Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 octobre 2021 à 13:22:11
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » Ecriture automatique

Auteur Sujet: Ecriture automatique  (Lu 17453 fois)

Nocte

  • Invité
Re : Ecriture automatique
« Réponse #15 le: 12 février 2018 à 21:47:50 »
Et tu le ressens, idéalement.

Javableue

  • Invité
Re : Ecriture automatique
« Réponse #16 le: 12 février 2018 à 21:50:40 »


Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Changement
Changer c'est bouger
sortir de l'air du temps
l'air qui n'a plus l'air
que d'une vague chanson
chantée peut-être par ces femmes
qui passent
l'air de rien
mais qui n'en pensent pas moins

Comme si
Comme si la pluie avait lavé
leurs figures de proue
prout prout et compagnie
la compagnie ça dépend
ça peut peser
énormément
ment qui dit le contraire

Le contraire
le revers l'avers
l'aversion
version latine
pour thème
thème à bigleux
j'ai toujours trouvé qu'eux
avaient un crâne doeuf
oeuf d'autruche
qui se cogne
au portail à roulettes
le soir
surtout le soir
avant
avant de
avant de déraper
dans le noir.


Hors ligne LeMargoulin

  • Prophète
  • Messages: 854
  • Petit poulpe des bois
Re : Ecriture automatique
« Réponse #17 le: 12 février 2018 à 21:54:10 »
Bien sûr, le contraire serait impossible, c'était une façon de parler. Mais on obtient pas le même résultat lorsqu'on dessert l'emprise qu'on a sur ce qu'on écrit. Là, maintenant, je suis en train de contraindre mon écriture pour formuler de que j'ai en tête, dans un but d'argumentation précis. Si je me laissait aller ben en fait y'a pas de barbarie qui chante sans poisson d'honneur, d'homme et d'orgue parce qu'en fait je suis un jeu de kominos pratiques dans le cirque radié. Et oui, j'ai tout de même gardé une prise sur que ce que je disais, j'ai juste essayé de la rendre moins grande.
Édit : Java, je trouve que ton "torchon" se lit avec un certain plaisir. Pourquoi avoir été si négative ? C'est vachement bien !
« Modifié: 12 février 2018 à 23:20:29 par LeMargoulin »
J'aurais aimé me lancer dans la flibuste mais ma couardise m'a poussé vers les lettres.

Javableue

  • Invité
Re : Ecriture automatique
« Réponse #18 le: 12 février 2018 à 23:03:34 »
Je n'avais pas vu ta réponse en Edit. Merci LeMargoulin  :)

Hors ligne david_hum

  • Aède
  • Messages: 206
    • Bandcamp
Re : Ecriture automatique
« Réponse #19 le: 13 février 2018 à 15:24:03 »
Je me lance :


Dans une cantine désafectée
quand les plat ne sont plus lavés
et que pourrissent les navets
flotte une odeur de pied palmé

je fracasse les carcasse avec ma masse en or
et relance les des de plus en plus fort
naissent de nouvelle dimensions, de nouvelles faces
peu importe la tomate, l'important c'est la farce

et si jadis j'ai pu courrir en slip
vers n'importe ou pour vu que ca glisse
je me souviens des hip hip hip
mais pas des hourras ni des haut hisses

sur un brabecue fait d'amidon
je fait rotir valerie damido
degageant un fumet qui sens la peinture
et la vieille carcasse brulée de voiture

je mange ma main et garde l'autre pour demain
en esperant qu'elle se conserve bien
dans le sel ou bien dans la glace
car dans mon frigo il n'y à plus de place

la cantine c'est bon pour les copains
les battaille de boulettes de mie de pain
tu mors la vie comme un sandwich
je mord le mors comme un fils de riche


"Là où nous tenons, en cet instant précis, dans les ruines dans le noir, ce que nous bâtissons pourrait être n'importe quoi." Chuck Palahnuik - Choke

