Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

07 février 2023 à 02:17:32
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Les jeunes et la fin du monde.

Auteur Sujet: Les jeunes et la fin du monde.  (Lu 1388 fois)

Hors ligne Basic

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 445
    • Dits de l 'aube.
Les jeunes et la fin du monde.
« le: 14 juin 2022 à 19:46:55 »
Bonjour à tous,

il y a peu nous avons échangé avec BeeHa au sujet des fictions apocalyptiques ( grâce à son beau texte « le temps des pêches »). Je m’étonnais qu’il y ait une certaine croissance des fictions apocalyptiques qui peuvent être qualifiées d’« optimiste ». des fins du monde qui célèbrent des valeurs comme :
- le retour à la nature
- l’essentialité
- la rédemption
quand il y a encore une humanité ! Parfois même ça peut aller jusqu’à «  ça sera bien mieux quand la pire des catastrophes aura disparu, sous entendu « l’humanité ». Bon.
Il y a eu récemment un appel à textes que vous avez peut être lu, sur ce type de récits de fin du monde.
 
J’ai repensé à cette échange. J’ai pensé à mes enfants ( bon, j’ai des enfants adultes).
On dit – peut-être les gens d’une certaine génération – que les jeunes ne font plus de politique, qu’ils ne s’engagent plus, qu’ils ne défendent rien des valeurs qui ont fondé notre société, qu’ils laissent s’effondrer le système social… Bien sûr, je pense qu’il y a ou non une pensée politique chez les jeunes comme il y en a chez les vieux… pas tout le monde.
Toutefois, reste t-il quelque chose à défendre ? Quand le désastre est imminent de quoi se préoccupe t-on ?  Sauver le garde fou ou le navire ? Le combat le plus fondamental n’est il pas celui à livrer contre la fin du monde ? En l’occurrence, la guerre a mené n’est elle pas contre nous ?
Les jeunes ne devraient ils pas combattre ceux qui livrent leur monde à l’agonie, ceux qui ont participé à l’y mener et qui continuent.
Ils sont, je le crois, dans la sidération.
J’imagine – parce que j’ai de l’imagination comme on dit – que les jeunes se diront un jour qu’il faut prendre les choses en main et nous prendre les guides. Je crains que ces choses se passent dans la violence. Nous nous gavons sur leur dos comme nous nous sommes gavés sur le dos des pays du sud ( à la louche, parce que dans toutes les directions, ça le fait aussi). Un pillage qui a organisé la misère actuelle de certains pays et les tensions accrues, terrorisme, guerres diverses…

Tiens un roman comme celui de Mazaurette «rien ne nous survivra » 2009.

Optimiste ?
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Dits de l'aube. Textes dits. Hellian - Basic et d'autres.

https://www.youtube.com/channel/UCtSh7Ir1_tg0rf8WhZBunLQ

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

Hors ligne RomainD

  • Troubadour
  • Messages: 290
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #1 le: 14 juin 2022 à 20:21:46 »
Quelle est ta question Basic ? Souhaites-tu simplement que nous rebondissions sur cet incipit ?

Le mot de "sidération" que je n'ai pas vu depuis si longtemps m'a frappé tellement il m'a paru parfait pour décrire la situation dans laquelle se trouve notre psyché. Effectivement nous sommes sidérés de la situation dans laquelle nous nous trouvons et de ce qui nous attend. En effet comment ne pas se sentir un petit peu out of place lorsqu'on le vit la chute de l'empire romain ; nous autres européens, qui avons eu l'habitude de faire l'Histoire, nous en serons dorénavant exclus. Nous sommes à la marge, nous n'avons plus d'importance.

Dépossédé de tout possible il ne nous reste que le cynisme, la perversion ou la résignation.
« Modifié: 14 juin 2022 à 20:23:21 par RomainD »

Hors ligne BeeHa

  • Calliopéen
  • Messages: 547
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #2 le: 14 juin 2022 à 20:49:37 »
Bonsoir Basic,

Citer
Je m’étonnais qu’il y ait une certaine croissance des fictions apocalyptiques qui peuvent être qualifiées d’« optimiste ». des fins du monde qui célèbrent des valeurs comme :
- le retour à la nature
- l’essentialité
- la rédemption
Etrangement, mettre en avant ces aspects dans le post apocalyptique, ça me parait à la fois optimiste, comme tu le dis, avec cette idée que l'humanité évoluerait vers quelque chose de plus paisible et non vers la violence "usuelle" de beaucoup de post-apo, qui parait une évidence parfois. Mais ça me semble aussi pessimiste, puisque la seule façon de changer les choses serait cette catastrophe qui ne laisserait presque rien à sa suite, supprimerait tout pour repartir à zéro.

