Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 juin 2024 à 16:33:29
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » L'Atelier » Cuisiner la langue : ustensiles et méthodes » Écrire un malentendu

Auteur Sujet: Écrire un malentendu  (Lu 1982 fois)

Hors ligne Opercule

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 793
  • Nécroposteur aux mains froides
Écrire un malentendu
« le: 08 mars 2022 à 13:38:33 »
Dans un projet actuel, je voudrais mettre l’accent sur la difficulté à communiquer et les zones d’ombres laissées dans la conversation.
L’objectif, c'est la suspicion basée sur le malentendu. Ça fait très polar dit comme ça, mais je ne veux pas faire de mon personnage un genre de génie du mal qui entretient le doute, ou faire une erreur fondamentale d’attribution — les réactions à son comportement n’est pas totalement son choix.
Et, autant dans la vraie vie il n’y a quasi que ça, autant quand on écrit, j’ai l’impression qu’on a tellement besoin d’être en contrôle de ce qui se passe que même nos personnages ne peuvent pas faire d’erreur.
Est-ce que je fais sens ?

Est-ce que vous incluez des malentendus dans vos textes ? Des erreurs de jugement, des calculs ratés, des intentions données qui s’avèrent fausses ?
Vous prévoyez tout ça à l’avance ? Vous improvisez ? Vous faites un tableau de ce que je chacun croit être vrai dans son coin ? Je ne vois pas vraiment comment faire.

Hors ligne Ocubrea

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 762
  • Corbeau au bec d'or
    • Pour plus d'informations
Re : Écrire un malentendu
« Réponse #1 le: 08 mars 2022 à 13:49:56 »
Ah, c'est un super bon sujet, ça !

Personnellement, j'ai l'impression que je ne le fais pas assez. J'ai tendance à trop aimer la "bonne" communication, les échanges clairs et ordonnés, et du coup mes personnages s'expriment un peu "trop" bien. J'ai beaucoup de mal à écrire les malentendus, parce que je vois très vite comment mon personnage pourrait s'exprimer pour convoyer son idée de manière claire et j'ai tendance à foncer là-dedans, parce que je trouve ça satisfaisant.

Bref, du coup, je ne t'aide pas beaucoup, mais je trouve la question très pertinente.

Au risque d'enfoncer des portes ouvertes, un malentendu, à la base, c'est un manque ou une erreur de communication. Ce sont plusieurs personnes qui, face à une même situation, vont tirer des interprétations  - et donc des "informations" - différentes. Donc, de base, je crois que déjà pour pouvoir écrire un malentendu, il faut qu'il y ait une source, un "raté" de communication qui soit compréhensible de par la personnalité, l'histoire ou la manière de communiquer d'un personnage.
Je crois qu'il ne peut pas y avoir de vrai malentendu sans que l'un de ses aspect d'un personnage (histoire, personnalité, manière de communiquer) ne diffère de l'autre, ou alors que le contexte d'un personnage et celui d'un autre soient tellement différents qu'ils vont interpréter le même truc de manière opposée. Donc déjà, il faut poser ces bases-là, en faisant comprendre au lecteur ce sur quoi le malentendu repose. Ensuite, je pense que, comme toujours, il faut rester fidèle à ses personnages.

Bref, j'ai l'impression de débiter des lieux communs, je fais du brainstorming, mais moi je partirais de là en tout cas.
"Il est plus facile de jouer au mikado avec des spaghettis crus qu'avec des spaghettis cuits.” - Philippe Geluck.

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 047
Re : Écrire un malentendu
« Réponse #2 le: 08 mars 2022 à 14:07:24 »
Dans un projet actuel, je voudrais mettre l’accent sur la difficulté à communiquer et les zones d’ombres laissées dans la conversation.
L’objectif, c'est la suspicion basée sur le malentendu. Ça fait très polar dit comme ça, mais je ne veux pas faire de mon personnage un genre de génie du mal qui entretient le doute, ou faire une erreur fondamentale d’attribution — les réactions à son comportement n’est pas totalement son choix.
Et, autant dans la vraie vie il n’y a quasi que ça, autant quand on écrit, j’ai l’impression qu’on a tellement besoin d’être en contrôle de ce qui se passe que même nos personnages ne peuvent pas faire d’erreur.
Est-ce que je fais sens ?

