Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 octobre 2021 à 13:17:37
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » Exercice : Les Heures

Auteur Sujet: Exercice : Les Heures  (Lu 2316 fois)

Hors ligne Nathan Eliot Gomes

  • Plumelette
  • Messages: 10
  • On ne se bat pas dans l'espoir du succès.
Exercice : Les Heures
« le: 11 mai 2021 à 17:41:49 »
Bonjour à toustes,

J'ai eu l'idée d'un exercice très précis à faire pour s'entraîner avec contrainte. Contraintes de mots pour mieux renouveler son vocabulaire, contrainte de taille pour réussir à réduire ses déblatérations,  contrainte de conclusion pour pouvoir s'en tenir à une ligne directrice, contrainte de thème avec quelque chose de répétitif et honnêtement un peu chiant pour pouvoir renouveler ses angles d'attaques.

Voici donc les consignes :

  • Écrire sur chaque heure de la journée
  • Dans l'ordre, 1 heure par paragraphe
  • 3 à 10 lignes par paragraphe
  • Sans utiliser de chiffre, pas une seule fois
  • Le mot « heure » peut être utilisé 5 fois maximum
  • La conclusion est écrite avant le reste, les règles précédentes ne s'appliquent pas.
  • Un mot ou groupe de mots imposé par paragraphe :
    • Un
    • De
    • Roi
    • Âtre
    • Saint
    • Si
    • Cette
    • Luit
    • Nœud
    • Dit
    • On se
    • Douce
    • Très + « se », « ce » ou « ze »
    • Quart d'or
    • Qu'un
    • Ses
    • Il sait
    • Dis-lui
    • Si neuf
    • Vin
    • Venté / Éventé
    • Vain et vieux
    • Hantera
    • Rose rose

Je vous mets ci-après ma version de l'exercice, vos retours m'intéressent (que ce soit sur l'exercice en lui-même ou sur son exécution). J'ai hâte de lire aussi la manière dont vous ferez l'exercice, et si vous comptez le faire, je vous conseille de ne pas forcément lire la suite, car la manière dont vous comprenez les règles peut être assez intéressante. En bref, si vous vous éloignez des consignes involontairement, c'est intéressant aussi.

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
« Modifié: 06 juin 2021 à 03:38:06 par Nathan Eliot Gomes »
Que dites-vous ? C'est inutile ? Je le sais.
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès,
Non... Non ! C'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

(Cyrano de Bergerac, par Edmond Rostand)

Hors ligne Edamame

  • Calligraphe
  • Messages: 115
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #1 le: 13 mai 2021 à 20:57:04 »
Bonjour Nathan,

comme convenu, je suis venue voir tes textes, et voilà que je me rends compte que tu proposes tout à fait mon genre d'exercice ! Enfin, le genre d'exercice que je m'impose quand j'ai envie de me prendre la tête avec moi-même plutôt ^^

De manière générale, je trouve très sympathique la recherche lexicale sur les numéros, à la fois amusante et  inspirante. J'apprécie beaucoup le défi, très intéressant, assez florissant même, et je vais le relever avec plaisir (mais pas forcément facilité !) dès que j'aurai terminé de m'arracher les cheveux avec ma nouvelle actuelle. Vu ma capacité à procrastiner plutôt qu'à rédiger, je ne peux t'affirmer m'y atteler dans les jours qui suivent, mais promis, je reviendrai poser ma propre pierre à ce joli édifice.

Du coup, je vais suivre ton conseil et ne pas lire ton texte immédiatement, préférant faire ma propre interprétation des consignes plutôt que m'inspirer impunément de ce que tu proposes. Dès la rédaction finie, en revanche, je t'offrirai avec plaisir mon avis sur ta création.

A très bientôt !  :)
Eda

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #2 le: 14 mai 2021 à 03:24:40 »
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Nathan Eliot Gomes

  • Plumelette
  • Messages: 10
  • On ne se bat pas dans l'espoir du succès.
Re : Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #3 le: 14 mai 2021 à 08:54:39 »
Bonjour Nathan,

comme convenu, je suis venue voir tes textes, et voilà que je me rends compte que tu proposes tout à fait mon genre d'exercice ! Enfin, le genre d'exercice que je m'impose quand j'ai envie de me prendre la tête avec moi-même plutôt ^^

De manière générale, je trouve très sympathique la recherche lexicale sur les numéros, à la fois amusante et  inspirante. J'apprécie beaucoup le défi, très intéressant, assez florissant même, et je vais le relever avec plaisir (mais pas forcément facilité !) dès que j'aurai terminé de m'arracher les cheveux avec ma nouvelle actuelle. Vu ma capacité à procrastiner plutôt qu'à rédiger, je ne peux t'affirmer m'y atteler dans les jours qui suivent, mais promis, je reviendrai poser ma propre pierre à ce joli édifice.