Je n'ai pas forcément énormément d'exemple, n'étant pas un lecteur connaissant énormément de livres, mais il y a au moins La Terre demeure de George R. Stewart (1949) qui amène cet aspect idyllique, dans le sens d'un retour à la nature, à l'essentiel, voire à la tolérance... A partir de rien, il y a une reconstruction d'un autre chose. Pourtant, c'est assez ancien. Ce retour à la Nature est même assez présent dans La machine à voyager dans le temps de H. G. Wells (qui certes n'est pas vraiment post-apo, mais fait penser à une société future différente.)

Pour la suite... Je ne sais pas si c'est vraiment un manque d'engagement.
D'un point de vue purement personnel, j'ai plus souvent l'impression d'une polarisation plus marquée qui n'encourage pas forcément la discussion. Non pas qu'elle soit toujours impossible mais pas toujours simple. Du coup, au contraire, les gens engagés le sont plus, ont même parfois du mal à accepter une vision différente (à tort ou à raison) et ceux qui le sont peut-être moins, se trouvent plus "neutres" auront tendance à s'effacer par "peur" des réactions (Ou peut-être que ce n'est que moi et les quelques personnes à qui je me sens à l'aise pour en parler haha).

Du coup, je ne pense pas que "les jeunes" dans leur ensemble aient réellement cette sorte d'indifférence.

Pour en revenir au post-apo, l'optimisme permet d'amener autre chose.
Et même s'il n'est pas vraiment optimiste, j'ai parfois la sensation que sans les armes et la violence, il amènera autre chose et parlera à un autre public. Un peu le contraste entre un Metro 2033 de Glukhovsky et un Station Eleven d'Emily St John Mandel. L'un est crasseux, l'autre est beaucoup plus "propre". Est-ce en lien avec un optimisme, ou même l'âge, je ne suis pas certain, ce sont plus des "vues" différentes, qui vont plaire à un public différent aussi.
“A faint clap of thunder;
Clouded skies;
Perhaps rain comes – if so, will you stay here with me?”

“A faint clap of thunder;
Even if rain comes not;
I’ll stay here, together with you…”

Hors ligne Basic

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 445
    • Dits de l 'aube.
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #3 le: 14 juin 2022 à 22:05:07 »
Bonsoir Romain et BeeHa,

j'ai du mal formuler, mais mon propos n'est pas de dire :  les jeunes sont indifférents. Je constate que c'est une sorte de formule commune. Je tente une explication en m'appuyant sur l'état du monde, il n'y a plus rien a défendre de celui-ci, quand on l'entend comme société. J'avance alors ce que j'appelle la sidération, se trouver dans un état tel qu'il immobilise parce que la chose parait trop énorme pour être combattue et que de surcroit les artisans de ce délabrement sont les pères. Que la lutte à venir pourrait porter sur "comment sauver le monde" comme organisme vivant, quand il s'agit alors de combattre cette fois l'hypocrisie, le cynisme de leurs parents. "Rien ne nous survivra", est un roman parfaitement cynique qui pince un peu les zygomatiques quand on essaie d'en rire.  Il oppose violemment les générations. On est bien loin de l'écroulement des sociétés anciennes, et par cette étrange caricature d'une guerre entre générations, il nous colle devant le triste constat : comment faire pour nous arrêter ?

J'avais introduit cette réflexion par les romans apocalyptiques : "la fin des haricots c'est pas si mal !" on pourrait aussi parler des romans de sf qui proposent la fuite comme solution comme le film interstellar. Autre alternative, on en trouve une autre.

Ce n'est donc pas une question Romain, mais une amère petite réflexion, bien pessimististe.

B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Dits de l'aube. Textes dits. Hellian - Basic et d'autres.

https://www.youtube.com/channel/UCtSh7Ir1_tg0rf8WhZBunLQ

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

Hors ligne RomainD

  • Troubadour
  • Messages: 290
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #4 le: 14 juin 2022 à 22:08:19 »
Je ne la trouve pas pessimiste mais réaliste.

