Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

07 février 2023 à 03:00:31
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » L'antichambre de l'édition » La Maison brûle...

Auteur Sujet: La Maison brûle...  (Lu 3959 fois)

Hors ligne Botrac de Saint-Estimini

  • Tabellion
  • Messages: 59
La Maison brûle...
« le: 13 avril 2020 à 14:29:13 »
Dans la série je « casse » les éditeurs, je mets le feu à la maison d’édition [Je suis Bôtrac de Saint-Estimini, l’auteur qui a soumis des manuscrits aux éditeurs depuis très longtemps sans succès, et à qui on n’a jamais adressé même une petite lettre de remerciement ou de courtoisie ] ; il me faut vous dire que tous ces « vauriens » sans nom du monde de l’édition (désolé de ces qualificatifs et de cette nouvelle démarche mais je ne vois pas comment les appeler autrement et comment me faire payer du manque de confiance dont j’ai été la victime) sont aujourd’hui sérieusement concurrencés. Pas de panique donc –pour ceux qui s’inquiêtent !-, la Maison d’Edition brûle déjà.

Lorsque je croyais encore un peu en moi et que j’envoyais des manuscrits avec la foi du novice, les maisons d’édition à Paris étaient peut-être au nombre d’une cinquantaine ou d’une petite centaine (toujours les mêmes). Aujourd’hui, et bienheureusement pour nous autres écrivains, elles sont mises à mal par quantité de petits éditeurs indépendants, qui publient des recueils un peu sous le manteau et en catimini si l’on peut dire. Une vague de rébellion existe donc bel et bien et les choses sont en train d’évoluer dans le bon sens. Un conseil donc pour ceux qui cherchent à publier et qui se heurtent, ou se sont heurtés, comme moi, à une sorte de mur icônoclaste dans leur démarche d’édition, privilégiez les petits éditeurs qui ont pignon sur rue depuis une quinzaine d’années maximum environ. Privilégiez-les au moins tant que les grands ne se seront pas écroulés ou qu’ils n’auront pas payé et rendu leurs droits aux gens de bien qui leur ont fait confiance. Privilégiez-les donc, envoyez-leur quelques lignes de ce que vous avez écrit, et voyez avec eux comment publier vos ouvrages (si ils sont intéressés !).

Un autre petit conseil d’édition : Trouvez un ami qui aime ce que vous écrivez, et demandez-lui, LUI de s’enregistrer aux greffes d’un Tribunal de Commerce comme éditeur, et de publier vos textes. C’est le meilleur moyen de se faire éditer, sans passer par la case « auto-édition » qui pour les professionnels (libraires, diffuseurs,…), n’est pas un gage de qualité. Ce sont ces grands éditeurs dont je parlais qui ont promu « l’auto-édition » ou des sites comme lulu.com , pour permettre aux écrivains qui ne leur plaiaient pas, de publier à compte d’auteur. Cela leur a permis de décrédibiliser ces derniers écrivains et de garder la mainmise sur le monde de la publication « sérieuse » des belles lettres.

Conseil donc pour ceux qui ont du mal à être publiés et qui se sentent investis d’un petit talent toutefois : N’envoyez plus jamais de manuscrits à quelqu’un que vous ne connaissez pas (primo ça c’est sûr), et si vous avez des difficultés à être publiés ou à rencontrer un éditeur malgré l’envoi de quelques lignes de texte, trouvez simplement un partenaire qui croit en vos écrits, et partagez 50/50 vos bénéfices avec lui. Vous vous y retrouverez largement mieux financièrement et votre écrit trouvera forcément le chemin d’un lectorat à terme, faisant de vous (et de votre partenaire !) une personne comblée et enfin rémunérée de son travail.

Mes hommages, sans rancune les gens d’édition (ou les gens d'écriture), enfin tout le monde !

