Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

30 octobre 2020 à 18:10:37
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Ben.G, Claudius) » Poèmes d'Hiver

Auteur Sujet: Poèmes d'Hiver  (Lu 1263 fois)

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 627
  • Innuendo Cumulonimbus
Poèmes d'Hiver
« le: 28 mars 2018 à 21:21:00 »



#6       26/12/17


Des vagues d'oiseaux qui sillonnent un ciel crépusculaire.
Ils se réunissent tous autour d'un arbre centenaire aux branches nues, un arbre solitaire d'hiver.
De loin, on méprendrait les oiseaux pour des feuilles qui roucoulent, mais ce n'est pas le cas. Il suffit de s'approcher pour remarquer leurs silhouettes ailées, leur petit bec, les plumes sombres. Alors le silence se fait, et ils s'envolent tous au même moment, une marée noire qui fend les airs comme un seul être, zigzague un temps puis disparaît ailleurs, au loin
Ce n'est pas grave, je sais qu'ils reviendront demain. Et pour toute la durée de l'hiver.




#9     29/12/17



Tu rêves d'un train qui parcourt la nuit.
Ses rails sont des nuages, il fonce là-haut avec les étoiles. Tu ouvres la fenêtre et tend la main dehors pour en attraper une, elle brille dans ta paume comme une luciole, juste assez de chaleur pour te chatouiller, ça te rappelle quand ta mère y dessinait des mots magiques lorsque tu tombais malade. Le train arrive dans une ville-cité suspendue dans les airs, une dent de terre coincée dans un océan crépusculaire. Tu l'explores en sautant de toit en toit, et alors tu vois un groupe d'enfants qui jouent à cache-cache dans les venelles. C'est la première fois que tu les croises mais tes tripes grondent de nostalgie.  Il y a Ploumtchoune l'empoté timide, Chtouminouille le petit futé à qui il manque une canine, et Riguedone la fille aux cheveux de feu qui bat tous les garçons. Toi tu ne sais pas comment les aborder, tu hésites, mais eux ils te prennent par la main avec un grand sourire, alors tu les suis et tu joues à cache-cache le plus naturellement du monde. Ici le crépuscule ne bouge pas, alors vous vous pourchassez durant des heures, des heures, jusqu'à vous écrouler de fatigue.
Ensuite, perchés sur la haute horloge de la ville, les pieds qui dansent dans le vide, tu contempleras l'horizon bercé par leurs rires. La ville est un vaisseau le train ta mémoire ta paume cherche les étoiles et la chaleur inonde tes joues voilà ta mère qui chuchote des caresses la fièvre est douce amère ce soir.




#10      30/12/17


J'ai vu des gens se jeter du haut d'un gratte-ciel à la télé. C'était joli, le chœur de leur cri épars avant de s'éparpiller sur le bitume. Des violons accompagnent leur chute, la mélodie est douce, langoureuse, comme si elle est jouée par des anges. Et là je comprends pourquoi leur cri est si beau. Ils sont vivants.

*

La fin du monde est là, je l'entends faire craquer le parquet. Elle essaie d'être discrète mais le bois est vieux, il fait des bruits d'articulation à l'agonie.

*

Les cloches du village sonnent avec frénésie, des troupeaux de loups mutants hurlent longuement, longuement.

*

La fin du monde court sur le parquet, elle fait tomber un vase qui se fracasse par terre.

*

Une porte s'ouvre, elle grince aussi à cause du bois.

*

Une mouche se débat dans mon tympan.




#16                  05/01/18



Un moineau sur
le balcon,
pluie de printemps.




#17               06/01/18




                                                                          Le spectre


                                                       de nos soupirs...


                                                                                                                                                       noyé.


   
                                                                                          dans l'agonie










                                 
                                                                                                                               du silence








                                                        Tes yeux muets je refusai de voir



                                                                                                                                               la
                                                                                                                                     Pleine
                                                                                                                                Lune
                                                                                                                              à
                                                                                                                         nos



 cô                                                                                                                                                                                                                              tés







                                                                contemplai avec tristesse l'embarras la terreur







                                                                                                       Le Volcan



                                                                       dans ma gorge.



                                                                                            (je voulais te dire tant de choses si tu savais)




                                                                                                                                   J'
                                                                                                                                      a
                                                                                                                                        i

                                                                                                                                                V
                                                                                                                       O
                                                                                                                          M
                                                                                                                              I
                                                                                                                                T




                                       le néant



Et pourquoi ta froideur je n'ai pas compris ta froideur pourquoi je n'ai pas compris ta froideur je n'ai pas compris.


                                                                      Est-ce que je t'ennuyai


                     tu hésitais aussi ?


                                                                                                                                                                                                                             Ha ha.




                                                       (je me ronge les os jusqu'aux doigts)


                          PARLE DIS QUELQUE CHOSE N'IMPORTE QUOI moi je t'aime un enfant aphone l'hurle au fond de moi est-ce que tu ne l'entends pas non hein c'est réciproque on est assis sur le perron du temple dans la nuit

                                                                              le silence

l'univers s'e

                                   f





                                                    f







r



                                                                                       i






                           t




                                                                                                                 e autour de moi le monde fond une peinture effacée par les vagues incessantes qui s'écrasent encore et encore c'est le monde où je te dis je t'aime qui se fait essorer par la réalité celle où le mutisme les larmes de sang qui roulent sur mon cœur brûlantes une lave qui cautérise les peines ? non c'est les noces funestes le deuil de minuit les paradis s'



                                            ef



                         
                  f






                                                                                                                             a




                                                       c


                                                                                            e



                                                                                                                                 regarde comme les étoiles sont belles ce soir !




                                                                               Et après tu t'es levée.


                                                                                      Tu es partie.



                                                                   Tu n'as rien dit jusqu'à la toute fin.

                                                                                                                                                                       (moi j’espérai en secret que tu te retourne)

Je cherchai la réponse sur ton dos rien sur ta nuque rien sur le ciel rien sur les étoiles rien sur la lune rien sur mes doigts la haine je ne comprends pas ce que j'ai fait de mal ou ce que je n'ai pas fait peut-être fallait-il dire quelque chose ou alors simplement te prendre la main et tu aurais compris mais NON tu avais compris t'es pas conne tu me comprends c'est pour ça que je t'aimetumadit NON sans rien dire NON je t'ignore NON lâche-moi t'es chou mais rêve pas NON NON NON

                                                     NON                NON       NON        NON      NON                 NON           NON
 NON                NON              NON             NON       NON   NON  NON NON  NON    NON   NON  NON NON   NON   NON NON
      NONONONONONONONONONONONON    NON     NON  NON      NON           NON             NONON                  NON                 
   NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON 
NON NON NON NON NON NON NON NON NON NON NOOOOOOOOOON              NOOOOOOOOOOOOON
                                                                                     NON
  NON      NON                  NON                NON                              NON                        NON                              NON              NON
       NON NON NON NON    NON    NON                                                     NON                             NON                                      NON
     NON NON    NON  NON  NON   NON   NON   NON     NOOOON  NON
NON  NON    NON    NON     NON    NON     NON    NON    NON    NOOOOOOOON      NNNON   NON   NON
NON NON NON  NON           NON             NON   NON    NON                 NON                  NON
                NON  NON      NON     NON                                        NON           NON    NON      NON
NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON

                                                                                                    NON.


                                                                                                   Petite chenapine, pourquoi  :D











                                                                                                    POURQUOI PUTAIN








ha non ce n'est pas certain tu n'as rien dit tu hésitai beaucoup sûrement peut-être même bien sûr il aurait suffit d'un petit rien pour te faire changer d'avis je le sais.


                                             Je vois ces réalités où tu dis oui.


                                                                                        Oh si tu





                                                                                                                                                      savais.





