Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 octobre 2021 à 13:53:36
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » Crowddisserting - dissert' participative philo

Auteur Sujet: Crowddisserting - dissert' participative philo  (Lu 9352 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 476
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #15 le: 03 janvier 2019 à 18:19:27 »
Alors, mon cher Meilhac, j'ai trouvé ton introduction sur le bonheur un peu courte, j'espérais que tu me guides, que tu m'orientes... !!

Pour trouver le bonheur, faut-il le chercher ?

 :\? Mmh, peut-on apprivoiser le bonheur ?
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 679
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #16 le: 09 janvier 2019 à 19:55:38 »
alors je suis tombé sur des trucs sur épicure

et d'après épicure, le bonheur c'est l'absence de troubles, c'est l'absence de manque, donc si on identifie les désirs débiles qui nous empêchent d'être heureux et qu'on cesse de chercher à les assouvir, on peut être heureux

après y a toute une tradition bouddhiste, méditation, etc, (et aussi montaigne) qui dit, "être heureux, c'est être dans le présent". or, peut on être dans le présent tout en cherchant quelque chose ? chercher (le bonheur ou autre chose) n'est ce pas déjà être dans le futur?

et sinon, tradition bouddhiste et compagnie là encore, il faut envisager le bonheur comme le centre d'une cible: pour l'atteindre, il ne faut pas passer son temps à se dire "faut que j'atteigne la cible faut que j'atteigne la cible". il faut au contraire oublier la cible (cf. "le zen dans l'art chevaleresque du tir à l'arc"), et se concentrer sur ses sensations, sans ne rien chercher, surtout

bref y a vraiment de quoi faire une dissert' nuancée, genre "faut identifier ce qui entrave le bonheur", (partie 1), "faut pas faire une fixette dessus" (partie 2), et puis une conclusion (ou une intro) dans laquelle dire en substance "euh attention y a pas que le bonheur dans la vie, et puis d'abord est ce que ça existe", etc.

j'ai envie de philo!

spinoza: le bonheur c'est de s'exprimer, c'es de s'exprimer via son corps, c'est d'être en harmonie avec ses affects.

il doit y avoir des kilotonnes de philosophes célébrissimes qui ne se sont pas penchés sur cette question

marx, il doit dire je suppose que le bonheur c'est de n'être pas aliéné? (mais le mot bonheur est il souvent sous la plume de marx?), un peu comme hegel, par exemple ? well!

bon moi perso j'ai choisi : le bonheur je ne le cherche pas. j'ai décidé de l'ignorer. le jour où je n'aurai rien à faire, je m'occuperai d'être. mais là j'ai à faire (ouais je ne suis pas complètement bouddhiste comme mec :--))



bon autre sujet : pareil j'en prends un au pif :



Peut-on renoncer à la vérité ?



vous avez quatre heures (mais  vous pouvez prendre quatre minutes)
youpi



 8)

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 476
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #17 le: 15 janvier 2019 à 14:35:51 »
Coucou Meilhac,

Je ne suis pas sûr que tu aies pris le temps de lire mon message, donc je vais essayer de le reprendre de manière un peu moins implicite.

En fait, j'appréciais l'aspect ludique de la discussion dans laquelle on essayait de se donner des pistes de réflexion pour faire émerger des idées nouvelles, comme pour faire peau neuve.

bon moi perso j'ai choisi : le bonheur je ne le cherche pas. j'ai décidé de l'ignorer. le jour où je n'aurai rien à faire, je m'occuperai d'être. mais là j'ai à faire (ouais je ne suis pas complètement bouddhiste comme mec :--))

Je suis très heureux pour toi, je trouve cela très intéressant de découvrir ta culture à toi qui t'oriente dans tes choix au quotidien, pour moi, c'est aussi découvrir une part de ta personnalité que je ne connaissais pas auparavant, et sur le ton du jeu ou du partage des savoirs.

En fait, je me demande si l'aspect dialogue ne m'apportait pas une plus grande liberté d'échange que l'aspect dissertation qui ne me semble pas tout à fait justifié (vu qu'on est dans la section des jeux).

Donc voilà, une idée peut-être pour philosopher sans se prendre la tête, de manière à voir le quotidien autrement, de se donner des nouveaux outils de partage en tournant la philosophie à son aspect le plus humble.

Peut-on renoncer à la vérité ?

Qui est ce « on » ?
« Modifié: 15 janvier 2019 à 14:38:37 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #18 le: 04 juillet 2019 à 06:31:41 »
Peut-on renoncer à la vérité ?

