Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

13 juillet 2024 à 09:40:13
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » La team site

Auteur Sujet: La team site  (Lu 1081 fois)

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
La team site
« le: 12 novembre 2023 à 11:21:46 »
Bonjour,
voici une nouvelle petite histoire vraie.
J'écris très rarement sur mon travail afin de ne pas lever trop de susceptibilités dans mon entourage, mais celle-ci me grattait depuis le mois de juin.
Les noms des personnages ont été modifiés, celui du festival n'est pas cité.
Je suis preneur de tous relevés de coquilles et de commentaires,
j'aimerais aussi savoir si tout est clair pour ceux qui ne connaissent pas ce milieu professionnel.

Bonne lecture.

La team site

– Je vais commencer par les remerciements. C’est une édition difficile, on vous a demandé beaucoup de choses pour l'installation du site, les trois jours de pluies torrentielles n'ont pas arrangé les choses et vous avez toujours été présents et disponibles. Les cinq jours qui suivent vont être plus calmes, à part ce soir car c'est l'ouverture du festival. Nous serons donc sollicités par tout le monde : bars, loges, artisans... Allez voir les concerts, mais ne restez pas collés au son. Écoutez vos talkies et soyez dispos. Baladez-vous sur le site, si vous voyez un truc qui craint, arrangez-le ou communiquez avec moi si vous ne savez pas comment faire.

   Pour la première fois depuis le début du montage, Mélanie, Pascal et Nath, trois des huit techniciens de l'équipe site qui allaient bosser sur les soirs d’exploitation, étaient attentifs à ce que je leur disais. Le travail de l’équipe site était aussi divers que monotone, dans le sens où une journée entière pouvait n’être consacrée qu’à poser des barrières Héras, les barrières grillagées souvent utilisées pour délimiter les chantiers de construction et empêcher les intrusions. Installer plus de mille-cinq-cents mètres de barrières Héras, les occulter avec du brise-vue ou de la cannisse en bambou, répartir quatre-cents barrières Vauban (les fameuses barrières de police) pour gérer les files d’attente en face de la billetterie et faire des parkings à vélos, installer la signalétique, aménager plus de quarante Algécos avec tables, chaises, étagères, frigos et canapés, les décorer avec des plantes, fabriquer des coffrages en bois pour protéger les tuyaux d’évacuation d’eau et répondre aux multiples demandes des divers intervenants sur un festival pouvant accueillir vingt mille personnes, c’était le travail de l’équipe site. Mais cette année, plusieurs d’entre eux avaient eu un comportement difficile à gérer autant qu’à subir.
– Après les remerciements et les consignes, j'en arrive donc au « mais ». Nous faisons des réunions en amont, établissons des plannings et une liste des tâches à faire. Je peux comprendre que l'on prenne parfois un peu de temps pour discuter de la méthode, mais remettre systématiquement en cause nos décisions et constamment demander de les justifier, c'est vraiment épuisant. Nous n'avons pas non plus le temps ni l'envie de faire des contres réunions à chaque fois.  C'est notre troisième édition, vous savez tous bosser et vous connaissez tous le site. Je ne comprends pas votre attitude cette année, c'est contreproductif et énergivore. On perd du temps. Vous devez vous reprendre et accepter les rôles de chacun.