Du coup, je vais suivre ton conseil et ne pas lire ton texte immédiatement, préférant faire ma propre interprétation des consignes plutôt que m'inspirer impunément de ce que tu proposes. Dès la rédaction finie, en revanche, je t'offrirai avec plaisir mon avis sur ta création.

A très bientôt !  :)
Eda

Salut Eda !

Très content que tu sois venue lire ça, et que l'exercice t'intrigue ! En effet c'est assez prise de tête - j'ai mis 4 nuits à le finir, alors que de base j'avais certains paragraphes assez clairement en tête. Le plus dur restant de ne pas trop devenir linéaire et de parler des heures sans jamais les évoquer frontalement - d'où l'interdiction d'utiliser des chiffres. Prend ton temps pour t'y mettre, hâte de voir avec quelle précision la pierre que tu rajouteras à cet édifice sera ciselée ! Bon courage avec la fin de ta nouvelle actuelle, au plaisir de la lire !  ;D

à très bientôt donc,
Nathan

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


@Dot Quote Très intéressant ce que t'as fais là ! Y a un côté Prévert mais ça me rappelle aussi certains textes de rap des 4-5 dernières années. Bon toutes les consignes sont pas respectées - en fait la majorité, vu le nombre de numéros que tu utilises et l'absence des mots imposés - mais c'est pas ce qui est important ici, si ça a pu t'inspirer c'est tout bénef.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


En tout cas merci beaucoup de t'y être attelé, j'aime beaucoup ce que t'as pu faire de cet exercice !
Que dites-vous ? C'est inutile ? Je le sais.
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès,
Non... Non ! C'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

(Cyrano de Bergerac, par Edmond Rostand)

Hors ligne BartK

  • Calligraphe
  • Messages: 107
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #4 le: 22 mai 2021 à 21:49:53 »
Bonjour,
je me suis pris au jeu parce que je le trouvais intéressant.
Il s'est avéré plus difficile que prévu.
Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris notamment cette histoire de conclusion avant le reste et ce "rose rose", j'ai fait de mon mieux et ai choisi de mettre les mots/groupes de mots en tête des paragraphes.
Merci pour l'exercice.  >:D

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


 
« Modifié: 26 juin 2021 à 20:29:04 par BartK »
La réforme, oui ! Les pissenlits, non !

Hors ligne Nathan Eliot Gomes

  • Plumelette
  • Messages: 10
  • On ne se bat pas dans l'espoir du succès.
Re : Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #5 le: 25 mai 2021 à 16:06:52 »
Bonjour,
je me suis pris au jeu parce que je le trouvais intéressant.
Il s'est avéré plus difficile que prévu.
Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris notamment cette histoire de conclusion avant le reste et ce "rose rose", j'ai fait de mon mieux et ai choisi de mettre les mots/groupes de mots en tête des paragraphes.
Merci pour l'exercice.  >:D

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



Bonjour !
Désolé du retard dans la réponse, et merci d'avoir tenté l'expérience ! En effet ce n'est pas un exercice très facile ^^
Pour l'histoire de la conclusion, ce n'est pas quelque chose que l'on peut retrouver dans la version finale, c'est plus une question de méthodologie. Lorsque tu fais ton brouillon ou que tu commences à te pencher sur l'exercice, je trouve ça intéressant de commencer par la fin, d'écrire d'abord la conclusion - qu'on replacera à sa place à la fin - avant le reste, pour voir comment ça va nous y amener.
Pour le rose rose, je conçois que ça ne soit pas évident X) Comme on parle de rose rouge, ou de rose blanche, j'y vois une rose rose - le nom et l'adjectif dans l'ordre que l'on souhaite - la fleur de la couleur de son nom, comme une violette violette, ou un bleuet bleu. Cela sonne faux car c'est que l'on attend d'une rose qu'elle soit en effet rose, mais c'est cet attendu et ce décalage qui m'ont intéressés personnellement - en plus bien sûr d'avoir la possibilité, si l'on s'y prend bien, d'avoir non pas un "zéro", mais deux ! "Douce roses roses" --> "Zero Zero (ze)" par exemple.

Je trouve ton itération de l'exercice excellente. La consigne supplémentaire que tu t'es ajouté volontairement, d'utiliser les mots requis en début de paragraphe ont des avantages et inconvénients clairs. D'un côté ça permet de trouver son point de départ à chaque fois facilement, et d'un peu s'en débarrasser, pour être plus libre sur le reste de chaque heure. ça donne aussi plus d'importance à ces mots et donc à leur sonorité cachée, je trouve ça très bien vu ! De l'autre côté, certains mots sont clairement pas fait pour commencer une phrase, mais là tu as réussi à en retourner la forme et le sens pour que ça ne choque pas trop, donc c'est plus dur, mais très très intéressant et tu t'en sors avec brio !