Cependant on pourra débattre du fait que considérer ce pessimisme comme réaliste est un signe de pessimisme.

Tu évoques la fuite et je te rejoins sur cela. Je pense à un type de fuite qu'est l'addiction. On devient addict pour faire face une réalité insupportable. Bon j'enfonce une porte ouverte et je m'en excuse cependant je vois ce mécanisme omniprésent dans notre société française : le monde déconnecté où l'on scroll sans cesse et sans volonté, la pornographie qui ne s'est jamais aussi bien portée, l'essor des jeux-vidéos et des plateformes numériques, tout cet univers de l'entertainment qui bat des records de chiffre d'affaire. Bref ce sont les jeux du cirque alors que l'empire brûle et que les barbares sont aux portes si j'en reviens à mon empire romain.

Concernant la jeunesse, je ne sais pas si j'ai le droit de partager un article mais dans le doute je trouvais que celui-ci résumait assez bien la situation : https://justpaste.it/3i9rs

ps : sans oublier l'augmentation de la consommation de cocaïne et de cannabis, l'augmentation du nombre d'alcooliques, etc.
« Modifié: 14 juin 2022 à 22:16:14 par RomainD »

Hors ligne Aponiwa

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 362
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #5 le: 15 juin 2022 à 17:49:37 »
Coucou Basic,

Forcément, je n'ai pas pu m'empêcher de répondre!  :P

Bonjour à tous,

il y a peu nous avons échangé avec BeeHa au sujet des fictions apocalyptiques ( grâce à son beau texte « le temps des pêches »). Je m’étonnais qu’il y ait une certaine croissance des fictions apocalyptiques qui peuvent être qualifiées d’« optimiste ». des fins du monde qui célèbrent des valeurs comme :
- le retour à la nature
- l’essentialité
- la rédemption
quand il y a encore une humanité ! Parfois même ça peut aller jusqu’à «  ça sera bien mieux quand la pire des catastrophes aura disparu, sous entendu « l’humanité ». Bon.
Il y a eu récemment un appel à textes que vous avez peut être lu, sur ce type de récits de fin du monde.

Oué, me souviens de cet appel à texte.
En fait, je pense que ce choix de "fin heureuse" est clairement demandée par les éditeurs. Mais cela ne reflète pas du tout l'état d'esprit des jeunes.
Les médecins, les psys sont inquiets (même les journaux en parlent parfois...). Les jeunes ne vont pas bien. Syndromes dépressifs en augmentation et ce dès le plus jeune âge. Normal. Faut voir l'avenir qui se prépare. En quelques années années, Blanquer a foutu le seum à tous les lycéens avec ses réformes à la con et son parcoursup pourri. Les années COVID ont gardé enfermés les momes, à la maison comme à l'école. Et l'avenir? Celui des pénuries alimentaires que l'on voit déjà, les canicules mortelles en Inde, les guerres qui, contrairement à ce qu'on nous a fait croire, n'ont pas disparu d'Europe.
Bref, je m'arrête là...
 
On dit – peut-être les gens d’une certaine génération – que les jeunes ne font plus de politique, qu’ils ne s’engagent plus, qu’ils ne défendent rien des valeurs qui ont fondé notre société, qu’ils laissent s’effondrer le système social… Bien sûr, je pense qu’il y a ou non une pensée politique chez les jeunes comme il y en a chez les vieux… pas tout le monde.
Je le pense aussi. Les études socio montrent que les jeunes s'engagent moins dans les partis politiques et dans les syndicats, mais beaucoup plus en asso, collectifs et autres mouvements (qui sont aussi au sens noble du terme, souvent politiques)

Toutefois, reste t-il quelque chose à défendre ? Quand le désastre est imminent de quoi se préoccupe t-on ?  Sauver le garde fou ou le navire ? Le combat le plus fondamental n’est il pas celui à livrer contre la fin du monde ? En l’occurrence, la guerre a mené n’est elle pas contre nous ?
Oui, il reste quelque chose à défendre. Niveau climat, par exemple, le GIEC nous donne encore trois ans pour changer nos habitudes et diminuer les émissions de CO2. Après, c'est pas la catastrophe, c'est juste l'apocalypse.
Non, la guerre a mener n'est pas contre nous. Elle est contre un modèle de société destructeur qui ne profite qu'à une poignée. Le reste subit et subira de plus en plus fort.

