Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 septembre 2019 à 19:16:00

Le Monde de L'Écriture » Bienvenue au Monde ! » A lire avant toute chose » F.A.Q. » [Débat] Comment commenter les textes ou ce qu'il faut garder à l'esprit [...]

Auteur Sujet: [Débat] Comment commenter les textes ou ce qu'il faut garder à l'esprit [...]  (Lu 40804 fois)

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 970
  • Championne de fautes de frappe
Oh oui ! Un texte de Dark ! Poste ! Poste !


(sur le thème du Mal ? Lol, pourquoi ça ne m'étonne pas ? ^^)
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Verasoie

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 975
    • Attendez-moi sous l'orme.
Suis d'accord avec ce qu'ont dit les gens o/

Je voulais juste réagir sur l'élitisme, on est loin de savoir tout mieux que tout le monde, et loin d'écrire mieux que tout le monde aussi. Ce qu'on essaie de développer au maximum c'est l'esprit critique.

Et je pense qu'entre notre inscription ici et maintenant, ce qui a dû changer chez beaucoup de membres c'est cet esprit critique, plus que notre niveau littéraire (et que c'est savoir faire preuve de critique envers soi-même qui fait progresser, aussi).

Sinon ce que j'attends personnellement d'un nouveau c'est de pouvoir me faire une idée de sa personne... Comme dit Mary, c'est pas forcément un hobby de commenter des textes. C'est toujours plus agréable quand c'est ceux de gens qu'on connaît (le plaisir de progresser ensemble, et tout). Quelqu'un qui participe à la bibli, poste dans le flood, se présente et tout, et commente, j'ai forcément + envie de le commenter parce que je me dit qu'il va rester, qu'on va pouvoir construire un échange, un dialogue, etc.

Du coup, la personne qui ne se présente pas, et poste dès son arrivée sans qu'on sache qui elle est, et repartira probablement comme elle est venue, ça m'est indifférent qu'elle reste ou pas, alors forcément on se laisse + aller dans le côté sec des commentaires. C'est pas très poli, mais si elle avait eu la curiosité d'aller voir les autres sujets, elle aurait vu que c'est pas ciblé.
Pendant des années la vie ne vous lâche rien que des mesquineries minables, et encore faut-il les lui arracher, sans compter la bonne humeur qu'on dépense à rester joyeux pour lui plaire, et tout à coup, sans raison, allez savoir pourquoi, elle vous balance sans prévenir des trésors dans les pattes.

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 734
  • Lial' | Calamar placide
J'ai un peu l'impression de faire l'incruste sur le sujet, étant donné que je n'ai pas posté dans la section texte depuis un moment (un an, peut-être ? enfin ça fait un an que je suis plus trop active  :-¬?). Mais il y a eu des périodes où j'ai parcouru beaucoup de forums d'écriture.

Si je résume de manière extrême ce que j'en ai tiré :
- les forums gentils avec tous le monde qui dit "j'aime <3" ça sert à rien
- les forums avec des commentaires constructifs, si on y poste un premier texte qui reçoit beaucoup de critiques négatives, ça fait super mal mais si on arrive à prendre du recul (et/ou qu'on a des commentaires plus positifs par ailleurs, et/ou qu'on a déjà l'habitude de recevoir des commentaires sur ses textes), ça fait progresser (parfois avec plusieurs mois de retard, mais ça fait progresser tout de même)

Alors oui, surtout pour un nouvel arrivant, c'est bien de prendre quelques gants pour ne pas trop blesser. D'un autre coté, quand on est sur le forum depuis des années, on en a vu passer, des nouveaux. Et souvent des nouveaux qui n'écrivent pas de très bons textes et qui ne restent pas longtemps. Donc ça n'encourage pas à faire attention à la manière dont on dit les choses (surtout que si on met trop d'enrobage, certains sont capables de prendre un commentaire négatif en commentaire positif).


Sinon je suis d'accord avec tout ce qui a été dit (particulièrement le dernier message de Vera)

Et je suis complètement morte de rire pour le :
Citer
Maintenant, si je peux me permettre : Vous me bluffez!! Vous êtes si jeunes!!!!!!! (si vous saviez les âges que j'avais imaginé que vous aviez, vous seriez choqués!!) Vous avez à peine la vingtaine!!! (Je suis une mamie à côté de vous, du haut de mes 33 ans!!!)