Hors ligne Alfred

  • Calligraphe
  • Messages: 100
Re : Ecriture automatique
« Réponse #20 le: 21 février 2018 à 00:56:34 »
Hoquets de fumée au goût de savon au son de la nuit, lampadaires orangées, le nez coule, les larmes aussi mais pas du tout en fait, j'avance bille en tête sans connaître l'expression ne l'avoir jamais utilisé, vois mes doigts s'agiter mon regard baisser sur le clavier, ça pianote, je m'esquive pas, j'ai le tube bleu fumant en acrylique à côté, je ne regarde pas l'écran, je ne cherche pas, je fais le vide, ô nique les fautes et les coquilles, nique mon perfectionnisme dissimulé derrière une neurasthénie idiote et compulsive, nique tout ça, nique ce système, ces gens, cette vie, cette ville, tout bordel, une phrase, je m'acharne, j'assène, des lettres et des termes en pagaille, et parfois je faute, regarde l'écran mais assez pour voir les lignes rouges sous certains mots bâclés, ma tendinite au bras gauche me fait, un souvenir d'échalotes en Bretagne, un mois, voire plus cumulé sur les ans passés à y aller ou deux, je sais plus, on se branlait au téléphone avec ma copine de l'époque, je me souviens, la nuit, avec la connexion qui merdait, je les supportais pas, la famille comme leurs amis, putain, les soirées devant les DVD, merde j'ai trop mal il faut que j’arrête, continue, tu t'acharnes encore, frénétique, tout ton corps te fait mal à cause de l’installation de camping dans ton appartement depuis trois ans presque, la défonce te prenant au corps et tout le bordel, nique.

EDIT: j'ai rien changé, juste enlevé les coquilles bien trop sales.
« Modifié: 21 février 2018 à 00:59:49 par Alfred »

Hors ligne Mentalink

  • Scribe
  • Messages: 71
  • Partir courbe vers l'avenir.
Re : Ecriture automatique
« Réponse #21 le: 25 février 2018 à 22:16:18 »
J'ai bien aimé ton texte, Alfred. Il avait l'air d'être cathartique.


________________________

C'est le temps de danser sur une feuille en verre - tu avais le goût du sang, sur la table en angle droit. Le temps s’épanche et j'attrape une colonie de fourmis dans mes dents, ah non, c'est dégueulasse. Rue de Rivoli, on tourne à droite une bonne centaine de fois avant d'atteindre la dite droite, et la courbe se moque de moi. Partons, partons loin de soi-même, j'ai le cœur sous la peau là où ses mots sont étouffés, je n'ai plus de vision du monde. Que le temps s'écoule sur mes ans, j'ai vieilli sans grandir, et inversement ; et dans les méandres de mon estomac je baigne dans l'acide gastrique, il faut se dire que l'heure est venue de plonger vers les nébuleuses sous ses yeux, qu'elle me manque cette âme sœur d'un autre monde - et si j'avais pu mais le réveil sonne et sonne et sonne et c'est comme si je quittais sans cesse l'onirisme vers une réalité pas plus réelle, tout s'est déjà produit une infinité de fois, mes décisions ont été prises par un moi vieux d'une infinité d'années, je n'ai plus rien à faire d'autre que voir le temps s'écouler, cyclique et qu'y a-t-il après la mort, et si le néant n'est vraiment pas une notion intégrante de l'univers, mais que je suis l'univers, comment ai-je pu imaginer le néant, et le néant après la mort est-il concevable ? alors si le néant est bien impossible au sein de notre Univers, cela prouve-t-il un monde autre pour la conscience, comme l'idée qu'un trou noir serait un portail vers un autre univers, la mort aussi serait un portail pour notre conscience, car rien ne se perd - et pourtant l'énergie se meurt, où va l'énergie ? et si tout s'est déjà produit, alors je sens autour de moi l'enveloppe froide d'un univers dépourvu d'énergie, et en mon cœur l'ardente passion du Big Bang, je nous sommes l'univers qui devient conscient, que faire de ce savoir ! que suis-je et qu'elle me manque, pas elle, mais elle aussi, j'ai sous les yeux mes mains et leurs atomes semblent s'éparpiller à travers l'espace-temps, la vérité est que j'ai peur de ne plus jamais trouver, de rester seul à jamais, désormais, alors je lance mon esprit dans l'écriture et je dis que je serai ce que je ne serais sans doute jamais, et quand mes derniers espoirs viendront se briser sur le sable, j'échouerai mon corps las sur la plage et le laisserai partir en avant sur la courbe du temps.

Hors ligne mercurielle

  • Prophète
  • Messages: 689
  • Ceci-n'est-pas-un-chat-qui-lit
    • Des Précieuses aux Femmes des Lumières
Re : Ecriture automatique
« Réponse #22 le: 08 mars 2018 à 10:11:57 »
Demain la veille il se fait tard. Le café manque et aussi le fruit. Du fruit ancien que j'aimais tant. Parce que le temps me dure et que je cherche la chandelle au bout de la nuit. Le bruit m'assomme dans la rue. Marteau-piqueur assommant et la rue me fait froid dans le dos. Faut fumer des Craven A mais y en a plus. Dégoût extrême de moi-même. Vive la mouette qui cogne aux fenêtres. L'aspirateur se passe et me dépasse. Faut-il donc que je trépasse. Ma mère disait. Et mon père aussi. Adieu les enfants. Bleue est la nuit ce soir d'avant. Il y a longtemps. Au bar ils sont quatre et se boivent des coups ensommeillés. J'admire. Il pleut la nuit sur cette route. Vive demain, j'en ai marre. Et zut à tous. Maman disait. Papa aussi. Adieu les cloches mon cher amour.     
Ma page
"Connaître sert beaucoup pour inventer." (Mme de Staël).
http://ecrivaines17et18.e-monsite.com/