  Tous trois paraissaient surpris. Les yeux de Pascal cherchaient quelque chose dans le décor auquel pouvoir s'accrocher, Nath fronçait les sourcils et Mélanie gobait l'air comme un poisson hors de l'eau dans une moue ébahie avant de parvenir à dire :
– Je ne comprends pas ce que tu veux dire.
– Ce que je ne comprends pas, par exemple, c'est comment vous avez pu perdre des outils aussi chers et importants que la dévisseuse et la clé à cliquet de 19, et pourquoi le stock-régie ressemble à une chambre de plusieurs ados réunis.
– Il faudrait un magasinier, rétorqua Nath avec assurance.
– Eh bien voici un autre exemple : le nombre de propositions à côté de la plaque que vous avez faites pendant les dix jours de montage. J’appelle ça : « faire de la régie de comptoir ». D’autant que toi, comme d’autres dans l’équipe, tu as déjà fait plusieurs régies de festival. On embauche un magasinier quand il y a cinquante techniciens et qu’il y a le budget pour ça. Vous êtes huit sur le site et vous n'êtes pas capables de ranger votre chambre. Vous avez la moitié d’un Algeco avec tous les outils et le consommable nécessaire, rangés par famille sur des étagères. Enfin, disons qu’au début, c’était rangé. Là, c'est un tel foutoir qu'on perd un temps de malade à retrouver une pince coupante, un balai ou un rouleau de gaffer. Vous avez perdu plus de quatre cents euros d'outils. Je vous demande chaque soir de vider les Fens, les golfettes et de ranger le stock-régie. C'est jamais fait. Vous vous plaignez sans arrêt, contestez toutes nos demandes, remettez en cause nos choix, nos méthodes, le matos, mais à part n'en faire qu’à votre tête, vous n’êtes pas autonomes et vous faites les choses à moitié, voire mal. Brise-vue mal posé, barrières Héras pas haubanées à plusieurs endroits, roues des portes de travers, charnières à l'envers… Une longueur d’Héras est tombée sur un tour bus alors que je vous avais demandé de la maintenir au fil de fer sur le mobilier urbain.  Un tour bus ! Je perds mon temps à corriger vos erreurs ou je vous le fais perdre à tout refaire, pendant que vous jouez aux inspecteurs des travaux finis avant d’avoir démarré les travaux. Moi, je veux bien que vous inspectiez vos travaux, ça m’arrangerait beaucoup, le problème, c’est que vous inspectez les nôtres. C’est pas votre rôle. Au final, on aimerait que vous consacriez plus de temps à déjà bien faire les choses qu’on vous demande plutôt qu’à imaginer comment elles pourraient être mieux. C’est un peu ça le rôle de chacun. C'est plus clair comme explication ?
– Euh... oui, désolée... balbutia Mélanie. Pourquoi tu ne l'as pas dit plus tôt ?
– Ça me paraissait assez évident, au début, mais c’est clair que je me suis planté. Après, c’est pas faute de l’avoir dit, mais c’était comme chier dans un violon. Nous étions en plein rush. La pluie nous a rajouté plein de taf. J’ai donc réfléchi à mieux le communiquer, mais avec la fatigue et la tension, je l'aurais mal dit et vous l'auriez mal pris. J'en parlerai demain au reste de l'équipe qui a taffé ce matin, quand ils seront reposés.
 
  Au cours des trois derniers jours de montage, les nuages avaient déversé sur le parc des averses dignes des moussons tropicales et détrempé le terrain au point de le rendre impraticable. Les chariots élévateurs avaient creusé des sillons de trente centimètres à plusieurs endroits, lorsqu'ils ne s'étaient pas enlisés. Le manuscopique avait été monopolisé pour désembourber les camions des différents prestataires. Deux personnes de l'équipe site avaient été mobilisées pendant deux jours pour répandre du BRF sur les multiples zones de ce carnage, un mélange de bois fragmenté qui nous servait à colmater les zones boueuses et les flaques d'eau qui s’étaient formées un peu partout. Très efficace pour cet usage, le BRF avait pourtant deux inconvénients : les nuées d’insectes qu’il attirait pendant sa manipulation et l’odeur infecte de concentré de déjections de bovin qu’il dégageait lorsqu’il séchait. Le reste de l’équipe avait doublé d'efforts pour réaliser les tâches à accomplir et renforcer l’ensemble du site. Heureusement que le pire ennemi des festivals en plein air ne s'était pas joint à la fête : le vent. Si les scènes avaient un seuil d'alerte aux rafales à quatre-vingts kilomètres par heure, celui du parc était à soixante et celui de la déco, de la signalétique et des nombreux objets volants bien identifiables, encore plus bas. Face aux mines dépitées de l’équipe, j’ai conclu par un :
– C'est pas grave, c'est fait. On va juste faire en sorte que ça aille mieux pour la suite. Maintenant, profitez du festival et restez dispos.

