Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

25 octobre 2021 à 07:09:01
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Agora : vie collective » Penser le MdE » Intimité, thérapie, orthographe et littérature.

Auteur Sujet: Intimité, thérapie, orthographe et littérature.  (Lu 904 fois)

En ligne Earth son

  • Prophète
  • Messages: 984
    • Ma page perso
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #15 le: 04 octobre 2021 à 15:06:25 »
Bonjour,
Je vois que sur ce site, beaucoup de personnes disent être dyslexiques.
En tant que simple lecteur, comment savoir si la personne en face dont le texte est bourré de fautes n'a pas fait l'effort de le corriger avant de le poster ou ne peut pas faire mieux faute des capacités suffisantes (qui peuvent parfois évoluer, mais forcément lentement) ou d'un handicap existant ?
« Modifié: 04 octobre 2021 à 15:08:00 par Earth son »
Ce que tu penses, tu le de­viens. Ce que tu res­sens, tu l’at­tires. Ce que tu ima­gines, tu le crées

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 848
  • Prout
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #16 le: 04 octobre 2021 à 15:09:31 »
Citation de: Règles et conseils côté auteurs et côté lecteurs
Plutôt que d'aller décrocher des lauriers, l'idée est de partager son texte afin de trouver, avec l'aide des autres, des pistes pour le retravailler et le pousser jusqu'au meilleur possible. Si besoin, n'hésitez pas à expliciter vos intentions / apporter des précisions de contexte (j'ai écrit ce texte pour un AT avec telles contraintes est-ce que je ne suis pas hors-sujet ; c'est un texte très personnel sur lequel je reste assez sensible mais je ne parviens pas à le finaliser etc.). Elles permettront au lecteur de mieux vous aider.

As usual, ça règlerait pas mal de soucis :)

Claudius, je suis d'accord avec toi, mais je crois (en me trompant peut-être) que ça s'éloigne un peu du sujet que voulait aborder Basic
"We think you're dumb and we hate you too"
Alestorm

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne stylo

  • ex lila
  • Troubadour
  • Messages: 394
Re : Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #17 le: 04 octobre 2021 à 15:17:25 »
Il est par ailleurs toujours possible d’utiliser une variété de correcteurs, notamment les traitements de texte, grammalecte, antidote, ou encore même des extensions de navigateur, qui je pense pourraient aider à dégrossir le travail. Je ne vois pas un système de "camarades correcteurs" se mettre en place par ailleurs, même si ça peut être inclus dans le système de parrainage déjà existant.

Le système de parrainage dont personne n'use ? :mrgreen:
Tiens, d'ailleurs, on avait déjà évoqué la question des bénévoles-correcteurs il y a quelques années dans le fil cité par Oper. (Et mon avis sur le sujet n'a pas changé d'un pouce).



Je ne connais pas Stylo plus que ce que j'ai vu sur le mde. Il ne poste pas plus de texte que d'autres me semble t-il, et il ne s'agit pas de son cas personnel, par contre j'ai vu des retours très brutaux sur d'autres textes que les siens, des retours qui ont même nécessité une intervention des modérateurs.

Bah, trois textes/mois c'est ptet pas plus que les autres (c'est plus que moi et que pas mal d'auteur-es que je connais, mais soi), mais ça reste beaucoup en général.
Et les retours brutaux, c'est une façon de voir les choses. Quand je vois l'avalanche de commentaires élogieux, ne prenant justement même pas la peine de relever les plus basiques et criantes erreurs d'orthographe, ni même par ailleurs, de développer le propos, je préfère les retours brutaux et de loin.
C'est aux personnes qui cherchent de l'aide de s'adapter au lieu et non aux commentateurs/trices de s'adapter à la susceptibilité des auteurs (mais encore une fois, il y a 9 ans et 99 pages de discussions sur ce sujet).


alors cela n'ai pas vrai car j'accepte toute les critiques si cela sont constructif et j'ai corriger mais j'ai aussi attendu qu'on donne l'avis sur le travaille que j'ai fourni sauf que les personnes ne réponde jamais donc je ne vais pas courir après par contre si c'est mon procès penser ce que vous voulez je ne participerais plus à ça
merci Basie tu as bien résumé ce poste n'est pas pour moi mes pour tout les écrivains qui galère ça serait bien un suivi tout le long et pas je te commente débrouille toi avec et puis basta non si on veut aider c'est tout le temps enfin quand on a le temps in ou je te commente ça veut rien dire tu es blesser et ça refait ma journée :relou:

Bah, il y a des corrections à faire ici, ici, ici, etc. Par ailleurs tu ne réponds jamais aux questions qui te sont posées dans les commentaires.