J'espère que vous êtes conscients de votre intelligence tout de même : hors norme et qui comme tous les dons, n'est pas toujours un cadeau dans ce monde!!

Je vous dis les âges que je vous avais donné (pour le fun...) : Ernya + de 50 ans (je suis désolée!!!) Rain  : 48 ans bien tassés!! Et Mary une petite trentaine!! Lol. (Prenez le comme un gage de maturité!!)
Mais c'est marrant en fait, c'est vraiment difficile sur internet de se faire une idée de l'age des gens, sur les jeux en ligne par exemple, régulièrement je rencontre des "jeunes" de terminale plus matures que des gens de 30 ans ^^ Au final, on fait vraiment connaissance avec la personne, sans les a-priori de physique/age/etc.
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Menthe

  • Prophète
  • **
  • Messages: 910
Moi je voudrais juste ajuster un autre angle  d'approche à la majorité des avis qui sont présents ici, et que je partage (je ne reprendrais pas chacun mot pour mot mais je n'ai pas trouvé un point de désaccord).

Il faut comprendre que de nombreuses personnes qui un jour se découvrent le plaisir d'écrire, le font surtout par désir d'expulser les trop-plein de la vie. Ce qui est compréhensible et en rien répréhensible, qu'on soit d'accord. Mais au-delà du fait que leurs premiers balbutiements littéraires sont souvent des lieux communs, je suis très réservée sur le fait de qualifier ça de véritable "texte", dans le sens de l'art qu'est l'écriture. Les trucs qu'on lit sur les blogs qui font dans le genre "tu m'as quittée, j'arrête plus de pleurer, reviens s'il te plaît, sinon je vais me tuer" (les rimes en -é, JE LES HAIS), faut pas croire, mais souvent leurs auteur(e)s se croient extraordinairement inspiré(e)s. Et comme ça, du jour au lendemain, ils croient avoir eu une révélation, s'être découvert un talent, être le génie du siècle etc.
Je sais de quoi je parle parce que j'étais comme ça. Le truc, c'est que j'avais treize ans, et l'écriture, c'était pas juste un binz pour faire l'artiste mal aimée devant mes copains de collège, c'était déjà un truc plus fort et plus important pour moi. Je savais déjà où je voulais aller, et je ne comptais surtout pas m'arrêter à ça.
Alors quoi ? Souvent ces personnes-là s'inscrivent sur les forums, affirment haut et fort leur passion (J'AIME ECRIRE ! JE VAIS ETRE ECRIVAIN !), qui dure depuis plus ou moins longtemps, promeuvent leur originalité avec plus ou moins d'ostentation, et puis après bombardent le monde entier de leurs textes, dans l'espoir d'être acclamé. En fait, ils recherchent une réponse à leur reflet dans le miroir. Ils se sentent beaux, ils se sentent bons, et ils veulent confirmation.
Ceux-là m'insupportent.

Je pense que quelqu'un qui aime vraiment écrire, c'est quelqu'un qui doit savoir lire. Dans tous les sens du termes, autant lire les textes des autres (et en particulier de ceux qui savent déjà le faire, j'évoque ici les vrais écrivains reconnus de façon justifiée et dont la renommée perdurera pour la bonne raison dans le temps), savoir en apprécier le suc secret, que se relire soi-même. On doit savoir s'auto-critiquer. Si on ne trouve rien à redire, c'est là que le forum de partage devient intéressant : on a le regard des autres, qui est forcément différent du nôtre, et qui donne une nouvelle lumière sur notre travail, pour nous élever. Mais si on part avec le bon état d'esprit, étant celui d'un apprenti ou tout simplement d'un être humain conscient de ses failles, avec un minimum d'humilité et de bon sens, même si parfois les remarques, ça pique, on arrive à les peser et les comprendre. Et à avancer.