   Trente minutes plus tard, le régisseur village, qui s'occupait des commerçants et des artisans, me passa une communication sur le canal 1.
– Thomas pour la régie site.
– J’écoute.
– Il y aurait besoin de BRF devant le glacier, c'est une vraie pataugeoire.
– Vous avez chopé l’info, la team site ?
– Oui. On peut prendre la golfette ? demanda Mélanie depuis son talkie.
– Non, c'est ouvert au public.
– On fait comment, alors ?

   Dépité de réaliser que mon discours avait fait un tel flop, je regardais d’un air hagard Steph, l'électricien d'astreinte qui venait tout juste de m'offrir une bière, et réprimais une envie de leur répondre : « Démerdez-vous ! » Une réponse générée par l'accumulation de questions d'une équipe dont le premier réflexe était de demander une solution avant de réfléchir, puis de remettre en cause les réponses. J'espérais aussi que le silence que je marquais aboutisse à une prise de décision de leur part. Face à l'absence de retour de l’équipe, j'appuyai une nouvelle fois sur le bouton du déport de mon talkie-walkie pour ajouter :
– Il y a une pelle et des seaux.
– Ça va nous prendre plus d'une heure ! râla Mélanie.
– Il y a des caisses en plastique, aussi. Elles sont plus grandes.
– Elles sont où ?
– Là où elles sont depuis dix jours : au stock-régie, parmi les outils que vous ne rangez jamais.
– Mais, comment on va les transporter ?
– Je ne sais pas, avec le diable qui est normalement rangé au même endroit, par exemple.
– On va galérer avec le diable ! En plus, il est trop petit, vous auriez dû en acheter un autre !

   Mon désespoir se reflétait dans les yeux de Steph. J'expirai une fois de plus en étouffant une énorme envie de les envoyer bouler avant de répondre :
– Les bars ont des transpalettes, mais ce sera plus compliqué qu'avec le diable au milieu du public.
– Ils sont où les transpalettes ?
– Il y a quatre bars et deux transpalettes, ça vous laisse une chance sur deux. Vous allez y arriver ?
– Oui, c'est bon.

   Mon corps et mon esprit transpiraient une exaspération proche du point de non-retour.
– Tu les maternes complètement, là, m’envoya Steph en levant son verre.
– Je sais… Je pensais avoir remis les pendules à l’heure avec un petit discours avant d’ouvrir le festival, mais on ne doit pas être sur le même fuseau horaire.
– Ouais, ils sont clairement pas autonomes.
– Je comprends pas. Ça fait trois ans qu'ils bossent sur ce festoche et dix jours qu'ils sont là. C'était pas comme ça l'année dernière. Ils sont devenus râleurs, individualistes, négligents et bordéliques. Ils ont un avis sur tout et remettent tout en cause, mais ils n'ont aucune autonomie et n'apportent aucune solution. Ça veut pas dire qu'ils foutent rien, ils bossent, mais bon. On passe notre temps à chercher des trucs parce qu’ils ne rangent rien, ils ont perdu des outils, on refait des choses parce qu'ils les ont mal faites… c'est un mix entre une bande d'adolescents gâtés et une armée de Mexicains. Les champions du « j’aurais pas fait comme ça », les accros du jeu des sept erreurs sauf les leurs. Une tendance très à la mode dans le monde des techniciens du spectacle vivant, mais là, c’est trop. Ils sont pas tous comme ça, mais pour beaucoup, c’est un peu comme un faire-valoir de dénicher n’importe quelle faille dans le dispositif sans réfléchir deux secondes à sa cause ou de prendre les régisseurs pour le bureau des plaintes avec un ton de syndicaliste en pleine crise au fond d'un bar après dix verres de Ricard. Des fois, j’ai l’impression qu’ils me vomissent dans les tympans. Le pire, c’est quand tu tombes sur une équipe d’inspecteurs des travaux finis avec option humour. En plus d’un relevé complet de ce qu’il aurait fallu faire ou ne pas faire, et surtout comment, tu te cognes toutes les blagues corporatistes et graveleuses qui courent sur le circuit depuis vingt ans. C’est super usant, voire déprimant. Bon, je te laisse, je dois faire un tour du site. Merci pour la bière.
– À plus, et bonne chance.