Bôtrac de Saint-Estimini



Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 792
  • Prout
Re : La Maison brûle...
« Réponse #1 le: 13 avril 2020 à 15:49:43 »
Un message qu'on m'a soufflé dans l'oreillette :

« Chéri, les éditeurs indépendants t'ont pas attendu pour exister, ils le faisaient même avant que Planeta et Lagardère en rachètent une partie. Je sais pas, quand on pourra sortir, vas sur des salons du livre, y en a plein, avec toujours des éditeurs indé qui sont là pour te conseiller, te montrer leur taf, te parler de tes manuscrits aussi, pourquoi pas. Un éditeur c'est pas un casteur de talent, c'est quelqu'un qui construit une ligne éditoriale qui fait sens et qui cherche des auteurs qui voudraient participer à ce projet. Sade qui envoie la Philosophie dans le boudoir à Fleurus ça matche pas (je caricature mais j'ai l'impression que t'aime bien ça). 
On est sur un forum où beaucoup de gens sont publiés, travaillent dans le monde du livre, en tant qu'auteur, éditeur, fabricant, distributeur, libraire, etc. Y a mille sujets sur le thème avec souvent des points de vue et des réflexions vraiment pas connes ; si tu commençais par aller les lire ? T'es pas le seul ni le premier ici à avoir du talent et à avoir essayé de te faire publier, essaie de voir un peu plus loin que ta propre expérience. »
"We think you're dumb and we hate you too"
Alestorm

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Aléa

  • ex Ben.G
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 152
  • Veilleuse de nuit
    • Polygone Portail
Re : La Maison brûle...
« Réponse #2 le: 13 avril 2020 à 17:01:48 »
Au moins tu avances dans tes réflexions, tu découvres les petits éditeurs, c'est déjà ça  :mrgreen: (qu"on défend beaucoup par ici, comme dit loïc, lis un peu le forum avant d'asséner des grandes accusations qui font des bruits de ploufs rigolos)

Par contre c'est si dur d'imaginer qu'éditeur des livres c'est un métier ? Qu'il y a un savoir faire et des dizaines de métiers qui coopèrent pour arriver au livre que tu tiendras dans tes mains ? (Ca sera peut-être le sujet de ton prochain fil remarque, j'ai bon espoir  ::) )


Bref, pas tellement que j'ai envie de repondre à ton trollage mais il faut quand même pnsur un point, aie
N'importe quel libraire ou professionnel du livre n'accordera pas bcp plus de crédit à une maison d'édition créée à la va-vite juste pour publier ton livre, les libraires se renseignent quand même avant d'acheter des livres car derrière il faut les vendre, quelqu'un qui ne comprend pas le système de l'édition est problématique lorsqu'on parle de relations professionnelles avec des libraires (parcs que en fait, c'est un metier)
(Sauf si t'as un troisième ami libraire dans le tas mais bon)
Donc non, déposer un statut comme ça ne t'aidera à rien et je vois pas en quoi c'est plus simple à faire fonctionner, derrière de toute façon ça ne te donnera pas bcp plus de crédit (mais si tu veux lancer ta maison d'édition vasy hein, renseigne toi, y'a des formations, mais vasy !)
Ensuite pour aller avec ton pote éditeur avec qui tu partages, il te faudra juste trouver un graphiste pour la couverture et la mise en page parce que rien de pire qu'un livre pas lisible, avec un peu de chance il sait faire, avoir un correcteur parce que ça la foutrait mal de garder des fautes, bon, un imprimeur c'est sûr, un livreur qui puisse amener les livres aux libraires (ou juste payer la livraison, bon), et le contact avec les libraires comment qu'on fait ? Bref, ça fera plus tout à fait du 50/50 pour payer tout le monde, mais t'es à deux doigts d'inventer la maison d'édition haha



