Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

08 décembre 2021 à 12:02:03
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » La panne...

Auteur Sujet: La panne...  (Lu 388 fois)

Hors ligne True Duc

  • Troubadour
  • Messages: 372
La panne...
« le: 29 septembre 2021 à 19:50:06 »
B'soir,

Voilà.
Je suis un projet de nouvelle de 15 000 mots.
Préparation de plusieurs semaines. Un plan carré.
Mais en commençant l'écriture, je suis parti dans la marge, j'ai débordé du plan. Mais, j'ai écris avec un plaisir immense.

Là, j'en suis à la moitié d'une version 1. Le fil de l'intrigue m'échappe un peu, l'inspiration stagne...
Pour m'obliger à finir, je me suis imposé une deadline (encore deux semaines).

La question est très conne, certes, mais : comment vous faites lorsque vous êtes dans cet état d' incertitude ? C'est normal non ? Des anecdotes ? Conseils ?...SOS SOS SOS ;)

C'est mon premier projet qui dépasse les 3000 mots, je découvre la concentration sur le long cours.
Merci
« La vie c'est dur, ça fait mal dès qu'ça commence, c'est pour ça qu'on pleure tous à la naissance. »(Elie Yaffa)

Hors ligne Aponiwa

  • Calliopéen
  • Messages: 529
Re : La panne...
« Réponse #1 le: 29 septembre 2021 à 21:07:49 »
Re True Duc! :)

Je pense que ça arrive à tout le monde, ces pannes.
Déjà, tu le dis toi-même : tu as pris plaisir à écrire ce que tu as pondu. Être satisfait de soi, c'est super important, je trouve.  ;)

Ça m'est arrivé plein de fois d'écrire un truc et de me dire après : "mais, tout ça n'a aucun sens!", de lâcher, de reprendre, de relâcher...
Ça m'est arrivé de réécrire un chapitre, en me disant "s'il se passe ça, comme ça, ça déchire!" et 1 heure après tout raturer en me disant : "Mais non, c'est con, ça fonctionnait bien avant!"
Ça m'est arrivé de réécrire 12 fois un chapitre, parce que je ne le sentais pas.
Ça m'est arrivé de tout lâcher et de me dire : "c'est vraiment pas terrible tout ça".

Après, il y a les projets dont on sent qu'ils sont viables et qui valent la peine d'être poursuivis. Alors, si j'ai une panne, je fais une pause. J'écris autre chose, des histoires de chats vaccinés, qui n'ont rien à voir, qui sont simples et me donnent du plaisir. Ou alors, je n'écris rien. Mais j'y pense. Je refais 15 fois le film dans ma tête et je finis par trouver la bonne "scène" à raconter.

Je suis comme toi. Je me suis lancée sur un projet qui va dépasser les 20000 caractères alors qu'avant, je n'avais jamais rien d'écrit de plus long que 8 ou 9000 caractères. Je suis sur la fin, mais c'est dur. En même temps, il faut bien apprendre! Écrire un roman et des nouvelles, ce n'est pas pareil. Les premiers écrits longs seront sûrement plantés mais j'aurai appris quelques chose. Et je me remettrai à écrire.

Bon, et une petite randonnée alors? Je pensais que ça te donnait plein d'idées?
Tu vois, il manque l'âne, je t'avais dit!  :D

Je te souhaite du courage pour continuer, car il en faut (et tu peux pas lâcher ton public avant la fin!:) )

En ligne Basic

  • Troubadour
  • Messages: 302
Re : La panne...
« Réponse #2 le: 30 septembre 2021 à 08:57:45 »
Bonjour,

parler des textes longs...
j'écris plutôt des trucs qui entrent dans cette catégorie. Disons que c'est dans l'écriture ce qui me fascine le plus, cette capacité de l'histoire à se tisser quasi hors de notre contrôle conscient, à se dérouler pendant des jours et des jours, des mois et des mois même, dans une trame complexe, un vrai tapis d'orient. Bon les résultats restent le plus souvent entre les berges de mon disque dur.
Je crois que l'on peut dire que les romans et les nouvelles se construisent soit :
- en suivant des plans d'écriture, peaufinés, détaillés
- soit plus ou moins à l'intuition, leur cohérence interne se bâtissant peu à peu ou apostériori