Et je suis outré de te voir "demander un suivi tout le long", comme si c'était un droit. Comme si les commentateur/ices n'avaient que ça à faire de parler à un mur, qui risque à tout moment, par ailleurs, de se casser du forum, vexée, ou de supprimer son texte.

Non, ce n'est pas ton procès, mais affirmer que tu manques de commentaires pour l'orthographe alors que les facteurs sont multiples, même si elle n'aide certes pas, est un mensonge.

(PS : rappelons ce qu'avait proposé cyamme, et que commenter trois textes (et commenter vraiment, pas en une ligne sans réflexion) pour chaque texte posté serait un minimum appréciable).

Bin je répond à tout les commentaires et si je ne répond pas c'est que je n'ai pas vu ou je ne sais quoi répondre et si ça serait bien qu'un lecteur quand il propose sont aide pour la correction le fasse jusqu'au bout je ne dis pas qu'il doit le faire ou que c'est une obligation de le faire chacun fait ce qu'il veut si tu veux manquer de respect à l'écrivain ne t'étonne pas du mauvais retour mais je me rend compte j'ai plus d'aide bienveillante dans le dessin que dans l'écriture après on se demande pourquoi je ne continue pas et oui je suis d'accord on devrait tous s'aider à se pousser a aller plus loin pas se mettre les battons dans les roues moi je n'en ferais jamais mon travaille mais mon projet et de continuer à ma m'améliorer dans le français enfin bref ne lissait pas de travers mon message mon but n'est pas de vous blesser mais j'aimerais pouvoir aider ou a comprendre comment améliorer


Bonjour,
Je vois que sur ce site, beaucoup de personnes disent être dyslexiques.
En tant que simple lecteur, comment savoir si la personne en face dont le texte est bourré de fautes n'a pas fait l'effort de le corriger avant de le poster ou ne peut pas faire mieux faute des capacités suffisantes (qui peuvent parfois évoluer, mais forcément lentement) ou d'un handicap existant ?

Merci on est d'accord tu ne peux savoir car j'utilise un correcteur et je demande à des personnes plus forte que moi en français pour mieux faire mais il restera toujours des fautes nous sommes que des simples humains et tous ceux qui on des difficulté font surement pareil
« Modifié: 04 octobre 2021 à 15:20:19 par stylo »
Les plus beau mot sont les plus simple

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 900
  • Miss green Mamie grenouille
Re : Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #18 le: 04 octobre 2021 à 17:12:10 »

Claudius, je suis d'accord avec toi, mais je crois (en me trompant peut-être) que ça s'éloigne un peu du sujet que voulait aborder Basic

Oups, oui c'est un peu dévié je l'avoue, même si ça reste dans le domaine de l'aide à l'écriture et donc au commentaire (dit-elle  :-¬?)
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Ma page perso si vous êtes curieux

Hors ligne Basic

  • Aède
  • Messages: 207
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #19 le: 04 octobre 2021 à 18:01:54 »
bonjour et merci à tous ceux qui participent à ce fil ou qui y participeront.

