Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

18 novembre 2019 à 22:33:28

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Adodescente en enfer

Auteur Sujet: Adodescente en enfer  (Lu 128 fois)

Hors ligne Fanny

  • Plumelette
  • Messages: 7
Adodescente en enfer
« le: 10 novembre 2019 à 19:09:52 »
Quelque chose de râpeux lui léchait le visage, les yeux encore fermés, elle sortit tout doucement de son sommeil, et tenta de se débarrasser de l'intrus venu se réfugier dans son lit.
- Va t'en Pixel !
Mais le chat semblait bien installé !

-  Maman ! .... Mamannnn ! Viens prendre le chat ! Mamannnn !

Pas de bruit. Etonnant. La maison était étrangement calme. Fatiguée de s'époumoner en vain, elle sortit péniblement de son lit. La jeune fille ouvrit sa porte, le couloir était désert. Elle se traina jusqu'à la chambre de ses parents, le parfum de sa mère flottait encore dans l'air, mais la pièce était vide. Légèrement inquiète à présent, elle descendit alors l'escalier, et se dirigea vers la cuisine. Une atmosphère inhabituelle... pas d'odeur de pain grillé, ni le grondement du micro-onde, pas de vaisselles qui s'entrechoquaient sous le jet d'eau de l'évier…

- Papa...maman, vous êtes où ?
- ...
- Allez c'est bon, j'ai passé l'âge de jouer à cache-cache !

En entrant dans la cuisine, l'adolescente alluma la lumière, le ciel était couvert, et la pièce un peu sombre.  Un léger frisson la parcourut. Elle fit le tour de la pièce puis scruta un peu angoissée tout autour d'elle. Son regard fut alors interpellé par la porte du frigo. Un petit mot. L'écriture de sa mère, régulière et parfaite lui disait simplement qu'ils étaient partis pour le week-end.

Ma chérie,
Ton père et moi avons besoin de repos, nous sommes partis prendre un bol d'air pour le week-end. Tu ne manqueras de rien, bien sûr, j'ai fait les courses avant de partir.

On t'embrasse mon ange

La maison pour elle toute seule ? C'était noël avant l'heure ! Mathilde improvisa une danse épileptique au milieu de la cuisine tout en chantant à tue-tête. Puis elle s'affala sur le tabouret du bar, et attendit son petit déjeuner. Elle prit son téléphone pour envoyer un message « what's app » à tous ses contacts !

- Oh ! la loose ! pas de réseau  !

C'est alors qu'elle remarqua un petit point rouge clignotant sur le répondeur... Elle appuya sur le bouton « play » pour écouter le message. La voix de sa mère envahit la pièce : J'ai oublié de te dire, ma chérie, il n' y a pas internet, mais ne t'inquiète pas, un technicien passera à notre retour, lundi. On t'embrasse

- J'ai vraiment le Sum ! Bon...c'est pas grave je vais manger et appeler mes potes, au-moins mon téléphone fonctionne.