C'est toujours du boulot.
Pour ma part, je suis plutôt de la deuxième catégorie, mon esprit flotte et construit des fils, ma conscience les corrige, les aligne, les enchaine.... derrière ma machine, le narrateur s'installe, sa voix s'impose et ça raconte... après, je relis, relis, relis mais la musique du récit a fait une grande partie du boulot. Parfois, ça bloque bien sûr... il y a un raté, une panne... le récit s'est perdu... c'est souvent parce que quelque chose d'important, un personnage, un événement, doit survenir et finit par arriver ou pas.
J'en viens à vous exprimer un de mes doutes quant au forum - mais je voudrais pas trop critiquer la partie texte mi long ou long, déjà que nous ne sommes pas très nombreux et pas trop visité -. Je me suis fait réprimandé ( conseillé par Rémi, je crois que c'était lui, quand j'ai posté mon premier texte long) il me demandait de tronçonner mon texte en petits bouts et de les poster au fur et à mesure. J'ai trouvé ça dommage, parce que pour moi, un texte long ( à partir de la nouvelle) nécessite d'être lu en son entier pour en faire une critique. Il faut entendre la voix interne du récit, sentir le rythme, percevoir les fils pour émettre des commentaires qui dépassent ceux de la "forme" pour atteindre au "fond". J'ai tout posté, en plusieurs paquets mais le même jour et j'ai un succès... fou ( en fait j'ai eu sur un de mes textes au moins des retours très constructifs, au diable l'ironie). Bref, je m'interroge sur l'intérêt de poster bout par bout et encore plus quand le texte est en cours d'écriture. J'ai l'impression ( je me place sur mon siège vu que je suis moi) qu'ainsi je serais tiré à hu et à dia, que je perdrais la voix du narrateur, bousculé de commentaire en commentaire... parce que au moment de l'écriture, les tensions, les énergies qui sous tendent le récit ne sont pas conscientes chez moi, elles sont en train d'apparaitre,  se tissent,  se trament... ensuite et une fois le point final, tout peut être discuté.
Bon, ce n'est bien évidemment qu'une position, en l'occurrence la mienne ( des décennies d'écrivailleur ont du plier mon squelette et c'est peut être bien irrémédiable). Je ne sais pas d'ailleurs comment on pourrait installer ça sur le forum... un truc avec des pavés... des enveloppes de textes de 50 à500 pages, peut être des systèmes d'échanges.
Bon ce n'était pas complétement ce que tu demandais mais je me demande toutefois si à trop avoir de monde sur nos épaules quand on écrit, on n'en perd pas un peu les fils, ou ils s'effilochent, se détendent... J'en sais rien.
B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Hors ligne frenchwine

  • Calliopéen
  • Messages: 488
  • Les Muses n'existent pas.
Re : La panne...
« Réponse #3 le: 30 septembre 2021 à 16:10:24 »
salut,
je ne sais pas comment on fait, je ne savais même pas, à quelque chose prés, qu'il fallait faire un plan, donc j’écris pour ne rien dire.
Déjà tu me sidères, tu as prévu 15 k mots, ^^ intrigue, inspiration,... je ne sais pas ce que c'est, t'inquiètes, je comprends ce que tu vas te dire, encore un narcissique qui est en train de ronger sa moquette ( une seule affirmation est vraie ^^).
Je n'écoute personne, quoique ça reste derrière je n'oublie pas les remarques, je me suis traiter quelque fois d’électron libre, ce qui est assez gentil quand je me suis virer de certains sites plus sérieux, bon passons.
je lis beaucoup, du court du long, je m'en fou, mais ça me fait dévier je le sais, par contre l'ordinateur est toujours allumé, nuit et jour, je te raconterai un jour quand un copine s'est barrée parce que je sautais du lit à n'importe quel moment pour poser une idée. ( si tu vis en famille, galère ^^)

Voilà, le truc est là, c'est pour ça ma remarque au début, s'obliger parce qu'on a conçu un certain plan de bataille, je ne sais pas, il faut une étincelle, ça jaillit n'importe quand, alors si il faut compléter un devoir, balance tes idées en vrac, tes petites étincelles, après je ne sais pas comment tu te débrouilles, mais plein de petits mots, plein de petites phrases, tu verras que tu arrivera à les lier puisque c'est toi qui penses.