Hors ligne LeMargoulin

  • Prophète
  • Messages: 854
  • Petit poulpe des bois
Re : Ecriture automatique
« Réponse #23 le: 31 mars 2018 à 19:05:38 »
Je pense donc je fuis le temps des cerises protéiformes. Embrasse ton ombre dans les bras d'albâtre, le chien mange sans soif et son museau cherche ton nom. Ba, ba, ba, chante ton silence avec des mots. Motus et bouche décousue. Buvons mes fières, avec foi. Alcool rémunérateur, l'orgasme des pieux, pauvres hères ! Coloscopiquons en cœur de croix, crois-le ou non, j'ai mal au dents.
J'aurais aimé me lancer dans la flibuste mais ma couardise m'a poussé vers les lettres.

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 786
  • Miss Blue Mamie grenouille
Re : Ecriture automatique
« Réponse #24 le: 23 avril 2018 à 08:51:29 »
Peut-on considérer ceci comme de l'écriture automatique, quand on passe d'un mot à un autre sans suite logique ?

Je voudrais vous dire, que, dans mon for intérieur, pas le fort des halles ou le fort Boyard, le for intérieur. Enfin intérieur, pas le Ministère du même nom, l’intérieur, contraire d’extérieur, enfin contraire, façon de parler, non pardon pas de parler d’écrire.

Ecrire, c’est vite dit. Vite ? C’est encore beaucoup dire. Beaucoup ? Pas vraiment ! Et dire encore moins, puisqu’il s’agit de parler pour ne rien dire.

Rien dire ? Encore une mauvaise expression, puisque les mots écrits sont des mots dits. Maudits ? Mais non ! Mots dits ! Oui ! Je sais : écrits pas dits.

 Je l’ai déjà dit ! Déjà ? Non, bien sûr, puisqu’il y a longtemps que je voulais vous le dire.

Longtemps ? Encore un mot peu approprié, puisque cette idée m’est venue à l'instant. Venue ? Comment une idée peut-elle «venir» ? Elle n’a pas de pied !

Des pieds c’est fait pour marcher ! Marché ! Cela me fait penser que je n’ai plus rien dans le frigo !

Rien ? C’est encore faux, il y a toujours un reste de beurre. Sinon à quoi sert-il ? Non pas le beurre, le frigo !

Ça me donne faim tout ça ! Tout ça ? Non en fait pas grand chose : juste un reste de beurre à l’intérieur ! Et revoilà l’intérieur, la boucle est bouclée. On revient au début, j’avais perdu le fil ! Le fil ? A couper le beurre ! Evidemment !

Évident ? Vous trouvez-vous ? Trouvez ? Mais pour trouver il faut chercher ! Chercher? Dans un frigo vide ?

Enfin tout ça pour vous dire, que dans mon for intérieur, je n’avais rien à vous dire.
« Modifié: 23 avril 2018 à 08:53:00 par Claudius »
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne BlahBlah

  • Tabellion
  • Messages: 27
Re : Ecriture automatique
« Réponse #25 le: 18 novembre 2018 à 18:29:21 »
Aahhh oui, ça a l'air bien marrant ce petit jeu. Tentons l'expérience (par ailleurs, Claudius, j'oserais dire que ça m'a fait rapidement penser à du Devos ton association d'idée...)