On peut aisément se tendre personnellement une direction contre la vérité, surtout si elle se définit en tant que :
- idéal de l'information universelle (la Vérité avec un grand V, genre des trucs on pense à peu près être vraiment sûr : 'je perçois un bout d'univers', par exemple) celle indétrônable mais qui n'est pas assurée
- interprétation de cet idéal (la vérité officielle, on va dire, catégorisée par une masse de cerveaux la reconnaissant comme telle, genre 'la terre est ronde') celle qui a un trône parfois vacant
- gestion psy d'une représentation (ma vérité à moi en dedans de ma connaissance, celle que je me figure d'illusion, genre 'j'ai surement un intestin grêle un peu moche') celle sur laquelle je m'assoie

MAIS

En tant que produit ou objectif, poursuivit par la gestion de l'information, la vérité ne peut se destituer à une philosophie de la réflexion, ou de tout procédé de représentation de l'univers (la vérité étant une information représentative d'une catégorie de l'entendement universel, la plus fidèle qui soit)

DE FAIT

Je dirais à froid que la question est philosophiquement sans sens puisque :
- la Vérité est inateignable, donc oui ou non, la rechercher est une nuance déontologique propre à chacun
- la vérité est normative, donc oui ou non, pareil on peut on doit mais surtout on ne fait que nuancer des couleurs
- ma vérité est personnelle, elle m'appartient
En revanche, oui si, c'est philosophique toujours, dans cette déontologie que j'appelerais plus de la gestion psy, mais du coup qui demande de se mouiller et de diverger, forcément... donc personnellement :
- la Vérité je la cherche et j'y renonce
- la vérité je m'en fous et je m'en sers
- ma vérité heu...

...
mais c'est un axe de réflexion peut-être un peu trop pas assez neutre, j'ai eu du mal à me plonger dans un décisionnel philosophique...
un bon petit exercice du matin :)
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 679
Re : Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #19 le: 08 août 2019 à 14:53:48 »
Peut-on renoncer à la vérité ?

ah beau sujet ! merci Dot de relancer ça ! :)

un sujet qui appelle, entre autres, à distinguer la vérité de la réalité je pense

je reviendrai  ;)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Crowddisserting - du temps de la réflexion
« Réponse #20 le: 10 août 2019 à 06:00:57 »
Mais de réalité objective, parlons peut-être de mesure du temps consacré à la réflexion, puisque j'y pense, à la réflexion... huhu

Une dissertation, c'est un exercice normé dans le temps, or je ne crois pas avoir pratiqué ici-haut le cadran L1 statistique... Et je me questionne : pourquoi bizarrement 4h de dissert dans des journées découpées en heures et demi-journées serait le meilleur moyen de faire une dissertation... non académique ici, de surcroit !! ? La vérité vient avec le recul, ai-je envie d'affirmer, conscient que je ne certifie pas cette conviction. J'en conclue ponctuellement que : quel que soit le temps octroyé à une réflexion, il réside en tant qu'outil technique incident sur le résultat final, puisque je n'ai du coup ni organisé ni produit dans les normes temporelles d'une dissertation (je me voyais pas passer quatre heure, et justement l'expérience que je décris ici m'intéressait et était consciente : voire ce que vaut une variation de ce paramètre qu'est la mesure du temps en exercice philo, le résultat ici : quelques moins de temps pour un résultat forcément différent mais qui se doit d'être achevé en tant que tel, comme toute bonne réflexion). Mais alors, je me perds : comment penser une vision de la vérité dans le temps et surtout, avec, le temps... Meilhac oui, la réalité est ici peut-être ! Nous incarnons la recherche de sens, si tant est que nous philosophions à cet effet... Or de progression linéaire vécue, je constate ici que : le temps est incident sur la vérité, dans son utilisation et non pas uniquement dans son écoulement. Eh oui, puisque nous la recherchons cette vérité, l'utilisons et la modifions par là-même. La réalité, dont nous faisons indubitablement partie, recèle en ses potentiels une telle quête que la vérité. Or le temps nous régit par son avancement solaire dirigé vers l'après, et c'est ainsi que se révèle l"'appréciation' de notre vérité, toujours relative. (En exemple, ce présent écrit qui ne peut visiblement étirer le même processus de réflexion, action de logique dans le temps et l'esprit, dans ce découpage différent des lieux de l'académie)

Quelques questions de relance un peu prescriptives, alors :
- Avons-nous le temps de réfléchir ?
- Prenons-nous le bon temps pour réfléchir ?
- Comment se repérer dans l'étirement du temps d'accès aux vérités ?

Et puis je penserais ouvrir après avec :
- Vers une psychologie déontologique ?

