Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 janvier 2023 à 13:23:33
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes mi-longs » Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)

Auteur Sujet: Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)  (Lu 915 fois)

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)
« le: 04 janvier 2023 à 16:08:26 »
Modération : ce sujet a été posté en plusieurs fois et a été rassemblé par nos soins dans cette rubrique, ainsi que les commentaires utiles.
Retrouvez le Temps un
Retrouvez le Temps deux
Retrouvez le Temps trois
Retrouvez le Temps quatre
Retrouvez le Temps cinq



                                            ÉVANESCENCE

                                         AVERTISSEMENT
La singularité de cette histoire commande de déroger à l’usage
qui veut que soit dit en quels lieux et temps se tient l’événement

PERSONNAGES

ANAÈDE         épouse de maître Cybère, tante de Janus et amie d’Apogène
ÉGIDE              ancien agioteur, conseiller et médecin de la reine Ganopée
EUGÉNIA        mère de lait de Janus, chambrière de la reine Ganopée
APOGÈNE       député, candidat à la présidence de la République française
CYBÈRE          précepteur de Janus, candidat à la présidence de la République Française
JANUS             étudiant en étude, fils d’Eugénia et neveu d’Anaède et de Cybère
DONATIEN     ancien scieur de long et homme de peine à demeure
GANOPÉE       Femme à la beauté vénusienne et Princesse d’un royaume endormit
ALEXIA           fille d’Ernestine Pipelet (rôle et fonction présentement inavouables)
 


                                                     
                                      TEMPS UN

                  APOGENE, EUGENIA, DONATIEN

                                     APOGENE
Chère amie, j’avoue ne pas comprendre,
Votre désir d’adhérer à un fait impossible à défendre…
Notre curateur qui, hier encore, parlait de vertu et de loi
Ne vient-il pas d’en faire le plus contestable des emplois ?
Démasqué, sachant qu’il projette de nous déloger,
Pourquoi soutenez-vous son misérable projet ?

                                    EUGENIA
Si vous preniez le temps que vous affirmez ne pas avoir
Je ne serais pas obligé de rappeler ou se tient votre devoir.
Et si fors vous, tous disent ont dit oui à la question posée,
C’est parce que fondée et attrayante est l’offre proposée…

                                 APOGENE
Partir, se couper de ses racines seraient désirables,
Si nos conditions de vies n’étaient pas favorables…
Fuir le lieu de votre naissance où il fait bon de vivre,
Faire l’exact contraire de ce que disent nos livres,
Même  si l’on se garde bien de nous en dire la raison,
Souhaitez-vous quitter vitement notre natale maison ?

                                 EUGENIA
Apogène, pourquoi  donc ne parvenez-vous pas à admettre
Que ledit projet est pensé et fait pour notre seul bien-être ?

                                APOGENE
Adhérer à ce qui fut révéler sur la foi d’un simple d’esprit
N’est-ce pas donner corps à la plus infâme des duperies ?                                 
                               
                              DONATIEN excédé
Dois-je déduire que vous refusez l’idée même d’un voyage
Persuadé qu’un mieux-être messied aux gens de votre âge ?
Ce disant, si à fuir ce lieu endeuillé vous n’avez pas le goût,
Nous en déduirons que vous avez hâte de vous défaire de nous…

                                       APOGENE
Si votre aveuglement indique le degré de votre déliquescence,
Il ne dit pas pourquoi vous répugnez de parler d’Évanescence…
 
                                      DONATIEN
Évanescence, plus qu’un intitulé destiné à faire de d’audience !
Est d’abord et surtout un moyen détourné de parler de la France…
 
                                      APOGENE
Sachant qu’à votre désir premier vous ne pourrez accéder
Pourquoi refusez-vous l’aide de celui qui entend vous aider ?
Si à l’instar de Thyphanie, de la vie, vous décidez d’en finir
Vous souciez-vous de ce qui se dira dans les temps à venir ?

                                      DONATIEN
A qui profite l’omniprésence d’un être physiquement diminué
Qui, martyr aidant, à souffrir sans vivre ne veut plus continuer ?

                                      APOGENE
Donatien, à qui reste une once d’honnêteté ne peut louer
Un corrompu bien payé qui soutient une thèse désavouée ?
Sans preuve établie, sachez que si mon avis diverge du vôtre
C’est parce qu’il n’existe aucune forme de vie autre que la nôtre.
Aussi, si vous ne renoncez pas à l’intention que je vous prête,
Sous peu, vous regretterez la tiédeur de notre quiète retraite.

                                     DONATIEN
Qu’en savez-vous ! Êtes-vous allé là où l’on nous veut transporter ?

                                     APOGENE
Donatien, c’est à vous de me dire ce que cela va nous apporter ?
Pourquoi alimenterions-nous une rumeur sans lendemain,
Puisque l’on sait que le bonheur est à portée de mains !…

                                    DONATIEN
Faites-vous à l’idée que d’autres hommes peuplent notre planète…
 
                               APOGENE furieux
Fichtre, comment pouvez-vous croire à pareilles sornettes ?
Si dans l’afflux d’ignorance vous souhaitez vous draper
Je prédis qu’à l’errance totale vous ne pourrez échapper.
 
