversion entre les italiques et la partie en gras l’aurait évité.  (Mmmm c'était tard, cerveau position off ?)

Je pense que tu peux alléger la fin du passage dans le bandeau en la reformulant. Le « que » peut être aisément supprimé. Cela te permettra de finir sur « Hôtel » ce qui appuierait l’importance du mot.


Bon, j’ai détaillé car j’aime bien cette intro, je ne la trouve pas assez fluide par contre et j’ai la sensation qu’il manque une phrase passerelle à la reprise du narratif.
Pour la reprise un peu abrupte. Peut-être enchainer sur « le panorama se présentait… » qui fait lien avec le descriptif du discours et retardé « Dwarfiney… ».


Deuxième dial, redite de ‘laborantin-nain’ et de nain, c’est surtout la première qui coince, m’est avis (même raison que plus haut).

Citer
Nul ne pouvait parler d'une supposée « architecture dwarfinaude » tant les structures instables se distinguaient de la voisine grandeur de l'artisanat elfique : à Dwarfiney,

« : »  ou « ; » j’ai la sensation d’une faute de frappe.



La parenthèse ‘tantôt’ m’a bien fait délirer, démarrer (au choix : tantôt…) pourrait même accentuer le truc. Ma tendance à l’exagération peut-être ?

Citer
les propriétés elles-mêmes changeaient sans raison, si bien que certaines bicoques recevaient de nouveaux occupants chaque année sans que personne ne sût précisément qui habitait où, ni pourquoi.
(même § que la phrase d’avant)

« Les titres de propriétés eux même… » ou autre pour une question de concision (ou de pinaillage).

Citer
La décision d'ouvrir un Hôtel n'émanait en fait de personne en particulier, nulle autorité n'aurait eu idée de tenter un projet si orienté politiquement parlant, cette proposition s'imposa donc comme une espèce d'évidence aux yeux de tous les Nains.
(avant dernier §)

La fin (en italique) donne l’impression que les nains ont accepté la décision, alors que ce qui s’impose comme une évidence est je pense la non-décision par une autorité. Les deux mots en gras forment un renvoi perturbant la phrase, de mon point de vue.

Citer
Quant à l'inauguration de l'établissement, elle se fit en présence des communautés vivant à Dwarfiney (Nains, Trobaulèzes, Asrtréens, Elfes, Graouriattes et Menomyniques), à l'aube et présidée par une célèbre Naine du nom d'Eaglebeard.

La parenthèse casse pas mal la fluidité de la phrase, tu devrais peut-être déplacer les éléments et rapprocher cette parenthèse de la fin ou du début de la phrase.


Zut ! T’as cassé ce « ponctuel et pressé » que je trouvais chouette. Sniff !

Sacré gros remaniement en tout cas, du coup j’ai eu des trucs à dire, du coup une autre fois pour le second bloc de §.

Bye !

Hop ! 'petit' rajout sur bloc 2 et un peu bloc 1 (fin spoiler)

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


« Modifié: 15 août 2020 à 00:29:38 par Acini Van Herst »

Hors ligne Zamy

  • Prophète
  • Messages: 799
  • Girafe poutreuse
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #4 le: 16 août 2020 à 14:24:27 »
Bon, je suis passée lire un peu ce texte après les extraits postés sur la SouPe, ma foi c'est très intriguant tout ça! On voit bien le lien avec ton été en cours et tout ce que tu y as déjà créé. Un texte très descriptif tout en posant plusieurs éléments intéressants qui aiguillent sur l'état de ton monde au moment de cette inauguration, c'est sympathique à lire. Quelques lourdeurs, le premier paragraphe m'a semblé peu naturel avec les prises de paroles pour l'inauguration avant d'entrer dans l'Hôtel.