Bonne chance dans ta quête !
Je t'invite, dès que ça sera possible, à te rendre à des petits salons du livre, il y en a un peu partout en france, pour rencontrer des petits éditeurs, discuter un peu avec eux, les écouter sur comment ca se passe pour que tu comprennes mieux et, fort de ce contact pourquoi pas essayer ensuite tes manuscrits si tu le sens, enfin, si je suis tes messages exagérés, je me dis ce que ça te correspondrait peut-être plus de tenter comme ça en personne civilisée
« Modifié: 13 avril 2020 à 17:06:55 par Ben.G »
Le style c'est comme le dribble. Quand je regarde Léo Messi, j'apprends à écrire.
- Alain Damasio

Hors ligne Botrac de Saint-Estimini

  • Tabellion
  • Messages: 59
Re : La Maison brûle...
« Réponse #3 le: 18 avril 2020 à 10:46:07 »
Merci Loïc, pour ton apparition ainsi que Ben.G

Je ne suis pas d’accord avec vous. Un écrivain écrit, il n’est pas là pour aller sur des salons essayer de vendre ses écrits, démarcher des éditeurs, etc, etc… il peut peut-être le faire de temps en temps (si il est édité et que ses lecteurs le réclament) mais ce n’est pas son métier de toute façon. Quant à la remarque : un éditeur est quelqu’un qui a une « ligne éditoriale », je ne que me peux me gausser de cette réponse. Je vais réécrire le « manifeste du parti communiste » il me semble, et je crois qu’enfin un de mes écrits trouvera un éditeur. Qu’en pensez-vous tous les deux ?

Je considère vos messages comme des Troll pour ma part, et me range à ma bonne cause et de par les statuts qui me sont conférés -ou qui ne me sont pas conférés !-, je m’inscris en faux de tous vos commentaires. J’espère que ce site internet vous fera taire et qu’un sympathique modérateur viendra vous punir pour toutes ces réflexions d'avant-guerre. Il n'est plus loin le temps où l'on brûlera sur la place publique tous les écrits publiés par les grands éditeurs ces trente dernières années, j'espère qu'on imprimera ce post et qu'on le mettra sur la pile des livres en flamme, au sommet du brasier !

anlor

  • Invité
Re : La Maison brûle...
« Réponse #4 le: 18 avril 2020 à 11:55:43 »
Tu sais, c'est pas parce que tu ne comprends pas quelque chose qu'elle va disparaitre si tu fermes les yeux en criant très fort.

Tu es un Écrivain incompris des salauds d'éditeurs qui ont le monopole sur les œuvres de tout le monde. Bien.
Mettons, il n'y a pas d'éditeurs. Tu écris, tu as du talent, super. Tu as peut-être même quelques copains qui t'encouragent. Encore mieux. Tu veux faire connaitre ton bouquin parce que tu penses qu'il a quelque chose à apporter à la Littérature (rappelons-le, tu as du Talent) : là, j'espère pour toi que toi ou ton copain vous avez de la thune. Parce que faire connaitre un livre, c'est essentiellement une histoire de thune : pour l'impression, pour la diffusion et distribution dans les réseaux de librairies, pour la publicité, pour la présence sur les réseaux sociaux, pour la présence sur les salons. En gros, t'as du Talent, mais pas d'argent, ben tu peux d'ores et déjà proposer une version agrafée de ton bouquin à tata Jeannine parce que ce sera sans doute une des rares qui le lira.
Alors oui, il y a des success story, mais ce qui les rend dingues, c'est qu'elles sont rares.

Un éditeur c'est quoi dans tout ça ? Un éditeur c'est la structure qui va prendre en charge la thune. Même plus, c'est la structure qui va accepter de payer tous les frais, prendre les risques nécessaires à la diffusion de ton bouquin et qui va même te donner des sous. Et dans l'affaire, toi, t'as juste à amener ton Talent (et tu en as, oui, on le répète).
On te voit venir, oui blablabla, la ligne éditoriale. Bah en fait, pour diffuser un livre, créer un lectorat, pouvoir placer des bouquins dans les rayons des librairies, c'est mieux que les gens reconnaissent, aient confiance en "la ligne". À force de bouquiner, tu finis par savoir plus ou moins à quoi t'attendre en regardant le logo sur la couverture. Parfois y a des surprises hein, je dis pas, mais c'est un gage, l'expression d'une certaine idée de la littérature, du livre, et de l'éthique qu'on place dedans.