Je n'ai pas dû être très clair dans mes explications alors je m'y remets :
- mes propositions ne concernent effectivement que les auteurs qui peuvent être atteints de troubles orthographiques (dysgraphiques...). Effectivement, ils sont peu nombreux ( 5 % de la population). Nous ne pouvons pas demander de diagnostic à nos camarades mais nous pouvons toutefois considérer que lorsque une phrase est chargée de plusieurs erreurs, il s'agit d'une grave difficulté.
- les retours brutaux : effectivement, j'ai pu constater des retours abruptes ou brutaux sur des textes assez chargés en erreurs. En l'occurrence, on pouvait constater que nos camarades se déclaraient comme dys ou assimilés.
- nous ne traitons pas d'un cas particulier, celui de Stylo, il a bien accepté que je le cite en exemple mais ce n'est pas de lui que l'on parle. Le retour brutal ne le concernait pas. D'ailleurs l'auteur en question n'a plus rien posté depuis lors ( du moins je ne l'ai pas vu).
- les difficultés dysorthographiques ne se traitent pas par la répétition, ou des exercices. Elles se régulent à la longue par un long travail mais ne disparaissent jamais. Alors doit-on interdire à des auteurs qui témoignent d'un légitime besoin d'écrire, de confier leur parole à notre forum ?
Ce que je souhaite c'est :
- demander à nos plus brillants esprits numériques de recenser les aides possibles ( correcteurs etc...)
- d'ouvrir visiblement un fil, un truc où nous pourrions venir en aide à nos camarades pour qu'ils puissent poster leur texte après qu'ils soient nettoyés afin que ces derniers soient commentés pour leur qualité littéraire ou leur manque à ce niveau et pas seulement pour leurs erreurs orthographiques. De la même façon, un fil pour les diriger sur des aides numériques par exemple

Quant aux retours : Je trouve effectivement que les retours sur le mde manquent généralement de profondeur et d'argumentation. Je trouve aussi que la "réciprocité" n'est pas la valeur la plus partagée. Toutefois, ce n'était pas le sujet de ce fil.

B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Hors ligne stylo

  • ex lila
  • Troubadour
  • Messages: 394
Re : Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #20 le: 05 octobre 2021 à 07:55:36 »
bonjour et merci à tous ceux qui participent à ce fil ou qui y participeront.

Je n'ai pas dû être très clair dans mes explications alors je m'y remets :
- mes propositions ne concernent effectivement que les auteurs qui peuvent être atteints de troubles orthographiques (dysgraphiques...). Effectivement, ils sont peu nombreux ( 5 % de la population). Nous ne pouvons pas demander de diagnostic à nos camarades mais nous pouvons toutefois considérer que lorsque une phrase est chargée de plusieurs erreurs, il s'agit d'une grave difficulté.
- les retours brutaux : effectivement, j'ai pu constater des retours abruptes ou brutaux sur des textes assez chargés en erreurs. En l'occurrence, on pouvait constater que nos camarades se déclaraient comme dys ou assimilés.
- nous ne traitons pas d'un cas particulier, celui de Stylo, il a bien accepté que je le cite en exemple mais ce n'est pas de lui que l'on parle. Le retour brutal ne le concernait pas. D'ailleurs l'auteur en question n'a plus rien posté depuis lors ( du moins je ne l'ai pas vu).
- les difficultés dysorthographiques ne se traitent pas par la répétition, ou des exercices. Elles se régulent à la longue par un long travail mais ne disparaissent jamais. Alors doit-on interdire à des auteurs qui témoignent d'un légitime besoin d'écrire, de confier leur parole à notre forum ?
Ce que je souhaite c'est :
- demander à nos plus brillants esprits numériques de recenser les aides possibles ( correcteurs etc...)
- d'ouvrir visiblement un fil, un truc où nous pourrions venir en aide à nos camarades pour qu'ils puissent poster leur texte après qu'ils soient nettoyés afin que ces derniers soient commentés pour leur qualité littéraire ou leur manque à ce niveau et pas seulement pour leurs erreurs orthographiques. De la même façon, un fil pour les diriger sur des aides numériques par exemple

Quant aux retours : Je trouve effectivement que les retours sur le mde manquent généralement de profondeur et d'argumentation. Je trouve aussi que la "réciprocité" n'est pas la valeur la plus partagée. Toutefois, ce n'était pas le sujet de ce fil.