Pour ce qui est du contenu du texte en lui-même, je ne compte les formulations qui me ravissent au plus haut point. Tu te renouvelles magistralement, sans jamais oublier une poésie indicible. Et pourtant, quelle violence, tout le temps. On a un parti pris de ne faire qu'une journée, heure après heure, qui est je pense le plus évident - même si ce n'est pas ce que moi j'ai fais. Mais cette journée est un combat, dans un monde qui n'a pas l'air facile, mais sans nous être pesant, qui est le quotidien bourru d'un métier compliqué mais qui paraît ici en quelque sorte héroïque. Apocalypse Now, entre les héros Illiens et la folie des hommes, entre la cruauté du monde et l'inexorable avance du temps. Un grain de sable est un grain de sable, à la guerre comme à la guerre.
Et puis les gens. Hauts en couleurs, faciles à se représenter dans une certaine complexité en quelques lignes seulement. Et puis les mots. Une précision de vocabulaire, des détails partout. Un monde tangible. Qui se fini, à minuit, dans un cimetière. Toutes les heures ne sont pas remarquables, c'est normal, mais toutes ont leur intérêt. Enfin bref, je suis fan de ton texte, merci beaucoup de l'avoir mis ici. Petite mention pour le "Très « Ze ravi of ze crèche »" qui est d'une originalité folle.
« Modifié: 25 mai 2021 à 16:31:00 par Nathan Eliot Gomes »
Que dites-vous ? C'est inutile ? Je le sais.
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès,
Non... Non ! C'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

(Cyrano de Bergerac, par Edmond Rostand)

Hors ligne BartK

  • Calligraphe
  • Messages: 107
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #6 le: 26 mai 2021 à 19:56:28 »
Salut Nathan
et merci pour les explications.
Pour la conclusion, je fonctionne souvent comme toi, surtout en poésie ; souvent mon point de départ est le derniers vers, la couronne :roidumonde:
Par contre, sur ce texte, je ne suis pas parti d'elle.
Je n'étais pas sûr d'avoir compris la place où elle devait se trouver et donc je l'ai laissée à sa place.
Les trois derniers mots que j'ai séparés (qui pourraient être le titre)  ;) renvoient au début du texte comme une boucle, une fatalité dont on ne pourrait se sortir.

Par contre pour "rose rose", j'avoue que je n'avais pas fait le rapprochement avec le zéro.
Je m'en veux !

J'ai choisi d'égrener les heures d'un même jour par facilité, certes, car j'estime qu'autant on peut facilement différencier, par exemple, midi de 18 heures, c'est plus compliqué pour trois heures et quatre heures du matin quand ce n'est pas dans une suite.

J'ai pris plaisir à l'écrire (je salue l'originalité de l'exercice), tu as pris plaisir à le lire ; que demander de plus ?

Je repasserai commenter ton texte et celui de Dot.
Ça prend un peu de temps, surtout sur un exercice avec autant de contraintes.
A+
La réforme, oui ! Les pissenlits, non !

Hors ligne Nathan Eliot Gomes

  • Plumelette
  • Messages: 10
  • On ne se bat pas dans l'espoir du succès.
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #7 le: 29 mai 2021 à 00:56:25 »
Salut !

Aucun soucis, mes consignes n'étaient peut-être pas assez claires.
Je me demande si je devrais les clarifier ou les laisser ainsi, ce flou peut être intéressant d'une certaine manière.

J'ai beau venir de la poésie aussi, j'ai plutôt tendance à commencer par un vers de départ, ou le plus souvent un couple de vers qui me viennent naturellement et dont la suite découle, des vers qui me servent comme d'un élan. Alors que pour mes proses, et en particulier mes textes les plus scénarisés et fictionnels, je pars souvent d'une scène, d'une situation précise que j'imagine clairement et pour laquelle les mots à employer m'apparaissent clairement, et je construit l'histoire de manière à amener à cette situation - enfin dans le premier jet, du moins. Comme je vois ma version de l'exercice comme de la poésie en prose, commencer par la fin m'étais cette fois assez particulier.

Il n'y a aucun problème à avoir fonctionner autrement, surtout si tu es déjà habitué à prendre la fin comme point de départ.
La laisser sur sa fin (oups, moi et mes jeux de mots) était le bon choix, je penses.

Très intéressant de faire ça ! J'aime beaucoup l'idée, et ça ferait en effet un joli titre ! Cette fatalité et ces boucles je penses qu'elles seront au centre de la plupart des textes autour de cet exo - après tout, discourir des heures n'est-il pas par essence faire une vanité ?

Pas de quoi s'en vouloir pour le "rose rose", les références au nombres et jeux de mots sont volontairement abscons pour éviter qu'ils prennent le pas sur le reste.