Faut arrêter de voir l'édition comme un monstre qui t'exploite. Y a des monstres dans l'édition, bien sûr, mais pour la plupart, si ce sont devenu des monstres, c'est à force de rachats par des groupes de divertissement et plus des éditeurs. Sur le sujet je te conseil l'excellent L'édition sans éditeurs de Jacques Schiffrin, qui explique bien comment on a vu arriver les marketteux dans le monde du livre.
Cependant, l'édition française indé actuelle est tellement RICHE. OK, vas pas sur les salons pour te vendre si ça te dégoute mais vas-y au moins pour découvrir, te renseigner, voir ce qui se fait vraiment dans le paysage éditorial actuel. En bref, et pour conclure sur une métaphore médiocre, crache pas dans une soupe que t'as pas goutée steuplait. T'en deviens plus méprisable que méprisant (et ça ne va pas avec ton Talent).

(PS et pour qu'on parte sur des bases claires, j'suis la personne qui a soufflé son premier message dans l'oreillette de Loïc)
« Modifié: 18 avril 2020 à 11:57:31 par anlor »

Hors ligne Chouc

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 701
  • Chourlotte Brontë
Re : La Maison brûle...
« Réponse #5 le: 18 avril 2020 à 16:26:22 »
Botrac, très cher :

Citer
Je ne suis pas d’accord avec vous. Un écrivain écrit, il n’est pas là pour aller sur des salons essayer de vendre ses écrits, démarcher des éditeurs, etc, etc… il peut peut-être le faire de temps en temps (si il est édité et que ses lecteurs le réclament) mais ce n’est pas son métier de toute façon.

En fait, sur ce point, il n'y a pas à être d'accord ou non  :)
Aller au contact des éditeurs fait intégralement parti du boulot de l'écrivain, et que tu l'acceptes ou non, c'est un fait qui se passe de consentement ;)

A bon lecteur
Tel esprit qui croyait se pendre.

Hors ligne Aléa

  • ex Ben.G
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 152
  • Veilleuse de nuit
    • Polygone Portail
Re : La Maison brûle...
« Réponse #6 le: 18 avril 2020 à 17:41:30 »
Ce que tu dis sur les trolls est tellement révélateur que ça se passerait presque de commentaire  :mrgreen:
Le style c'est comme le dribble. Quand je regarde Léo Messi, j'apprends à écrire.
- Alain Damasio

Hors ligne Botrac de Saint-Estimini

  • Tabellion
  • Messages: 59
Re : La Maison brûle...
« Réponse #7 le: 19 avril 2020 à 22:40:27 »
Bonjour Chouc et Anlor,

Donc si j'ai bien compris Chouc c'est l'écrivain qui va vers l'éditeur et par contre l'éditeur ne doit jamais aller vers l'écrivain, c'est cela ? Il y aurait donc un rapport de classe ou quelque chose de ce genre ? Diantre, on ne m’avait pas prévenu…

Ecoutez, je n’ai plus qu’à aller me pendre, merci de tous vos précieux et sages conseils.


Bôtrac

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : La Maison brûle...
« Réponse #8 le: 20 avril 2020 à 00:00:42 »
Bonjour Botrac,


Par ici, tu trouveras des membres qui sont attachés à la vie des lettres et à ses enjeux actuels : nous pouvons te donner quelques indications sur la vie littéraire actuelle, sur ses différents modes de fonctionnement et ses mœurs, comment ça fonctionne en général, où l'on peut rencontrer qui pour faire quoi, comment bien s'informer, etc.