Après je sais que tu es en train de le reprendre justement, je me dis que je ne vais donc peut-être pas te faire un commentaire très précis sur la forme, si elle est destinée à changer.
Je trouve ça peu malin de la part du second observateur Elfe et de Highseamentor de partir pendant l'Assemblée, au moment où ils devraient au contraire faire face et tenter d'apaiser les Nains. ><
Je ne sais pas comment tu pourrais gérer ça, mais suivre Highseamentor dehors et voir son interview puis revenir sans réelle transition à l'Assemblée, ça m'a fait un peu bizarre aussi.
Beaucoup de nouveaux termes, expliqués pour la plupart, mais je me disais, pour certains est-ce qu'il ne serait pas possible de, non pas les expliquer justement entre des tirets ou des virgules, mais les expliciter, les intégrer à l'histoire au lieu de nous les définir dans un aparté? C'est comme ça que je les ressens en tout cas. De la même façon, il y a plusieurs paragraphes explicatifs qui m'ont un peu sortie de l'histoire. Je reste un peu vague mais si tu veux je peux te donner des exemples plus précis, c'est surtout parce que je sais pas exactement à quel niveau tu es en train de remanier ton texte.

En tout cas à part ces éléments qui ont tendance à rendre le tout plus lourd, le fond est très intéressant! Je retiens, si ça t'intéresse, des éléments d'intrigue:
- La magie apparaît et disparaît, comme c'est arrivé aux félin de la jungle il y a peu
- Les Nains et les Elfes font face à quelques tensions, même si (et à cause même) les Elfes continuent à apporter leur aide sur certaines constructions (notamment justement l'Hôtel)
- Des peuples éloignés ne se connaissent pas (Les Nains ne connaissaient pas les Francs-Tireurs de Cæatæée avant une expédition récente)
- Ou de nouveaux peuples "apparaissent", cf la ville de Cæatæée récemment édifiée
- La prophétie omniprésente dans le texte bénéficie d'une recherche poussée pour la comprendre, et semble concerner tous les peuples.

Voilà de mémoire c'est ce que j'ai remarqué, il y a certainement d'autres petits éléments que j'ai oublié...

Bon retravail à toi, j'ai hâte d'en voir ta prochaine version, et n'hésite pas à me dire si un commentaire plus précis t'intéresse quand même, ou si je n'ai pas été claire sur quelque-chose! :)
Membre du comité de soutien pour la mutation de Zagreos en Za'gros Cheveux.

Hors ligne Persona

  • Calliopéen
  • Messages: 483
  • Poisson du Léthé
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #5 le: 16 août 2020 à 15:04:03 »
Bonjour Alan,
Oh mais je n'avais pas vu que tu avais publié ce passage, where is my mind ::)
Déjà, félicitations pour l'avoir construit.
Un petit mot de ta part m'a fait plaisir :

Je ne propose pas de lexique ici car j'ai essayé d'introduire plus de notions diégétiques à l'intérieur du récit lui-même, dans l'espoir que vous puissiez comprendre de quoi ça parle sans avoir besoin des références exactes.
J'applaudis cette démarche !!!

Tu as créé un certain nombre d'éléments très plaisants ! Les constructions de Dwarfiney. Le journal du Lynx ===> j'aime énormément  les lynx ne sachant pas écrire debout, leurs journalistes avaient l'habitude de s'asseoir devant les gens qu'ils interviewaient.

A première lecture, j'ai trouvé que tu avais bien réussi à faire en sorte que l'on comprenne les notions auxquelles tu fais référence. Tout est défini dans le texte lui-même, on te suit beaucoup, beaucoup mieux que dans la première version de ton texte précédent. Ce qui reste difficile à suivre c'est que des notions, il y en a vraiment à foison. Dans un passage descriptif comme celui-ci, il est difficile de voir lesquelles tu dois impérativement garder, lesquelles tu peux reporter à un autre passage. Je me demande si toutes les précisions serviront, à terme, l'histoire que tu veux raconter ?

Qu'est-ce qui ne te plaît pas dans l'introduction ? En soi, j'aime plutôt bien que l'accroche soit faite par une phrase du personnage, cela permet de rentrer assez efficacement dans le récit. Le ton, par contre, manque peut être de naturel. J'aurais tendance à te suggérer de simplifier les phrases, en particulier quand il s'agit de dialogue, pour aérer un peu ton texte composé essentiellement de phrases longues et assez denses. Bien sûr, je ne veux pas m'immiscer dans ton style, c'est strictement personnel. Je pense que cette alternance permettrait de ménager des phases de repos entre des phrases complexes au vocabulaire souvent très recherché. J'ai relevé beaucoup de parenthèses aussi. Je n'ai rien contre hein ! mais elles reviennent souvent, ça coupe un petit peu.

J'espère avoir l'occasion de revenir commenter plus en détails un peu plus tard.