                                                               cOmB1en


                                                                                                j'4ImE ça hi hi ! ^-^



       





                              n̵̢̧̢̡̡̡̡̧̧̢̧̧̧̧̢̧̧̢̛̛̛̝͙̜̤̬̭̘͓͖͉̗̼̤͎̩̣͉͓̭̺̲͕̝̱̹̰̱͖͈̗͓̮̹̖̝̤̯̰̜̞͎̠͉̱͈̱͕̟͖̲̮͔̹̬̭̲̩̜͙͖͖͔̬̦͕͕̠͚͉̗̖̣̖̳͍̺̖͉̩͔̩̮̰̟̝̳͖̗̗̦̮̜̹̗͚̮̦̙̤̠̩͎͙̘̣̭̝̱̘̥͚͈͖̖̹̮̤̙̙̞̭̗͚̖͉̱̠͎̣͈̽̀̅́͆̀̃̈̅̈́̎̎͒͂͌͊̒̽̀͊́͒͂̎͆́̉̈͒̑̈̓͒̾̾͆͋̾͊́̀̉̃̔̈́͒̍̎̕͘̚͘͘͜͜͜͜͜͝ͅͅͅͅͅơ̸̡̡̧̢̢̢̨̧̢̨̡̞̜͔͇̰̣͈͔̩̝͍̰̻͙̮̘͚̯̹̗̹̫̺̳̥̼̳͇̳͍̯̰̭͖̠̤̥̰̦͚̺̘̮͎̩̼̝̲̻͎̭̙͓̥̭͉̟̺͕̫̝̳̳͉͎͕̯͕̟͙̹͔͇̲̫͉̘͔͙̝͓̞̫̗̻̭͈̟̞̜̫̮̖̯̼̺̮̲̳͓͓̪̖̼͔͙̞͖̬̤̪͔̱͍͍̲͖̩͎͓̜̤͎̩̞͈̰̭̼̻̝͈̟̞̬͖͍͉̥̝̼̏̒̈́̃̈́́̓͂̎̅́̇͋̒̉̈́̓͒̐̿͊̀̎͊͋̑̌̔͌͋̿͑́̿́̋͆͋̓̂̿͗̂̾́̒̀̆̍̈́͆̅̂͑͑̍̍̓̋͗͆͊̽̍̈́͂̇̄̈́̐̀́̅̓̋̇̽̍̇̓̉͋̊̈́̿̂̀͛̅̈́͐́͂̋̅̆̿͐̎̐͛̌͑̀̆̇̽̊̌̈́̔̂̑̄͌̀̍̌̈́̍͘̚͘͘͘̚͘̕͘͜͜͜͜͜͝͝͠͠͝͝͝ͅͅͅư̶̧̛̲͈̜͍̮͎͎͖͚͍̺̠͈͉̠̘̝͍̇͋́͑̒̄̈̃̌͆͊̋͆̈̋̏̓̒͐̓̿̊̈́̓̂̀͑̀̚̕͘͜͠͝͝͝͝s̸̢̧̧̧̡̧̡̧̡̨̢̨̡̡̧̛̛̤̱̲̣̺͉͓͔̮̫̘̲͖̝͕̲̯͙̻̱̳͓̬͕̹͍̬̯͚̘̝̦̠̳͉̟̘͙̦͓̭̞̳̳̝̱͎̠͈̥̫̙̙̞̤̙͍̘͇̺̤͍̩̦̥͉̖̜͍̖̗̰̱̖̻̲͕̳͍̟̖̫̯̬̗̭̪̦̜̖̜̜̩̳̘͚̤̣͇̣͖͚͉̠̗̠̪͈̫͉̮̦͔̦͙̺̬͛̿̀̈̽̈́̿̿̓͛̌̀̎̑̈́͂͆̓̿͂̏͊̽̈́́̐̉̎̂͌̊͗̄̇̐́́̓̓̐̓͐͌̎̈́͗̒͌͊́́̒́͐͂͊̎̓̑̍̉̈̽̐̂̿͌̓͋̉̋́̔̍̾̃̈́̅̍̈̒̊̇͛̓̐̋̾͆̈͌̑͛̏̔̔́͐̐̿͗̀̐̇̄͒̂̄̈̈̉̓͌́͑͌̌̅͐͆͑̀͂̀͒̇̌̓̏́̑̆̆̏̈́̇̑̒̇͊̽̕̚̕̚̚̕̚̕̕͘̕̕͘͘͘̕̕͘͜͜͜͝͝͠͝͝͝͝͝͝͝ͅͅͅͅ ̵̨̨̢̢̛̛̛̛̛̛͔̟̰̤͚̮̝͎̞͔̻̼̗͍̞͔̻̬̥͕̺̖̥̖̠̭̫͕͇̦̠̤͚̺͖͙̥͕̠̠̰̙͙̙̝̭̦͕̲̻̠̯̳̠̤͖̪̟̝̬̣͙͒̀͂̈́̿͑̌̎͆̆̓̒̋̌͐͂̉̾͊̔̎̿̀̌͂͊̑̏̈́̍̽̉̈́̅̽̈́̂̇͗̓̂̓͛̑̿̓̏̀͛̆͌̓̅͂̉̏̊̅͐͂̓̓̈́̈́́̀̍̇̓͆̊̿̓̃̒̒͐͋̽͒͑͐̅̿́̐̑̄̃̿̌́̃͛̍͂͛̑͛͗́͋̅͊̿͌̿̆̃̑̎̅̏̈́͋̏́̐͊̐͘̕̕͘̕͘͘̕̕͜͜͜͜͝͝͝͝͝͝͠͠͠͠ͅͅi̷̛̛̛̙̰͙̐̀̂́͋̍̂͒̋̽̿̄̀̂̊́̒̀̌̑͌̒̈́̍̒̈́́͆̾̋̋̽̿̏̈̋́͐̒̊͗͑̃͗̃͐͛̎̌͂͂͒̒͑̉̀̾̇͂̓̀́̈̃̄̊̈̔͒̂̈́̌̂̇͛̅̀̏͐͌̈́̀̊̅͑͂͆̄͂̂́̇̈́́̌̊͋̿̈́̀͑̔̇͌̾̇̔͆̈́͂̇̽̏͑̀̽́̌͑̂̚͘̕̚͘͘̚̚̕̚͘̕͘͝͝͝͝͠͝͝͠͝ͅͅm̵̡̡̢̨̡̡̢̨̢̨̨̧̛̛̛͕͙̼͔͕̮̖͔͕̹̭̳̬̱̖̼̹̰̦͙̲̣̙̦̭̮̣̫͖̖̭͓̫͕̳̤̜̗̣̥̥͔̞͔̫̙̯̪͖̘̗̠̳̘͕̹̖̦͚̞͓͕͔̙̫̠̯̤̞̞̮̥͙̘̫̟͙̻̤̜͈̰̘̖͍̙͈̻̝̜̲͚͍̦̜̹̰͔͍͉͈̗̼̳̟̎̒̒̃͛̈́̿͑̆̆͗̈̎̋̈̀̋͋͛͛̿̃̆͒͒̉̋̇͒͂̄̃̆̂̾̈́̃̓̅͗̒̓̉͗͂̽̇́̀͆͂͊̀̃͋̐͂̈̾̇͆͗͆̓́̾̌͊͌́̄̿̀̓̆̈́̅̓̃́́̈́͌̑̏͊̿̋̎͌̈́͌͌͌̀͗̅͛̂̾̈́̓̇̽͋͐͂͐̋̌͆͐̀͒̀̑̋͗̄͛͒̾͂̾͆́̒͐̃́͛̊͗̂͌͗͑͘̚̚̕͘͘͘͘͜͜͜͜͜͜͜͜͠͝͝͝͝͝͠͝͝͝͠͠͝͝ā̵̢̡̧̛̛̛̛͇̼͇̺̯̲̱̻̝͎͚͚͖͔̣̺̭̺̻͖̤̩͈͙̗̞̞͚̖̖͂͊͛͂̍̈́͌̏͒́͌̈́̀͐͗̔́̈̋͑̓͑͑̀̏̋͒͌̀̑͑͛̈̓̓̐͊̄͒͑̄̆̈́̆͊͑͌͛͌̍͌̆͌͂͗͌̎̏̾̇̈́̄̐̇̈́̓̈͛͂̏̀̂̊̆̈́̆͗͆̓̌͑̍̒̔̎̓̔̊̀̔̏̋̏̎͂̽̈̋̄͌̂̄̀̓͑͗̋̈́̅̒̋̈́̋̅́͊͂͒͆̇̋͛̽̂́̂͆̏̚̕̚̕̕̚̕̕̚̕̚͜͠͠͠͝͝͝͝͝ͅģ̵̨̧̢̧̧̡̨̨̨̛̛̳̠̞̫͈̙͖̫͎̯̦̦̺̥͔̜̬̟̳̥̤͔̣͖̯͉̖͈͚̦͔̹̻̫̜̪̺̖̘̤̜̤͎͈̤̲͈͎̞̥̣͓̘̲͉͓̺̦̦̺͈̜̺͔͈͖̗̜̠̗͔̞̥̻͚̫