Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 juillet 2024 à 12:55:03
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Citations de maîtres sur l'écriture

Auteur Sujet: Citations de maîtres sur l'écriture  (Lu 829 fois)

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Citations de maîtres sur l'écriture
« le: 18 juin 2024 à 07:11:11 »
Connaissez-vous des citations de grands écrivains sur l'écriture ? qui peuvent nous servir de guide.

- De deux mots, il faut choisir le moindre (Valéry)
- La pureté du style fait son éclat. (Hugo)

Hors ligne Safrande

  • Troubadour
  • Messages: 370
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #1 le: 22 juin 2024 à 23:28:02 »
Première citation : ça dépend.
Deuxième citation : sans plus de contexte, ça veut rien dire : c'est quoi la "pureté", c'est quoi "l'éclat", est ce qu'il y a forcément besoin de pureté pour qu'il y est de l'éclat, est ce que l'éclat fait un bon style ?

Y'en a une que j'aime bien de Renard ; même si, comme souvent au 19ème, c'est paternaliste et péremptoire, ça a le mérite, comme souvent chez Renard, d'être matériel et terre à terre : "Pleurs ! Mais il ne faut pas qu'une seule de tes larmes coule jusqu'au bout de ta plume et se mêle à ton encre."
« Modifié: 23 juin 2024 à 15:07:51 par Safrande »
Il regardait le verre non à sa portée d'une façon de reproche.

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #2 le: 28 juin 2024 à 23:29:02 »
Safrande, tu es loin d'être en capacité de critiquer Victor Hugo. Sois un peu humble devant le plus illustre des auteurs français.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 058
  • ?
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #3 le: 29 juin 2024 à 00:02:06 »
wow, c'est hyperviolent Arsinor '_'

ok pour l'humilité, mais bon, si on commence à exiger d'être meilleur que qqun pour proposer une interprétation, on fonce tout droit vers une dictature chelou à base d'une grille unique d'intelligence, non ? on a le droit de pas être d'accord, de le manifester, même si c'est dans un contexte où on n'a pas les capacités de saisir toutes les subtilités, si les meilleurs on ne leur fait que de la lèche, j'trouve ça vâchement plus risqué d'un point de vue psychosocial... bon moi j'avais pas vu d'irrespect à comment formule Safrande son désaccord, mais c'est vrai que ça aurait pu être plus diplomate ; m'enfin de là à partir sur une attaque à propos d'un niveau qui pourtant ici est le plus souvent revendiqué comme sans importance, j'trouve ça pas cool...

bon sinon pour le sujet, j'en ai une de brassens que j'avais lu dans son roman la tour des miracles, dsl c'pas au mot près :

'ce que j'ai écrit ? je m'en fous ; c'est ce que je vais écrire qui compte'
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Safrande

  • Troubadour
  • Messages: 370
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #4 le: 29 juin 2024 à 00:25:03 »
Et moi je t'intimerais bien d'un ton pédant qu'il faut par moment désacraliser le plus "illustre des auteurs français", mais je ne me permettrais pas  :)

Puis elles étaient sincères mes questions, pourquoi me rembarrer comme un mauvais prof : ça veut dire quoi cette phrase ? Elle est sortie d'un contexte ? Tant mieux si toi tu la comprends, mais moi je comprends rien : pour les deux mots piliers (pureté, éclat) qui la composent, il y a milles définitions possibles ; en l'état ça reste vague.

Puis là je critique pas le "grand", le "divin" Victor Hugo, mais un de ses aphorismes qu'il a sans doute chié en deuspi entre deux contemplations hyperboliques et dont il ne se souvient même plus  ;D

Edit : je viens de checker, peut-être je me trompe, mais j'ai vu une citation de Hugo qui est : "Le style est comme le cristal, sa pureté fait son éclat." Toujours pas convaincu (qu'est ce que la "pureté" d'un style, en quoi un style impur ne pourrait pas être éclatant - premier exemple qui me vient c'est Céline, qui justement à son époque fait sauter tous les carcans académiques du bon goût et de la pureté stylistique, et pourtant ça ne manque pas d'éclat : mais peut-être que la "pureté" dont Hugo parle n'est pas ça, ne relève pas de certaines normes académiques qui sont respectées, mais d'un certain "accomplissement" dans la direction choisie par l'auteur, on ne saura jamais), mais là je comprends mieux.