Bon travail sur ce texte en attendant, si tu continues à le reprendre :)


Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 521
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #6 le: 18 août 2020 à 18:53:09 »
Bonjour à vous trois,


J'ai avancé sur la réécriture de ce texte, et c'est grâce à vos commentaires. ^^

Je viens de mettre à jour le texte avec quelques modifications de différents passages dont quelques ajouts dans la seconde séquence (dialogues, précisions sur le Franc-Tireur, indices sur l'intrigue). Persona m'a demandé si les informations étaient toutes aussi importantes les unes que les autres, et j'en profite pour vous prévenir que je devrais supprimer tout une partie du texte (des informations en moins), mais cela ne se fera que d'ici quelques semaines, selon moi.

Je ferai une annonce si j'apporte encore une nouvelle version au texte car il me reste beaucoup à faire sur celui-ci. :)



@ Acini :

Pour l'instant, j'ai revu un peu le texte d'introduction, j'aurai peut-être l'occasion de revenir dessus tôt ou tard.

Pour le reste, il est vrai que certains commentaires que tu as faits sur la syntaxe m'ont semblé un peu confus : tu signales en début de ton commentaire que tu as écrit cela un peu tard (dans la soirée ?) et que ça expliquerait ce fait de certaines confusions. Je n'ai pas relancé tout de suite la discussion à propos, et n'ai pas non plus répondu à chacune de tes sollicitations, mais il est vrai que j'ai trouvé plusieurs confusions dans ton commentaire sous spoiler de la seconde séquence (plusieurs erreurs grammaticales que tu as faites). Au cas où, j'ai pensé que tu avais peut-être abordé un angle que je n'avais pas encore compris et qui me demanderait des explications sur ce qui t'a semblé manquer dans ce texte. En tout cas, j'ai hésité à la réponse à t'apporter, j'espère ne pas faire de maladresse.


Voilà, en espérant que les nouveaux changements que j'ai apportés feront sens à tes yeux, sans quoi je te prie de me pardonner pour plusieurs incompréhensions que le texte aurait pu provoquer.

Au cas où tu souhaiterais revenir sur le détail de ton commentaire de seconde séquence (ou second bloc de paragraphes), revenir encore dessus une nouvelle fois malgré les changements dans le texte, je peux essayer d'apporter un retour détaillé (si ça te semble utile, bien entendu).



@Zamy :

Encore merci pour ce commentaire !

Pour te répondre, le modèle de ton présent commentaire me paraît très bien, car en parlant de ce que tu as compris, tu parles de la narration, de ce qui est raconté et de ce que tu en as retenu. Je travaille en ce moment sur la narration, donc ça correspond pile-poil à ce sur quoi je me concentre vraiment.

Voici donc que ça m'a été bien utile pour apporter une nouvelle version. ^^


À propos de l'attitude de Thomasconçût et de Highseamentor pendant l'Assemblée, il est vrai que tu as compris l'enjeu qui se cachait derrière cette première rencontre à l'Hôtel, mais il me semble cependant que les intentions réelles des personnages t'aient échappé.

J'ai donc ajouté un seul indice dans le texte, de la bouche du laborantin-nain : « Allons donc ! Nous livrerons aux Elfes les minéraux qu'ils ont durement négocié en échange de leurs travaux de construction, cela devrait suffire à les remercier et à les satisfaire. »

Et puis, je te livre un second indice ici en commentaire : la très grande « bienveillance » des Elfes n'est pas dépourvue d'intérêts, Highseamentor le sait, et son geste de quitter l'Assemblée en pleine dispute est une ruse pour déstabiliser l'adversaire. De cette façon, Highseamentor souhaite contraindre les Elfes à se plier aux conditions de discussions spécifiques aux Nains, comme pour rappeler aux Elfes qu'ils ne sont pas chez eux. Le caractère imposant de l'édifice elfique au milieu de Dwarfiney intimide les uns, fascine les autres, dépayse les derniers, et les intentions secrètes des Elfes pourraient bien dissimuler de honteuses ambitions.


Mais ! J'en ai déjà trop dit...

Au plaisir de te retrouver bientôt sur une future publication issue de cet univers de fantasy pour en découvrir plus sur les inavouables secrets des Elfes.