Bon, j'ai dit plein de trucs. Mais pour résumer, moi, personnellement, j'attends des nouveaux de vraiment aimer l'écriture, les mots, et ce qui s'y rattache. Je ne parle pas de culture particulière qu'il faut avoir au préalable comme critère de sélection, je serais bien mal placée à ce sujet d'ailleurs. Mais je pense qu'il faut une véritable implication dans ce domaine, et non pas seulement le considérer comme un vague passe-temps, ou pire, comme quelque chose de déjà acquis, de déjà là, et de déjà extraordinaire. Même les génies ne sont pas nés avec le prix Goncourt autour du cou.

Après, pour le problème de ceux qui se sentent éternellement incompris, c'est plus délicat. Moi-même je fais beaucoup de choses potentiellement incompréhensibles, du moins au premier degré, et souvent on m'a fait le reproche du "mais j'ai compris à ta m***" et je suis d'accord. Seulement, c'est là que devrait intervenir le travail, et tout du moins c'est ce que je m'efforce de faire de mon côté. Si on se cantonne à une zone bien délimitée, qui n'englobe que son propre champ d'entente, on n'écrit que pour un public restreint d'initiés, et soi-même. Autant rester dans ces frontières. Mais si on cherche à partager, on se met aussi en position de critique, et on cherche à toucher un public plus large. Du coup, les retours peuvent être très différents, et il faut savoir non seulement les accepter, mais aussi les utiliser. On n'est pas dans le cadre qu'une critique journalistique où on ne fait que décortiquer un texte pour l'encenser ou le réduire en poussière, on recherche la constructivité comme l'a déjà clamée la plupart d'entre les MdEiens qui se sont exprimés. Et même si on est acerbe je ne pense pas qu'un seul de nos coms n'ait été que taillant.
Après il est bien vrai que parfois ce ne soit qu'une question de sensibilité. Moi la poésie classique en bonne et due forme avec les vers, la métrique, les trucs et les muches, ça me parle pas, même si j'admire la structure, la maîtrise et parfois la virtuosité. De même que d'autres trucs un peu plus flous qui, me laissant tellement sur le carreau, n'arrivent même plus à me toucher. Mais ça reste à comparer, et si moi j'aime pas et que ce n'est qu'une question de sensibilité, d'autres devraient aimer. Faut vraiment se poser des questions quand tout le monde d'où qu'il vienne, dit : berk.



Donc pour faire court (OUF), je dirais que les nouveaux devraient être là pour partager, accepter de se remettre en question (et là je suis d'accord que des fois on pourrait être plus gentils, même moi je sais que j'en ai piqué bien comme il faut xD), ne pas venir juste pour la louange.
Du coup en faisant court j'ai redit vos arguments.  :mrgreen: Mon post ne sert à rien. LOL
C'est pas que je suis loin du but, c'est que je suis à côté de la plaque !

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 970
  • Championne de fautes de frappe
LOL. Mais si, il sert ! J'attendais d'ailleurs de voir ce que tu répondrais à ce fil ^^


Il faut comprendre que de nombreuses personnes qui un jour se découvrent le plaisir d'écrire, le font surtout par désir d'expulser les trop-plein de la vie. Ce qui est compréhensible et en rien répréhensible, qu'on soit d'accord. Mais au-delà du fait que leurs premiers balbutiements littéraires sont souvent des lieux communs, je suis très réservée sur le fait de qualifier ça de véritable "texte", dans le sens de l'art qu'est l'écriture. Les trucs qu'on lit sur les blogs qui font dans le genre "tu m'as quittée, j'arrête plus de pleurer, reviens s'il te plaît, sinon je vais me tuer" (les rimes en -é, JE LES HAIS), faut pas croire, mais souvent leurs auteur(e)s se croient extraordinairement inspiré(e)s. Et comme ça, du jour au lendemain, ils croient avoir eu une révélation, s'être découvert un talent, être le génie du siècle etc.
Je sais de quoi je parle parce que j'étais comme ça. Le truc, c'est que j'avais treize ans, et l'écriture, c'était pas juste un binz pour faire l'artiste mal aimée devant mes copains de collège, c'était déjà un truc plus fort et plus important pour moi. Je savais déjà où je voulais aller, et je ne comptais surtout pas m'arrêter à ça.
Alors quoi ? Souvent ces personnes-là s'inscrivent sur les forums, affirment haut et fort leur passion (J'AIME ECRIRE ! JE VAIS ETRE ECRIVAIN !), qui dure depuis plus ou moins longtemps, promeuvent leur originalité avec plus ou moins d'ostentation, et puis après bombardent le monde entier de leurs textes, dans l'espoir d'être acclamé. En fait, ils recherchent une réponse à leur reflet dans le miroir. Ils se sentent beaux, ils se sentent bons, et ils veulent confirmation.
Ceux-là m'insupportent.