Les jeunes ne devraient ils pas combattre ceux qui livrent leur monde à l’agonie, ceux qui ont participé à l’y mener et qui continuent.
Ils sont, je le crois, dans la sidération.
Pas tous et heureusement.
Ce combat, ils le mènent mais personne n'en parle. Régulièrement des activistes se battent contre total, Black rock, la société générale, et j'en passe. Je pense à Youth for climate, Fridays for future et tant d'autres qui sont typiquement des mouv de djeuns (mais pas que et c'est chouette!)

J’imagine – parce que j’ai de l’imagination comme on dit – que les jeunes se diront un jour qu’il faut prendre les choses en main et nous prendre les guides.

Certains les ont déjà prises en main. Ils ne nous prennent pas les guides. Ils les inventent. Vu où on en est, on a pas dû être des lumières.

Je crains que ces choses se passent dans la violence.

Quand le peuple manifeste pacifiquement et signe des pétitions, tout le monde s'en fout. Alors, effectivement, il est fort probable qu'un jour certains se disent "à quoi bon?"


Bon, forcément j’étais inspirée. Désolée, mais moi, je suis pas du tout optimiste. Et quand je pense à mes enfants, je me dis juste "pourvu qu'ils s'en sortent dans ce merdier".  :s

Hors ligne cyamme

  • Admin
  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 204
  • marmotte insomniaque
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #6 le: 15 juin 2022 à 17:59:43 »
Je suis aussi un poil désabusée et cynique en lisant ça. Je suis ni jeune ni vieille, bien au contraire. Quand toute une partie de la classe politique française a appelé au boycott du discours de Greta Thunberg parce que soit disant elle serait trop jeune....  ><

Les liens externes sont tout à faits autorisés ROmainD même si à titre perso je trouve Pierre Vermeren parfaitement à côté de la plaque et que je suis pas du tout d'accord avec son analyse.

Je comprends pas cette scission de genre qu'il opère au sein de la "jeune génération". Ça me semble assez artificielle et j'ai l'impression d'un mélange de plein de problématiques un peu brouillons.

Hors ligne ZagZag

  • Ex Zagreos
  • Chaton Messager
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 325
  • Octogorneau à gros cheveux
    • Ma page perso
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #7 le: 15 juin 2022 à 18:56:45 »
Merci Apo pour cette intervention, elle est chouette à lire :)



Ah ouais nan mais c'est chaud ce qu'il dit ce Pierre Vermeren.

Citer
Que l’on songe à la crise du Covid-19, qui a aggravé leurs maux, notamment la déprise éducative, alors qu’ils n’ont jamais couru de péril mortel ; à la réussite scolaire et universitaire des filles, qui, à situation comparable, surclassent partout les garçons, sauf en sciences
ça veut dire quoi ? que les femmes empêchent les hommes de faire des études ? Et surtout "sauf en sciences" bah oui c'est vraiment une minuscule part de l'enseignement, mettons-le sous le tapis, ça n'a pas d'intérêt d'en parler.
C'est vraiment retourner les choses de manières retorse, c'est ouf  :o Une autre analyse hein : on pousse plus l'enseignement des sciences dites dures en règles général + les hommes sont plus encouragés dans les voies mieux vues socialement => il y a  une surreprésentation des hommes dans les filières scientifiques (et en général dans les filières encouragées socialement) et donc mécaniquement une sous-représentation ailleurs.
Mais non, ce seraient les femmes qui volent les places des hommes dans la littérature, dans les sciences sociales, etc. des filières où ça se bouscule vraiment au portillon dites-donc, en plus. Et d'ailleurs les femmes se jettent sur ces filières, ces filières qui ont tant d'avenir en terme de boulot, qui sont si mises en lumières. Décidément, même dans les endroits dédaignés socialement il faut qu'elles prennent toute la place ces femmes, c'est terrible.

Citer
à la déliquescence de leurs domaines professionnels traditionnels, l’artisanat, l’industrie, l’agriculture et la chose militaire ; et, plus généralement, à l’abandon des activités productives, transférées à l’étranger, au profit des services qui sont plus propices aux femmes
Ouais d'accord la désindustrialisation et la migration vers le tertiaire c'est un sujet, mais pourquoi le genrer ? Et c'est quoi des services plus propices aux femmes ?