Persona :

Heureux de te retrouver chez moi, ^^

Comme indiqué en début de réponse, je prévois effectivement de m'acheminer vers moins d'indices, moins d'informations ou de précisions. Pour le moment, je reste encore dans une démarche très axée sur le passage d'un univers structuré et cohérent vers un récit aux personnages complexes, mûrs et construits.


Je vois encore quelques erreurs d'interprétation à la lecture qui m'amènent pour l'instant à privilégier des indices en nombre suffisant pour encourager l'esprit d'une lectrice ou d'un lecteur à mettre du sens sur l'attitude des personnages. Ensuite, j'irai vers quelque chose de plus concentré, de moins éparpillé. Le modèle de mon récit n'est pas manichéen, il n'y a pas de « grand méchant à combattre » si bien que ça prend du temps de définir un enjeu simple et significatif (différent d'un combat gentils/méchants).


Pour l'introduction, j'ai ajouté des phrases courtes selon ta proposition. Les Nains se perdent en propos pléthoriques, et leur langage est nourri de jargon et d'analyses excessives ; j'ai donc trouvé que ton idée de dynamiser le dialogue avec des phrases courtes était un excellent moyen d'accentuer cet excès de vocabulaire spécifique aux Nains.

Enfin je suis heureux que tu aies remarqué l'absence de lexique. Les parenthèses ont majoritairement vocation à disparaître, mais cela demandera une certaine réécriture du texte (pour que les informations en question apparaissent au cours du texte sans les parenthèses, voire que ces informations soient définitivement enlevées du récit). Que tu remarques des progrès me semble être déjà un très bon point pour moi, il me reste alors encore à aller vers une nouvelle version en prenant en compte mes propres paramètres d'écriture.

Je pense continuer à retravailler ce texte encore cette semaine et les suivantes pour parvenir à une forme qui me convienne enfin.


Et voici pour tout ce que j'ai en tête à propos de ce texte. ^^

Un grand merci à toi pour ta lecture consciencieuse, et au plaisir de te retrouver bientôt ici ou ailleurs.
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 087
  • 💡
    • frreee
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #7 le: 19 août 2020 à 06:05:43 »
rah c'est vraiment handicapant d'être 'défendu' de lecture, auprès de vous, nobles mdiens...
Alan je te prie de m'excuser de la dilettante, je ne parviendrai jamais à lire plus que cet extrait
mais j'ai vraiment envie de participer, ça a toujours été le cas en dépit de mes blocages internes

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Cosmopolite à l'ancienne, ce passage m'a plongé dans une ambiance de bande dessinée pour adulte ; un titre que j'ai sombré dans l'oubli à propos d'une modernité plus proche de la nature, ou alors directement un Blacksad encore plus rétro ; et, cette psychologie du pince-sans-pleurer... vois-tu ? L'effervescence décrite comme à-fuir pour parvenir à la sérénité d'une interview, c'est d'un calme plat que vient opposer la profondeur de l'ambition observatrice au pétillement des babillages populaires dont elle s'extrait, qu'elle semble manifester, à l'opposé de tes mots, une sorte de lassitude ; la prétendue malice de Hsm, qui invite à la liberté d'un devoir du regard, je la trouve préoccupée par un constat d'immobilisme : on ne lit pas l'inférence qui conduit à la réalisation de son entretien avec le Lynx, ce qui rend très passif leur échange... l'agacement de la foule, puis la description de l'architecture, forme avec ton propos comme oui le témoignage journalistique, d'une action scénaristique qui dépasse ses propres protagonistes par l'ambivalence un peu cynique entre l'édifiant hôtel et le fourmillement coloré de ton univers ; j'imagine, une perspective isométrique d'un royaume à parcourir, qu'on voit à l'écran depuis le bureau de l'Alympe, ce mont divin dont tu sembles te servir comme d'un divan ; confortablement enfoncé, tu signes par ici une fresque presque endiablée : oui quelle fougue, à tes mots surtout, la richesse d'une exclamation, d'un 'hé-là' commandé au stylo levé par dessus la foule sur un calepin aventurier, le claquement d'un doigt trop sec pour s'effriter...

Voici mon impression non-théorique, tu m'inspires ici une forme qui m'évoque ton sourire amical, un qui s'étire vraiment comme les bras ensommeillés d'un matin dominical

pluss par implication que par professionnalisme
et bien à toi
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Cendres

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 913
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #8 le: 19 août 2020 à 09:27:05 »
Merci pour le partage de ton texte.
Je ne peux pas parlais de l'orthographe ou de la grammaire vu mon niveau.