Tout cela dépend des gens. Pour moi qui ai déjà vécu sur tous les rythmes de vie qu'un humain peut connaître, me suis couché à toutes les heures, et endormi à chacune, je ressens dans l'air mais aussi dans la vie des autres par rapport à la miennes de réelles différences selon les heures. Pas forcément significatives, mais elles sont bien là. Etant moins familier avec le matin, il m'a été plus aisé de faire 2, 3, 4 ou 5 heures, que 9, 10 ou 11, et dans ces cas j'ai pu me raccrocher à mes souvenirs de lycée ou aux codes sociétaux. Cette dernière option qui m'apparaissait comme une sorte de tricherie, ou je ne parles pas de l'heure en elle-même mais de la tradition qui y est associée uniquement, je ne l'ai utiliser que pour faire le lien entre 16h et le fameux quatre heure, le bon goûter chocolaté.
Ce qui ne signifie pas qu'il y a une bonne ou une mauvaise solution, cela s'entend.

Rien a demander de plus, alors ! (et merci ;) )

Au plaisir d'avoir ton commentaire, alors.
En effet c'est assez long de participer sur les forums, mais ça vaut le coup.
A+, donc
Que dites-vous ? C'est inutile ? Je le sais.
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès,
Non... Non ! C'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

(Cyrano de Bergerac, par Edmond Rostand)

Hors ligne BartK

  • Calligraphe
  • Messages: 107
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #8 le: 05 juin 2021 à 21:10:26 »
1 :" Quand bien même, l'ordre n'est pas forcément juste. C'est une froide flamme qui entame la combustion du temps." : j'aime bien et suis assez d'accord mais j'aurais préféré : flamme froide.
L'idée de commencer par le phénix est une bonne idée.
2 : "Elle ne s'était en jamais réellement arrêté" : y a pas un en en trop ?
"On ne peut plus que constater d’inéluctabilité du mouvement." : l'inéluctabilité ?
"Quand quelqu'un applaudit seul, il est ridicule ou sarcastique tant qu'il n'est pas secondé." : Les gens heureux ne sont pas forcément animés de mauvaises intentions ni forcément des idiots bêtes ! (Je plaisante)
On comprend que l'on a affaire à un écrivain.
3 : Bien vu le rapport avec la trinité, bien qu'il y a certainement un côté mystique qui m'échappe.
Le message passera.
4 : Celui-ci est assez complexe. L'auteur fait confiance à la lune pour réanimer le soleil mais, rien ne presse.
Ça m'a fait penser à "Sister Moon" de Sting.
5 : Là, j'ai pensé à Dutronc mais ça reste une belle image.
"Côté du sablier" me « dérange » un peu ; peut-être niveau.
6 : "En été pointent sur les routes de campagne des rayons de Soleil qui caressent douloureusement ma rétine, offrant un carmin béni à qui le contemple et signifiant du même coup la fin d'une parenthèse. En hiver se déplacent entre les buildings des ombres plus noires que la houille, menaçantes comme un point final inoffensives comme Prométhée."
Très joli !
7 : les temps changent.
8 : Bob le coq ?
9 : Aujourd'hui l'homme a des poignets décharnés car les montres sont extrêmement légères ; autrefois l'homme avait des poignets comme des sacs de ciment car il se trimbalait un cadran solaire en pierre d'au moins 50 kg dans le meilleur des cas.
10 : Dix c'est, un, zéro (je me prends pour JCVD)
11 : On dirait un marathon, gaffe à la fringale.
12 : Un feat (featuring) c'est un guest, j'imagine. Nous avons une heure ou deux d'avance sur lui, c'est vrai.
13 : 13 heure, c'est une heure mais ce n'est pas une heure comme les autres (ça me reprend, au secours!)
14 : Habile le quart d'or séparé d'un point virgule.  ;)
15 : Je suis assez d'accord ; de 14 à 15 et surtout de 15 à 16 c'est infernal ; on dirait que ça n'avance plus. ( Hormis, peut-être le dimanche 17 août 1969 à woodstock avec Joe Cocker and The Grease Band !Je veux bien le croire mais je n'y étais pas et  pourtant j'étais né depuis bientôt trois ans.)
16 : J'ai rien compris ! Je connais pas une seule marque ! Y a pas d'alcool ? (Je plaisante)
17 : le soleil est comme un cabot qui n'en finit pas de faire ses adieux. Pourtant, c'est peut-être mon heure préférée : "Parfois, son jaune tend vers le rouge, parfois, il fait simplement gris. Mais quelque chose dans l'air annonce la lente et attendue approche de la nuit." C'est tout à fait ça.
18 : L'eau c' est la mère
19 : Oui, la nouveauté n'a qu'un temps, comme la jeunesse. Par contre, la mort n'a pas d'âge.
20 : Là, ça me parle, bien que ce soit compliqué : il ne suffit pas d'avoir l'alcool festif pour que d'autres ne l'aient pas mauvais...
21 : Ha, le plaisir des yeux, c'est un plaisir tellement gratuit et tellement immédiat qu'on lui fait trop confiance.
22 : On n'a plus besoin des flics, on se censure nous même... du moins pour la parole … Pour les gestes, j'ai des doutes, ça risque d'être plus compliqué. C'est pour ça qu'était faite la liberté d'expression, au départ, pour que les gens parlent plutôt qu'ils ne frappent. Mais bon, je n'ai rien contre retenter l'expérience.
23 et 24 : j'ai bien aimé les locutions latines : Tempus Furgit, Memento Mori, Memento Vivere.
Je ne sais pas si je les aurais mises dans cet ordre, peu importe, ça ne change rien au problème.
Au final, je pense que tu as voulu retranscrire la vie d'un homme en 24 heures et c'est plutôt réussi.
Nos textes sont très différents mais ont beaucoup de points communs inhérents et fermes.   
La réforme, oui ! Les pissenlits, non !