Citer
enfin, à la désintégration de la famille comme structure de protection, de transmission culturelle, mais aussi de responsabilisation et d’amour. La liste n’est pas close.
Au niveau du style, c'est assez rigolo de dire "enfin" quand la liste n'est pas close haha

enfin bon je m'arrête là mais pfiou je peux pas laisser des trucs comme ça être partagés sans réagir quoi, merde je veux pas qu'on défèque sur mon tapis.
aucun : les artichauts n'ont aucun rapport avec le Père Noël. Ce ne sont pas des cadeaux et on ne peut pas faire de Père Noël en artichaut.

Hors ligne Aponiwa

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 362
Re : Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #8 le: 15 juin 2022 à 19:12:47 »
Merci Apo pour cette intervention, elle est chouette à lire :)
:calin:

Ah ouais nan mais c'est chaud ce qu'il dit ce Pierre Vermeren.

J'ai suivi le lien et lu le titre : "«Les jeunes hommes sont-ils en trop dans la société française?»"
Déjà ça sent bizarre. Pis comme j'ai la sale habitude de lire les pages wikipedia des gens, j'ai lu la sienne...

"Engagement contre le « décolonialisme »

Le 13 janvier 2021, Pierre Vermeren est co-signataire de l’Appel de l’Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires16, aux côtés de 75 autres universitaires. Depuis, il contribue à ce site web17,18, créé fin 2020 pour « mettre un terme à l’embrigadement de la recherche et de la transmission des savoirs » et pour faire face aux idéologies « décoloniale, woke et intersectionnelle »19.

Dans une de ses contributions à l’Observatoire20, Pierre Vermeren affirme que « le puissant courant islamo-gauchiste a table ouverte dans les médias français. » Selon lui, ce « foyer idéologique » justifierait le terrorisme. Il regroupe « des maisons d’édition, des collections chez de grands éditeurs, des revues et des journaux (rarement les plus grands), des sites associatifs et des revues en lignes, des associations et des sections syndicales, des blogs et des think-tanks, des cours de formation continue, des colloques internationaux et des programmes de recherche européens. » "


Du coup, j'avoue, j'ai pas pris le temps de lire l'article.  :/

Hors ligne Cendres

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 210
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #9 le: 15 juin 2022 à 19:21:54 »
Je n'ai pas lut les réponses et je répondrais que d'un point de vu "littéraire" (je sais je suis trop modeste).

Lorsque je vois des livres, des films, des jeux vidéos sur ce genre de sujet ou on suit par exemple deux personnages (Leur âge ou leur sexe peut être très différents) , ils oublient des choses de bases.

Si on est en duo(je continue avec cet exemple), on sera obligé d'être proche de l'autre pour sa sécurité mutuelle. Les besoins naturelles, faudra pas être trop pudique. Se cacher de l'autre c'est être isolée et une proie facile.
Rien qu'une fille, les règles, c'est galère.
Si tout est dévasté, on fait comment? Et aussi pour se laver? Ou après avoir fait nos besoins, on se nettoie avec quoi?
Ca peut sembler ridicule, mais ceux sont des bases.
Avoir des grosses armes ca ne permet pas de répondre  à nos besoins principaux.

En plus, je pense qu'on garderait l'eau pour boire et non pour se laver. On sentirait vraiment pas bon et nos cheveux seraient gras. Sans parler de l'état de nos vêtements.
On ressemblerait a des homme/femmes des bois je pense.

Ce qui est aussi illogique ceux sont les véhicules. Au début je suis d'accord qu'on en a, mais après, pour l'entretien? Les pièces ou l'essence? On trouve ca ou, puisque l'on ne produit plus rien ?

Je suis sortit du sujet , mais je voulais y répondre d'un point de vue logique et littéraire.