Est-ce que vous incluez des malentendus dans vos textes ? Des erreurs de jugement, des calculs ratés, des intentions données qui s’avèrent fausses ?
Vous prévoyez tout ça à l’avance ? Vous improvisez ? Vous faites un tableau de ce que je chacun croit être vrai dans son coin ? Je ne vois pas vraiment comment faire.

coucou

tu es sûr que dans les choses que tu as écrites jusqu'à présent, il n'y a pas déjà des malentendus ?

auquel cas c'est vrai que c'est un peu bizarre

moi ils viennent tout seuls

bon du coup à cause de l'engueulade débile en cours dans le défloodoir j'ai l'impression que si je te  donne un conseil on va me dire que je suis péremptoire ("pour qui tu te prends à me dire ce que je dois faire"), que si je te raconte comment je fais on va me dire que je suis mégalo ("on ne te demande pas de raconter ta vie, juste de répondre"), mais tant pis je prends le risque :  :D

à mon avis, avant de rajouter des choses (lister les malentendus que tu veux vois advenir entre tes personnages, des choses comme ça), demande toi plutôt ce qui empêche les malentendus de venir naturellement dans tes textes. vu que les malentendus il n'y a que ça dans la vie (et dans les romans aussi d'ailleurs), si vraiment il n'y en a pas qui viennent entre tes personnages, c'est un peu bizarre.

et sinon comme toujours la meilleure solution, c'est d'écrire très vite. si tu écris très vite, tu t'autocensures moins, et les malendendus qu'il y a partout, dans l'air qu'on respire, dans n'importe quelle interaction, le censeur qu'on a tous entre nos tripes et nos doigts sur le clavier, ce censeur là tu le prends de vitesse si tu écris très vite.

tu as un projet en cours Oper ? c'est quel genre de texte ? ;)

Hors ligne Opercule

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 793
  • Nécroposteur aux mains froides
Re : Écrire un malentendu
« Réponse #3 le: 08 mars 2022 à 15:01:43 »
merci pour vos éléments de réponses

déjà oui il faut deux personnages qui ont un point de vue différent sur la même chose, ce qui n’est pas donné à tout le monde.
mais attention, je ne veux pas d’asymétrie flagrante ou disproportionnée dans l’information ; parce que souvent ça joue sur un des deux personnages qui en sait beaucoup plus que l’autre et qui le‧la manipule.
Je trouve que c’est d’autant plus difficile à faire un truc authentique, quand on voit comment on pourrit/critique les personnages qui font des choses idiotes ou quasi inexplicables (mais bon, du moment qu’on critique le personnage et pas l’auteur, c’est déjà une victoire :mrgreen:)

Meilhac, tu prétends que l’écriture quasi-automatique permet de circonvenir à ça ? Le danger ne serait-il pas qu’on oublie de voir l’un des deux points de vue possibles et qu’on finisse "bloqué" dans un seul camp ?


Hors ligne Ari

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 568
Re : Écrire un malentendu
« Réponse #4 le: 08 mars 2022 à 15:40:30 »
Citation de: Opercule
Est-ce que vous incluez des malentendus dans vos textes ? Des erreurs de jugement, des calculs ratés, des intentions données qui s’avèrent fausses ?
Vous prévoyez tout ça à l’avance ? Vous improvisez ? Vous faites un tableau de ce que je chacun croit être vrai dans son coin ? Je ne vois pas vraiment comment faire.
Ca semble très vaste comme domaine... ! Je pense que je le fais, mais moins que dans la vraie vie (comme tu le dis, dans la vraie vie, les malentendus sont assez omniprésents...), du coup c'est vrai que c'est intéressant de s'y pencher un peu.