B

Merci basic j'ai l'impression qu'ils ne comprennent pas que ce n'est pas pour MOI le SUJET peut-être qu'ils sont sourd du aux nombres de page qui c'est immiscer dans leurs oreilles et aveugle du la couverture de leur livre qui leur cache la vu. Alors c'est pour tout les écrivains ou futur écrivain que sa soit de l'aide d'un humain ou d'un correcteur que vous connaissez bon comme exemple antidote pour plus d'aide bin la oui ça laisse un suivi plus long et une vrai aide et effectivement je ne poste pas grand chose normal bref mais cette discussion ne tourne pas autour de MOI donc arrêter de pleurnicher auprès de moi s'il vous plait ça devient pénible et pour les commentaires oui je suis d'accord avec toi basic certains manque tact ou de profondeur bon bref j'espère qu'on pourra mieux s'aider en toute bienveillance sinon à quoi sa sert d'écrire si c'est pour ce faire défoncer chaque fois autant prendre comme passion un sport de combat ça sera plus logique  |-| et le sujet et COMMENT S'ENTRAIDER pas comment commenter ou je ne sais quoi
« Modifié: 05 octobre 2021 à 08:40:51 par stylo »
Les plus beau mot sont les plus simple

Hors ligne BeeHa

  • Calligraphe
  • Messages: 119
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #21 le: 05 octobre 2021 à 17:09:20 »
Bonjour,

Citation de: Basic
Ce que je souhaite c'est :
- demander à nos plus brillants esprits numériques de recenser les aides possibles ( correcteurs etc...)
- d'ouvrir visiblement un fil, un truc où nous pourrions venir en aide à nos camarades pour qu'ils puissent poster leur texte après qu'ils soient nettoyés afin que ces derniers soient commentés pour leur qualité littéraire ou leur manque à ce niveau et pas seulement pour leurs erreurs orthographiques. De la même façon, un fil pour les diriger sur des aides numériques par exemple

Recenser des outils numériques, ça peut être une bonne chose.
Mais il faut ensuite prendre le temps de les utiliser consciencieusement, essayer de comprendre les erreurs présentées et ne pas forcément accepter toutes les corrections, les correcteurs n'étant pas infaillibles. (Et ça demande pas mal de temps de vérifier chaque coquille relevée.)

Ta deuxième proposition, il y a quelques années, je l'ai fait (Sur un autre forum, je faisais partie d'un groupe d'utilisateur qui, à la demande de l'auteur, pouvait vérifier un texte pour essayer d'éliminer les coquilles (voire parfois d'aller un peu plus loin en terme de commentaires, avant de poster)) et c'est "à double tranchant". Soit tu tombes sur quelqu'un qui prend en compte et tu remarques, à la longue, que les erreurs diminuent, soit tu te rends compte que tu deviens un "outil" qui évite de faire le moindre effort... (C'est peut-être méchamment dit, mais parfois, j'avais vraiment l'impression que la personne ne se relisait pas avant d'envoyer le texte/ne faisait pas non plus l'effort de la passer sur des correcteurs) Au final, ça devenait une charge plus qu'autre chose. Et parfois, les corrections proposées (avec souvent rappel de la règle) n'étaient même pas toutes réalisées ce qui est frustrant quand tu passes un certain temps sur un texte.


Sur la brutalité des commentaires...
C'est un sujet compliqué je pense. Comme l'a précisé Loïc (Je crois) est-ce que c'est mieux d'avoir un retour élogieux qui ne fait aucune remarque (orthographique ou non) ou un retour brutal ? C'est sans doute une question qui dépend de la sensibilité de chacun. Et aussi sans doute de son "rapport" au texte présenté. Après, il y a aussi brutalité et brutalité... Soit une brutalité lié à une véritable brutalité dans le propos, soit une brutalité, vue comme telle, parce que écrite de manière assez "froide" (et qui n'est donc brutale que dans sa réception).
D'un point de vue personnel, même si je ne pense pas être un grand commentateur, je suis sans doute plus "léger" sur les textes courts (sauf si "demande" particulière) que sur les textes longs ou mi-longs où, j'ai l'impression, les gens passent généralement plus de temps et retravaillent plus volontiers.