Je suis entièrement d'accord. Sur le reste aussi, d'ailleurs, mais c'est sur ce point-là que je voulais revenir.

Mais ce que je me dis, c'est qu'il est inutile d'avoir des commentaires vraiment cassants. Parce que si c'est des pseudo-génies tels que tu les décris, ça va pas les aider, ils se remettront pas en question, ils penseront qu'on est un forum de nuls qui comprennent rien à leur Art.
Et si c'est pas des pseudo-génies, mais juste des gens qui ont écrit des trucs et cherchent un regard extérieur ? Ou alors des gens qui pensent que c'est pas mal sans avoir vu qu'en fait, ils se sont complètement plantés ? C'est pas forcément constructif de se prendre un "mais que c'est nul" dans la figure ^^ (je caricature, je sais bien que personne fait ça, hein ; c'était juste pour servir mon propos ^ ^ ). ça risque de faire se refermer l'huître. (Oh mon Dieu, je viens de comparer les nouveaux à des mollusques...).
Tout reste question de formulation. C'est un peu comme quand on note des élèves, lol. Quand j'en parle, les gens s'offusquent si je mets des notes au-dessous de 8 parce qu'ils considèrent que c'est absolument pas motivant et que si on se prend un 6/20 alors qu'on avait travaillé, ça pousse à laisser tomber plutôt qu'à se corriger. Pour moi, c'est la même optique.
Il faut garder à l'esprit que la personne qui reçoit la critique est un être humain, et pas nécessairement un grand prétentieux qui se croit destiné au Goncourt.

Voilà, c'était juste pour nuancer, mais à part ça je crois qu'on est tous d'accord ^^
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Kasprzak

  • Prophète
  • **
  • Messages: 626
    • Mike Kasprzak
Tout à l'heure je me promenais dehors, il faisait déjà nuit. Une nuit de janvier bien fraîche et pleine d'étoiles glacées. J'étais près de la place de mon village, celle qui a une fontaine sans eau et dans le brouillard froid j'ai entendu une voix bien vivante crier après un type quelques mètres plus loin. Arturo ! Arturo ! J'ai pensé à l'Italie, j'ai pensé à la poussière. J'ai pensé à Bandini... J'ai levé les yeux vers le ciel bleu et noir et je suis rentré chez moi pour recopier ce passage de Demande à la poussière, de John Fante, et je me suis dit que ça conviendrait parfaitement ici. Alors voilà.





« La sensation s'évapore aussi vite qu'elle est venue, et quand je me relève je suis bien dégoutée de moi-même, l'horrible teigne, ce sale chien noir d'Arturo Bandini.
Alors je me mets à mon bureau et je m'attelle à ma lettre de critique pour Sammy.