̝̟̮̖̬̦̠̞̝̤̰̦̙̪̱̣̭̤̱̪̺̭̣̲͔̖͈̜̭̮̤̱͉͍̝̹̪̼͎̞̗̬̥̂͒̍̎̈́̃̀́͛͆̽͊̌̏̈́̈́̆͒̀̋̐̽̏̓̀͊̑́̈́͒́̔̈́̈́̍̂̑͌̾͂̔̈́͊͊̕̚̕͜͜͠͝͝͝͝ͅͅį̴̨̨̧̧̧̢̨̨̛͖̰̯̟͈̙͙̦̠̼͉̹̘̪̖͔̠͕̯̗͎̩̠̬̱̠̘̦͔̜͖̘̦͍͎̺̮̦͍͈̻̣̘̹̝͓̮̪̩̹̜̞̭̺̠̻̤̳̪̲̖̼̰̲̰̯͖̺̰̤͙͎̠̲̫̝͍͈͈̼̥͉͍͉̤̜͕̠̭̖̹̗͉͙̣̪̺̗͙̻̩̗͎̩̗̹̲̘̮͖̩̻̫͕͔̱̙̹̦̠̥̯̥͉̺̼͕̱͙̯͈̳̪̱͚̜̣̗͍͔̊́̈́̅̔͌̑̍͆̉̿̏̋͋̌̃̋̿͂́̏̽͘̚̚͜͜͜͜͠͠͝͝͠ͅͅͅͅn̵̡̡̢̨̧̧̡̧̛̛̛̤̰̼̺͙͇̠̟̯̭͕͈̟̦͇͇̥͉̣̥͍̯͎̘̜̩͉͍͉̞̼̞͈̠̮̭̠̬̞̙̞̩̻̞̬͔͇̗̜̹͚̼̪̺̮̪͕͍̬͙̗̜͎͈̪͇̣͕̞̖̟̦̪̲͈͍͚̜̣̮͕̖̪͔̲͕͇̪͈̂̓͊̈͌̿̉́̐̎͂͐͊̏̓͊̆͆̔̃͒̂̉͌͋̉̒́̌̋͑̽̒͌̌̉̌͂̀̏͆͋̄̎̃̍̌̆͊̉̉̒̓̿͋̆͌͒̐̈́͑̒̓̐̅͂̄̃̈́̽̀̾̌̂̿̋̄͂̑͑͐̑́̈̓͐̈́̑̅̂̉̐͛̑̊̏̈̔̎̎̈́̽͘̚͘͘̕͘̚͜͜͜͜͝͠͠͠ę̶̢̢̨̧̡̢̡̡̛̛̛̛̞̬̼̳̣͔̤̘͈̥͓̤͓̤͖͖͕̜͔̱̱̝͓̙̹͎̥͖̖͈̰͕͎͉̙̱̩̪͔̜͇̝̲̻̙̠̰͉̗̩͇̹̜̲̫̪̱̟̦̬̝͖̲̮̠͉͈̩͔̝̙̜̖͇̹̮̝̭̤͇̝̞̜͇̮͇̹̥͙͇̟̬̥̖̝̭̘͈͕͔͚̘̣̅̈̑͌̇́̅̈́͗̈́͂͐̀̑̒̔̍̋̾̈́̌̿͌̎͑́̋̀̓́̈́͊͗̐̍̏̆͑̾̓͆̑̊̋̏͑͋̋͆͌̈́̀̀̊̎͗͊̊̿̊̍̓̀̄̿̔̀͊̓̾̅͗͗́̒͋͌͗̚̚̚̕͘̕͘͝͠͝͝ͅͅr̸̡̡̧̛̗͍̜̤̳͍̣̭͙̟̠̺̜̼̯͓͕̺̟̼̲̪̲̞͙͚̝̯̯͙̱͓̙̥̼͓͎̈́̇̈́͐̈́̋́̍́͑́̂̈́͊͌̾̾̀̈͊̋̋́͊̍̒̑͒̓̓́̐̔̑̉̏̀͒̓͂̈̕̕̕͜͝ͅͅ ̵̨̱̼͕͚̗̻̪͓͕̓͌̈́͂̉̌̕ḙ̸̡̧̨̧̡̧̨̢̨̨̨̛͖̫̰̺̦͈̹͖̪͕̩͇͚̞̭̰͎̥͉̙͎̲̝͔̞͖͚͇̱̙̮͇̲̟̳̥̭̤̤͇̗̩̘͚̠̻̤̲̻̬͚͎̭̟̭͇̖̪̪̥͓͓̩͚̟̼̜̬͎̹̞̣̣̯̦̣͈̩͕̠͙̼͙͕̲̯̻̗̰̼̻̦͇̞̳̝̳͕̘̣̳̮̬̳̘̜̱̺̦̱̽͋̐̈́̽̑͌͐̉͐̍͊̍̆̔́̑̍̈́̀͒̊̉̎̌̎̎́͐̀̎͋̎̂̈̓̾̈́̒͗̋̚̚̕͜͜͜͝͝͠͝ͅͅͅͅņ̶̢̧̡̨̢̡̢̡̧̛̛̛͙̙̰̙̗̭̙̲̱̹̥̖̺͍̖̖̪͈̝̘͖̯̖̳̣̖̹̮̩̤̟̫̲̝͕̻̪͍̝̝̱͖̺͈͍̦̱̙̤̻̲̱̬̺͍̱̹̰̘̱̠̞̖̹̠̘̮̫̪͈̞̣̼̤͓͚̣̼̻̠̪͈̘̳̪͕͚͖̻͚̗̫̝̭͇̭͖̺͚̮̜͙͖̤͖̖̙̣̤͍͚̰͓̟̬͍̞̺̈́̍̆̒̓̉͊͊̏̃͐̃͂͗̈́͊̈́̄̌͌̄̉͗̓̔̒̒̑̌̓̈́̌͑͌̐̉̄̉͛͊̽͑̽̍̍̏̒͐͑̈̓̈́̀̾̓͑̾͐̒̔͌͌͋̑̆͋̐́̾̓̓̔̃̊͒̓͐̋̇͐͂̌̋̓̐̇̃̈́̋̋̋̔̓̆͌͂̑̃͐̊̒͂͊́̔͒̂̄͂͊͌̈́̓͗̈͘̕̕̕͘̕̚͜͜͜͝͠͠͝͝͝͠͝͝ͅͅͅș̴̢̨̡̢̨̢̢̡̢̡̡̛̛̛̛̛̛̬̬̖̘̜̦̘̗̭̟̫͓̺͉̱̭̱̫̙͇̜͖͕̯̖̼͍̗̮̱̖̥͙͓̜̩̫̺͈̭̠̞̯̪̱̩͙̤̠̯̠̦̫̝̼̻͙̯̟̖͈̯͙̱̤̹̜͖̪̫̳̺̜͕̗͈̹̤̞̹̳͇͔̱̭̱̟̝̯̹̺͇̭̭̘̣̥̬͙̜̣͕̻̙̥̺͚̤̹̬̥̝̹̬̠͔͎̱̖̌̓̌͆̌̏͗͐͌̑̀̀͆̎͋̑̒̅̌̆̋͂̒̍̑͑̾̑̍̉̉̆̋̍̈́̃͗̅̍̔͊̈̄̉̏̎͒̊̍̀̔͌̀̄͑̒̇̓̐̏̅͆̾̄̉̿̃͗͆̈́̆̓́͋̾̿͊̈́̂͗͋͌͛̋͌̾̍̀̆͆̔̂͆̏̐̔̈́̈̋̓̄̾̓̀͂́̈́̋͑̑͌͆̀̏̒̂̿̒̆͌͆͊̃̈̐̎͗̂̓̐͘̚͘̕͘̚̕͘̕͘̚̕͜͝͝͠͝͝͠͝͝͝͝͠͝͝ͅͅͅͅͅͅȩ̸̨̢̛̛̛̛̛̛̬̼̣̼̭̦͚̻͖̝̞̭̞͙̜̦̳̦̺̬̩̣̗͎̱͎̜̦̤̜͓͈̻̞̲͎̣̠̝̫̤̪͚̝̜̼̦̣̙̠̻͇͔͕̠̼́̋̓̏̉̈́͑̈́̇̈̇̏̒͐͒̋̽̈̀͛̅̂͌͗̂̎̂̐̍̾̎̌̿̋̅̌̓̓̈́̈͐́͑͑͆̆̋͌̏͛̈́̈́́̈́͊̆̈́͒̀͋͊͋̄̈́̐̃̐̏͐̓̔̃͂̍͐͆̊͆̀́͌̿̈́͂̒̋̓̇̇̈́̈́͗̃̎̇̅̄̅̀͗̒̃̄̈́̌̆̅͊̋̌̅̒̍̋̽͊̉̎̄͛͗̋̋̂͊̿̎͐̃̈̌̏̃̾̃̇̔͊̈͌̈́̉̔̋͊̌͆̾̚̕͘̚̚͘̚͘͜͝͝͝͠͠͝͠͝͠ͅm̸̧̡̢̨̨̨̧̡̨̢̡̨̧̡͙̥̖̰̖̗̲͚̦̤͕͙̝̤͖͍͖̙̜̘̼̼̮̰͇̼̩̲͇͖̖̲͕̦͚̲̲̭̭̭͈̪̹̮͔̖̪͔͚͓͈̗̹̝̼͙̦͇̝̞̤̳̻̼͇͎̥̻̲̳̖͓̠͕̳̘͖̫̲͎͈̮̤͉̗̹̼̩̖̯̘͉̲̪̯̹͚̺̹̹̖̫̖̜̯̤̩̼̭͉̖̰̪̠̬̰̳̺͙̺̺͈̥̝̰̲̘̭̲̼̙̲̳̤̺͖̱̭̥͔̹̬̖̰͍̙̬͉̐̉̈́̊̆̋̀̐̾̈́́͆͐̋̽̄̇̽̓̈́̀̍̃̈́̆͆̀͗͐͆͐̔̎̇̊̇̀̏̆͂̅͌͋̒̑͌͋̍̆͊͌̄̕̕͘͜͜͜͜͜͜͜͜͝͝͠͠ͅͅͅͅb̴̧̢̡̛̛̛͓̼͙͚