Ce fut le moment choisit par son portable pour s'éteindre. Plus de batterie ! Agacée, elle brancha le chargeur sur la prise à côté du micro-onde. A cet instant, Mathilde réalisa que son petit déj n'allait pas se faire tout seul et qu'elle allait devoir s'y coller! C'était une première ! Elle regarda tout autour d'elle. Elle semblait porter toute la misère du monde sur ses épaules.
Elle ouvrit alors le frigo... pas de lait ! Bon... alors où sa mère rangeait-elle ses réserves ? Il lui fallut ainsi une bonne demi-heure pour trouver le lait dans le cellier, une véritable caverne d'Ali Baba dans laquelle elle n'avait jamais mis les pieds... Ensuite trouver un bol, le chocolat en poudre et son paquet de céréales préféré ne fut pas une sinécure non plus. Après avoir ouvert le lait, non sans difficulté d'ailleurs, versé son chocolat, et mélangé sa mixture d'un coup de petite cuillère, elle mit fièrement le tout dans le micro-onde !
L'adolescente sortit un instant de la cuisine pour aller chercher sa robe de chambre, quand un bruit explosif la fit sursauter. Elle courut jusqu'à la cuisine, et vit des étincelles sortir du micro-onde. Un éclair de génie traversa alors son esprit paniqué… elle appuya sur la touche stop du monstre déchainé.
Mathilde attendit quelques minutes avant d'oser approcher à nouveau de l'engin, et sortir son bol brulant, qu'elle lâcha immédiatement en poussant un cri de douleur. Son chocolat au lait gicla sur sa peau déjà meurtrie puis se répandit sur le plan de travail en un joli dégradé de marron. Se souvenant d'un cours dispensé au collège sur les gestes aux premiers secours, elle ouvrit le robinet d'eau froide et y passa sa main quelques minutes. Rapidement, des cloques disgracieuses apparurent malgré tout. Mathilde cherchait déjà comment elle allait pouvoir camoufler ces horreurs, mais pour le moment son estomac la rappela à l'ordre. Avec la main valide qui lui restait, la jeune fille attrapa un autre bol et décida de boire son chocolat au lait...froid. Relevant la tête, elle réalisa qu'elle était dans l'obscurité. Elle était pourtant certaine d'avoir allumé la lumière tout à l'heure. L'aurait-elle éteinte sans s'en rendre compte? Elle se releva en soupirant et appuya sur l'interrupteur. Pas de lumière. Que se passe-t-il ici ? C'est alors qu'elle découvrit avec stupeur, son téléphone qui nageait dans le lait. « Non ! » Elle prit son précieux, et comprit rapidement que ce dernier n'avait pas apprécié cette immersion dans son lait du matin. Impossible de le rallumer, le liquide s'était infiltré à l'intérieur de l'appareil, rien n'à faire ...
Désespérée, elle regarda hagard autour d'elle, courut de pièce en pièce et réalisa qu'elle n'avait plus de lumière, plus d'électricité nul part. Les larmes aux yeux, son enthousiasme du matin avait disparu au profit d'un terrifiant sentiment de désespoir. Sans internet, sans télévision, et sans téléphone...Comment ses parents avaient-ils pu l'abandonner ainsi ! Elle ne pouvait même pas appeler le 119, numéro d'urgence pour les enfants maltraités ! La pièce se mit à tourner autour d'elle, ses jambes ne la soutinrent plus, elle s'écroula au milieu de la cuisine, inconsciente. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, aussi blême que le plafond qu'elle fixait, Mathilde ne pouvait plus bouger. Son téléphone à la main, les larmes montèrent au souvenir du drame qu'elle avait vécu. Elle l'effleurait avec nostalgie mais n'osait pas le regarder. Sous sa main tremblante, elle ne sentit pas la froideur du carrelage. Surprenant. Elle tourna la tête, et s'autorisa alors à jeter un coup d'œil autour d'elle. Un sourire réapparut sur ses lèvres. Sa main...indemne. Tout devenait évident à présent, mais pour se rassurer complètement, elle glissa un doigt sur l'écran de son téléphone qui s'éclaira immédiatement.
Quelque chose de râpeux lui lécha alors le visage, elle tenta de se débarrasser de l'intrus venu se réfugier ... dans son lit.
- Va t'en Pixel !
Mais le chat semblait bien installé !
- Maman ! .... Mamannnn ! Viens prendre le chat ! Mamannnn !
Fanny

Hors ligne Dieter

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 296
  • Orthographe réformée = Histoire déformée
    • Dieter
Re : Adodescente en enfer
« Réponse #1 le: 10 novembre 2019 à 21:55:59 »
Bon sang, c'est tellement vrai, tout ça !  ;D
J'ai adoré. Néanmoins, j'ai ressenti l'exaspération de la part de l'auteur envers l'adolescente, avec les sous-entendus sarcastiques envers l'adolescente. Exemple :
Citer
Un éclair de génie traversa alors son esprit paniqué
C'est très drôle, mais je me demande si ça a bien sa place ici.
À part ce petit point de détail, ce texte m'a vraiment fait passer un agréable moment. Merci du partage.
On n'a rien inventé de mieux que la bêtise pour se croire intelligent.
Amélie Nothomb

Hors ligne O.deJavel

  • Aède
  • *
  • Messages: 166
  • Lentement les choses se précisent...
Re : Adodescente en enfer
« Réponse #2 le: 10 novembre 2019 à 22:41:08 »
Je souscris aux propos de Dieter : Lire ce texte fait du bien !
Ah ! Mes chers ados…

Enfin…

Quelques pinaillettes destinées à alléger le texte par ailleurs très vif, juste bien, léger, agréable.