                                  DONATIEN
Apogène, je ne ferais pas état de ce qui nous oppose
Si je ne pensais pas que partir est la meilleure des choses.
 
                                 APOGENE
Quand l’incongru, sans lien, de son socle se détache
Dois-je encore croire sans voir ce qui divise et fâche ?
                                     
                                  EUGENIA
Qui dit vrai ? Est-ce celui qui nous guide et s’érige en juge
Ou qui dit que la vie grouille au pied de notre natal refuge…
 
                                 APOGENE
Suffit-il de dire que la vie existe à moins de cent mètres
Pour croire que l’on peut vivre sans barreaux aux fenêtres ?...

                                  EUGENIA
Apogène, est-ce le bon moment de formuler des avis
Quand venu est l’évènement le plus attendu de notre vie ?...
Aussi, je crains que l’on ne puisse peser l’offre proposée
En n’ayant lu que la portion congrue de ce que dit l’exposé.   
 
                                  APOGENE
Nos livres ne disent-ils pas que nous sommes seuls au monde ? 

                                   EUGENIA
Sans ne jamais expliquer sur quoi cette hypothèse fonde…
Ami, ne pas s’impliquer dans ce qui est récemment survenu
Est, à coup sûr, aller au devant d’une dramatique déconvenue.

                                  APOGENE
Cela étant dit, vaquerons-nous à nos petites affaires
Sans se départir de ce que l’on nous demandera de faire ?
                                                         
                                  EUGENIA
Ce que je sais est qu’en ce boudoir transformé en scène de théâtre,
Dans deux paires heures, peut-être même au-delà des quatre.
Egide déclamera en deux puisque qu’Anaède parlant la première,
Aura à cœur et pour mission de vous mettre en pleine lumière.
Aussi, redoutant que dans de noires idées, vous ne vous enfermiez,
J’espère vous réplique donner dès la scène deux de l’acte premier…

                                    APOGENE
Eugénia, faudrait-il encore que le maître d’œuvre valide votre choix !

                                     EUGENIA
Cher ami, lui prêtez-vous l’intention de laisser muette votre voix ?...

                                    APOGENE
Non, redouter qu’à son endroit il puisse manquer de répondant
C’est douter que Janus invite Cybère à croquer la vie à pleine dent.

                                    EUGENIA
Cybère pense que si, de partir, Thyphanie n’en avait pas l’envie
Jamais ne serait né en elle cet insensé désir d’en finir de la vie…

                                   APOGENE
Il demeure que qui a vu son corps se tordre de douleur
Sait qu’un discours flatteur n’en réduit pas l’ampleur…
Peut-on parler de dessein, aimer sœurs et frères très fort,
Sans faire tort à Aristote et à ses indicibles métaphores ?
Dire que la hache vengeresse du bourreau n’a pas de remords,
N’est-ce pas condamner ce haut fait d’une sentence de mort ?

À suivre…                                     
« Modifié: 12 janvier 2023 à 09:34:50 par Opercule »
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Robert-Henri D

  • Prophète
  • Messages: 726
Re : Evanescence (Temps un)
« Réponse #1 le: 06 janvier 2023 à 16:15:58 »
Bonjour Guy Lafosse, voilà une pièce en vers hétérométriques qui nous promet une belle lecture !

Bravo pour la liste indicative des personnages, c'est bien utile. Perso, j'aurais ajouté un bref descriptif du décor (même si on apprend en cours de lecture qu'il s'agit d'un boudoir).
De même qu'un texte d'approche (genre thème de la pièce) serait bienvenu.

Ci dessous quelques suggestions :
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Bien cordialement de Robert.

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Re : Evanescence (Temps un)
« Réponse #2 le: 07 janvier 2023 à 09:41:49 »
Bonjour Guy Lafosse, voilà une pièce en vers hétérométriques qui nous promet une belle lecture !

Bravo pour la liste indicative des personnages, c'est bien utile. Perso, j'aurais ajouté un bref descriptif du décor (même si on apprend en cours de lecture qu'il s'agit d'un boudoir).
De même qu'un texte d'approche (genre thème de la pièce) serait bienvenu.

Ci dessous quelques suggestions :
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Bien cordialement de Robert.

Bonjour Robert, 

Pour répondre à ta question, je pense qu’un  remède si curatif fut-il ferait autant de mal
que le mal lui-même.  Un bref descriptif du décor aurait grandement desservi cette histoire. 
Cela étant dit, je t’engage à me lire jusqu’au  mot fin. 
L’avertissement spécialement écrit  avant la désignation des personnages à valeur de réponse                                                                                                                                               dans la mesure où  en dire plus au lieu de masquer risquait de révéler une partie de l’histoire.                                                                                                         Les deux lignes informent que cette épique histoire n’est pas ordinaire. En dire plus mettait
 à mal l’intérêt et le besoin de lire l’écrit.
   
