Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

24 juin 2019 à 14:14:52

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|

Auteur Sujet: Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|  (Lu 402 fois)

Hors ligne Nacas

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 562
  • Dragon d'encre
Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|
« le: 05 janvier 2019 à 23:09:48 »
   « Il faut cesser d’être triste. »
   Aurait-ce été plus facile si j’avais été à sa place ? Je ne sais pas. Le courage, abordable, est toujours passé chez les autres ; jamais chez moi, je dois être en bout d’avenue. C’est comme le facteur. Je ne reçois plus aucun colis depuis longtemps, les rosiers sont de plus en plus hermétiques… Personne ne passe. Les murs défilent tout nus devant mes genoux, érigés comme des sentinelles entre mes doigts froids. Il fait froid. Et je me dis que je n’en reçois plus parce que j’ai cessé d’en envoyer. Mais, de me retrouver tout seul, c’est comme si je n’en avais jamais attendu. Alors j’attends.

Rien.

Je patiente le temps que le facteur retrouve le chemin ; et ma tête repose en loques sur le bureau. Mon pupitre. Mon encre. Mon papier. Mon ongle. Ses larmes. Elle est partie. Enfuie. Finie. Sa jupe s’est accrochée dans les rosiers. Effilochée. Écharpée. Comme les nuages tailladés, blanche, noyée dans un crépuscule. Rougie.

Ma bougie dans la nuit.

Et j’ai cessé de brûler. Le facteur n’est plus venu. J’aurais voulu qu’un jour quelqu’un m’écrase un bout de mon visage aussi. Sur le pupitre. Je me serais râpé de larmes de toutes les couleurs. Du noir à l’aile de corbeau. Des nuances sur toutes les octaves. Ses mots comme elle se sont envolés. Des mois comme elle se sont emberlificotés. Mais la trace de ses larmes agonisantes est restée. « Agonisante. » J’aurais voulu qu’elle se montre échancrée. Élancée. Fière. Altière. Elle n’avait été que toute fragile. Elle s’était éclatée comme un sac de billes.

Et mes pensées en musique d’accordéon.

La brume. La brume est revenue un matin. Par ma fenêtre, brisée. Ma fenêtre dépigmentée. Le jour où un croissant de lune avait fait jaillir tous les morceaux de verre le temps s’était comme arrêté. On a changé d’ère. Mon corps s’est mit à rougeoyer en noir et blanc. Sur des lignes de sa surface. Comme des entailles. Les bris blancs, transparents, éparpillés. Par terre. Ils reflétaient l’œil noir de la bête. La bête de brume. Le monde de brume. La mort du reste. La survie du corps. Malgré tout le reste. Le corps a changé d’ère. C’est lui.

C’est moi.

Moi aussi, j’ai changé. Je me suis condensé. Dans cette chambre, close. Que les propriétaires n’avaient pas voulu nous céder. Je lui envoyais des fragments de la vie d’antan. La vie d’avant les couleurs. D’avant les directions des lames. Les rayons de la nuit. Le pupitre était là bien avant moi. Mais elle s’est enfuie. Et moi pas. Comme si le froid avait pris possession de mes sens. La brume poussière. La bête noire de brume et brumeuse d’espoir. J’étais son espoir. Elle répondait à mes morceaux par des lettres. Des portions d’histoires. Des histoires. Sans couleur. Sans bête diffuse. Où tout est simple où tout se suit. Rien aucun effluve. Juste de l’encre. L’encre que je ne pouvais plus toucher. Mon corps, évanescent. Rien que du papier ; du verre ; les rosiers. Dehors. La nuit. Le temps figé. Le temps défige. Il fait nuit.

Je fais face à des ombres noires et blanches.

Je fais appel en moi. « Agonisante. » Agonisante revient ; mais partie, qui reste en moi ? Les murs de la chambre sont de plus en plus nus chaque nuit. Et je ne reçois plus de petits paquets de sa part. Plus de papier blanc. Plus de pochette noire. Plus que des couloirs de moi.

Rien.

Je suis mort un vingt-deux avril. J’aurais préféré mourir en été. Ce jour-là me faisait froid comme en hiver. Les rosiers chancelaient. On les aurait dits pleins de neige. Tout seul dans ma chambre. Les carreaux ont explosé. Une grande, grande… grande corneille est entrée… elle a visé mon corps… Et ses longues serres se sont enfoncées dans ma chair. Et le monde entier est devenu une flasque de couleurs. Une frasque. Une flaque. Une cage. Que j’aurais voulu vague.

Je ne fais face à rien.

Si je ne lui prenais pas ses couleurs, si… si sa robe blanche avait pu se ternir de rouge, cette nuit-là ; les murs de ma chambres auraient accepté de me rendre ma chaleur. Cruelle brume. Cruelle chambre. Cruel pupitre. Elle était venue. Dans la lumière de ma nuit, où je peux enfin toucher. D’autres choses qui ne sont ni froides ni blanches, détourées. Mais lorsque je l’ai plaquée contre le dur. Du pupitre. Je ne sais pas, quelque chose a dû glisser. J’ai dû glisser. Il n’y avait plus de morceau de verre, par terre, j’avais tout envoyé. Plus rien à quoi me raccrocher.

Elle s’est enfuie dans la nuit.