Hors ligne Nathan Eliot Gomes

  • Plumelette
  • Messages: 10
  • On ne se bat pas dans l'espoir du succès.
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #9 le: 06 juin 2021 à 04:07:09 »
Salut ! Merci beaucoup du retour ! Je vais essayer de reprendre certains points pour m'expliquer un peu et réagir à d'autres ^^

1 :  j'aurais préféré : flamme froide :Les mots me sont venus dans ce sens là, mais en effet ça alourdit peut-être le style. Je l'aime bien, ça me semble bizarrement plus juste dans cet ordre là, même si injustifiable. Sans doute parce que je viens de la poésie et que ce genre de formulation est utilisée pour forcer le rythme.
L'idée de commencer par le phénix est une bonne idée. : Merci beaucoup ! J'ai utilisé au maximum le thème du feu, et comme je suis fan de mythologies j'ai pas pu m'empêcher à glisser mes petites références de-ci de-là. Commencer par le phénix m'est évident, puisqu'il est autant la mort que la vie, il fait un excellent repère pour une histoire sans fin.
2 : y a pas un en en trop ? : En effet ! C'est une coquille, reliquat d'un "en réalité" avorté !
l'inéluctabilité ? : qui a un caractère inéluctable, que l'on ne peut pas changer. Le temps est un mouvement que l'on ne peut ni stopper ni inverser. Tout au mieux ralentir à l'extrême en s'approchant d'un astre massif. Mais jamais le temps, tant qu'il y a de l'espace, ne peut faillir.
Les gens heureux ne sont pas forcément animés de mauvaises intentions ni forcément des idiots bêtes ! (Je plaisante) Evidemment X) Mais quelqu'un qui fait une action que l'on fait à plusieurs mais seul, c'est un spectacle souvent douloureux ! Je béni souvent en silence la seconde personne à applaudir !
On comprend que l'on a affaire à un écrivain. Il n'y a pas à proprement parler un personnage, enfin si : le rôle que joue devant ma feuille. Le personnage n'est qu'une version déformée de moi ici. Et le rapport au temps - que ce soit au sens général ou à chaque heure individuellement - est frontalement miens aussi, sans détour. Une preuve, encore, de mon malheureux égocentrisme.
3 :  il y a certainement un côté mystique qui m'échappe : Le nombre trois en lui-même ne paraît pas lui-même mystique ? 3 heure me paraît mystique, c'est aussi simple que ça. Si tu as eu l'impression que quelque chose t'échappes, c'est que j'ai bien fait mon taf, car à moi aussi il m'échappe et c'est ce sentiment que je souhaitais transmettre ici :D
Merci d'avoir corrigé mes fautes d'ailleurs !
4 : Je ne connais que quelques succès de Sting, mais je vais écouter Sister Moon de suite !
5 : Comparé à Sting, et maintenant à Dutronc ! J'en suis honoré.
"Côté du sablier" me « dérange » un peu ; peut-être niveau. : En effet, j'ai mis cette expression en dépit d'en trouver une plus adaptée. Il semblerait, après recherches, que "bulbe" soit le terme adapté, mais je trouve que ta proposition pour "niveau" est bien plus compréhensible. Je vais laisser "côté" ici, mais trouver une autre formulation incluant "niveau" dans mon dossier OpenOffice
6 : Merci ! Je suis rarement fier de mes écrits, mais ce paragraphe est presque à lui seul la raison pour laquelle j'ai soumis ce texte ! Autre la curiosité de voir ce que les gens feraient avec cet exercice.
7 : les temps changent. : Je suis curieux de savoir d'où viens cette remarque ? Ne serait-ce pas, dans le cadre du paragraphe, seulement les gens qui changent et remplacent un souvenir par un autre ?
8 : Bob le coq ? : Ahhhh c'est comme ça que ça peut être compris, j'aime beaucoup ! En réalité, c'est beaucoup plus stupide, et un peu malicieux. Bob est un nom de code, car Bob est une heure, une minute dont je taisais le nom : 8:08, qui s'étend à toute l'heure de 8h. Non pas que j'ai eu l'envie que ça soit quelque chose de spontanément compris, au contraire. Personnaliser une heure a quelque chose d'intriguant et je ne voulais pas trop en dévoiler sur la vraie nature de ce bon vieux Bob.
9 : Aujourd'hui l'homme a des poignets décharnés car les montres sont extrêmement légères ; autrefois l'homme avait des poignets comme des sacs de ciment car il se trimbalait un cadran solaire en pierre d'au moins 50 kg dans le meilleur des cas. : J'aime beaucoup ce parallèle ! En réalité, je n'ai utilisé le mot "décharné" que pour rappeler les cadavres et ajouter encore un élément à ma Vanité.
10 : (JCVD est un grand incompris  :D Tu t'approches de son génie !)