                                            AVERTISSEMENT
(La singularité de cette histoire commande de déroger à l’usage)
(qui veut que soit dit en quels lieux et temps se tient l’événement)
« Modifié: 11 janvier 2023 à 13:46:04 par cyamme »
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Re : Evanescence (Temps un)
« Réponse #3 le: 08 janvier 2023 à 11:19:30 »
                                TEMPS DEUX
                               
                                 Égide, Eugénia

                                       Égide
Madame, j’adhérerais à ce que vous me dites là
Le jour où je pourrais croire en ce qui n’existe pas…

                                    Eugénia
À la cour, vos mains n’ont-elles pas servi d’appât
En démontrant l’inqualifiable lors d’un épique repas ?

                                     Égide
Ignorez-vous que de tous je suis celui qui le plus regrette,
Les pouvoirs illusoires que la belle souveraine me prête…

                                    Eugénia
Égide, si ce duc qui se disait droit venu d’Ukraine,
N’avait pas déploré la capture du fuyard de Varennes.
Puis parlé de Louis Capet comme on parle de gangrène,
N’aurait-il pas obtenu les faveurs de la belle souveraine ?

                                      Égide
Je ne pouvais deviner que de mes mains la reine ne s’entiche,
Et que cette dernière fasse de moi une sorte de fétiche !
Je n’ai pas effleuré ses doigts pour qu’elle m’applaudisse,
Ni demandé que sa Grâce au plus haut elle me hisse ?
Je sais ce que furent les visées de ce boyard haut perché,
Et où il serait si à vous tuer sur pré il n’avait pas cherché…
En rêvant de m’occire via le coup de la botte de Nevers
Qui de lui ou de moi a vendu son âme au sortir de l’hiver ?
Cela dit, entre celui que je fus et celui que je suis devenu,
Si je n’avais pas étonné la reine, à rien, je ne serais parvenu…

                                     Eugénia
Pourquoi avoir pardonné à celui qui tenta de vous embrocher ?

                                      Égide
Amie, vous ai-je déjà dit qu’à la vie je voulais m’accrocher !?
Si, je vous osais dire ce que je pense des premières fois,
Je dirais que le désarroi est conforme à celui d’autrefois...
Si la loi permettait que, sur pré, ce foldingue ne n’entraîne,
Je ne vous pourrais dire ce que je dois à la souveraine.

                                     Eugénia
Dois-je taire que la reine croit toujours au pouvoir de vos mains ?

                                       Égide
M’allez-vous reprocher que le jour qui fuit est la veille de demain ?
Ai-je demandé à l’irraison de se mettre au travers de mon chemin
Est-ce moi qui ai fait de moi un homme aux pouvoirs surhumains ?
Ai-je demandé à sa Majesté de ne point pousser plus avant l’examen ?

                                      Eugénia
Si vous n’aviez pas dit que soigner est un noble dessein,
La reine aurait-elle fait de vous le premier de ses médecins ?
N’est-il pas qu’allégeance faite vous devîntes hôte de marque
De quatre pitoyables tyrans et de trois pendables monarques ?
Cher ami, vous considérant comme le plus honnête des hommes…
Convaincu que vous ne pouvez apprécier ce type bonhomme.
J’ose penser que vous pataugez dans la souille de ces âmes femmes.
Que pour y respirer l’odeur Jasmine de la plus belle des infâmes.

                                      Égide
Chère amie, puisque vous aimez parler de ce que vous ne savez pas,
Pourquoi n’indiquez-vous pas à la reine l’heure de ses prochains repas ?
Tout cela pour rappeler que si son Altesse m’avait qualifié d’âne bâté,
Je n’ose penser ce qu’il lui serait arrivé si je ne l’avais point épaté ?
Enfin, en lui prédisant gloire longue vie sans autre discours,
Je ne pouvais deviner que la souveraine me voudrait à la cour !...
Anaède, si je n’étais pas devenu une sorte d’avaloir référant,
Qui aurait enrayé le monarchisme de cette bande de tyrans ?

                                         Eugénia
Peut-être, mais, n’a-t-il pas suffi que vous vous montrassiez amical,
Pour que vous ne devinssiez aussi le ponte des maladies tropicales ?
Niez-vous que depuis que la reine à fait de vous son atout,
Moins nombreux sont ceux qui à sa noble cause se vouent.
                                           
                                           Égide
Diable, que pèse la défection d’une poignée de courtisans,
Comparée à l’affection profonde de millions de partisans ?

                                          Eugénia
Ce qui est vrai explique-t-il que, sans même un bonjour,
Un bambocheur aviné se permit de vous parler sans détour ?