̞̤̠͇̲͈̺̗̘̤̗͖̮̱̟͓̳̝̫̟̻̠͖͕̦̠̳͒̔̐̂͆̉̃̓́̍͊̋͑̀̐̀̐͋͊̉̓̈́̆͌͋́͛̽̾͑̈̇͊̌͆̃̎̈́̃̈́̏̽̅̇̋̔̊̓̒̓̈́͗́̌̓͛̀̔̌̋̃̎̓̍͛͐̈́̂̍̄̍̀̊͋̈̈́͛̂̋̀̂̑̓̐̌̂͋̾͊́̀̎̍͌̿̂̈́̿͐̐̇̇͑̽͋͋̓̌̿̃͆͌̕̚̚̚̕͘̚͜͜͠͠͝͝͝͝͝͝͠͝͝͝ļ̵̢̧̨̨̧̡̡̢̢̛̛͚̭̜̳̠̟͍͎͇͓̗͙̘̣͔̪̬̪̪͈͙̥͙̳̥̱͍͓̖͎̭̬̹̟̮̱͔̭̥̯͉͖̭͇̣̲̫̺̙̖̱̲̳̹̹̯͈̫̞̦̱̜̰͔̘̝̼̗͚͙̮̤̪͉̳̩͍͚̖̭̖͖͉̯͚̱̮̩̮̯̻̙̙̙̖͈̻̮̱̫̫̟̼̟̫͓̪͖̫͍͇͔̰̠̭͉̹̮̳̩̞̮̻͇̭̳̫̝͙̰̭̙̘̔̋̑̾̋̍̑̒́̂͋̏̈͌͆́̌̌̍̂̌́̓̿̓̔̈́͊́̍̈͂͑̃̈̾̔̏̎̓̀̓̉̀̈́̊̑̽́͗͑́̑̽̉̔́͗̆͋͗̓͂̏̀̍͗͑̚̕̕͘͘͘̕̕͜͜͜͜͝͝͝͝͝͝ͅͅȩ̶̢̡̨̧̨̧̢̨̧̢̧̦̻̭͇͇̯̘̞̭͔̟̬̠̪̝̣̻̭̥̤̯̻̱͍̞͇̼͚͔̩̤̠̻̣̱̲̹̦̪̣̱̝̖̪̼̪̮̳̱̻͕̥̺͖͚̹̞͉͔͖̞̩̥̼͍͎̝̤̙̹̰̼̬̥͙͉͕͇̻̰̬̗͇͖̹͉̜̯͈̲͙͓̟̺̳͈͈̟̟͖̅̉͑̄́̇̾́̑̉͜͜͜͜͝ͅͅͅͅͅͅ ̷̡̢̡̨̨̨̛̛̛̛͍͙͈͉̤̯̟͚̺͕̞̺͖̦̪̗͖̝̭̙̺̫̲͓̦̱̘͖̘͓̪͉̺̙̫̩͔̹̖̺͎͕͓̤̪͈͇͔͉̳͓̦͈͉͇̜̤̓͆̋̃̄̔̾̄̋̀̎̆̈́̑̀̆̋̊̈́̃̅͑̇͊́̈́̀͑̏͑́̆̌̀̌̅̂̈́̇̀̔̋͛̈́̋̔̍͆̎̋͂̀͊̒̌̌̈́͗͊́̂͑̌̓̒̓̋͊͛̈́͒̿̓̎̽́̆͗͑̌͆͆̽̾̈́̃̅̈́̎̚̕͘͘͘̕͝͠͠͠͝ͅs̵̨̡̢̧̡̡̡̢̢̧̛̝̲̰̬͚̥̬̗͕̺̖̟͇̙̞̱̩͇͇͎͈̜͇̖̟̗̖͙̜͖̬̫̫̲͇̼̣͙̗̰̣̯̯̮̱̙̗͚͍͙̘̩̗̜͇̮̭͓̳̪͙̠̲̻͉̗͖̳̘̳̪̤̳̦͓̤͎̪̘͍͔̞̫͎̫͎͕̘̭̬͓̪̣͙̙͚͖͚̼͍̼̘͚͉̝̬̻͚̜͎̺͔͓̖̟̖̱͖̫̳̫̮̼̩̲͍̲̝͙̻͖̘͕̰̘̖̼̲̞̜̝̙̙̼̗͖̰͍̺͚̪̭͌̾̀̂̑̓̃͐̇͑͒̐̎̇̀̎̃̉̆̍͆̅̀̓̿̔͊͋̍̅̀̀̀̈́̂͒̅͒̈́̔̀̒̓̏̄̋͛̉̀̇̂̾̾̑̌̊̿̈́̋͊͛̏̃̉̊̉̕̕̚͘̕͜͝͠͠ę̴̢̨̨̨̛̛̯̲̗̣̜̖̰̤͓͇̩͖̮̯̦̝͕̝̝͚̬̣͉̭͖̯͚͙̗̏̾̓̎̌̏͋̌̌͆̂̓͊̆̉̓̎́̂̿́̃͋̀́̀̂̆́̔̈́͊͋̐̌̍̾̋̈́̏̎͐̊͂̀̈̂͛́̃̍̊͒̃̒̈̎͊̓̀͆͐́̍̿͒̓͌̌͐̑̐̏̐̔̉͂͋̄͊͆͒̐͊̔̐͌̀̀̐̑̊̔̎̐̂̀̈́̽̓͛́̾̆́̅̈́̈̄͊̈́͐̍̈́̽̐̆͂́̆́͛̿̓͛̆̐̇͊̔́̂̚̕̕̚͘̚͘̚̚̚̚͠͠͝͝͝͝͝ự̷̧̡̡̡̡̨̧̢̧̡̧̡̧̛̛͙̫̱̳̯͖̙̦̱̤̠͎̪͓̙̩̦̙̠̩̥̙̼͉̣̪̫͈̞͇̯̺̖͕͔̫̹̘̭̠̫̤͖͔͖͍̪̦̰̺͉͕̠̞͓͉̠̫̫̱̲͉̼͍̖̼̮̱̣̩̰͕̠̬̟̻̻̺̻̳͕͉̻͕̭̙̣̞̱̳̜̙̟̺͓̫̖̳̫͙̤̦̱͉͕̺͓̗̤̟̪͈̣͍̙̻͔͔̺͈̗̮̥̳̘̝̝̱̟̤̰̲͇͖̗̭̖̳̰̠͈̟̬̙̥͈͖͉̝̬͈͚̭͋͂̐̏̇̂̿̄̾̌͋̊͒̔̔̓̒̀̿̽̑̌́̌̇̍͗̈̽̑̈́̄͐̌̔̒̌̓̒̈́̄̓̔̂͂̅̊́̌̎̃̌̾͗̌͋̒̈́͒̍̅͋̆̎͌̇͆͋͛̀͒̾̚̚̕͘͘̚͜͜͜͜͜͜͝͠͠ͅl̴͓̲̓͑̓̃́̄̍̊̓̓̈́͒̓͋̑̀̒͆͊͛̑̇͊̏̋̂̏̓̀͋̿͝͠͝͝͝ ̶̧̡̨̨̡̡̨̧̧̡̛̛͍̖͎͉͍͇̤̼̗̤̻̰̦̖͚͈͚̰̲͓͕̪̩̳̞̦̜͔̭̯͍̼̘͇̟͓͙͉̳̼͓̮̬̫͇̯̻̹̮͚̠͎̻̖̰͚͙̼̖͕̮̲̖͈̬͙͔͉̮̰̦̖͖͓̭͈̗̱͎͈̠̻̥̣͉̮̯͚͉̞̘̻̰͚̮̰̰̲̭̣̗̩̫̙̙͔͕̰͇͚͇̜̯̹̞̩̞͔͈͈̟̝̠̖͎͈͙͉͕͚̝̮̝͔̗͈̝̼͎̘͕͎̣̺͕̺̻͓̤̥̼̰̝͕̤̥̦̠͉̈́̽̔͐͑͊̾̅̈́͛͒̽͂̉͐͆̈͌̒̄̎͗̓͗̈́̐̓̐͊͋̇̀͆̇͊͂͛̑̎̍͆̈́̿̀̌̉̔́̀̀͌̓̓̾̉̅̏͑̄͘̚̕̕͜͜͜͜͠͝͝͠͝ͅͅd̷̢̧̧̢̧̡̛̛̛̛̛͉̫̦̥̮̹̟̠̪̩̩͉͍̼̺̗̬͓̣̤̞͉̺̝̩͍̝͖̰̪̗̣̭̳̫͚̺̘̙̲̱̮̱͙̭̩̪̦͔̼͚̺̖͙̤̖͚̫̟̠͚̯̗̪̪̬̮̱͙̹̝̪̱͙͔͉̺̟͉͇͔̮͔͇̉͋̈́̉̂́̀̋̐̈́̅̏́͆̓̇̎̀̏͒͆̃͋̂͛̓͂̓͂̐͊͂̊̒̀͛̋̐͑̆̐̄̀̾͌̒͂̐̊̄̉̑̔́́̓̈́͌̓́̏̄͗͐̇̏͑́͆́̐̿̌̉̉͆͆̇̌̒͂͆́̀̊͗̒̿̊̈͐͆̅̊̃́̔́̿̍̎̃̋͒́̍̓̓̔̂̍̚͘̕̕̚̚̚͘̕̕̕͜͝͠͠͠͝͝͠ͅͅͅạ̸̡̨̡̨̢̢̧̧̧̢̧̢̢̢̡̢̥̜͙̥̜͓͎̙̪̭̜̫̜̻͍̲̯͇̥̩̙͇͕̞̭͍̫̰̠̜͚̠̲̪̠̱̮̬͙͔̖͚̤͚̜͎͍̼̞̣̟͔̝͖̭̬̝̰͈͕͙̩̘͓̗̭̲̺̫̘̳͖͇̠̦̘͓̼̘̫̪̼̹͙̟̬̘̲͖͙͎͈͓͉͕̯̖̮̩̱̺̩̦͉͍̲̺̼͕̮̲̳̟͔͖̣͖̘̲̱̰̗͙͚̳̯̻͎͎̙̪̦̹̹̻̖̈́̐͂̂́̎̆̍̋̀͊̀̆̔̍