Si je laisse défiler les nuits, si je ne trouve rien pour empêcher de passer les vents je… je vais me frigorifier et disparaître. Mes doigts se font plus gourds de jours en jours. Se figent. Se figent. Les sens s’évadent. Mon corps change. La brume s’enflamme. De cendres. Grises. Diffuses. Je vais sortir. Et le temps reprendra son cours. Je vais mourir. Et je n’aurai même plus mes doigts gourds. Cruelle corneille.

Alors pourquoi ne la rattrapé-je pas ?
« Modifié: 06 janvier 2019 à 12:36:54 par Nacas »
Maybe there's a reason, maybe there's a rhyme
Maybe I'll figure it out, some other time...

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 722
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|
« Réponse #1 le: 05 janvier 2019 à 23:55:47 »
dingue
j'ai pas lu mais ça a l'air ouf

respect pour cet éclair qui m'éclaire
Scriptive Experience

"L'histoire s'écrit... et c'est moi qu'a le stylo... j'les baise... c'est la rue... pas d'prof de philo" - LACRIM

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 117
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|
« Réponse #2 le: 06 janvier 2019 à 11:00:10 »
J'ai lu beaucoup de textes de toi jusqu'ici, et je pense que celui-ci est probablement mon préféré (de tous ceux que j'ai lus). Quelques petites fautes comme 'Si je ne lui prenais pas sa couleurs", etc. Et <3 pour l'espoir à la fin du texte, aussi. Merci Nacous pour la lecture !

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 133
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|
« Réponse #3 le: 06 janvier 2019 à 18:44:20 »
Bonjour Nacas,

Alors, j'étais curieux de découvrir ce texte réalisé pendant l'heure du tic-tac.

Je saisis le thème des sens liés au vêtement, peut-être aurais-je aimé trouvé quelques descriptions plus poussées des parures, des dentelles, ou autres coquetteries, cela m'aurait invité à plonger dans ton univers.

En ce qui concerne le rythme, je n'ai malheureusement pas pu m'y retrouver (tout en admettant qu'il ait été écrit dans la précipitation), je me demande s'il ne m'aurait pas manqué une accroche pour que je puisse entrer dans le wagon du train et ne pas avoir à courir derrière ma propre lecture. Ce que j'entends par ces mots, c'est que certains détails ont échappé à ma compréhension si bien que j'ai eu le sentiment de ne pas en saisir toutes les inspirations.

Ça fait quand même très plaisir de lire comme cela un texte qui m'emmène ailleurs, j'y découvre alors ce que je n'aurais pas pu trouver en d'autres circonstances, et ça fait du bien.

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 972
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|
« Réponse #4 le: 06 janvier 2019 à 21:17:27 »


C'est, comment dire - obscur pour moi. Mais je ressens un malaise évident, je ne déteste pas sans tout comprendre (je dois être un peu ouf  !)

 :D
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Nacas

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 562
  • Dragon d'encre
Re : Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|
« Réponse #5 le: 06 janvier 2019 à 21:44:58 »
Ouah, ben ça fait plaisir de voir tant de gens.
J'suis content Dot, j'aime bien lire les tiens aussi, j'ai toujours l'impression que tu triches, mais je n'arrive encore jamais à mettre le doigt sur comment.
Pis Miro, et bien j'ai fait de mon mieux, et finalement on a réussi à sortir un morceau, n'est-ce pas ?
Je me suis concentré pour sortir un fragment clair, Où tout est simple où tout se suit. Je crois que pour l'instant, j'ai fait de mon mieux.
J'ai arrêté les diatribes de sons et de rien qui s'entremettent, parce que de toute façon s'il y a des choses, à quoi bon les mystifier ?
Alan, je ne comprends pas trop les thèmes du vêtement, il y a de grandes chance pour que mon être nouvellement de brume n'en porte pas, d'ailleurs. les vêtements ne sont que la manière dont on habille nos fantômes.
Pour ce qui est du rythme, il y a des imperfections de sonorités sur la fin, et globalement les essais sont rarement transformés. mettons que ce n'est pas facile en une heure ; mettons aussi que je me suis plus concentré à écrire un texte, et pas un brouillon.
Je suis content que ça ait pu te transporter dehors quand même.
Salut Claudius ! Pour le malaise, je me doutais que cela transparaîtrait, mais bon, j'ai essayé de le rendre pas trop étouffant non plus.
J'espère que ça vous a plu.
J'en ferai d'autres.

Nacas
Maybe there's a reason, maybe there's a rhyme
Maybe I'll figure it out, some other time...

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 133
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Se faire errer être vitre |défi tic-tac 05/01/2019|
« Réponse #6 le: 06 janvier 2019 à 22:01:34 »
Alan, je ne comprends pas trop les thèmes du vêtement, il y a de grandes chance pour que mon être nouvellement de brume n'en porte pas, d'ailleurs. les vêtements ne sont que la manière dont on habille nos fantômes.

Pas de soucis, je parlais du thème du tic-tac (vestiaire=vêtements)/robe blanche :

vestiairedessens
[close]

Pour ce qui est du rythme, il y a des imperfections de sonorités sur la fin, et globalement les essais sont rarement transformés. mettons que ce n'est pas facile en une heure ; mettons aussi que je me suis plus concentré à écrire un texte, et pas un brouillon.
Je suis content que ça ait pu te transporter dehors quand même.

Ouais pour moi, ça a suffi à me tenir jusqu'au bout, tu proposes ici une lecture plaisante.
« Modifié: 06 janvier 2019 à 22:03:38 par Alan Tréard »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.104 secondes avec 23 requêtes.