Dot, je trouve que ta citation te correspond bien - elle me parle aussi  ;D

Aller une autre un peu trollesque pour la route, de Gombrowicz, que j'aime à moitié pour l'adj un peu réducteur "incisive" (on pourrait mettre plein de trucs : poétique, drôle, fort, etc), et que j'aime surtout pour la dernière phrase, qui me met un bon coup de pied aux fesses quand je me sens devenir plat, scolaire, poli : "Un récit, un poème, un roman — rien de plus simple, n’importe quelle ménagère en est capable. Mais de là à pénétrer sur le terrain où la parole est incisive... Pour y parvenir, voici ce que je vous propose : aucune docilité, aucune modestie. Cessez d’être des petits enfants sages."
« Modifié: 29 juin 2024 à 03:29:20 par Safrande »
Il regardait le verre non à sa portée d'une façon de reproche.

Hors ligne SablOrOr

  • Calligraphe
  • Messages: 144
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #5 le: 29 juin 2024 à 22:06:29 »
 Coucou à vous trois gentils écrivains....
Petit mot juste pour liker ta citation Safrande :-)...et bien que je sois plutôt naturellement sage.
"De toutes façons, le génie ça ne se choisit pas et il paraît même que c'est assez douloureux, alors qui pourrait bien en vouloir raisonnablement et en toute connaissance de cause ?" (Anonyme)
  :roidumonde: :D~ :vaurien: :putainlafaute: :moderation: :ned: _/-o_ :vaurien:
Bien le bonsoir quand même
SOo
« Modifié: 29 juin 2024 à 22:09:52 par SablOrOr »
"Aimer quelqu'un c'est le lire". Christian Bobin.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 058
  • ?
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #6 le: 29 juin 2024 à 22:47:42 »
tout fondamentalement par margueritte duras :

"écrire, c'est aussi ne pas parler ; c'est se taire ; c'est hurler sans bruit"

tout le reste je crois, n'est que trop relatif ; surtout en littérature de loisir ; comme souvent excusé, ça parle ou ça ne parle pas, tout est histoire de comment on aime se faire berner par l'implicite en fonction de comment on l'interprète... sans dénigrer hugo et les autres, j'avoue que mon admiration pour les romanciers, poètes et autres divertisseurs par artifice à la profondeur, ne valent que pour cette poussière qu'ils savent jeter sur autrui pour faire croire à quelque chose de substantiel, et c'est vrai qu'en termes de show-don't-tell, ils sont donc bien plus pertinents que la littérature rationnelle (allez je ne tell pas le mot qui me vient là), qui, elle, ne peut pas vraiment prétendre à ce que les gens aiment à la beauté artistique des mots...

j'avoue te suivre dans ton incrédulité safrande, pour moi y'a pas d'irrespect à vouloir éclaircir ce qui moi aussi me laisse plutôt sur du vide de sens par la citation sur la pureté et l'éclat... mais y'en a qui aiment donner le pouvoir qu'ils souhaitent aux mots qui n'imposent rien de palpable, me semble-t-il avoir compris ; bon ; ok

arf, après j'ai peur d'un écueil ptetr qui vaut rien pour vous mais qui m'apparait chelou : 'sur l'écriture' ou 'sur l'écrivain', les citations ? valéry, renard, brassens, gombrowicz, anonyme, c'pas pareil que mon suscité margueritte duras je crois, pour lui donner tort ou juste pas être d'accord ou mal comprendre ou autre liberté de lecture, faut se lever de bonne heure j'pense... bon après, j'avoue qu'un panel de trucs relatifs est un bon moyen d'ouvrir les esprits, si tant demeure qu'on reste respectueux de ces relativités et de l'effet forcément diviseur qu'elles impliquent...