(Voilà, en réponse un peu rapide et un peu se justifiant elle-même tout en souhaitant inciter de la suite)
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Feather

  • Prophète
  • Messages: 828
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #21 le: 18 septembre 2019 à 09:12:37 »
Il me vient une simple définition spontanément.

La vérité serait une substance résultant d'une transformation.
Elle serait la réverbération des objets inconscients sur la conscience. Le déplacement d'une transversalité des évènements imaginaires, vers une objectivité symbolique devenue, par l'activation des énergies issues d'une réflexivité interne, une évidence (sens validé par le sujet).
Les larmes sans pleur sont une lanterne.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #22 le: 20 septembre 2019 à 10:01:58 »
En dehors de la notion de sujet, puisqu'elle le dépasserait en tant que substance...
Les opérateurs axiologiques fonctionnels qui marchent avec moi sont une association non phrasée (car non linéaire) de termes à associer genre :
REPRÉSENTATION du RÉEL
FRACTALE < edit : notion mathématique fort intéressante qu'on se figure facilement avec les formes des fougères... qui ont la particularité de se reproduire à différentes échelles spatiales, assez primordiale dans ma réflexion à propos de dimensions de la pensée, de la vérité et de la réalité...
PRÉCISION du MODÈLE
RAPPORT au TEMPS
EMBRANCHEMENTS
INCIDENCE PSYCHOSOMATIQUE
POIDS de la PENSÉE
etc...

Pour essayer d'articuler ça linéairement... :
"La vérité est représentation du réel en lui-même, ce qui constitue par fractalisation des essences, un modèle auto-imbriqué dans des dimensions... modèle dont la précision et les modalité s'embranchent dans le temps par ses sujets (admettons-le il en faut, même s'il faut à mon sens s'en extraire pour les prérogatives de la vérité : être commune)... sujets qui subissent une incidence de cette vérité sur leur être, un rapport évident, cérébral, et un autre plus complexe, corporel (si corps et esprit on bien des liens, et que la vérité est affaire d'esprit)... d'où un évident 'poids de la pensée', marque réel de l'incidence des acteurs sur la vérité...

0o
« Modifié: 20 septembre 2019 à 10:04:57 par Dot Quote »
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Feather

  • Prophète
  • Messages: 828
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #23 le: 20 septembre 2019 à 13:56:38 »
En y réfléchissant, ma définition démontre un système trop concentrique. Il manque une autre dimension pour que cela fonction. Mais je ne sais pas laquelle! Peut-être: le temps. Mais un temps différent, un temps extérieur au sujet qui viendrait donc externaliser les mouvements de ce système.
Les larmes sans pleur sont une lanterne.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #24 le: 21 septembre 2019 à 07:41:46 »
Ou au contraire des diffractions du temps normées autour de la ponctualité ?

en exemple :
la vérité 'la Terre est ronde' n'existe pas en dehors des faits, surtout pas avant que l'autre se demande à cause des ombres du soleil étout... et pourtant aujourd'hui des sujets pensent encore, comme avant ce type, dans le temps, que la terre est plate... le pire c'est que la Terre n'est pas plus ronde en 3d que plate en passé... que d'une forme inconcevable pour notre cerveau dans l'espace-temps relatif et quantique révélé par la science... et pourtant tout ces modèles sont pertinents : qui regarde l'horizon voit une ligne plate... qui observe le soleil voit des sphères...  qui pense les élémentaires se retrouve... ailleurs.

je veux dire donc, et d'après Arthur, pas le roi mais presque :
"Toute vérité passe par trois étapes , d'abord elle est ridiculisée , ensuite elle est violemment combattue et enfin elle est acceptée comme une évidence." - Arthur S.

Je vois ça un peu comme une bosse sur un tapis roulant : la vérité passe dans les esprits en tant que reflet d'un réel en mouvement...

Ceci dit je crois que le temps, Feather, est autant intérieur au sujet par sa perception, que extérieur par 'écoulement' (tel qu'on le perçoit actuellement, ce qui n'est pas assuré de justesse absolue...)
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #25 le: 20 février 2020 à 11:49:50 »
petite réflexion du midi
bonapéti !

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
La figure libérée
« Réponse #26 le: 23 novembre 2020 à 07:53:58 »
yoyoyoyo je déterre un peu

bon heu je sais pas trop où je vais 'fin si, ou plutôt je sais où je vais pas : j'ai un film qui m'a renvoyé à une idée, mais je veux parler de l'idée, pas du film... et pourtant sans le film ça va être dur ! alors que l'idée ne se limite pas qu'à lui... bref !