                                           Égide
Convenez que si, avec ce pochard, j’avais refusé de deviser,
Je n’aurais peut-être jamais su la teneur de ses funestes visées ?
Sans cela, me serais-je souvenu de ce pathétique fêtard,
Une vingtaine d’années plus tôt m’avait traité de bâtard ?
Oubliant même qu’il avait outragé dame Pipelet d’une vile manière,
Ce valet d’armée s’osa dire peiné de ne plus voir cette dernière.
À cette énième outrance, ce malfaisant m’obligea de répondre,
Que veuve offensée dans la foule jetée n’aime guère se fondre.
Peu après, profondément affecté par l’attitude de ce pisse-froid,
Je baffais ce matois qui, aux femmes, n’accorde aucun droit.
Seulement, analysant les injuries de cet exécrable bouffon,
J’admis que blâmer la forme ne donne pas raison sur le fond…

                                           Eugénia
Peut-on croire vipères fielleuses qui souvent exagèrent ?
Admettant que l’incriminée ait eu souvent la cuisse légère.
Que vous-même soyez fruit d’une conduite à débord adultère,
Puisque qu’être sans exister n’est pas être, la manière indiffère…
Cela étant dit, pourquoi ameuter ciel et terre en faisant pareil foin,
Quand on sait que l’humain est de loin le plus logique des témoins.
Enfin, au nom de qui ou de quoi une femme brûlante de désir,
Devrait-elle éteindre sa flamme et bouder son plaisir ?   
Est-ce indécent de penser que, loin de son défunt conjoint ?
De câlins malins, Ernestine Pipelet avait un urgent besoin…
Cela étant, j’imagine que vous n’êtes pas resté inactif,
Entendu que pour punir les l’excès, vous n’êtes pas captif…

                                           Égide
Reste que, pour voir si de par trop l’Ernestine ne boissonne,
Il fallait que je l’allasse voir à son mas et qu’à sa porte je sonne.
C’est ainsi qu’olympien dans le sorite de mon propre examen,
Mon fidèle canasson m’emmena aux confins de son fichu chemin.   
Chère, il me reste à vous expliquer comment un homme quiet
Qui, rien ne mande, rien n’espère, rien ne veut, rien ne requiert,
Et ce, sans avoir une seule fois, sur cheval, usage fait de son fouet,
Visita une dévote aimée, qui ne savait plus à quel saint se vouer.

                                          Eugénia
Me donnez-vous a penser que la nonagénaire perdait la raison,
Et, qu’à cet âge avancé, fou eût été d’espérer guérison ?
                                           
                                           Égide
Ce qui est sûr est, qu’après avoir vilipendé les sans religion,
Elle accusa maître Cybère de faire tort à sa chrétienne région.
Surpris, me disant qu’une sans oreille peut devenir sans écoute,
Je me souviens avoir longtemps hésité à poursuivre ma route.
Aussi, affichant sa tristesse je me suis dis que pour la réconforter,
Je devais vitement lui permettre de réciter quelques pater noster.
Alors, volant à son secours pour le meilleur lui offrir,
Refusant de voir plus avant, son dogme s’appauvrir,
Accédant à son divin désir de revoir ses calotines consoeurs,
Je la voiturai afin qu’elle assistât à l’office de onze heures.
Ravie, à peine m’avoua-t-elle m’aimer autant que ses fieux,
Que, soudain, au lieu-dit appelé les Ornières-brise-Essieux,
Venu de nulle part, un noir attelage, s’allant droit sur l’obstacle,
Offrit aux deux pris de peur que sommes un bien triste spectacle.
                                               
                                          Eugénia
Connaissant l’endroit, ce fait n’est autre qu’un défaut de vigilance !
 
                                           Égide
Va pour l’inattention, mais était-ce besoin d’ajouter l’insolence ?
Car, pendant que l’injurieux voiturier vilipendait chaque dieu,
Moi, silencieux, pour peine apaisée, je faisais de mon mieux.
Sachant qu’aider est le devoir premier d’un médecin frais nommé,
Drapé de ma dignité, je décidais de détacher le roulier à demi assommé.
Alors, faisant mienne l’infortune du râleur prisonnier de ses sangles,
Je coupais les épaisses lanières avant que l’estourbi ne s’étrangle.
Puis, faisant face au cocher qui n’en croyait pas ses yeux,
Sans outil de levage je rétablissais la portance du moyeu.
Seulement, ce récit serait incomplet si je taisais la venue.
D’un élu qui, à l’en croire Cybère, ne serait guère bienvenu.
Aussi, c’est à l’instant même ou dame Pipelet priait saint-Justin.
Que parut l’ami Apogène qui, badant le cocher le traita de crétin.
Après avoir coléré puis, chiffré hautement la somme de nos griefs,
Dit, redit, rebattu par huit fois tout le mal que l’on pensait du relief,
Puis, accusé hautement les scandaleux méfaits du coupable sillage,
Je déposai la gracile Ernestine Pipelet au pied de l’église du village.
À suivre…
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Evanescence (Temps trois)
« Réponse #4 le: 08 janvier 2023 à 13:34:35 »
                                  TEMPS TROIS
                             
                                Eugénia, Apogène

                                      EUGENIA
Qui doute de votre amour de la France, monsieur le député,
Doit savoir pour quelle juste cause vous osâtes lutter. 
Pour les présidentiables, n’est-il pas que fort déprécié
Sera l’icelui qui, de ses électeurs, ne sait gère soucié ?
Pour ce qui relève du dessert, seriez-vous seul à table
Si ceux qui visent l’Élysée étaient moins contestables ?
Que dire des retors, des têtus et des peu affûtés,
Sinon, qu’ils se plaisent à vous tant chahuter ?
 