͛̈́̃͛͋̾̍̍̔͗͗̅́́̏̔͒̊̿̈́̓̄̏̚̚͘̚͜͜͠ͅͅͅͅͅņ̷̨̢̡̛̛̭̯͚̦̳̩̲͙̗͍͎̺̞̲̜͎̯̥̝̗̙̫̮̠̝͚͈̳̩̠̠̥͍̬̫̼̖̘͐̊̈́̉̊͑̔͊͊̈̈́̀̃̀͛̐̓̏́̂̏͊̈́̆̆͊̅̃͆́̑̊̓͂͊́̌̐̈́̓̄̎͗̌́́̅͌͒̏͐̉͗̇̑̋̎̅́̇̋͒́͊͒̉̀͆͋̍̒̉̉́̓̃̋̈́̑͒̅̾͛̀̽̈͊́̆̅̑͂̎͗͆̒͗̍̆̀̆́̎̀͋̀̄̔̐͆͐̓̈̆́̄͊͌͊̐̽͒̽͘͘͘̚̚͘͜͜͜͠͝͝͝͝͠͠͝ͅͅͅͅş̴̡̨̡̧̢̡̢̧̢̨̧̡̧̧̢̨͉̜̻̘̺̘͈̙̗̝̺͉͓͉͖̲̳̳̤̗̰̙̺̪͎̘̥͔̫͇̝̥̲͉̪̭͓̮͕͖͍̰͔̰̣̦̖̥̠͕͖̰̹̞̜͔̪̠̞̥̬̥̺̩̖̤͙͙͕̻̯̯͎͈̰̠̖̩̻̬͎̫͇͉͈̱͉̭̟̲̹̹͖̮̱͇͙͇̬͖͚͍͉̙̗̩̻͍͕͚̻̘̞͕͖̦̼̳̪̫͇̘͕̦̜̟̯̲̪͖͍̹̲͕͍͔̥̘̮̙̺̞̜̙̰͈̺͚͔̲͍͖̰̼͂̈́͑̎͌̍́̀͋́̊͊̏̈́̿͆́͛́͊̌̈͜͜͜ͅͅ ̷̨̢̛̛̛͖̿̔̾̋̉͊͐͆̊̌͌̔̆̍́̆̌̂̂͌̍̂͗̍͊̊̔̿͆̇̌́͑̃̎͗̒̍̀̿̑̃͒̑̈́̓͆̊̀̄̓̄̈́̅͊̈́̿̽̏̃̀̇͐̀͛͊͑̐̐̇̍̔̉̑̄̀̽̓͐̍͑̿͛͐̈̀̚̕̚͘̕͜͝͝͝͠͝ļ̴̡̢̨̨̢̡̡̡̧̡̧̢̧̧̨̧̧̛̛̛̛̛̛͙̹͉͇̦̜̯͉̦̰̦̰̹͕̬̪̝͇̳̻̗̥͈̝͓̙͙̩̤̜͓͔̤̤̹̥̤̞͔̹͉̲̬̣̬̹̖̫̻̦̰̺̼̦̣͎̺̳̜̞͈͖̲̼̳̥̱͍̫̻̙͖̙̮̯͇̱͈̯̘̲̠̝̠̫̗͇̜̯͇͍͕̜̹̠͚̦̩̗̟̯̙̥̺̣͉̯̙͕̘̼̭̬͈̯̥̦͍͙͍̗̗̖̺̱͕͎͙̫̳̥̤̹̟̠̉͒̌̇̿͑̌̇̔̍̿͐͌̉̏̍̾̈͆̽̌͗͌́̈́̒̿͛̃̃̒̉͛̊̍͌̄͋̀͂̉͌̐̒͆͗͊̔̀̏͒̓̊̒̃́͐̋̈́̔͊͊̌͐̈͆̅̈́͌͐̅̏͒̏̉̅͂̉̓̂̚͘̚̚͜͜͜͠͝͝͠͠͝ͅͅͅͅͅȩ̴̧̧̡̧̧̢̛̛̛̘̟͖̭̗̼̞̘͔̯̠͉͈̼̹͕͇͙̳͈̭̪̮̱̦̳̫͔̣̹̯͙̝̱̱̣̟̟̝̦̣͖̳͍̼̞̹͍̥͇̙̼̱͕̹̝͔͔̮̝̹̫̗̦̖̘̘̮͍̻̰͓͈̣̼̳͍͉̮̣̳̫̙͎͉͔̟̝͚͉̘͉̱̖̱̞͉͙͎̫̗̙̾͌̊̋̒̉̍͑̓̅̋̒̌̈͑̈́̀͛̾̈́̌̃͗̅́́̃̿̎̃̄̏͒̓̒̿̑̓̃̐̔̈́̀͗̐͋̇̔̄̇̆̎͌̏͂̈́͛̇͑́̑͒̊̍̀͋̾̑͂̽̊̀̓̔̅̓̑̎̄́̽̎́͊̐́̇̂̋̓̔̌͛̑̈́̆̎̃͑͛̀͂͋͗̉̓͑̈̽̈́̍͋̉̊͋̾̊͐̋͑̀̀̊̆̕͘͘̚͘̚͘̕͘̕͘̚͘̕̕̕͘͜͜͜͠͠͝͠͝͝͠͠ͅͅ ̴̧̢̡̢̡̧̧̧̢̛̛̛̛̦̻̟͉͎̬͈̺̯̟̙͓̭̻̪̖̳̲͚̟͖̤͓̻̪̤̟̳̰̰̝͇̹͍̺̖̻͎̜͕̬̭̭͉͔͚̘̝̯͓̤̫̠̼̘̪̜̪͉̗͇̲͉͔͕̮̖̬̻̣̳͇͚̰͎̮̟͍̙͓̹̼͓̙̲̣̝̜̞̼̙̦͇̘͖̗̞͉͇͇̟̦͈͉͎̯̩̰̪̥̰̦͓͔͚̱͇̮͇̺͎̱̮̰̖̣̪̱̫̥̯͙̖͖̖͈̞̤̪͎̗̤̼̬̺̤̩͇͓̪̠̭͉͇̞̠̆̈́̄͐͑̎́̈̒̅̀͋̉̃̿̀̂͆̅̄͒̊̓̀̃̀͋͛͒̅̓̃̍̈́̆̄͆̒̂͒̉̊͊̈́́͋̀͑́̆̑͑͌͑͆͑̿̚͘̕̕͘̕̕͜͜͜͜͜͜͠͝͠͠͝͠ͅͅͅņ̶̧̱͙̟̰̹̭̱̦̱̝̠̼͈͈̺͓͔̖̳̦̼̾̐̒̂͛͛̓̆̃͐̑̓͛̎̈̔͑́̈́̀̅́͐̑̀̌̾́̓̓͐́͒̎̽̊̊̆̈́̎̒̄̔́̉̀́̆̈́̽̌̌̂̔̑̀̊͐̃͑͊̔͆̃̊̆̕̕͘͜͜͜͜͝͠͝͠͠ͅơ̴̢̢̢̨̧̨̧̧̧̨̡̨̡̧̡̡̡̧̨̛̭̩͇͉̲̣̥̜̤̗̘̼̲͕̲͕̰̖̰͇͈̺̤͈͙͍͈̦̜̙̩̹͇̟͍̳͉͈͔̪̯̠͖͇̣̟̘͉͍̼̯̦̥̻̠̲̥̰͉̙̖̗͎̙̞͓̻̰̫̠̖̦͙͈̟̩̘̝̹͚̻̬͈̮͖̳̖̱̱̠̺̯̯̯̭̹͔͓̙̻̳̰̩̦͉̮̰̘̣̩͉̦͙̯̹̦̜͈̗̞̝̺̠͚̭̫͍̬͉̤̲̜̝͖̩̒̊̊͛͗͛͗̀̈́̍̈́͊̌͊̇͂̊́̅̍͗̏̈͋͗̍̈́͑̊͋̎́͒͑́͆̿̉͗̾͑̌̀̉̍͐̒̔̐̽́̀̄̂͑̂̈́̈͗̀͑͊̇̓̀̓̿͒͑̇̔̓̀͆̓̇̈̔̌̾͐̈̈̈́̀͛̍̿̈́̈́̀̀̈́̅̈̀̑̂̂́̋͆̔̚̚̕̚̕̚̕̚̕̚̚̚͜͜͜͜͝͠͝͝͠͝͝͝ͅͅͅͅͅͅi̷̧̡̡̡̨̧̧̧̛͓͓̙̫̠͈̰̦̼̹̤̮̙͔̝̙͕̘̺̪̼̹̗̖̯̹̜͓̯̫͎̪͎̭̠̖̟̯̮̥̺̘͖̳̱̖̤̖͕͓̹̯̞̼͇̲̞̯͔͍͙̘̣͇͖͕̖͕̲̲͚̣͖͔͈͓̗̙̪͓̝̪͎̻̯̦͓̙͖̫̣͎͍̲͍̘̦̳͈̝͍̙̼̦͙̮͓͎̱̠̾͂̂͊̾̊͊̂̋̈́̒͋́̓̎̌͒̾̇̈́̅̀̏̉́͌̊̒̿̑̎̾̐̄́͑̾̀͐̏̒͘̕͜͜͜͜͜͜͜͠͝ͅͅͅr̷̨̨̢̢̧̢̖̞̼͕̜̼̦̣̘̻͔̙͎̜̱̘͚̩̯̺̰͓̻̦̟͇̠̪̟͔̦̟̳̘̪̤͉̥̳͉̤̰̫̙̩̳̙̤̪̮͉̲̣͖̩͉̦̫͔͕͕̮̼͓͚̼̞̰̝͙̺̘͔͍̯͈̰̪͓̘͚͍̜̞̬̠̠̲̐̓̃͋̓̆̃̎͌͗͒̒̌̈͗̑̇̃͒͋̌̊̅̈́͊̐̐̍̇̈̋̀̍́̃̀̃̇̐͛̑̓̋̆̂͐̀̾̅̋̏̃͊̄͆́̇̈́̈̈́͛͒̽͂̾͋̈̓͒͂̈́̚̚̕̕̚̚͘͘͝͝͝͝͠ͅ