   Plus tard, j'appelai l'équipe site pour poser du BRF en bas d'un escalier. En les voyant arriver avec le diable, je leur ai demandé :
– Vous n'avez pas trouvé le transpalette ?
– Si, mais on galère moins avec le diable.

   Même si je n'ai pas commenté la réponse de Mélanie, je n'ai fait aucun effort pour dissimuler ce que j'en pensais.
– Bref, vous voyez cette petite mare en bas de l'escalier ?
– On aura jamais assez de BRF pour boucher ça, m'interrompit Nath.
– Je n'allais pas vous demander ça.

   Dans l'espoir qu'une proposition naisse de sa contestation, j'attendis un instant pendant que les chaussures du public qui dévalait les marches s'imbibaient d'eau. En vain. Le regard de Pascal se perdait dans les remous de l'eau saumâtre pendant que Nath et Mélanie attendaient clairement que je sorte une colombe de mon chapeau.
– Vous faites juste un chemin de chaque côté de l'escalier.
– C'est trop profond, on va pas y arriver, protesta Nath.
– Vous pourriez peut-être essayer avant d'affirmer ça, non ?
– Nath a raison, on aura jamais assez de BRF, objecta Mélanie.

   Agacé, je saisis le râteau sur lequel était appuyé Pascal, pour récupérer du BRF sur une zone où il ne servait plus à grand-chose. En quelques mouvements, j'avais installé presque un mètre de passage sur les trois mètres nécessaires.
– Voilà. Essayez d'en faire au moins un. Rien qu’en récupérant le BRF autour de vous, je pense que vous allez réussir à faire les deux chemins sans aller en rechercher.

   Ils sont finalement parvenus à faire ces deux chemins.

   À l'heure du repas, Nath m'a annoncé que trois des barrières Héras qui masquaient l'arrière du catering n'allaient pas tenir si le vent se levait.
– OK... Vous les avez haubanées ?
– Ben non, on voulait d’abord t'en parler.
– D’accord… Vous avez regardé ce que vous pouviez faire ?
– Ben, non...

   Mes yeux faisaient des allers-retours entre les leurs tandis que ceux de Pascal parcouraient le filet de merlan et la ratatouille dans son assiette.
– J'aurais préféré entendre : « on a repéré une zone où les barrières allaient tomber, mais t'inquiète, on s'en est occupé ».
– Ben oui, mais on haubane avec quoi et sur quoi ? demanda Nath avec un ton, une gestuelle et un regard qui affichaient clairement qu’elle jugeait sa question pertinente.
– Ça fait dix jours qu'on haubane avec de la drisse, du fils de fer, des lests... merde ! Y a de quoi faire selon les cas, non ? Pourquoi votre premier réflexe est de demander pourquoi et comment, puis de contester les propositions avant de réfléchir ? Bon… je vous propose de manger tranquillement, après ça, vous allez voir ce que vous pouvez faire. Je suis sûr que vous allez trouver une solution.

   Moins de trente minutes après le repas, l’affaire était réglée. Ils avaient haubané les barrières sur une structure qui n'aurait pas supporté une très grosse rafale, mais la météo ne prévoyait pas de « très grosses rafales ». Ma pensée du soir fut la suivante : la prochaine fois qu’ils me demanderont comment faire quelque chose avant d’y avoir réfléchi, je leur répondrai :
– Je suis sûr que vous allez trouver une solution.