J'ai déjà écrit des trucs, je ne sais pas quantifier, 250/300 pages pour des histoires différentes, (fiction, roman, polar) je crois que j'ai mis le début d'une ici, mais ce n'est pas important, je n'écris que pour moi, surtout du court parce que l'écriture va plus vite. ( bon on laisse tomber le fait que ce soit lisible ^^ ce n'est pas le sujet)

En bref, chaque mot, chaque phrase, chaque idée, tout ça vient de toi, tu veux te forcer a tout relier d'un coup, parce que tu as prêvu le moment et le poids ^^ , laisses toi faire, c'est l'esprit qui commande ce n'est pas ton envie de finir.
« Modifié: 30 septembre 2021 à 16:18:26 par frenchwine »

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 764
Re : La panne...
« Réponse #4 le: 30 septembre 2021 à 17:24:42 »

Préparation de plusieurs semaines. Un plan carré.
Mais en commençant l'écriture, je suis parti dans la marge, j'ai débordé du plan. Mais, j'ai écris avec un plaisir immense.

Là, j'en suis à la moitié d'une version 1. Le fil de l'intrigue m'échappe un peu, l'inspiration stagne...
Pour m'obliger à finir, je me suis imposé une deadline (encore deux semaines).

La question est très conne, certes, mais : comment vous faites lorsque vous êtes dans cet état d' incertitude ?


ben c'est génial ce qui t'arrive true
c'est cet état d'incertitude qui fait que c'est jouissif d'écrire
tu étais mal parti (un plan, des préparatifs, toussa)
et heureusement tu as eu un élan et un relâchement suffisamment puissants pour t'affranchir des trucs préconçus.
réjouis toi !
continue!
surprends toi toi même ! c'est la seule bonne raison (en tout cas la meilleure) d'écrire !

et par contre respecte ta deadline !!!!!


bravissimo !!!!! :)

Hors ligne holden5

  • Prophète
  • Messages: 667
    • Les Rêveries d'Holden
Re : La panne...
« Réponse #5 le: 30 septembre 2021 à 17:30:57 »
Super d’avoir vos retours sur la question de true duc, je me sens soudain moins seul ! Pour les textes longs, une planification trop poussée ne me procure en soi aucun plaisir et coupe mon envie d’écrire (comme si à cause d’elle je me privais de toute surprise pendant la rédaction), mais inversement l’absence totale de planification me conduit souvent à des impasses, des contradictions insolubles,  et donc au sentiment d’avoir créé des trucs sympas « pour rien ». L’idéal est sans doute dans l’entre deux que décrit Basic ! Mais ça fait toujours un peu mal de sentir qu’on câle toutes les trois ou quatre pages quand on imagine les grands écrivains déverser l’encre sur le papier de façon ininterrompue pendant plusieurs mois. 😄


Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 764
Re : Re : La panne...
« Réponse #6 le: 30 septembre 2021 à 17:41:32 »
l’absence totale de planification me conduit souvent à des impasses, des contradictions insolubles,

oui c'est sûr que pour que ça marche, l'absence de planification, il faut être très concentré et bien avoir en tête tout ce qu'on a fait jusque là.

quand je suis bien concentré j'y arrive

mais faut être bien concentré, indeed  :)

En ligne Earth son

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 051
    • Ma page perso
Re : La panne...
« Réponse #7 le: 30 septembre 2021 à 17:52:39 »
Hello True Duc,

Du haut de mon expérience de totale improvisation, je vais juste te donner un petit conseil de ce que je ferais dans ce cas.
Tu dis que tu as un plan, donc, a priori, tu sais où tu vas (ce qui n’est jamais mon cas, les idées me viennent au fur et à mesure en écrivant). Dans ce cas, il me semble intéressant de continuer à écrire, même si tu ne trouves pas ça terrible. Au mieux, tu trouveras ça pas si mal, au pire tu feras des coupes dans ce que tu as écrit ou tu recommenceras tout.
Pas le peine de t’arrêter à mon avis
Good luck (je suis en retard dans tes chapitres, il faut que j’aille y faire un tour un de ses quatre  ;))
Ce que tu penses, tu le de­viens. Ce que tu res­sens, tu l’at­tires. Ce que tu ima­gines, tu le crées