Sinon, pour réponde a Basic, je citerais Sitting Bull (Je crois que c'est lui qui a dit cela)
"Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants "


Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 456
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #10 le: 15 juin 2022 à 19:29:22 »
yo,
faut que je fasse court !



l'anticipation est un concept qui 'prévoie', entre le réalisme qu'il est sensé invoquer en alarme, et ce qui s'applique afin que prévision advienne ou non, son impact dans les directions alarmées ; d'où que je crois qu'Aponiwa a raison de chercher le réel reflet d'une société mais qu'au contraire mais sans exclusivité, il y a une activation du discours que [tu] ne prends pas en compte, je crois les sciences humaines y disent qu'on reproduit bcp plus de comportements d'autrui que l'on pense, et que ça crée une ambiance qui avance indépendamment de chacun, qui s'autoentretient y compris pour les mauvais côtés ; à celà j'ajoute mon anecdote rare de ces dix ans, où dans un livre documentaire sur la sf, était mis en relation sans expliquer la causalité, entre la période pessimiste et dark des sfs qui se déroule depuis jusqu'à aujourd'hui, mais qui s'oppose à sa prédécesseuse la sf optimiste, qui a 'bizarrement' disparue à partir de la WWII, de l'implication de la technologie atomique dans l'histoire... alors oui que du bisounours ça n'enlève pas la cruauté réelle de la vie, tout comme uniquement décrier les problèmes enlise dans la perception de ceux-ci ; je crois

je trouve bizarre cet éternel outrage que Zag tu rends de l'ici, envers le 'genrage'... 'fin qmm, c'est ni infondé ni inutile ces données, pis c'est facile de renvoyer la balle d'un côté ou de l'autre, y'a plus de juges femmes y'a plus de policiers hommes, bon, ok pour viser l'équilibre, mais justement car il n'existe pas cet équilibre, et entre des trucs réels, et comme le goût pro de chacun est personnel, on a pas trop à en vouloir que ce soit mal réparti, même si oui ce serait grave cool pour l'humanité qu'elle se défasse de cet impératif que la sociologie lui reconnait dans toutes ses civilisations : il y a le genrage des activités pros, et de tout un tas d'autres trucs, toutes les sociétés ont remarqué qu'une femme enceinte ça va pas te soulever un tronc débité, alors les hommes le font, bin écoute on a tous nos qualités spécifiques, et plutôt que entretenir (bin on y revient tiens) les mauvais aspects uniquement, on va pas valoriser le genre et ce qu'il fait de beau ; moi jamais je me lance dans un tricot, pourtant l'artiste qui décore ma ville au crochet, qu'il soit homme ou femme je m'en fous c'est vrai autant que je l'ignore, mais je remercie le genrage d'offrir ce qui ne me touche pas pour y agir, mais que je constate bien heureusement depuis altérité, et tout ceci en conscience que si j'avais grandi dans une société inverse, j'aurais ptetr aimé faire du tricot pour me sentir un peu un bonhomme ; mais on ne le suppr pas, l'effet de la société qu'on critique, du coup voilà '_'

pour revenir à la sf du coup et synthétiser mon idée : faudrait qu'on trouve comment la littérature d'alerte ne soit pas vu comme du loisir, et que la littérature du loisir ne soit pas à prendre trop au sérieux ; non ? car là on ne distingue rien et on ne s'oriente sur rien non plus, si ce n'est ce pessimisme historique de la sf, qui moi je pense peut un peu blaser ceux qui veulent s'inspirer pour construire l'avenir



j'ai pas fait court -_____-
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne Basic

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 445
    • Dits de l 'aube.
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #11 le: 18 juin 2022 à 07:15:26 »
bonjour

hommes, femmes, la bête de la fin du monde s'en fout.
Tiens, je vois plus de filles dans les manifs pour le climat et derrière les micros que de mecs... dans le tableau de Delacroix, y' avait bien une fille dépoitraillée devant mais le reste c'était que des types... je n'ai pas fait de statistiques, ce n'est qu'une impression, mais la prise de conscience serait-elle genrée ?
Le cynisme a, à note époque, la possibilité de nous tuer, ou de nous faire disparaitre. La phrase de Sitting bull, si belle, peut tout simplement s'y casser les dents faute de génération sur la planète.
Sans témoin, le monde continue t-il d'exister ?
Je suis d'accord avec toi Aponiwa, il y a bien quelques prises de guides ici ou là mais si peu. Notre génération n'a pas pris la mesure et j'ai peur que même si elle le souhaite sincèrement ( ce qui doit manquer à beaucoup notamment à nos patrons qui certainement ont de quoi se mettre à l'abri. parenthèses : je crois avoir compris que la loi qui interdit les moteurs thermiques après 35 ne concernent pas les ferrari et les porsh... tiens donc !). J'ai peur qu'il n' est d'autres solutions que de les lui arracher.
C'est à ça que m' a fait penser ce bouquin.
Effectivement la sf n'offre pas de solution digne, j'aime bien l'idée de littérature d'alerte. Le réel ne semble pas suffire. Je n'ai pas vu "don't look up" mais c'est bien le sujet non ?
B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Dits de l'aube. Textes dits. Hellian - Basic et d'autres.