En revanche, nous n'avons que des moyens limités d'influencer le cours des choses, nous pouvons à la limite exprimer des espoirs, des réflexions, décrire des expériences personnelles, débattre de l'actualité des lettres. Cela peut être une excellente façon de se faire une idée des opinions ou des obstacles, de ce qui se fait déjà ou pourrait éventuellement se faire demain, d'initiatives locales ou internationales.


Si tu estimes que l'environnement littéraire n'est pas adapté à ta propre condition, le dialogue peut effectivement être une issue pour chercher des solutions, or il ne faut pas nous en vouloir si nous peinons à t'apporter des réponses (nous exposons nos expériences dans les limites de ce que nous connaissons autour de nous). Tes propositions d'ouvrir une maison d'édition semblent inexpérimentées, ce qui peut provoquer une difficulté à en saisir précisément l'étendue ; le fonctionnement éditorial est diversifié, certaines initiatives peuvent favoriser la nouveauté, rien ne les interdit. Aucune volonté de notre part de vouloir remettre en question d'une façon ou d'une autre la légitimité de ta parole, seulement je pense qu'il est important que tu prennes en compte la limite de nos moyens vis à vis de tes propres exigences.

Peut-être que d'autres membres partageront ton sentiment par la suite sur ce présent fil ou ailleurs, peut-être cela pourrait changer notre regard sur l'édition... Mais il ne faut pas oublier que chacune & chacun reste libre de se faire une opinion sur le sujet en prenant connaissance de ce qui est vécu de part et d'autre, certains pourraient être en désaccord avec ton regard sur ce métier conséquent.

Me concernant, ton impression sur le monde de l'édition ne correspond pas vraiment à l'expérience que j'en ai retenue, ni aux rencontres que j'ai faites, ni aux professionnels eux-mêmes qui défendent ce métier. Je ne suis donc pas d'accord avec toi, mais ça ne m'empêche pas de t'avoir lu et d'en avoir retenu certaines impressions.


J'espère que mon présent message t'offrira quelques repères sur le cadre dans lequel nous échangeons, et te permettra également d'anticiper les limites de futures sollicitations, de nos humbles limites en matière de transformation du modèle de l'édition, et de nos sentiments parfois contraires sur des thématiques communes.


Si jamais tu mets tes propositions de 50/50 à l’œuvre, n'hésite pas à nous en faire un retour d'expérience, un témoignage sur une expérimentation éditoriale est toujours bon à prendre, surtout que je ne connais personne qui pratique le 50/50. À bientôt.
« Modifié: 20 avril 2020 à 00:47:01 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Botrac de Saint-Estimini

  • Tabellion
  • Messages: 59
Re : La Maison brûle...
« Réponse #9 le: 22 avril 2020 à 09:10:58 »
Bon ça y est, je suis allé me pendre, monsieur Tréard. Après un peu de musculation, quelques exercices ça ne fait pas de mal de s'étirer je suis allé me pendre à ma barre de traction. Haaaa, je me sens mieux !

Haaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! Je ne sais quoi vous dire, vous m'avez eu !! Tu m'as eu Alan, je suis cuit et roti je n'ai plus qu'à me ranger à la noble cause du monde de l'édition et à rendre toutes mes armes. Enfer et damnation...

Merci de tous tes conseils, si je ne parviens pas à trouver un éditeur en effet j'essaierai sans doute d'alpaguer un quidam de passage et je lui proposerai 50/50. Mais 50/50 pour moi, attention pas de chichis je ne veux pas me faire avoir !