Cher Sammy,
Cette petite trainée est venue chez moi ce soir ; tu sais bien qui je veux dire, Sammy. Cette petite pute mexicaine aussi bien roulée qu'elle est gourde. Elle a porté à ma connaissance certains scribouillages dont tu serais soi-disant l'auteur. Qui plus est, elle m'a appris que tu étais bientôt mûr pour le Grand Faucheur. Ordinairement je trouverais ça tragique comme situation. Mais ayant eu le loisir de lire ta bouse de manuscrit je crois pouvoir me faire l'interprète du monde entier en te disant tout de suite que ton trépas arrange tout le monde. Sammy, tu ne vaux et ne vaudra jamais rien comme écrivain. Je suggère en conséquence que tu devrais t'en tenir à faire le ménage dans ton âme, imbécile, avant de quitter un monde qui soupire déjà de soulagement à l'idée de te voir partir. Je voudrais pouvoir dire honnêtement que ta disparition me fera une peine énorme. Je voudrais aussi que tu aies pu, comme moi, laisser quelque chose à la postérité pour marquer ton passage sur terre. Mais tout ceci n'étant que trop clairement impossible, je te conjure de ne pas gâcher dans l'amertume les derniers jours qui te restent. Il est vrai que le destin ne t'a pas précisément gâté. Comme tout le monde ici-bas je suppose que toi aussi tu es content que cela se termine, et que tu te réjouis de savoir que les infâmes pâtés que tu as commis sur la page ne seront jamais examinés par la multitude. Je parle au nom de tout homme raisonnable et normalement constitué lorsque je t'adjure de brûler ce tas de fumier littéraire et de ne plus toucher désormais ni à l'encre ni à une plume. Même chose si tu as une machine à écrire, parce que même la frappe de ce manuscrit est une véritable disgrâce. Au cas où tu persisterais cependant dans ta pitoyable envie d'écrire, ne te gêne surtout pas pour m'envoyer tes âneries. Je te trouve quand même amusant. Même si bien sûr tu ne le fais pas exprès.




Là, ca y était, terminé. Il ne s'en remettrait pas. J'ai replié les manuscrits et j'ai mis la lettre avec dans une grande enveloppe. Je l'ai scellée, timbrée, adressée à Samuel Wiggins, Poste Restante, San Juan, California, et j'ai mis le tout dans ma poche-revolver. Ensuite j'ai remonté l'escalier pour sortir  de l'hôtel et poster ça dans la boîte au coin de la rue. Il était trois heures du matin à peu près. Un matin incomparable : le bleu et le blanc des étoiles et du ciel étaient comme des couleurs du désert et je me suis arrêté pour les regarder tellement elles étaient douces et émouvantes ; à se demander comment c'était possible, pareille beauté. Pas une seule fronde ne bougeait dans les palmiers sales. On n'entendait pas un bruit.
Tout ce qui en moi était bon s'est mis à vibrer dans mon coeur à ce moment précis, tout ce que j'avais jamais espéré de l'existence et de bon sens profond, obscur. C'était ça, le mutisme absolu, la placidité opaque de la nature complétement indifférente à la grande ville, le désert sous les rues et la chaussée ; et, encerclant ces rues, le désert qui n'attendant qui n'attendait que la mort de la ville pour la recouvrir de ses sables éternels. J'étais soudain investi d'une terrible compréhension, celle du pourquoi des hommes et de leur destin pathétique. Le désert serait toujours là, blanc, patient, comme un animal à attendre que les hommes meurent, que les civilisations, s'éteignent et retournent à l'obscurité. Les hommes étaient bien braves, si c'était ça, et j'étais fier d'en faire partie. Tout le mal de par le monde n'était donc pas mauvais en soi, mais inévitable et bénéfique ; il faisait partie de cette lutte éternelle pour contenir le désert.
En regardant au sud en direction des grosses étoiles je savais que là-bas s'étendait le Santa Ana Desert, que là-bas sous les étoiles un homme pareil à moi gisait dans une cabane ; un homme que le désert avalerait plus tôt que moi, et ce que je tenais à la main c'était son dernier effort, l'expression de sa lutte contre le silence implacable vers lequel il se sentait précipité. Assassin ou barman, barman ou écrivain, qu'importe : son sort était le sort de tous, sa fin ma fin ; et ce soir dans cette cité de fenêtres éteintes il s'en trouvait des millions comme lui et comme moi, aussi impossibles à différencier que des brin d'herbe mourante. C'était déjà assez dur comme ça de vivre, mais mourir c'était la tâche suprême. Et Sammy allait bientôt mourir.
Debout sur le trottoir, la tête appuyée contre la boîte à lettres, je me morfondais pour Sammy, pour moi, pour tous les vivants et les morts. Pardonne-moi, Sammy ! Pardonne à l'idiot ! Là-dessus je suis retourné chez moi et j'ai passé trois heures à lui écrire du mieux que j'ai pu critique et conseils. Pas du genre, ça c'est mauvais, ça ne colle pas. Je disais plutôt, à mon avis, je verrais plutôt, etc., etc. Quand je me suis couché, il était six heures du matin, mais j'ai dormi du sommeil du juste. J'étais vraiment formidable ! Un grand homme, décidément, doux et plein de tact, aimant homme et bêtes d'un amour égal. »
"le public ne retient d'un écrivain, ou de ses écrits, que ce qu'il souhaite, et se moque du reste. or ce qu'il en retient lui est, la plupart du temps, le moins indispensable, alors que ce qu'il laisse filer lui ferait le plus grand bien."