                                                                                                   














Ces instants illusoires ces trésors d'un autre moi que moi des œufs que j'ai écrabouillé par ma terreur je dois arrêter de pleurer putain ces instants illusoires ces trésors d'un autre que moi des œufs que j'ai écrabouillé par ma terreur l'un après l'autre le sang des poussins morts-nés dégouline entre mes doigts ça fait [crack crack crack crack crack crack crack crack]beaucoup

                                                                                     Diiiiiiiiiiiiis qu'est-ce que tu faiiiiiiiiiiiiiiiiis ?


                                                           Où es-tuuuuuuuuuuuuu ?


                                                                                                        Est-ce que tu m'as oublié ?


                                              Est-ce que tu regrettes ?


                                                                       Est-ce que tu te lacères les veines en pensant à moi ?  :P



                                                                                      Est-ce que tu souffres à cause de moi ?


                                                        Est-ce que tu te fais toujours autant mal pour te sentir exister ?


                                                                          Moi je




                        t'aime




                                                                                            encore


                                                                                                                              tu


                                     sais







                                        j'
                                         a
                                           i




                                             tu        é


                                                                                  mon coeur là-bas sur le perron






                                                                                                            son








                                                                                                                                          fantôme



                                        attends



                                                                                                             la réponse.








                                     il


                                                                     hante




                                                                                                     les


                                                    galaxies






                                                                                                                                              du possible





                                                                 il






                                                                                          rôde



                                                                                                                                                                 avec



                                                                                                                        des




                voiles


                                                                               tissés par



                                                                                                                                                         mes



                                                                                            CRIS





                                                                                                                                                                 (seul dans le noir)




                                                                                        Il





                     bat




                                                                                                                      avec




                                                              les vagues



                                                                                                                                                incessantes.




                                                                                          Le volcan dans ma gorge.



                                                                                            Cette haine par terre.




                                                                                                 Nauséabonde.







                                                                                     Quand on se reverra en Enfer je.




#25                    14/01/18



Aujourd'hui encore le soleil s'est levé. Les gens ont rit, ont pleuré. Espoir et saudade, tout est parfait. Vivre et souffrir et psalmodier les mélodies du soir la rage abonde sous les néons urbains en suppliant que demain n'arrive jamais. La fin des temps est une photographie intime du présent, là où l’œil surprend les anges invisibles qui travaillent avec malice la peinture universelle. Une galaxie de sourires pour apaiser l'âme blême qui vagabonde de jour en jour. Aujourd'hui encore je vous aime. Et le monde est triste.



