Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

18 juillet 2019 à 11:21:02

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » La littérature d'ascenseur

Auteur Sujet: La littérature d'ascenseur  (Lu 653 fois)

Hors ligne Xaba

  • Scribe
  • Messages: 63
    • Les nouvelles Contingences
La littérature d'ascenseur
« le: 13 avril 2019 à 13:47:05 »
On parle volontiers de musique d'ascenseur pour évoquer ces fonds sonores fades et sans saveurs, ou au contraire si bien connus qu'ils hantent notre imaginaire, et qu'on nous repasse en boucles sans fin  dans les métros, les supermarchés et les montes charges de telle façon semble t'il à ne pas nous laisser désemparés sans savoir quoi fredonner... Existe t'il selon vous une littérature d'ascenseur, édulcorée, insipide, indolore, à ce point triste et sans reliefs qu'elle vous donnerait plutôt envie de dévorer la liste téléphonique ou celle même de vos propres dents plutôt que de lire et de commenter ?

En ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 600
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #1 le: 13 avril 2019 à 14:00:31 »
Les romans de gare ?
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 600
  • Homme incertain.
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #2 le: 13 avril 2019 à 14:09:33 »
Question de goût, non ?
On est tous la littérature d'ascenseur d'un autre lecteur...
...en moi, comme l'écho de la mécanique des pales, un battement sourd...

En ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 051
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #3 le: 13 avril 2019 à 14:27:39 »
Guy des Cars a écrit de bons romans de gare par exemple.
Une littérature d'ascenseur, ça pourrait être comme les proverbes dans les biscuits de fortune ? Comme la musique d'ascenseur, ils sont simples, répétitifs, et on a affaire à eux dans des endroits pas adaptés à une expression artistique. Pour ça que ça tape sur les nerfs au bout d'un moment, pas qu'ils soient nuls dans l'absolu (enfin c'est pas non plus de qu'il y a de plus stimulant) mais parce que ce n'est ni l'endroit ni le moment.
« Modifié: 13 avril 2019 à 14:34:19 par extasy »

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 600
  • Homme incertain.
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #4 le: 13 avril 2019 à 14:47:51 »
Mais la notion de saveur et de fadeur est à chacun personnelle, malgré tout.

Il y a des romans récents pourtant très populaires qui pour moi sont fades, avec leurs phrases simples, sujet-verbe-complément, et leur vocabulaire basique, leur intrigue banale et des personnages stéréotypés.

Question de goût, y a pas photo.
...en moi, comme l'écho de la mécanique des pales, un battement sourd...

anlor

  • Invité
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #5 le: 13 avril 2019 à 14:53:30 »
Je suis déçue ; je pensais que ce fil allait parler de conseils de livres à lire dans un ascenceur, et que peut-être même il y aurait un sondage pour savoir ce qu'on préférait lire dans cette circonstrance  :-\

Hors ligne Xaba

  • Scribe
  • Messages: 63
    • Les nouvelles Contingences
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #6 le: 13 avril 2019 à 15:03:13 »
Je suis déçue ; je pensais que ce fil allait parler de conseils de livres à lire dans un ascenceur, et que peut-être même il y aurait un sondage pour savoir ce qu'on préférait lire dans cette circonstrance  :-\


voila une bonne idée y' a bon banania... Dans un ascenseur on pourrait lire par exemple La tour infernale ou Ascenseur vers l'échafaud...



Guy des Cars a écrit de bons romans de gare par exemple.
Une littérature d'ascenseur, ça pourrait être comme les proverbes dans les biscuits de fortune ? Comme la musique d'ascenseur, ils sont simples, répétitifs, et on a affaire à eux dans des endroits pas adaptés à une expression artistique. Pour ça que ça tape sur les nerfs au bout d'un moment, pas qu'ils soient nuls dans l'absolu (enfin c'est pas non plus de qu'il y a de plus stimulant) mais parce que ce n'est ni l'endroit ni le moment.
Guy des Cars..? Romans de Gare? Et pourquoi pas la collection Harlequin tout entiere ou les SAS de G. De Villiers ! Voyons un peu de respect pourlalitterature de haute volée

Posts fusionnés.
Merci d'éviter les doubles posts ;)
« Modifié: 13 avril 2019 à 15:19:16 par Rémi »

En ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 600
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #7 le: 13 avril 2019 à 15:20:17 »
La littérature de haute volée devrait péter un bon coup, ça lui fera du bien.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

Hors ligne Miléna

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 271
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #8 le: 13 avril 2019 à 18:41:49 »
Je trouve ta façon de présenter le sujet vachement méprisante en fait  :-\

Tu sembles prendre pour acquis qu'il existe une "bonne littérature" belle, harmonieuse, pur expression du génie artistique et une "mauvaise littéraire" commerciale, mal écriture, qui ne mériterait même pas d'être imprimé sur un rouleau de papier toilette.
Désolé mais je n'accroche pas à cette vision manichéenne et faussement élitiste de la littérature.