...
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Safrande

  • Troubadour
  • Messages: 370
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #7 le: 01 juillet 2024 à 17:37:44 »
Citer
tout est histoire de comment on aime se faire berner par l'implicite en fonction de comment on l'interprète... sans dénigrer hugo et les autres, j'avoue que mon admiration pour les romanciers, poètes et autres divertisseurs par artifice à la profondeur, ne valent que pour cette poussière qu'ils savent jeter sur autrui pour faire croire à quelque chose de substantiel
Limpide ce que tu dis là ! Cette notion d'artifice en littérature est trop importante je trouve : que la lecture c'est avant tout faire l'expérience d'une illusions, avec les mots, plus ou moins réussie, crédible.

Pas capté ce que tu désignes comme la littérature "rationnelle" ?

Citer
arf, après j'ai peur d'un écueil ptetr qui vaut rien pour vous mais qui m'apparait chelou : 'sur l'écriture' ou 'sur l'écrivain', les citations ? valéry, renard, brassens, gombrowicz, anonyme, c'pas pareil que mon suscité margueritte duras je crois, pour lui donner tort ou juste pas être d'accord ou mal comprendre ou autre liberté de lecture, faut se lever de bonne heure j'pense...
Mouais... ce truc de "pour lui donner tord faut se lever de bonne heure" je l'ai déjà lu quelque part mais à propos de Proust, et j'ai l'impression que c'est moins une affirmation établie et vérifiable qu'un reflexe de la subjectivité, qu'une accointance de ta propre expérience avec celle de l'autrice ; le fait de trouver son propos "irréfutable" en dit plus sur toi que sur l'irréfutabilité de son propos. Mais en même temps c'est le lot de chacun. Je me souviens qu'après avoir lu Pessoa, je criais sur tous les toits (y'en a même la trace sur le mde) que tout le reste, à côté de lui, paraissait faussement profond, faussement sincère, tant son témoignage avait été fort, et nos similitudes sensibles et sensorielles troublantes ; j'étais devenu catégorique sur la profondeur, la sincérité : comme toi je me disait qu'il fallait se lever de bonne heure pour lui donner tord. Mais depuis que je lis Proust, difficile de tenir le même discours : sans donner tord à Pessoa, Proust m'a montré qu'une autre forme de profondeur et de sincérité, tout aussi profonde et sincère, et touchant sans doute un autre niveau de mon intelligence et de ma sensibilité, était possible. Mais en même temps si j'ai pu accepter la vision nouvelle de Proust, si j'ai pu comprendre qu'en terme de profondeur et de sincérité Pessoa n'avait pas le monopole, c'est parce que je suis resté ouvert et curieux (c'est la clef je crois pour enrichir son regard, accepter qu'il existe d'autres auteurs - d'hier et d'aujourd'hui - qui nous marqueront sur tel ou tel aspect d'une façon forcément différente - et donc à laquelle on est pas préparé, nous qui attendons inconsciemment d'être marqué de la même façon que l'auteur chéri qui lui même nous avait marqué d'une façon unique et nouvelle -, sans quoi ça peut vite tourner à la claustration artistique), en essayant de me détacher affectivement de Pessoa, de l'idée que j'avais de lui ou du moment où je l'ai lu et que le temps a sans doute embelli - et aujourd'hui la mise en comparaison de Pessoa avec mes nouvelles expériences participe à un travail d'objectivation, du moins le resitue dans le spectre de la profondeur et de la sincérité.

Mais sinon ouaip, trop cool la citation de Duras, ça me parle beaucoup, ça décrit spirituellement et matériellement l'acte, j'aimerais vraiment la lire un jour, son style m'attire, son rythme robotique et monotone - t'as des conseils ?