« Modifié: 05 décembre 2023 à 11:57:30 par Stevius A »
Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

Hors ligne Delnatja

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 193
  • Ailleurs et au-delà
Re : La team site
« Réponse #1 le: 12 novembre 2023 à 15:07:50 »
Bonjour Stevius A, merci pour ton texte.
J'ai beaucoup aimé le ton que tu y as mis.
C'est comme à chaque fois, bien écrit et avec un bon rythme.
Je n'ai pas eu le temps de remarquer des erreurs, je laisse cela à d'autres.
Bravo pour être resté zen.
Belle journée.
Michèle

Hors ligne Michael Sherwood

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 013
Re : La team site
« Réponse #2 le: 12 novembre 2023 à 15:42:46 »
Hello Stevius A,

Un monde que je ne connais pas. C'est bien raconté, vivant, certains termes techniques m'échappent qui n'entravent pas la compréhension globale.

Car l'intérêt du texte réside dans le management des troupes, et là je me dis que ce n'est pas gagné avec une telle équipe de bras cassés : on dirait un prof aux prises avec une bande de marmailles ingérables qui n'en font qu'à leur tête dans la classe :s !
On n'est pas loin du pétage de plombs à chaque instant et on sent qu'il faut un effort surhumain pour rester zen.

Y'a des coups de pied aux fesses qui se perdent  ><

Mais quand la tension est trop forte, tu as eu le bon réflexe de faire une pause, de les laisser partir manger, après ça la tension est retombée, ils ont dû voir que le chef n'était pas un si mauvais bougre, et ils sont repartis avec un meilleur esprit au travail...
Jusqu'à la prochaine fois !

Bon courage  8) !
It's not because you're paranoid that they aren't after you.

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
Re : La team site
« Réponse #3 le: 12 novembre 2023 à 19:57:47 »
Merci Delnatja et Michael,
Ce fut une expérience éprouvante avec une équipe difficile, en effet, je suis content de constater que cette sensation est assez bien communiquée, d'après ton commentaire ;)
Peut-être que je peux éclairer les termes techniques que tu n'as pas compris, ou peut-être que cela alourdirait le récit par trop d'explications, il faut voir...
Quels sont-ils ?
« Modifié: 12 novembre 2023 à 20:09:17 par Stevius A »
Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

Hors ligne Basic

  • Modo
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 057
Re : La team site
« Réponse #4 le: 14 novembre 2023 à 17:18:33 »
Salut Stevius,

pas facile ce boulot ! Je me demande si je ne préfère pas les mômes !

Sinon, j'ai bien tout compris. Les dialogues sont toujours vivants.

Quelques bricoles

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Page perso ( sommaire des textes sur le forum) : https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=42205.0

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
Re : La team site
« Réponse #5 le: 14 novembre 2023 à 19:00:31 »
Merci Basic,
j'ai tout corrigé, pour les Mexicains, il y a une majuscule pour les nationalités, oui.
En ce qui concerne la répétition, j'arrangerai ça demain, là, je sors du bureau, j'ai encore le cerveau dans les plans 3D  ;)
Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
Re : La team site
« Réponse #6 le: 20 novembre 2023 à 18:51:11 »
Voilà Basic,
Pour la répétition de "arranger les choses", j'ai trouvé une idée géniale : j'ai viré la seconde fois où je l'utilise. Et hop !
En ce qui concerne le "ton démuni", j'ai relu la question que pose Nath et la scène m'est revenue comme si je l'avais filmée.
C'est donc devenu :
"– Ben oui, mais on haubane avec quoi et sur quoi ? demanda Nath avec un ton, une gestuelle et un regard qui affichaient clairement qu’elle jugeait sa question pertinente."

J'ai aussi modifié un passage en y ajoutant une sensation inspirée de la date que je viens de faire ce weekend. J'ai dû remettre en place un technicien qui me chiait dans l'oreille pendant que je mangeais, non mais !
"Ils sont pas tous comme ça, mais pour beaucoup, c’est un peu comme un faire-valoir de dénicher n’importe quelle faille dans le dispositif sans réfléchir deux secondes à sa cause ou de prendre les régisseurs pour le bureau des plaintes avec un ton de syndicaliste en pleine crise au fond d'un bar après dix verres de Ricard. Des fois, j’ai l’impression qu’ils me vomissent dans les tympans. "

Bonne soirée  ;)
Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

Hors ligne Basic

  • Modo
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 057
Re : La team site
« Réponse #7 le: 20 novembre 2023 à 19:52:34 »
Salut Stevius,

souvent la meilleure solution c'est de virer.