http://www.lecafardheretique.fr/

Hors ligne Menthe

  • Prophète
  • **
  • Messages: 910
Je suis d'accord avec ta nuance Milora. Chacun se prend pas pour le prochain Goncourt, c'est vrai (et encore heureux, déjà bien trop de gens sont imbuvables à force d'ego), mais ça m'énerve TEEEEEELLEMENT ces bigorneaux qui au fond n'en ont rien à foutre de l'écriture et qui veulent juste des roses, et des bravos, que ça donne sacrément envie de leur en coller une. Cela dit, c'est quand même vrai qu'il faut rester pondéré, on ne sait jamais qui on a vraiment de l'autre côté de l'écran. Et puis parfois il y en a qui sont sincères et qui progressent pour de vrai de vrai, faut pas les décourager.

 :mrgreen: Je veux zêtre un bisouuuu

(quoique je suis plus d'accord avec la théorie des toupoutous  :P)
C'est pas que je suis loin du but, c'est que je suis à côté de la plaque !

Hors ligne Elhora

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 507
Bon, je ne vais pas tout reprendre parce que je suis d'accord sur tout ce que vous dîtes et que je dirais que  : oui développer son esprit critique est effectivement ce qui fait avancer. cf : Menthe.

Juste une petite chose dont, il me semble, vous n'avez pas parlé. Il s'agit du fond d'un texte. Je pense que là où les critiques peuvent se radoucir et se nuancer c'est quand on s'attaque au fond. Par exemple, un texte peut être très mal écrit (berk!! et il mérite d'être décortiqué et critiqué) cependant si le fond est original ou touchant, on peut le préciser. A contrario, je repense au texte d'Ange Bleue. Elle parle de "l'inspiration". C'est un thème de fond très "dangereux" en cela qu'il a été traité retraité et re-re-retraité des milliers de fois. Difficile donc de faire quelque chose d'intéressant sur ce thème. On aurait pu lui faire remarquer. Il en est de même pour les poèmes d'amour. C'est du vu vu, revu et revu et revu! Attention quand on se lance sur ces thèmes, on a peu de chance de faire quelque chose d'original et de touchant. Du coup, elle lui faisant remarquer ça, on peut relativiser les critiques. On est forcément beaucoup plus exigeants sur la forme quand des thèmes sont si banaux et le résultat peut vite être bancal ou ennuyeux à mourir... Je pense que cela peut permettre à l'auteur de relativiser les critiques et de se dire : "Effectivement, sur ce coup là, je n'invente pas la poudre!!"
Dans le cas contraire, louer ce qui est original : "Tiens tu as fais un poème sur un "ballon de foot" (au hasard comme ça  :P) c'est super mal écrit mais au moins l'idée est étonnante et ça change. Essaye encore!"  C'est encourageant je trouve!

Enfin, je commence à comprendre vos réticences vis à vis des nouveaux. Je suis décidément bien trop naïve. J'avoue que j'ai été choquée qu'Ange Bleue dise se retirer puis qu'elle revienne en s'adressant aux nouveaux sans même un mot d'explication. Je ne trouve pas ça correct ni respectueux alors que vous  avez tous passé du temps à vous remettre en question suite aux critiques qui lui ont été faîtes  (Ange Bleue, si tu me lis, je serais ravie d'avoir ton opinion!!). Donc je comprends mieux votre sentiment d'être traités comme un fast food : on mange, on se barre!!   :(

Voili voilou!!