Sabloror, toi sage ? sur le papier ? D'après ce que j'ai lu de toi, je n''y crois pas une seconde !
Il regardait le verre non à sa portée d'une façon de reproche.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 058
  • ?
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #8 le: 01 juillet 2024 à 20:12:43 »
j'vais essayer de me sortir de mon dualisme entre écriture 'rationnelle' et 'de loisir', lorsqu'un romancier comme j'en ai lus (avant mes troubles qui ont provoqué ma phobie culturelle) raconte une fiction, il y a aussi une profondeur qu'on peut penser avec le show-don't-tell, alors que lorsqu'un philosophe comme je n'en ai quasi pas lu (juste les cours à l'u et un grogros bonus d'expérience par un non-prof virgule qqchose), c'est plutôt l'inverse, du tell-don't-show... mais, on part un peu-là dessus tous les deux alors que ptetr pas tous : est-ce vraiment la profondeur que l'écrit vise ? là sur la question comme tu dis, 'ça en dit plus sur moi que sur l'irréfutabilité du propos', et je veux bien me remettre en question sur ce fait que qmm, oui, pour margueritte j'y trouve pas du tout relativisable... de fait, 'maîtres sur l'écriture' en moins binaire que (le mot que je ne voulais expliciter : ) philosophie/art-littéraire, y'a ptetr des délires genre d'historien, sans pouvoir référer il me semble qu'un maître écriteur historien se discipline sur le fact le plus objectif possible, à l'instar du journaliste en théorie... en poète j'peux ptetr dire que le philosophe essaye de chasser la moindre poussière, dégriper au max l'articulation de sens, chasser le moindre nuage et son ombre sur un ciel bleu de la réflexion rationnelle, et là l'artifice est autre que pour l'artiste littéraire... mais je saurais pas dire mieux en réponse à ton message...

bon, heu, après en vrai, ici meud, tout ce qui peut être du genre 'bibliothèque de ressources existantes', j'ai un peu l'impression que ça s'essouffle vite en partant sur des réflexions autour de ces divers sujets qui popent parfois, ce qui pour moi est un truc cool malgré qu'on peut y vite qualifier d'hors-sujet, et ce pourquoi je te réponds tout en craignant la suite... on est minuscules par rapport à ce qui se fait sur le web, rien que là si je tape sur gogl 'citation écriture' ou autre combinaison de mots clés, j'ai des résultats qui font passer nos trois-quatre contributions pour un listing assez feignant, et j'suis partagé du coup entre le type de réponses attendu ici et un sentiment d'inutilité... a-t-on vraiment besoin de partager ce genre de choses sachant que ça se trouve déjà ailleurs dans d'autres proportions, ou profiterait-on plutôt du fait qu'on peut en discuter en peignant nos murs ? première option dans les règles, deuxième non, première option inadéquate je trouve, deuxième option tjrs limitée par les us d'ici...

4. « Un écrivain est un homme pour qui c’est plus difficile d’écrire que pour les autres » - Thomas Mann
j'la pige pas celle-ci, elle est tellement à l'opposé de ce que je pense que je me demande où est le truc...

9.  « Parce que la forme est contraignante, l’idée jaillit plus intense ! » - Charles Baudelaire, à propos de la forme du sonnet. 
celle-ci me parle pour contrer les nihilistes du 'j'y-vais-au-feeling' autant que les du 'je-cherche-pas-à-comprendre-tant-que-ça-me-'parle''...

10. « Si on savait quelque chose de ce qu’on va écrire avant de le faire, avant d’écrire, on n’écrirait jamais. Ce ne serait pas la peine » - Marguerite Duras
lui de la même, j'avoue que si ça me parle, je le vois moins universel que le 'écrire-pour-ne-pas-parler'...

11. « Les vrais alchimistes ne transforment pas le plomb en or, ils changent le monde en mots » - William H. Gass
ça me parle parce que l'alchimie c'est un concept intéressant, mais bon, n'y a-t-il pas un vieux process girouette nihiliste non-sens à sous-entendre qu'alchimiste est là pour ne pas dire écrivain ?

12. « Pour moi, un livre est réussi, non pas s’il y a de belles phrases, mais s’il y a un souffle » - Alexandre Lacroix
belle poudre de perlinpimpim c'est beau oui, bon, et puis ? ça veut dire quoi ?

etc...
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Safrande

  • Troubadour
  • Messages: 370
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #9 le: 03 juillet 2024 à 14:00:40 »
Citer
mais, on part un peu-là dessus tous les deux alors que ptetr pas tous : est-ce vraiment la profondeur que l'écrit vise ?
Ah non vraiment pas : j'suis parti là dessus à titre d'exemple de qualité chez un certain auteur, à savoir Pessoa, mais la littérature ça peut atteindre tellement d'autres trucs...