Tu fais quand même un boulot étrange, faire que le monde merveilleux des artistes tiennent dans le ciel alors qu'il a qu'une seule envie : se vautrer dans la boue.

B
Tout a déjà été raconté, alors recommençons.

Page perso ( sommaire des textes sur le forum) : https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=42205.0

blog d'écriture : https://terredegorve.blogspot.com/

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
Re : La team site
« Réponse #8 le: 20 novembre 2023 à 20:14:00 »
Salut Basic, ce n'est pas mon boulot qui est étrange, ce sont les gens qui y gravitent.
Heureusement qu'ils ne sont pas tous comme ça.
Je pense parfois que d’autres histoires vont tomber, mais n’ai-je pas déjà dépeint un sacré tableau de ce qu’il peut-être dans « Tu te souviendras de moi » ?
J’ai finalement accepté le CDI que l’on vient de me proposer. La prise de poste étant en janvier, je bloque le mois de décembre pour me consacrer à finaliser le second tome avant de vous le proposer « Le jeu de la camisole » (suite et fin) et je me barre à Consuegra en Espagne pour cela. Pourquoi ? Parce que le roman commence dans la chambre capitonnée d’un hôpital psychiatrique dans laquelle Sully affronte les moulins de Don Quijote de La Mancha…  :D
Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

Hors ligne Choumi

  • Prophète
  • Messages: 615
Re : La team site
« Réponse #9 le: 22 novembre 2023 à 12:53:24 »
Bonjour Stevius
Je ne peux pas dire que ton texte me laisse indifférent
Sur la forme je n’interviens que rarement laissant à chacun son style d’écriture
L’un n’étant pas meilleur que l’autre mais juste différent.Enfin c’est comme ça que je vois ça
Sur le fond ( mais là tu me vois venir) sur le fond disais je, je suis plus réservé car j’aurais peut être pu pourquoi pas être un de ces incriminés au cours de ma carrière ( j’suis à la retraite)
Et là je me dis qu’il n’y a pas de remise en cause de la qualité du management qui a pu faire défaut
Quelques fois faut peu de choses pour que ça tourne sur roulement à billes
Je ne veux pas t’être désagréable tel n’est pas le but de mon propos
Sans rancune
Amicalement
Michel
« Modifié: 04 décembre 2023 à 09:53:10 par Choumi »

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
Re : La team site
« Réponse #10 le: 22 novembre 2023 à 18:21:52 »
Salut Choumi,
Tu as raison, cela manque sans doute un peu de remise en cause, mais je pense que cela n'est pas le sujet.
Ce n'est pourtant pas faute de l'avoir fait pendant et après le festival, autant dans ma tête qu'avec mon binome, ma direction et d'autres personnes qui connaissent le métier.
Les conclusions de chacun sont assez proches, d'autant que ce qui s'est passé sur cette édition est presque un schéma tellement on le retrouve ailleurs depuis quelques temps.
Depuis le COVID, pour être plus précis.
La remise en cause pourrait faire partie d'une autre histoire, mais il faudrait pour cela qu'elle se termine, et donc voir ce qu'il se passera dans la prochaine édition,
puisque la direction réfléchit à des modifications de son côté, tout comme un de mes autres employeurs convie depuis 1 mois chacun de ses techniciens à un entretient individuel afin de les écouter.




Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

Hors ligne Vilmon

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Troubadour
  • Messages: 301
Re : La team site
« Réponse #11 le: 01 décembre 2023 à 03:14:57 »
La gestion d’une équipe de travail peut demander beaucoup d’efforts.  Ça dépend du type de leadership que l’on entreprend et du niveau d’intérêt et de maturité des travailleurs.  Il y a un fond de psychologie, de stratégie, de mode de communication et de méthode d’apprentissage.  Ce récit (un extrait ou une inspiration d’un fait vécu) le démontre bien, tant l’exaspération du chef que celui des travailleurs.  Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas.  Ce qui me chicote c’est que la problématique est très bien exposée et plusieurs fois répétée de différentes manières, mais le récit ne conclut sur rien, aucune solution ou amélioration de la situation.  J’ai eu l’impression d’être resté avec le problème dans les bras sans en être responsable, avec un goût de : c’est comme ça, on ne peut rien y faire.
J’ai bien aimé découvrir un peu de cette arrière scène qu’on ne voit pas durant les festivals.  Il y a beaucoup de ces fourmis qui travaillent pour s’assurer que le public s’amuse !
À la prochaine !
Vilmon

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
Re : La team site
« Réponse #12 le: 02 décembre 2023 à 12:57:54 »
Merci Vilmon,
À part ce "Je suis sûr que vous allez trouver une solution",
j'ai effectivement fini ce festival avec une sensation d'impuissance.  ;)
Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

Hors ligne Robert-Henri D

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 035
  • ... Et Pelleteur de Nuages
Re : La team site
« Réponse #13 le: 03 décembre 2023 à 18:54:52 »
Hello Stevius,

[ Ben dis donc ! C'est fou ce que de nos jours les employés manquent d'esprit d'initiative ! Franchement, sachant qu'à 25 ans, en simple ouvrier tâcheron OHQ, il m'est arrivé d'assumer la fonction de chef d'équipe, voir de remplacer le contremaitre absent lors d'une réunion-visite de chantier de tous les corps d'état avec l'architecte, et le maître d’œuvre (site pavillonnaire de La Palmyre), je n'en reviens pas ! ]

En cours de lecture j'ai relevé deux ou trois trucs qui peuvent t'intéresser :

Citer
les trois jours de pluies torrentielles n'ont pas arrangé les choses et vous avez toujours été présents et disponibles.

En lisant ceci, j'ai pensé que peut-être si l'on change le premier " et " en " , or " ça ferait plus riche ?

Citer
dans le sens où une journée entière pouvait n’être consacrée qu’à poser des barrières Héras, les barrières grillagées souvent utilisées pour délimiter les chantiers de construction et empêcher les intrusions. Installer plus de mille-cinq-cents mètres de barrières Héras, les occulter avec du brise-vue ou de la cannisse en bambou, répartir quatre-cents barrières Vauban (les fameuses barrières de police)

Bon, là vu qu'elles sont citées cinq fois, on sait qu'il est question de barrières, mais ne serait-il pas possible d'en réduire le nombre ?

Citer
Nath fronçait les sourcils et Mélanie gobait l'air comme un poisson hors de l'eau dans une moue ébahie avant de parvenir à dire :
" comme un poisson hors de l'eau dans une moue ébahie " n'y aurait-il pas là un problème dans la construction ou bien serait-ce l'emploi de " dans " qui ne va pas ?

Citer
Vous vous plaignez sans arrêt, contestez toutes nos demandes, remettez en cause nos choix, nos méthodes, le matos, mais à part en faire qu’à votre tête,

Peut-être : mais à part n'en faire qu’à votre tête,

Citer
– Euh... oui, désolé... balbutia Mélanie.
(désolée ?)

Citer
– Pour pourriez peut-être essayer avant d'affirmer ça, non ?
(Vous pourriez)

Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé.

(Terry Pratchett)

Hors ligne Stevius A

  • Prophète
  • Messages: 606
    • Blog d'écrivain de Stevius A
Re : La team site
« Réponse #14 le: 03 décembre 2023 à 19:46:11 »
Mais!!!! qu'est-ce que tu fais là Robert Henry D ?
Je sors d'un apéro, je lirai ton commentaire demain, j'ai une histoire à la con à poster avant ;)
Tranches de vie et carnets de voyages peu classiques sur fond d'écriture non policée...

Mon blog avec toutes les histoires : https://www.stevius.fr/

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 19 requêtes.