La littérature de haute volée devrait péter un bon coup, ça lui fera du bien.
Tout pareille



Je veux écouter du Hans Zimmer dans les ascenseurs  :huhu:

En ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 051
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #9 le: 13 avril 2019 à 23:00:50 »
Citer
Mais la notion de saveur et de fadeur est à chacun personnelle, malgré tout.
Personnellement, j'ai des goûts changeants...
Avant je n'appréciais pas les points de suspension tu t'en souviens ? maintenant ils me plaisent :D

Hors ligne Xaba

  • Scribe
  • Messages: 63
    • Les nouvelles Contingences
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #10 le: 14 avril 2019 à 00:17:18 »
Je trouve ta façon de présenter le sujet vachement méprisante en fait  :-\

Tu sembles prendre pour acquis qu'il existe une "bonne littérature" belle, harmonieuse, pur expression du génie artistique et une "mauvaise littéraire" commerciale, mal écriture, qui ne mériterait même pas d'être imprimé sur un rouleau de papier toilette.
Désolé mais je n'accroche pas à cette vision manichéenne et faussement élitiste de la littérature.

La littérature de haute volée devrait péter un bon coup, ça lui fera du bien.
Tout pareille



Je veux écouter du Hans Zimmer dans les ascenseurs  :huhu:

Si je voulais affirmer quelque chose je ne poserais pas une question. Voila pourquoi aussi je demande ce que d'autres pensent sur le sujet. Maintenant si vous deplacez le sujet cela ne me gene pas. Et si vous vous sentez genée ou offensée j'en suis désolé ce n'etait pas le but du post...

Hors ligne Miléna

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 271
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #11 le: 14 avril 2019 à 12:45:51 »
En l’occurrence ta question affirme beaucoup de chose et j'ai du mal à comprendre sur quoi elle porte.

Ta question est-elle : existe-t-il de la mauvaise littérature, fade et sans saveur ?
Ou alors est-elle plutôt : quel serait le genre de récit qu'on pourrait lire dans un ascenseur ?

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 142
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #12 le: 15 avril 2019 à 13:49:45 »
Au vu des éléments historiques que j'ai en ma possession (c'est-à-dire très peu), je crois pouvoir faire l'analyse selon laquelle il existerait une lecture d’ascenseur au même titre qu'il existe une littérature de croisière, de cocher, de volière ou encore de chambre d'hôtel.

Sans compter les bouquins de transat, les manuels de longévité, les recueil de pensées improbables et les magazines de salle d'attente chez le médecin.

Je crois pouvoir ajouter qu'un tel mouvement intitulé « ascensorisme » ferait concurrence aux vols planés et aux fusées spatiales, et apporterait sur la société un regard à proprement parler probable.

Ses contradicteurs seraient ainsi appelés escaladistes, escalieristes ou bien plumes-grimpeurs.

L'installation d'un tel ascenseur sur le Monde de l'Écriture coûterait entre 15000 $ et 120000 £ – sans compter les frais de réparations – ce qui nous amènerait à réduire le nombre d'étages dans la tour des savoirs de trente-six à cinq étages afin de limiter les frais d'inscription.

Je ne doute pas un instant que celui qui a eu cette idée passée par la tête s'en ira très humblement déposer un brevet pour la très ingénieuse invention afin de rentabiliser le temps perdu à procrastiner.

Mes plus regrettables excuses pour la longueur de ce compte-rendu.
« Modifié: 15 avril 2019 à 14:01:47 par Alan Tréard »

En ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 051
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #13 le: 15 avril 2019 à 23:47:10 »
Énorme :viviane:
(Je m'excuse, je n'ai rien d'intéressant à dire, je ne suis plus là)

En ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 754
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : La littérature d'ascenseur
« Réponse #14 le: 16 avril 2019 à 13:48:25 »
Alan :  :viviane: :facepalm: :viviane:
Avec des Si on fait de la musique monotone...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.547 secondes avec 23 requêtes.