Citer
comment s'entraider pas comment commenter
En soit, les deux sont liés... Un commentaire "bien construit" permet l'entraide.
Après, comme le dit Basic, le terme d'entraide implique une sorte de réciprocité (qu'elle soit envers l'auteur ou envers un autre) et ce n'est pas toujours le cas. Et parfois, justement, pour aider, il faudrait avoir une base de "comment commenter".

Citation de: Loïc
C'est aux personnes qui cherchent de l'aide de s'adapter au lieu et non aux commentateurs/trices de s'adapter à la susceptibilité des auteurs.
Je suis assez d'accord avec ça (Dans la limite de la brutalité gratuite) mais faire de la périphrase de périphrase de périphrase pour essayer de ne pas heurter la sensibilité, ça rend l'action de commenter très laborieuse.

Partant de ça, j'ai tendance un peu à regarder deux choses avant de commenter :
  • Quelles sont les réactions de l'auteur à ses précédents commentaires ?
  • Quel genre de commentaire il fait ? (S'il en fait)
Partant de là, j'essaie de m'adapter... Genre de mauvaises réactions à des commentaires travaillés, je passe mon chemin. Des commentaires "non poussés" pareil.
C'est peut-être bête, mais dans une idée de réciprocité, passer un temps assez long à relever coquilles et réfléchir à la construction du texte pour quelqu'un qui va sortir un "j'aime bien" sur un autre texte...


Bref, au final, je n'ai pas fait avancer grand chose je crois...
Autant l'idée d'essayer de répertorier les logiciels/sites pouvant aider à "nettoyer" un texte est une bonne idée, mais après, il faut les utiliser de manière "intelligente" dans le sens où juste remplacer sans réfléchir chaque remarque des logiciels n'aidera en rien la personne puisque certaines erreurs seront rajoutées, d'autres corrigées et sans l'effort de comprendre le pourquoi, ces logiciels sont moins efficaces. Pour la correction humaine, de mon expérience, j'ai eu l'impression que ça permettait aussi bien d'aider certaines personnes que d'en libérer d'autres du poids d'une relecture "active" de son texte avant de l'envoyer. (Le tout en prenant un certain temps au correcteur qui aura de grandes chances de recevoir les mêmes erreurs plus tard, ce qui est frustrant, comme le dit Claudius).
“A faint clap of thunder;
Clouded skies;
Perhaps rain comes – if so, will you stay here with me?”

“A faint clap of thunder;
Even if rain comes not;
I’ll stay here, together with you…”

Hors ligne Basic

  • Aède
  • Messages: 207
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #22 le: 05 octobre 2021 à 17:29:50 »
Merci Beha pour ta participation (mesurée, complète).

"Ta deuxième proposition, il y a quelques années, je l'ai fait (Sur un autre forum, je faisais partie d'un groupe d'utilisateur qui, à la demande de l'auteur, pouvait vérifier un texte pour essayer d'éliminer les coquilles (voire parfois d'aller un peu plus loin en terme de commentaires, avant de poster)) et c'est "à double tranchant". Soit tu tombes sur quelqu'un qui prend en compte et tu remarques, à la longue, que les erreurs diminuent, soit tu te rends compte que tu deviens un "outil" qui évite de faire le moindre effort... (C'est peut-être méchamment dit, mais parfois, j'avais vraiment l'impression que la personne ne se relisait pas avant d'envoyer le texte/ne faisait pas non plus l'effort de la passer sur des correcteurs) Au final, ça devenait une charge plus qu'autre chose. Et parfois, les corrections proposées (avec souvent rappel de la règle) n'étaient même pas toutes réalisées ce qui est frustrant quand tu passes un certain temps sur un texte."
C'est extrait de ton post. Alors, je reprends ce que j'essaie de faire passer. Il ne s'agit pas d'offrir un service de correction gratuite pour tout un chacun d'entre nous qui se sent un peu fatigué à l'idée de corriger un texte mais d'offrir aux quelques uns qui ont un réel handicap de nettoyer leur texte sans en toucher ni la forme, ni le propos, afin qu'ils puissent le faire lire et recevoir des commentaires essentiellement sur la qualité littéraire de leur texte et non sur leur handicap.
Donc :
- essayer de trouver un moyen de leur permettre ça sans évidemment recevoir les textes des "fatigués"
- essayer de créer un guide de conseils sur comment se servir d'un correcteur et lequel.