Citer
Quelque chose de râpeux lui léchait le visage, les yeux encore fermés, elle sortit tout doucement de son sommeil,

Suggestion : Comme le texte est au passé simple et que l'imparfait est utilisé pour les événements qui accompagnent l'action, la première phrase gagnerait à être restructurée :

Quelque chose de râpeux lui lécha le visage. Elle émergea du sommeil en tentant de se débarrasser de l'intrus venu se réfugier dans son lit. Pas certain qu'elle sortit "doucement" du sommeil... héhé ..mais comme il s'agit "d'un rêve-dans-un-rêve", on pourra accepter que tout soit permis. :)

Autres petits machins où les ressentis sont nommés plutôt que montrés:

elle sortit péniblement de son lit :

Suggestion pour faire vivre au lecteur une levée de lit adolescente : Elle sortie de son lit. Ses premiers pas étaient titubants.

Elle fit le tour de la pièce puis scruta un peu angoissée :

Suggestion pour montrer l'angoisse plutôt que de la nommer : Elle entra dans la pièce, et figea. Ses lèvres s'entrouvrirent.

Quelques perles qui m'ont faites pouffer de rire, de ce rire vengeur d'un père qui a eu plusieurs ados (et qui a survécu) :

"Elle prit son précieux" :)
"J'ai oublié de te dire, ma chérie, il n' y a pas internet, "  Euh! Mais comment un auteur peut-il imaginer une scène aussi cruelle ? Fanny ! Tu nous fais nager dans l'horreur !!!!   >:D

La scène du micro-onde était très réussie.  Je m'arrête... lol

Merci pour ce texte !



Dans la section Textes longs : L’envolée du Constellation

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 816
  • Cas désespérant
Re : Adodescente en enfer
« Réponse #3 le: 10 novembre 2019 à 23:34:29 »
Salut salut

Citer
Quelque chose de râpeux lui léchait le visage, les yeux encore fermés,

Vu comme c'est écrit, c'est "quelque chose" qui a les yeux encore fermés. il faudrait au minimum un point virgule à visage

Citer
Mais le chat semblait bien installé !

je ne comprends pas trop le point d'exclamation

Au niveau de ton troisième paragraphe, un prénom pour ton perso ne me semblerait pas de trop. Surtout qu'il finit par arriver, bien plus bas.

Citer
Légèrement inquiète à présent, elle descendit alors l'escalier,

à présent et alors sont redondants

Citer
plus d'électricité nul part.

nulle

Citer
et sans téléphone...Comment

manque une espace

Citer
Sa main...indemne

idem

Bon, je vais être moins laudatif que mes camarades du dessus. Rien que la faute de frappe dans le titre...
Edit : on me souffle que ça peut être un jeu de mots. Bon, j'avais lu tout le texte avant de faire la réflexion, pour voir s'il y avait quelque chose qui pouvait m'orienter, c'était plus basique que ça :mrgreen:
Bon du coup je trouve que ça marche pas trop, c'est peut-être un peu trop fort pour le propos du texte, je sais pas.

Internet avec une majuscule
Pour la ponctuation en général : points doubles (? ; ! : ) c'est une espace avant, une espace après. Les autres (... , .) c'est pas d'espace avant, une espace après.
Majuscule à Noël

Sur le fond, le problème c'est que j'ai pas cru à un seul instant aux parents qui partent le matin sans rien dire la veille ; d'autant plus en supposant que leur fille sait se débrouiller alors que visiblement non (j'ai du mal à croire qu'ils le supposent s'ils ne lui ont pas appris ; et s'ils ne lui ont pas appris j'ai du mal à croire qu'ils partent sans elle et sans lui dire). La fin en mode rêve, bof ; y a pas assez de maitrise, c'est pas assez travaillé pour que ça marché, et pour le coup, malheureusement, c'est fait et refait (surtout parce qu'on l'a tous et toutes fait et refait).
Sur la forme, sans que ce soit horrible à lire, j'ai trouvé que c'était globalement assez maladroit et que ça manquait de fluidité.

