Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 juin 2019 à 14:36:25

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]

Auteur Sujet: Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]  (Lu 730 fois)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 976
  • Miss Green Mamie grenouille
Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« le: 13 juin 2018 à 22:38:41 »

Le sablier.

Là sur la table basse, posé, un immense sablier égrène ses minutes. Je le fixe, comme si ma vie dépendait du moindre grain suspendu à l'éternité. Elle me regarde. Ses yeux ne laissent paraître aucune émotion, aucun sentiment. Des yeux bleus et froids. En face de moi, un homme grand et brun, le visage tourmenté par des tics déformants, suit lui aussi du regard le sablier.

Un, deux, trois... les grains, un à un semblent défier le temps. Le silence est pesant, aussi pesant que la lenteur des milliers de perles de silice tombant une à une.
— Vous avez une heure pour tout me dire.
Elle lance ces mots en retournant le sablier, ce qui a pour effet d'augmenter les rictus de mon vis-à-vis, il ne réagit pas et me dévisage tristement. Elle se tourne vers moi, le regard toujours aussi détaché.
— Vous, par exemple, pourquoi êtes-vous là ?
Cette question directe me fait sursauter, je ne réagis pas et reste immobile les mains posées sur mes genoux et la tête baissée. J'ai peur de la regarder. Cette femme me fait peur !

Elle se dirige vers la table et couche le sablier.
— J'ai tout mon temps, l'heure ne débutera que lorsque vous vous déciderez à ouvrir la bouche.
Sur ces mots, elle s'assied et m'observe dans un silence monacal.

Je ne peux quitter des yeux le sablier couché, le temps est arrêté. Le temps est arrêté, pourquoi le temps s'est-il arrêté ?
Mon cerveau cherche au plus profond de moi le courage d'ouvrir la bouche, le courage de dire. Mais cet homme en face de moi, cet homme et ses mouvements disgracieux, cet homme qui me suit partout, tout le temps, partout, tout le temps... Pourquoi est-il parti ? Le temps, elle a arrêté le temps. Je crie... Je hurle, en me levant d'un bond de la chaise et montrant du doigt, celle où se tenait l'homme aux tics.
— Il était là ! Il était là ! Il est parti avec le temps !

Elle se lève, redresse le sablier, je me rassoie légèrement rassurée. Si le temps n'est plus suspendu, alors il doit être là. Il est là.
— Que voyez-vous ? me demande-t-elle d'une voix presque douce.
— Là, en face de moi, un homme grand et brun, il est plein de tics.
— Qui est cet homme ?
— Je ne sais pas, il est juste là.
— Et il fait quoi ? Il vous a fait quoi ?
— Rien ! Il ne m'a rien fait, il me suit, il est là. Sauf quand le temps s'arrête.
— Le temps ne s'arrête jamais voyons, le temps fuit seconde par seconde mais jamais ne fait de pause.
— Non le temps s'arrête, il s'arrête ! Vous l'avez bien arrêté vous !
— Je n'ai pas arrêté le temps, c'est impossible.
— Si, vous avez couché le sablier, le temps ne passait plus, alors il est parti.
— Le sablier compte le temps, il ne l'arrête pas.
Je restais là, dubitative, c'est obligé que le temps s'arrête, sinon il serait toujours là et parfois je ne le vois pas.
Serait-il caché hors de ma vue, tapi dans l'ombre ? Serait-il un être étrange doté d'un pouvoir d'invisibilité ?
— J'ai peur.
Ces deux mots, à peine murmurés, semblent ne pas troubler mon interlocutrice. Je sens qu'elle me scrute fixement, deux flèches d'acier au milieu des orbites. Je répète :
— J'ai peur.
Je prononce ces mots sans savoir pourquoi, comme en me parlant à moi-même. Sa voix me fait tressaillir.
— Vous craignez quoi ?
Je la fixe à mon tour, l'air hébété, comme si tout n'était qu'un cauchemar. Mais non, le sablier est là pour me rappeler que le temps file et que je suis bien réveillée. Et lui, il est là, toujours là.
— J'ai peur de lui.
— Lui, c'est qui ? Je sais que vous le savez, vous devez le dire, il faut le dire.
— Je ne sais pas, je ne sais pas... je ne veux pas savoir, je ne veux pas me souvenir, je ne veux pas !
— Si je vous dis-moi qui est cet homme ?
— Non ! Non ! Je ne veux pas !