11 : On dirait un marathon, gaffe à la fringale. : C'est parce que j'ai galéré pour les heures du matin oups :/ La vérité que ce sont celles durant lesquelles je dors, le plus souvent, alors si je pouvais au départ me rattraper sur mes souvenirs, à la fin mon seul repère était le déjeuner (ou dans mon cas le plus souvent un petit-déjeuner) qui arrive. Alors oui, on dirait une longue attente de 3-4 heures pour se remplir la panse.
12 : Un feat (featuring) c'est un guest, j'imagine. : C'est cela même ! Pourquoi se limiter à une seule langue quand j'en maîtrise plusieurs ! Et encore je me retiens pour des questions de compréhensions. Mais parfois, le bon mot n'est pas en français.
13 : (Le retour de Van Damme !)
14 : Habile le quart d'or séparé d'un point virgule.  ;) Merci ! Je cherchais un moyen de m'en débarrasser avec honneur, je trouve que c'est le plus compliqué des mots imposés ! Comme je me suis maudit de l'avoir mis !
15 : ( Hormis, peut-être le dimanche 17 août 1969 à woodstock avec Joe Cocker and The Grease Band !Je veux bien le croire mais je n'y étais pas et  pourtant j'étais né depuis bientôt trois ans.) C'est bien le concert où il reprend les Beatles ? "With a little help from my friends" si je ne me trompes pas sur le nom ? Exception notable en effet, que même avec les plus grands efforts je n'aurais pas pu voir, à moins de naître un peu plus de 31 ans plus tôt ! Âgé de 3 ans, tu aurais pu faire un effort :P (je plaisante, bien sûr) )
16 : C'est mon paragraphe défausse, je voulais m'éloigner au plus des conventions sociales, mais que dire hormis raconter mes nombreuses madeleines de Proust du 4h? Mais bien sûr, dans ma Bretagne chérie, il n'est pas rare d'y trouver quelques gorgées fermentées... à partir de 17h !
17 : le soleil est comme un cabot qui n'en finit pas de faire ses adieux. Pourtant, c'est peut-être mon heure préférée Je peux bien le comprendre ^^
Si ma formulation a pu trouver une résonnance particulière, c'est parfait !
18 : L'eau c'est la mère : La mère, vraiment ? Plutôt, j'y verrai un.e amant.e que l'on retrouverait régulièrement pour se revigorer. Ce n'est pas l'eau qui en elle même qui donne la vie, en revanche c'est elle qui la maintient, est capable de la régénérer, de nous détendre et nous faire sentir vivant à nouveau.
19 : Oui, la nouveauté n'a qu'un temps, comme la jeunesse. Par contre, la mort n'a pas d'âge. C'est une vision bien négative de mon paragraphe. Si cela est vrai, d'un autre côté, il y a tellement de choses à découvrir partout, tout le temps autour de nous si on se donne la peine d'être curieux et de garder ses yeux d'enfants. La nouveauté n'a qu'un temps, certes, mais n'oublions pas que tant que l'on continue à découvrir la vie, tout est toujours nouveau pour quelqu'un. Et si l'on continue à s'émerveiller, est-ce que la jeunesse ne pourrait-il pas durer toute une vie ?
20 : l ne suffit pas d'avoir l'alcool festif pour que d'autres ne l'aient pas mauvais... : En Bretagne, l'alcool mauvais est aussi à fêter ! Mais oui, bien sûr, ce n'est pas simple. J'ai personnellement l'alcool calme, donc je le comprend facilement. Mais de loin, une fête paraît souvent joyeuse, n'est-ce pas ?
21 : Ha, le plaisir des yeux, c'est un plaisir tellement gratuit et tellement immédiat qu'on lui fait trop confiance. : C'est tout à fait vrai. Mais, même trompeur, n'en est-il pas toujours aussi puissant ?
22 : On n'a plus besoin des flics, on se censure nous même... du moins pour la parole … Pour les gestes, j'ai des doutes, ça risque d'être plus compliqué. C'est pour ça qu'était faite la liberté d'expression, au départ, pour que les gens parlent plutôt qu'ils ne frappent. Mais bon, je n'ai rien contre retenter l'expérience. Je comprend, mais je n'en suis pas foncièrement convaincu. Je suis surtout impressionné par le talent de certains auteurs - Kawabata Yasunari et Osamu Dazai en tête - à écrire des choses horribles avec une délicatesse incroyable et une douce sincérité. Je me censure sans doute inconsciemment, et je ne penses pas que l'on puisse y faire quelque chose, mais j'ai l'impression d'avoir le plus grand luxe : pouvoir parler de ce que je veux, oui, mais surtout pouvoir en parler comme je veux. C'est ça le point fort de la liberté d'expression, et son réel intérêt. On peut parler de tout, mais comment on en parle a un réel poids car il est issu d'un choix. C'est pour ça que les haines verbales ne sont pas tolérables, car on peut parler de la même chose avec d'autres mots. Car il ne faut pas oublier que les mots sont une arme aiguisée. Des autres je crains moins les poings que les phrases. C'est un débat qui doit être nuancé.