Je claque la porte, le bruit retentit. Ça craque et ça couine, le sol se moque. Un parquet, vieux, tout marron noir, surtout marron, avec des fissures et un bruit singulier. Crac ! Il est vieux mais pas autant que mon voisin, ce cher voisin, Albert qu'est son nom. Un nom de valet oui, certainement pas celui du roi, pourtant il m'a dépouillé avec sa main. Jamais partir à tapis avec une paire de dix, je le sais pourtant. Et ce sol qui craque alors que mes pas lourds se traînent difficilement, c'est pas comme si je voulais rentrer, pourtant je le dois. Je n'ai plus un sou, plus rien, plus de pièce, de monnaie, de livre, de yen, de dollar. Dépouillé, ainsi je le suis, au moins je garde mon froc. Ça a toujours été mon froc porte bonheur, mais quel bonheur ? Celui de l'amour, celui du travail, de la bouffe, du confort, de l'intellect, de l'argent ? Certainement pas de l'argent, voilà où j'en suis avec mon froc. Crac ! Oh ça va le sol arrête de m'insulter ! Il commence à me les briser celui là. Je sors une allumette et la frotte contre ma chaussure. Merde, ça n'a jamais marché ça. Je prends le grattoir. Crac ! L'allumette se casse, c'était la dernière. C'est bien ma veine.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 062
  • 💡
    • frreee
Re : Ecriture automatique
« Réponse #26 le: 30 novembre 2018 à 01:32:06 »
Bonbonbon j'avaizunidée qui, je l'espère, va repop d'un coup, juste après qu'elle se soit dissimulée afin que je l'introduise... donc ! Revenons après cette ponctuation exclamative qui se veut également introductive par désignation de la suite (hélas le deux-points d'exclamation n'existe pas), à l'intérêt de ma réflexion ponctuelle qui, je l'admets, retint mon intention non pas pour son sujet royaliste, mais pour le côté un peu alarmiste des conclusions que l'on pourrait s'en faire immédiatement et de prime abord...
Donc :
Sans exclamation cette fois, j'introduis le rôle, certes royaliste, du fou.

Le fou.
Paraitrait-il, d'après quelques réverbérances mémorielles scolaires, qu'à l'époque où le pouvoir s'incarnait dans notre cher pays de François par le biais d'une famille incarnant le pouvoir de gestion du territoire, paraitrait-il donc, qu'un personnage officiel avait une fonction qu'on ne peut se permettre de posséder dans notre démocratie adolescente : le fou du roi.
Un rôle tout-à-fait particulier qui, admettons-le, du moins dans leur formulation et bien que je puisse en offusquer certains statisticiens par la reprise du terme usé à l'époque,admettons donc, que ce rôle était on ne peut plus ambivalent : à l'heure matinale de l'humanité complexée, rire du roi était une chose intolérable et à ce point bien instituée que personne n'osait le faire. Instituée par ? Le fou du roi.
Au-dessus du suprême.
Il n'avait aucun pouvoir sur le roi (n'allez pas imaginer que la pyramide du pouvoir se termine par un sommet, et pourtant...), mais sans plus de détail, cela fait dix minutes...
si seulement niature...
pui(t)
#moi dq #grif #perso de je #grogrogro
il fallait t'façon


"lorsque l'art est volt
tu es l'ampère
qui rend puissant"

Яr

Hors ligne cochonsauvage

  • Aède
  • Messages: 172
    • Akio
Re : Ecriture automatique
« Réponse #27 le: 13 décembre 2018 à 15:46:07 »
Tot toc fait le Dieu de la marelle frêle gazelle qui trotte dans la fournaise du désert.
Prout prout fait le vieux gueux tout pisseux et poisseux en creux avec le preux ou prou porridge hideux.
Crac crac fait le sage en proie aux mages mirages du mixage des marasmes en phase avec le trac.
Et toc il baise la fouine visqueuse hideuse alors qu’elle jouait aux cartes à la tomate. Car la cuisine du cousin Marcel brisait des œufs sur le crane du Dieu joueur aux animaux sauteurs. C’est ainsi que si de mémoire Bécassine savait que ma cousine était un oiseau, elle le mangerait illico. Du haut de son promontoire sale, le cousin Marcel s’énervait plus qu’il ne riait. « Absurde coïncidence » hurlait-il aux oreilles de la gazelle qui, à l’aube de ses pensées, préféra enfourcher son vélo rose. Le bonheur du réparateur était à son comble car chacun sait que le vélo sous le poids d’un cervidé, jamais ne peut faire longue virée.

pourcicafé adada sirupolouc !
"Je connais un critique qui est en même temps auteur... ce qui le met en tant qu'auteur dans une situation critique !"
Raymond Devos

Hors ligne Ben.G

  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 135
  • Veilleuse de nuit
    • Polygone Portail
Re : Ecriture automatique
« Réponse #28 le: 03 février 2019 à 05:29:16 »
Wesh les nocturniens, est-ce qu'on partirait pas gentiment sur des écritures automatique du fin fond de la fatigue, par hasard ?
(à 6h, comme prévu ? et genre, sessions de hm, 15minutes ?)
Les poètes voyagent mais l'aventure du voyage ne les possède pas.
- Henri Michaux

En ligne Miromensil

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 665
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : Ecriture automatique
« Réponse #29 le: 03 février 2019 à 05:29:31 »
OUI

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.068 secondes avec 19 requêtes.