Je me lève d'un bon, en courant vers la porte, en passant près de la table je renverse sablier. Je cours dans la rue à perdre haleine. Je crie : là sur le trottoir deux traces noires. La voiture. Mon père... il souffre... la douleur déforme son visage. Laissez-moi ! Laissez-moi ! Je ne veux pas ! Papa... Papa !

Laissez-moi avec lui. N'arrêtez pas le temps, laisser le sablier compter le temps pour l'éternité.


Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 554
Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #1 le: 13 juin 2018 à 22:58:34 »
Youuuuu !

Citer
le visage tourmenté par des tics déformants,
et des tacs déformants aussi  :mrgreen:

J'aime assez, la fin est un peu abrupte, ou plutôt un poil confuse, pendant un instant j'ai cru qu'elle voyait vraiment des traces sur la route (plutôt qu'un souvenir obsédant, si j'ai bien compris).

Y a quelques expressions un peu cliché mais la progression est chouette et l'idée très sympa.

Merci pour la lecture :)

Rémi

Hors ligne Become

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 305
Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #2 le: 13 juin 2018 à 23:06:23 »
Sympa l'idée du sablier, tu temps qui s'arrête, la description des grains qui tombent un à un :)

On a tous repris le tic-tac d'une certaine manière  :D

Au plaisir ;)
Vivons d'humour et de crème fraîche

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 786
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #3 le: 13 juin 2018 à 23:52:42 »
Joli texte ^^

La fin dans sa forme fait peut-être un peu simple, enfin j'aurais aimé que la scène où on envoi valser la salle dure un peu plus longtemps (pas en terme larmoyant, juste... fin tu vois)

Mais c'était chouette ^^
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

En ligne Léilwën

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 413
  • L'elfe au lapin roux
Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #4 le: 14 juin 2018 à 20:41:44 »
Coucou Clau !  :coeur:

Citer
Des yeux bleus et froids
=> Isabelle ? :D

Citer
Le silence est pesant, aussi pesant que la lenteur des milliers de perles de silice tombant une à une.
=> :coeur:

Citer
ce qui a pour effet d'augmenter les rictus de mon vis-à-vis, il ne réagit pas et me dévisage tristement
=> j'aurais mis un point ou un ; à la place de la virgule parce que la phrase s'arrête à ce moment-là

Citer
je ne réagis pas et reste immobile les mains posées
=> j'aurais mis une p'tite virgule après "immobile"

Citer
Je ne peux quitter des yeux le sablier couché, le temps est arrêté. Le temps est arrêté, pourquoi le temps s'est-il arrêté ?
Mon cerveau cherche au plus profond de moi le courage d'ouvrir la bouche, le courage de dire. Mais cet homme en face de moi, cet homme et ses mouvements disgracieux, cet homme qui me suit partout, tout le temps, partout, tout le temps... Pourquoi est-il parti ? Le temps, elle a arrêté le temps. Je crie... Je hurle, en me levant d'un bond de la chaise et montrant du doigt, celle où se tenait l'homme aux tics.
— Il était là ! Il était là ! Il est parti avec le temps !
=> beau paragraphe sur la folie ! :)

Citer
je me rassoie
=> rassoiS

Citer
Si je vous dis-moi
=> Si je vous dis, moi,

Citer
Je me lève d'un bon
=> +d

Au total : j'ai bien aimé ! Ça se lit bien et ça se tient bien ! En bémol, j'ai eu l'impression que tu avais été prise par le temps (^^) pour la fin.