https://www.youtube.com/channel/UCtSh7Ir1_tg0rf8WhZBunLQ

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 456
  • 💡 - "j'ai pas l'temps d'te mentir" - ?
    • frreee
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #12 le: 18 juin 2022 à 19:23:29 »
je n'ai pas fait de statistiques, ce n'est qu'une impression, mais la prise de conscience serait-elle genrée ?
[...]
Sans témoin, le monde continue t-il d'exister ?
[...]
Je n'ai pas vu "don't look up" mais c'est bien le sujet non ?
[...]
B

- en faits, sûrement, ce qui n'ôte le caractère relatif et mouvant du truc
- mèwè trop un abysse de réflexion, dans le film l'Imaginarium du Docteur Parnassus le diable a un aspirateur à voix et il vient titiller les moines d'un temple ultra-reclus dont la croyance est qu'il ne faut jamais s'arrêter de raconter l'histoire, sans quoi tout s'effondre dans le néant, c'est bien tourné le Tom Waits dans la montagne de neige avec son aspirateur et les moines qui ferment leurs bouches bien contre leur gré
- pareil, pas vu, mais oui il me semble bien qu'il a l'air d'être un bon reflet de ce que mène la danse du léviathan quand on l'abandonne au profit des egos incompatibles de chacun...



pour l'éternelle fin du monde, la dystopie c'est sérieux, mais je reste dans mon idée que c'est la chaîne du vélo, ça s'auto-entretient... tiens, pour le jeu, la curiosité, comment envisagez vous l'utopie ? c'est une réelle question que je pose à qui veut bien m'aider à voir comment on s'inspire pour le réel dans ce qui tient de la culture... oui, critiquer, soulever les problèmes d'une organisation humaine décadente, en dystopie on voit que c'est utile pour la prise de conscience, mais ça n'a rien à voir avec l'exercice que constitue la réalisation d'un environnement idéal, il faut y construire aussi et pas que l'espérer ou le désespérer ! je vois que les sfs me forgent un environnement mental à propos de l'avenir qui peine à faire du positif, et du coup je me dis que oui, il devrait y'avoir plus d'inspirations positives pour ne pas qu'on se focus uniquement à entretenir la sinistrose ; mais pas si évident que ça de se figurer ce qui pourrait être bien pour l'humanité et le communiquer pour qu'on y vise tous ensemble ; confirmant un peu mon ressenti, le rare-quasi-unique film de sf qui me propose une vision vertueuse de l'avenir, une vision où on a grandi dans le positif, bin ouais ce film... il appelle du sentiment très pertinent, mais surtout c'est une ambiance qui dénote des meilleurs des mondes et autres gattaca, mad max, qui tournent tous autour de l'idée "on est dans la merde, ça fait de nous des héros ! youhou vive la merde", non là c'est... inspirant, même si pas pour autant assez fédérateur pour que les rageux se disent qu'en s'assemblant autour de ce truc, y'aurait moins de raisons de rager... j'vous laisse hésiter sur cet extrait de La Belle Verte :

https://www.youtube.com/watch?v=GB5WClIuoy0
"crois pas qu'un diplôme va rattraper ta vie d'môme
t'as qu'à chercher mon coeur si tu trouves ça facile
this is your last warning a courtesy call
mes pelures sont plus belles que vos fruits"

Hors ligne Kwak'

  • Prophète
  • Messages: 672
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #13 le: 18 juin 2022 à 21:06:48 »
Avant j'étais un grand angoissé de la vie et je me posais toutes ces questions, défendre la vie, le grand méchant monde qui fait tout craquer, et puis un jour tout à coup, subitement, j'ai réalisé un truc qui m'a amené une grande paix intérieure : pour moi tout est dans l'ordre des choses.