La figure libérée - et autres propos autodidactes
#badass #héros #psycho-social #archétypes


alors, le film en question, il m'a donné l'idée suivante de houspiller un peu l'aliénation collective, parce qu'il en est la caricature relativement bien travaillée pour que beaucoup de mon propos puisse lui être consciemment rataché je crois ; c'est : WASABI

je présente pas, il est connu pas dur à trouver, pis c'pas non plus du film d'auteur qu'on aurait de la glose spécialisée à faire des heures durant, non, pis comme moi jmef un peu des moyens colossaux de ce cinéma, et bien je continue sur mon idée en fait qui est un débat plus ou moins philosophique sur la teneur sociale du reflet un peu global dont, wasabi, est un bon résumé par ce qui suit de mon approche :

le héros aux méthodes expéditives mais efficaces, comme on dit !

ouais ouais, c'est un truc on le retrouve partout, en de moindres mesures permises par la liberté de suivre les idéaux de notre société individualiste selon ce qu'on regarde, mais c'est toujours entre "ahoui ce film d'auteur à l'auteur inconnu, c'est bien qu'il soit inconnu mais triste qu'il le reste vu son importance" et "ouah l'avatar au million de chiffres il est tellement bleu d'humain tout le mondne l'aime même moi ah non pas moi si qmm", genre pour ce qui est de l'appropriation du public de la valeur d'ancrage de la culture et notamment du cinéma, pis on y revient vite parce que c'est le lien, donc : l'archétype psychosocial du gens qu'il faut qu'il soit absolument libre de ses pairs qui ont tort ! wasabi c'est ça, c'est un mec trop fort pour les autres, alors il déglingue tout en renversant la table...

bon, bin moi j'trouve c'est un excellent modèle à penser pour ceux qui ont les moyens de réaliser le truc, mais quand t'as toute une part démocratique des gamins qui voient ce film et qui croient qu'avoir un gros et violent discours dénigrant est la matière du succès, ils ont pas compris j'trouve, que c'est pas tant la cause mais plutôt le résultat de ce succès... bin ouais, wasabi, le héros il est amer parce que les gens sont un peu en deça de ses propres capacités à lui, donc il fait sa loi parce que ça va toujours mieux quoi que s'en effraient les autres personnages ; mais un gens qui fait pareil alors que les autres sont plus pertinents que lui, à la llimite ça va, mais si tout le monde fait pareil, alors là rien ne va plus !

donc, ma petite réflexion un peu Nietzschéène, ce serait de demander au cinéma d'arreter de nous vendre l'idée que tout le monde peut être nietzschéen comme ça ! visiblement, ça marche pas, c'pas en renversant violemment tout ce qui se trouve à sa portée qu'on devient le héros au gros flingue, non, et en fait pas tout le monde ne devrait avoir à s'inspirer de jean réno, parce que bin tout le monde peut pas l'être, visiblement...

mais j'avoue que ma fixette sur ce genre de figures, prédominante ici, n'est pas tant pire à éviter, qu'inévitable... je veux dire, c'est mon ptit problème réflexif perso, alors que j'avoue qu'il est tout à fait possible de se construire soi dans sa liberté par rapport à autrui, autrement qu'en la figure extrême de wasabi ; le plus petit film d'auteur reflète, certes ce même défi de la personne qu'un truc gros pompom, mais qmm en de moindre travers exagérés, ce qui n'est pas mon cas égotique car solipsiste par défaut de raccords sociaux...

bréf !

en quoi la moutarde pique ?
en quoi c'est indispensable à la mayo ?
quelles graines ?
pourquoi amora ?
tout ce qui brille est-il d'or ?

bref... :)
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #27 le: 02 janvier 2021 à 07:41:57 »
la petite promenade philomorphique du matin du deux janvier, je l'espère, c'était très intrigant de découvrir ce matin dans l'orchestre du bar ce propduit que je me propose de, ptetr pas analyser scrupuleusement méthodiquement, mais d'en rendre un petit compte perso interprêté depuis ce que j'ai aimé à une époque, cette philo qui transpire dans les lyrics !

propos transductif appliqué - Disconnexion - La Femme (lyrics)
#intrigation personnelle #commentaire artistique #arborescence d'idées #pseudo analyse

https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=1374.msg579426#msg579426