#29                    18/01/18



J'ai connu l'été en Egypte et la monotonie de ses après-midi éternels.
Les tempêtes de sable qui troublent le ciel d'ocre, puis les chiens errants faméliques sur les terrains vagues qui éventrent les sacs-poubelles, puis les gosses qui jouent au foot au milieu de la route dans les rues désertes. Les poteaux c'est leurs cartables ils les jettent sur l'asphalte à la va-vite après les derniers cours de l'année scolaire quand tout le monde même le prof porte des sandales. Assis à même le trottoir ou sur la devanture des cafés les chômeurs fument et boivent du thé en regardant les mouches vagabonder. À la télé un match du Réal ou du Barça, les cris du commentateur résonnent jusqu'aux tympans des gosses qui suent sous l'air ensablé. La ville est un chantier indéfini la plupart des immeubles n'ont pas été peints les briques saumon sont à nu avec le ciment importé de Chine qui lie tout ça tant bien que mal mais à l'intérieur des chaumières les mamans tapissent leurs maisons avec une expertise d'artistes refoulées les arabesques dorées si belles que les enfants promènent inconsciemment leurs petits doigts dessus. Je reconnais cet immeuble là-bas celui d'où Bachir a sauté un matin parce que la tristesse d'être né ici de grandir ici de pourrir ici je me souviens des hurlements de sa mère pendant qu'on descendait son corps dans le cimetière de terre rouge le vent soufflait fort et du sable pernicieux dans nos yeux son père la mâchoire froidement serrée dans l'orgueil ses traits impassible car Bachir était gay alors même le sable vicieux qui frottait ses paupières rien à y faire il ne versa pas une seule larme ce jour-là et il s'en félicita jusqu'à la fin de ses jours. Parce qu'il y a toujours une fin malgré la lenteur de l'après-midi. Le crépuscule arrive tranquille et puis les lampadaires dans la rue s'allument et les gosses adorent on dirait des vrais projecteurs dans un vrai stade. L'Adhan résonne sur les toits alors les hommes bloquent la route pour poser leurs tapis de prière sur l'asphalte et se prosternent devant le ciel les étoiles l'univers. Au loin une odeur de viande et d'épices les mères affairées religieusement dans leurs cuisines, les fumets s'échappent dehors et s'entrelacent dans la rue c'est le signe qu'il est temps de rentrer dîner.
L'été la nuit la fraîcheur investit les cœurs où somnole sereinement demain. 


#30                     19/01/18



Ce matin j'ai ouvert les paupières
sur un tendre bout de chaleur
emmitouflé à mes côtés.

J'ai fait attention de ne pas
la réveiller
en sortant de mon lit.

Je t'aime

<
« Modifié: 03 avril 2018 à 12:38:53 par WEG »
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 627
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #1 le: 28 mars 2018 à 21:22:39 »
#45                        07/02/18


La pleine lune lèche les dunes d'une blancheur glacée.
Le sable tressaille de froid, ou est-ce la brise du désert qui disperse ainsi ses grains ?
Ils décollent dans l'atmosphère et s'envolent au loin.
Au loin, il y a une oasis, et un feu de camp. Un homme à tête de fennec est assis devant les flammes, une flûte entre les lèvres.
Dans le silence des dunes, sa mélodie s'élève comme une prière nocturne.
 



#56                        18/02/18



Voguer d'étoile en étoile sur
la pointe des pieds
un chapeau de paille sur
la tête.





#70                          04/03/18


— La pluie ?
— C'est cela, ou plutôt l'après-pluie. La fraîcheur qui s'ensuit. J'aime ça.



                                                    Des reflets d'oiseaux,
                                                  qui passent sur les flaques d'eau,
                                              comme des ombres noires.


                                                                                                Sur l'asphalte mouillé,
                                                                                             les lumières des réverbères.




                                          Et les nuages se dissipent.



#71                                                      05/03/18



Une pensée-miroir, avec un inconnu de l'autre côté du quai.
Je me hais.
Ah...
S'arracher les dents.
Pour les planter dans ma chair.
Adieu, innocente Egypte.
Ici les chiens geignent à minuit.
Et la lune endeuillée.
Mire les vicissitudes.
Triste esseulée.
Avec une lame je grave des labyrinthes dans mes poignets.
Et la moquette se repaît.




#77                                                11/03/18




Il erre dans le dédale d'une ville au soleil noir.
L'astre fait le deuil des jours sombres.
Dans les venelles des hommes-machines avancent métronomes.
Sur les toits, les cheminées se déploient vers l'horizon cendré.
Elles exhalent des vapeurs aussi vaines que des soupirs.
On dirait des spectres qui se délitent dans le vide.
Des spectres oubliés.

*

J'ai ouvert le crâne d'un moineau pour comprendre.
Mais pas n'importe lequel.
Celui où sept personnalités coexistaient.
J'y ai trouvé une vache vénale.

*

Dans la favela aux murs océan.
Des poissons folâtrent parmi les temples déserts.
Les habitants, eux, font une sieste dans l'intimité de leurs chaumières.
En attendant que le soleil se couche.

Ce soir les étoiles seront belles.
Et la pleine lune éclairera le remous des vagues tranquilles.

*

Il a pleuré, assis dans le bus, pendant le trajet entre Sainte Madeleine et Hurlevent.
Des larmes ont roulé sur ses joues.
Cela fait longtemps, nota-t-il, longtemps que je n'ai pas été assez frustré par moi-même.
Longtemps que ma paresse, ma faiblesse, et la grandiloquence de mes ambitions ne m'ont pas autant déchiré.
C'était un mensonge, il n'a pas pleuré.
La chose résonna comme un glas sourd à l'orée de ses tympans.
Je ne pleure pas, je ne pleure plus.
Pendant le trajet entre Sainte Madeleine et Hurlevent il contemplait impassible le gouffre de sa décrépitude.
L'autre bord était quelque part, très loin.
Aucun pont n'aurait pu combler cette distance.
Tout simplement aucun.

*

Une fois, à New York, j'ai vu un gosse de Harlem sauter pieds joints dans une flaque d'eau.
Juste à l'extérieur d'un terrain de basket urbain, à côté des grillages.
Il souriait innocemment, comme si le monde lui appartenait.

*

                                                                                         Hey,
                   
                                                                                       Pourrais-tu s'il te plaît essayer d'allumer le four une fois rentré à la maison ?

                                                                                                                                                                Merci !

                                                                                                                                                                          Bises.

*

Un clown dans le reflet d'une goutte de pluie.
La goutte pend du toit d'une cabane en bois dans la campagne.
Le clown porte une perruque arc-en-ciel, un gros nez rouge, son visage est peint de blanc, maquillé grossièrement, avec des lèvres trop rouges, des pommettes trop roses, et une délicate larme.
Il tient un violon entre ses mains.
Le menton installé sur le reposoir, il caresse minutieusement les cordes de l'instrument avec un archet.
Derrière lui, un homme au corps de bouc, avec des cornes qui lui sortent par le front pour s'arquer comme deux croissants de lune miroirs.
Au rythme de ses sabots qui claquent sur les pavés, il frappe un tambourin avec deux petites baguettes.
Derrière lui, trois minuscules angelots tout blonds, avec la peau pouponne.
Ils font tinter des clochettes au son cristallin.
Derrière eux, un ours massif, avec un harmonica entre ses griffes.
Il joue un air de terne western avec sa gueule aux crocs acérés.
Ensemble, ils fêtent la fin des temps.

*

C'était l'heure bleue.
La croisée des chemins de la croisée des chemins de la croisée des chemins. De la croisée des chemins.


#80                                    14/03/18



Il rêve d'un jardin suspendu, un bout de Babylone perdu.
Là-haut, il serait un papillon, et il flânerait de fleur en fleur,
les ailes si fines, qu'on les méprendraient pour des pétales fardés.
Il rêve d'être un papillon dans un jardin suspendu.
Comme une citadelle perchée à l'épaule d'un colosse.
Là où le vent souffle le mieux.

...

Et le vent se lève.
« Modifié: 28 mars 2018 à 21:33:56 par WEG »
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 561
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #2 le: 29 mars 2018 à 15:33:39 »
La mise en page est toute valdinguante, on dirait qu'on est saoul en parcourant la page '-'
Elle faisait allusion à une pluie dense et tiède qui a crépité toute la nuit sur les feuillages fauves et les fruits blets de l'automne (Tournier)

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 627
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #3 le: 29 mars 2018 à 16:03:14 »
Désolé.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

En ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 442
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #4 le: 29 mars 2018 à 16:26:26 »


C'est un patchwork désorganisé d'un hiver organisé

 :mrgreen:
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

En ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 375
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #5 le: 01 avril 2018 à 23:31:47 »
Yo !

n°6

J'aime bien le côté naïf et tendre.
Citer
ls s'envolent tous au même moment, une marée noire qui fend les airs comme un seul être, zigzague un temps puis disparaît ailleurs, autre part.
le "autre part" me semble de trop
(même s'il est dans le ton, je le trouve forcé)

n°9

Citer
Tu rêves d'un train qui parcoure la nuit.
parcourt

Citer
C'est la première fois que tu les croises mais tu as la conviction de les connaître depuis toute ta vie.
bof le "depuis toute ta vie"

Citer
tu contemplera l'horizon bercé par leurs rires.
contempleras

Citer
La ville est un vaisseau le train ta mémoire ta paume cherche les étoiles et la chaleur inonde tes joues voilà ta mère qui chuchote des caresses la fièvre est douce amère ce soir.
j'aime beaucoup cette fièvre qui accélère les mots

Très chouette celui-là. Miyasaki n'est pas loin.

n°10

Citer
comme si elle est jouée par des anges.
était
(ce premier de la série claque bien fort)

Citer
La fin du monde est là, je l'entends faire craquer le parquet. Elle essaie d'être discrète mais le bois est vieux, il fait des bruits d'articulation à l'agonie.
:coeur:

Citer
La fin du monde coure sur le parquet, elle fait tomber un vase qui se fracasse par terre.
court

n°17

VOMI

Citer
Et pourquoi ta froideur je n'ai pas compris ta froideur pourquoi je n'ai pas compris ta froideur je n'ai pas compris.
:coeur:

Citer
               tu hésitai aussi ?
hésitais

Citer
on est assis dans le perron du temple
sur

Citer
Ces instants illusoires ces trésors d'un autre moi que moi des œufs que j'ai écrabouillé par ma terreur je dois arrêter de pleurer putain ces instants illusoires ces trésors d'un autre que moi des œufs que j'ai écrabouillé par ma terreur l'un après l'autre le sang des poussins morts-nés dégouline entre mes doigts ça fait [crack crack crack crack crack crack crack crack]beaucoup
j'ai trouvé un OEUF PUTAIN !