Citer
en poète j'peux ptetr dire que le philosophe essaye de chasser la moindre poussière, dégriper au max l'articulation de sens, chasser le moindre nuage et son ombre sur un ciel bleu de la réflexion rationnelle, et là l'artifice est autre que pour l'artiste littéraire...
Belle tentative de définition poétique  ;D

Citer
on est minuscules par rapport à ce qui se fait sur le web, rien que là si je tape sur gogl 'citation écriture' ou autre combinaison de mots clés, j'ai des résultats qui font passer nos trois-quatre contributions pour un listing assez feignant, et j'suis partagé du coup entre le type de réponses attendu ici et un sentiment d'inutilité... a-t-on vraiment besoin de partager ce genre de choses sachant que ça se trouve déjà ailleurs dans d'autres proportions, ou profiterait-on plutôt du fait qu'on peut en discuter en peignant nos murs ?
Ben après au delà d'un listing (ce qui n'a pas beaucoup d'intérêt comme tu dis), c'est aussi parler de ces citation qui est sympa, les déconstruire, les interpréter, dire pourquoi ça nous parle, qu'est ce que ça nous apporte, comment ça nous a formé, faire de l'échange quoi... Perso j'ai jamais l'occasion de parler de ça - que ce soit irl ou même quand j'écris tout seul : sur mes carnets de notes je joue jamais au pseudo-philosophe/théoricien littéraire de comptoir, et c'est vrai que le mde me le permet assez : jusqu'à maintenant, alors que j'suis plutôt fortiche en écart de route, on me l'a jamais reproché, preuve que quand même il y a une assez grande liberté sur le fofo pour dérouler un p'tit peu, et que les règles sont plutôt souples (regarde nous par exemple sur Meshuggah dans "qu'écoutez vous en ce moment").

Citer
« Un écrivain est un homme pour qui c’est plus difficile d’écrire que pour les autres » - Thomas Mann
j'la pige pas celle-ci, elle est tellement à l'opposé de ce que je pense que je me demande où est le truc...
Je crois que je vois un peu le truc : quelqu'un qui n'a pas l'habitude d'écrire va se contenter d'à peu près tous les mots, va les utiliser à foison alors que certains d'entre eux sont clichés, inexactes, tout ça dans une espèce d'insouciance prolifique, dans une syntaxe peut-être répétitive et c'est pas grave, dans un style inabouti et c'est pas grave, tandis que pour un écrivain tous ces détails sont importants, ça lui prend la tête et il y pense souvent, du coup devant la feuille blanche il peut y avoir pas mal de doute, d'hésitation, de remise en question, puisqu'il fait littéralement son art des mots et de leur agencement - enfin je le vois comme ça.

Citer
« Si on savait quelque chose de ce qu’on va écrire avant de le faire, avant d’écrire, on n’écrirait jamais. Ce ne serait pas la peine » - Marguerite Duras
lui de la même, j'avoue que si ça me parle, je le vois moins universel que le 'écrire-pour-ne-pas-parler'...
Ouaip j'suis d'accord...

Citer
« Pour moi, un livre est réussi, non pas s’il y a de belles phrases, mais s’il y a un souffle » - Alexandre Lacroix
belle poudre de perlinpimpim c'est beau oui, bon, et puis ? ça veut dire quoi ?
Tellement  :D
Il regardait le verre non à sa portée d'une façon de reproche.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 058
  • ?
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #10 le: 03 juillet 2024 à 21:57:44 »
- j'viens de voir sur le fb de france culture : "marguerite duras, la perpétuelle métamorphose du récit - théâtre, littérature, cinéma, chroniques journalistiques : rares sont les arts de la narration qu'elle n'a pas expérimentés" ! ce qui d'une m'aide à encore dépasser mon petit dualisme à opposer 'divertissement' à 'réflexion' en matière de consommation littéraire, et de deux assoie ce que je trouve d''universel' à sa fameuse phrase sur l'écrit qui ne parle pas, elle a l'air d'avoir assez ouvert son champ d'expérimentation pour en tirer cette pensée que je trouve pertinemment globale