A+
« Modifié: 10 novembre 2019 à 23:42:39 par Loïc »
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne cyamme

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 404
  • Marmote insomniaque Parrainage ouvert !
    • Parrainage !
Re : Adodescente en enfer
« Réponse #4 le: 11 novembre 2019 à 00:29:31 »
Hello,

Loïc a fait un relevé super détaillé, du coup je m'autorise à ne pas en faire, merci Loïc !  ;)t   
J'ai trouvé le texte plutôt divertissant. Contrairement à mon prédecesseur, j'avais pas capté le jeu de mot dans le titre. Il me convainc pas vraiment. En revanche, en lisant "adolescente en enfer" et le début de l'histoire, je m'attendais vraiment à lire une de ses histoires d'horreur : les parents qui partent, les moyens de communication coupés, les appareils électroménagers qui lancent des étincelles...  Du coup, j'ai été plutôt agréablement surprise de la chute qui m'a vraiment surprise. Elle est sans prétention et pas hyper originale, c'est vrai mais pour moi elle fait le job ici. C'est un petit texte sympa à lire.

ah si, un truc que Loïc a laissé passé :
Citer
pas d'odeur de pain grillé, ni le grondement du micro-onde, pas de vaisselles
la virgule avant "ni" est de trop ;)
J'aurais dit "ni de grondement de micro-onde", je pense puisque l'odeur du pain grillé et la vaisselle ont le droit à des déterminants indéfinis donc ça me semble pas logique de traiter le micro-onde différemment.

Au plaisir !
On ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs.
C'est de là que viennent les coquilles. (et aussi de mon clavier en qwerty)

Hors ligne Fanny

  • Plumelette
  • Messages: 7
Re : Adodescente en enfer
« Réponse #5 le: 11 novembre 2019 à 11:00:51 »
Bonjour et merci d'avoir pris ce temps pour mon texte. Je vais le retravailler  en prenant en compte certaines remarques. Concernant le caractère plausible d'un départ des parents, je l'envisage comme une leçon donnée à cette adolesccente par des parents qui ne manquent pas d'humour : évidemment ils ne sont pas partis loin, et évidemment internet n'est pas en panne, juste coupé. Le ton sarcastique de l'auteur relaye celui de ces parents revanchards absents. Mais du coup à la lecture de vos retours,  je me demande si mon intention n'est pas trop implicite? Après la chute, montrer au lecteur qu'en réalité les parents sont cachés dans la maison et assistent avec délectation à toute cette scène? Le titre, un jeu de mots en effet, et non une faute de frappe,  est volontairement en décalage avec le contenu, tout comme les réactions démesurées de cette adolescente.
Fanny

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 816
  • Cas désespérant
Re : Adodescente en enfer
« Réponse #6 le: 11 novembre 2019 à 11:18:33 »
En fait pour moi avec cette intention est encore pire '-'
Si la gamine sait pas se débrouiller seule, c'est qu'ils ne lui ont pas appris. Je l'avais plus ou moins pressentie, l'intention, mais je ne voulais pas en préjuger.
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne drink_champagne

  • ex keepcalmanddrinkchampagne
  • Tabellion
  • Messages: 41
Re : Adodescente en enfer
« Réponse #7 le: 11 novembre 2019 à 13:26:58 »
Bonjour Fanny! ;-)

pour ma part, j'ai beaucoup aimé ;-)

en revanche, contrairement à d'autres, je n'avais pas vu arriver la chute :-[  j'avais l'impression au fil de ma lecture que c'était la réalité, et qu'elle allait voir son week-end qu'elle pensait être du coup festif, virer à un véritable cauchemar, pour une fois qu'elle avait la maison pour elle toute seule :-) j'ai dû regarder trop de films d'horreur :mrgreen:

Très sympa en tous cas! ;-)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.067 secondes avec 23 requêtes.