Citer
      Est-ce que tu m'a oublié ?


                                              Est-ce que tu regrette ?


                                                                       Est-ce que tu te lacère les veines en pensant à moi ?  :P



                                                                                      Est-ce que tu souffre à cause de moi ?

bon, du coup, le s de la deuxième personne, tu es contre ?

Il claque bien ce 17, mélange de violence et de naïveté, d'absurde et de déstructure...

Voyage.

N° 25
Gros gros kiff
Rien d'autre à dire.

n°29
Citer
il ne versa pas une seule larme ce jour-là et il s'en félicita jusqu'à la fin de ses jours.
arf ! grosse claque derrière la tête

Il est très chouette ce 29, j'aime comme le décor est planté avec une histoire sordide au milieu et le fumé du repas à la fin. Vraiment réussi.

n°30
Chouette aussi (espèce de Claude François  :mrgreen:)

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 627
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #6 le: 03 avril 2018 à 12:39:55 »
Merci du relevé Rém, sans Antidote je suis misère.
À tantôt o/
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Léilwën

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 839
  • Léli, elfe au lapin roux
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #7 le: 12 avril 2018 à 16:35:03 »
Hey ! :)


#6

En mode subjectif ++ avec mes ressentis à moi :
Citer
Des vagues d'oiseaux qui sillonnent un ciel crépusculaire.
=> le "qui" casse la musicalité de la phrase telle que je la perçois.
Citer
un arbre solitaire d'hiver
=> j'aurais inversé "solitaire" et "d'hiver" pour la musicalité et l'ambiguïté

Citer
De loin, on méprendrait les oiseaux pour des feuilles qui roucoulent
=> :coeur:

Citer
une marée noire qui fend les airs comme un seul être, zigzague un temps puis disparaît ailleurs, au loin
=> manque un point et sinon, j'aime l'image !


#9

Citer
Tu rêves d'un train qui parcourt la nuit.
=> j'aime le concept :)

Citer
Tu ouvres la fenêtre et tend
=> +s

Citer
ça te rappelle quand ta mère y dessinait des mots magiques lorsque tu tombais malade
=> :coeur:

Citer
dans les airs, une dent de terre coincée dans un océan crépusculaire.
=> les sonorités... :coeur:

Citer
La ville est un vaisseau le train ta mémoire ta paume cherche les étoiles et la chaleur inonde tes joues voilà ta mère qui chuchote des caresses la fièvre est douce amère ce soir.
=> :coeur:


#10

Citer
comme si elle est jouée par des anges
=> comme si elle était ?

Citer
Une porte s'ouvre, elle grince aussi à cause du bois.
=> bof

Citer
Une mouche se débat dans mon tympan.
=> ça j'aime bien :)


#16

cool :)


#17

J'aime bien tout le poème en fait, du coup j'aurais bien (presque) tout cité... surtout les destructurations qui me sont très parlantes.

Citer
Tes yeux muets je refusai de voir
=> refusais ?

Citer
contemplai
=> +t (c'est bien la pleine lune qui contemplait ?)

Citer
J'AI VOMIT
=> -T

Citer
Et pourquoi ta froideur je n'ai pas compris ta froideur pourquoi je n'ai pas compris ta froideur je n'ai pas compris.
  => :coeur:

Citer
(je me ronge les os jusqu'aux doigts)
=> :coeur:

Citer
un enfant aphone l'hurle au fond de moi
=> cette phrase récurrente fonctionne toujours aussi bien chez moi...

Citer
(moi j’espérai
=> +s

Citer
tu n'as rien dit tu hésitai
=> +s

Citer
Je vois ces réalités où tu dis oui.
=> :coeur:

Citer
des œufs que j'ai écrabouillé
=> +s (x2 dans le texte)

Citer
des poussins morts-nés
=> pas de "s" à mort au pluriel "mort-nés"

Citer
ça fait [crack crack crack crack crack crack crack crack]beaucoup
=> c'est horrible mais ça me fait rire...

Citer
Quand on se reverra en Enfer je.
=> :coeur: :coeur:


#25

Citer
Les gens ont rit
=> -t

J'ai bien aimé tout le reste.


#29

Citer
La ville est un chantier indéfini la plupart des immeubles n'ont pas été peints les briques saumon sont à nu avec le ciment importé de Chine qui lie tout ça tant bien que mal mais à l'intérieur des chaumières les mamans tapissent leurs maisons avec une expertise d'artistes refoulées les arabesques dorées si belles que les enfants promènent inconsciemment leurs petits doigts dessus.
=> je ne sais pas expliciter pourquoi mais j'aime beaucoup

Citer
ses traits impassible
=> +s (à moins que dans ton esprit tu reliais "impassible" à Bachir ? (difficile à déterminer sans virugles...  :-¬?))

Citer
L'été la nuit la fraîcheur investit les cœurs où somnole sereinement demain.
=> :coeur:


#30

Bon, celui-là, c'est un de mes préférés... tout y est dit.


#45

Citer
La pleine lune lèche les dunes d'une blancheur glacée.
Le sable tressaille de froid, ou est-ce la brise du désert qui disperse ainsi ses grains ?


#56

L'image est cool !


#70

Citer
— C'est cela, ou plutôt l'après-pluie. La fraîcheur qui s'ensuit. J'aime ça.


#71

Citer
Avec une lame je grave des labyrinthes dans mes poignets.
Et la moquette se repaît.


#77

Citer
Elles exhalent des vapeurs aussi vaines que des soupirs.

Citer
J'ai ouvert le crâne d'un moineau pour comprendre.
Mais pas n'importe lequel.
Celui où sept personnalités coexistaient.
J'y ai trouvé une vache vénale.
=> :coeur:

Citer
La chose résonna comme un glas sourd à l'orée de ses tympans.
=> je suis pas fan, ça sonne "forcé" pour moi
(sinon j'aime bien le mélange du je/il sur ce tronçon de poème !)

Citer
Hey,
                   
                                                                                       Pourrais-tu s'il te plaît essayer d'allumer le four une fois rentré à la maison ?

                                                                                                                                                                Merci !

                                                                                                                                                                          Bises.

=> elle me fait sourire cette partie-là :)

Citer
Le clown porte une perruque arc-en-ciel, un gros nez rouge, son visage est peint de blanc, maquillé grossièrement, avec des lèvres trop rouges, des pommettes trop roses,
et une délicate larme.

Citer
C'était l'heure bleue.
La croisée des chemins de la croisée des chemins de la croisée des chemins. De la croisée des chemins.
=> :coeur: :coeur:


#80

Cette fois-ci, j'assume de ne pas choisir, contrairement à l'Hiver 18... :
Citer
Il rêve d'un jardin suspendu, un bout de Babylone perdu.
Là-haut, il serait un papillon, et il flânerait de fleur en fleur,
les ailes si fines, qu'on les méprendraient pour des pétales fardés.
Il rêve d'être un papillon dans un jardin suspendu.
Comme une citadelle perchée à l'épaule d'un colosse.
Là où le vent souffle le mieux.

...

Et le vent se lève.
=>:coeur:, j'aime beaucoup celui-là aussi.

A plus tard !
I could lie, say I like it like that...

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 627
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Poèmes d'Hiver
« Réponse #8 le: 15 avril 2018 à 10:12:56 »
Merci du relevé, je vais corriger les fautes dès que possible.
Content que t'ai apprécié  :)
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.755 secondes avec 24 requêtes.