À bientôt ! :oxo:
Grammar nazi en désintoxication intensive

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 530
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #5 le: 15 juin 2018 à 07:48:34 »
Bonjour Claudius,

Superbe texte !

Du haut, ou plutôt du bas, de mes faibles connaissances littéraires, je ne m’aventurerais pas à en faire la critique. Seule les idées émises et les sentiments qu’elles soulèvent me touchent directement. Dans de tels moments de lecture, tu pourrais écrire en phonétique que je ne m’en apercevrais probablement pas.
Un point étrange j’ai écris le mois dernier un texte court qui effleure un mélange des théories du temps.
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 132
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #6 le: 16 juin 2018 à 13:54:45 »
Oi,

Citer
Là sur la table basse, posé, un immense sablier égrène ses minutes. Je le fixe, comme si ma vie dépendait du moindre grain suspendu à l'éternité. Elle me regarde.
Qui ça, elle ? La vie ? (parce que « sablier » est masculin…)
Edit : ah, peut-être l'éternité

Citer
— Vous avez une heure pour tout me dire.
Elle lance ces mots en retournant le sablier, (…)
Je vois pas du tout qui est ce « elle », vu que l’inconnu est un homme qui regarde aussi le sablier…

Citer
Vous l'avez bien arrêté vous !
Vous l’avez bien arrêté, vous

C'est sympa et ça se lit tout seul ^^ Seul bémol, pour moi : tu décris une atmosphère angoissante, centrée autour de la peur... mais je n'ai ressenti ni l'un ni l'autre (je sors indemne du texte, pas très triste pour eux). Après, c'est peut-être juste moi qui ne suis pas touchée. L'autre chose qui m'a manqué c'est une sommaire description du "elle", même si j'entends bien que cela doit rester un personnage énigmatique. Mais le fait est que rien ne l'introduit et je me demandais vraiment de qui tu parlais - après la description du sablier et de l'autre homme.
Merci pour ce texte !
« Modifié: 16 juin 2018 à 14:01:38 par Miromensil »

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 530
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #7 le: 16 juin 2018 à 14:09:33 »
Pour ma part j'ai tout de suite ressenti la présence d'un homme, face à elle, donc deux protagonistes. La présence du troisième, une femme, ne m'est effectivement apparue qu'après la référence à cet homme.
Il est vrai que j'ai lu ce texte deux fois.
Peut-être la fonction de cette femme qui l'interroge (debout sans doute) serait utile.
En revanche ces imprécisions nous laissent beaucoup d’interprétations possibles.

Après une troisième lecture il me plaît encore plus...
J'ai sans doute l'esprit trop tordu !

 
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 976
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Re : Le sablier [défi tic-tac 13 juin 2018]
« Réponse #8 le: 16 juin 2018 à 14:56:57 »
Rémi, oui j'ai été prise par le temps à la fin, d'autant que j'ai commencé un peu en retard. Je pense que je reprendrai ce texte pour l'affiner un peu. Quant aux traces sur la route, elle les voit en sortant sur le trottoir, et c'est l'électro-choc qui fait tout remonter dans sa mémoire. Merci de ton retour ça m'encourage vraiment pour la prose.

Become
Merci ! oui le tic-tac !

Léilwën Merci à toi aussi, oui le temps comme je le dis plus haut, une heure c'est court à gérer.

Ben, oui pour la fin, et merci pour ton appréciation !

B.Didault C'est gentil comme commentaire, je suis touchée. Merci beaucoup ! Surtout d'avoir lu trois fois !

Miro - Je comprends tes réticences, je ne voulais pas donner une grande importance à la psy en fait, je voulais que l'attention se porte plus sur la narratrice et cette vision qui la poursuit, 
 Elle donc c'est la troisième personne: la psy, celle qui sert de confidente.

Merci à toutes et tous de vos retours, je reviendrai sur ce texte pour plus de clarté sur Elle et la fin trop expédiée.

 :coeur: :coeur: :coeur:



« Modifié: 16 juin 2018 à 15:49:13 par Claudius »
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.058 secondes avec 23 requêtes.