Je ne suis pas fan des histoires de fantasy, comme le seigneur des anneaux, donc mon avis n'est peut-être pas du plus juste.
Honnêtement je n'ai pas tout compris et je me suis un peu perdu dans l'histoire.

Sinon j'ai trois interrogations sur ton récit :
 -"(...)les propriétés elles-mêmes changeaient sans raison, si bien que certaines bicoques recevaient de nouveaux occupants chaque année sans que personne ne sût précisément qui habitait où, ni pourquoi(...)"
Pourquoi les familles changeaient de maison ? Est ce parce qu'elle devenait trop petite à la naissance de nouveaux enfants ou parce qu'ils en avaient marre de leurs voisins ? Déménager tous les ans doit être gênant dans sa vie, donc pourquoi ils font cela ?

-"Ce à quoi l'on pouvait ajouter qu'aucune mauvaise herbe n'était déracinée de toute la ville si bien qu'il s'y observait à chaque décennie l'apparition d'une variété inconnue d'arbuste ou de fougère qui s'implantait dans les sols mieux que les maisons elles-mêmes."
Cette ville doit ressembler à une ville au milieu des arbres, un peu comme le cité Khmer ou Maya perdu dans la forêt.

-"(...)les piliers en béton d'une stabilité inimitable, coulés dans un moule sur-mesure,(...)"
L'époque, c'est le moyen age, et je crois, que le béton n'existait pas encore.


Je ne sais pas si mes remarques sont constructives.

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 521
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #9 le: 20 août 2020 à 18:19:12 »
Bonjour à vous deux,


Je viens d'ajouter d'importants éléments au texte : deux paragraphes sur les familles et enfants féeriques (c'est-à-dire une comparaison Elfes/Nains), « en tant qu'observateur, je me dois remarquer que peu de familles viennent s'installer durablement à Dwarfiney, » et « quelques semaines plus tôt, un couple d'Elfes avait demandé s'il était possible de réserver une zone urbaine à l'installation d'un jardin d'enfants dans Dwarfiney » ; et un paragraphe sur les pratiques de construction elfiques, « en chimistes de renom, les Elfes avaient fait appel à des matériaux de leur invention pour pérenniser la longévité [de l'édifice] ».

Gros ajouts donc, la prochaine étape sera celle de parvenir à raccourcir un peu tout ça pour éviter certaines longueurs et certains détails inopinés.


Quoi qu'il en soit, je vous remercie tous les deux pour votre commentaire et vous apporte de suite une réponse appropriée. :)



@Dot Quote :

Un grand merci à toi pour ton commentaire sur la troisième séquence du texte, celle de l'interview par le journal du Lynx, et qui laisse entrevoir effectivement une part non révélée de l'intrigue.

On pourrait voir en cette scène un ersatz de Spiderman, comics où se trouvait alors un journaliste anonyme révélant quelques photographies du légendaire héros masqué, gardant si bien le strict secret de ses « sources ». J'ai conscience de reproduire certains codes de la mythologie américaine, à travers ce passage, dans laquelle les journalistes ont un quelque chose de mystérieux et de fascinant. J'ai plaisir à jouer avec des codes préexistants en les animant dans un contexte singulier...

En ce qui concerne le caractère « passif » de l'entretien mené par le Trobaulèze, il correspond bel et bien à une certaine forme d'impression de neutralité un peu étrange cultivée par cette pieuse communauté. Highseamentor ne blasphème nullement lorsqu'il s'adresse au théocratique journal du Lynx, il tente tant bien que mal d'imiter les codes de ces félins, en fin observateur, comme pour se faire comprendre, jouant sur une mimétique inexpliquée mais fidèle. Ta remarque rebondit sur un aspect important de l'intrigue : les Trobaulèzes s'intéressent particulièrement à la vie de Dwarfiney, car ils y voient quelque part un entre-deux plus supportable que la hautaine brutalité des Elfes et de leurs convoitises débordantes.