Dans tes questions, tu parles à la fois de malentendus (que j'interprète comme : "l'un croit que l'autre pensait comme ci et que son intention était comme ci, alors que l'autre pensait ça et son intention était comme ça...") mais aussi d'erreurs de jugement, de calculs ratés, et ça pour le coup ça me semble beaucoup plus large, ça recouvre un peu toutes les erreurs possibles '-' .

Pour les malentendus, j'ai un personnage qui délire et qui à un moment vit très mal les injonctions de sa famille à se bouger un peu +, à être + actif, etc. C'est un passage que j'ai rajouté après coup et que j'ai beaucoup réfléchi et travaillé, pour qu'à travers un narrateur délirant, le lecteur puisse quand même percevoir qu'à la base le frère et la mère essayent juste d'être gentils / de le pousser à se remuer un peu parce qu'ils pensent que ça lui fera du bien. Du coup les intentions de la mère et du frère ne passent que par des dialogues, et la perception délirante passe par la manière dont ces dialogues sont agencés (en boucle, comme si ça se répétait sans fin) puis par la manière dont les hallucinations font écho à ce que le narrateur reçoit comme des reproches insupportables.

Voilà pour le passage le + marquant dans ce thème ; mais ce n'est pas impossible non plus que mon récit soit émaillé de petites incompréhensions + banales... Il y a le papa qui croit que tel loisir ne plaira pas à son fils alors qu'en fait son fils ne demande que ça... Il y a untel qui ne comprend pas pourquoi telautre est complexé sur tel sujet... Il y a mon narrateur qui découvre que si son frère ne passe pas le voir à l'hôpital, ce n'est pas juste parce qu'il n'a pas le temps, c'est aussi parce que son frère souffre de le voir malade... Je pense qu'il doit y avoir d'autres petites choses à droite à gauche auxquelles je ne pense plus.

Ah, il y a une deuxième scène qui me vient en tête aussi : mon narrateur est hospitalisé dans une clinique où ça se passe très mal avec les soignants, il se sent méprisé, pas écouté, concrètement ils n'ont pas le temps et c'est effectivement des soins très maltraitants. Mais + tard, bien plus loin dans le livre, il va faire un rêve où il voit les choses du point de vue du psychiatre qui le suivait, et la scène dont il rêve met beaucoup + l'accent sur la surcharge de travail pour les soignants, le vieux psy qui part à presque minuit, mais qui revient encore dans la salle de soins, juste avant de partir, pour regarder le dossier de Sylv et dire aux infirmiers qu'il faudra à tout prix qu'il le voie le lendemain... le but de cette scène (j'espère que j'ai réussi à rendre ça transparent) c'est de montrer le point de vue soignant, après avoir été plongé dans le point de vue révolté de Sylv ; et montrer que le vieux psychiatre se soucie vraiment de lui et fait tout son possible même si le résultat est catastrophique.

Je pense aussi, enfin, à une scène d'"abus sexuel" vraiment bizarre, où la femme n'a pas conscience de l'état de panique dans lequel est mon narrateur, mais nous comme on est dans sa tête à lui, on vit la violence de la scène à ses yeux à lui ; mais je pense que l'on perçoit aussi qu'aux yeux de la jeune femme, il a l'air consentant.

Voilà... au total, je dirais que les exemples cités ici (je ne sais pas si ça correspond bien à ce que tu voulais), pour moi, ça m'a toujours demandé beaucoup de travail, beaucoup de minutie pour être sûre que les deux points de vue soient perceptibles pour le lecteur, et ne pas tomber ni dans la diabolisation de la personne ni dans la minimisation des conséquences. Je n'ai pas vraiment de "méthode", désolée du coup de ne pas pouvoir donner de conseil pragmatique : / . Je pense que le + facile, c'est lorsque tu peux représenter les choses en deux temps, comme je l'ai fait avec le point de vue du vieux psychiatre qui arrive après coup ; c'est beaucoup + dur d'essayer de transmettre les deux visions des choses en une seule scène, sans alterner les points de vue. Mais je ne sais pas si ton récit se prête à cela.