                                    Apogène
Eugénia, votre amicale sentence me réchauffe le cœur.

                                    Eugénia
Rien ne dit que je ne chauffe pas celui du futur vainqueur !...

                                   Apogène
Avant que cela n’arrive et que la chaleur gagne en degrés
Il faudra que mon projet, aux yeux de Cybère, trouve gré.
Le peuple n’est pas sans savoir que celui-ci me médit
Et que, cet érudit, à plus petit que lui, n’accorde de crédit !
Si j’affirme que le sort des Français n’occupe pas ses pensées,
Et que, ne sachant où aller, il ne sait dans quel sens avancer.
 
                                     Eugénia
N’ignorant pas à quelle hauteur vous placez votre saint devoir,
Je subodore qu’un musard sorti d’un placard ne peut que décevoir ?
                                    Apogène
En vérité, j’aurais préféré renoncer aux lustres du pouvoir
Que surseoir ou remettre à plus tard le plaisir de vous revoir.
 
                                    Eugénia
Cher ami, gardez-vous-en … Pensez à la France !
De grâce, oublié les pendants, faite fi des outrances.
Vous ne pouvez renoncer ni perdre le présent suffrage
En sachant que je suis l’icelle qui vous y encourage ?

                                   Apogène
N’est-ce pas pour vanter la mort que Cybère se bat,
Et, qu’entre interdit et laisser-faire se tiendra le débat ?

                                   Eugénia
Vous dirais-je tout de go le fond de mes pensées
Si j’appréciais ce qu’il ose proposer aux Français ?
D’ailleurs, si je ne vous savais pas homme discret
Je me garderais de dire ce que je tiens pour sacrer…
Alors, j’ose espérer qu’un accordé clora votre rivalité
Et qu’à votre endroit Cybère, fera montre de cordialité.
Savez-vous qu’il clame que vaine est votre concurrence ?

                                  Apogène
Aurait-il compris que petit est qui ne pense pas à la France ?

                                   Eugénia
Bah ! Ce qui est sûr est que celui-ci vit mal votre dualité…

                                   Apogène
Ce séide sait que revenir au temps premier n’est pas d’actualité ?
Son avenir politique ne pouvant remplir une écritoire de poche,
S’il refuse d’écrire sur le mien je crains que sa fin ne soit proche.
Victime outrée des caquettes que cet ingrat me prête
Sans cause, je n’aurais pas quitté ma quiète retraite.
Et puis, me lier à un politique empâté qui, en moi, n’a pas foi
C’est avouer qu’à l’instar d’Homère je sommeille quelquefois.
Si ce pleurnicheur s’avise à me faire de nouveaux reproches
Sans excuse n’y obédience je crains que sa fin ne soit proche.

                                      Eugénia
Ne peut-il pas emporter la mise en faisant une honnête campagne ?

                                     Apogène
Faudrait-il encore que la confiance du peuple celui-ci ne la gagne.
Eugénia, pensez-vous que judicieux serait d’alléger le fardeau
D’un sot qui, surin en main, rêve de me le planter dans le dos ?

                                      Eugénia
Ne se peut-il pas que le maître passe sous la coupe de l’élève ?

                                    Apogène
Si Cybère devait en pâtir, je l’en libérerai, sa carrière sera brève !...
Affecté par ses froids propos qui, tous, tendent à m’attiédirent,
Que ferais-je d’un petit qui, à mes côtés, refuse de grandir ?

                                     Eugénia
Ami, si vous redoutez que par trop grande ne soit son emprise,
J’ai peur qu’il ne vous faille attendre à bien d’autres surprises…
Et si dans la liste des perdants, on ne souhaite pas vous  classer
C’est parce que la fierté est noble quand elle est bien placée.
Apogène, vous sachant aimer l’atticisme national,
Je vous sais fort capable de gagner la bataille finale.

                                      Apogène
Ce qui, selon moi, n’est et ne sera jamais contestable
Est que votre belle âme fait de vous une amie délectable.
Au partir, laissant une jeune fille au maintien en sommeil
Au revenir, je découvre une beauté aux attraits sans pareils.

                                    Eugénia
Le flatteur qui est en vous a-t-il oublié quelle godiche j’étais ?
                                                     
                                    Apogène
Me souvenant de la façon dont les garçons vous traitaient,
Je pense que, si ces mêmes voyaient ce que vous êtes devenue,
Sûr, qu’ils regretteraient de ne pas vous avoir mieux connue.
         