j'ai bien aimé les locutions latines : Tempus Furgit, Memento Mori, Memento Vivere.
Je ne sais pas si je les aurais mises dans cet ordre, peu importe, ça ne change rien au problème.
: Quel ordre t'irais mieux ? Pour moi : - Le temps avance, alors rappelles-toi que tu vas mourir, et une fois que tu l'auras accepté tu pourras te rappeler le vivre. C'est l'idée, en tout cas. Mais je suis curieux de ce que t'en penses !


Au final, je pense que tu as voulu retranscrire la vie d'un homme en 24 heures : En réalité c'est pas exactement ça. En effet, il y a un lien entre la vie en général, et le déroulement d'une journée. Je l'ai développé autour de la vanité (d'où les sabliers, les horloges, les références aux cadavres ou aux plaisirs) et du rapport au feu et à la chaleur, et donc à la combustion (Notre vie est semblable à la lampe enfumée, Jean-Baptiste Chassignet, un de mes poèmes préféré est une inspiration). Mais c'est pas retranscrire la vie d'un homme en 24 selon un cheminement défini, c'est plutôt... disons mettre en parallèle les heures entre elles, l'impossibilité de voir le temps faire autre chose qu'avancer, et donc qu'une vie ou une journée cela à la même valeur. Ce n'est pas la retranscription d'une vie, c'est un constat sur la petitesse des vies en général, et en particulier de la mienne parce que vous reprendrez bien un petit peu de vanité au dessert ? X) Apprendre à profiter de chaque heures, qui si elles se valent toutes sont aussi toutes profondément différentes, c'est de s'affranchir des constructions sociales qui rythmes autant nos journées que nos vies à un niveau, macroscopique, c'est enfin d'associer des sentiments, des sensations, des souvenirs et des réflexions à nos heures comme à chacune de nos étapes de la vie. Je sais pas si j'arrive bien à exprimer la différence... Je n'ai pas voulu raconter une histoire, peut-être que c'est encore une fois mes influences de la poésie qui jouent. Ce n'est pas la vie d'un homme en 24h, ce sont 24h qui chaque jour imitent la vie humaine, en essayant d'adopter un point de vue plus global. J'ai cependant, à mon sens, échoué à le rendre universel - et quelque part, c'est bien normal.

Nos textes sont très différents mais ont beaucoup de points communs inhérents et fermes. Avec un sujet pareil, c'est logique. L'avancée du temps par exemple revient pas mal. Mais je suis ravi de voir en effet que nos textes soient si différents, et de voir les opportunité avec un tel sujet.
« Modifié: 06 juin 2021 à 04:54:01 par Nathan Eliot Gomes »
Que dites-vous ? C'est inutile ? Je le sais.
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès,
Non... Non ! C'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

(Cyrano de Bergerac, par Edmond Rostand)

Hors ligne Edamame

  • Calligraphe
  • Messages: 115
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #10 le: 13 juin 2021 à 18:27:26 »
Salut Nathan,

Ohlala, tellement de retard ! Finalement, j'ai pris le temps de jouer le jeu et... Bon, comme nombre de mes textes, il m'a menée à des années lumière de là où je voulais aller, et je ne sais pas vraiment si j'ai bien suivi la thématique ni ce qu'il vaut.... Bref, c'était amusant et instructif donc, même si je suis insatisfaite de mon travail, je suis heureuse d'avoir participé ! Merci pour l'idée ! :D

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Je te lirai demain, et les autres les jours suivants !
Merci encore pour cette proposition fort sympathique et à très vite ! ^^

Eda
« Modifié: 13 juin 2021 à 18:29:36 par Edamame »

Hors ligne Edamame

  • Calligraphe
  • Messages: 115
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #11 le: 14 juin 2021 à 18:40:17 »
Bonjour Nathan,

voici enfin un retour sur ton texte ! :)

Mes impressions au fur et à mesure de la lecture tout d'abord :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


De manière générale, ton texte a bien répondu a l'exercice. J'ai été étonnée de trouver un épilogue, était-ce dans les consignes ?
Je me suis laissée porter par ton style poétique, tes phrases longues, imagées, et par le courant rêveur et réflexif de ton personnage (encore une fois : alter-ego ?). Ta plus grande force a été pour moi la toile d'images et de sensations que tu as tissée, mettant ainsi en exergue de nombreuses sensations, infimes impressions indéfinissables, qui m'assaillent au cours de la journée. C'était très agréable et certaines images vont me coller à l'esprit un certain temps. C'est le genre d'impression que j'apprécie particulièrement en littérature, comme si un lien se créait entre le texte et le lecteur.