- huhu bien vu l'hypothèse explicative pour thomas mann, j'y relierais presque à l'effet dunning-kruger et la surconfiance, en parallèle d'une pratique 'intuitive-inconsciente' vs 'travaillée-réfléchie'... pardon c'mal dit avec ces mots, mais ce truc bizarre qui fait que le problème apparait parfois quand seulement tu te penches sur son éventualité... cette scène où le capitaine haddock n'arrive pas à dormir juste parce qu'on lui a posé la question de s'il dormait la barbe sur ou sous la couverture, avant il y avait jamais pensé pas de problème, mais il suffit que la conscience se pose sur le sujet, et hop, problème ! pour moi la boite de pandore, la conscience, et ça peut prendre sens oui pour la difficulté accrue de l'écrivain de thomas mann : quand t'es pas dans la branche 'sérieux' du truc, et entouré d'autres profanes, y'a aucun problème à y faire sans trop de galère, et la confusion que j'avais était ptetr à propos du résultat, complexité et simplicité ne sont ptetr pas en lien direct avec difficulté et aisance : d'un post-it à un sms en passant par une carte postale ou une réaction réseau soc', y'a pas de difficulté énorme et le résultat, bien que peu sophistiqué, ne souffre pas spécifiquement ou forcément de gros défauts... alors que qqun qui se lance dans un projet autre qu'une liste écrite de course ou un power-point de réunion, va commencer à se poser des vraies questions, et c'est là que les emmerdes arrivent, et c'est difficile... il est je crois bien pensé que de considérer un 'écrivain' en plus que qqun qui tout simplement écrit, quelqu'un qui le fait pour, on y revient à cette diversité : du journal, du théâtre, du roman, de la philo, et donc celui qui se confronte à la difficulté d'écrire... mais ahah p'tite question à demi sérieuse : pourquoi ne pas reconnaitre une liste de course, un power-point ou un post-it, comme étant née de la main d'un écrivain ? pourquoi ce clivage entre écrire pro et écrire pas pro ? ce qui me permet de transitionner sur la suite de ma réponse à ton propos :

- car oui, y'a un délire ici qmm où les mots on leur laisse, ptetr pas forcément une liberté bcp plus tolérante que d'autres endroits en ce qui concerne la diversité au débat, disons que comme partout y'a des tabous gérés par l'autorité et que ceux ci érigent par consensus une  norme voulue la meilleure possible moralement, et le fait qu'on partage un peu plus de syntaxe, de politesse, bref de formes et de fonds un peu plus sophistiqués qu'une liste de post-its fb, peuvent donner une impression de bonhommie sympathique, mais pourtant traîne ici et ailleurs, je crois te le lire d'ailleurs, une sorte de réputation bizarre à la distinction entre professionnel et profane : 'de comptoir'... moi-même je m'exaspère quand ça se prétend philosophe ou psychologue sans vraie connaissance du truc, mais comme je ne suis moi même pas non plus expert en ces matières et les autres mais que j'y aime malgré tout, et bien qu'ayant subi un peu la phase de surconfiance dunning-kruger à l'université je comprends qu'on me qualifie comme tel et qu'on s'emmerde à me lire sans diplome et à côté de la plaque des fois, et pourtant... bin ça fait partie de ces trucs que j'aimerais libéré du dangereux carcan que notre époque soulève à propos de la spécialisation et de son autorité suprême, tjrs les mêmes arguments de clivage des savoirs et de manques de solidité à l'interdisciplinarité, il me semble rêver d'une réalité comme l'a décrite nikos aliagas y'a pas long j'ai vu passer, à propos des us grecs à la philosophie de groupe, populaire, de comptoir, qui semblent sans prendre les chevilles que les maitres peuvent se permettre, assumer de le faire ainsi de manière profane et que cela ne soit pas vu ni comme une prétention ni comme un vice de fierté tiré d'un élitisme par méritocratie validée de diplomes éducatifs, et qui dans une meilleure ambiance que nos rassurants titres autoritaires, peut se manifester y compris pour ceux qui n'ont pas de quoi dire des autres qu'ils sont incompétents et non-qualifiés... qmm un peu non ? l'humilité pour moi consiste plus à permettre au profane de progresser sans forcément devenir professionnel, que de glorifier le professionnel et faire taire le profane avec ce si dépreciatif qualificatif : 'de comptoire'...