                                      Eugénia
N’étant restée que moi-même, à rien je ne suis parvenue…

Et puis, qui trouve de l’attrait à une crécelle sans cervelle,
Est-il aise de la laisser si longtemps sans nouvelles ?
Cher, pour me faire oublier votre coupable silence
Ne m’oubliez pas, faites vôtre l’appel que je vous lance.
Si vous tenez à ce que de toujours notre amitié ne perdure
Je vous engage à faire montre d’un peu de moins de froidure.
 
                                    Apogène
Subissant la vindicte de Janus, j’ose dire que je suis consterné !

                                     Eugénia
Je n’ai à dicter à mon fils comment il doit occuper ses journées.

                                   Apogène
Dommage, car vous sauriez qu’il ne donne pas cher de mon devenir…

                                   Eugénia
Là encore, je n’ai pas à dire qui de Cybère ou de vous il doit soutenir.
À suivre…
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Evanescence (Temps quatre)
« Réponse #5 le: 08 janvier 2023 à 19:43:28 »
                                      Anaède, Apogène
                     
                                          Anaède
Apogène, si un projet abouti a son point de perfection,
Je pense que le vôtre peut vous faire gagner l’élection.
À condition, bien sûr, de faire valoir votre point de vue,
Car, je sais que Cybère n’attend rien de votre entrevue…
                                                                       
                                         Apogène
Rassurez-vous, ce n’est pas parce que le sien manque de fond,
Que je vais me contenter de compter les mouches du plafond.
Aurais-je confirmé à Cybère mon désir de deviser
Si j’avais la tentation de m’en repartir, diviser ?

                                         Anaède
Cela dit, pour qu’efficiente soit l’action gouvernementale
Ne pensez-vous pas qu’un accord à minima est fondamental ?

                                          Apogène
Anaède, l’homme d’aujourd’hui sucrerait-il ses plaisirs
Si avides et gourmands n’étaient pas ses propres désirs ?
J’espère que vous devinez que l’idée de ne vous plus voir,
Est, pour moi, un évènement que je ne puis concevoir ?

                                          Anaède
Bien que je ne doute pas que grande serait votre affliction,
Reste que la chose politique n’est autre qu’une malédiction…
Parlant Élysée, si je n’ose vous montrer la peur qui me gagne
C’est parce qu’il n’est pire mal que de quitter sa natale campagne.

                                          Apogène
Votre déclame ne m’éclaire pas sur que Cybère a convenu.
Disons qu’une énième bévue serait on ne peut plus malvenue.

                                          Anaède
Ignorant tout de ce que vous et mon époux avez à convenir,
Ai-je besoin de préciser que de vous dépend l’avenir ?
                                                                       
                                         Apogène
La brouille du moment vous serait-elle inconnue ?

                                          Anaède
Connue ou pas connue, moi, j’ignore tout de son contenue ?
Par nature, n’écoutant que les rumeurs forcément disconvenues,
Cybère vous pense toujours responsable de ses déconvenues.

                                           Apogène
L’icelui qui me juge responsable du fossé qui se creuse,
Est le même qui nie que la France à besoin de mains vigoureuses.

                                            Anaède
Ne pensez-vous pas que l’on trouvera celui que l’on n’a pas,
Le jour où l’on fera fi du haut pour voir ce qui se passe en bas ?

                                            Apogène
Est-ce à dire que le président proclamé ne sera ni Cybère ni moi ?

                                             Anaède
Homme honnête peut-il victoire gagnée sans ruses ni larmoies ?
Aurais-je dit que vous étiez homme qui plus donne qu’il ne reçoit,
Si je ne savais pas que raconter n’importe quoi ne va pas de soi.
Aussi, convaincue que vous ferez un excellent dirigeant,
Il va s’en dire que vous aurez le vote de milliers de gens…

                                            Apogène
Pour ce qui est du motus bouche cousue avec votre époux,
Souhaitez-vous que je m’en reparte avec un consensus mou…

                                            Anaède
Pour ce qui, publiquement, vous concerne, cher Apogène,
Je pense que la fibre gagnante est inscrite dans vos gènes.
Est-ce de ma faute si le fait politique nous accapare,
Et si nombre de nos fidèles amis fuient de toutes parts.
Vous qui m’aviez promesse faite de ne me jamais décevoir,
Quel mal ai-je fait pour que vous ne me vinssiez plus voir ?!

                                          Apogène
Anaède, je ne sais que répondre ni que dire à votre jette face,
Sinon que dans mon esprit jamais beau souvenir ne s’efface.
                                                                         
                                         Anaède
Qu’est devenu celui qui, à mes côtés, se voyait bien vieillir
En disant que j’étais une fleur que plaisant serait de cueillir ?

                                       Apogène
Anaède, pensez-vous vraiment que cet aveu a vraiment disparu ?
Ce jour d’hui, pour voir, combien de lieues n’ai-je pas parcourues…

                                       Anaède
N’avez-vous pas dit que j’étais une perle ardente sortie de son étui,
Que pareille beauté est un mets qui se déguste de jour comme de nuit ?
Le voudrais-je que je ne pourrais oublier l’effacé trouvère
Qui sauva une jeunette prisonnière des rigueurs de l’hiver ?