Hors ligne Milibay

  • Scribe
  • Messages: 60
Re : La Maison brûle...
« Réponse #10 le: 18 mars 2021 à 20:10:26 »
Ah ah ! Bon sang ! J'ai tellement ris  ;D
J'adore la push line de Loïc ! Elle est intersidérale.
Malheureusement, il y en aura toujours pour dénigrer un métier, sans le connaitre, tout ça parce qu'on a pas su reconnaitre leur "génie"...
Les gueguerre son nombreuses dans le monde de l'édition et à tous les niveaux: de l'auteur, jusqu'au diffuseur, en passant par l'éditeur... Quel dommage que ces acteurs visant un même but se déchirent ainsi... mais c'est le jeu !
En tout cas, ravie de voir qu'ici, il y en a qui défendent l'édition.

Hors ligne Erwan

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 005
Re : La Maison brûle...
« Réponse #11 le: 06 mai 2021 à 11:45:44 »
[...]
En tout cas, ravie de voir qu'ici, il y en a qui défendent l'édition.

Je ne sais pas s'il s'agit de défendre qui que ce soit... C'est plus une question de choix personnel. Si on veut juste être lu, les licences Creative Commons sont le plus simple et efficace, la diffusion est grandement facilité, les gens peuvent se transmettre le texte. Et on voit vite si le public en a quelque chose à foutre de nos écrits, c'est une façon se se tester.

Les gens me font rire, ils veulent tous être le génie de leur siècle, et à les écouter, la seule qualité qui leur fait encore défaut, c'est l'humilité. Mais en fait, dans un parcours artistique, l'humilité est une base indispensable. Sans ça pas de remise en question, pas de progression, et pas de success-story.

On avait les incels, on a maintenant les inpapus, les involontairement pas publiés, joyeuse découverte pour ma part  :mrgreen:.

Hors ligne Basic

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 445
    • Dits de l 'aube.
Re : La Maison brûle...
« Réponse #12 le: 30 juin 2021 à 15:14:59 »
Outch!

c'est une interjection qui exprime une surprise doublée d'un ébahissement.

Bon... j'ai lu tous les messages et pour sûr c'est du brutal. On aurait pu s'attendre à des discussions de fond. Effectivement, y a pas mal d'écrivailleurs ( dont je fais parti) qui cultivent les bides auprès de pas mal d'éditeurs, ni même une lettre type pouvant passer pour une réponse courtoise. J'ai rencontré aussi quelques personnes vivantes que j'ai pu toucher ( dans le respect des règles sanitaires) et qui ne m'ont pas mordu, qui m'ont semblé saines et amoureuses des livres et de leur métier.
La question est plutôt de comprendre qu'est ce qui se passe donc ? Qu'est ce qui se passe pour que l'on puisse parler de speed editing, et d'autres outils étranges...  les questions sur le monde de l'édition nous perturbent parce qu'elles touchent un médium qui nous parait sacré : le livre.  Mais, il s'agit d'un objet, d'un produit comme le reste qui perd peu à peu sa sacralité supposée. Alors, il nous reste à réfléchir aux alternatives,  à une sorte de résistance bienveillante. Si notre camarade a vécu une sombre période dans sa vie d'écrivain ( nous aussi et pas mal des camarades qui écrivent sur ce forum sans doute, non ?), il a tenté de trouver une réponse. Elle peut paraître bizarre, caricaturale mais elle ouvre aussi à la discussion. C'est chouette que la plupart des camarades qui lui ont répondu aient eu de bons rapports avec des éditeurs, qu'ils ne craignent pas de se rendre sur des salons ou autres, mais pas mal de personnes n'ont pas cette usage ou cette chance, comme pas mal d'écrivailleurs ne sont pas des chevaucheurs de réseaux sociaux. Réseaux sociaux, blogs, cites... intègrent petit à petit la panoplie de l'écrivailleur... est ce que c'est bien ? Est ce que c'est égalitaire ? Et de quelles façons ça parle de ces métiers, si ce sont des métiers ?

Basic
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Dits de l'aube. Textes dits. Hellian - Basic et d'autres.

https://www.youtube.com/channel/UCtSh7Ir1_tg0rf8WhZBunLQ

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 17 requêtes.