Je crois que notre ami Hellian, lui a des problèmes de vue suffisamment importants pour qu'il utilise un "machin" qui écrit à la voix... et purée, les textes d'Helian sont propres. Alors, il n'y a pas de correcteurs de ce niveau. Bon, Helian a peut être acheté son ""machin", et ça créerait d'autres difficultés.
Je vais lui demander.
B

Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Hors ligne Basic

  • Aède
  • Messages: 207
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #23 le: 06 octobre 2021 à 06:57:27 »
J'ai donc demandé à Heliann, voici un extrait de sa réponse :
"« Dragon Dictate »Autrement appelé « NaturallySpeaking » conçue et mise au point (version 15) par la société Nuance. Il s'agit, je crois, du meilleur logiciel de ce type actuellement diffusé sur le marché. Le coût de cet outil pour un usage personnel n'est pas très élevé (environ 150 € pour Une utilisation sur trois postes)."

bon première limite : c'est un machin payant
deuxième limite : dicter à une machine n'est pas la même chose qu'écrire, Helian semble s'en satisfaire comme nous le constatons sur les textes qu'il nous donne à lire mais une autre personne aurait peut-être des difficultés à passer par ce médium.
Il doit y avoir un "machin" aussi puissant pour corriger, non ?
B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 848
  • Prout
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #24 le: 06 octobre 2021 à 09:44:45 »
Antidote.
Y a quelques années, les gagnants du Nanowrimo avaient une réduction. Si c'est encore le cas, il doit être possible de l'extorquer à certains membres :)
"We think you're dumb and we hate you too"
Alestorm

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Basic

  • Aède
  • Messages: 207
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #25 le: 06 octobre 2021 à 09:49:47 »
Merci Loïc. je vais regarder.
B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Hors ligne Basic

  • Aède
  • Messages: 207
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #26 le: 08 octobre 2021 à 18:01:14 »
bonjour,
si je récapitule concernant la partie du post qui concernerait les difficultés orthographiques trés importantes et plutôt liées à un trouble  :
-au niveau des outils : le machin d'Helian ( Dragon Dictate »Autrement appelé « NaturallySpeaking ), le machin de Loïc (antidote) tous les deux payants
- au niveau de la réception de ces textes : un débat sur handicap/mauvaise volonté

Ai je oublié quelque chose ?
avant d'aller plus loin.
B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Hors ligne Basic

  • Aède
  • Messages: 207
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #27 le: 13 octobre 2021 à 16:34:56 »
bonjour,

et concernant l'autre partie du post : l'intimité et la thérapie.
Je dirais qu'il me semble, on aurait dit que, y'a peut-être bien peut-être... en fait, j'ai comme qui dirait l'impression qu'il y a de moins en moins d'histoires de personnages mais de plus en plus d'histoires personnelles, non? où est ce une impression ? Ce n'est pas trop que ça me gène mais comme je vous l'écrivais ce tantôt, c'est point facile d'en dire quelque chose.
B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 848
  • Prout
Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #28 le: 13 octobre 2021 à 19:35:49 »
"We think you're dumb and we hate you too"
Alestorm

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 700
Re : Re : Intimité, thérapie, orthographe et littérature.
« Réponse #29 le: 13 octobre 2021 à 22:15:32 »
j'ai comme qui dirait l'impression qu'il y a de moins en moins d'histoires de personnages mais de plus en plus d'histoires personnelles, non? où est ce une impression ? Ce n'est pas trop que ça me gène mais comme je vous l'écrivais ce tantôt, c'est point facile d'en dire quelque chose.
B

ah bon? oh moi je n'ai pas + de mal à avoir un avis sur les textes de gens qui se racontent au premier degré (récit, témoignage) qu'à avoir un avis sur les taxes des gens qui se racontent de manière diffractée (fiction)

par exemple, dans les livres récents qui racontent des tranches de vie :
ça raconte Sarah : nul à chier
croire aux fauves : sublimissime


 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.028 secondes avec 18 requêtes.