Sur ce , excellente journée à tous!!
"Si c'est un valet, annonce un valet. Si c'est un pique, annonce un pique. Mais pour une putain, tu dois toujours dire "une dame". Leur vie est déjà assez pénible et la politesse n'a jamais tué personne."
Patrick Rothfuss

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 663
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Oui, pour ton histoire de fond, je vois ce que tu veux dire. Je pense que la plupart d'entre nous s'efforce en général de le dire dans ses commentaires, quand le fond est intéressant et qu'on aimerait le voir développer (faut pas croire, on sait être encourageants :P), même si l'écriture est pas tip top.

Je crois aussi que la majorité du temps, on prend aussi le temps de dire que c'est le fond qui pèche, que c'est vu et revu et tout, mais dans ces cas-là, c'est vrai qu'il serait peut-être bien de proposer des alternatives, d'aider l'auteur à s'émanciper du côté banal et vu et revu.



Tiens, je crois que j'en avais déjà parlé à Milora une fois, y'a longtemps, mais je trouve qu'il y a parfois un truc qui manque dans les commentaires (ça vaut pour les miens aussi, hein). Je veux dire, on relève tout ce qui va pas (là c'est lourd, là j'aime pas parce que ça casse le rythme, il faut trouver autre chose, etc. les fautes) on donne le ressenti, en gros, on pointe tout ce qui nuit à notre lecture... Mais des fois, on ne propose pas de l'améliorer !

Je veux bien que ce soit à l'auteur d'écrire son texte, mais rien n'empêche parfois (je sais que plusieurs le font) de proposer des alternatives à des phrases bancales, enfin, tout un travail d'aide à la réécriture - l'auteur n'est pas obligé de réécrire mot pour mot ce qu'on lui a dit, mais ça l'orienterait vers une correction efficace, peut être.
Je pense que c'est surtout valable pour les jeunes auteurs, ceux qui débutent ou qui n'ont pas trop confiance en leur écriture, mais ça peut aussi servir aux vieux auteurs qui peuvent s'en servir de tremplin pour sublimer leur texte ! (je m'emballe XD mais c'est vrai que des fois, le commentaire fait peut-être un peu "lâché", genre "là là et là ça va pas, maintenant débrouille toi", et ça peut être pas très motivant pour un auteur de retravailler son texte avec des avis comme ça, qui sont peut être, eux aussi, un peu impersonnels.)

Maintenant, je sais aussi que certains auteurs ont horreur de ça, parce que c'est leur texte. Moi j'aime bien, parce que je suis pas obligé d'en tenir compte mais que parfois, ça débloque une situation.

Vous en pensez quoi ?
Perdu

Hors ligne Elhora

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 507
@Rain : Moi, je valide, je trouve que c'est une très bonne idée!! Tout en précisant que c'est un exemple et que l'auteur n'est pas obligé de le recopier tel quel!!  Je trouve que c'est très constructif et ça aiderait à mieux comprendre les erreurs (dès fois, rien de tel qu'un exemple!!  ;D).

Mais par contre, comment vous faîtes??? Comment trouvez-vous le temps????? (parce que du coup, ça demande un vrai travail d'aider quelqu'un à reconstruire une phrase!!)

Là je vous jure, je prends les conseils!! (ou alors, je suis très très lente du cerveau  :P)

NB : Kaz : j'aime beaucoup le texte de John Fante!!

Have a nice day!!
« Modifié: 21 janvier 2012 à 16:43:49 par Elhora »
"Si c'est un valet, annonce un valet. Si c'est un pique, annonce un pique. Mais pour une putain, tu dois toujours dire "une dame". Leur vie est déjà assez pénible et la politesse n'a jamais tué personne."
Patrick Rothfuss

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 663
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Ben, le temps, je pense que c'est ça en fait, qui nous manque XD. Moi j'ai pas d'excuse, je suis étudiant et j'ai pas de boulot, alors je devrais pouvoir commenter (mais je le fais rarement  :-¬?), mais beaucoup d'entre nous ont pas forcément le temps de se plonger en profondeur dans le texte.