Le journaliste du Lynx sait donc qu'il a affaire à un anarchiste invétéré en s'adressant à Highseamentor, et c'est ce qui explique sa volonté « d'immobiliser » l'instant, comme pour rapporter de son reportage une matière exploitable et acceptable pour un média profondément religieux (ce qui n'est pas aisé, soulignons-le). L'Hôtel d'observation, le modèle qu'il porte et qu'il véhicule dans la région est un enjeu politique majeur, et ça, les Trobaulèzes le savent parfaitement.


En espérant avoir apporté quelques clarifications sur la nature réelle de cette interview désintéressée entre Highseamentor et le journaliste du Lynx. ;)



@Cendres :

Ton commentaire est extrêmement pertinent, et ça démontre une véritable conscience de ce que le texte n'avouait qu'à demi-mot.


Les familles ont beaucoup de mal à s’installer à Dwarfiney, elles n'y trouvent pas leur place. Les Nains s'en moquent car leurs petits ne naissent que dans les Monts venteux, sous terre ; Les Nains ne voient donc pas l'intérêt de se poser cette question dans une collectivité en plein air. Suite à ta sollicitation, j'ai ajouté deux passages qui expliquent plus précisément les différences culturelles entre les Elfes et les Nains, en détaillant pourquoi les familles elfiques peinent à fonder une famille dans ces habitations grouillantes.

Pour la chronologie, je n'hésite pas à faire des Elfes des chimistes expérimentés qui auraient inventé un semblant de béton spécifique « un peu en avance sur leur temps », en quelque sorte, du moins à ce stade de création de l'univers (ce n'est pas un élément incontournable de l'intrigue, donc j'hésite encore à le garder ; je reste pour le moment sur ces matériaux-ci et changerai peut-être d'avis dans quelques semaines). L'avancement des technologies dépend des communautés selon leur évolution propre et leurs recherches individuelles.

Pour les arbustes, techniquement, on peut couper un arbre sans le déraciner ; mais pour éviter une confusion, j'ai remplacé le mot par celui de buisson.


Un grand merci à toi pour ce commentaire très bien pensé qui m'a amené à rajouter dans le texte quelques éléments significatifs. ^^
« Modifié: 20 août 2020 à 20:33:28 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Persona

  • Calliopéen
  • Messages: 483
  • Poisson du Léthé
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V2
« Réponse #10 le: 21 août 2020 à 10:02:47 »
Bonjour Alan,

Je viens lire tes modifs et tente de répondre de manière plus détaillée, cette fois ! J'ai essayé de t'interroger sur tout ce qui m'interpelle en restant assez terre à terre quitte à forcer le trait - but : mettre le doigt sur ce que tu peux encore préciser pour que le texte se suffise à terme complètement à lui-même et soit limpide même pour un lecteur étranger à ton projet :)

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


J'espère ne pas t'infliger trop de chipotage en tout cas !
A bientôt sur un fil ou l'autre

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 521
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V3
« Réponse #11 le: 09 septembre 2020 à 13:28:30 »
Bonjour tout le monde,


Me voici pour une nouvelle version du texte (intitulée V3) ; j'ai apporté de gros retranchements au texte qui a commencé à réduire en taille, et je compte continuer de le rétrécir encore afin de me faciliter la vie lors d'une éventuelle réécriture (certaines actions seraient éventuellement ajoutées entre les passages traditionnels du texte, mais pas avant longtemps).


Je peux notamment remarquer : la disparition des éclaircissements sur le nom de la ville, de quelques-uns sur le Franc-Tireur, de ceux sur le voyage d'Highseamentor dans la Jungle cuivrée (invitation du conseil d'Urnahout) ;  le modèle narratif du tout début a été revu avec un peu plus d'originalité, les Nains débarquent dorénavant dans la conversation de façon anarchique... et la conclusion en forme d'explication sur les méthodes d'observation est devenue une espèce d'obscur jargon biblio-crypté, porté par le prestigieux professeur Godsendgreen.

Il se pourrait bien d'ailleurs que le très honorable Godsendgreen fasse son apparition dès le début du texte, mais les modalités ne sont pas encore fixées et ma priorité reste aujourd'hui de raccourcir encore le texte, d'en diminuer la quantité de paragraphes.