Il n'y aurait rien de pire qu'une société sans disparités et qu'une civilisation sans décadence : une fleur qui ne fane pas est une fleur en plastique, et ce qui ne meurt pas ne nourrit rien. Quand souvent je me retrouve face à moi-même, déjà embardé dans la grande angoisse du "mon dieu, quand est-ce que l'homme, ce monstre, est devenu si décalé de la volonté de la vie ?"; alors je me rappelle qu'en fait je suis incapable de dire quand est-ce que l'homme s'est déconnecté précisément, car il ne s'est pas déconnecté : c'est peut-être la volonté du grand architecte de parfaire l'ADN au point de devoir en arriver à ce qu'on explore les tréfonds des abysses comportementaux pour donner naissance demain à quelque chose de plus évolué à partir de la mémoire de nos cellules.

Donc souvent, les jeunes qui flippent et l'idée de la fin du monde, je me dis que leurs ancêtres ont eux-aussi du faire des enfants à côté des camps de concentration, et que si les jeunes se posent toutes ces questions alors ce seront leurs enfants potentiels qui sauveront notre civlisation si elle devait être sauvée, alors vite, faites, vivez, expérimentez ; surtout soyez heureux, car ça se trouve, par nos vices, nos joies, nos peines, nos failles, avec nos tanks, notre individualisme, nos oeuvres d'art et notre sang, avec notre fange et notre pourriture, nous permettrons à la civilisation future de germer mieux, plus belle et plus forte.

Edit : je sais pas si je suis tout à fait clair sur le sujet de base, mais ce que je veux dire, c'est qu'il est évident qu'il va falloir apprendre à vivre en mangeant, en cultivant, en se chauffant différemment, avec de grandes crises, et je ne crois plus tellement en la violence sociale, je pense que la gifle viendra du climat, des catastrophes naturelles et des exodes migratoires géants, m'enfin : quand on ne comprend pas, et bien, c'est la fessée... la main de mon père sur le cul, ou la grande vague du grand architecte dans la gueule, bon, beh voilà, on l'a pas volé, quoi... C'est pt'être un moyen logique de grandir et la vie ne veut rien d'autre. C'est peut-être même le chemin nécessaire vers quelque chose de vertueux... L'infiniment grand et l'infiniment petit répondent aux mêmes lois : de la moisissure de notre civilisation naitra quelque chose, c'est peut-être même sa fonction première ;)
« Modifié: 18 juin 2022 à 21:26:38 par Kwak' »
J'aime mieux être un paratonnerre qu'un sismographe.

Hors ligne Jadis

  • Calligraphe
  • Messages: 105
Re : Les jeunes et la fin du monde.
« Réponse #14 le: 18 juin 2022 à 21:35:31 »
Je me sens très éloigné des jeunes d'aujourd'hui, non que je les méprise, mais simplement la jeunesse d'aujourd'hui n'a plus rien à voir à ce qu'elle était "de mon temps" (scrogneugneu), donc je la comprends très mal. Et le monde non plus n'a plus rien à voir d'ailleurs.

Y'a quand même un truc qui me sidère, c'est que personne ne semble réaliser réellement qu'en l'espace d'une vie humaine, la population mondiale sera passée de 3 milliards à 8 ou peut-être 9 milliards d'individus. C'est absolument incroyable. Et tous ces nouveaux venus bien entendu rêvent d'un standard de vie à l'américaine, avec bagnoles, frigos, clim, smartphone, voyages en avion etc. Mais comment diable voulez-vous échapper au changement climatique, à la guerre, aux génocides, et à tout ce qui s'ensuit ? C'est juste évident. Mais les journaleux n'ont pas l'air de capter, ils continuent à nous baratiner avec les "petits gestes" qui sont "bons pour la planète" et autres fariboles. La démographie mondiale ? Ah oui, un détail, mais c'est pas ça l'important, on va gérer. Tu parles, Charles. On va rien gérer du tout, oui.

Bref, pour les jeunes, je suis désolé, les gars, j'ai pas l'impression d'être si coupable que ça, je pratique peu d'excès, je bousille le moins possible la planète, j'ai une petite bagnole que j'utilise assez peu, et j'ai pas douze gosses. Mais je continue à penser que, de quelque façon qu'on tourne le truc, c'était mieux de mon temps. Et que je voudrais pour rien au monde naître aujourd'hui.
Je suis la mauvaise herbe, braves gens, braves gens
C'est pas moi qu'on rumine et c'est pas moi qu'on met en gerbe
La mort faucha les autres, braves gens, braves gens
Et me fit grâce à moi c'est immoral et c'est comme ça  (Georges Brassens)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.02 secondes avec 17 requêtes.