- pour la question de la profondeur, je reste au point mort dans ma soupe réflexive, il est vrai qu'on peut s'intéresser à un intuitif contraire, de la légereté par exemple, qui peut être profonde malgré tout, et c'est là où je m'embourbe avec ces métaphores de type 'souffle' et autres poudres de perlimpimpin qui me donnent le vertige !

bref tout ça autour des maîtres, du fait que je ne suis qu'un profane qui a qmm envie de pratiquer un peu l'écriture, mais apeuré de la fracture un peu trop radicale entre la qualité des maîtres et celle de ceux qui ne le sont pas... faudrait qu'ils attendent un peu le peloton nan ? parce que moi j'ai qmm l'impression que y'a vraiment trop d'écart entre la maillot jaune et le peloton, et que ça fout bien plus la merde que ça n'y parait... parce que qmm, et je termine par voltaire :

“L'art de la citation est l'art de ceux qui ne savent pas réfléchir par eux-même.”
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Safrande

  • Troubadour
  • Messages: 370
Re : Citations de maîtres sur l'écriture
« Réponse #11 le: 08 juillet 2024 à 20:13:07 »
Citer
bin ça fait partie de ces trucs que j'aimerais libéré du dangereux carcan que notre époque soulève à propos de la spécialisation et de son autorité suprême, tjrs les mêmes arguments de clivage des savoirs et de manques de solidité à l'interdisciplinarité, il me semble rêver d'une réalité comme l'a décrite nikos aliagas y'a pas long j'ai vu passer, à propos des us grecs à la philosophie de groupe, populaire, de comptoir, qui semblent sans prendre les chevilles que les maitres peuvent se permettre, assumer de le faire ainsi de manière profane et que cela ne soit pas vu ni comme une prétention ni comme un vice de fierté tiré d'un élitisme par méritocratie validée de diplomes éducatifs, et qui dans une meilleure ambiance que nos rassurants titres autoritaires, peut se manifester y compris pour ceux qui n'ont pas de quoi dire des autres qu'ils sont incompétents et non-qualifiés... qmm un peu non ? l'humilité pour moi consiste plus à permettre au profane de progresser sans forcément devenir professionnel, que de glorifier le professionnel et faire taire le profane avec ce si dépreciatif qualificatif : 'de comptoire'...
Si on pouvait liker un post je le ferais : je plussoie x1000 tes réflexions. J'ai dis "de comptoir" à propos de moi par pur automatisme, par reflexe, par dévalorisation sociale, alors que t'as raison, on devrait juste ne pas rougir de "philosopher" (tu vois, encore par reflexe, je ne peux pas m'empêcher de mettre des guillemets) de façon profane, et juste profiter de l'élan et de l'échange stimulant (pour moi ça l'est) que ça créait. Pourtant tu vois j'suis souvent à désacraliser les figures littéraires et artistiques d'autorité, mais y'a quand même toujours des résidus de soumissions et de glorifications, qui empêchent de profiter pleinement sans culpabiliser de partager certaines réflexions qui viennent spontanément, dans la joie et en toute candeur par rapport à ce qu'on connait, par rapport à notre petite expérience littéraire, etc. Et c'est marrant parce que irl c'est jamais avec des gens bien diplômé, bien instruit et culturé et profond que je peux "philosopher", parce qu'ils sont à une profondeur qui rend mon insouciant balbutiage assez vain à leur yeux, et m'expliquer le long chemin réflexif par lequel ils sont passé pour avoir une hauteur de vue que je ne soupçonne même pas serait trop long, du coup les échanges sont un peu tués dans l'œuf - à moins de tomber sur un pédagogue. En revanche, je connais une personne (juste une) qui comme moi est assez profane mais aussi curieuse et désireuse de réflexionner à propos de (presque) tout, et quand j'suis avec elle il se passe ce que tu décris : un assumage complet de le faire, sans prétention mais dans une bonne ambiance, dans un enthousiasme et une joie, à mesure que le débat avance et s'enrichie de nos points de vues, qui à mon sens font tout le sel de cette pratique, en plus de faire évoluer.
Bref ouaip !
« Modifié: 20 juillet 2024 à 14:44:10 par Safrande »
Il regardait le verre non à sa portée d'une façon de reproche.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.02 secondes avec 18 requêtes.