Maintenant, on sait que le commentateur n'a pas nécessairement le temps, et si l'auteur a besoin de ces précisions supplémentaires et qu'elles n'y sont pas, il peut aussi très bien les demander. Mon message était surtout destiné aux commentaires de texte de nouveaux auteurs ou de gens qui n'oseraient pas forcément demander plus d'aide.
D'où, encore une fois, la nécessité pour les nouveaux d'en passer par la case présentation pour qu'on puisse les cerner un peu de ce côté-là. Je pense vraiment que la base de l'échange se trouve-là.
Perdu

Hors ligne Marygold

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 264
  • marmotte aphilosophique
Je suis d'accord avec toi Rain. Perso, j'essaye de donner des conseils, mais seulement quand je sens que l'auteur est tout ouïe, ouvert à l'échange, et qu'il demande lui-même de l'aide. Sinon, c'est assez difficile, on ne sait pas du tout si l'auteur ne va pas mal le prendre.

Elhora : on essaye de prendre du temps où y'en a ^^ Mais ce n'est pas facile, c'est sûr (d'où le fait que ce soit très énervant lorsqu'un auteur ne se rend pas compte du temps qu'on a passé sur son texte).
Oh yeah ! 8)

Hors ligne Iseult

  • Aède
  • *
  • Messages: 242
Bonjour,

Toute jeune inscrite, le sujet m'a intéressé, je garderais en mémoire vos remarques le jour où je posterais un de mes textes, et demanderais donc de l'aide, des pistes pour la réécriture  ;D

Pour le côté commenter les textes des autres membres, quand on est nouveau, débutant en plus dans l’écriture, c'est pas évident de le faire. Donc quelques petites questions là en vrac ......... Est ce que vous avez une méthode particulière (je pensais employer la même méthode quand je dois corriger les dissertations de mon fils)? Que faire quand vous partagez le ressenti plus ou moins générale, vous postez tout de même? (bon les questions ont l'air pas fines mais j'aimerais éviter les maladresses ;)).

Je finis sur le côté critique de certains commentaires, c'est ce qui m'a plu et c'est la raison de mon inscription, parfois voir souvent il faut savoir mettre son égo de côté si on veut avancer, s'améliorer.

Ah heu moi aussi j'ai été surprise par l'âges de certains, découvert d'ailleurs sur ce post ........  :-¬?

Bonne journée à vous




"Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres." Nelson Mandela

Hors ligne Verasoie

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 975
    • Attendez-moi sous l'orme.
Citer
Pour le côté commenter les textes des autres membres, quand on est nouveau, débutant en plus dans l’écriture, c'est pas évident de le faire.

Débutant dans l'écriture oui, mais dans la lecture certainement pas : et c'est bien le point de vue d'un lecteur qu'on recherche  ;)

Sinon, ce qu'on est beaucoup à faire c'est relever une par une les phrases qui posent problème, ou qu'on apprécie particulièrement (ça a l'air laborieux comme ça mais c'est plus facile de les copier coller au fur et à mesure, que de les retrouver après-coup) en expliquant pourquoi on a relevé ça. (Comme on annoterait une dissert' dans la marge, quoi). Et l'impression finale après. Mais chacun sa méthode, et puis c'est pas systématique x)
Pendant des années la vie ne vous lâche rien que des mesquineries minables, et encore faut-il les lui arracher, sans compter la bonne humeur qu'on dépense à rester joyeux pour lui plaire, et tout à coup, sans raison, allez savoir pourquoi, elle vous balance sans prévenir des trésors dans les pattes.

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 970
  • Championne de fautes de frappe
Tout d'accord avec Verasoie !

Citer
Que faire quand vous partagez le ressenti plus ou moins générale, vous postez tout de même? (bon les questions ont l'air pas fines mais j'aimerais éviter les maladresses ;)).
Oui oui, toute lecture peut apporter quelque chose à l'auteur, même si c'est pour dire "je suis d'accord avec les autres". Déjà parce que ça fait plaisir de savoir qu'on a été lu, ensuite parce qu'une remarque venant d'une seule personne peut rester une question de goût ; si plusieurs ont les mêmes impressions, c'est certain que ça vient du texte.

Si au début tu ne vois pas trop quoi dire en détail sur le texte, il suffit d'expliciter le plus précisément possible ce que tu as pensé/ressenti en le lisant. Comme dit Vera, c'est le côté lecteur qui compte. Le commentaire d'un  texte apporte à l'auteur de savoir ce qu'il transmet ou pas à ses lecteurs...
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.052 secondes avec 23 requêtes.