Citation de: La Femme - Disconnexion
Je je je... je je pense que le le le grand problème de l'homme c'est d'éprouver sans cesse un désir d'expansion mais sans limite tandis qu'il vit dans un monde rempli lui de limites physiques et cartésiennes*... heu... si l'on s'en réfère à la pensée nihiliste et aux philosophes tragiques, nous parvenons mieux à comprendre l'insignifiance vertigineuse de nos existences, et par ce fait le vide de nos vies nous apparait évident, sans être ni optimiste ni pessimiste, mais si on se positionne en tant que philosphe cynique* pur, par conséquent par l'usage d'artifices que nous arrivons à nous déconnecter de cette réalité pascalienne* qui nous effraie tant, mais tout cela reste du domaine du concept et demeure incertain * banjo*

alors bin six points : trois soulignés c'est des idées à déplier, trois en gras c'est des références d'auteur, azy je me lance :

auteurs :
- Descartes : pourquoi lui ici et comment ?
ici la rèf est ontologique, c'est-à-dire que Descartes n'invente rien, il propose juste une interprétation efficace de comment user de la géométrie ; souvenez vous au collège, les cours sur les repères orthonormés ? comment faire autrement pour se figurer l'espace ? on ne sait pas encore, et c'est Descartes qui formule ça, entre autres trucs ! oui, l'adjectif tiré d'un nom de philosophe est toujorus à recontextualiser, on peut être anti-cartésien en l'absence de principes, par exemple mais cartésien géométriquement ! ou l'inverse ! et ici l'idée est purement géométrique, il s'agit de décrire la finiture de l'espace, amené pour la poésie philosophique auprès de l'inverse potentiel, celui du désir d'expansion humaine...
- Cyoran : grande dépression
en fait je connais pas des masses, Cyoran, mais je sais qu'il était un peu pas content de ce qu'il constatait philosophiquement, et que ça a donné le mot cynique, qu'on emploie au nom d'un style tiré probablement plus de sa méthode que de ses effets... mais bref, ici c'est une marque que personnellement je trouve de plus en plus communément partagée, un humour grinçant et réaliste sur l'affliction que provoque le monde sur l'individu ; c'est un parti pris philosophique que d'axer son logos sur une telle directive, mais je comprernds et partage pas mal !
- Pascal : dieu et la méta !
bon la réalité pascalienne, ça doit pas pouvoir désigner trente six mille choses : c'est le fait indubitable qu'il faut passer par là à un moment dans sa vie spirituelle : se demander la cause et les effets du monde, notamment dans sa globalité divine ; et que si dieu existe et que la vie, que la mort, le jugement, le paradis et l'enfer, alors la morale il faut s'en extraire un peu, c'est un pari, celui de se dire que dieu s'en fout, ou qu'il vaut mieux faire comme si et à l'identique ; ce qui est risqué il faut l'admettre, mais accompagné de ce désir dans les lyrics, de s'en extraire, on peu aisément se figurer la nécessité alors de suivre ce qui suit

les concepts :
- le grand problème de l'homme
bin heu, c'est vaste ; si vaste que ça intéresse beaucoup la philosophie
- l'insignifiance vertigineuse
alors on a l'ignorance philomorphique des socratiques, jusqu'à la résilience, la déconstruction, la remise en action, etc ; tout ça pour quoi ?
- nous effraie tant
un sentiment métaphysique ; rien de plus



voilou pour mon petit propos, et en conclusion je dirais que c'était de la bonne philo sur pattes, qui courait gaiment dans un champ de fleurs

même si je suis pas over-fan de l'esthétique musicale générale, faut dire que j'suis difficile et axé...
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne Ben.G

  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 135
  • Veilleuse de nuit
    • Polygone Portail
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #28 le: 02 janvier 2021 à 17:46:55 »
ils imitent foucault
philo mag a fait un article dessus haha https://www.philomag.com/articles/foucault-lhomme-et-la-femme
Les poètes voyagent mais l'aventure du voyage ne les possède pas.
- Henri Michaux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #29 le: 02 janvier 2021 à 18:02:57 »
owey mais c'est cool ça
pis philo mag en pluss

j'ai cliqued sur le menu à 'philosophes'
et après avoir contemplé un bon quator par siècles
j'ai tombé en bas de page sur l'index des courants
trop fat' pour en faire un truc
et puis l'index des disciplines avant l'exhaustif des philosophes
l'index des disciplines, c'est cool pour se figurer de la structure philomorphique !

on liste donc les disciplines structurelles à l'étude philosophique ! nous rappelant quand meme que c'est leur philo :

- anthropologie
- bac philo
- biologie
- cybernétique
- devenir
- droit
- écologie
- économie
- épistémologie
- esthétique
- éthique
- éthologie
- hellénisme
- histoire
- linguistique
- littérature
- logique
- lumières
- mathématiques
- métaphysique
- ontologie
- philologie
- physique
- politique
- psychanalyse
- psychologie
- religion
- sociologie
- spiritualité
- temps
- théologie
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 17 requêtes.