Hors ligne True Duc

  • Troubadour
  • Messages: 372
Re : La panne...
« Réponse #8 le: 30 septembre 2021 à 18:46:28 »
@Earth son : je ne vais pas m'arrêter. Oui..enfin... j'avais un plan ;)
@Meilhac : c'est que je découvre, que se faire surprendre en écrivant c'est jouissif. En un quart de siècle de "mettage de mots les uns derrière les autres", je découvre ce procédé. Je cite Paul Auster "l'inconscient c'est le seul matériau" (dans l'idée c'est ça).
@holden5 : c'est pour ça que j'ai posté. Je sais très bien qu'il n'y a pas de réponse type. C'est juste pour me sentir moins seul. On est deux, on est plein...;
@frenchwine : je retiens le "c'est l'esprit qui commande", merci. Fais gaffe à la moquette entre les dents !
@basic : je m'étais questionné également sur la pertinence de mettre un texte "en cours" sur le forum. J'ai hésité. Et puis, je me suis dit que là est le vrai but du forum, l'entraide, pas juste les messages qui gonflent l'égo;) Et je reste dans la continuité depuis les deux années que je fréquente ce forum. Donc, je donne, je reçois et je reçois plus que je ne donne ;). Pour l'instant, j'ai des correcteurs au top qui comprennent mon ton et qui me donnent des avis simple et cash. Donc, pour le moment je dis que c'est positif. A voir pour la suite...
@aponiwa : hey !!! Mais, tu es partout Apo !!! Oui, dans tous les cas, ce que je vis,c'est hyper positif, j'apprends plein de trucs. Aujourd'hui, j'ai essayé de déconnecter, j'ai fait une rando magnifique. J'ai vu des ânes. Ca m'a donné des idées, dont le lieu final de ma nouvelle...mais, je ne voulais pas, je ne voulais pas penser à ce p**** de projet ;) (prochain post : comment passer une journée sans penser à son projet ??)


Merci à tous, j'avais juste besoin de soutien, je me repose une fois de plus sur vous.
Ahhhh, ça va mieux !!!!

« La vie c'est dur, ça fait mal dès qu'ça commence, c'est pour ça qu'on pleure tous à la naissance. »(Elie Yaffa)

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 235
Re : La panne...
« Réponse #9 le: 30 septembre 2021 à 21:42:33 »
Juste pour dire que perso, je poste jamais un texte long pas fini. D'abord, comme ça a été dit, parce que ça me mettrait la pression et ensuite, parce que si on va pas au bout ou si on revient en arrière pour faire des modifs de structure, les pauvres lecteurs/commentateurs se retrouvent avec un truc imbitable et auront bien du mal à aller au bout.
Donc, généralement, je poste tout d'un coup, en plusieurs posts.

Concernant l'aspect plan/pas plan : en général je démarre avec l'idée fondatrice et le plan du début (genre 1/5 du roman), j'enrichis le plan au fur et à mesure de l'écriture (je définis globalement ce qu'il y aura dans les chapitres à suivre) et souvent je finis sans plan. Enfin, ce que je dis, c'est sur une expérience de 5 bouquins de plus de 50k (donc, les "en général", les "souvent"...) finis.
Sur la forme, un "plan", pour moi, c'est 3 ou 4 lignes pour un chapitre de 1500 à 3000 mots, donc ça laisse énormément de latitude lors de l'écriture, et le plan peut bouger pendant l'écriture, c'est pas un carcan.

En plus du plan et du texte, j'ai un fichier "notes" ou je jette des idées sur des trucs à venir, des questions que je dois résoudre, des bouts de scène, des réactions de personnage...

Côté motivation pour finir un projet, avoir ces notes et ce plan me permet de me replonger dans l'écriture si jamais je lâche l'affaire quelques semaines/mois ; mais c'est très chaud de relancer si on s'arrête longtemps, parce qu'on n'est plus dans le flux, l'intention et toutes les idées qu'inconsciemment on avait mais qui étaient pas exprimées.

Bref, on t'envoie des paquets de motivation True Duc !

Hors ligne Feather

  • Prophète
  • Messages: 839
Re : La panne...
« Réponse #10 le: 01 octobre 2021 à 10:33:00 »
Bonjour,

Pour ma part, je n'éprouve jamais d' autosatisfaction. Je me méfie de mes sentiments lorsque j'écris. Je reste calée au projet, cependant malgré la rigidité de la structure, je fonctionne selon une trame inconsciente que j'entretiens imaginairement. C'est à dire, ma concentration est  au service de l'écriture et non pas totalement au service d'une composition consciente.
La thématique est préalablement posée dans mon esprit par une prévisualisation mentale jamais écrite, afin que puisse s'échapper la pensée au travers d'une écriture quasiment automatique.

C'est pour cette raison, que je ne peux me résigner à lâcher l'impulsion première, ça devient une exclusivité, donc je ne reprends jamais un travail en suspens, il est in fine devenu caduque et plus exploitable.

Bref, je ne suis peut-être pas un bon exemple. Malgré ce paraître désinvolte cela demande beaucoup de rigueur et de confiance en soi.
« Modifié: 01 octobre 2021 à 22:46:42 par Feather »
Les larmes sans pleur sont une lanterne.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 18 requêtes.