On vogue entre sensations évanescentes, plus générales aussi, sur un moment de la journée, et éléments précis et bien ancrés. Le quotidien dans toute sa splendeur : de sa simplicité (ben oui, quelle question est plus fondamentale que : qu'est-ce qu'on mange ? ici, il s'agirait plutôt de quand est-ce qu'on mange ?) à ses réflexions les plus poussées...
Mon commentaire, comme souvent, finit par être brouillon et mêler mes propres rêveries à celle du texte, mais au final je veux simplement te dire que j'ai vraiment aimé ton texte. Je l'ai trouvé très parlant, très humain surtout. Et très élégant.

Merci beaucoup et à très bientôt !

Eda.

Hors ligne BartK

  • Calligraphe
  • Messages: 107
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #12 le: 20 juin 2021 à 22:21:28 »
Bonsoir Edamame,
tout d'abord, malgré quelques petits arrangements amusants (luit/lui et un autre que je n'ai plus en tête) et la présence de quelques chiffres (qui pourraient facilement être supprimés) j'ai trouvé l'exercice particulièrement réussi.
De très belles formules, dès le départ, comme : Aujourd’hui, les rêves seront gris comme un chat dans la nuit.
ou : Persuadée d’être seule, elle ne perçoit pas mon regard caché dans la nuit, ne sais pas que je lui ai volé cette petite partie d’elle avant de l’ingurgiter. Le temps d’une heure, sa vie est mon aventure. (ne saiT pas)
"ça règlera le problème." (rÉglera)
et ce tout le long du texte.
C'est un fenêtre sur cour qui commence en noir et gris et finit en technicolor mais ce n'est pas du cinéma ; c'est un peintre à sa fenêtre, un Chagall (y a beaucoup de points communs) sans moustaches ou pistaches ; c'est très poétique sans l'être : un jour peut tout changer (il n'y a pas d'espoir dans ce fait là car ça peut être en mieux ou en pire)
Bref, j'ai beaucoup aimé.
« Modifié: 26 juin 2021 à 20:32:37 par BartK »
La réforme, oui ! Les pissenlits, non !

Hors ligne Edamame

  • Calligraphe
  • Messages: 115
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #13 le: 24 juin 2021 à 18:51:57 »
Bonjour BartK !

Déjà, pardon pour le retard dans ma réponse et ma lecture... Pour rester dans le thème, je dirai que j'ai manqué de temps ^^

Sinon, je suis ravie que mon texte t'ait plu, et je peux t'assurer que ta réponse ma fait très plaisir ! Pour l'utilisation des chiffres, c'était vraiment malgré moi, je dois l'avouer. Il me semble que j'appartiens encore trop à mon écriture, et non l'inverse. ^^

Citer
C'est un fenêtre sur cour qui commence en noir et gris et finit en technicolor mais ce n'est pas du cinéma ; c'est un peintre à sa fenêtre, un Chagall (y a beaucoup de points communs) sans moustaches ou pistaches ; c'est très poétique sans l'être : un jour peut tout changer (il n'y a pas d'espoir dans ce fait là car ça peut être en mieux ou en pire)
Outre le bonheur de retrouver dans tes références des oeuvres/artistes que j'apprécie grandement, tant la beauté de la phrase que la justesse de son affirmation finale m'ont marquée. Merci.

Ce qui me mène à mon propre retour sur ton texte. Je l'ai lu plusieurs fois, n'ai jamais eu le temps nécessaire pour le commenter, donc ma lecture sera plutôt une redécouverte. Ca n'enlève rien à sa qualité.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


A bientôt !
Eda

Hors ligne BartK

  • Calligraphe
  • Messages: 107
Re : Exercice : Les Heures
« Réponse #14 le: 26 juin 2021 à 20:20:31 »
Bonjour Eda
et merci beaucoup pour la lecture, les impressions et corrections. N'hésite pas, je ne vais pas me vexer, au contraire. J'essaie de rendre une copie à peu près correcte (sur le plan de l'orthographe) mais j'en oublie.
"Vulgaire et sensible", ça doit être parce que je suis du signe de la balance...et encore, quand j'écris, je fais attention... parce que dans la réalité, je te dis pas ; il est vrai, aussi, que je ne fréquente pas que des poëtes, loin s'en faut.  :D
Bref, on en vient à ce qui, je crois, réunit nos deux textes : des personnages qui ont du mal à se dépatouiller de cette vie et/ou du temps, de leur apparence et de leur fond qui ne vont pas ensemble, de leur impuissance et de leur force, ils voguent comme des fauves blessés sur des eaux qui dorment...
La réforme, oui ! Les pissenlits, non !

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.032 secondes avec 17 requêtes.