                                      Apogène
Amie, vous seule avez fait la femme que vous êtes devenue
Dire le contraire serait à mes yeux on ne peut plus mal venu.

                                      Anaède
Dans un temps déjà loin, près de vous et loin de mon papa,
N’avez-vous pas choisi pour moi celui que je ne connaissais pas ?
Pour me le faire aimer ne m’avez-vous pas dit que ce bel esprit,
De moi, de ma hardiesse et de mon frais minois était fort épris ?...

                                     Apogène
Anaède, si je ne sais que répondre à ce que vous me dites-la !
Admettez que ce n’est pas moi qui sous vos fenêtres cent fois défila…

                                      Anaède
Qui a souhaité qu’entre Cybère et moi une alliance se noue ?

                                     Apogène
Enfin ! Qui de vous ou de moi a reçu le baiser de l’époux ?
 
                                     Anaède
N’avez-vous pas aidé une oiselle dont l’émoi fut précoce
Et dont l’agitation s’en fut au premier matin de ses noces ?
N’avez-vous pas dit qu’épousailles sans que naisse d’enfants,
Était, bonnement, refuser à sa femme le plus beau des diamants ?
 
                                   Apogène
Anaède, si vous regrettez de n’avoir pu perpétuer l’usage
Consolez-vous en interrogeant votre engageant visage,
S’il ne se souvient plus des baisers que Cybère y déposa
Il n’a pu oublier que sur lui, son regard, aussi, se posa…

                                    Anaède
Cher ami, si depuis mon alliance rien ne manque à mon décor
C’est parce que la liste est longue de ce que je vous dois encore.

                                    Apogène
Assuré que l’affection qu’il vous portait était sans déviance,
Qu’ai-je fait d’autre que ce que me dictait ma conscience ?
Anaède, parlant de Cybère, n’a point été contredit   
Lorsque, fou d’amour, par plus de dix-sept fois il a dit,
Que vous êtes semblable à la rose dès lors qu’on l’arrose,
Et, qu’aimer, et l’en bien parler est dans l’ordre des choses.

                                      Anaède
Ne lui avez pas soufflé que mal tourner n’est pas gage d’amour
Et que qui trop s’enamoure ne parvient pas toujours à faire sa cour ?

                                     Apogène
J’avoue avoir dit que cet ami, franc de port, était le meilleur,
Que, même  loin d’ici, pareil parti, n’existait pas ailleurs…
Me reprochez-vous d’avoir fait d’un perdant un vainqueur,
Avant même que je ne sache vers qui pencherait votre cœur ?
Si j’ai grossi les vertus d’un Cybère qui, d’amour, vous aimait,
C’est parce que je redoutais que vous ne l’aimassiez jamais.

                                       Anaède
Apogène, en l’instant, il n’importe de vous bien recevoir,
Puisque fière je suis qu’à ma table vous daigniez vous asseoir.

À suivre…

 
« Modifié: 11 janvier 2023 à 20:40:30 par cyamme »
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne CamilleDelair

  • Calligraphe
  • Messages: 147
Re : Evanescence (Temps deux)
« Réponse #6 le: 09 janvier 2023 à 02:38:04 »
Le mélange de poésie et d'histoire m'impressionne à tous les coups!
Cela fait des poètes que j'admire  :)

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Re : Re : Evanescence (Temps deux)
« Réponse #7 le: 09 janvier 2023 à 20:24:24 »
Bonsoir CamilleDelair,
Je trouve aussi  que le mélange histoire et poésie est intéressant .
Bonne soirée,
Bien à toit;.
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Evanescence (Temps cinq)
« Réponse #8 le: 10 janvier 2023 à 20:18:22 »
                                     EVANESCENCE
                                           
                                        TEMPS CINQ

C’est ainsi qu’olympien dans le sorite de mon propre examen,
Mon fidèle canasson m’emmena aux confins de son fichu chemin.   
Chère, il me reste à vous expliquer comment un homme quiet
Qui, rien ne mande, rien n’espère, rien ne veut, rien ne requiert,
Et ce, sans avoir une seule fois, sur cheval, usage fait de son fouet,
Visita une dévote aimée, qui ne savait plus à quel saint se vouer.

                                        Eugénia
Me donnez-vous a penser que la nonagénaire perdait la raison,
Et, qu’à cet âge avancé, fou eût été d’espérer guérison ?

                                          Égide
Ce qui est sûr est, qu’après avoir vilipendé les sans religion,
Elle accusa maître Cybère de faire tort à sa chrétienne région.
Surpris, me disant qu’une sans oreille peut devenir sans écoute,
Je me souviens avoir longtemps hésité à poursuivre ma route.