Enfin, je remarque, cependant, pourtant, que j'ai encore rallongé la longue, longue tirade de la présidente de l'Hôtel d'observation Eaglebeard, la logorrhée a encore gagné en circonlocutions, le diable est dans les détails.  >:D


Je glisse sous spoiler la V2 du texte qui me servira de sauvegarde pour de futures relectures des transformations du texte :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



Enfin, je conclus par une mauvaise nouvelle : il est probable que de nouvelles fautes d'orthographe se soient glissées dans le texte car, ayant fait un gros travail de réécriture, j'ai laissé de côté certaines étapes essentielles comme la relecture orthographique.

Je vous prie de me pardonner pour d'éventuelles incommodités, je recevrai vos nouveaux commentaires avec grand plaisir. :)



@Persona : Si jamais tu passes par là !

Je sais que tu es moins disponible en ce moment, je tenais avant tout à te remercier pour ton commentaire détaillé sur lequel je me suis en partie appuyé pour rétrécir le texte.


En revanche, il y a un point qui m'a fait comprendre vraiment que tu n'avais toujours pas compris la base de la discipline prophétique, des méthodes d'observation, et ce malgré beaucoup de relectures que tu as apportées à mes textes et que je te suis reconnaissant de m'avoir proposées.

Donc, le passage en question est réellement édifiant sur un manque de compréhension des enjeux de l'Hôtel d'observation, je prends le temps de bien expliquer le fonctionnement de ceci en retour du temps long que tu as toi-même passé sur mes textes pendant l'été, et qui m'a apporté le plus grand bien.


Citer
          Au même moment, à l'Assemblée de l'Hôtel, les Nains abordèrent enfin le problème dit « du jardin d'enfants ». Quelques semaines plus tôt, un couple d'Elfes avait demandé s'il était possible de réserver une zone urbaine à l'installation d'un jardin d'enfants dans Dwarfiney. Puisque les Nains ne naissaient qu'en zone souterraine, ils ne comprenaient pas cette tendance elfique à vouloir mettre leurs petits follets dans un jardin au dehors, cela leur paraissait même particulièrement inopiné. Le refus de la population naine d'installer un lieu déféré aux feux follets s'exprimait jusque-lors dans la plus grande confusion ; l'angoisse la plus vive de certains était de provoquer à nouveau des incidents similaires à ceux arrivés par le passé sur la route atiquae. Au moment de l'Assemblée, les Nains firent part de l'observation suivante : une cohabitation ne peut pas se faire sans prendre en compte les besoins antéculturels ou essentiels de chacun, et comme les Nains ne naissaient pas en extérieur, Dwarfiney ne pouvait logiquement pas accueillir de lieu destiné aux bébés.
           « Mes amis, déclara la présidente de l'Hôtel, si nous excluons définitivement les cultures et besoins naturels des étrangers, nous risquons de perdre bien des éléments d'étude et d'exploration.
          — Nulle volonté de bannir quelques intrus qui dérangeraient sauvagement nos activités ! répondit un Nain sur un ton un peu grincheux.
          — Notre Hôtel devra dorénavant recevoir et traiter ce genre de demande particulière, car les habitudes de vie, mœurs et adaptations sociétales font intégralement partie des objets d'étude de nos experts de la prophétie, » souligna avec insistance la présidente.
Un peu pareil, beaucoup de détails, j'ai du mal à voir où ils mènent

Alors, le problème dit du « jardin d'enfants » ...

Il faut comprendre que les observateurs sont avant tout constitués de biologistes, de spécialistes des relations inter-espèces, d'historiens ou de philosophes. L'observation s'attache à étudier la part antéculturelle d'une espèce (ses qualités naturelles biologiquement héritées, liées à L’ADN, à l'aire de prédilection, etc.) et ses liens avec la culture d'une collectivité, d'une nation ou d'une communauté. Avoir des enfants, la façon des Elfes d'avoir des enfants, leur processus de procréation est un objet d'étude antéculturel. Le fait d'adapter la collectivité de Dwarfiney aux besoins naturels d'un couple est un processus culturel visant à inclure des mœurs étrangères dans l'organisation sociétale de la ville.

On est dans un cas d'étude typique de l'observation, un cas d'école, qui conviendrait parfaitement à une étude prophétique des besoins elfiques et de leurs agissements en conséquence. Accueillir les familles étrangères, répondre à leurs besoins naturels spécifiques, fait partie du domaine d'expertise de l'Hôtel d'observation.