Et toi, tu pensais à quoi comme malentendus ?
« Modifié: 08 mars 2022 à 15:44:38 par Ariane »
~ Ari ~

Hors ligne Opercule

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 793
  • Nécroposteur aux mains froides
Re : Re : Écrire un malentendu
« Réponse #5 le: 08 mars 2022 à 16:02:18 »
Voilà pour le passage le + marquant dans ce thème ; mais ce n'est pas impossible non plus que mon récit soit émaillé de petites incompréhensions + banales... Il y a le papa qui croit que tel loisir ne plaira pas à son fils alors qu'en fait son fils ne demande que ça... Il y a untel qui ne comprend pas pourquoi telautre est complexé sur tel sujet... Il y a mon narrateur qui découvre que si son frère ne passe pas le voir à l'hôpital, ce n'est pas juste parce qu'il n'a pas le temps, c'est aussi parce que son frère souffre de le voir malade... Je pense qu'il doit y avoir d'autres petites choses à droite à gauche auxquelles je ne pense plus.
Oui, je pensais à ce genre de situation, peut-être un peu moins "personnel" ou intime, mais plutôt entre collègues.


Voilà... au total, je dirais que les exemples cités ici (je ne sais pas si ça correspond bien à ce que tu voulais), pour moi, ça m'a toujours demandé beaucoup de travail, beaucoup de minutie pour être sûre que les deux points de vue soient perceptibles pour le lecteur, et ne pas tomber ni dans la diabolisation de la personne ni dans la minimisation des conséquences. Je n'ai pas vraiment de "méthode", désolée du coup de ne pas pouvoir donner de conseil pragmatique : / . Je pense que le + facile, c'est lorsque tu peux représenter les choses en deux temps, comme je l'ai fait avec le point de vue du vieux psychiatre qui arrive après coup ; c'est beaucoup + dur d'essayer de transmettre les deux visions des choses en une seule scène, sans alterner les points de vue. Mais je ne sais pas si ton récit se prête à cela.
Oups ! c’était le paragraphe le plus prometteur pourtant  :-\
Mais séparer les points de vue dans le temps ça semble déjà être un bon début — le tout c’est de pouvoir monter quelque chose d’équilibrer et de raisonnable dans les deux camps (eu égard à tous les facteurs naturellement)

Et toi, tu pensais à quoi comme malentendus ?
Je ne suis pas encore totalement sûr, mais comme ce sera probablement sur la responsabilité d’un accident, qui passe très près d’une accusation type sabotage ou autre.

il existe une pièce de molière, sganarelle ou le cocu imaginaire, uniquement fondée sur un malentendu
C’est pas plutôt des quiproquos chez Molière ? Des promesses de mariage à la mauvaise personne, tout ça ?

Hors ligne Meilhac

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 047
Re : Re : Écrire un malentendu
« Réponse #6 le: 08 mars 2022 à 16:37:06 »
Meilhac, tu prétends que l’écriture quasi-automatique permet de circonvenir à ça ?

je fais l'hypothèse qu'en écrivant de manière plus spontanée (et notamment en écrivant plus vite) tu obtiendrais plein de malentendus dans tes textes, ils viendraient tout seuls

peut-être que tu devrais chercher du relâchement et de la spontanéité

je crois que ton hypothèse ci dessous est très pertinente : si tu remplaces le contrôle par le relâchement, les malentendus entre tes pesonnages ils viendront tout seuls. et s'ils ne viennent pas, rajoute les après. et à mon avis aussi, dis toi juste "j'ai plusieurs points de vue à exprimer". c'est plus simple.  8) Et si je t'ai convaincu mets le même dans le titre du fil, puisqu'une question bien posée, c'est la solution à portée de main, souvent ^^

autant dans la vraie vie il n’y a quasi que ça, autant quand on écrit, j’ai l’impression qu’on a tellement besoin d’être en contrôle de ce qui se passe que même nos personnages ne peuvent pas faire d’erreur.

« Modifié: 08 mars 2022 à 16:41:33 par Meilhac »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 19 requêtes.