Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

14 avril 2021 à 06:05:43
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Agora : vie collective » Penser le MdE » [Débat] Comment commenter les textes ou ce qu'il faut garder à l'esprit [...]

Auteur Sujet: [Débat] Comment commenter les textes ou ce qu'il faut garder à l'esprit [...]  (Lu 84132 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 705
  • 💡
    • mordelang
ohmerde, non, y'a 27 pages quoi non >.<
je peux pas me lancer là dedans, désolé
par contre je peux formuler un avis
et tenter de choper au vol ce qui pourra

participer au travail d'échange littéraire orienté sur l'un de ces objets, c'est selon moi :

1 : "commenter" évidemment, c'est à dire d'après définition, formuler une explication ou, je pensais plutôt, effectuer des remarques... ce qui se fait avec méthode en français au lycée, puis toujours avec méthode dans d'autres matières que la linguistique demande ; perso le commentaire pour moi, c'est distinguer :
-- commentaire littéraire (forme) : la qualité de l'écrit, comment s'articule la langue, je traite les questions syntaxiques, lexicales, orthographiques bien évidemment, mais également ce qui touche de près ou de loin à un style, un genre, un format, une mise en page, une structure
-- commentaire philosophique (fond) : le message transmis par l'auteur, comment s'articule la pensée, je traite là les questions de vocabulaire, d'expression, de contenu, de réflexivité, mais également ce qui touche de près ou de loin à une déontologie, une éthique, une métaphysique, un système

2 : si demande formulée il y a, ou si je peux me permettre avec l'auteur concerné, "répondre", évidemment aussi, et c'est d'après définition, faire connaitre sa pensée en réaction à un propos... ce qui se fait spontanément par jugement personnel plus ou moins évolué :
-- binaire : j'aime, j'aime pas : la notion de bon ou mauvais, de bien ou mal pour moi, moi qui ne peux pas ne pas être affecté par ce que je lis, et dont un propos veut jaillir, parfois coupé par la politesse qu'exige ce que certains appellent d'un homonyme à d'autres de mes définitions : la neutralité, que personnellement je veux bien couper pour paraitre gentil, mais qu'il faut pas qu'on vienne me dire après qu'on peut pas parler, quoi...
-- la nuance : les raisons de ce goût : c'est un commentaire de moi face au texte, en fait, ce qui n'est ni absolu ni général dans ce qu'on pourrait ne pas se mouiller dessus, mais qui poursuit malgré tout cet absolu et général en formulant ce qui ne l'est pas, à savoir tout ce que j'ai : un avis qui pourtant tente de ne pas être trop fermé et personnel, quoi qu'en pensent ceux qui n'ont pas tâté de la dureté de la vérité, du solide de l'universel, de l'inébranlable de l'absolu... dans le tort ou la raison bien sûr
-- l'évidence : rare, lorsque justement je suis face à un truc massif, tant ancré qu'il en devient indubitable, ce propos est pur, qu'il s'agisse de son fond ou de sa forme, les deux étant idéalement associés ensemble dans les cas les plus limpides... là il n'y a plus de place à l'avis, au commentaire, même à la réaction : juste, ok... et c'est dur à formuler, car là il faut apporter quelque chose de nouveau, un nouvel éclairage, sans quoi bin oui, juste, ok, ou alors je suis d'accord, ou alors oui, ou alors rien à ajouter...

mais dans tout ceci, c'est toute la difficulté : discerner la direction de l'écrit et la volonté consciente de son auteur :
- un article relate des faits : je peux démentir ou confirmer, compléter, rectifier, etc...
- une fiction raconte une histoire : je peux décrire mes impressions, mes émotions, mes visualisations, mes interprétations
- un poème est beau : je peux m'émerveiller, chanter, vivre des choses un peu sans mots par rapport à la densité du texte
- un pamphlet est à réfléchir : je peux convaincre, persuader, sylogismer ou rhétoriser, dialectiser ou transductiver
- etc...

après je vais ptetr m'arrêter là mais j'crois y'a pluss que ça dans ce que je pense quand je participe au travail d'échange littéraire orienté sur l'un de ces objets...

heu
"Enferme-toi fort dans ta petite vie de rêve
Sur le palier d'en face, c'est l'enfer
"
- Sofiane

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 705
  • 💡
    • mordelang
et merde, pourquoi je double-post encore... à croire que je fais taire tout le monde ; mais merde quoi, j'ai déjà fait un compromis en cherchant à quoi raccorder mon propos au lieu de créer un énième fil qu'on va me dire qu'un forum ça sert pas à ça

Auteur : Philippe "Destouches" Néricault
#action #jugement #art #critique

ouais... le mec il est pas trop connu, disons que son action l'est plus que lui, et sur ce propos du coup, ça va total avec ce qu'il formule...

« - Mais on dit qu'aux auteurs la critique est utile.
- La critique est aisée, et l'art est difficile. »
Destouches - le Glorieux

voilà, moi je profite donc de l'occas' de l'idée du BT commentaire qui me convainc presque à aller commenter utilement, pour inverser encore des conceptions ; ouais... je suis total à affirmer que ceux qui disent 'c'est bien', ou 'je pense pareil', ou 'alors voilà ce que je pense', bin en fait ils pensent ni bien ni tout court ; c'est un peu hard, comme formulation, mais j'ai une référence now, je m'appuie dessus, et cet auteur que je cite est inconnu alors qu'on se répète tous ses mots, soit, pour les critiquer ce qui est déjà nul, soit juste pour les répéter, ce qui l'est encore plus... donc bin voilà, un peu déplié à ma sauce ici !

des traductions retraduites :
- plus facile à dire qu'à faire (allemand)
- bien fait vaut mieux que bien dit (anglais)
- ne le critiquez pas jusqu'à ce que vous l'ayez essayé (USA)
- le spectateur est cavalier (tunisie)

pis après, c'est là où on pourrait développer le complexe de l'action des dires... parce que pour nous écrivains, entre faire et dire, c'est toujours le même process : on écrit ; du coup c'pas évident de savoir quand on crée et quand on moutonne

mais voilà, donc, pour une tite pluvalue un peu faible sur le sujet, qui m'appartient mais que je pense pas trop insensée : faire du com, ce peut être également faire de l'art, et en ce je trouve souvent largement plus intéressant un com qui, en lui, est autre chose qu'une réaction conversationnelle un peu banale, alors que... bin c'est un truc pas partagé, mais moi j'aime bien mettre de la créa partout dans ma vie, oui mégalo un peu, mais tellement plus reliefé, quand on a l'habitude de le penser ainsi...

bref
« Modifié: 20 mars 2021 à 21:06:08 par Dot Quote »
"Enferme-toi fort dans ta petite vie de rêve
Sur le palier d'en face, c'est l'enfer
"
- Sofiane

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 23 requêtes.