Bien entendu, tu auras remarqué que les observateurs nains rechignent à s'occuper d'une tâche qui leur incombe, et ce malgré le risque encouru pour la réputation de l'Hôtel d'observation. Les Nains se moquent-ils d'avoir une mauvaise réputation auprès des Elfes ? Je n'irai pas jusque-là, disons qu'ils expriment leurs difficultés sincères à endurer les spécificités elfiques, ce qui est un tort indéniable de leur part, une sorte d'aveu de faiblesse. Ils devraient naturellement, en tant qu'observateurs, pouvoir proposer des solutions pour concilier les mœurs naines aux besoins d'un couple d'étrangers, qui plus est venus d'une contrée voisine en pleine expansion...


En espérant que cette longue explication te permette de remettre du sens sur le rôle fondamental de l'Hôtel d'observation, je te prie d'envisager qu'en ajoutant ces éléments d'explication au texte, j'aurais risqué de le rallonger de plusieurs paragraphes encore, au risque de le surcharger ! ^^

Je te remercie très chaleureusement pour tout ce que tu as apporté autour du texte, et je prends toujours plaisir à te révéler quelques secrets sur la passionnante vie des observateurs. Et bienvenue à toi si tu souhaites de nouveau t'interroger sur mes écrits, les tourner en tout sens, au risque d'en déchirer une page... :D
« Modifié: 09 septembre 2020 à 14:06:48 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Cendres

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 913
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V3
« Réponse #12 le: 09 septembre 2020 à 14:14:10 »
Bonjour Alan Tréard,

J'ai relu ton texte avec plaisir. Je vais faire un jugement d'ordre personnel qui n'engage que moi. Je m'attendais à lire un texte d'aventure et c'est surtout des explications, des lieux et des loi de vie en communauté. Certainement, que c'est pour mettre la base, mais je trouve cela un peu trop long.
Cela n'est qu'un jugement de ma personne qui ne remet pas en question ton travail et qui exprime un goût personnel avant toute chose.

Pour les fautes ou la grammaire, je ne vais pas te conseiller :P

Sinon, je trouve que les nains ne sont pas à leur avantage dans ton écrit. Ils ont l'air un peu stupide.

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 521
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V3
« Réponse #13 le: 10 septembre 2020 à 13:00:56 »
Bonjour Cendres,


Voici un commentaire bien succinct ! Décidément...

Nombreuses sont les lectrices & lecteurs à la recherche d'une aventure qui les sorte d'un quotidien morne ou stressant, à la recherche d'une sorte de refuge où s'émouvoir, s'épanouir, se combler d'images épiques ou féeriques.

J'aurais été heureux de créer une certaine forme d'émerveillement face à cette ville aux multiples visages, avant-même de lui donner un destin chevaleresque, comme pour créer dans tout ce cosmos une sorte d'amusement enjoué chez mon lecteur ; pourtant, je dois bien remarquer que c'est le conflit, la bêtise, la défiance, la confrontation qui ressortent d'avantage de ce morceau de récit, à la lecture. À croire que nous serions dans une époque où les tensions fascinent bien plus que la part de féerie empruntée par un conte traditionnel.


Les Nains feintent l'ignorance, leur volonté est d'avoir « l'air stupide », comme pour déjouer les défenses de leur adversaire, l'amenant à se sentir plus malin qu'il ne l'est vraiment. Mais prends garde, Cendres ! Derrière leur babil incessant se cache chez les Nains une ruse des plus désarmantes à la recherche d'or, d'influence, de savoirs ou d'exploits héroïques. La seule erreur de Highseamentor et de ses confrères observateurs, ce serait d'avoir sous-estimé les Elfes, leur insatiable convoitise, leurs discrets subordonnés agissant dans l'ombre...


Me voici donc à chercher un mystère là où il n'y en a pas ! Après tout, ce ne sont que des Nains.

Merci pour ton commentaire. Je ferai une annonce si je parviens enfin à raccourcir ce texte pour ne pas trop m'étendre en révélations.
 :chut:
« Modifié: 10 septembre 2020 à 13:12:48 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Acini Van Herst

  • Invité
Re : [fantasy] L’Inauguration de l'Hôtel d'observation à Dwarfiney V3
« Réponse #14 le: 10 septembre 2020 à 18:15:58 »
@Alan

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.03 secondes avec 17 requêtes.