Aussi, affichant sa tristesse je me suis dis que pour la réconforter,
Je devais vitement lui permettre de réciter quelques pater noster.
Alors, volant à son secours pour le meilleur lui offrir,
Refusant de voir plus avant, son dogme s’appauvrir,
Accédant à son divin désir de revoir ses calotines consoeurs,
Je la voiturai afin qu’elle assistât à l’office de onze heures.
Ravie, à peine m’avoua-t-elle m’aimer autant que ses fieux,
Que, soudain, au lieu-dit appelé les Ornières-brise-Essieux,
Venu de nulle part, un noir attelage, s’allant droit sur l’obstacle,
Offrit aux deux pris de peur que sommes un bien triste spectacle.
                                               
                                          Eugénia
Connaissant l’endroit, ce fait n’est autre qu’un défaut de vigilance !
 
                                           Égide
Va pour l’inattention, mais était-ce besoin d’ajouter l’insolence ?
Car, pendant que l’injurieux voiturier vilipendait chaque dieu,
Moi, silencieux, pour peine apaisée, je faisais de mon mieux.
Sachant qu’aider est le devoir premier d’un médecin frais nommé,
Drapé de ma dignité, je décidais de détacher le roulier à demi assommé.
Alors, faisant mienne l’infortune du râleur prisonnier de ses sangles,
Je coupais les épaisses lanières avant que l’estourbi ne s’étrangle.
Puis, faisant face au cocher qui n’en croyait pas ses yeux,
Sans outil de levage je rétablissais la portance du moyeu.
Seulement, ce récit serait incomplet si je taisais la venue.
D’un élu qui, à l’en croire Cybère, ne serait guère bienvenu.
Aussi, c’est à l’instant même ou dame Pipelet priait saint-Justin.
Que parut l’ami Apogène qui, badant le cocher le traita de crétin.
Après avoir coléré puis, chiffré hautement la somme de nos griefs,
Dit, redit, rebattu par huit fois tout le mal que l’on pensait du relief,
Puis, accusé hautement les scandaleux méfaits du coupable sillage,
Je déposai la gracile Ernestine Pipelet au pied de l’église du village.
À suivre…
« Modifié: 11 janvier 2023 à 20:41:26 par cyamme »
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Robert-Henri D

  • Prophète
  • Messages: 726
Re : Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)
« Réponse #9 le: 15 janvier 2023 à 15:59:34 »
Bonjour Guy Lafosse,

C'est avec le même plaisir que j'ai pris le temps qu'il faut pour lire la suite comme il se doit d'être.

À propos du Temps 2, je te mets mes pensées perso sous spoiler :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Re : Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)
« Réponse #10 le: 16 janvier 2023 à 20:39:33 »
Bonsoir Robert-Henry D

Je te remercie infiniment de me lire et de m’encourager.  Aussi,
je n’ai pas compris pourquoi tu te gardes de dire tes pensées.

Cordialement à toi.
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Robert-Henri D

  • Prophète
  • Messages: 726
Re : Re : Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)
« Réponse #11 le: 17 janvier 2023 à 11:01:25 »
Bonsoir Robert-Henry D

Je te remercie infiniment de me lire et de m’encourager.  Aussi,
je n’ai pas compris pourquoi tu te gardes de dire tes pensées.

Cordialement à toi.

Bonjour Guy Lafosse

J'aurais pu en effet étaler me pensées (quitte à ce que cela fasse tache dans la présentation de ta pièce) mais si j'ai choisi de les mettre sous spoiler, c'est parce que ce mode de communication offre la particularité de préserver l'intimité de l'auteur. (seuls les adhérents peuvent l'ouvrir et... ôtes moi un doute : j'espère que tu l'as fait ?)

Hors ligne Guy Lafosse

  • Aède
  • Messages: 160
Re : Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)
« Réponse #12 le: 20 janvier 2023 à 11:17:50 »
Bonjour Robert Henry D,

Pour répondre à ta question, rassure-toi parce que je ne suis pas sans savoir que dommageable serait de porter préjudices à nos discussions.              Il va de soi que je respecte la discrétion et sais aussi que seul l’auteur un posteur de récit a le droit du poster écrits et avis.

Cordialement
Traverser  le temps en oubliant ses futiles besoins,
C’est vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins.

Hors ligne Robert-Henri D

  • Prophète
  • Messages: 726
Re : Re : Evanescence (Temps un, deux, trois, quatre, cinq)
« Réponse #13 le: 22 janvier 2023 à 15:28:28 »
Bonjour Robert Henry D,

Pour répondre à ta question, rassure-toi parce que je ne suis pas sans savoir que dommageable serait de porter préjudices à nos discussions.              Il va de soi que je respecte la discrétion et sais aussi que seul l’auteur un posteur de récit a le droit du poster écrits et avis.

Cordialement

Hum, rassuré le suis-je ? À dire vrai il se faudrait en premier de ladite discussion qu'elle s'affirme de manière cohérente. Ce qui, au regard de la citation si accolée est loin d'être le cas. Qui plus est, il nous faut reconnaître vous et moi que rien de ce qui est du domaine littéraire n'est ressorti de ce temps que j'ai passé sur votre texte  le 15 janvier 2023 à 15:59:34. puisqu'aucune réponse ni correction n'ont eu lieu à propos d'icelui.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 17 requêtes.